Revoir un programme tv en replay et en streaming
Voir en replay sur M6
M6 Diffusion 21-11-16 à 00:20 Durée : 1h07min
  • bien (29 votes) Note : 4.0/5 | 3 401 vues
    Votre avis :
    • Bof
    • Moyen
    • Pas mal
    • Bien
    • Excellent !

    Autres programmes :
      Résumé

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      La plus sanglante organisation terroriste de la planète a un nom : Boko Haram. Son objectif : instaurer un califat et appliquer la charia, la loi islamique, au cœur de l'Afrique. Depuis 2009, ce mouvement, qualifié de secte, aurait déjà fait 20 000 victimes civiles - plus que Daech en Syrie - et provoqué l'exode de 2,5 millions de personnes. Massacres, exactions, attentats kamikazes et même enlèvements à sensation comme en avril 2014, quand Boko Haram a pris en otages 276 lycéennes, âgées de 12 à 17 ans, dans un village au nord-est du Nigéria. Malgré une mobilisation internationale et l'appel lancé par Michelle Obama et la mobilisation de stars internationales (« Bring back our girls »), ces jeunes filles sont toujours détenues par la secte terroriste. Selon une récente vidéo postée par les islamistes, certaines d'entre elles seraient encore miraculeusement en vie. Né au nord du Nigeria, dans l'une région les plus pauvres d'Afrique, Boko Haram prône un djihad extrême, appelant au meurtre de tous les chrétiens et même des musulmans modérés, en bref tous ceux qui ne se rallient pas à sa cause. Sa barbarie est sans limite. Pour l'ICSR (Centre International d'Études sur la Radicalisation Politique), « c'est le groupe islamiste le plus féroce du monde ». Aujourd'hui, Boko Haram, devenu la branche ouest-africaine de l'État Islamique, cherche à conquérir de nouveaux territoires au Nigeria, au Cameroun et au Tchad. Pour cela, le mouvement s'appuie sur près de 30 000 combattants fanatiques. Leur leader et commandant en chef, Aboubakar Shekau, est une sorte de gourou illuminé, adepte de la sorcellerie et qui aime se mettre en scène lors d'étonnantes vidéos de propagande. L'homme, qui se déclare invincible, multiplie les provocations et n'hésite pas à déclarer la guerre au monde entier au nom du Coran. Face à la folie destructrice de Aboubakar Shekau et à la progression inquiétante de son mouvement dans cette région de l'Afrique, les armées de tous les pays concernés sont en première ligne. Depuis peu, elles bénéficient du soutien de soldats d'élite français et américains. Pendant six mois, nous sommes partis sur les traces de Boko Haram et avons enquêté sur le terrain, des sables du Niger à la brousse du Cameroun, en passant par le Tchad et le Nigeria, avec des militaires, des victimes, des rescapés (notamment le roi Seini Boukar, enlevé par Boko Harma avec sa famille) et des réfugiés, au plus près des massacres et des combats.

      Enquête exclusive (43 vidéos)
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      La plus sanglante organisation terroriste de la planète a un nom : Boko Haram. Son objectif : instaurer un califat et appliquer la charia, la loi islamique, au cœur de l'Afrique. Depuis 2009, ce mouvement, qualifié de secte, aurait déjà fait 20 000 victimes civiles - plus que Daech en Syrie - et provoqué l'exode de 2,5 millions de personnes. Massacres, exactions, attentats kamikazes et même enlèvements à sensation comme en avril 2014, quand Boko Haram a pris en otages 276 lycéennes, âgées de 12 à 17 ans, dans un village au nord-est du Nigéria. Malgré une mobilisation internationale et l'appel lancé par Michelle Obama et la mobilisation de stars internationales (« Bring back our girls »), ces jeunes filles sont toujours détenues par la secte terroriste. Selon une récente vidéo postée par les islamistes, certaines d'entre elles seraient encore miraculeusement en vie. Né au nord du Nigeria, dans l'une région les plus pauvres d'Afrique, Boko Haram prône un djihad extrême, appelant au meurtre de tous les chrétiens et même des musulmans modérés, en bref tous ceux qui ne se rallient pas à sa cause. Sa barbarie est sans limite. Pour l'ICSR (Centre International d'Études sur la Radicalisation Politique), « c'est le groupe islamiste le plus féroce du monde ». Aujourd'hui, Boko Haram, devenu la branche ouest-africaine de l'État Islamique, cherche à conquérir de nouveaux territoires au Nigeria, au Cameroun et au Tchad. Pour cela, le mouvement s'appuie sur près de 30 000 combattants fanatiques. Leur leader et commandant en chef, Aboubakar Shekau, est une sorte de gourou illuminé, adepte de la sorcellerie et qui aime se mettre en scène lors d'étonnantes vidéos de propagande. L'homme, qui se déclare invincible, multiplie les provocations et n'hésite pas à déclarer la guerre au monde entier au nom du Coran. Face à la folie destructrice de Aboubakar Shekau et à la progression inquiétante de son mouvement dans cette région de l'Afrique, les armées de tous les pays concernés sont en première ligne. Depuis peu, elles bénéficient du soutien de soldats d'élite français et américains. Pendant six mois, nous sommes partis sur les traces de Boko Haram et avons enquêté sur le terrain, des sables du Niger à la brousse du Cameroun, en passant par le Tchad et le Nigeria, avec des militaires, des victimes, des rescapés (notamment le roi Seini Boukar, enlevé par Boko Harma avec sa famille) et des réfugiés, au plus près des massacres et des combats.

