Revoir un programme tv en replay et en streaming
  • 13h15 en replay (11 vidéos)

    A propos de 13h15

    13h15 est un magazine du week-end présenté par Laurent Delahousse après le journal télévisé de France 2. Il permet de faire un gros plan sur divers sujets d'actualité : politique, justice, voyage, société.

    • Magazine

      13h15

      Après la guerre, l'ombre et la lumière : Les enfants du Buschdorf

      aucun (0 vote) Votre vote

      Ulrich, Christel, Rüdiger ou Ewald étaient de jeunes enfants en 1948. Sans comprendre pourquoi, ils quittent, avec leurs familles, l’Allemagne dévastée pour la France. Direction Vernon, un village de Normandie. Là-bas, ils bénéficient de traitements de faveurs, sont bien logés et nourris. Déracinés, vivant quasiment en autarcie, les enfants se recréent un monde imaginaire dans les bois : la république du Buschdorf… Mais qui sont-ils ? Ces enfants ont une histoire incroyable et méconnue. Après-guerre, leurs pères ont été accueillis par la France. Tous ingénieurs ou techniciens de haut niveau sous le IIIème Reich, ils avaient travaillé sur le tout premier missile balistique : le célèbre V2. Dans le plus grand secret, ces Allemands commencent à travailler sur les fleurons de l'industrie française. 70 ans plus tard, les enfants, devenus grands, cherchent encore à lever le voile sur leur propre histoire…   Un document d'Anne-Sophie Chaumier Leconte, Carole Filippi, Oktay Senghul et Nicolas Ducrot

      Lire la suite 13h15 (11 vidéos) 2 commentaires
      Voir en replay sur France 2
      Ulrich, Christel, Rüdiger ou Ewald étaient de jeunes enfants en 1948. Sans comprendre pourquoi, ils quittent, avec leurs familles, l’Allemagne dévastée pour la France. Direction Vernon, un village de Normandie. Là-bas, ils bénéficient de traitements de faveurs, sont bien logés et nourris. Déracinés, vivant quasiment en autarcie, les enfants se recréent un monde imaginaire dans les bois : la république du Buschdorf… Mais qui sont-ils ? Ces enfants ont une histoire incroyable et méconnue. Après-guerre, leurs pères ont été accueillis par la France. Tous ingénieurs ou techniciens de haut niveau sous le IIIème Reich, ils avaient travaillé sur le tout premier missile balistique : le célèbre V2. Dans le plus grand secret, ces Allemands commencent à travailler sur les fleurons de l'industrie française. 70 ans plus tard, les enfants, devenus grands, cherchent encore à lever le voile sur leur propre histoire…   Un document d'Anne-Sophie Chaumier Leconte, Carole Filippi, Oktay Senghul et Nicolas Ducrot
    • Divertissement

      13h15

      Un patron « made in France »

      aucun (0 vote) Votre vote

      C’est un des fers de lance de la présidence d’Emmanuel Macron : promouvoir le « made in France ». Nous avons rencontré Jean-Baptiste Henry, 37 ans, qui dirige l'entreprise familiale de céramique basée en Bourgogne. Ingénieur issu de l'école de Centrale, l'entreprise familiale se transmet depuis six générations et réalise 80% de son chiffre d'affaires à l'export avec sa production 100% française : plats, assiettes, tasses. Des objets du quotidien soumis à la féroce concurrence asiatique ! Dans le bureau de l'usine qui se transmet de père en fils depuis les origines, le jeune patron esquisse au crayon la nouvelle collection. Les équipes de 13h15 ont suivi ce Centralien qui aurait pu travailler dans des entreprises du CAC 40. Grâce à son engagement, 200 emplois ont été sauvés. Mais rien n’est jamais gagné : pour rester compétitif, il doit réinventer sans cesse sa production et multiplier les voyages à l’international afin de séduire une clientèle chinoise, friande d’artisanat Français.   Un portrait de Pauline Dordilly, Benjamine Jeunehomme, Florence Helleux et Fanny Martino

