Revoir un programme tv en replay et en streaming
  • 20h 2017 en replay (39 vidéos)

    • JT - Infos

      20h 2017

      Alstom, agriculteurs, médecins...: Est-on face à un État investisseur ou un État qui intervient de manière électorale ?

      aucun (0 vote) Votre vote

      L'État intervient, sauve et est à la manoeuvre économique en ce moment. Et pour cause, le pays est en pleine campagne électorale. Pour se rendre compte de cette omniprésence, il suffit de regarder les interventions et les incursions du moment de ce pouvoir qui s'immisce dans le monde économique. Pas plus tard qu'aujourd'hui, le gouvernement a commandé pour 700 millions d'euros de trains pour sauver l'activité du site d'Alstom à Belfort. Le plan d'aide à l'agriculture et la prime d'engagement pour les médecins font également partie des récentes. Au vu de tous ces "cadeaux" du gouvernement, Est-on face à un État investisseur ou un État qui intervient de manière électorale ? - Avec: Thierry Arnaud, chef de notre service politique. Nos éditorialistes politiques Ruth Elkrief et Éric Brunet. - 20H 2017, du mardi 4 octobre 2016, présenté par Alain Marschall, sur BFMTV.

      Lire la suite 20h 2017 (39 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur BFMTV
      L'État intervient, sauve et est à la manoeuvre économique en ce moment. Et pour cause, le pays est en pleine campagne électorale. Pour se rendre compte de cette omniprésence, il suffit de regarder les interventions et les incursions du moment de ce pouvoir qui s'immisce dans le monde économique. Pas plus tard qu'aujourd'hui, le gouvernement a commandé pour 700 millions d'euros de trains pour sauver l'activité du site d'Alstom à Belfort. Le plan d'aide à l'agriculture et la prime d'engagement pour les médecins font également partie des récentes. Au vu de tous ces "cadeaux" du gouvernement, Est-on face à un État investisseur ou un État qui intervient de manière électorale ? - Avec: Thierry Arnaud, chef de notre service politique. Nos éditorialistes politiques Ruth Elkrief et Éric Brunet. - 20H 2017, du mardi 4 octobre 2016, présenté par Alain Marschall, sur BFMTV.
    • JT - Infos

      20h 2017

      Primaire du PS: Arnaud Montebourg va-t-il battre François Hollande ?

      aucun (0 vote) Votre vote

      Arnaud Montebourg serait en situation de battre François Hollande à la primaire du PS, selon un sondage BVA-Salesforce paru ce lundi. L'ex-ministre de l'Économie est donné vainqueur face au chef de l'État, au lendemain de l'annonce de sa participation à la primaire de la Belle Alliance Populaire (BAP). Battu au premier tour du scrutin, il s'imposerait ensuite dans un duel au second tour, avec 58% des voix contre 42%. En revanche, la tendance serait inversée si Arnaud Montebourg devait affronter Manuel Valls: le Premier ministre gagnerait, mais de justesse, avec 51% des voix contre 49% pour l'ancien membre de l'exécutif. Alors Arnaud Montebourg est-il vraiment en capacité de battre le Président sortant ? Et si c'était lui le candidat que la gauche attend pour 2017 ? - Avec: Thierry Arnaud, notre chef du service politique. Ainsi que nos éditorialistes politiques Ruth Elkrief et Laurent Neumann. - 20H 2017, du lundi 3 octobre 2016, présenté par Alain Marschall, sur BFMTV.

