Revoir un programme tv en replay et en streaming
Voir en replay sur M6
M6 Diffusion 06-11-17 à 02:51 Durée : 1h22min
  • bien (8 votes) Note : 4.3/5 | 1 307 vues
    Votre avis :
    • Bof
    • Moyen
    • Pas mal
    • Bien
    • Excellent !

    Autres programmes :
      Résumé

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      260 000 morts, 45 000 disparus, 8 millions de déplacés. Le conflit qui déchire la Colombie est l'un des plus sanglants et les plus destructeurs de la planète. C'est aussi l'un des plus anciens. Déjà plus d'un demi-siècle de combats entre les FARC (Forces Armées Révolutionnaires de Colombie), une guérilla marxiste-léniniste qui a pris les armes en 1964, et l'armée colombienne. Terroristes pour les uns, révolutionnaires pour les autres, les FARC sont prêts à tout pour financer leur guerre : kidnappings (des milliers d'otages retenus prisonniers dans la jungle, dont Ingrid Betancourt, libérée en 2008 après six ans et demi de captivité), vols et trafic de drogue. Cachés dans la forêt et les montagnes, les 35 000 combattants des FARC multiplient les attaques contre l'État. Ils harcèlent les troupes régulières, terrorisent le pouvoir, les populations locales et les grands propriétaires terriens. Pour se défendre, ces derniers ont créé des milices privées de plusieurs milliers d'hommes (les « fameux » escadrons de la mort). À feu et à sang depuis des décennies, ravagée par une guerre civile qui voit s'affronter combattants des FARC, armée régulière et groupes paramilitaires, la Colombie est peut-être aujourd'hui proche d'un accord de paix. Le 26 juin dernier, contre toute attente, le président colombien, Juan Manuel Santos et le leader des FARC, « Timochenko », ont signé un cessez-le-feu. Pour une paix durable ou juste une trêve ? Les deux ennemis historiques seront-ils enfin capables de s'entendre ? Difficile à dire, après toutes ces années de guerre... Certains chefs des FARC ont d'ores et déjà annoncé qu'ils continueraient la lutte armée. Pour la première fois et pour Enquête Exclusive, le journaliste Ibar Aïbar a eu l'autorisation de filmer, au cœur de la jungle, un camp des FARC et de partager le quotidien de ses combattants. C'est l'un des bataillons d'élite de la guérilla, celui qui détenait les otages les plus monnayables, comme Ingrid Betancourt. Entraînements, propagande, opérations militaires sur le terrain, production et trafic de cocaïne, notre équipe a eu accès à tout. Les combattants, hommes et femmes (40% de guerilleras), se sont laissés filmer dans leur intimité et ont accepté de répondre librement à nos questions. Nous avons aussi rencontré certaines de leurs victimes, d'anciens otages, détenus pendant des années dans des conditions inhumaines, enchaînés au fond de la jungle. Leurs confessions sont bouleversantes. Nous avons enfin filmé le retour à la civilisation de combattants, qui n'ont connu que la guerre et les camps. Ont-ils une chance de se réadapter à la société ? Guerre en Colombie : derniers jours avec les FARC, un document exceptionnel et inédit sur l'un des conflits les plus meurtriers de notre époque...

      Enquête exclusive (44 vidéos)
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      260 000 morts, 45 000 disparus, 8 millions de déplacés. Le conflit qui déchire la Colombie est l'un des plus sanglants et les plus destructeurs de la planète. C'est aussi l'un des plus anciens. Déjà plus d'un demi-siècle de combats entre les FARC (Forces Armées Révolutionnaires de Colombie), une guérilla marxiste-léniniste qui a pris les armes en 1964, et l'armée colombienne. Terroristes pour les uns, révolutionnaires pour les autres, les FARC sont prêts à tout pour financer leur guerre : kidnappings (des milliers d'otages retenus prisonniers dans la jungle, dont Ingrid Betancourt, libérée en 2008 après six ans et demi de captivité), vols et trafic de drogue. Cachés dans la forêt et les montagnes, les 35 000 combattants des FARC multiplient les attaques contre l'État. Ils harcèlent les troupes régulières, terrorisent le pouvoir, les populations locales et les grands propriétaires terriens. Pour se défendre, ces derniers ont créé des milices privées de plusieurs milliers d'hommes (les « fameux » escadrons de la mort). À feu et à sang depuis des décennies, ravagée par une guerre civile qui voit s'affronter combattants des FARC, armée régulière et groupes paramilitaires, la Colombie est peut-être aujourd'hui proche d'un accord de paix. Le 26 juin dernier, contre toute attente, le président colombien, Juan Manuel Santos et le leader des FARC, « Timochenko », ont signé un cessez-le-feu. Pour une paix durable ou juste une trêve ? Les deux ennemis historiques seront-ils enfin capables de s'entendre ? Difficile à dire, après toutes ces années de guerre... Certains chefs des FARC ont d'ores et déjà annoncé qu'ils continueraient la lutte armée. Pour la première fois et pour Enquête Exclusive, le journaliste Ibar Aïbar a eu l'autorisation de filmer, au cœur de la jungle, un camp des FARC et de partager le quotidien de ses combattants. C'est l'un des bataillons d'élite de la guérilla, celui qui détenait les otages les plus monnayables, comme Ingrid Betancourt. Entraînements, propagande, opérations militaires sur le terrain, production et trafic de cocaïne, notre équipe a eu accès à tout. Les combattants, hommes et femmes (40% de guerilleras), se sont laissés filmer dans leur intimité et ont accepté de répondre librement à nos questions. Nous avons aussi rencontré certaines de leurs victimes, d'anciens otages, détenus pendant des années dans des conditions inhumaines, enchaînés au fond de la jungle. Leurs confessions sont bouleversantes. Nous avons enfin filmé le retour à la civilisation de combattants, qui n'ont connu que la guerre et les camps. Ont-ils une chance de se réadapter à la société ? Guerre en Colombie : derniers jours avec les FARC, un document exceptionnel et inédit sur l'un des conflits les plus meurtriers de notre époque...

