Revoir un programme tv en replay et en streaming
Voir en replay sur M6
M6 Diffusion 20-08-18 à 00:50 Durée :
  • pas mal (3 votes) Note : 3.3/5 | 0 vue
    Votre avis :
    • Bof
    • Moyen
    • Pas mal
    • Bien
    • Excellent !

    Autres programmes :
      Résumé

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Depuis plusieurs années, les forces de l'ordre doivent faire face à un phénomène inquiétant : le déferlement de la cocaïne dans notre pays. Elle arrive de Guyane majoritairement, mais aussi des Caraïbes ou d'Amérique du Sud, et envahit la France. Elle rentre par la poste, par les autoroutes, mais aussi par les aéroports grâce à des mules. Pour lutter contre ce trafic, l'une des administrations les plus puissantes de France : la douane. Elle compte dans ses rangs plus de 17 000 fonctionnaires. Parmi ses différentes unités, la DNRED : à la manière des services secrets, elle enquête, traque et infiltre des réseaux de trafiquants. Pour y parvenir, ils disposent de pouvoirs quasiment illimités : la loi les autorise à démonter une voiture, des bagages et même à faire des fouilles à corps très poussées… Et quand vient le moment des interventions, c'est une unité d'élite surentraînée qui prend la main. Nous avons suivi ces hommes et ces femmes pendant plusieurs mois dans leurs traques quotidiennes des narcotrafiquants. À l'aéroport d'Orly, une unité de ciblage patrouille en civil au quotidien. Chaque jour, ils doivent scruter 400 000 passagers, mais pas seulement : le personnel navigant et les avions sont aussi régulièrement fouillés et vérifiés. En six mois, la douane de l'aéroport a déjà intercepté 500 kilos de cocaïne, soit le double de l'année précédente. Interventions musclées, enquêtes longues et approfondies, patrouilles et ciblages, la douane française a accepté de révéler devant nos caméras certaines de ses méthodes de travail.

      Enquête exclusive (79 vidéos)
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Depuis plusieurs années, les forces de l'ordre doivent faire face à un phénomène inquiétant : le déferlement de la cocaïne dans notre pays. Elle arrive de Guyane majoritairement, mais aussi des Caraïbes ou d'Amérique du Sud, et envahit la France. Elle rentre par la poste, par les autoroutes, mais aussi par les aéroports grâce à des mules. Pour lutter contre ce trafic, l'une des administrations les plus puissantes de France : la douane. Elle compte dans ses rangs plus de 17 000 fonctionnaires. Parmi ses différentes unités, la DNRED : à la manière des services secrets, elle enquête, traque et infiltre des réseaux de trafiquants. Pour y parvenir, ils disposent de pouvoirs quasiment illimités : la loi les autorise à démonter une voiture, des bagages et même à faire des fouilles à corps très poussées… Et quand vient le moment des interventions, c'est une unité d'élite surentraînée qui prend la main. Nous avons suivi ces hommes et ces femmes pendant plusieurs mois dans leurs traques quotidiennes des narcotrafiquants. À l'aéroport d'Orly, une unité de ciblage patrouille en civil au quotidien. Chaque jour, ils doivent scruter 400 000 passagers, mais pas seulement : le personnel navigant et les avions sont aussi régulièrement fouillés et vérifiés. En six mois, la douane de l'aéroport a déjà intercepté 500 kilos de cocaïne, soit le double de l'année précédente. Interventions musclées, enquêtes longues et approfondies, patrouilles et ciblages, la douane française a accepté de révéler devant nos caméras certaines de ses méthodes de travail.

      Écrire un commentaire

      En cliquant sur le bouton 'Publier', j'accepte la charte Télé 7 Jours Replay.

