Revoir un programme tv en replay et en streaming
Voir en replay sur Public Sénat
Public Sénat Diffusion Diffusé le 19-11-09 Durée : 2h
  • aucun (0 vote) Note : -/5 | 0 vue
    Votre avis :
    • Bof
    • Moyen
    • Pas mal
    • Bien
    • Excellent !

    Autres programmes :
    Résumé

    Les sénateurs examinent le projet de loi de finances pour 2010 en présence d'Eric Woerth, ministre du budget, et de Christine Lagarde, ministre de l'économie. Cette année, les sénateurs doivent tenir compte de deux changements importants dans la fiscalité : apparition de la taxe carbone et suppression de la taxe professionnelle.

    Séance (1107 vidéos)
    Les sénateurs examinent le projet de loi de finances pour 2010 en présence d'Eric Woerth, ministre du budget, et de Christine Lagarde, ministre de l'économie. Cette année, les sénateurs doivent tenir compte de deux changements importants dans la fiscalité : apparition de la taxe carbone et suppression de la taxe professionnelle.


    Écrire un commentaire

    En cliquant sur le bouton 'Publier', j'accepte la charte Télé 7 Jours Replay.

    Les derniers programmes Séance

    Les derniers programmes Magazines mis en ligne

    • Magazine

      Enquête exclusive

      Commandos, légionnaires, tireurs d'élite : au cœur de la 11e brigade parachutistes

      aucun (0 vote) Votre vote
      Enquête exclusive (99 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      C'est l'une des unités d'élite les plus prestigieuses de l'armée française : la 11e brigade parachutistes. 7 500 soldats issus de 8 régiments regroupés dans le sud-ouest de la France et en Corse. Parmi eux, des spécialistes de l'assaut par les airs, prêts à être projetés, jour et nuit, à travers le monde pour maîtriser les situations de crise. Des commandos, des légionnaires et des tireurs d'élite en première ligne prêts à risquer leur vie pour remplir leur mission : actions coups de poing, libération d'otages, traque, surveillance, renseignement, etc. Aujourd'hui, les paras interviennent aussi au Sahel dans le cadre de l'opération Barkhane pour traquer les djihadistes et faire la guerre aux Groupes Armés Terroristes. Exceptionnellement, l'état-major des armées a autorisé nos caméras à suivre leurs opérations au Mali. Depuis leur base de Gao, nous avons suivi une grande opération aéroportée menée par les célèbres légionnaires du 2e REP, Régiment Étranger Parachutiste. Les 120 paras du Colonel de Monicault sont prêts à engager le combat dans la région du Liptako, à l'est du Mali, en proie aussi à de nombreux trafics et des conflits ethniques. Nous avons accompagné ces soldats d'exception jusqu'à leur base avancée de Ménaka, au cœur du désert. À plus de 40 degrés à l'ombre, pour survivre, rester opérationnel et garder le moral, ils doivent développer des trésors d'imagination. Pour les ravitailler en vivres et munitions à partir des bases arrières de Gao et Niamey, situées à des centaines de kilomètres, l'armée de l'air réalise chaque jour des exploits, notamment avec le dernier né des avions de transport militaire, l'airbus A400M Atlas, le nouveau monstre des airs. Pour devenir parachutiste et avoir le droit de coiffer le béret rouge, les soldats français suivent une formation ultra exigeante à l'école des troupes aéroportées de Pau. Les meilleurs d'entre eux intègreront le groupement commando parachutiste, une unité qui appartient aux forces spéciales. Mais avant, il faut réussir les tests de sélection qui comptent parmi les plus difficiles de la planète. Stéphane et Cheyenne, 21 ans, vont effectuer leur tout premier saut en parachute, à 400 mètres du sol. Si tout se passe bien, dans quelques mois, eux aussi pourront partir en opération extérieure pour appartenir à la prestigieuse brigade des soldats de l'urgence.
    • Magazine

      Zone interdite

      Ventes aux enchères : leur étonnant succès face à la crise !

      aucun (0 vote) Votre vote
      Zone interdite (39 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Des objets du quotidien à prix cassé, des voitures bradées, des appartements achetés bien en dessous des prix du marché : les enchères sont devenues pour de nombreux Français un mode de consommation courant. Mais derrière ces bonnes affaires se cache la réalité des fins de mois difficiles de Français qui galèrent. Les maisons ou les voitures vendues aux enchères sont saisies à des familles qui ne peuvent plus payer leur crédit ou à de petites entreprises en liquidation judiciaire. Sous l'effet de la crise, le marché des ventes aux enchères n'a jamais connu un tel succès. En l'espace de dix ans, le montant total adjugé a augmenté de 50% pour dépasser la somme record de trois milliards d'euros en 2017 ! Les commissaires-priseurs constatent chaque jour l'ampleur des difficultés économiques des Français. C'est le cas de Valérie, commissaire-priseur à Coulommiers (Seine-et-Marne). Depuis plus de vingt ans, cette passionnée reçoit des particuliers qui viennent vendre petit électro-ménager, bibelots et autres meubles. Parfois hérités de leurs parents, ils espèrent en tirer un bon prix pour compléter leur salaire ou une petite retraite. Pour les acheteurs, c'est une aubaine : ces objets du quotidien sont cédés à environ 30% de leur prix d'origine. À 64 ans, Gérard est l'un des rares huissiers de justice à être également commissaire-priseur. Il est chargé de vendre les biens des entreprises placées en liquidation judiciaire. Boulanger, boucher, coiffeur ou restaurateur, Gérard voit quotidiennement sombrer les petits artisans. Ce qui est nouveau c'est que des professions, jusqu'ici épargnées comme les pharmaciens, sont aujourd'hui durement touchées par la crise. Dans les Alpes-Maritimes, Sylvie, elle, n'arrive plus à payer son prêt. Sa maison a été saisie et va être vendue aux enchères. Son dernier espoir : trouver suffisamment d'argent pour racheter son propre logement lors de la vente au tribunal de grande instance. Pierre, 39 ans, est passionné depuis l'enfance par les voitures. Aujourd'hui ce commissaire-priseur s'est spécialisé dans les enchères de voitures d'occasion. Chaque année, il vend entre 12 000 et 15 000 véhicules 10 à 15% moins chers que chez le concessionnaire. À ce prix-là, les acheteurs se bousculent. Mais lorsque le feu des enchères saisit la salle, les bonnes affaires sont-elles vraiment au rendez-vous ? Qui sont ceux qui profitent de la crise pour faire de bonnes affaires ? Plongée dans une France qui peine à joindre les deux bouts.
    //Google Tag Manager