Revoir un programme tv en replay et en streaming
Voir en replay sur M6
M6 Diffusion 20-05-18 à 21:00 Durée : 1h46min
  • bien (17 votes) Note : 4.3/5 | 0 vue
    Votre avis :
    • Bof
    • Moyen
    • Pas mal
    • Bien
    • Excellent !

    Autres programmes :
    Résumé

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Gazon naturel ou synthétique : ils vous déroulent le tapis vert ! C'est le rêve de tous ceux qui possèdent un jardin : une belle pelouse verte ! Un rêve jusque-là synonyme d'entretien non-stop. Aujourd'hui, de plus en plus de Français sont tentés par une nouvelle formule : la pelouse en rouleau. Simple et rapide à poser, prête à être arrosée, pour six euros le m² en moyenne. Aujourd'hui, le roi de ce gazon tout prêt s'appelle Arnaud Dugast. À la tête du leader français Cover Garden, il cultive 200 hectares de « gazonnière ». Une référence dans le sport : il fournit déjà les grands stades de football européens mais son nouveau pari c'est le marché des particuliers. Après Internet, il vient d'ouvrir sa première boutique, « 100% gazon », à Bordeaux. Le succès est tel qu'il souhaite le décliner en franchise. Comment compte-t-il convertir les Français à la pelouse impeccable des Anglo-saxons ? Nouveaux services d'entretien, garantie « evergreen », jusqu'où va se nicher la folie du gazon toujours vert ? Plus surprenant encore, le boom du gazon synthétique. Plus cher, 15 euros le m², il présente toutefois de sérieux atouts : vert douze mois par an, il ne nécessite aucun entretien et la ressemblance avec le gazon naturel est frappante. Rudy Cassenac, fondateur du numéro 1 français Exelgreen, en vend près d'1 million de m² par an. Que vaut cette nouvelle alternative très tendance ? Le gazon synthétique est-il l'avenir de nos jardins ? Les jeux de plein air à la conquête de votre jardin Pour éloigner les enfants de leurs écrans, rien ne vaut les jeux de plein air : toboggans, balançoires, trampolines ou maisonnettes… Avec le retour des beaux jours, les jeux de plein air envahissent nos jardins et les acteurs de ce marché se frottent les mains. Le secteur pèse aujourd'hui plus de 400 000 millions d'euros. Parmi les fabricants leaders, les historiques Soulet et Smoby, qui rivalisent d'imagination pour se réinventer. Les premiers ont créé « le Chambord », une gigantesque structure en bois qui mêle toboggan, cabane et balançoire, et coûte la bagatelle de… 3 000 euros ! Quant à Smoby, l'enseigne a inventé la fameuse « friends house », best-seller du marché, écoulée à 11 000 exemplaires l'an passé en France. Comment les mastodontes du jeu de plein air font-ils pour se démarquer et s'imposer dans cette course à l'innovation ? Alors que de grandes enseignes emblématiques (Toys'R'Us, La Grande Récré…) mettent la clé sous la porte face à l'assaut du e-commerce, de nouveaux venus émergent. C'est le cas notamment de Oogarden qui ambitionne de devenir le Decathlon des jardins en misant sur un rapport qualité/prix imbattable. Comment les fabricants se battent-ils pour être en bonne place dans les magasins de jouets ? Quels sont leurs arguments pour séduire les enfants et convaincre les parents ? Du vert en ville : le boom des jardineries urbaines S'offrir une bulle de verdure chez soi quand on habite en ville, aujourd'hui c'est possible. Sur leur balcon ou dans leur salon, près de 12 millions de foyers urbains jardinent ! De petites startup l'ont bien compris : à Paris, Bordeaux ou Lille, elles proposent des plantes lors de ventes flash à des prix dérisoires ! Cette tendance forte n'a pas échappé non plus au géant du secteur Truffaut. L'enseigne a ouvert deux « jardineries urbaines » depuis novembre, en centre-ville de Boulogne (Hauts-de-Seine) et de Toulouse (Haute-Garonne). Et une trentaine d'autres ouvertures sont prévues. Le concept : une surface quatre à six fois plus petite que celle des magasins de périphérie, et une offre spécifique. Parmi les meilleures ventes, les « carrés potagers » qui prennent les apprentis jardiniers par la main pour leur permettre de récolter leurs propres aromates ou mini-légumes. Cerise sur le gâteau, ces potagers déclenchent de nombreux achats d'accessoires et attirent une clientèle plus jeune qui découvre une nouvelle activité ludique pour les enfants. Ateliers d'initiation, produits innovants, mise en scène des magasins : avec quels arguments ces jardineries de centre-ville comptent-elles séduire les urbains ? Comment leurs fournisseurs s'y prennent-ils pour développer des produits adaptés ? Et comment la concurrence réagit-elle, à Toulouse par exemple où « Le parfait jardinier », jardinerie historique du centre, a vu Truffaut s'installer à quelques centaines de mètres ?

