Revoir un programme tv en replay et en streaming
Voir en replay sur Public Sénat
Public Sénat Diffusion Diffusé le 16-03-11 Durée : 2h29min
  • aucun (0 vote) Note : -/5 | 0 vue
    Votre avis :
    • Bof
    • Moyen
    • Pas mal
    • Bien
    • Excellent !

    Autres programmes :
    Résumé

    Suite au scandale du Médiator et dans le cadre de la refonte de la chaîne de contrôle des médicaments voulue par le gouvernement, la mission d'information commune du Sénat " Médiator : Evaluation et contrôle des médicaments " auditionne plusieurs personnalités du monde médical. Objectif : mieux comprendre comment le scandale du Médiator a pu se produire. Il s'agit aussi de revenir sur les responsabilités des structures médicales. Hier après-midi, les sénateurs ont ainsi interrogé Jacques de Tournemire, ancien conseiller pour les industries de santé auprès du ministre Jean-François Mattei puis William Dab, ancien directeur général de la santé (2003-2005).

    Séance (1107 vidéos)
    Suite au scandale du Médiator et dans le cadre de la refonte de la chaîne de contrôle des médicaments voulue par le gouvernement, la mission d'information commune du Sénat " Médiator : Evaluation et contrôle des médicaments " auditionne plusieurs personnalités du monde médical. Objectif : mieux comprendre comment le scandale du Médiator a pu se produire. Il s'agit aussi de revenir sur les responsabilités des structures médicales. Hier après-midi, les sénateurs ont ainsi interrogé Jacques de Tournemire, ancien conseiller pour les industries de santé auprès du ministre Jean-François Mattei puis William Dab, ancien directeur général de la santé (2003-2005).

    Écrire un commentaire

    En cliquant sur le bouton 'Publier', j'accepte la charte TV-replay.

    Les derniers programmes Séance

    Les derniers programmes Magazines mis en ligne

    • Magazine

      C dans l'air

      Affaire Grégory : le testament du juge Lambert

      Voir en replay sur France 5
      La veille des obsèques de l'ancien juge Jean-Michel Lambert, ce jeudi, au Mans, le quotidien L'Est Républicain a reproduit dans son intégralité une lettre-testament adressée à l’un de ses journalistes. Dans ce courrier de trois pages, l’ancien magistrat, chargé en 1984 d’instruire l’affaire Grégory, explique les raisons qui l’ont poussé au suicide et livre son avis sur l’enquête, notamment sur la relance des investigations qui a abouti à la mise en examen de trois personnes.  "Ce énième rebondissement est infâme", assène l'ex-juge d'instruction. "Il repose sur une construction intellectuelle fondée en partie sur un logiciel" (NDLR : le logiciel Anacrim de la gendarmerie dont les résultats ont servi de support aux dernières investigations). "La machine à broyer s'est mise en marche pour détruire, ou abîmer, la vie de plusieurs innocents, pour répondre au désir de revanche de quelques esprits blessés dans leur orgueil ou dans l'honneur de leur corps." Son manque de rigueur dans la conduite de l'enquête sur l'assassinat de Grégory, retrouvé pieds et poings liés dans la Vologne le 16 octobre 1984, faisait l'objet de nombreuses critiques depuis plus de trente ans. A la retraite depuis 2014, l’ancien juge est resté jusqu'au bout très attentif aux derniers épisodes de ce dossier judiciaire, et il se montre très critique. "Les événements depuis juin dernier sont voués normalement à l'échec", écrit-il avant de défendre une ultime fois son enquête. Selon lui, Bernard Laroche, cousin du père de Grégory, "est innocent". Quant à sa cousine Murielle Bolle, récemment mise en examen pour enlèvement de mineur suivi de mort, elle est également, selon lui, hors de cause.   Dans cette lettre posthume, le magistrat confie également son amertume et refuse de porter seul le fardeau du fiasco judiciaire. "Pour ne pas perdre la face, on cherchera alors un bouc émissaire. Autant dire qu’il est tout trouvé…Je refuse de jouer ce rôle. Si j’ai parfois failli, j’ai cependant la conscience parfaitement tranquille quant aux décisions que j’ai été amené à prendre. On ne connaîtra jamais la vérité parce qu’on refuse de voir la vérité. Et pourtant si on acceptait de regarder les annales judiciaires américaines ou transalpines…", poursuit-il, laissant entendre qu'il croit encore à la responsabilité de Christine Villemin. Des déclarations qui ont fait bondir Me Chastant-Morand. Au micro de LCI, l’avocate des époux Villemin s’est étonnée qu’un magistrat, qui n’a plus la main sur le dossier depuis trente ans, puisse émettre de telles critiques. "Vouloir apporter des éléments et des critiques par rapport à un dossier qu’on ne connait pas… ça, je ne comprends pas. Je suis stupéfaite voire consternée", a-t-elle  affirmée. Alors où en sont les investigations dans l’affaire Grégory ? Qu’est-ce que le logiciel Anacrim mis en cause par l’ancien magistrat ? Comment la technologie bouleverse les métiers de la justice ?   Invités : - Alain HAMON, grand reporter, spécialiste police-justice - Michèle BERNARD-REQUIN, magistrate - Roland COUTANCEAU, psychiatre - criminologue - Jean-Pierre BERTHET, ancien chroniqueur judiciaire de TF1
    • Magazine

      Le Gros Journal de Stephan Chen : La communauté chinoise sort de son silence 07/09

      Le Gros Journal de Stephan Chen : La communauté chinoise sort de son silence 07/09

      aucun (0 vote) Votre vote
      Le Gros Journal (143 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur Clique
      Stephan Chen, français d'origine chinoise d'Aubervilliers. Abonnez-vous à la chaîne Clique : http://bit.ly/10UoT5i Toutes les vidéos sur http://bit.ly/1cY7eJq ...
    • Magazine

      Passe-moi les jumelles

      Suisse-Népal, le sauvetage en partage

      Voir en replay sur TV5 Monde
      La haute-montagne est à l´honneur avec un reportage exceptionnel tourné entre Zermatt et le Népal, dans le monde du sauvetage, où Bruno Jelk et Gerold Biner sont des figures incontournables. De leur détermination est né, non sans difficulté, un programme de formation destiné à leurs homologues de l´Himalaya. Invités : Nicole Niquille, guide de montagne et alpiniste suisse ; Benoît Aymon, journaliste et réalisateur. Présentation : Virginie Brawand.