      Lire la suite 20h 2017 (39 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur BFMTV
      Arnaud Montebourg serait en situation de battre François Hollande à la primaire du PS, selon un sondage BVA-Salesforce paru ce lundi. L'ex-ministre de l'Économie est donné vainqueur face au chef de l'État, au lendemain de l'annonce de sa participation à la primaire de la Belle Alliance Populaire (BAP). Battu au premier tour du scrutin, il s'imposerait ensuite dans un duel au second tour, avec 58% des voix contre 42%. En revanche, la tendance serait inversée si Arnaud Montebourg devait affronter Manuel Valls: le Premier ministre gagnerait, mais de justesse, avec 51% des voix contre 49% pour l'ancien membre de l'exécutif. Alors Arnaud Montebourg est-il vraiment en capacité de battre le Président sortant ? Et si c'était lui le candidat que la gauche attend pour 2017 ? - Avec: Thierry Arnaud, notre chef du service politique. Ainsi que nos éditorialistes politiques Ruth Elkrief et Laurent Neumann. - 20H 2017, du lundi 3 octobre 2016, présenté par Alain Marschall, sur BFMTV.
    • JT - Infos

      20h 2017

      Obsèques de Shimon Peres: François Hollande et Nicolas Sarkozy dans le même avion

      aucun (0 vote) Votre vote

      François Hollande et Nicolas Sarkozy vont voyager ensemble vendredi pour assister aux obsèques de Shimon Peres, l'ancien président israélien. À deux mois de la primaire de la droite et sept mois de la présidentielle, les deux hommes vont donc se faire face pendant 8h de vol dans un Falcon 7X. L'ancien et l'actuel président, qui s'étaient affrontés en 2012, croisent déjà régulièrement le fer à distance en vue de la prochaine bataille présidentielle. Ce déplacement sera peut-être l'occasion pour le socialiste d'évoquer avec le républicain aussi bien les affaires en cours que les amabilités de Nicolas Sarkozy à son égard. - Décryptage avec notre éditorialiste politique Ruth Elkrief. Anna Cabana, rédactrice en chef au JDD. Et Thierry Arnaud, chef du service politique de BFMTV. - 20H 2017, du jeudi 29 septembre 2016, présenté par Alain Marschall, sur BFMTV.

      Lire la suite 20h 2017 (39 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur BFMTV
      François Hollande et Nicolas Sarkozy vont voyager ensemble vendredi pour assister aux obsèques de Shimon Peres, l'ancien président israélien. À deux mois de la primaire de la droite et sept mois de la présidentielle, les deux hommes vont donc se faire face pendant 8h de vol dans un Falcon 7X. L'ancien et l'actuel président, qui s'étaient affrontés en 2012, croisent déjà régulièrement le fer à distance en vue de la prochaine bataille présidentielle. Ce déplacement sera peut-être l'occasion pour le socialiste d'évoquer avec le républicain aussi bien les affaires en cours que les amabilités de Nicolas Sarkozy à son égard. - Décryptage avec notre éditorialiste politique Ruth Elkrief. Anna Cabana, rédactrice en chef au JDD. Et Thierry Arnaud, chef du service politique de BFMTV. - 20H 2017, du jeudi 29 septembre 2016, présenté par Alain Marschall, sur BFMTV.
    • JT - Infos

      20h 2017

      Primaire à droite: les électeurs devront signer une charte pour voter

      aucun (0 vote) Votre vote

      "Je partage les valeurs républicaines de la droite et du centre et je m'engage pour l'alternance afin de réussir le redressement de la France." Telle est la phrase que les électeurs de la primaire à droite doivent approuver, dans la charte dévoilée ce mercredi. Ils doivent par ailleurs débourser deux euros par tour pour avoir le droit de voter. "Après le paiement de ces frais d'organisation, le supplément éventuellement collecté sera reversé au vainqueur de la primaire", stipule la charte. Il lui servira à financer sa campagne présidentielle. Notons qu'ils sont sept à concourir à la primaire de la droite, dont six candidats Les Républicains. - Avec: Ruth Elkrief, éditorialiste politique de BFMTV. Thierry Arnaud, chef du service politique de BFMTV. Et Bernard Sananès, président de l'Institut de sondages Elabe. - 20H 2017, du mercredi 28 septembre 2016, présenté par Alain Marschall, sur BFMTV.

