Revoir un programme tv en replay et en streaming
Voir en replay sur M6
M6 Diffusion 04-02-19 à 02:50 Durée : 59min
  • bien (11 votes) Note : 3.5/5 | 1 280 vues
    Votre avis :
    • Bof
    • Moyen
    • Pas mal
    • Bien
    • Excellent !

    Autres programmes :
    Résumé

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Le Sri Lanka, la perle de l'Océan Indien, est classée comme la destination tendance de 2017. Réserves naturelles de léopards et d'éléphants, sublimes plages de sable blanc, paradis pour le surf, cocotiers, plantations de thé verdoyantes et prix hyper-compétitifs, l'île attire de plus en plus de touristes, dont beaucoup de Français. Mais derrière ces trésors naturels et cette image idyllique, le Sri Lanka panse encore ses plaies. Pendant 40 ans, l'île a été déchirée par une guerre civile sanglante qui a opposé les deux ethnies du pays : la majorité cinghalaise bouddhiste et les Tigres tamouls. Ce conflit a fait 70 000 morts et une centaine de milliers de disparus. Aujourd'hui, c'est l'armée, omniprésente, qui contrôle le pays. Elle est partout, surveille tout le monde, dirige chaque secteur de l'économie et n'hésite pas à confisquer les terres aux paysans pour y construire des hôtels de luxe. Des hôtels qu'elle gère elle-même… à la militaire. L'armée est aussi chargée de faire « nettoyer » les zones dangereuses, situées principalement dans le nord de l'île. Des centaines d'hectares sont encore truffés de mines anti-personnelles. Un travail d'une précision chirurgicale et extrêmement dangereux confié aux Tamouls. Chargés de les retirer à la main, sous l'autorité des militaires, ils risquent leur vie à chaque minute. Opprimée, exploitée, victime d'une véritable ségrégation, la communauté tamoule est mise à l'écart dans des bidonvilles. Ce sont notamment les femmes tamoules qui, contre un salaire de misère (1$ par jour), sont envoyées dans les plantations de Ceylan (ancien nom du Sri Lanka) pour la cueillette du thé, pendant que leurs maris s'intoxiquent en utilisant, sans protection, des pesticides. Une réalité sombre, qui tranche avec la beauté des lieux, à laquelle les touristes venus visiter les plantations n'ont évidemment pas accès. D'ailleurs, au Sri Lanka, pas question de trop mélanger les touristes avec la population locale. Elle est là principalement pour les servir. La plupart des Sri Lankais se voient même interdire l'accès aux hôtels, aux restaurants et au boîtes de nuits. Enquête sur les côtés obscurs de la perle de l'Océan Indien.

    Enquête exclusive (106 vidéos)
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Le Sri Lanka, la perle de l'Océan Indien, est classée comme la destination tendance de 2017. Réserves naturelles de léopards et d'éléphants, sublimes plages de sable blanc, paradis pour le surf, cocotiers, plantations de thé verdoyantes et prix hyper-compétitifs, l'île attire de plus en plus de touristes, dont beaucoup de Français. Mais derrière ces trésors naturels et cette image idyllique, le Sri Lanka panse encore ses plaies. Pendant 40 ans, l'île a été déchirée par une guerre civile sanglante qui a opposé les deux ethnies du pays : la majorité cinghalaise bouddhiste et les Tigres tamouls. Ce conflit a fait 70 000 morts et une centaine de milliers de disparus. Aujourd'hui, c'est l'armée, omniprésente, qui contrôle le pays. Elle est partout, surveille tout le monde, dirige chaque secteur de l'économie et n'hésite pas à confisquer les terres aux paysans pour y construire des hôtels de luxe. Des hôtels qu'elle gère elle-même… à la militaire. L'armée est aussi chargée de faire « nettoyer » les zones dangereuses, situées principalement dans le nord de l'île. Des centaines d'hectares sont encore truffés de mines anti-personnelles. Un travail d'une précision chirurgicale et extrêmement dangereux confié aux Tamouls. Chargés de les retirer à la main, sous l'autorité des militaires, ils risquent leur vie à chaque minute. Opprimée, exploitée, victime d'une véritable ségrégation, la communauté tamoule est mise à l'écart dans des bidonvilles. Ce sont notamment les femmes tamoules qui, contre un salaire de misère (1$ par jour), sont envoyées dans les plantations de Ceylan (ancien nom du Sri Lanka) pour la cueillette du thé, pendant que leurs maris s'intoxiquent en utilisant, sans protection, des pesticides. Une réalité sombre, qui tranche avec la beauté des lieux, à laquelle les touristes venus visiter les plantations n'ont évidemment pas accès. D'ailleurs, au Sri Lanka, pas question de trop mélanger les touristes avec la population locale. Elle est là principalement pour les servir. La plupart des Sri Lankais se voient même interdire l'accès aux hôtels, aux restaurants et au boîtes de nuits. Enquête sur les côtés obscurs de la perle de l'Océan Indien.

