Revoir un programme tv en replay et en streaming
Voir en replay sur W9
W9 Diffusion 18-05-19 à 23:50 Durée :
  • bien (11 votes) Note : 3.8/5 | 0 vue
    Votre avis :
    • Bof
    • Moyen
    • Pas mal
    • Bien
    • Excellent !

    Autres programmes :
    Résumé

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Affaire Mosser : piège à domicile Le 12 septembre 2013, à Illfurth, dans le Haut-Rhin, il est 17 heures lorsque Carine Baudin appelle son beau-frère, Éric Mosser. Elle est inquiète pour sa sœur, Isabelle. En effet, les deux femmes ont l'habitude d'aller chercher leurs enfants à tour de rôle à l'école et, ce soir-là, Isabelle ne s'est pas présentée à la sortie des classes. Affolé, Éric Mosser quitte son travail. Lui aussi est sans nouvelles d'elle. Arrivé à son domicile, il la découvre gisant dans une mare de sang. Elle a reçu 8 coups de couteaux, dont 7 dans le dos. Pour le mari et la sœur de la victime, le monde s'écroule. À première vue, tout semble indiquer qu'Isabelle Mosser a surpris des cambrioleurs qui se sont acharnés sur elle avant de prendre la fuite : la maison est sens dessus dessous et le pavillon mitoyen, celui où vit sa sœur Carine, a lui aussi été fouillé… Commence alors une incroyable enquête qui va mener les enquêteurs sur de nombreuses pistes. D'abord, il y a celle de deux cambrioleurs qui ont déjà sévis dans le quartier quelques mois auparavant. Il y a encore cet ami d'Éric dont Isabelle n'appréciait pas vraiment la compagnie… Alors que toutes les pistes se referment les unes après les autres, un mystérieux corbeau va faire son apparition. Six mois après la mort de sa femme, Éric Mosser reçoit dans sa boite aux lettres un courrier anonyme. L'auteur y revendique le meurtre d'Isabelle et, chose étrange, la nomme « Belli ». Ce surnom, seuls les amis intimes de la victime le connaissent. L'enquête prend alors une toute autre tournure : quelqu'un dans l'entourage d'Isabelle Mosser est l'auteur de ce crime. Mais qui ? Affaire Pichon : meurtre sans cadavre Le 13 novembre 2007 à Senones, dans les Vosges, il est 14 heures lorsqu'un couple se présente à la gendarmerie de cette petite ville de 3 000 habitants. Devant des gendarmes stupéfaits, Olivier Benoît, 34 ans, et Maud Tellier, 26 ans, font alors un aveu incroyable : ils ont tué leur voisin Robert Pichon, un retraité de 61 ans. Le jeune couple explique que, pris de remords, il a décidé de se dénoncer et raconte les circonstances du drame. Six semaines plus tôt, Robert Pichon aurait tenté d'agresser sexuellement la jeune femme. Prise de panique, Maud Tellier aurait, pour se défendre, saisi un outil et frappé son agresseur à plusieurs reprises. L'homme serait mort des suites de ses blessures. Très vite, les enquêteurs se rendent sur la scène du crime à Sainte-Hélène, un village distant d'une trentaine de kilomètres. À priori pour les gendarmes, il s'agit là d'une affaire bouclée : ils disposent d'aveux très précis du couple, il ne reste plus qu'à recueillir des preuves matérielles pour finaliser l'enquête... Seulement, en arrivant sur place, une maison isolée en pleine campagne, les enquêteurs vont de surprise en surprise. Ils ne trouvent aucune trace de lutte, de sang ou d'empreintes venant étayer la version d'Olivier Benoît et Maud Tellier. Et surtout, le corps de Robert Pichon est introuvable. Le jeune couple a-t-il menti ? Comment expliquer la disparition de Robert Pichon ? C'est le début d'une enquête hors du commun sur un meurtre sans cadavre. Émission déconseillée aux moins de 10 ans.

