Revoir un programme tv en replay et en streaming
Voir en replay sur M6
M6 Diffusion 17-09-17 à 21:00 Durée : 2h
  • pas mal (25 votes) Note : 3.4/5 | 0 vue
    Votre avis :
    • Bof
    • Moyen
    • Pas mal
    • Bien
    • Excellent !

    Autres programmes :
      Résumé

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Ce sont des écoles de plus en plus prisées. Les élèves portent des uniformes, saluent le drapeau en chantant la Marseillaise et sont soumis à des règles de vie très strictes. Ophélie Meunier et les équipes de Zone Interdite ont passé un an dans trois de ces établissements à « l'ancienne » : pourquoi attirent-ils de plus en plus de familles ? Quelles sont leur méthodes d'enseignement ? Et surtout, la réussite des élèves y est-elle vraiment meilleure ? Au lycée militaire du Prytanée à La Flèche, dans la Sarthe, Damien, Hugo, Angel et Tom découvrent l'internat et la vie en chambrée ! Certains rêvent d'une carrière dans l'armée, d'autres cherchent seulement l'excellence scolaire de l'établissement. Ils vont découvrir un niveau d'exigence élevé, pour les études comme pour la discipline : marche au pas, lever du drapeau, défilés. Ils vont devoir s'accrocher car, ici, les règles de vie sont plus proches de la caserne que du lycée. L'école des Roches, en Normandie, est l'internat le plus cher de France. Ici, l'inscription à l'année coûte 33 000 euros par élève. Pour ce prix, les parents envoient leurs enfants dans une résidence confortable avec salle de sport, golf, tennis et même pistes de karting et d'aviation. Mais ils payent surtout pour le niveau scolaire. Dans un cadre strict où l'uniforme est de rigueur et les test anti-drogue réguliers, tout est fait pour que les élèves réussissent. On leur apprend également à bien se tenir en société, costume cravate pour les garçons et robe de soirée pour les filles. À Roubaix, ambiance radicalement différente à l'école La Cordée, créée par l'association Espérance banlieue, née après les émeutes de 2005. La Cordée compte une cinquantaine d'élèves, du CP à la 6e. Ici, les professeurs tentent de transmettre des valeurs d'autorité et d'amour de la France à des enfants largement issus de l'immigration. Au programme : hymne national et leçons de patriotisme. L'enseignement est tourné vers les fondamentaux, maths et français, et les élèves écrivent au stylo plume. Le pari de Niels Villemain, le jeune principal de l'établissement : impliquer au maximum les parents dans la réussite scolaire de leurs enfants. Enfin, nous découvrirons, de l'autre côté de l'Atlantique, dans une école militaire du Texas comment les Américains envisagent l'école à la dure. Et, comme on pouvait s'y attendre, ils vont beaucoup plus loin que les Français…

      Zone interdite (27 vidéos)
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Ce sont des écoles de plus en plus prisées. Les élèves portent des uniformes, saluent le drapeau en chantant la Marseillaise et sont soumis à des règles de vie très strictes. Ophélie Meunier et les équipes de Zone Interdite ont passé un an dans trois de ces établissements à « l'ancienne » : pourquoi attirent-ils de plus en plus de familles ? Quelles sont leur méthodes d'enseignement ? Et surtout, la réussite des élèves y est-elle vraiment meilleure ? Au lycée militaire du Prytanée à La Flèche, dans la Sarthe, Damien, Hugo, Angel et Tom découvrent l'internat et la vie en chambrée ! Certains rêvent d'une carrière dans l'armée, d'autres cherchent seulement l'excellence scolaire de l'établissement. Ils vont découvrir un niveau d'exigence élevé, pour les études comme pour la discipline : marche au pas, lever du drapeau, défilés. Ils vont devoir s'accrocher car, ici, les règles de vie sont plus proches de la caserne que du lycée. L'école des Roches, en Normandie, est l'internat le plus cher de France. Ici, l'inscription à l'année coûte 33 000 euros par élève. Pour ce prix, les parents envoient leurs enfants dans une résidence confortable avec salle de sport, golf, tennis et même pistes de karting et d'aviation. Mais ils payent surtout pour le niveau scolaire. Dans un cadre strict où l'uniforme est de rigueur et les test anti-drogue réguliers, tout est fait pour que les élèves réussissent. On leur apprend également à bien se tenir en société, costume cravate pour les garçons et robe de soirée pour les filles. À Roubaix, ambiance radicalement différente à l'école La Cordée, créée par l'association Espérance banlieue, née après les émeutes de 2005. La Cordée compte une cinquantaine d'élèves, du CP à la 6e. Ici, les professeurs tentent de transmettre des valeurs d'autorité et d'amour de la France à des enfants largement issus de l'immigration. Au programme : hymne national et leçons de patriotisme. L'enseignement est tourné vers les fondamentaux, maths et français, et les élèves écrivent au stylo plume. Le pari de Niels Villemain, le jeune principal de l'établissement : impliquer au maximum les parents dans la réussite scolaire de leurs enfants. Enfin, nous découvrirons, de l'autre côté de l'Atlantique, dans une école militaire du Texas comment les Américains envisagent l'école à la dure. Et, comme on pouvait s'y attendre, ils vont beaucoup plus loin que les Français…

