Revoir un programme tv en replay et en streaming
Voir en replay sur Public Sénat
Public Sénat Diffusion Diffusé le 10-07-13 Durée : 59min
  • aucun (0 vote) Note : -/5 | 0 vue
    Votre avis :
    • Bof
    • Moyen
    • Pas mal
    • Bien
    • Excellent !

    Autres programmes :
    Résumé

    L'examen du texte sur la transparence de la vie publique, une des réponses du gouvernement à l'affaire Cahuzac, a été reporté à vendredi et lundi au Sénat, les sénateurs ayant adopté mardi soir une motion de renvoi en commission du groupe RDSE, à majorité Radicaux de gauche, qui estime que le texte mérite un examen plus approfondi. L'étude du projet de loi devait pourtant se poursuivre mercredi et jeudi. L'adoption de la motion par 188 voix pour et 158 contre a entraîné une réunion de la commission des lois, qui a à son tour rejeté le projet de loi organique qu'elle avait pourtant adopté le 3 juillet. "Elle a évolué, c'est son droit", a commenté le président de la commission Jean-Pierre Sueur (PS). Avec ce rejet, le Sénat repart à zéro et doit reprendre l'étude du texte sur la base de celui qui lui a été transmis par l'Assemblée nationale, sans tenir compte des amendements que sa commission des lois avait initialement déposés. Le président de séance, Jean-Léonce Dupont (UDI-UC), a proposé dans un premier temps de reprendre la séance mercredi à 16H00, pour permettre le dépôt de nouveaux amendements. Mais au nom de l'UMP, Catherine Troendle a rappelé que les délais pour le dépôt des amendements est fixé par la conférence des présidents, composée des chefs des groupes politiques à la Haute Assemblée. Le ministre des relations avec le Parlement, Alain Vidalies, a fait valoir que "le gouvernement souhaite que ce texte soit examiné sereinement et complètement et qu'il soit adopté d'ici la fin de la session extraordinaire". "Si la conférence des présidents décide de siéger ultérieurement, le gouvernement sera à la disposition du Sénat, même au mois d'août", a-t-il prévenu. M. Dupont a fait alors demander l'avis du président du Sénat, Jean-Pierre Bel, avant d'annoncer une réunion immédiate de la conférence des présidents. Outre la reprise du débat à vendredi et lundi, celle-ci a fixé à jeudi 10H00 la date limite pour le dépôt de nouveaux amendements. La commission des lois se réunira pour les étudier jeudi à 14H30. L'étude du texte avait auparavant mal commencé, le président des sénateurs RDSE, Jacques Mézard, annonçant d'emblée que son groupe ne le voterait pas tel qu'il était présenté. Les 18 voix de ces sénateurs sont indispensables à la majorité gouvernementale, RDSE, PS, communistes et écologistes.

    Séance (1107 vidéos)
    L'examen du texte sur la transparence de la vie publique, une des réponses du gouvernement à l'affaire Cahuzac, a été reporté à vendredi et lundi au Sénat, les sénateurs ayant adopté mardi soir une motion de renvoi en commission du groupe RDSE, à majorité Radicaux de gauche, qui estime que le texte mérite un examen plus approfondi. L'étude du projet de loi devait pourtant se poursuivre mercredi et jeudi. L'adoption de la motion par 188 voix pour et 158 contre a entraîné une réunion de la commission des lois, qui a à son tour rejeté le projet de loi organique qu'elle avait pourtant adopté le 3 juillet. "Elle a évolué, c'est son droit", a commenté le président de la commission Jean-Pierre Sueur (PS). Avec ce rejet, le Sénat repart à zéro et doit reprendre l'étude du texte sur la base de celui qui lui a été transmis par l'Assemblée nationale, sans tenir compte des amendements que sa commission des lois avait initialement déposés. Le président de séance, Jean-Léonce Dupont (UDI-UC), a proposé dans un premier temps de reprendre la séance mercredi à 16H00, pour permettre le dépôt de nouveaux amendements. Mais au nom de l'UMP, Catherine Troendle a rappelé que les délais pour le dépôt des amendements est fixé par la conférence des présidents, composée des chefs des groupes politiques à la Haute Assemblée. Le ministre des relations avec le Parlement, Alain Vidalies, a fait valoir que "le gouvernement souhaite que ce texte soit examiné sereinement et complètement et qu'il soit adopté d'ici la fin de la session extraordinaire". "Si la conférence des présidents décide de siéger ultérieurement, le gouvernement sera à la disposition du Sénat, même au mois d'août", a-t-il prévenu. M. Dupont a fait alors demander l'avis du président du Sénat, Jean-Pierre Bel, avant d'annoncer une réunion immédiate de la conférence des présidents. Outre la reprise du débat à vendredi et lundi, celle-ci a fixé à jeudi 10H00 la date limite pour le dépôt de nouveaux amendements. La commission des lois se réunira pour les étudier jeudi à 14H30. L'étude du texte avait auparavant mal commencé, le président des sénateurs RDSE, Jacques Mézard, annonçant d'emblée que son groupe ne le voterait pas tel qu'il était présenté. Les 18 voix de ces sénateurs sont indispensables à la majorité gouvernementale, RDSE, PS, communistes et écologistes.