      Lire la suite 13h15 (12 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur France 2
      C’est un des fers de lance de la présidence d’Emmanuel Macron : promouvoir le « made in France ». Nous avons rencontré Jean-Baptiste Henry, 37 ans, qui dirige l'entreprise familiale de céramique basée en Bourgogne. Ingénieur issu de l'école de Centrale, l'entreprise familiale se transmet depuis six générations et réalise 80% de son chiffre d'affaires à l'export avec sa production 100% française : plats, assiettes, tasses. Des objets du quotidien soumis à la féroce concurrence asiatique ! Dans le bureau de l'usine qui se transmet de père en fils depuis les origines, le jeune patron esquisse au crayon la nouvelle collection. Les équipes de 13h15 ont suivi ce Centralien qui aurait pu travailler dans des entreprises du CAC 40. Grâce à son engagement, 200 emplois ont été sauvés. Mais rien n’est jamais gagné : pour rester compétitif, il doit réinventer sans cesse sa production et multiplier les voyages à l’international afin de séduire une clientèle chinoise, friande d’artisanat Français.   Un portrait de Pauline Dordilly, Benjamine Jeunehomme, Florence Helleux et Fanny Martino
    • Magazine

      13h15

      Après la guerre, l'ombre et la lumière : Les chasseurs de ténèbres

      aucun (0 vote) Votre vote

      Beate et Serge Klarsfeld ont changé l'histoire du XXe siècle en se donnant un objectif : traquer les criminels nazis et les fonctionnaires de Vichy responsables de la déportation de millions de personnes.

      Lire la suite 13h15 (10 vidéos) 1 commentaire
      Voir en replay sur France 2
      Beate et Serge Klarsfeld ont changé l'histoire du XXe siècle en se donnant un objectif : traquer les criminels nazis et les fonctionnaires de Vichy responsables de la déportation de millions de personnes.
    • Magazine

      13h15

      Les hirondelles d'Agadir

      aucun (0 vote) Votre vote

      Chaque année 30 000 retraités camping caristes quittent la France pour le Maroc, en général à l'automne. La plupart ne rentreront qu'au printemps. C'est le cas d'Alain et Christelle, Jojo et Christian, qui après une vie de labeur, sont partis chercher le soleil et la mer en plein hiver.

      Lire la suite 13h15 (11 vidéos) 3 commentaires
      Voir en replay sur France 2
      Chaque année 30 000 retraités camping caristes quittent la France pour le Maroc, en général à l'automne. La plupart ne rentreront qu'au printemps. C'est le cas d'Alain et Christelle, Jojo et Christian, qui après une vie de labeur, sont partis chercher le soleil et la mer en plein hiver.
    • Magazine

      13h15

      Après la guerre, l'ombre et la lumière : Joseph Mengele, l'insaisissable

      aucun (0 vote) Votre vote

      Il a été l'un des criminels de guerre nazi les plus recherchés du siècle dernier. Josef Mengele, médecin SS, a sévi à Auschwitz avant de disparaître à la fin de la guerre... Traqué par les chasseurs de nazis, la justice allemande et les services secrets israéliens, il a échappé à tous ses poursuivants, devenant au fil des années un mythe, un fantôme, l'incarnation du mal absolu. Après 35 ans de cavale, c'est finalement au Brésil que son corps a été retrouvé, dans un cimetière d'une banlieue pauvre de Sao Paulo.Loin de l'image du psychopathe sadique et omnipotent, le monde découvre alors l'histoire d'un homme malade, aigri, protégé par le silence de sa famille... Nous sommes retournés sur ses traces, avons rencontré ceux qui l'ont côtoyé pour dresser le portrait de ce tortionnaire d'une effroyable banalité.   Un document de Alexandre Pare, Benoît Viudes et Patrice Brugere

