Revoir un programme tv en replay et en streaming
Voir en replay sur M6
M6 Diffusion 18-12-17 à 00:50 Durée :
  • excellent! (4 votes) Note : 4.8/5 | 0 vue
    Votre avis :
    • Bof
    • Moyen
    • Pas mal
    • Bien
    • Excellent !

    Autres programmes :
      Résumé

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      C'est la croisière la plus folle et la plus festive du monde. Appelée « Groove Cruise », elle accueille, chaque année, 2 500 personnes pour 72 heures de musique non-stop à bord d'un paquebot grand luxe, sur les eaux du Pacifique, entre Los Angeles (États-Unis) et Ensenada (Mexique). Sur cette immense discothèque flottante, les croisiéristes-fêtards sont là pour danser sur des rythmes électro, se défouler, et surtout ne rien s'interdire. Moyenne d'âge : 31 ans. Habillés (ou plutôt déguisés) pour la fête, dans des tenues plus extravagantes les unes que les autres, ils viennent de tous les horizons, de tous les milieux, et forment une joyeuse bande où les différences sociales s'effacent le temps de cette « Groove Cruise ». Une ambiance totalement libre et déjantée qui rappelle la fête du Burning Man, dans le désert du Nevada (États-Unis). L'homme qui a inventé cette croisière hors norme s'appelle Jason Beukema, un jeune homme d'affaires spécialisé dans l'univers de la nuit. C'est la sixième année qu'il organise la Groove Cruise. Il dépense une fortune (un million de dollars, rien que pour la location du paquebot et de l'équipage) pour la rendre chaque fois plus spectaculaire. Un investissement rentable puisque chaque fêtard dépense entre 2 000 et 5 000 dollars (alcool compris) lors de ces trois jours de croisière. Parmi les participants, Taryn et David, un couple de Californiens typiques, qui viennent pour la première fois. Enthousiastes, ils se préparent depuis plusieurs mois. Ils vouent un culte à leur corps et s'entraînent physiquement très dur pour être les plus beaux danseurs de la croisière. Il y aussi les DJs. Ils sont cinquante à se relayer jour et nuit aux platines, sur les sept ponts du paquebot. Tim, alias Dj Whiskas, est l'un d'entre eux. Chauffeur routier de formation, il a réussi à se faire engager sur la Groove Cruise, le plus grand festival de dance au monde selon lui. Y jouer est l'opportunité de sa vie. Marika, une go-go danseuse française expatriée aux États-Unis, adore cette ambiance qu'elle ne retrouve pas en France. Employée par l'organisation, elle a 72 heures pour mettre la croisière en « feu » sur tous les dancefloors du paquebot avec son équipe de danseuses. Marika nous décrypte cette grande fête à l'américaine, unique en son genre, dont elle connaît tous les secrets, même les plus inavouables. Sur la croisière, l'alcool coule à flot et la drogue circule en masse. Les dérives, parfois dramatiques, sont inévitables. Enquête inédite sur la Groove Cruise, la croisière de tous les excès.

      Enquête exclusive (48 vidéos)
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      C'est la croisière la plus folle et la plus festive du monde. Appelée « Groove Cruise », elle accueille, chaque année, 2 500 personnes pour 72 heures de musique non-stop à bord d'un paquebot grand luxe, sur les eaux du Pacifique, entre Los Angeles (États-Unis) et Ensenada (Mexique). Sur cette immense discothèque flottante, les croisiéristes-fêtards sont là pour danser sur des rythmes électro, se défouler, et surtout ne rien s'interdire. Moyenne d'âge : 31 ans. Habillés (ou plutôt déguisés) pour la fête, dans des tenues plus extravagantes les unes que les autres, ils viennent de tous les horizons, de tous les milieux, et forment une joyeuse bande où les différences sociales s'effacent le temps de cette « Groove Cruise ». Une ambiance totalement libre et déjantée qui rappelle la fête du Burning Man, dans le désert du Nevada (États-Unis). L'homme qui a inventé cette croisière hors norme s'appelle Jason Beukema, un jeune homme d'affaires spécialisé dans l'univers de la nuit. C'est la sixième année qu'il organise la Groove Cruise. Il dépense une fortune (un million de dollars, rien que pour la location du paquebot et de l'équipage) pour la rendre chaque fois plus spectaculaire. Un investissement rentable puisque chaque fêtard dépense entre 2 000 et 5 000 dollars (alcool compris) lors de ces trois jours de croisière. Parmi les participants, Taryn et David, un couple de Californiens typiques, qui viennent pour la première fois. Enthousiastes, ils se préparent depuis plusieurs mois. Ils vouent un culte à leur corps et s'entraînent physiquement très dur pour être les plus beaux danseurs de la croisière. Il y aussi les DJs. Ils sont cinquante à se relayer jour et nuit aux platines, sur les sept ponts du paquebot. Tim, alias Dj Whiskas, est l'un d'entre eux. Chauffeur routier de formation, il a réussi à se faire engager sur la Groove Cruise, le plus grand festival de dance au monde selon lui. Y jouer est l'opportunité de sa vie. Marika, une go-go danseuse française expatriée aux États-Unis, adore cette ambiance qu'elle ne retrouve pas en France. Employée par l'organisation, elle a 72 heures pour mettre la croisière en « feu » sur tous les dancefloors du paquebot avec son équipe de danseuses. Marika nous décrypte cette grande fête à l'américaine, unique en son genre, dont elle connaît tous les secrets, même les plus inavouables. Sur la croisière, l'alcool coule à flot et la drogue circule en masse. Les dérives, parfois dramatiques, sont inévitables. Enquête inédite sur la Groove Cruise, la croisière de tous les excès.