    Enquêtes criminelles (47 vidéos)
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Affaire Mosser : piège à domicile Le 12 septembre 2013, à Illfurth, dans le Haut-Rhin, il est 17 heures lorsque Carine Baudin appelle son beau-frère, Éric Mosser. Elle est inquiète pour sa sœur, Isabelle. En effet, les deux femmes ont l'habitude d'aller chercher leurs enfants à tour de rôle à l'école et, ce soir-là, Isabelle ne s'est pas présentée à la sortie des classes. Affolé, Éric Mosser quitte son travail. Lui aussi est sans nouvelles d'elle. Arrivé à son domicile, il la découvre gisant dans une mare de sang. Elle a reçu 8 coups de couteaux, dont 7 dans le dos. Pour le mari et la sœur de la victime, le monde s'écroule. À première vue, tout semble indiquer qu'Isabelle Mosser a surpris des cambrioleurs qui se sont acharnés sur elle avant de prendre la fuite : la maison est sens dessus dessous et le pavillon mitoyen, celui où vit sa sœur Carine, a lui aussi été fouillé… Commence alors une incroyable enquête qui va mener les enquêteurs sur de nombreuses pistes. D'abord, il y a celle de deux cambrioleurs qui ont déjà sévis dans le quartier quelques mois auparavant. Il y a encore cet ami d'Éric dont Isabelle n'appréciait pas vraiment la compagnie… Alors que toutes les pistes se referment les unes après les autres, un mystérieux corbeau va faire son apparition. Six mois après la mort de sa femme, Éric Mosser reçoit dans sa boite aux lettres un courrier anonyme. L'auteur y revendique le meurtre d'Isabelle et, chose étrange, la nomme « Belli ». Ce surnom, seuls les amis intimes de la victime le connaissent. L'enquête prend alors une toute autre tournure : quelqu'un dans l'entourage d'Isabelle Mosser est l'auteur de ce crime. Mais qui ? Affaire Pichon : meurtre sans cadavre Le 13 novembre 2007 à Senones, dans les Vosges, il est 14 heures lorsqu'un couple se présente à la gendarmerie de cette petite ville de 3 000 habitants. Devant des gendarmes stupéfaits, Olivier Benoît, 34 ans, et Maud Tellier, 26 ans, font alors un aveu incroyable : ils ont tué leur voisin Robert Pichon, un retraité de 61 ans. Le jeune couple explique que, pris de remords, il a décidé de se dénoncer et raconte les circonstances du drame. Six semaines plus tôt, Robert Pichon aurait tenté d'agresser sexuellement la jeune femme. Prise de panique, Maud Tellier aurait, pour se défendre, saisi un outil et frappé son agresseur à plusieurs reprises. L'homme serait mort des suites de ses blessures. Très vite, les enquêteurs se rendent sur la scène du crime à Sainte-Hélène, un village distant d'une trentaine de kilomètres. À priori pour les gendarmes, il s'agit là d'une affaire bouclée : ils disposent d'aveux très précis du couple, il ne reste plus qu'à recueillir des preuves matérielles pour finaliser l'enquête... Seulement, en arrivant sur place, une maison isolée en pleine campagne, les enquêteurs vont de surprise en surprise. Ils ne trouvent aucune trace de lutte, de sang ou d'empreintes venant étayer la version d'Olivier Benoît et Maud Tellier. Et surtout, le corps de Robert Pichon est introuvable. Le jeune couple a-t-il menti ? Comment expliquer la disparition de Robert Pichon ? C'est le début d'une enquête hors du commun sur un meurtre sans cadavre. Émission déconseillée aux moins de 10 ans.


    Écrire un commentaire

    En cliquant sur le bouton 'Publier', j'accepte la charte Télé 7 Jours Replay.