    Écrire un commentaire

    En cliquant sur le bouton 'Publier', j'accepte la charte Télé 7 Jours Replay.
    • Par véronique, le 22-08-2017

      Documentaire complètement tronqué. Une journaliste et un caméraman nous ont suivi pendant une semaine pour ne montrer que des images très négatives du Sri Lanka où nous avons passé un séjour magnifique, visité des sites grandioses avec un guide formidable. Que des informations fausses nous concernant, ce n'est absolument pas représentatif de ce magnifique pays. Quelle déception a dû ressentir notre guide Deen qui durant ces 15 jours passés avec nous s'est escrimé à nous faire visiter son beau pays et espérait donner envie aux Français de venir le visiter. Monsieur De la Villardière, veuillez mieux vous renseigner sur les informations que vous donnez dans votre documentaire.

    • Par jean, le 18-07-2017

      impossible devoir video

    Les derniers programmes Enquête exclusive

    • Magazine

      Enquête exclusive

      San Francisco : la capitale du monde de demain

      aucun (0 vote) Votre vote
      Enquête exclusive (106 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      C'est à San Francisco (Californie) et dans la Silicon Valley toute proche que s'invente et se prépare le monde de demain : intelligence artificielle, Internet, santé connectée, robots, conquête spatiale, voiture sans chauffeur, etc. Aux commandes de ces innovations, les fameux GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazon), ces compagnies multi-milliardaires qui ont toutes installé leurs sièges sociaux dans la région. En quelques années, San Francisco, ex haut-lieu du mouvement hippie, est devenue la capitale mondiale des nouvelles technologies et l'une des premières puissances économiques de la planète. Entre les villes de Palo Alto, Mountain View, Cupertino et le centre-ville de San Francisco, on bâtit aujourd'hui des fortunes en un temps record. Les meilleurs ingénieurs et businessmen du secteur, venant des quatre coins du globe, sont débauchés à prix d'or. Le taux de croissance de la Californie bat chaque année de nouveaux records (près de 6% cette année) et l'État de Californie produit désormais plus de richesses que la France. Exceptionnellement, nous avons pu pousser les portes de ces géants du net, aussi secrets que richissimes : Google, dont le siège est une vraie ville privée, ou Twitch, un réseau social de jeux en ligne que ses fondateurs viennent de revendre à Amazon pour un milliard de dollars. Nous avons aussi suivi les pas d'une jeune Française, Mathilde Collins. Elle se fraie un chemin dans la jungle des start-up qui se multiplient dans la ville et sa société, vu sa spectaculaire progression (+50% par an), sera peut-être le Google de demain. Nous avons enfin enquêté sur le boum de l'immobilier qui fait exploser les prix et met à la rue par milliers les laissés pour compte du rêve américain. Derrière cette révolution technologique et financière se cache aussi une révolution des modes de vie ; avec ses hippies milliardaires, ses innovations délirantes, son culte du corps et ses nouveaux régimes alimentaires. Enquête au cœur de la capitale la plus riche, la plus innovante et la plus puissante des États-Unis.
    • Magazine