      Lire la suite 13h15 (10 vidéos) 1 commentaire
      Voir en replay sur France 2
      Il a été l'un des criminels de guerre nazi les plus recherchés du siècle dernier. Josef Mengele, médecin SS, a sévi à Auschwitz avant de disparaître à la fin de la guerre... Traqué par les chasseurs de nazis, la justice allemande et les services secrets israéliens, il a échappé à tous ses poursuivants, devenant au fil des années un mythe, un fantôme, l'incarnation du mal absolu. Après 35 ans de cavale, c'est finalement au Brésil que son corps a été retrouvé, dans un cimetière d'une banlieue pauvre de Sao Paulo.Loin de l'image du psychopathe sadique et omnipotent, le monde découvre alors l'histoire d'un homme malade, aigri, protégé par le silence de sa famille... Nous sommes retournés sur ses traces, avons rencontré ceux qui l'ont côtoyé pour dresser le portrait de ce tortionnaire d'une effroyable banalité.   Un document de Alexandre Pare, Benoît Viudes et Patrice Brugere
    • Divertissement

      13h15

      Kindy : des destins sur le fil

      aucun (0 vote) Votre vote

      C'est l'un des chevaux de bataille d'Emmanuel Macron : lutter contre les délocalisations massives qui menacent des centaines d'emplois. Au printemps dernier, en pleine campagne présidentielle marquée par l'affaire Whirlpool, nous avions passé plusieurs semaines dans une petite usine textile située non loin d'Amiens... Souvenez-vous : « Les chaussettes ne se cachent plus » : ce slogan publicitaire avait contribué aux riches heures de la marque Kindy, créée en 1966... 50 ans plus tard, la société souffrait d'un bilan catastrophique et menaçait de mettre la clef sous la porte.Pour les 110 employés de Kindy, une seule solution : trouver un repreneur solide... C'est la mission que s'était fixée Nathalie Crouzet, patronne par intérim de Kindy depuis un an. L'équipe de 13h15 a partagé, avec elle et les salariés, les dernières semaines d'une course contre la montre pour empêcher la disparition de cette marque emblématique.   Un document de Morgane du Liège, Simon Fichet et Fanny Martino 

      Lire la suite 13h15 (12 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur France 2
      C'est l'un des chevaux de bataille d'Emmanuel Macron : lutter contre les délocalisations massives qui menacent des centaines d'emplois. Au printemps dernier, en pleine campagne présidentielle marquée par l'affaire Whirlpool, nous avions passé plusieurs semaines dans une petite usine textile située non loin d'Amiens... Souvenez-vous : « Les chaussettes ne se cachent plus » : ce slogan publicitaire avait contribué aux riches heures de la marque Kindy, créée en 1966... 50 ans plus tard, la société souffrait d'un bilan catastrophique et menaçait de mettre la clef sous la porte.Pour les 110 employés de Kindy, une seule solution : trouver un repreneur solide... C'est la mission que s'était fixée Nathalie Crouzet, patronne par intérim de Kindy depuis un an. L'équipe de 13h15 a partagé, avec elle et les salariés, les dernières semaines d'une course contre la montre pour empêcher la disparition de cette marque emblématique.   Un document de Morgane du Liège, Simon Fichet et Fanny Martino 
    • Divertissement

      13h15

      Mémoires d'éléphants

      aucun (0 vote) Votre vote

      Toutes les 26 minutes, un éléphant est tué en Afrique, chassé pour son ivoire ou même pour sa viande. À ce rythme, les éléphants d’Afrique centrale pourraient disparaître d’ici 10 ans.   Une jeune française, Céline, a décidé de leur venir en aide. Avec IFAW, une association qui protège la faune, elle porte secours aux éléphanteaux orphelins. Mais parfois, elle va plus loin.   Nous l’avons également suivi dans une incroyable enquête. Un an après le massacre de 600 éléphants dans le parc National de Bouba Ndjida, Céline et Emmanuel, un ancien de la brigade des stupéfiants congolaise, ont remonté une filière de trafic d’ivoire.   Du petit chasseur aux commanditaires, du passeur aux acheteurs, ce trafic implique de nombreux intermédiaires et surtout le crime organisé. Car les mafias considèrent aujourd'hui l'ivoire comme un produit d’investissement. Le chiffre d’affaire du trafic illégal d’espèces sauvages est estimé à 17 milliards d’euros par an.   Un reportage de Jean-Sébastien Desbordes, Matthieu Martin, Alexandre Paré et Nicolas Berthelot

