Revoir un programme tv en replay et en streaming
Voir en replay sur Public Sénat
Public Sénat Diffusion Diffusé le 16-09-10 Durée : 29min
  • aucun (0 vote) Note : -/5 | 0 vue
    Votre avis :
    • Bof
    • Moyen
    • Pas mal
    • Bien
    • Excellent !

    Autres programmes :
    Résumé

    Dans Leaders, Gérard Bonos reçoit Antoine Lemarchand, vice président de Nature & Découvertes. La suppression des niches fiscales liées à l'environnement s'inscrit dans l'actualité. A ce titre, le patron de Nature & Découvertes répondra aux questions de Cécile Cornudet, journaliste au quotidien Les Echos. Il sera également interrogé par Jean-Pierre Boisivon, Professeur émérite à Paris II Panthéon-Assas. Ce dernier dressera un portrait économique exhaustif de la France et de ses PME pour les mois à venir.

    Leaders (56 vidéos)
    Dans Leaders, Gérard Bonos reçoit Antoine Lemarchand, vice président de Nature & Découvertes. La suppression des niches fiscales liées à l'environnement s'inscrit dans l'actualité. A ce titre, le patron de Nature & Découvertes répondra aux questions de Cécile Cornudet, journaliste au quotidien Les Echos. Il sera également interrogé par Jean-Pierre Boisivon, Professeur émérite à Paris II Panthéon-Assas. Ce dernier dressera un portrait économique exhaustif de la France et de ses PME pour les mois à venir.

    Écrire un commentaire

    En cliquant sur le bouton 'Publier', j'accepte la charte TV-replay.

    Les derniers programmes Leaders

    • Magazine

      Leaders

      Frédéric Oudéa, PDG de la Société Générale

      aucun (0 vote) Votre vote
      Leaders (56 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur Public Sénat
      Cette semaine Gérard Bonos invite Frédéric Oudéa, PDG de la Société Générale depuis mai 2009, après en avoir été six ans le directeur général.
    • Magazine

      Leaders

      Jean-Bernard Levy et Olivier Lyon-Caen

      excellent! (1 vote) Votre vote
      Leaders (56 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur Public Sénat
      Cette semaine Gérard Bonos invite Jean-Bernard Lévy, président du directoire de Vivendi, groupe spécialisé dans le divertissement et la communication (musique, téléphonie, cinéma, télévision, jeux...). Ils évoqueront les métiers du divertissement et leurs développements notamment dans les pays émergents. Avec Cécile Cornudet, journaliste aux Echos, ils s'entretiendront également de la loi Hadopi et de la question des droits d'auteur. Enfin, le professeur Lyon-Caen, chef du département neurologie de l'hôpital la Pitié-Salpêtrière à Paris rejoindra le plateau en seconde partie d'émission. Il parlera des conséquences de l'adoption de la loi Bachelot qui risque de transformer l'hôpital en un pôle de rentabilité.
    • Magazine

      Leaders

      Pascal Lorot, Philippe Dessertine et Philippe Chalmin

      aucun (0 vote) Votre vote
      Leaders (56 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur Public Sénat
      Cette semaine Gérard Bonos et Cécile Cornudet reçoivent Pascal Lorot, directeur de l'institut Choiseul, un centre de recherche indépendant dédié à la stratégie et aux relations internationales, pour aborder la question de l'efficacité des aides allouées à la Tunisie et à l'Egypte. Dans un second temps Philippe Dessertine, professeur de finance et de gestion à l'université de Nanterre, rejoindra le plateau pour évoquer la position du FMI concernant la dette européenne dans le cadre du dernier G8. Enfin, Philippe Chalmin, professeur d'économie à Paris-Dauphine et directeur du cercle Cyclope s'intéressera à l'impuissance du G8 face aux questions environnementales et à la flambée des prix des matières premières.

