Revoir un programme tv en replay et en streaming
Voir en replay sur Public Sénat
Public Sénat Diffusion Diffusé le 08-04-13 Durée : 3h29min
  • aucun (0 vote) Note : -/5 | 0 vue
    Votre avis :
    • Bof
    • Moyen
    • Pas mal
    • Bien
    • Excellent !

    Autres programmes :
    Résumé

    Les sénateurs ont rejeté, par 176 voix contre 164, la motion de l'opposition qui visait à soumettre à référendum le projet de loi. Après le discours de Christiane Taubira, la parole était à la droite, vendredi, au Sénat, où s'est poursuivi l'examen du projet de loi sur le mariage et l'adoption pour les couples homosexuels. Philippe Bas (UMP) a préconisé un référendum. «Cette réforme change la conception légale de la filiation et la notion juridique de la parenté, a-t-il argumenté. Elle laisse croire qu'un enfant peut avoir deux pères ou deux mères et reconnaît une parenté d'intention à l'égal de toutes les parentés.» Pour l'ancien ministre de Jacques Chirac, «il est stupide et insultant de laisser entendre que seule l'homophobie peut expliquer l'opposition à ce texte (¿). Cette police du vocabulaire et de la pensée qui répand le soupçon sur le contradicteur est une méthode sectaire.» S'adressant à la garde des Sceaux, le sénateur UMP a lancé: «Quand la société se divise à ce point, n'essayez pas de passer en force, respectez plutôt que de caricaturer. Depuis des décennies, aucune réforme n'a soulevé une telle opposition populaire, n'a suscité une telle division du pays, au moment même où la France rencontre une grave crise morale.» Selon Bruno Retailleau (UMP), «l'égalité républicaine, c'est traiter de la même façon des situations identiques. Or, un couple de personnes de même sexe, ce n'est pas la même chose qu'un couple de sexes différents», a-t-il argué en se référant à la jurisprudence du Conseil constitutionnel. Gérard Longuet (UMP) a, lui aussi, défendu le recours au référendum en le comparant à «une respiration. De grands présidents de la République ont utilisé cette respiration référendaire même quand ils n'y étaient pas contraints. Sarkozy ne l'a pas fait et, parfois, je le regrette», a-t-il ajouté. Accusée par la droite d'avoir élaboré son projet de loi sous l'influence d'associations militantes, Taubira a répondu à cet argument en invoquant un précédent historique. «Les revendications peuvent être portées par des groupes de toute sorte, de toute taille. La question est de savoir si elles sont légitimes et fondées, a expliqué la garde des Sceaux. Les alertes peuvent être le fait d'individus: souvenez-vous du citoyen Talma, à l'origine de la définition d'un mariage civil en 1791. L'Église, en effet, refusait de le marier car il était comédien, a-t-elle poursuivi. Nous rétablissons simplement l'égalité: les couples homosexuels ont le droit de se marier, de composer leur famille au même titre que les couples hétérosexuels», a conclu Taubira. Le président de la commission des lois, Jean-Pierre Sueur (PS), a jugé «spécieux» les arguments avancés par la droite pour soutenir qu'un référendum était juridiquement possible sur ce sujet. «Le champ du référendum, étendu en 1995, n'englobe pas les questions de société», a estimé le sénateur du Loiret. «C'est de l'obstruction parlementaire», a renchéri le rapporteur Jean-Pierre Michel (PS).

    Séance (1107 vidéos)
    Les sénateurs ont rejeté, par 176 voix contre 164, la motion de l'opposition qui visait à soumettre à référendum le projet de loi. Après le discours de Christiane Taubira, la parole était à la droite, vendredi, au Sénat, où s'est poursuivi l'examen du projet de loi sur le mariage et l'adoption pour les couples homosexuels. Philippe Bas (UMP) a préconisé un référendum. «Cette réforme change la conception légale de la filiation et la notion juridique de la parenté, a-t-il argumenté. Elle laisse croire qu'un enfant peut avoir deux pères ou deux mères et reconnaît une parenté d'intention à l'égal de toutes les parentés.» Pour l'ancien ministre de Jacques Chirac, «il est stupide et insultant de laisser entendre que seule l'homophobie peut expliquer l'opposition à ce texte (¿). Cette police du vocabulaire et de la pensée qui répand le soupçon sur le contradicteur est une méthode sectaire.» S'adressant à la garde des Sceaux, le sénateur UMP a lancé: «Quand la société se divise à ce point, n'essayez pas de passer en force, respectez plutôt que de caricaturer. Depuis des décennies, aucune réforme n'a soulevé une telle opposition populaire, n'a suscité une telle division du pays, au moment même où la France rencontre une grave crise morale.» Selon Bruno Retailleau (UMP), «l'égalité républicaine, c'est traiter de la même façon des situations identiques. Or, un couple de personnes de même sexe, ce n'est pas la même chose qu'un couple de sexes différents», a-t-il argué en se référant à la jurisprudence du Conseil constitutionnel. Gérard Longuet (UMP) a, lui aussi, défendu le recours au référendum en le comparant à «une respiration. De grands présidents de la République ont utilisé cette respiration référendaire même quand ils n'y étaient pas contraints. Sarkozy ne l'a pas fait et, parfois, je le regrette», a-t-il ajouté. Accusée par la droite d'avoir élaboré son projet de loi sous l'influence d'associations militantes, Taubira a répondu à cet argument en invoquant un précédent historique. «Les revendications peuvent être portées par des groupes de toute sorte, de toute taille. La question est de savoir si elles sont légitimes et fondées, a expliqué la garde des Sceaux. Les alertes peuvent être le fait d'individus: souvenez-vous du citoyen Talma, à l'origine de la définition d'un mariage civil en 1791. L'Église, en effet, refusait de le marier car il était comédien, a-t-elle poursuivi. Nous rétablissons simplement l'égalité: les couples homosexuels ont le droit de se marier, de composer leur famille au même titre que les couples hétérosexuels», a conclu Taubira. Le président de la commission des lois, Jean-Pierre Sueur (PS), a jugé «spécieux» les arguments avancés par la droite pour soutenir qu'un référendum était juridiquement possible sur ce sujet. «Le champ du référendum, étendu en 1995, n'englobe pas les questions de société», a estimé le sénateur du Loiret. «C'est de l'obstruction parlementaire», a renchéri le rapporteur Jean-Pierre Michel (PS).