      Lire la suite 13h15 (10 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur France 2
      Toutes les 26 minutes, un éléphant est tué en Afrique, chassé pour son ivoire ou même pour sa viande. À ce rythme, les éléphants d’Afrique centrale pourraient disparaître d’ici 10 ans.   Une jeune française, Céline, a décidé de leur venir en aide. Avec IFAW, une association qui protège la faune, elle porte secours aux éléphanteaux orphelins. Mais parfois, elle va plus loin.   Nous l’avons également suivi dans une incroyable enquête. Un an après le massacre de 600 éléphants dans le parc National de Bouba Ndjida, Céline et Emmanuel, un ancien de la brigade des stupéfiants congolaise, ont remonté une filière de trafic d’ivoire.   Du petit chasseur aux commanditaires, du passeur aux acheteurs, ce trafic implique de nombreux intermédiaires et surtout le crime organisé. Car les mafias considèrent aujourd'hui l'ivoire comme un produit d’investissement. Le chiffre d’affaire du trafic illégal d’espèces sauvages est estimé à 17 milliards d’euros par an.   Un reportage de Jean-Sébastien Desbordes, Matthieu Martin, Alexandre Paré et Nicolas Berthelot
    • Divertissement

      13h15

      Les Folies fermières

      aucun (0 vote) Votre vote

      David Caumette, 35 ans, est fils et petit-fils d’agriculteur. A Garrigues, dans le Tarn, il est le dernier éleveur bovin... tous les autres ont abandonné, car avec la crise du lait qui perdure, le métier n’est plus rentable. Pour ne pas disparaître à son tour, il a ouvert en septembre 2015 le seul cabaret à la ferme de France : Les Folies fermières. Un samedi sur deux, il organise un grand spectacle mêlant French cancan, magicien, chanteuse... autour d’un repas avec des produits du terroir... et c’est un succès ! D'autres agriculteurs de la région ont rejoint le projet et servent directement leurs produits aux clients lors de la soirée. Grâce au cabaret, quatorze personnes ont été embauchées.   Un portrait d'Emmanuelle M'sika, Henri Desaunay et Guillaume Salasca

      Lire la suite 13h15 (11 vidéos) 1 commentaire
      Voir en replay sur France 2
      David Caumette, 35 ans, est fils et petit-fils d’agriculteur. A Garrigues, dans le Tarn, il est le dernier éleveur bovin... tous les autres ont abandonné, car avec la crise du lait qui perdure, le métier n’est plus rentable. Pour ne pas disparaître à son tour, il a ouvert en septembre 2015 le seul cabaret à la ferme de France : Les Folies fermières. Un samedi sur deux, il organise un grand spectacle mêlant French cancan, magicien, chanteuse... autour d’un repas avec des produits du terroir... et c’est un succès ! D'autres agriculteurs de la région ont rejoint le projet et servent directement leurs produits aux clients lors de la soirée. Grâce au cabaret, quatorze personnes ont été embauchées.   Un portrait d'Emmanuelle M'sika, Henri Desaunay et Guillaume Salasca
    • Magazine

      13h15

      Blancs comme neige

      aucun (0 vote) Votre vote

      L’ours polaire incarne à lui seul tous les défis environnementaux, à commencer par le réchauffement climatique. La glace est son territoire de chasse. Il est donc le premier à souffrir de la réduction de la banquise. Mais aussi de l’exposition aux polluants ou de l’exploitation des ressources naturelles dans la région. Plus qu’un animal, l’ours est désormais un symbole. C’est aussi un enjeu politique. Classée « espèce vulnérable » pour les Américains, il est toujours chassé par les Inuits au Canada ou au Groenland. Le nombre d’ours est lui-même en question. 20 000, 25 000, voir 30 000 pour certains. Car si certaines populations d’ours sont en déclin, d’autres se maintiennent dans certaines régions du Grand Nord. On peut passer des semaines à traverser l’Arctique sans en voir un seul. Mais il est une ville au Canada où l’on est à peu près certain d’en apercevoir. Churchill, dans la province du Manitoba, compte 850 habitants et à peu près autant d’ours qui chaque automne rodent autour du village en attendant que la glace se forme sur la baie d’Hudson. Pour nous qui le voyons de France, l’ours polaire est une abstraction. L’icône a remplacé l’animal. Pour ces Canadiens de la Baie d’Hudson, c’est un animal familier, un danger constant, et un émerveillement tout à la fois. Parce que la façon dont nous regardons l’ours raconte notre rapport à la Nature.   Un reportage de Florent Muller, Frédéric Capron et Matthieu Parmentier