      Lire la suite 20h 2017 (39 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur BFMTV
      "Je partage les valeurs républicaines de la droite et du centre et je m'engage pour l'alternance afin de réussir le redressement de la France." Telle est la phrase que les électeurs de la primaire à droite doivent approuver, dans la charte dévoilée ce mercredi. Ils doivent par ailleurs débourser deux euros par tour pour avoir le droit de voter. "Après le paiement de ces frais d'organisation, le supplément éventuellement collecté sera reversé au vainqueur de la primaire", stipule la charte. Il lui servira à financer sa campagne présidentielle. Notons qu'ils sont sept à concourir à la primaire de la droite, dont six candidats Les Républicains. - Avec: Ruth Elkrief, éditorialiste politique de BFMTV. Thierry Arnaud, chef du service politique de BFMTV. Et Bernard Sananès, président de l'Institut de sondages Elabe. - 20H 2017, du mercredi 28 septembre 2016, présenté par Alain Marschall, sur BFMTV.
    • JT - Infos

      20h 2017

      Les accusations de Patrick Buisson peuvent-elles nuire à la campagne de Nicolas Sarkozy ?

      aucun (0 vote) Votre vote

      Dans un livre à paraître, La cause du peuple, Patrick Buisson dévoile certaines confidences faites par Nicolas Sarkozy. Il livre aussi des éléments pour comprendre la stratégie qui a mené son ancien patron à l'Élysée. Jacques Chirac "corrompu", François Fillon "pauvre type"... Ces accusations peuvent-elles nuire à la campagne de Nicolas Sarkozy ? - Décryptage avec nos éditorialistes politiques Ruth Elkrief et Éric Brunet. Ainsi que Thierry Arnaud, chef du service politique de BFMTV. - 20H 2017, du mardi 27 septembre 2016, présenté par Alain Marschall, sur BFMTV.

      Lire la suite 20h 2017 (39 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur BFMTV
      Dans un livre à paraître, La cause du peuple, Patrick Buisson dévoile certaines confidences faites par Nicolas Sarkozy. Il livre aussi des éléments pour comprendre la stratégie qui a mené son ancien patron à l'Élysée. Jacques Chirac "corrompu", François Fillon "pauvre type"... Ces accusations peuvent-elles nuire à la campagne de Nicolas Sarkozy ? - Décryptage avec nos éditorialistes politiques Ruth Elkrief et Éric Brunet. Ainsi que Thierry Arnaud, chef du service politique de BFMTV. - 20H 2017, du mardi 27 septembre 2016, présenté par Alain Marschall, sur BFMTV.
    • JT - Infos

      20h 2017

      Très fort rebond du chômage en août

      aucun (0 vote) Votre vote

      Le nombre de demandeurs d'emploi a progressé de 50 200 en août par rapport à juillet, ce qui représente une hausse de 1,4%. De l'aveu même du ministère du Travail, les chiffres du chômage du mois d'août sont "nettement moins favorables que ceux des mois précédents". Myriam El Khomri a elle-même parlé d'une "hausse très significative". Toutefois, la ministre explique en partie ces mauvais chiffres par les "difficultés rencontrées au lendemain des attentats du mois de juillet", qui auraient impacté certains secteurs liés au tourisme, notamment l'hôtellerie, la restauration et le commerce de loisirs. "C'est un argument que je trouve totalement indécent", réagit de son côté Éric Ciotti, député LR des Alpes-Maritimes. Pour lui, "c'est la politique économique du gouvernement qui est en cause". - Avec nos éditorialistes politiques Laurent Neumann et Thomas Soulié. Ainsi que Thierry Arnaud, chef du service politique de BFMTV. - 20H 2017, du lundi 26 septembre 2016, présenté par Alain Marschall, sur BFMTV.