      Écrire un commentaire

      En cliquant sur le bouton 'Publier', j'accepte la charte Télé 7 Jours Replay.

      Les derniers programmes Zone interdite

      • Magazine

        Zone interdite

        Paris : dans les secrets de la capitale mondiale du luxe

        aucun (0 vote) Votre vote
        Zone interdite (27 vidéos) Commenter
        Voir en replay sur M6
        (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
        Paris est-elle toujours la capitale mondiale du luxe ? Face à Londres, Dubaï ou New York, la concurrence est rude. Grands joailliers, chefs étoilés ou stars de la couture se battent pour attirer les clients les plus riches de la planète. Comment travaillent-ils ? Quelles stratégies mettent-ils en œuvre ? Ophélie Meunier vous dévoile le monde très secret de l'excellence à la parisienne. Mathieu Pacaud est l'un des jeunes chefs les plus étoilés de la capitale. À sa table, il a accueilli Barack Obama et de nombreuses autres célébrités. Une clientèle exigeante, capable de dépenser 1 000 euros pour un souper fin. Son dernier pari : donner un grand coup de jeune à une institution parisienne, le restaurant « Le Divellec », mais le défi sera difficile à relever. Pour fabriquer les plus beaux bijoux du monde, Boucheron, un des plus grands joailliers de la place Vendôme, travaille des pierres précieuses qui peuvent atteindre 3 millions d'euros. Avec une telle matière première, les artisans n'ont pas le droit à l'erreur et doivent tous les jours réaliser de « petits » miracles. Chantal Thomass habille de lingerie fine les femmes les plus élégantes du monde. Pour créer ses dessous délicats, elle fait travailler les dernières dentellières de Calais. Son challenge : rhabiller les danseuses du Crazy Horse qui, d'habitude, se produisent nues. Une révolution pour ce mythique cabaret parisien ! Derrière les marques prestigieuses et les grands noms, des milliers de petites mains s'activent. Ils sont serveurs, femmes de chambre ou encore voituriers. Gigi est en charge des plus belles voitures du Faubourg Saint-Honoré. Pour que les clients puissent faire leurs courses sans se soucier des problèmes de stationnement, cette jeune femme s'occupe de leurs Rolls-Royce, Porsche ou Ferrari. Les plus beaux modèles du monde passent tous les jours entre ses mains. Un travail à risque. La moindre rayure peut lui coûter sa place ! Zone Interdite vous propose une plongée étonnante au cœur de l'ultra-luxe.
      • Magazine

