Revoir un programme tv en replay et en streaming
Voir en replay sur Public Sénat
Public Sénat Diffusion Diffusé le 17-07-13 Durée : 2h29min
  • aucun (0 vote) Note : -/5 | 0 vue
    Votre avis :
    • Bof
    • Moyen
    • Pas mal
    • Bien
    • Excellent !

    Autres programmes :
    Résumé

    Le Sénat a adopté à l'unanimité mardi, en première lecture, le projet de loi habilitant le gouvernement à simplifier les relations entre l'administration et les citoyens, notamment par le développement d'internet. Il s'agit d'engager "trois réformes importantes pour les Français, qui permettront de simplifier et d'améliorer les relations entre les Français et les administrations", "trois outils qui permettent de répondre mieux et plus vite", a souligné la ministre de la Fonction publique, Marylise Lebranchu. La première consiste en la mise en place d'un droit de saisine de l'administration par courrier électronique ce qui permettra, a poursuivi la ministre, "de sécuriser juridiquement les nombreux échanges numériques qui existent déjà via internet" et "de donner à ces échanges une valeur de nature comparable au courrier papier". Ce nouveau droit, a ajouté la ministre, complétera les efforts que font la plupart des administrations en mettant à la disposition des usagers des téléprocédures, comme "celle qui a permis à 13,5 millions de Français de déclarer en ligne leurs revenus cette année, soit 6% de plus que l'an dernier". C'est également "un levier d'amélioration des conditions de travail des agents, pour qui les demandes abusives sont moins délicates à gérer par mail qu'au téléphone ou, plus dur encore, au guichet", a-t-elle dit. Le projet de loi prévoit par ailleurs la création par ordonnance d'un code relatif aux relations entre les administrations et les usagers. Enfin, le gouvernement a introduit un amendement prévoyant que le silence de l'administration sur une demande vaudra en principe acceptation, alors qu'aujourd'hui le principe général considère que l'absence de réponse dans un délai de deux mois vaut rejet. "Cette révolution administrative va faciliter les projets de développement publics ou privés et améliorer la réactivité des services administratifs en charge de veiller au respect des procédures légales", a jugé Mme Lebranchu. Elle a aussi placé ces mesures dans le cadre du "choc de simplification" annoncé par François Hollande le 28 mars dernier, "au coeur de l'amélioration de la compétitivité de notre pays". Au nom du groupe Communiste, républicain et citoyen (CRC), Christian Favier a annoncé que son groupe votait ce texte malgré des réserves, notamment sur l'habilitation accordée au gouvernement à légiférer par ordonnance pour toutes ces mesures. Héléne Lipietz, pour les écologistes, a critiqué l'introduction de l'amendement du gouvernement sur le silence de l'administration. "Nous nous abstiendrons sur cet amendement parce qu'il mériterait plus d'étude et ne peut pas être voté à la va-vite", a-t-elle annoncé. "Ce type de mesures peut faire l'objet d'un consensus", a estimé de son côté l'UMP Jean-Jacques Hyest, soulevant en même temps la question de la fracture numérique. Le texte, inscrit en procédure d'urgence par le gouvernement, c'est-à-dire une lecture par chambre, doit à présent être examiné par l'Assemblée nationale.

    Séance (1107 vidéos)
    Le Sénat a adopté à l'unanimité mardi, en première lecture, le projet de loi habilitant le gouvernement à simplifier les relations entre l'administration et les citoyens, notamment par le développement d'internet. Il s'agit d'engager "trois réformes importantes pour les Français, qui permettront de simplifier et d'améliorer les relations entre les Français et les administrations", "trois outils qui permettent de répondre mieux et plus vite", a souligné la ministre de la Fonction publique, Marylise Lebranchu. La première consiste en la mise en place d'un droit de saisine de l'administration par courrier électronique ce qui permettra, a poursuivi la ministre, "de sécuriser juridiquement les nombreux échanges numériques qui existent déjà via internet" et "de donner à ces échanges une valeur de nature comparable au courrier papier". Ce nouveau droit, a ajouté la ministre, complétera les efforts que font la plupart des administrations en mettant à la disposition des usagers des téléprocédures, comme "celle qui a permis à 13,5 millions de Français de déclarer en ligne leurs revenus cette année, soit 6% de plus que l'an dernier". C'est également "un levier d'amélioration des conditions de travail des agents, pour qui les demandes abusives sont moins délicates à gérer par mail qu'au téléphone ou, plus dur encore, au guichet", a-t-elle dit. Le projet de loi prévoit par ailleurs la création par ordonnance d'un code relatif aux relations entre les administrations et les usagers. Enfin, le gouvernement a introduit un amendement prévoyant que le silence de l'administration sur une demande vaudra en principe acceptation, alors qu'aujourd'hui le principe général considère que l'absence de réponse dans un délai de deux mois vaut rejet. "Cette révolution administrative va faciliter les projets de développement publics ou privés et améliorer la réactivité des services administratifs en charge de veiller au respect des procédures légales", a jugé Mme Lebranchu. Elle a aussi placé ces mesures dans le cadre du "choc de simplification" annoncé par François Hollande le 28 mars dernier, "au coeur de l'amélioration de la compétitivité de notre pays". Au nom du groupe Communiste, républicain et citoyen (CRC), Christian Favier a annoncé que son groupe votait ce texte malgré des réserves, notamment sur l'habilitation accordée au gouvernement à légiférer par ordonnance pour toutes ces mesures. Héléne Lipietz, pour les écologistes, a critiqué l'introduction de l'amendement du gouvernement sur le silence de l'administration. "Nous nous abstiendrons sur cet amendement parce qu'il mériterait plus d'étude et ne peut pas être voté à la va-vite", a-t-elle annoncé. "Ce type de mesures peut faire l'objet d'un consensus", a estimé de son côté l'UMP Jean-Jacques Hyest, soulevant en même temps la question de la fracture numérique. Le texte, inscrit en procédure d'urgence par le gouvernement, c'est-à-dire une lecture par chambre, doit à présent être examiné par l'Assemblée nationale.