    Les derniers programmes Magazines mis en ligne

    • Magazine

      Téléshopping

      2017/07/27 -

      Voir en replay sur IDF1
      Une émission présentée par Marie-Ange Nardi. Les utilisateurs sont invités à vérifier la validité des offres sur Internet.
    • Magazine

      Sos ma famille a besoin d'aide

      Sos de laurence et nausicaa

      Voir en replay sur NRJ 12
      Nausicaa, 19 ans, est une jeune femme très autoritaire qui fait vivre un véritable calvaire à sa mère, Laurence. A 49 ans, elle élève seule sa fille depuis sa naissance mais aujourd'hui, la mère de famille est dépassée. Mère et fille se livrent à des batailles sans fin et s'éloignent un peu plus chaque jour. Pourtant, l'adolescente cache une profonde souffrance : l'abandon de son père, quelques temps après sa naissance. Et même si Nausicaa a tenté de reprendre contact avec lui il y a quelques mois, le destin en a voulu autrement. Depuis, Nausicaa reporte sa colère sur sa mère... Leur relation est au point mort.Aujourd'hui mère et fille sont incapables de retrouver seules le chemin de la réconciliation. La mission de Pascal s'annonce délicate... Pour ce nouveau numéro, l'éducateur aura une double mission. Nausicaa qui refuse tout dialogue, acceptera-t-elle son aide ? Quant à sa mère Laurence, elle ne se rend pas vraiment compte de la détresse de sa fille, Pascal réussira-t-il à lui ouvrir les yeux ?
    • Magazine

      C dans l'air

      Nationalisation : à quoi joue Macron ?

      aucun (0 vote) Votre vote
      C dans l'air (5 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur France 5
      Ce 27 juillet, Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, a annoncé que l’Etat utilisait son droit de préemption, et devenait actionnaire majoritaire des chantiers navals de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique). L’annonce de cette nationalisation française arrive alors que les négociations sont bloquées entre le gouvernement et l’entreprise italienne Fincantieri. Il s'agit du seul groupe à avoir fait une offre pour devenir actionnaire majoritaire des chantiers navals, mis en vente fin 2016 par le groupe sud-coréen STX en faillite. Mais l’Italie a refusé la proposition française proposant que Fincantieri possède 50% de l’entreprise, et que 50% reviennent aux actionnaires français. La nationalisation n’est en fait qu’une « décision temporaire pour négocier dans les meilleures conditions possibles » avec les acteurs italiens, a expliqué Bruno Le Maire au cours d’une conférence de presse. Ce procédé rappelle la promesse non-tenue de François Hollande sur la nationalisation des hauts-fourneaux de Florange (Moselle) en cas de fermeture. Avant Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy s’était déjà intéressé aux chantiers navals de Saint-Nazaire, faisant acheter 33% des parts de l’entreprise par l’Etat. Opération de plus en plus rare de nos jours, François Mitterrand s’était beaucoup servi de la nationalisation au début de son premier mandat. Entre 1981 et 1982, le gouvernement nationalise ainsi 36 banques, deux compagnies financières et une dizaine de groupes industriels. Cette décision intervient dans un contexte mondial de protectionnisme économique, visible notamment depuis l’élection de Donald Trump. Pendant sa campagne présidentielle, il avait assuré vouloir renégocier, voire quitter l’Aléna, accord de libre-échange nord-américain qui lie les Etats-Unis avec ses voisins mexicains et canadiens. Depuis son élection, il a également fait pression sur la multinationale Ford pour qu’elle abandonne la construction d’une de ses usines au Mexique et investisse aux Etats-Unis. Mais l’Etat a rapidement atteint ses limites face à l’entreprise privée : dernièrement, Ford a annoncé qu’elle allait installer son usine en Chine, adversaire puissant des Etats-Unis sur le plan économique. Dans un contexte de crise du libéralisme mondial, les pays européens sont en réalité les derniers à prôner le libre-échange, la majorité des échanges internationaux des pays européens se fait en effet à l’intérieur de l’Union Européenne. La nationalisation d’entreprises est-elle un procédé économique efficace ? Ce procédé pourrait-il devenir une habitude pour faire pression sur les adversaires économiques ? Que va faire l’Etat des chantiers navals de Saint-Nazaire ?    Invités :  -Christophe BARBIER éditorialiste à L’express -Philippe DESSERTINE, économiste -Thomas PORCHER, économiste -Fanny GUINOCHET, journaliste à L’opinion