Revoir un programme tv en replay et en streaming
Voir en replay sur M6
M6 Diffusion 04-11-18 à 21:00 Durée : 1h31min
  • bien (39 votes) Note : 3.5/5 | 0 vue
    Votre avis :
    • Bof
    • Moyen
    • Pas mal
    • Bien
    • Excellent !

    Autres programmes :
      Résumé

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Des ados qui cessent du jour au lendemain de consommer viande, œufs, poissons et même produit laitiers. Des produits estampillés « vegan » qui envahissent les rayons des hypermarchés allant du camembert 100% végétal à la teinture pour cheveux. Mais aussi des boucheries vandalisées par des commandos déterminés. Ophélie Meunier et les équipes de Zone Interdite ont enquêté sur l'émergence du mouvement vegan qui fait de plus en plus d'adeptes en France. Officiellement, un mouvement qui défend la nature et le bien-être animal. Mais nous allons découvrir également son côté obscur avec des militants dont certains sont prêts à commettre des actions violentes afin de faire cesser la production et la consommation de produits d'origine animale en France. Qui sont ces « antispécistes » qui considèrent que la vie d'un animal est aussi importante que celle d'un homme ? Jusqu'où sont-ils prêts à aller ? Ceylan et Tiphaine ont créé l'association 269 libération animale. Avec leur groupe, ce sont des habitués des actions « coup de poing » dans les abattoirs. Ils y pénètrent, parfois par effraction, pour bloquer la chaîne d'abattage et sauver des animaux qu'ils considèrent comme des individus. Nous les avons suivis lors d'une action clandestine en Belgique. Tiphaine, diplômée en droit et enseignante dans une grande faculté française, sait pertinemment qu'elle enfreint la loi. Le couple a d'ailleurs déjà été condamné à de la prison avec sursis et risque, aujourd'hui, de nouvelle condamnations. Si la cause « vegan » progresse en France où la consommation de viande a déjà baissé de 12% ces dix dernières années, c'est grâce à L214. Cette association est devenue en quelques années une organisation très influente ; une référence qui convertit des milliers de personnes au véganisme. Julia, 25 ans s'est inscrite au « Veggie Challenge » proposé sur leur site : un programme d'initiation de trois semaines pour devenir totalement vegan. Tous les jours, elle reçoit des mails avec des astuces culinaires et des informations sur la cause animale. À l'issue de son challenge, son médecin vérifiera son état de santé. Aura-t-elle des carences ? Réussira-t-elle, à son tour, à convaincre son entourage d'adopter un mode de vie totalement vegan ? Car en plus d'un régime alimentaire très strict qui interdit de consommer tout produit animal, les vegans refusent également de porter des sacs ou des vêtements en laine ou en cuir. Pour ces adeptes de la cause vegan, toute une offre spécifique se met en place dans la grande distribution aussi bien en ville qu'à la campagne. Camille et Adrien, 25 ans, ont compris qu'il y avait un marché à exploiter en accord avec leur éthique de vie. Leur start-up « Funky Veggie » propose des en-cas sucrés 100% végétal, à base de dattes et de noix. Ils sont courtisés par les acteurs de la grande distribution et sont déjà commercialisés dans les supermarchés de la capitale. Leur prochain défi : inonder les villes de province. Face à l'essor du véganisme et des « actions chocs » de ces militants extrémistes, le monde de la boucherie se révolte. Il défend un métier de tradition et la culture française. Hugo Desnoyer est en première ligne. C'est un boucher d'excellence qui ne veut pas voir la viande disparaître des assiettes. Mais il appelle toutefois à une prise de conscience collective. Lui aussi est révolté contre certaines dérives de l'industrie de la viande. Son message : manger moins de viande mais de meilleure qualité. Ce boucher prône une consommation raisonnée et se déplace au cœur de nos campagnes pour accompagner le travail de ces éleveurs. Des hommes passionnés qui conservent, au centre de leurs préoccupations, le bien-être de leurs animaux.