    Écrire un commentaire

    En cliquant sur le bouton 'Publier', j'accepte la charte Télé 7 Jours Replay.

    Les derniers programmes Séance

    Les derniers programmes Magazines mis en ligne

    • Magazine

      Géopolitis

      Europe, dernière chance

      aucun (0 vote) Votre vote
      Geopolitis (1 vidéo) Commenter
      Voir en replay sur TV5 Monde
      Minée par ses divisions internes, contestée par une vague d´opinions populistes, défiée par l´Amérique de Trump et la Russie de Poutine, l´Union européenne se trouve à un moment charnière de son histoire : se relancer ou mourir. Invité : Enrico Letta, ancien Premier ministre italien. Présentation : Marcel Mione.
    • Magazine

      Enquête exclusive

      Fêtes sauvages, bars éphémères : les nouveaux rois de la nuit parisienne

      aucun (0 vote) Votre vote
      Enquête exclusive (50 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Longtemps à la traine derrière Berlin, Londres ou Barcelone, Paris est en passe de redevenir la capitale mondiale de la fête ! Finies les boîtes de nuits traditionnelles... Les dernières tendances : bar-clubs éphémères, discothèques illégales et faux bars clandestins. Et rien n'est trop fou ni trop cher pour attirer la clientèle branchée parisienne et les jet-setters internationaux. « Aladdin » est le spécialiste des nuits clandestines. Sa mission : dénicher de nouveaux lieux à squatter pour organiser des soirées illégales, qui sont devenues les événements les plus « hypes » et courus de la capitale. Pour accéder à son dernier club, les fêtards doivent descendre 10 mètres sous terre, puis se glisser dans un étroit tunnel. Après avoir payé 12 euros, des centaines de personnes s'y engouffrent chaque soir... à leurs risques et périls. Denis, lui, a investi plusieurs dizaines de milliers d'euros dans un lieu qui ne vivra qu'un été. Il a transformé une friche industrielle appartenant à la SNCF en un bar-club éphémère de 3 000 m², le plus vaste de Paris. Le businessman de la fête n'a que quelques mois pour rentabiliser sa création, mais les habitants du quartier ne voient pas d'un bon œil tous ces fêtards qui déferlent sous leurs fenêtres chaque nuit. Bar-clubs éphémères, soirées illégales : pour les boîtes de nuit traditionnelles de la capitale, la concurrence est de plus en plus rude, leur chiffre d'affaires a chuté de plusieurs millions d'euros l'année dernière. Alors, pour reconquérir leur clientèle et la faire dépenser sans compter, les patrons des discothèques ont décidé d'utiliser une arme redoutable : l'entrée gratuite (avec consommations illimitées) offerte aux jeunes femmes à la plastique spectaculaire. En échange, il leur suffit juste d'inciter les plus riches clients à consommer. Josh s'inspire de ses voyages à travers le monde pour importer de nouveaux concepts. Propriétaire de 5 établissements à Paris, cet Américain a fait fortune avec son faux bar clandestin dans le Marais. Un établissement qui rappelle l'époque de la prohibition américaine, où la fête se passait dans les arrières boutiques. Aujourd'hui, la clandestinité est devenue un concept marketing qui rapporte gros. Des fêtes les plus branchées aux clubs les plus fous et déjantés, découverte de ces lieux undergrounds en compagnie des nouveaux rois de la nuit parisienne.