    Capital (31 vidéos)
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Gazon naturel ou synthétique : ils vous déroulent le tapis vert ! C'est le rêve de tous ceux qui possèdent un jardin : une belle pelouse verte ! Un rêve jusque-là synonyme d'entretien non-stop. Aujourd'hui, de plus en plus de Français sont tentés par une nouvelle formule : la pelouse en rouleau. Simple et rapide à poser, prête à être arrosée, pour six euros le m² en moyenne. Aujourd'hui, le roi de ce gazon tout prêt s'appelle Arnaud Dugast. À la tête du leader français Cover Garden, il cultive 200 hectares de « gazonnière ». Une référence dans le sport : il fournit déjà les grands stades de football européens mais son nouveau pari c'est le marché des particuliers. Après Internet, il vient d'ouvrir sa première boutique, « 100% gazon », à Bordeaux. Le succès est tel qu'il souhaite le décliner en franchise. Comment compte-t-il convertir les Français à la pelouse impeccable des Anglo-saxons ? Nouveaux services d'entretien, garantie « evergreen », jusqu'où va se nicher la folie du gazon toujours vert ? Plus surprenant encore, le boom du gazon synthétique. Plus cher, 15 euros le m², il présente toutefois de sérieux atouts : vert douze mois par an, il ne nécessite aucun entretien et la ressemblance avec le gazon naturel est frappante. Rudy Cassenac, fondateur du numéro 1 français Exelgreen, en vend près d'1 million de m² par an. Que vaut cette nouvelle alternative très tendance ? Le gazon synthétique est-il l'avenir de nos jardins ? Les jeux de plein air à la conquête de votre jardin Pour éloigner les enfants de leurs écrans, rien ne vaut les jeux de plein air : toboggans, balançoires, trampolines ou maisonnettes… Avec le retour des beaux jours, les jeux de plein air envahissent nos jardins et les acteurs de ce marché se frottent les mains. Le secteur pèse aujourd'hui plus de 400 000 millions d'euros. Parmi les fabricants leaders, les historiques Soulet et Smoby, qui rivalisent d'imagination pour se réinventer. Les premiers ont créé « le Chambord », une gigantesque structure en bois qui mêle toboggan, cabane et balançoire, et coûte la bagatelle de… 3 000 euros ! Quant à Smoby, l'enseigne a inventé la fameuse « friends house », best-seller du marché, écoulée à 11 000 exemplaires l'an passé en France. Comment les mastodontes du jeu de plein air font-ils pour se démarquer et s'imposer dans cette course à l'innovation ? Alors que de grandes enseignes emblématiques (Toys'R'Us, La Grande Récré…) mettent la clé sous la porte face à l'assaut du e-commerce, de nouveaux venus émergent. C'est le cas notamment de Oogarden qui ambitionne de devenir le Decathlon des jardins en misant sur un rapport qualité/prix imbattable. Comment les fabricants se battent-ils pour être en bonne place dans les magasins de jouets ? Quels sont leurs arguments pour séduire les enfants et convaincre les parents ? Du vert en ville : le boom des jardineries urbaines S'offrir une bulle de verdure chez soi quand on habite en ville, aujourd'hui c'est possible. Sur leur balcon ou dans leur salon, près de 12 millions de foyers urbains jardinent ! De petites startup l'ont bien compris : à Paris, Bordeaux ou Lille, elles proposent des plantes lors de ventes flash à des prix dérisoires ! Cette tendance forte n'a pas échappé non plus au géant du secteur Truffaut. L'enseigne a ouvert deux « jardineries urbaines » depuis novembre, en centre-ville de Boulogne (Hauts-de-Seine) et de Toulouse (Haute-Garonne). Et une trentaine d'autres ouvertures sont prévues. Le concept : une surface quatre à six fois plus petite que celle des magasins de périphérie, et une offre spécifique. Parmi les meilleures ventes, les « carrés potagers » qui prennent les apprentis jardiniers par la main pour leur permettre de récolter leurs propres aromates ou mini-légumes. Cerise sur le gâteau, ces potagers déclenchent de nombreux achats d'accessoires et attirent une clientèle plus jeune qui découvre une nouvelle activité ludique pour les enfants. Ateliers d'initiation, produits innovants, mise en scène des magasins : avec quels arguments ces jardineries de centre-ville comptent-elles séduire les urbains ? Comment leurs fournisseurs s'y prennent-ils pour développer des produits adaptés ? Et comment la concurrence réagit-elle, à Toulouse par exemple où « Le parfait jardinier », jardinerie historique du centre, a vu Truffaut s'installer à quelques centaines de mètres ?