      Les derniers programmes Enquête exclusive

      • Magazine

        Enquête exclusive

        Île de Saint-Martin, un paradis aux deux visages

        Voir en replay sur M6
        (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
        Surnommée la « perle des Caraïbes », l'île de Saint-Martin, petit territoire divisé en deux (une partie française au nord et une partie hollandaise au sud), a tout d'un paradis tropical. Mer bleue turquoise, plages de sable blanc, végétation luxuriante, soleil toute l'année... Mais il y a un an, le 6 septembre 2017, Irma, le plus puissant des ouragans jamais vu dans la région, a frappé l'île de plein fouet. Des rafales de vent de 370 km/h ont tout balayé sur leur passage. Saint-Martin a été détruite à 95%. Un décor d'apocalypse pour ce petit paradis et des secours complètement dépassés par l'ampleur de la catastrophe. Des habitants ont ainsi profité de la situation pour piller les magasins éventrés et les villas dévastées. Toute l'île a été mise à sac. Et les tensions entre forces de l'ordre et la population se sont enflammées. Nos équipes ont suivi les gendarmes lors de leurs perquisitions dans certains quartiers pour retrouver du matériel volé. Nous avons notamment enquêté auprès des commerçants les plus touchés par les pillages. Touchée par le cyclone, la concession automobile de Stéphane Assimon a été prise d'assaut par les voleurs. Les actes de violence et le sentiment de peur qui sévit à Saint-Martin poussent de plus en plus d'habitants à s'armer. Ces derniers mois, un business de la sécurité privée s'est développée sur l'île. Mark, qui possède une épicerie, s'est procuré une arme illégale pour protéger son magasin des braqueurs. Saint-Martin serait devenu l'un des territoires français les plus armés. Sa proximité avec les États-Unis, où l'armement est en vente libre, facilite leur accès. Autre problème : la reconstruction, beaucoup trop lente selon les habitants. Nous avons rencontré Olga, qui vivait au bord de l'eau avec sa famille. Aujourd'hui, elle se retrouve sans maison, sans travail, sans aide et sans école pour son fils. Avant le cyclone, la pauvreté et la violence étaient déjà présentes sur l'île. Irma n'a fait que renforcer un contraste choquant qui existait déjà entre les deux parties de l'île. Côté français, 55% des habitants sont étrangers (principalement Haïtiens et Dominicains). Le taux de délinquance est plus élevé que dans n'importe quel autre département français. Un habitant sur cinq vit du RSA. Et le trafic de stupéfiants, notamment le crack, fait de plus en plus de ravages. Côté hollandais, c'est un autre décor, qui attire chaque année 2 millions et demi de vacanciers. Sur 35 km, des dizaines de bars, restaurants, casinos, mais aussi clubs de strip-tease et maisons closes font de cette partie de l'île un mini Las Vegas. Certains établissements sont même tenus par des Français, comme Hervé, le directeur du plus grand casino de l'île. Avec un PIB presque deux fois supérieur à la partie française, le côté hollandais attire aussi de riches investisseurs. Silvia et Giorgio souhaitent acheter une villa dans l'un des coins les plus chics de l'île. Pour ce couple suisse, s'installer à Saint-Martin permet de profiter d'une vue sur l'océan à couper le souffle mais aussi bénéficier d'avantages fiscaux très alléchants. Enquête sur Saint-Martin, un paradis aux deux visages.
      • Magazine

        Enquête exclusive

        Hambourg : l'extravagante Venise du Nord

        aucun (0 vote) Votre vote
        Enquête exclusive (72 vidéos) Commenter
        Voir en replay sur M6
        (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
        Deuxième ville d'Allemagne, Hambourg attire 15 millions de touristes par an, bien plus que Berlin ou Münich. Surnommée la Venise du Nord, avec ses canaux bordés de demeures luxueuses et son port, l'un des plus modernes du monde, Hambourg est aussi célèbre pour ses quartiers sulfureux, son sens de la fête et ses personnalités locales hors normes. Issu de l'une des familles les plus riches d'Allemagne, Frank Otto est un milliardaire atypique. Avec ses cheveux longs, son look de star hollywoodienne, il aime, à 62 ans, s'afficher aux côtés de jeunes mannequins. Depuis son sublime hôtel particulier (1 000m²) au cœur de la ville, il dirige un groupe de médias, mais c'est aussi un touche-à-tout qui a investi dans l'art, la musique et même le football. Il a notamment sauvé de la faillite le FC Sankt Pauli, un club de foot qui joue en deuxième division et qui n'a jamais rien gagné de son histoire, mais dont tous les matchs se jouent à guichets fermés. C'est le seul club au monde dont les statuts spécifient qu'il est antiraciste, anti-homophobe, antifasciste. Il revendique 11 millions de supporters à travers le monde, dont 30% de femmes. L'emblème du club : un drapeau pirate avec une tête de mort sur fond noir. Sven, un ex punk, est le régisseur du club ; nous le suivons un jour de match. Nous découvrons aussi comment ce club très riche soutient la vie du quartier et la solidarité entre ses habitants, où ici le non-conformisme est la règle. Car Sankt Pauli est un quartier qui ne ressemble à aucun autre. Traversée par la sulfureuse avenue Reeperbahn, considérée comme l'avenue de tous les péchés, le quartier abrite de nombreux lieux de fête et même des maisons closes (légales en Allemagne), concentrées dans la rue Herbertstrasse, interdite aux femmes non prostituées. Nous avons rencontré Thorsten Eitner, le gérant du Pink Palace, un établissement de 5 étages avec 54 chambres, louées 100 euros par jour à des professionnelles. Dans le quartier, il y a aussi un cabaret transformiste très célèbre, le Olivia Show Club, du nom de Olivia Jones, 52 ans, 2 mètres 07, de son véritable nom Oliver Knöbel, la star des Drag Queens en Allemagne. Personnalité haute en couleurs, Olivia a même été invité au Parlement allemand en tant qu'ambassadeur des valeurs de tolérance et d'ouverture de Hambourg. Le week-end, à Sankt Pauli, c'est la fête 24 heures sur 24, avec parfois les inévitables débordements (bagarres, trafics, alcool). Nos équipes ont pu suivre nuit et jour l'une des brigades du commissariat de la Reeperbahn, qui gère les problèmes liés aux milliers de fêtards qui débarquent dans le quartier.

      Les derniers programmes Magazines mis en ligne

      //Google Tag Manager