      Écrire un commentaire

      En cliquant sur le bouton 'Publier', j'accepte la charte Télé 7 Jours Replay.

      Les derniers programmes Enquête exclusive

      • Magazine

        Enquête exclusive

        Premiers pas dans la police : les nouveaux gardiens de la paix

        aucun (0 vote) Votre vote
        Enquête exclusive (48 vidéos) Commenter
        Voir en replay sur M6
        (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
        Juste après les attentats de novembre 2015, l'État décide de renforcer ses effectifs policiers. Dès 2016, 5 000 gardiens de la paix ont été recrutés, soit en moyenne deux fois plus que les années précédentes. Et leur formation débute en juillet 2016. Pendant près d'un an, du jour de leur admission à l'école de police jusqu'à la fin de leur stage, nous avons suivi les 120 élèves gardiens de la paix de l'École de Roubaix. Parmi eux, Tidiane, ancien videur de boîte de nuit qui a choisi de changer de vie pour servir la France ; Amélie, mère de famille et coach sportive qui voulait se confronter aux réalités du terrain ; et Julien, étudiant qui a toujours rêvé de devenir policier. Pour ces futurs gardiens de la paix, il a fallu faire des sacrifices et multiplier les efforts. Internat obligatoire, discipline de fer, levée des couleurs chaque jour à 7h30, alcool interdit, entraînement physique intense et nombreux cours théoriques... Un programme chargé et particulièrement exigeant. Après cinq mois d'école, tous les élèves ont ensuite été envoyés sur le terrain. En stage dans un commissariat, ils ont été confrontés à des situations réelles, parfois très dangereuses. Leur mission : assurer la sécurité au quotidien. Leur apprentissage : savoir réagir à tout type de situation, de la violence conjugale aux vols à la tire, de la tentative de suicide à l'attaque terroriste. Nous les avons accompagnés lors de leurs premières patrouilles, interventions et interpellations, où les élèves gardiens de la paix n'ont pas été épargnés. La formation s'est terminée par le traditionnel lancer de casquette, et surtout par la distribution des postes. En fonction de leur classement au niveau national, chaque étape de la formation étant notée, les futurs gardiens de la paix peuvent choisir leur affectation ou récupérer les postes qui restent. Une grande satisfaction pour certains, une déception pour les autres. Mais pour chacun d'entre eux, l'honneur de servir leur pays.
      • Magazine

        Enquête exclusive

        Trafics, immigration, violence : la Guyane au bord de l'explosion

        aucun (0 vote) Votre vote
        Enquête exclusive (48 vidéos) Commenter
        Voir en replay sur M6
        (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
        Morceau de France perdu en Amazonie, la Guyane évoque l'immense forêt vierge, la fusée Ariane et le bagne. C'est aussi le département le plus criminogène du pays : 42 morts pour 250 000 habitants en 2016, soit un taux d'homicide supérieur à la Seine-Saint-Denis. Avec la violence, il y a aussi la précarité. Galopante. Aujourd'hui, un Guyanais sur trois vit en dessous du seuil de pauvreté. La démographie explose. Partout, les bidonvilles s'étendent. Et le chômage touche 50% des jeunes. Résultat : la Guyane bat tous les records en matière de criminalité et de trafic de cocaïne. 20% de cette drogue consommée en France passe par Cayenne. Munis d'un simple billet d'avion pour Paris, les mules (ou passeurs) - jusqu'à 20 par avion ! - cachent la drogue sous forme de boulettes dans leurs bagages, leur estomac, ou même dans leurs parties intimes. Malgré tous ses problèmes, la Guyane est vue comme un véritable eldorado par les ressortissants des pays voisins (Brésiliens, Surinamais), plus pauvres encore, qui passent les frontières sans se faire contrôler pour venir toucher des aides sociales sur ce territoire français. Certains parviennent même à s'installer, illégalement, et y faire vivre leur famille. En mars dernier, un spectaculaire mouvement de colère (organisé par le collectif des « 500 frères » cagoulés) a paralysé ce département d'outre-mer durant six semaines. Le pays tout entier a alors découvert un autre visage de la Guyane, où ces Français du bout du monde se sentent abandonnés par l'État. Le gouvernement a débloqué en urgence un milliard d'euros pour remédier au sous-développement. Mais est-ce seulement un problème d'argent ? De Cayenne à Saint-Laurent-du-Maroni, nous avons enquêté sur l'état réel de ce territoire, aux côtés des policiers, des gendarmes, des douaniers, mais aussi des habitants des bidonvilles ou des élus, souvent dépassés par la gravité de la situation. Trafics, immigration violences… Presqu'un an après le plus grand mouvement de colère de son histoire, la Guyane est toujours au bord de l'explosion.

      Les derniers programmes Magazines mis en ligne