    Les derniers programmes Enquêtes criminelles

    • Magazine

      Enquêtes criminelles

      Affaire Castro : une famille dans le box / La vengeance d'une mère de famille

      Voir en replay sur W9
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Affaire Castro : une famille dans le box Le 1er septembre 2015, un garde-forestier découvre le corps d'un homme à moitié carbonisé, sous un tunnel ferroviaire dans les environs de Nîmes. La victime est rapidement identifiée. Il s'agit d'un boulanger de 43 ans, porté disparu depuis 3 jours : Badré Fakir. D'après le médecin légiste, ce père de quatre enfants aurait été drogué avant d'être étranglé et poignardé. Ostensiblement éprouvée par l'horreur de ce meurtre, Catarina Castro, l'ex-femme de la victime, oriente les enquêteurs sur la piste d'un règlement de compte sur fond de trafic de drogue. Mais pour les sœurs de la victime, la vérité serait toute autre. Elles accusent Catarina qu'elles dépeignent comme une femme vénale. Pour empocher l'argent des assurances, elle aurait tendu un piège diabolique à son ex-mari. Placée en garde à vue, Catarina Castro explique qu'elle ne supportait plus les infidélités de son ex-mari ni les violences physiques et sexuelles qu'il lui aurait fait subir. Et ce n'est pas tout : selon elle, l'homme maltraitait et terrifiait toute la famille. Elle avoue l'avoir tué pour ces raisons. Seulement dans son récit, un détail cloche : elle affirme qu'après l'avoir étranglé et poignardé, elle aurait transporté son corps jusqu'à l'ancienne voie de chemin de fer. Or vu la corpulence de la victime, mesurant plus d'1m80 et pesant autour de 100 kg, il semble peu probable qu'elle ait agi seule… La vengeance d'une mère de famille Mariette, 50 ans, n'arrive plus à trouver le sommeil. Depuis plus de six mois, elle n'a plus aucune nouvelle de son frère, Raphaël. L'homme vit à Madagascar où il a fait fortune dans le négoce de la vanille et il ne revient en France que quelques semaines par an pour voir son épouse et ses six enfants qui vivent dans l'est de la France. Mariette décide alors de mener sa petite enquête. Elle contacte les amis de son frère en Afrique. Tous lui indiquent que Raphaël devait revenir en France pour passer les fêtes de Noël en famille. La sœur se renseigne auprès des compagnies aériennes et découvre que Raphaël a effectivement atterri à Roissy le 15 décembre 2006. Mais alors pourquoi ne l'a-t-il pas contactée ? Mariette alerte les gendarmes de l'étrange disparition de son frère. Les enquêteurs s'aperçoivent que quatre retraits bancaires ont été effectués après le 15 décembre avec la carte de Raphaël mais personne n'a vu ce dernier dans la région. L'homme a-t-il été victime d'un crime crapuleux ? C'est le début d'une enquête qui va finalement mener les enquêteurs sur la piste d'une terrible vengeance familiale...
    • Magazine

      Enquêtes criminelles

      Affaire Dieterich : un ami qui vous veut du bien / Affaire Xavier Philippe : le crime était trop parfait

      Voir en replay sur W9
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Affaire Dieterich : un ami qui vous veut du bien Le 5 juillet 1994, le corps d'un jeune homme est retrouvé dans un bois près de Belfort, dans l'est de la France. La victime est un étudiant de 24 ans : Stéphane Dieterich. Il a reçu 11 coups de couteau dans l'abdomen. La veille de cette macabre découverte, Stéphane a quitté le domicile de ses parents à 22 heures. Il devait retirer de l'argent et retrouver un ami, Christophe Blind, avec qui il devait partir en vacances le lendemain. Le jeune homme avait dit à sa mère : « Je reviens dans moins d'une demi-heure ». Seulement, il n'est jamais rentré… Au fil des mois, de nombreuses pistes sont explorées : rocambolesques, comme ce militant politique qui affirme que Stéphane a été tué par erreur : « Je suis son sosie et c'est moi qu'on visait ! », ou troublantes, comme ce commerçant de la fête foraine de Besançon qui se suicide après avoir confié : « J'ai fait une énorme connerie… ». Mais c'est plus de dix ans après le meurtre, alors que le dossier avait été classé par la justice, que l'affaire prend un tour inespéré. Christophe Blind, l'ami de Stéphane, la dernière personne supposée avoir vu le disparu vivant, n'avait pas tout dit à l'époque... Affaire Xavier Philippe : le crime était trop parfait « Je suis là dans cinq à dix minutes ». Lorsque Christophe Belle laisse ce message téléphonique à son associé Xavier Philippe ce 17 mai 2005, à 3 heures du matin, il ne se doute pas qu'il a rendez-vous avec la mort. Le lendemain, le cadavre de ce pâtissier parisien est découvert dans un bois, abattu par derrière, de trois balles dans la tête. Cette petite phrase, déposée sur sa messagerie, est l'un des éléments qui valent à Xavier Philippe d'être le premier sur la liste des suspects. Il faut dire que Xavier Philippe est le coupable idéal. Ce quinquagénaire a déjà un lourd passé judiciaire. Entre 1982 et 1998, cet ancien patron de discothèque, de restaurant et de commerces, a purgé trois ans de prison pour des affaires de violences et d'escroqueries. En 1998, un de ses anciens associés disparaît mystérieusement et un autre, Tony Gomez, figure des nuits parisiennes, échappe miraculeusement à la mort en 1998…

    Les derniers programmes Magazines mis en ligne

    //Google Tag Manager