      Lire la suite 20h 2017 (39 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur BFMTV
      Le nombre de demandeurs d'emploi a progressé de 50 200 en août par rapport à juillet, ce qui représente une hausse de 1,4%. De l'aveu même du ministère du Travail, les chiffres du chômage du mois d'août sont "nettement moins favorables que ceux des mois précédents". Myriam El Khomri a elle-même parlé d'une "hausse très significative". Toutefois, la ministre explique en partie ces mauvais chiffres par les "difficultés rencontrées au lendemain des attentats du mois de juillet", qui auraient impacté certains secteurs liés au tourisme, notamment l'hôtellerie, la restauration et le commerce de loisirs. "C'est un argument que je trouve totalement indécent", réagit de son côté Éric Ciotti, député LR des Alpes-Maritimes. Pour lui, "c'est la politique économique du gouvernement qui est en cause". - Avec nos éditorialistes politiques Laurent Neumann et Thomas Soulié. Ainsi que Thierry Arnaud, chef du service politique de BFMTV. - 20H 2017, du lundi 26 septembre 2016, présenté par Alain Marschall, sur BFMTV.
    • JT - Infos

      20h 2017

      Affaire Morandini: "Aujourd'hui, la honte doit changer de camp", Francis Szpiner

      aucun (0 vote) Votre vote

      Le 12 juillet dernier, le magazine "Les Inrockuptibles" a publié une enquête révélant un scandale sexuel dans lequel Jean-Marc Morandini est impliqué. Ce vendredi, l'animateur est mis en examen pour "corruption de mineur aggravé" et placé sous contrôle judiciaire. L'enquête a été ouverte suite aux plaintes de deux jeunes hommes, mineurs à l'époque des faits qu'ils dénoncent. Me Francis Szpiner, avocat d'une victime et de l'association La voix de l'enfant, se dit soulagé de la mise en examen de Jean-Marc Morandini. - 20H Week-end, du vendredi 23 septembre 2016, sur BFMTV.

      Lire la suite 20h 2017 (39 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur BFMTV
      Le 12 juillet dernier, le magazine "Les Inrockuptibles" a publié une enquête révélant un scandale sexuel dans lequel Jean-Marc Morandini est impliqué. Ce vendredi, l'animateur est mis en examen pour "corruption de mineur aggravé" et placé sous contrôle judiciaire. L'enquête a été ouverte suite aux plaintes de deux jeunes hommes, mineurs à l'époque des faits qu'ils dénoncent. Me Francis Szpiner, avocat d'une victime et de l'association La voix de l'enfant, se dit soulagé de la mise en examen de Jean-Marc Morandini. - 20H Week-end, du vendredi 23 septembre 2016, sur BFMTV.
    • JT - Infos

      20h 2017

      Nicolas Sarkozy répond à une attaque d'Alain Juppé sur la "nullité du débat politique"

      aucun (0 vote) Votre vote

      Nicolas Sarkozy a été l'invité exceptionnel de Ruth Elkrief ce jeudi. Au cours de l'entretien tourné en direct de son QG de campagne, le candidat à la primaire, qui défend une ligne politique très à droite pour l'investiture des Républicains, a répondu aux attaques dont il était l'objet récemment. Il a notamment ironisé sur les accusations d'Alain Juppé qui se disait exaspéré par "la nullité du débat politique". "Dire 'les autres sont nuls', c'est classique, c'est ce que dit tout le monde. Et ça ne fait pas avancer le débat. Et je suis certain qu'Alain, avec les grandes qualités qui sont les siennes, va nous redresser ça à lui tout seul, je lui fais confiance", a-t-il lancé. - Avec: Anna Cabana, rédactrice en chef au JDD. Thierry Arnaud, notre chef du service politique. Neila Latrous, notre journaliste politique. Ainsi que nos éditorialistes politiques Ruth Elkrief et Laurent Neumann. - 20H 2017, du jeudi 22 septembre 2016, présenté par Alain Marschall, sur BFMTV.