    Écrire un commentaire

    En cliquant sur le bouton 'Publier', j'accepte la charte Télé 7 Jours Replay.

    Les derniers programmes Séance

    Les derniers programmes Magazines mis en ligne

    • Magazine

      E = m6 spécial nutrition

      Fruits et légumes: comment éviter leur gaspillage !

      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Déclinée de l'émission scientifique la plus populaire de la télévision française, « E=M6 Spécial Nutrition » apporte un éclairage scientifique et pédagogique sur des questions que les français peuvent se poser en matière de nutrition...
    • Magazine

      Zone interdite

      Naissances au zoo : au secours des espèces en danger

      aucun (0 vote) Votre vote
      Zone interdite (25 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Depuis l'extinction des dinosaures, jamais la planète n'a perdu ses espèces animales à un rythme aussi rapide. Plus de 50% des animaux ont disparu ces 40 dernières années. En France, des hommes et des femmes se battent au quotidien pour tenter de sauver les espèces les plus menacées. Pour y parvenir, ces passionnés doivent à tout prix réussir à ce que ces espèces parviennent à se reproduire dans des zoos qui deviennent pour l'occasion de véritables maternités. Au ZooParc de Beauval, le plus connu des zoos français, situé au cœur du Val-de-Loire, la soigneuse Delphine Pouvreau retient son souffle dans l'attente de la mise-bas de Huan-Huan, la femelle panda. Ce panda venu de Chine est devenu l'emblème des espèces en voie d'extinction. Après cinq ans d'attente, Huan-Huan va donner naissance au premier bébé panda de France. Tout le pays a les yeux rivés sur cette gestation hors-norme. Avec Delphine et son équipe, nous vivrons de l'intérieur, avec des images inédites, cette naissance inespérée. En Haute-Savoie, sur les bords du lac Léman, Jacques Olivier se bat, lui, pour un rapace qui a longtemps fasciné : l'aigle pygargue. Accusé injustement d'enlever des enfants, cet oiseau, dont le cousin figure encore sur les billets américains, a été exterminé il y a plus d'un siècle. À force de persévérance, Jacques Olivier a réussi à créer un sanctuaire au pied des Alpes pour tenter de faire éclore un œuf de cette espèce. Mais une fois son aiglon éclos, pour qu'il puisse un jour le remettre en liberté, Jacques aura tout à lui apprendre : chasser, pêcher et même voler. À la frontière belge, au zoo de Pairi Daiza, Florian, jeune soigneur animalier, attend depuis plus de 22 mois l'arrivée du bébé de Kaïnéné, une femelle éléphante, la matriarche d'un groupe de dix-sept pachydermes d'Asie du Sud-Est. C'est la gestation la plus longue du règne animal, mais aussi l'une des plus risquées. L'an passé, Florian a été traumatisé par la mort d'un nouveau-né. Ce bébé, c'est celui de la revanche. Au zoo d'Amnéville, dans l'Est de la France, Vanessa, vétérinaire, est chargée de veiller sur la naissance d'une des espèces les plus menacées au monde : le rhinocéros blanc. Dans son milieu naturel, en Afrique, il est exterminé pour sa corne. Et l'hiver dernier, pour la première fois, des braconniers ont tué un rhinocéros en captivité, dans le Parc de Thoiry (Yvelines). À Amnéville, Vanessa met tous ses espoirs en Talla : dans quelques jours, cette femelle rhinocéros doit mettre bas, mais son bébé survivra-t-il ? Entre peur, stress et grands moments de joie, les équipes de Zone Interdite vous feront vivre en immersion la reproduction de ces espèces parmi les plus menacées du monde.
    • Magazine

      L’Ombre d’un doute

      L'ombre d'un doute 2x22 Bordeaux, histoires de châteaux

      Voir en replay sur Numéro 23
      Drames humains, destins fabuleux, intrigues… Tous les grands chapitres de l’histoire, jusqu’aux plus connus et rebattus, présentent des zones d’ombre et des doutes. Eclairer ces aspects inattendus de l’Histoire – des non-dits de l’affaire des poisons aux impostures de 14-18, des origines obscures de Lili Marleen à ce que l’archéologie nous apprend de Jésus – tel est le défi de L’Ombre d’un doute. Au fil d’investigations, riches en suspense et en rebondissements, la passion contagieuse de Franck Ferrand nous entraîne à la recherche de vérités cachées. Avec humilité et méthode, L’Ombre d’un doute souhaite donner aux téléspectateurs la possibilité d’aller au-delà des mythes simplificateurs et des idées toutes faites.