Revoir un programme tv en replay et en streaming
Voir en replay sur W9
W9 Diffusion 18-05-19 à 22:50 Durée :
  • pas mal (2 votes) Note : 3.0/5 | 0 vue
    Votre avis :
    • Bof
    • Moyen
    • Pas mal
    • Bien
    • Excellent !

    Autres programmes :
    Résumé

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Le 14 mars 2015, un cortège d'hommes et de femmes, tout de noir vêtus, défilent dans les rues du petit village de Trois-Ponts, en Belgique francophone. Tous pleurent Bruno Lieber décédé quelques jours plus tôt des suites d'un cancer, à l'âge de 54 ans. Malgré l'attention de son épouse, Nancy, son état de santé n'avait cessé de décliner depuis plusieurs mois. Mais à son décès, sa sœur, Anne-Marie Lieber, ne se résout pas à accepter la thèse de la mort naturelle. Trop de détails lui paraissent étranges. Et notamment l'attitude de sa belle-sœur, Nancy, qui ne semble pas affectée par la disparition brutale de son compagnon. Mais comment le prouver ? Pendant les mois qui suivent la disparition de Bruno, Anne-Marie Lieber va alors mener sa propre enquête et son acharnement va finir par payer. Avec l'aide de proches, Anne-Marie va même réussir à apporter la preuve que la veuve de Bruno est impliquée dans sa disparition grâce à un enregistrement audio, réalisé à son insu, dans lequel elle dévoile un terrible secret. Commence alors une incroyable enquête qui va révéler que Bruno Lieber n'a jamais eu de cancer mais qu'il a été empoisonné à petit feu avec de la mort aux rats...

    Enquêtes criminelles (47 vidéos)
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Le 14 mars 2015, un cortège d'hommes et de femmes, tout de noir vêtus, défilent dans les rues du petit village de Trois-Ponts, en Belgique francophone. Tous pleurent Bruno Lieber décédé quelques jours plus tôt des suites d'un cancer, à l'âge de 54 ans. Malgré l'attention de son épouse, Nancy, son état de santé n'avait cessé de décliner depuis plusieurs mois. Mais à son décès, sa sœur, Anne-Marie Lieber, ne se résout pas à accepter la thèse de la mort naturelle. Trop de détails lui paraissent étranges. Et notamment l'attitude de sa belle-sœur, Nancy, qui ne semble pas affectée par la disparition brutale de son compagnon. Mais comment le prouver ? Pendant les mois qui suivent la disparition de Bruno, Anne-Marie Lieber va alors mener sa propre enquête et son acharnement va finir par payer. Avec l'aide de proches, Anne-Marie va même réussir à apporter la preuve que la veuve de Bruno est impliquée dans sa disparition grâce à un enregistrement audio, réalisé à son insu, dans lequel elle dévoile un terrible secret. Commence alors une incroyable enquête qui va révéler que Bruno Lieber n'a jamais eu de cancer mais qu'il a été empoisonné à petit feu avec de la mort aux rats...


    Écrire un commentaire

    En cliquant sur le bouton 'Publier', j'accepte la charte Télé 7 Jours Replay.

    Les derniers programmes Enquêtes criminelles

    • Magazine

      Enquêtes criminelles

      Affaire Dieterich : un ami qui vous veut du bien / Affaire Xavier Philippe : le crime était trop parfait