      Lire la suite 20h 2017 (39 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur BFMTV
      Nicolas Sarkozy a été l'invité exceptionnel de Ruth Elkrief ce jeudi. Au cours de l'entretien tourné en direct de son QG de campagne, le candidat à la primaire, qui défend une ligne politique très à droite pour l'investiture des Républicains, a répondu aux attaques dont il était l'objet récemment. Il a notamment ironisé sur les accusations d'Alain Juppé qui se disait exaspéré par "la nullité du débat politique". "Dire 'les autres sont nuls', c'est classique, c'est ce que dit tout le monde. Et ça ne fait pas avancer le débat. Et je suis certain qu'Alain, avec les grandes qualités qui sont les siennes, va nous redresser ça à lui tout seul, je lui fais confiance", a-t-il lancé. - Avec: Anna Cabana, rédactrice en chef au JDD. Thierry Arnaud, notre chef du service politique. Neila Latrous, notre journaliste politique. Ainsi que nos éditorialistes politiques Ruth Elkrief et Laurent Neumann. - 20H 2017, du jeudi 22 septembre 2016, présenté par Alain Marschall, sur BFMTV.
    • JT - Infos

      20h 2017

      Primaire de la droite et du centre: sept candidats sur la ligne de départ

      aucun (0 vote) Votre vote

      Sept personnalités, dont six hommes et une femme, vont concourir pour la primaire de la droite et du centre. Il s'agit en l'occurrence de Nicolas Sarkozy, d'Alain Juppé, de Bruno Le Maire, de François Fillon, de Nathalie Kosciusko-Morizet, de Jean-François Copé et de Jean-Frédéric Poisson. Leurs candidatures viennent d'être validées par la Haute autorité des Républicains, alors que celle du député LR Hervé Mariton a été invalidée "après vérification exhaustive" de tous les parrainages. Le scrutin à deux tours, les 20 et 27 novembre, permettra de désigner celui qui va être le candidat officiel à la prochaine présidentielle. Le vote est ouvert à tous les Français inscrits sur les listes électorales. - Avec: Bernard Sananès, président de l'Institut de sondages Elabe. Ruth Elkrief, notre éditorialiste politique. Et Thierry Arnaud, notre chef du service politique. - 20H 2017, du mercredi 21 septembre 2016, présenté par Alain Marschall, sur BFMTV.

      Lire la suite 20h 2017 (39 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur BFMTV
      Sept personnalités, dont six hommes et une femme, vont concourir pour la primaire de la droite et du centre. Il s'agit en l'occurrence de Nicolas Sarkozy, d'Alain Juppé, de Bruno Le Maire, de François Fillon, de Nathalie Kosciusko-Morizet, de Jean-François Copé et de Jean-Frédéric Poisson. Leurs candidatures viennent d'être validées par la Haute autorité des Républicains, alors que celle du député LR Hervé Mariton a été invalidée "après vérification exhaustive" de tous les parrainages. Le scrutin à deux tours, les 20 et 27 novembre, permettra de désigner celui qui va être le candidat officiel à la prochaine présidentielle. Le vote est ouvert à tous les Français inscrits sur les listes électorales. - Avec: Bernard Sananès, président de l'Institut de sondages Elabe. Ruth Elkrief, notre éditorialiste politique. Et Thierry Arnaud, notre chef du service politique. - 20H 2017, du mercredi 21 septembre 2016, présenté par Alain Marschall, sur BFMTV.
    • JT - Infos

      20h 2017

      "Nos ancêtres les Gaulois": Nicolas Sarkozy ouvre une nouvelle polémique

      aucun (0 vote) Votre vote

      Nicolas Sarkozy s'est attiré les foudres de toute la classe politique après ses propos sur les Gaulois. Il a affirmé lundi 19 septembre, lors d'un meeting à Franconville (Val-d'Oise), qu'à partir du moment où l'on acquiert la nationalité, "on vit comme un Français et nos ancêtres sont les Gaulois". Ses rivaux à droite ont été les premiers à ouvrir le feu. Les réactions n'ont pas aussi tardé à gauche. - Décryptage avec nos éditorialistes politiques Ruth Elkrief et Éric Brunet. Ainsi que Thierry Arnaud, chef du service politique de BFMTV. - 20H 2017, du mardi 20 septembre 2016, présenté par Alain Marschall, sur BFMTV.