      Écrire un commentaire

      En cliquant sur le bouton 'Publier', j'accepte la charte Télé 7 Jours Replay.

      Les derniers programmes Enquête exclusive

      • Magazine

        Enquête exclusive

        Sur les routes les plus meurtrières du monde

        Voir en replay sur M6
        (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
        Dans le monde, la route tue chaque année 1,3 million de personnes et en blesse près de 50 millions. Parmi les pays où les routes sont les plus meurtrières, il y a la République Dominicaine. Derrière l'image de carte postale, avec ses plages de sable blanc, ses eaux turquoises et ses hôtels de luxe, cette petite île des Caraïbes (10 millions d'habitants) ne cesse de compter ses victimes d'accidents de la route : plus de 3 000 morts par an. C'est proportionnellement six fois plus qu'en France. Premier problème, les deux-roues, impliqués dans 65 % des accidents. Personne ne porte de casque, alors que c'est théoriquement obligatoire. Le code de la route n'est quasiment jamais respecté. Résultat, les accidents se multiplient, et ils sont souvent très graves. Le week-end, notamment à cause d'une consommation massive d'alcool, les hôpitaux publics sont débordés. Déjà mal équipés, ils ont du mal à prendre en charge tous les blessés de la route. De son côté, la police semble impuissante. Et la corruption n'arrange rien. Nombreux sont en effet les agents de la circulation soupçonnés de fermer les yeux contre quelques billets. Pour conduire en République Dominicaine, il est même possible d'acheter un faux permis en moins d'une heure pour à peine 70 euros. À l'autre bout du monde, la Tunisie est le mauvais élève du Maghreb. Pourtant, la situation est en train de changer, surtout depuis que la ceinture de sécurité est devenue obligatoire (avril 2017). Un pas de géant pour ce pays car depuis la chute de l'ancien dictateur Ben Ali (2011), la sécurité routière n'était pas une priorité pour le gouvernement. Désormais, le nombre de morts et de blessés sur les routes est en forte diminution, mais certains axes restent très problématiques, comme l'A1, qui relie Tunis à Hammamet. Sur cette autoroute, la vitesse est la première cause de mortalité. Pour la police de la route, c'est désormais tolérance zéro. Les week-end les plus chargés, les agents se relaient du matin au soir pour faire la chasse aux chauffards. Sur le continent africain, le Mozambique est l'un des pays les plus touchés. Principales causes : l'état déplorable des routes, la vétusté des véhicules, l'absence de réglementations et de ralentisseurs. La majorité des victimes ont entre 18 et 24 ans. Mais l'hécatombe concerne surtout les piétons. 56% des morts sur les routes sont des piétons. Parmi eux, les enfants qui vont à pieds à l'école.
      • Magazine

        Enquête exclusive

        Adoption aux USA : un scandaleux marché aux enfants

        Voir en replay sur M6
        Aux États-Unis, les parents peuvent légalement se débarrasser de leurs enfants adoptifs. Ce droit s'appelle le « rehoming » (relocalisation), un terme utilisé d'ordinaire pour les échanges d'animaux. Selon les autorités américaines, 1 enfant adopté sur 5 est ré-abandonné par ses parents. Qu'importe les raisons invoquées : un petit garçon pas assez affectueux, une adolescente perturbée ou des parents qui se sentent débordés... Pas besoin d'enquête préalable des services sociaux, un simple acte notarié et l'enfant se retrouve sans foyer. Chaque année, 35 000 enfants attendent de se faire accueillir par une nouvelle famille d'adoption. Délaissés une deuxième fois, ces enfants font alors l'objet d'un incroyable marché de seconde main. Et de nombreuses agences privées ont fait de la ré-adoption un business lucratif. Les annonces sont postées sur Internet, et les enfants sont mis en vente, telle une marchandise d'occasion...

      Les derniers programmes Magazines mis en ligne