    Écrire un commentaire

    En cliquant sur le bouton 'Publier', j'accepte la charte TV-replay.

    Les derniers programmes Séance

    Les derniers programmes Magazines mis en ligne

    • Magazine

      Passe-moi les jumelles

      Tour de Suisse musical pour deux troubadours d´appartement

      Voir en replay sur TV5 Monde
      Au sommaire : Bernt Frenkel a de multiples casquettes. Chanteur et compositeur, mais aussi enseignant de philosophie, il est depuis peu troubadour d´appartement. Avec son ami accordéoniste Marc-Antoine Strahm, lui aussi enseignant, ils parcourent durant 26 jours les salons des Suisses pour y chanter. Des chèvres pour vocation Tout quitter pour s´occuper de chèvres. Telle a été la volonté de Danièle et Pascal, qui ont décidé il y a plus de 30 ans de quitter Neuchâtel, leur canton d´origine et leur métier, pour s´installer en 1983 au Tessin, dans le Val Verzasca. Le couple raconte son parcours, ses choix et les conséquences de la vie à l´alpage. Invités : Bernt Frenkel, enseignant et guitariste ; Marc-Antoine Strahm, enseignant et accordéoniste. Présentation : Virginie Brawand.
    • Magazine

      Confessions intimes

      Intimes du 27 juillet 2017 - episode 57

      Voir en replay sur NT1
      "Je ne reconnais plus ma femme" : Après 11 ans de mariage, Sambali ne reconnaît plus la femme qu’il a épousé. Et pour cause, Jennifer s’est métamorphosée. Elle a perdu 30 kilos en un an, elle a subi 3 abdominaux-plasties, elle a refait sa poitrine. Depuis elle se sent mieux dans sa peau. Pour elle, c’est sa revanche sur la vie. Un comportement addictif qui inquiète au plus haut point son mari et sa mère…mais qu’importe, elle est accro aux regards que les gens portent sur elle. Fière de sa nouvelle plastique, elle s’affiche en grand dans le salon… Elle aimerait que son mari soit fière d’elle …ce qui est loin d’être le cas. Il a l’impression que la chirurgie esthétique lui a volé sa femme. Jennifer comprendra t elle qu’elle doit stopper cette surenchère ? Ce couple trouvera-t-il un nouvel équilibre ? "Arrête de te prendre pour une star" : Hassan, 25 ans, est un jeune homme qui rêve de percer en se faisant remarquer dans une télé réalité. Très sûr de lui, il pense avoir un charisme fou et adore sa petite personne… A la maison il se prend pour une star et passe son temps à s’occuper de lui ou se regarder dans le miroir ! Et pour Michel, 50 ans, son père de coeur qui l’héberge depuis 2 ans, Hassan en fait trop. Son comportement de pacha l’agace. Il faut dire que Michel travaille et doit tout faire à la maison pendant qu’Hassan se prélasse. Même si Michel soutient Hassan dans ses rêves de notoriété, il aimerait qu’il ait davantage les pieds sur terre pour lui ouvrir les yeux. Nous confrontons notre star en herbe à une professionnelle de la télé réalité, quel sera son verdict ? "A la maison c'est Kiki le perroquet qui commande" : Gilles et Martine, gérant et secrétaire d’un supermarché, la cinquantaine, sont ensemble depuis 4 ans. A la même époque, ils ont adopté un perroquet, Kiki, qui se montre hyper affectif avec son maître notamment. La bestiole a 110 m2 dans la maison rien que pour lui. Très capricieux, il fait marcher la maisonnée à son rythme, obligeant ses maîtres à dormir près de sa volière. Ceux-ci ne peuvent plus sortir le soir ni recevoir des amis de peur de déranger Kiki que cela empêcherait de dormir et deviendrait agressif. Les vacances, c’est encore pire ! Autant de sacrifices que Gilles accepte de bon gré, mais Martine, c’est moins sûr.