      Zone interdite (41 vidéos)
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Des ados qui cessent du jour au lendemain de consommer viande, œufs, poissons et même produit laitiers. Des produits estampillés « vegan » qui envahissent les rayons des hypermarchés allant du camembert 100% végétal à la teinture pour cheveux. Mais aussi des boucheries vandalisées par des commandos déterminés. Ophélie Meunier et les équipes de Zone Interdite ont enquêté sur l'émergence du mouvement vegan qui fait de plus en plus d'adeptes en France. Officiellement, un mouvement qui défend la nature et le bien-être animal. Mais nous allons découvrir également son côté obscur avec des militants dont certains sont prêts à commettre des actions violentes afin de faire cesser la production et la consommation de produits d'origine animale en France. Qui sont ces « antispécistes » qui considèrent que la vie d'un animal est aussi importante que celle d'un homme ? Jusqu'où sont-ils prêts à aller ? Ceylan et Tiphaine ont créé l'association 269 libération animale. Avec leur groupe, ce sont des habitués des actions « coup de poing » dans les abattoirs. Ils y pénètrent, parfois par effraction, pour bloquer la chaîne d'abattage et sauver des animaux qu'ils considèrent comme des individus. Nous les avons suivis lors d'une action clandestine en Belgique. Tiphaine, diplômée en droit et enseignante dans une grande faculté française, sait pertinemment qu'elle enfreint la loi. Le couple a d'ailleurs déjà été condamné à de la prison avec sursis et risque, aujourd'hui, de nouvelle condamnations. Si la cause « vegan » progresse en France où la consommation de viande a déjà baissé de 12% ces dix dernières années, c'est grâce à L214. Cette association est devenue en quelques années une organisation très influente ; une référence qui convertit des milliers de personnes au véganisme. Julia, 25 ans s'est inscrite au « Veggie Challenge » proposé sur leur site : un programme d'initiation de trois semaines pour devenir totalement vegan. Tous les jours, elle reçoit des mails avec des astuces culinaires et des informations sur la cause animale. À l'issue de son challenge, son médecin vérifiera son état de santé. Aura-t-elle des carences ? Réussira-t-elle, à son tour, à convaincre son entourage d'adopter un mode de vie totalement vegan ? Car en plus d'un régime alimentaire très strict qui interdit de consommer tout produit animal, les vegans refusent également de porter des sacs ou des vêtements en laine ou en cuir. Pour ces adeptes de la cause vegan, toute une offre spécifique se met en place dans la grande distribution aussi bien en ville qu'à la campagne. Camille et Adrien, 25 ans, ont compris qu'il y avait un marché à exploiter en accord avec leur éthique de vie. Leur start-up « Funky Veggie » propose des en-cas sucrés 100% végétal, à base de dattes et de noix. Ils sont courtisés par les acteurs de la grande distribution et sont déjà commercialisés dans les supermarchés de la capitale. Leur prochain défi : inonder les villes de province. Face à l'essor du véganisme et des « actions chocs » de ces militants extrémistes, le monde de la boucherie se révolte. Il défend un métier de tradition et la culture française. Hugo Desnoyer est en première ligne. C'est un boucher d'excellence qui ne veut pas voir la viande disparaître des assiettes. Mais il appelle toutefois à une prise de conscience collective. Lui aussi est révolté contre certaines dérives de l'industrie de la viande. Son message : manger moins de viande mais de meilleure qualité. Ce boucher prône une consommation raisonnée et se déplace au cœur de nos campagnes pour accompagner le travail de ces éleveurs. Des hommes passionnés qui conservent, au centre de leurs préoccupations, le bien-être de leurs animaux.

      Écrire un commentaire

      En cliquant sur le bouton 'Publier', j'accepte la charte Télé 7 Jours Replay.