      Lire la suite 13h15 (11 vidéos) 1 commentaire
      Voir en replay sur France 2
      L’ours polaire incarne à lui seul tous les défis environnementaux, à commencer par le réchauffement climatique. La glace est son territoire de chasse. Il est donc le premier à souffrir de la réduction de la banquise. Mais aussi de l’exposition aux polluants ou de l’exploitation des ressources naturelles dans la région. Plus qu’un animal, l’ours est désormais un symbole. C’est aussi un enjeu politique. Classée « espèce vulnérable » pour les Américains, il est toujours chassé par les Inuits au Canada ou au Groenland. Le nombre d’ours est lui-même en question. 20 000, 25 000, voir 30 000 pour certains. Car si certaines populations d’ours sont en déclin, d’autres se maintiennent dans certaines régions du Grand Nord. On peut passer des semaines à traverser l’Arctique sans en voir un seul. Mais il est une ville au Canada où l’on est à peu près certain d’en apercevoir. Churchill, dans la province du Manitoba, compte 850 habitants et à peu près autant d’ours qui chaque automne rodent autour du village en attendant que la glace se forme sur la baie d’Hudson. Pour nous qui le voyons de France, l’ours polaire est une abstraction. L’icône a remplacé l’animal. Pour ces Canadiens de la Baie d’Hudson, c’est un animal familier, un danger constant, et un émerveillement tout à la fois. Parce que la façon dont nous regardons l’ours raconte notre rapport à la Nature.   Un reportage de Florent Muller, Frédéric Capron et Matthieu Parmentier
    • Magazine

      13h15

      Kindy : des destins sur le fil

      moyen (5 votes) Votre vote

      Gros plan sur la lutte menée par les salariés de Kindy, une marque de chaussettes créée en 1966. Aujourd'hui le groupe est au bord du gouffre et risque d'emporter avec lui ses 110 salariés, qui pour la plupart sont là depuis plus de trente ans.

      Lire la suite 13h15 (10 vidéos) 1 commentaire
      Voir en replay sur France 2
      Gros plan sur la lutte menée par les salariés de Kindy, une marque de chaussettes créée en 1966. Aujourd'hui le groupe est au bord du gouffre et risque d'emporter avec lui ses 110 salariés, qui pour la plupart sont là depuis plus de trente ans.
    • Magazine

      13h15 le dimanche

      Vieilles Canailles

      bien (17 votes) Votre vote

      Les Vieilles Canailles repartent pour une tournée de 17 concerts, un périple du souvenir, celui du temps où ces chanteurs rêvaient d'être les Presley français. Johnny Hallyday, Jacques Dutronc et Eddy Mitchell se connaissent depuis, en effet, l'adolescence. Jean-Pierre Guerlin, qui pour la première fois a enregistré Johnny sur le dictaphone de son père en 1958, témoigne.

      Lire la suite 13h15 (10 vidéos) 3 commentaires
      Voir en replay sur France 2
      Les Vieilles Canailles repartent pour une tournée de 17 concerts, un périple du souvenir, celui du temps où ces chanteurs rêvaient d'être les Presley français. Johnny Hallyday, Jacques Dutronc et Eddy Mitchell se connaissent depuis, en effet, l'adolescence. Jean-Pierre Guerlin, qui pour la première fois a enregistré Johnny sur le dictaphone de son père en 1958, témoigne.

    Audiences replay du 19-02