Revoir un programme tv en replay et en streaming
Voir en replay sur Public Sénat
Public Sénat Diffusion Diffusé le 08-04-13 Durée : 3h29min
  • aucun (0 vote) Note : -/5 | 0 vue
    Votre avis :
    • Bof
    • Moyen
    • Pas mal
    • Bien
    • Excellent !

    Autres programmes :
    Résumé

    Les sénateurs ont rejeté, par 176 voix contre 164, la motion de l'opposition qui visait à soumettre à référendum le projet de loi. Après le discours de Christiane Taubira, la parole était à la droite, vendredi, au Sénat, où s'est poursuivi l'examen du projet de loi sur le mariage et l'adoption pour les couples homosexuels. Philippe Bas (UMP) a préconisé un référendum. «Cette réforme change la conception légale de la filiation et la notion juridique de la parenté, a-t-il argumenté. Elle laisse croire qu'un enfant peut avoir deux pères ou deux mères et reconnaît une parenté d'intention à l'égal de toutes les parentés.» Pour l'ancien ministre de Jacques Chirac, «il est stupide et insultant de laisser entendre que seule l'homophobie peut expliquer l'opposition à ce texte (¿). Cette police du vocabulaire et de la pensée qui répand le soupçon sur le contradicteur est une méthode sectaire.» S'adressant à la garde des Sceaux, le sénateur UMP a lancé: «Quand la société se divise à ce point, n'essayez pas de passer en force, respectez plutôt que de caricaturer. Depuis des décennies, aucune réforme n'a soulevé une telle opposition populaire, n'a suscité une telle division du pays, au moment même où la France rencontre une grave crise morale.» Selon Bruno Retailleau (UMP), «l'égalité républicaine, c'est traiter de la même façon des situations identiques. Or, un couple de personnes de même sexe, ce n'est pas la même chose qu'un couple de sexes différents», a-t-il argué en se référant à la jurisprudence du Conseil constitutionnel. Gérard Longuet (UMP) a, lui aussi, défendu le recours au référendum en le comparant à «une respiration. De grands présidents de la République ont utilisé cette respiration référendaire même quand ils n'y étaient pas contraints. Sarkozy ne l'a pas fait et, parfois, je le regrette», a-t-il ajouté. Accusée par la droite d'avoir élaboré son projet de loi sous l'influence d'associations militantes, Taubira a répondu à cet argument en invoquant un précédent historique. «Les revendications peuvent être portées par des groupes de toute sorte, de toute taille. La question est de savoir si elles sont légitimes et fondées, a expliqué la garde des Sceaux. Les alertes peuvent être le fait d'individus: souvenez-vous du citoyen Talma, à l'origine de la définition d'un mariage civil en 1791. L'Église, en effet, refusait de le marier car il était comédien, a-t-elle poursuivi. Nous rétablissons simplement l'égalité: les couples homosexuels ont le droit de se marier, de composer leur famille au même titre que les couples hétérosexuels», a conclu Taubira. Le président de la commission des lois, Jean-Pierre Sueur (PS), a jugé «spécieux» les arguments avancés par la droite pour soutenir qu'un référendum était juridiquement possible sur ce sujet. «Le champ du référendum, étendu en 1995, n'englobe pas les questions de société», a estimé le sénateur du Loiret. «C'est de l'obstruction parlementaire», a renchéri le rapporteur Jean-Pierre Michel (PS).