      Enquête exclusive

      Maras : au cœur du gang le plus violent de la planète

      aucun (0 vote) Votre vote
      Enquête exclusive (106 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Petit pays d'Amérique centrale, le Guatemala est l'un des états les plus dangereux de la planète. En 2018, près de 4 500 meurtres y ont été recensés. Proportionnellement, c'est 20 fois plus qu'en France. Derrière cette hécatombe, des gangs de rue, que l'on appelle les Maras. Partout dans le pays, ils gèrent le trafic de drogue, la prostitution et le racket. Dans ce monde ultra-violent fait de rituels, de tatouages et de guerres de territoires, l'espérance de vie dépasse à peine les 25 ans. Les jeunes membres des Maras tirent sans états d'âme sur leurs rivaux ou les simples citoyens qui refusent de se soumettre à la loi du gang. Leur objectif : semer la terreur partout où ils passent. Après de longs mois de négociation, nous avons réussi à infiltrer certains de ces gangs. Dans la favela de Vilanueva, Pedro est à la tête du Barrio 18, l'une des Maras les plus puissantes du Guatemala. Il extorque la population et les commerçants en les menaçant de les tuer. Personne n'ose s'élever contre le joug de Pedro et de ses hommes. Le chef de gang est connu pour être un « sicario », un tueur impitoyable. Pour faire face à ces gangs, la police guatémaltèque est sous-équipée. L'inspecteur Carlos et ses 54 hommes veillent comme ils peuvent sur la sécurité de 45 000 habitants d'une zone défavorisée de la capitale. Chaque jour, ils sont confrontés à la barbarie des gangs. Récemment, ils ont découvert une maison que la presse a surnommée « la maison de l'horreur » : des dizaines de corps démembrés dans des sacs plastiques et des messages de terreur inscrits en lettres de sang sur les murs. La violence des gangs peut frapper n'importe où. Au Guatemala, le simple fait de conduire un bus peut être très dangereux. L'année dernière, 250 chauffeurs sont tombés sous les balles. Ces assassinats servent de moyen de pression aux gangs pour racketter les entreprises de transport. Nous avons rencontré Oscar ; ce conducteur a toujours les yeux rivés sur ses rétroviseurs, guettant le moindre danger. Oscar est un miraculé, il a déjà reçu onze balles dans le corps. Face à cette criminalité et à l'impuissance de la police, certains habitants ont choisi de s'organiser. Dans le quartier de Barcenas, les voisins se sont regroupés pour former une milice citoyenne. Chaque nuit, ils patrouillent dans les rues pour chasser les Maras. Certains sont équipés d'armes à feu, d'autres de sabres ou de battes de base-ball. Au cœur des favelas les plus dangereuses du Guatemala, portrait d'une société qui subit chaque jour la loi des gangs.
    • Magazine

      Enquête exclusive

      USA : être pauvre dans le pays le plus riche du monde

      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      C'est le grand paradoxe américain. Le pays le plus riche du monde est aussi celui où la pauvreté progresse le plus. 43 millions d'Américains vivent aujourd'hui en dessous du seuil de pauvreté, c'est deux fois plus qu'il y a cinquante ans. Et l'on compte 1,5 million d'enfants sans domicile fixe, soit trois fois plus que lors de la Grande Dépression. Chaque jour, alors que la croissance économique augmente, de nouveaux déclassés se retrouvent à la rue. Ce sont les « working poors ». Ils ont un emploi, mais n'arrivent plus à payer leur loyer ou rembourser leurs crédits. La plupart n'ont d'autre solution que de dormir dans leur voiture, dans des foyers ou dans des motels bas de gamme... Des familles entières, ballotées d'un endroit à l'autre, ayant à peine de quoi survivre. Dans certains États ou Comtés, cette nouvelle misère a atteint un pic spectaculaire. À Richmond, capitale de la Virginie, il y a proportionnellement vingt-cinq fois plus d'expulsions qu'à Paris. Chaque jour, les recouvreurs de dettes et les policiers mettent des centaines de familles à la rue. On peut même se retrouver en prison pour une simple traite de crédit impayé. Dans la région minière des Appalaches, une région historiquement pauvre, l'arrivée de Donald Trump au pouvoir n'a rien changé. Pour se nourrir, les habitants comptent sur les « food stamps », des coupons d'aide alimentaire fédérale. Une aide que le président américain menace de réduire. Pour se soigner, les plus pauvres se rendent dans un hôpital de campagne. Tous les soins sont assurés gratuitement par des médecins bénévoles. Mais face à l'afflux de demandes, difficile de soigner tout le monde. À Los Angeles, le nombre de SDF a explosé (55 000 en 2018 contre 32 000 en 2012, soit une hausse de 75%). La situation est telle que le maire de la ville parle désormais de « crise humanitaire ». Résultat, les « tent cities » se multiplient dans les quartiers et quelques associations charitables offrent des petits cabanons en bois à ceux qui n'ont plus de toit. Mais les autorités et les riverains font tout pour les faire expulser de la ville. Les pauvres ont-il encore un espoir aux États-Unis ? Comment survivent-ils au quotidien ? Qui sont ceux qui les traquent et qui les chassent ? Une enquête édifiante sur la face sombre de l'Amérique.

    Les derniers programmes Magazines mis en ligne

    //Google Tag Manager