        Zone interdite

        Propriétaires et locataires au bord de la crise de nerf

        aucun (0 vote) Votre vote
        Zone interdite (27 vidéos) 6 commentaires
        Voir en replay sur M6
        (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
        Entre locataires et propriétaires, ça n'a jamais été le grand amour. Mais crise du logement oblige, les relations entre ceux qui possèdent et ceux qui louent sont de plus en plus tendues et tournent parfois à l'affrontement. Locataires aux abois, propriétaires excédés, huissiers qui traquent les mauvais payeurs : Ophélie Meunier et les caméras de « Zone Interdite » ont suivi les protagonistes de cette guerre où tous les coups sont permis et où la loi a bien du mal à être respectée. Comment se loger quand on ne gagne pas trois fois le montant de son loyer ? Aujourd'hui, les locataires ont de plus en plus de mal à satisfaire les exigences de propriétaires toujours plus méfiants, notamment dans les grandes villes où le marché est saturé. Certains en profitent et découpent des pavillons de banlieue en une dizaine de petits studios. Ces logements, souvent insalubres, se louent à prix d'or. Le phénomène explose actuellement en région parisienne et prend de court les services préfectoraux en charge du logement. D'ordinaire habitués à endosser le mauvais rôle, les propriétaires ne sont pourtant pas à l'abri des galères. En fait, ce sont eux les moins protégés et ils se retrouvent souvent victimes de squatteurs indélogeables, ou acculés financièrement par les mauvais payeurs. Des situations cauchemardesques qui peuvent les faire basculer eux aussi dans la précarité. Dans cette guerre de l'immobilier, les huissiers sont en première ligne, et ils ne chôment pas : procédures de recouvrement, commandements de quitter les lieux et, en dernier recours, expulsions avec recours à la force publique. Depuis l'an 2000, leur nombre a quasiment triplé, et touchent de plus en plus les classes moyennes.
      • Magazine

        Zone interdite

        Être fille ou garçon, le dilemme des transgenres

        aucun (0 vote) Votre vote
        Zone interdite (27 vidéos) 8 commentaires
        Voir en replay sur M6
        (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
        Il y aurait près de 15 000 personnes transgenres en France. Parmi elles, de plus en plus d'enfants et d'adolescents qui expriment le besoin de changer de genre. De fille à garçon ou de garçon à fille. Aucun psychiatre ne peut à ce jour expliquer d'un point de vue scientifique la cause de ce mal-être, appelé aussi dysphorie de genre. Dans les médias, on ne compte plus les célébrités transgenres. Acteurs, politiques, mannequins font sensation dès qu'ils annoncent leur changement de genre. Aux États-Unis, le militaire Bradley Manning, lanceur d'alerte de Wikileaks, est devenu Chelsea en prison. Les frères Wachowski, réalisateurs de la trilogie « Matrix », sont devenus des sœurs : Lilly et Lana. Mais loin des projecteurs, que se passe-t-il vraiment dans la société française ? De Rennes (Îlle-et-Vilaine) à Coulommiers (Seine-et-Marne), de Bordeaux (Gironde) à Paris nous avons suivi des personnes transgenres tout au long des différentes étapes de leur métamorphose. Isaac a 14 ans. Il a commencé son année de 3e au collège en tant que fille ; il la termine en garçon. Depuis sa plus tendre enfance, il a la sensation de vivre dans un corps qui n'est pas le sien. Comment ses parents l'aident-ils dans ce parcours difficile ? Quels regard ses camarades et ses professeurs portent-ils sur lui ? À 24 ans, Laura fait une transition de garçon à fille. Depuis 18 mois, elle décrit chaque phase de sa transformation sur YouTube et donne des conseils à ceux qui se cherchent. Pour la communauté transgenre, Internet est une source d'information inépuisable. Ultra-féminine, Laura vit avec Maxime, son amoureux, et elle n'éprouve pas le besoin d'aller jusqu'à la vaginopastie, l'intervention chirurgicale ultime qui transforme un pénis en vagin. En revanche pour Iris, 21 ans, cette opération sera un soulagement : elle est prête à attendre plusieurs années, à être évaluée par des psychologues, à subir une intervention longue et douloureuse pour vivre enfin en harmonie avec son corps. Cédric, lui, souhaite prendre des hormones pour quitter son corps de fille et devenir un garçon, mais l'annonce de sa décision à ses parents va provoquer un choc terrible, une rupture. À 18 ans, à peine sorti de l'adolescence, comment parviendra-t-il à vivre seul et sans ressources pour assumer son choix ? Un choix si impératif que certains n'hésitent pas à se lancer sur le tard, comme Jackie, 60 ans, cadre bancaire à la retraite. C'était un homme marié, c'est aujourd'hui une femme divorcée. Qu'elles aient 14 ou 60 ans, nous avons suivi les parcours de ces personnes transgenres en pleine transition et qui ont décidé de partager avec nous leurs joies et leurs souffrances.

      Les derniers programmes Magazines mis en ligne