      Voir en replay sur W9
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Affaire Dieterich : un ami qui vous veut du bien Le 5 juillet 1994, le corps d'un jeune homme est retrouvé dans un bois près de Belfort, dans l'est de la France. La victime est un étudiant de 24 ans : Stéphane Dieterich. Il a reçu 11 coups de couteau dans l'abdomen. La veille de cette macabre découverte, Stéphane a quitté le domicile de ses parents à 22 heures. Il devait retirer de l'argent et retrouver un ami, Christophe Blind, avec qui il devait partir en vacances le lendemain. Le jeune homme avait dit à sa mère : « Je reviens dans moins d'une demi-heure ». Seulement, il n'est jamais rentré… Au fil des mois, de nombreuses pistes sont explorées : rocambolesques, comme ce militant politique qui affirme que Stéphane a été tué par erreur : « Je suis son sosie et c'est moi qu'on visait ! », ou troublantes, comme ce commerçant de la fête foraine de Besançon qui se suicide après avoir confié : « J'ai fait une énorme connerie… ». Mais c'est plus de dix ans après le meurtre, alors que le dossier avait été classé par la justice, que l'affaire prend un tour inespéré. Christophe Blind, l'ami de Stéphane, la dernière personne supposée avoir vu le disparu vivant, n'avait pas tout dit à l'époque... Affaire Xavier Philippe : le crime était trop parfait « Je suis là dans cinq à dix minutes ». Lorsque Christophe Belle laisse ce message téléphonique à son associé Xavier Philippe ce 17 mai 2005, à 3 heures du matin, il ne se doute pas qu'il a rendez-vous avec la mort. Le lendemain, le cadavre de ce pâtissier parisien est découvert dans un bois, abattu par derrière, de trois balles dans la tête. Cette petite phrase, déposée sur sa messagerie, est l'un des éléments qui valent à Xavier Philippe d'être le premier sur la liste des suspects. Il faut dire que Xavier Philippe est le coupable idéal. Ce quinquagénaire a déjà un lourd passé judiciaire. Entre 1982 et 1998, cet ancien patron de discothèque, de restaurant et de commerces, a purgé trois ans de prison pour des affaires de violences et d'escroqueries. En 1998, un de ses anciens associés disparaît mystérieusement et un autre, Tony Gomez, figure des nuits parisiennes, échappe miraculeusement à la mort en 1998…
    • Magazine

      Enquêtes criminelles

      Affaire Rouxel : repas de famille sanglant / Affaire d'Amato : trois ADN pour un meurtrier

      Voir en replay sur W9
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Affaire Rouxel : repas de famille sanglant Ce 20 février 2016, à La Bastide-Clairence, dans l'arrière-pays basque, un terrible drame vient de se jouer. Pascal Rouxel, inspecteur d'assurance, et Ewa, son épouse d'origine polonaise, ont été abattus par balle. À l'extérieur de la maison familiale, Yann, le fils aîné, est prostré, en état de choc. Au même moment, Kévin, le fils cadet, se présente à la gendarmerie. Il accuse son frère, Yann, du double meurtre. Il déclare qu'alors que la famille au grand complet s'apprêtait à passer à table, Yann aurait tiré sur ses parents. En essayant de maîtriser son frère aîné, Kévin aurait été blessé, réussissant malgré tout à prendre la fuite avec sa compagne... Seul sur les lieux, accusé par son frère, Yann fait donc figure de suspect idéal. Seulement, ce jeune homme de 27 ans, atteint d'autisme, va affirmer que ce serait au contraire Kévin qui aurait éliminé ses parents avant de s'échapper à toute vitesse... Alors, lequel des deux fils dit la vérité ? Et quel serait le mobile du double meurtre ? Affaire d'Amato : trois ADN pour un meurtrier Le 31 mars 2003, Chantal d'Amato, une veuve de 53 ans, et sa fille Audrey, 24 ans, périssent dans l'incendie de leur villa de Meyrargues, dans l'arrière-pays provençal. En réalité, avant que le feu ne ravage la maison, elles ont été ligotées et agressées, avant d'être égorgées. Pour seul indice, les gendarmes retrouvent sur les lieux un ADN masculin inconnu, isolé sur les liens qui entravaient Chantal d'Amato. Ce n'est qu'un an plus tard, alors que l'enquête est au point mort, qu'un fait divers attire l'attention des enquêteurs. À Pertuis dans le Vaucluse, un certain Ponce Gaudissard s'est introduit chez son ex-belle-sœur, l'a menacée d'un couteau et a tenté de la violer. À première vue, aucun rapport… sauf que l'homme a déjà été condamné pour viol et, surtout, il a travaillé dans la même société que l'une des victimes. Malgré une condamnation en première instance pour les meurtres de Chantal et Audrey d'Amato, un rebondissement va mettre le doute sur la culpabilité de Gaudissart : l'ADN prélevé sur la scène de crime coïncide en fait avec celui d'un homme condamné pour des violences conjugales dans le Nord de la France…

    Les derniers programmes Magazines mis en ligne

    //Google Tag Manager