    Séance (1107 vidéos)
    Les sénateurs ont rejeté, par 176 voix contre 164, la motion de l'opposition qui visait à soumettre à référendum le projet de loi. Après le discours de Christiane Taubira, la parole était à la droite, vendredi, au Sénat, où s'est poursuivi l'examen du projet de loi sur le mariage et l'adoption pour les couples homosexuels. Philippe Bas (UMP) a préconisé un référendum. «Cette réforme change la conception légale de la filiation et la notion juridique de la parenté, a-t-il argumenté. Elle laisse croire qu'un enfant peut avoir deux pères ou deux mères et reconnaît une parenté d'intention à l'égal de toutes les parentés.» Pour l'ancien ministre de Jacques Chirac, «il est stupide et insultant de laisser entendre que seule l'homophobie peut expliquer l'opposition à ce texte (¿). Cette police du vocabulaire et de la pensée qui répand le soupçon sur le contradicteur est une méthode sectaire.» S'adressant à la garde des Sceaux, le sénateur UMP a lancé: «Quand la société se divise à ce point, n'essayez pas de passer en force, respectez plutôt que de caricaturer. Depuis des décennies, aucune réforme n'a soulevé une telle opposition populaire, n'a suscité une telle division du pays, au moment même où la France rencontre une grave crise morale.» Selon Bruno Retailleau (UMP), «l'égalité républicaine, c'est traiter de la même façon des situations identiques. Or, un couple de personnes de même sexe, ce n'est pas la même chose qu'un couple de sexes différents», a-t-il argué en se référant à la jurisprudence du Conseil constitutionnel. Gérard Longuet (UMP) a, lui aussi, défendu le recours au référendum en le comparant à «une respiration. De grands présidents de la République ont utilisé cette respiration référendaire même quand ils n'y étaient pas contraints. Sarkozy ne l'a pas fait et, parfois, je le regrette», a-t-il ajouté. Accusée par la droite d'avoir élaboré son projet de loi sous l'influence d'associations militantes, Taubira a répondu à cet argument en invoquant un précédent historique. «Les revendications peuvent être portées par des groupes de toute sorte, de toute taille. La question est de savoir si elles sont légitimes et fondées, a expliqué la garde des Sceaux. Les alertes peuvent être le fait d'individus: souvenez-vous du citoyen Talma, à l'origine de la définition d'un mariage civil en 1791. L'Église, en effet, refusait de le marier car il était comédien, a-t-elle poursuivi. Nous rétablissons simplement l'égalité: les couples homosexuels ont le droit de se marier, de composer leur famille au même titre que les couples hétérosexuels», a conclu Taubira. Le président de la commission des lois, Jean-Pierre Sueur (PS), a jugé «spécieux» les arguments avancés par la droite pour soutenir qu'un référendum était juridiquement possible sur ce sujet. «Le champ du référendum, étendu en 1995, n'englobe pas les questions de société», a estimé le sénateur du Loiret. «C'est de l'obstruction parlementaire», a renchéri le rapporteur Jean-Pierre Michel (PS).

    Écrire un commentaire

    En cliquant sur le bouton 'Publier', j'accepte la charte Télé 7 Jours Replay.

    Les derniers programmes Séance

    Les derniers programmes Magazines mis en ligne

    • Magazine

      Flash Talk

      Saison 3

      aucun (0 vote) Votre vote
      Flash talk (18 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur France Ô
      Dans un espace public, Sonia Chironi et Raphäl Yem animent un débat où les interventions se succèdent, ponctuées d'éléments chiffrés autour de la thématique abordée.
    • Magazine

      13h15

      Blancs comme neige

      aucun (0 vote) Votre vote
      13h15 (12 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur France 2
      L’ours polaire incarne à lui seul tous les défis environnementaux, à commencer par le réchauffement climatique. La glace est son territoire de chasse. Il est donc le premier à souffrir de la réduction de la banquise. Mais aussi de l’exposition aux polluants ou de l’exploitation des ressources naturelles dans la région. Plus qu’un animal, l’ours est désormais un symbole. C’est aussi un enjeu politique. Classée « espèce vulnérable » pour les Américains, il est toujours chassé par les Inuits au Canada ou au Groenland. Le nombre d’ours est lui-même en question. 20 000, 25 000, voir 30 000 pour certains. Car si certaines populations d’ours sont en déclin, d’autres se maintiennent dans certaines régions du Grand Nord. On peut passer des semaines à traverser l’Arctique sans en voir un seul. Mais il est une ville au Canada où l’on est à peu près certain d’en apercevoir. Churchill, dans la province du Manitoba, compte 850 habitants et à peu près autant d’ours qui chaque automne rodent autour du village en attendant que la glace se forme sur la baie d’Hudson. Pour nous qui le voyons de France, l’ours polaire est une abstraction. L’icône a remplacé l’animal. Pour ces Canadiens de la Baie d’Hudson, c’est un animal familier, un danger constant, et un émerveillement tout à la fois. Parce que la façon dont nous regardons l’ours raconte notre rapport à la Nature.   Un reportage de Florent Muller, Frédéric Capron et Matthieu Parmentier