Revoir un programme tv en replay et en streaming
Voir en replay sur BFMTV
BFMTV Diffusion Diffusé le 06-09-16 Durée :
  • aucun (0 vote) Note : -/5 | 1 vue
    Votre avis :
    • Bof
    • Moyen
    • Pas mal
    • Bien
    • Excellent !

    Autres programmes :
    Résumé

    Tous les jours à 8h50, Laure Closier réveille votre journée de travail dans Good Morning Business. Toutes les situations à éviter et tous les conseils pour bien démarrer votre journée de travail. - Good Morning Business, du mardi 6 septembre 2016, sur BFM Business

    Happy boulot (126 vidéos)
    Tous les jours à 8h50, Laure Closier réveille votre journée de travail dans Good Morning Business. Toutes les situations à éviter et tous les conseils pour bien démarrer votre journée de travail. - Good Morning Business, du mardi 6 septembre 2016, sur BFM Business

    Écrire un commentaire

    En cliquant sur le bouton 'Publier', j'accepte la charte Télé 7 Jours Replay.

    Les derniers programmes Happy boulot

    Les derniers programmes Magazines mis en ligne

    • Magazine

      Enquête exclusive

      Écolos, extrémistes ou marginaux : qui sont ces « zadistes » qui défient l'État ?

      aucun (0 vote) Votre vote
      Enquête exclusive (48 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Aux quatre coins de la France, ils bloquent la construction d'aéroport, l'implantation de parc de loisir, l'avancée d'autoroutes : ils se revendiquent écolos, protègent ce qu'ils nomment des Zones à Défendre, et se font appeler Zadistes. Souvent violents, leurs affrontements avec les forces de l'ordre ont parfois pris un tour dramatique. Qui sont ces nouveaux contestataires qui cultivent le mystère en tenant les journalistes à distance ? Comment transforment-ils leurs zones d'occupations illégales en camps retranchés ? Pour la première fois à la télévision, vous allez découvrir la drôle de vie des Zadistes, ces militants qui veulent créer une nouvelle société. Récemment expulsés de Sivens où ils s'opposaient à la construction d'un barrage, le combat des Zadistes continue, notamment à Notre-Dame-des-Landes en Loire-Atlantique : une centaine de personne bloque depuis 2008 l'avancée des travaux de l'aéroport. Marché, cybercafé, petites maisons faites de bric et de broc : nous y avons découvert un véritable village. Raccordement sauvage à l'eau et à l'électricité : les Zadistes y cultivent du cannabis sous serre et des pommes de terre en plein champ ! Ils vivent selon leurs propres règles et sont prêts à en découdre à tout instant avec les forces de l'ordre. Du côté de Roybon, la population est excédée par leur présence. Les habitants de ce petit village de l'Isère comptaient sur l'implantation d'un parc de loisir pour créer 700 emplois. Une vingtaine d'individus ont mis à sac le chantier et défient quotidiennement les gendarmes et les équipes de sécurité. Derrière leurs herses et leurs barricades, ils bloquent les accès et construisent des miradors dans la forêt. Ils ne sont qu'une vingtaine et bloquent depuis des mois un chantier de plusieurs millions d'euros.
    • Magazine

      Cellule de crise

      Pandémies, la traque planétaire

      aucun (0 vote) Votre vote
      Cellule de crise (0 vidéo) Commenter
      Voir en replay sur France 2
      La France est-elle sérieusement et efficacement préparée pour faire face à une épidémie de grande ampleur ? Les scientifiques ne manquent pas de s'inquiéter de la potentielle menace d'une mutation du virus de la grippe aviaire qui ferait des millions de victimes. Le SRAS en 2003, et le virus H1N1, en 2009 ont constitué des alertes prises très au sérieux à l'échelon international. Insidieusement, ils ont orienté le débat vers les échecs des politiques menées. Le manque d'informations fiables a également provoqué la défiance d'un grand nombre de Français vis-à-vis de la vaccination. Comment empêcher une contagion mondiale ? Peut-on hospitaliser de force un malade qui refuse les soins ? Comment restaurer la confiance dans les vaccins ?
    • Magazine

      Capital

      Train de vie de l'État : la facture va-t-elle enfin baisser ?

      aucun (0 vote) Votre vote
      Capital (14 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Le nouveau Président l'a promis. En 2017, le déficit de la France ne devra pas dépasser les 3% du PIB. Pour cela, Bercy doit réaliser 4,5 milliards d'euros d'économies. Chaque ministère est prié de revoir à la baisse ses coûts de fonctionnement. Par exemple, le nombre de collaborateurs dans les cabinets doit être divisé par 2. Matignon n'est pas en reste, il doit faire des coupes sombres à hauteur de 60 millions d'euros. Assemblée Nationale : la fin des privilèges ? Depuis sa création en 1789, l'Assemblée Nationale est au cœur de la démocratie. Avec ses 577 députés, elle a pour missions de représenter le peuple, de légiférer et de contrôler l'action du gouvernement. Chaque année, une centaine de lois est adoptée au cours des 1 000 heures de débat qui ont lieu dans l'hémicycle. Comment fonctionne véritablement cette institution ? En 2016, elle a coûté au contribuable la somme considérable de 524 millions d'euros. Alors pour réduire la facture, la réforme de l'Assemblée Nationale est en marche. Suppression du régime spécial de retraites, fin des avantages de transport ou encore interdiction d'employer un membre de sa famille : les mesures de François de Rugy, président de la chambre des députés, sont drastiques. Comment les élus vont-ils se serrer la ceinture ? Combien coûte réellement votre député ? Immersion dans les coulisses de l'hémicycle. Immobilier de l'État : 66 milliards en péril On n'y pense pas forcément mais, en France, le plus gros propriétaire foncier, c'est l'État. Il possède 75 millions de mètres carrés pour une valeur estimée à 66 milliards d'euros. Le problème, c'est que l'État n'a pas forcément les moyens d'entretenir tout ce patrimoine. Il aurait plutôt besoin de faire rentrer des sous pour rembourser sa dette colossale. Alors en 2006, l'État a demandé à chacun de ses ministères de rationaliser les surfaces qu'il occupe et a décidé de mettre en vente une partie de son patrimoine. L'intention est louable mais 10 ans plus tard tout n'est pas si simple. Les couacs sont nombreux : biens vendus très en deçà de leur valeur, cessions bloquées, biens qui se dégradent. L'État a perdu beaucoup d'argent dans l'opération. Et ça ne semble pas près de s'arrêter car tous les opérateurs de l'État n'ont pas forcément envie de se séparer de leurs bijoux de famille. Capital enquête sur les méthodes du plus gros agent immobilier de France.