      Les derniers programmes Zone interdite

      • Magazine

        Zone interdite

        Abu Dhabi : des Français au cœur de la nouvelle folie des Emirats

        aucun (0 vote) Votre vote
        Zone interdite (41 vidéos) 2 commentaires
        Voir en replay sur M6
        (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
        Abu Dhabi, le plus grand et le plus riche des Émirats, veut aujourd'hui devenir la nouvelle perle de la péninsule arabique et se pose en rivale de Dubaï, son excentrique voisine. 130 kilomètres seulement séparent les deux Emirats qui pensent à l'après pétrole et misent aujourd'hui sur le tourisme. La capitale est un immense chantier. Tours gigantesques, hôtels de luxe et malls flambant neufs poussent au milieu du désert. C'est la terre de tous les possibles. Ophélie Meunier et les équipes de Zone Interdite ont suivi les Français qui parient sur cette destination encore méconnue. Virginie y a posé ses valises il y a 4 mois avec son mari et ses deux enfants. La jeune femme, majordome dans une grande chaine hôtelière, va participer à l'ouverture du dernier palace de la ville ; une mission mouvementée mais qui peut lui ouvrir les portes d'une carrière internationale. Certains Français travaillent au plus près de la famille royale dans des domaines parfois étonnants. Fabien, kite surfer et globe-trotter, est ainsi devenu un intime du neveu du Cheikh d'Abu Dhabi, avec qui il partage l'amour des plages et de la mer. Nous le suivrons dans les palais de la famille régnante. Éric, ancien jockey, dirige aujourd'hui l'un des plus prestigieux haras du monde, celui du Cheikh avec ses 80 purs-sangs arabes. Sa mission : faire triompher les couleurs du Cheikh dans les plus grandes courses. Si certains Français font carrière à Abu Dhabi, ils sont de plus en plus nombreux à choisir ce pays pour y passer des vacances hors du commun, comme Laurent, Caroline et leurs deux enfants. Au programme : ski sur les dunes dans le désert, farniente au bord de la plage et sensation fortes sur le circuit de formule 1 de la capitale !
      • Magazine

        Zone interdite

        Noël à Disneyland : les secrets de la féérie

        aucun (0 vote) Votre vote
        Zone interdite (41 vidéos) 1 commentaire
        Voir en replay sur M6
        (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
        À l'approche de Noël, Disneyland Paris, la première destination touristique d'Europe, entre en ébullition ! Les fêtes de fin d'année, c'est l'assurance d'une affluence record… Mais aussi de nuits blanches et d'une haletante course contre la montre pour les 15 000 employés, qui, en quelques heures, vont devoir transformer le parc d'attractions de l'ambiance automnale d'Halloween aux couleurs de Noël. Nous allons vivre de l'intérieur cette frénésie de changement : décors, spectacles, articles vendus dans les magasins, menus des restaurants et même plates-bandes, tout doit être remplacé ! Un grand chambardement qui doit rester discret. Car si, en coulisses, c'est un peu la panique, le public doit se douter de rien… Artistes, cuisiniers, vendeurs, techniciens : aux côtés des « Castmembers » - les membres de la troupe Disney - nous allons dévoiler les secrets de ce grand coup de baguette magique. Une transformation prévue des mois à l'avance et qui commence dès le parc fermé et le dernier visiteur parti. Alors, dans un Disneyland désert, commence alors un étonnant ballet de camions grues et de chariots élévateurs, à la lueur des éclairages de chantier. En quelques nuits, il faut installer le grand sapin de 24 mètres, qui trône à l'entrée de Main Street, et accrocher des kilomètres de guirlandes. Mais le plus spectaculaire, c'est le travail des jardiniers qui, en une seule nuit, doivent remplacer les 14 000 plantes des parterres qui ornent les abords du château ! Dans les boutiques, c'est aussi le grand chambardement, car il faut refaire les rayons pour mettre en place les produits qui s'arracheront à Noël : bonnets et vêtements aux couleurs de Saint Nicolas, guirlandes et décorations de sapins, jouets traditionnels… La saison hivernale est avant tout l'occasion pour le parc de doper ses ventes de produits dérivés ! Au Disneyland Hôtel, le 5 étoiles du parc, le personnel s'active pour préparer les chambres et réserver aux clients VIP un accueil personnalisé sur le thème de Noël. Pendant ce temps, dans les cuisines du restaurant de l'hôtel, le chef met la dernière touche à son prestigieux menu de Noël, un menu qu'il va devoir faire goûter et valider par un jury composé des autres cuisiniers de Disneyland. Pour faire face à l'affluence durant la période la plus importante de l'année, le parc renforce ses effectifs avec une armée de travailleurs saisonniers. Nous suivons l'une de ces nouvelles recrues qui fait ses premiers pas à Disneyland pour la saison de Noël. En quelques heures, elle va devoir intégrer la culture d'entreprise Disney, l'une des plus fortes au monde, avant d'être parachutée sur une des attractions emblématiques du parc. Un contrat d'un mois, durant lequel l'entreprise offre à ses « Castmembers » venus de toute l'Europe la possibilité d'être logés à faible coût dans l'une des résidences Disney situées aux abords immédiats du parc. Côté spectacles, nous assistons aux ultimes répétitions et aux « premières » des shows mis en place pour la saison hivernale, à commencer par le plus emblématique d'entre eux, la grande parade de Noël, avec ses 90 danseurs et artistes. Un événement qui a été préparé depuis plusieurs mois dans les nombreux studios de répétition. Et un show inédit spécialement écrit pour fêter les 90 ans de Mickey sera également présenté pour la première fois. Chanteurs et danseurs seront-ils prêts pour cette grande première ? Noël à Disney, les coulisses de la féérie, ou quand le royaume de Mickey se met à l'heure d'hiver !
      • Magazine