      Écrire un commentaire

      En cliquant sur le bouton 'Publier', j'accepte la charte TV-replay.

      Les derniers programmes Enquête exclusive

      • Magazine

        Enquête exclusive

        Garagistes escrocs, experts véreux : le scandale des épaves roulantes

        bien (19 votes) Votre vote
        Enquête exclusive (43 vidéos) 2 commentaires
        Voir en replay sur M6
        (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
        Sur les 5 millions de voitures qui se vendent chaque année sur le marché de l'occasion, entre 100 000 et 200 000 seraient de véritables épaves roulantes. Un chiffre alarmant lorsque l'on sait que de nombreux accidents de la route sont dus à des problèmes de vétusté ou de mauvais entretien des véhicules. Sans le savoir, des automobilistes mettent chaque jour leur vie et celle des autres en danger. Quelles sont les garanties de sécurité offertes par le marché de l'automobile d'occasion ? Comment être sûr de la provenance des véhicules de seconde main? Et comment repérer leurs éventuelles défaillances techniques ? Il y a six mois, 5 000 automobilistes d'Île-de-France ont été priés, par les servies de la Préfecture, de rapporter d'urgence leur voiture au garage afin d'effectuer une nouvelle révision, notamment pour vérifier « la qualité des réparations subies ». Une mise en garde inédite à la suite du démantèlement d'un vaste réseau d'escrocs agissant sur le marché de l'automobile d'occasion. À l'origine de cette enquête, un grave accident de la route aux circonstances suspectes qui a permis de lever le voile sur l'étonnant business des épaves roulantes. Un système particulièrement bien rodé permettait ainsi la remise en circulation de voitures accidentées et mal réparées. À la manœuvre, un réseau criminel impliquant des garagistes escrocs et des experts véreux. Toute une chaîne mise en place et organisée pour revendre, sur le marché de l'occasion, des voitures qui n'auraient jamais dû sortir de la casse. Durant un an, nous avons suivi au quotidien les investigations des gendarmes de la section de recherche de Paris à l'origine de ces révélations. Crash tests, filatures, perquisitions, auditions pour un scandale encore jamais vu : celui des épaves roulantes.
      • Magazine