    Écrire un commentaire

    En cliquant sur le bouton 'Publier', j'accepte la charte Télé 7 Jours Replay.
    • Par Max, le 01-06-2018

      video indisponible !

    • Par Marina, le 30-05-2018

      La vidéo n'est pas disponible sur le replay :( pourquoi ?

    • Par Aucouturier, le 28-05-2018

      Vous parlez deOOgarden dans capital, cela mets en confiance votre public et pendant ce temps là Oogarden les escroques impunément, merci capital

    • Par jossnitron, le 25-05-2018

      comment peut-on cautionner un reportage sur la société oogarden, alors que celle ci est pitoyable au niveau sav , voir les avis et les nombreux déboires sur internet ...

    Les derniers programmes Capital

    • Magazine

      Capital

      Transports en commun : combien nous coûte la fraude ?

      aucun (0 vote) Votre vote
      Capital (31 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Un Français sur deux a déjà fraudé dans les transports en commun. Une pratique massive, très française : Paris est très loin devant la plupart des capitales mondiales, alors que le prix du ticket unitaire est parmi les plus bas d´Europe ! Ces fraudes sont très coûteuses : 600 millions d´euros d´argent public partent ainsi en fumée chaque année. Pour s´en sortir, les collectivités tentent depuis un an d´imposer un nouvel arsenal de mesures antifraudes. Certaines sont très à la pointe : traqueur d´identité, billets par SMS, bouton de signalement des fraudeurs sur le tableau de bord des bus, contrôles en civil... Mais les fraudeurs rivalisent d´imagination et de technologies pour contourner la loi. Des petits malins se sont ainsi lancés dans des applications « Waze du contrôleur », d´autres se sont spécialisés sur Snapchat pour faire échouer les contrôles, certains encore créent des « mutuelles du fraudeur », des pots communs pour financer les amendes des uns et des autres ! À combien se chiffre ce jeu du chat et de la souris ? Autorités, fraudeurs ou entreprises qui en ont fait leur business : qui tire profit de la fraude aux transports ?
    • Magazine

      Capital

      Compagnies aériennes : la guerre du luxe dans les nuages

      aucun (0 vote) Votre vote
      Capital (31 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Après les vols low-cost, c'est désormais le marché du luxe que les compagnies aériennes s'arrachent ! Repas 3 étoiles, grands crus, lits et même douches : rien n´est trop beau pour attirer les riches clients, prêts à dépenser 10 000 euros pour un vol Paris - New York ! Il faut dire que les sièges « premium », qui ne représentent que 20% du trafic aérien, rapportent 50% du profit des compagnies. Alors à quoi ressemble une première classe aujourd'hui ? Comment sont gérés ces services haut de gamme et quelles sont les dernières folies de ces palaces volants ?
    • Magazine

      Capital

      Autocar, le nouveau moyen de transport low cost

      aucun (0 vote) Votre vote
      Capital (31 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      1 euro pour un Paris-Bordeaux, 8 euros pour un trajet vers Toulouse et 9 euros pour voir le soleil de Montpellier : voilà les prix hallucinants que promettent les nouvelles lignes de bus créées grâce à la loi Macron. Connexion wifi à bord, toilettes, projection de films : on se croirait presque à bord d'un vol long-courrier. Il faut dire que pour ce prix-là, les clients vont passer dans le bus le même temps qu'un vol Paris-Bangkok ! Comment font ces sociétés d'autobus pour proposer de tels tarifs ? Comment ont-elles formé les centaines de chauffeurs qu'il a fallu recruter pour occuper le marché ? Votre sécurité est-elle toujours assurée ?

    Les derniers programmes Magazines mis en ligne