        Zone interdite

        Croisières en famille : des vacances de rêve

        aucun (0 vote) Votre vote
        Zone interdite (41 vidéos) 10 commentaires
        Voir en replay sur M6
        (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
        Les croisières, c'est LA grande tendance du tourisme mondial. Autrefois jugées un peu désuètes, voire ringardes, ces vacances sur l'eau sont aujourd'hui à la mode : cette année, elles ont séduit plus de 27 millions de touristes à travers le monde. Les compagnies se frottent les mains. Pour se démarquer, elles rivalisent d'ingéniosité pour proposer de nouveaux navires, toujours plus grands, toujours plus fous, et qui affichent complets dès leur sortie des chantiers. Rien que cette année, 27 nouveaux paquebots ont été inaugurés ! Nous avons suivi le lancement et les premières croisières de deux de ces nouveaux géants des mers, sortis des chantiers de Saint-Nazaire cette année : le plus gros paquebot du monde, le Symphony of the Seas, et un navire high-tech au design futuriste, le Celebrity Edge. Deux navires nouvelle génération, qui illustrent parfaitement la folie des grandeurs qui s'est emparée des armateurs : toujours plus grands, toujours plus délirants, offrant toujours plus d'attractions et faisant de la croisière non plus un moyen de locomotion entre deux escales, mais une destination à part entière. Sur le Symphony of the Seas, le plus grand paquebot du monde, nous suivrons Jennifer et sa famille de 15 personnes, qui découvrent fascinées la démesure de ce parc d'attractions géant : toboggans, tyrolienne, murs d'escalade, simulateurs de surf, patinoire, piscines… Dona et son mari, deux amoureux devenus accros aux croisières, sont venus pour profiter des 23 restaurants du bord et des nombreux spectacles à gros budget qui se déroulent chaque soir dans l'amphithéâtre aquatique ou sur la patinoire. Pour fournir cette débauche de loisirs aux 6300 passagers, 2300 membres d'équipage s'activent dans le secret des coulisses. Nous avons filmé cette armée invisible qui travaille dans l'ombre pour que les touristes ne manquent jamais de rien. Avec le Celebrity Edge, c'est l'irruption du luxe et de la technologie dans l'univers des croisières de masse que nous allons raconter : à bord, les cabines sont plus grandes, et quasiment toutes dotées d'un balcon, et l'atmosphère fait plus penser à un palace design qu'à un navire. Clou du spectacle : un restaurant suspendu au-dessus des flots, qui descend le long de la coque jusqu'à la ligne de flottaison ! La cible de ce paquebot nouvelle génération : les trentenaires à haut pouvoir d'achat, sans enfants, attirés par le luxe, l'art de vivre et la gastronomie. À l'opposé de cette surenchère dans la taille et la variété des loisirs proposés, une autre forme de croisière est elle aussi en plein boom : la croisière à la cabine, dans l'intimité d'un catamaran à voile. Ces vacances authentiques au plus près de la nature ont séduit Elisabeth et Pierre, que nous avons suivi une semaine dans les eaux turquoise des Grenadines, à l'occasion de leurs 10 ans de mariage. Accompagné d'un skipper et d'une cuisinière hors pair, le couple partage le bateau avec une autre famille, Lauriane, Manu et leurs enfants, à la découverte d'une faune et d'une flore exceptionnelles. Le tout pour un prix qui est à peine plus élevé que celui d'une croisière classique ! Autrefois l'apanage d'une élite, les croisières sont entrées de plain-pied dans l'ère du tourisme de masse, et ce grand boom n'en est qu'à ses débuts… Intimistes ou démesurées, natures ou extravagantes, nous vous proposons une plongée dans l'univers étonnant des croisières modernes. Bienvenue à bord !