        Enquête exclusive

        La poudrière libyenne : menace aux portes de l'europe

        pas mal (20 votes) Votre vote
        Enquête exclusive (43 vidéos) 2 commentaires
        Voir en replay sur M6
        (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
        Située à peine à 300 km des côtes européennes, la Libye est au bord du chaos. Cinq ans après la chute de Kadhafi, il n'y a plus d'État, plus de pouvoir officiel. Le pays, grand comme trois fois la France, est divisé entre milices ennemies et gouvernements rivaux. Tous s'affrontent pour la reconquête du pouvoir et pour chasser Daech ; l'organisation terroriste ayant profité de la situation pour faire de la Libye sa nouvelle terre d'élection. Exceptionnellement, les caméras d'Enquête Exclusive ont pu suivre, à Benghazi, la deuxième ville de Libye après Tripoli, les combats entre les hommes de la nouvelle armée nationale, qui contrôle l'est du pays, et les djihadistes de Daech. Sur la ligne de front, ces jeunes soldats luttent avec les moyens du bord : des armes et du matériel hors d'âge. Chaque jour, ils paient un lourd tribut dans cette guerre contre les terroristes avec, dans leurs rangs, des blessés et des morts. Après deux ans de lutte acharnée, leur sacrifice a payé : Daech a été chassé du centre de Benghazi. La charia n'y est plus appliquée. Les habitants peuvent à nouveau s'habiller librement, écouter de la musique, faire de la moto… Nous avons notamment suivi les bikers du Benghazi Motors Club ; des motards qui paradent fièrement, au guidon de leurs engins, dans les quartiers libérés de leur ville. Mais dans certains quartiers, les combats continuent. Plus au sud, le désert libyen échappe à tout contrôle. Ce territoire immense est livré aux terroristes et aux trafiquants en tout genre (drogue, armes, êtres humains...). Après la mort de Kadhafi, la Libye est devenue le principal point de passage des migrants vers l'Europe. Nos journalistes ont suivi le quotidien d'une milice qui tente, tant bien que de mal, d'assurer la sécurité dans cette région hostile. S'ils survivent à la traversée du désert, les migrants échouent à Tripoli où ils sont à la merci des passeurs. Actuellement, près de 300 000 migrants attendraient à Tripoli de pouvoir passer en Europe. « La poudrière libyenne : menace aux portes de l'Europe », c'est un document rare que vous propose Enquête Exclusive, une plongée inédite et explosive au cœur du chaos libyen.
      • Magazine

        Enquête exclusive

        Madagascar : l'enfer au paradis

        bien (15 votes) Votre vote
        Enquête exclusive (43 vidéos) Commenter
        Voir en replay sur M6
        (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
        Pour les touristes étrangers, Madagascar a tout d'un paradis : plages désertes, eau turquoise, soleil toute l'année, végétation luxuriante et une faune extraordinaire que l'on peut approcher au plus près (lémuriens, tortues géantes, dauphins et même baleines). Pour les investisseurs, dont de nombreux Français, la grande île de l'Océan Indien présente d'énormes avantages. Ici, une sublime villa avec plage privée coûte moins cher qu'un studio à Paris. Et plusieurs hectares de terrains vierges bordés de cocotiers avec accès à la mer se négocient pour quelques milliers d'euros. Résultat, les professionnels du tourisme se bousculent. Et pour faire tourner hôtels et restaurants, la main d'œuvre ne coûte rien, ou presque (smic malgache : 30 euros par mois). Sur l'île paradisiaque de Nosy Be, nous avons suivi le quotidien d'une femme de chambre d'un hôtel de luxe. La journée est facturée 600 euros aux clients étrangers. Elle gagne 1 dollar par jour et vit dans une cabane sans eau ni électricité. Derrière le décor de carte postale, c'est la majeure partie de la population qui vit dans le dénuement. Madagascar est l'un des pays les plus pauvres du monde. 92% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Et 1 enfant sur 3 quitte l'école avant l'âge de 14 ans. Dans les carrières de pierre, certaines étant situées juste derrière les plages de rêve, vous découvrirez le quotidien de cette famille, obligée de faire travailler ses très jeunes enfants. Nina, 7 ans, casse des cailloux toute la journée pour les transformer en gravier. Pour sa mère, seul espoir : que sa fille épouse un blanc, un riche étranger, qui la fera sortir de cette misère. De nombreuses jeunes filles offrent aussi leurs charmes aux touristes blancs, que l'on appelle « les Vazahas ». Sur l'île, la passe se monnaie autour de 10 euros et rien ne semble freiner le développement du tourisme sexuel. Des filles de plus en plus jeunes, souvent mineures, se prostituent. Et la police reste inactive ou impuissante face à ce fléau. De son côté, la population locale, se sentant exploitée, est aujourd'hui à bout de nerf. Et il lui arrive de rendre la justice elle-même, jusqu'au lynchage en place publique, transformant ce paradis naturel en un baril de poudre prêt à exploser.

      Les derniers programmes Magazines mis en ligne