      Les derniers programmes Magazines mis en ligne

      • Magazine

        Révélations

        Gourous et guérisseurs soignants ou charlatans ?

        aucun (0 vote) Votre vote
        Révélations (11 vidéos) Commenter
        Voir en replay sur Numéro 23
        RMC Story vous propose un magazine d’investigations hebdomadaire présenté par Laurence Roustandjee. « Révélations » s’attache, à travers reportages et interviews sur le terrain, à décrypter et à comprendre les problématiques et l’évolution de notre société contemporaine en enquêtant sur tous les sujets sociaux, économiques et culturels… Présentée par : Laurence Roustandjee Production : TV Presse, CAPA, SPICA Format : 1h30
      • Magazine

        Par ici les sorties

        Holy Lands - Glass - Doubles vies

        Voir en replay sur Canal+
        Tour d'horizon des nouveaux films sortant en salles le mercredi 16/01/2019 dans Par ici les sorties, un rendez-vous de Ciné + commentée par Jean-Christophe Tur. Une émission également disponible A la demande sur myCANAL
      • Magazine

        Capital

        Fraudes et abus : enquête sur la France qui triche !

        aucun (0 vote) Votre vote
        Capital (75 vidéos) Commenter
        Voir en replay sur M6
        (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
        Travail au noir : les milliards dissimulés ! Qui n'a jamais été tenté de payer son plombier, sa nounou ou sa femme de ménage en espèces pour payer moins cher ? Ce geste, qui paraît anodin, coûte pourtant très cher à la France. Selon la Cour des comptes, le travail au noir représenterait pour l'État une perte estimée à 20 milliards d'euros par an ! Sanctions accrues, contrôles plus ciblés, l'État déploie pourtant les grands moyens pour lutter contre les fraudeurs. En 2016, les redressements ont atteint un demi-milliard d'euros. Un record ! Mais le plus dur reste à faire car les fraudeurs ont toujours un coup d'avance et « l'uberisation » de l'économie favorise le travail dissimulé. Si la construction reste le secteur le plus touché (elle représente plus de la moitié des redressements), les services à la personne sont aussi souvent concernés et particulièrement difficiles à contrôler (près de 40% des prestations sont réglées en argent liquide) et les travailleurs détachés demeurent un obstacle de taille. Les réformes impulsées par Emmanuel Macron peuvent-elles changer la donne ? Comment les travailleurs au noir s'adaptent-ils pour passer toujours entre les mailles du filet ? La lutte serait-elle perdue d'avance pour l'État ? Arrêts de travail abusifs : malades imaginaires, mais vraies dépenses ! C'est une médaille dont la France se passerait bien : avec 16,6 jours en moyenne d'absence par salarié, nous sommes vice-champions d'Europe de l'absentéisme derrière l'Italie. Et la situation ne fait qu'empirer : en 2017, l'Assurance maladie a dû verser 10,5 milliards d'euros, 5% de plus qu'en 2016 ! S'il y a bien sûr des explications liées aux conditions de travail et au vieillissement de la population active, quelle part en revient à la fraude ? C'est l'une des priorités de la Ministre de la santé, et c'est surtout un vrai casse-tête pour les entreprises ! Comment font-elles pour distinguer les arrêts légitimes de ceux abusifs et jusqu'où vont les contrôles pour confondre les malades imaginaires ? Quel rôle jouent les médecins dans cette affaire ? L'État aussi a durci le ton : depuis 1er janvier, le jour de carence a été rétabli pour les fonctionnaires. Ne plus indemniser ce 1er jour d'arrêt a-t-il un impact sur leur absentéisme ? Transports en commun : combien nous coûte la fraude ? Un Français sur deux a déjà fraudé dans les transports en commun. Une pratique massive, très française : Paris est très loin devant la plupart des capitales mondiales, alors que le prix du ticket unitaire est parmi les plus bas d'Europe ! Ces fraudes sont très coûteuses : 600 millions d'euros d'argent public partent ainsi en fumée chaque année. Pour s'en sortir, les collectivités tentent depuis un an d'imposer un nouvel arsenal de mesures antifraudes. Certaines sont très à la pointe : traqueur d'identité, billets par SMS, bouton de signalement des fraudeurs sur le tableau de bord des bus, contrôles en civil… Mais les fraudeurs rivalisent d'imagination et de technologies pour contourner la loi. Des petits malins se sont ainsi lancés dans des applications « Waze du contrôleur », d'autres se sont spécialisés sur Snapchat pour faire échouer les contrôles, certains encore créent des « mutuelles du fraudeur », des pots communs pour financer les amendes des uns et des autres ! À combien se chiffre ce jeu du chat et de la souris ? Autorités, fraudeurs ou entreprises qui en ont fait leur business : qui tire profit de la fraude aux transports ?
      //Google Tag Manager