      Lire la suite 20h 2017 (39 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur BFMTV
      Nicolas Sarkozy s'est attiré les foudres de toute la classe politique après ses propos sur les Gaulois. Il a affirmé lundi 19 septembre, lors d'un meeting à Franconville (Val-d'Oise), qu'à partir du moment où l'on acquiert la nationalité, "on vit comme un Français et nos ancêtres sont les Gaulois". Ses rivaux à droite ont été les premiers à ouvrir le feu. Les réactions n'ont pas aussi tardé à gauche. - Décryptage avec nos éditorialistes politiques Ruth Elkrief et Éric Brunet. Ainsi que Thierry Arnaud, chef du service politique de BFMTV. - 20H 2017, du mardi 20 septembre 2016, présenté par Alain Marschall, sur BFMTV.
    • JT - Infos

      20h 2017

      Hommage aux Invalides: l'unité nationale évoquée lors de la cérémonie résistera-t-elle à l'épreuve de la campagne électorale ?

      aucun (0 vote) Votre vote

      Un hommage national aux victimes du terrorisme s'est tenu ce lundi dans les jardins de l'Hôtel national des Invalides, à Paris, en présence du président de la République François Hollande, de nombreux membres du gouvernement et acteurs de la vie politique. La cérémonie a été marquée par l'émotion. À la tribune, les proches et victimes des attentats ont pris successivement la parole. Tous ont évoqué la nécessité de la fraternité face à l'horreur et appelé à la solidarité ainsi qu'à l'unité. Mais, le contexte politique actuel ne facilitera pas les choses. L'identité, le vivre ensemble et la la place de l'islam seront au coeur de la prochaine campagne. Alors, l'unité nationale évoquée lors de cette cérémonie passera-t-elle cette épreuve ? - Avec: Nos éditorialistes politiques Laurent Neumann et Ruth Elkrief. Thierry Arnaud, chef de notre service politique. Ainsi que notre journaliste politique, Neila Latrous. - 20H 2017, du lundi 19 septembre 2016, présenté par Alain Marschall, sur BFMTV.

      Lire la suite 20h 2017 (39 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur BFMTV
      Un hommage national aux victimes du terrorisme s'est tenu ce lundi dans les jardins de l'Hôtel national des Invalides, à Paris, en présence du président de la République François Hollande, de nombreux membres du gouvernement et acteurs de la vie politique. La cérémonie a été marquée par l'émotion. À la tribune, les proches et victimes des attentats ont pris successivement la parole. Tous ont évoqué la nécessité de la fraternité face à l'horreur et appelé à la solidarité ainsi qu'à l'unité. Mais, le contexte politique actuel ne facilitera pas les choses. L'identité, le vivre ensemble et la la place de l'islam seront au coeur de la prochaine campagne. Alors, l'unité nationale évoquée lors de cette cérémonie passera-t-elle cette épreuve ? - Avec: Nos éditorialistes politiques Laurent Neumann et Ruth Elkrief. Thierry Arnaud, chef de notre service politique. Ainsi que notre journaliste politique, Neila Latrous. - 20H 2017, du lundi 19 septembre 2016, présenté par Alain Marschall, sur BFMTV.
    • JT - Infos

      20h 2017

      Manifestation contre la loi Travail: assiste-t-on à un baroud d'honneur ?

      aucun (0 vote) Votre vote

      La dernière journée de mobilisation contre la loi Travail, qui s'est tenue ce jeudi, a réuni sur l'ensemble du pays 170 000 personnes selon les organisateurs, contre 78 000 d'après les autorités. À Paris, entre 12 500 et 13 500 manifestants, d'après la police, 40 000 selon les syndicats, ont battu le pavé. Partout en France, les défilés ont été émaillés d'incidents et se sont soldés par des interpellations. Officiellement, 62 personnes ont été interpellées et 32 placées en garde à vue sur tout le territoire national. Une sécurité renforcée, avec le déploiement de 1 200 policiers, n'a donc pas empêché les débordements. Dans la capitale, des cocktails Molotov ont été lancés sur une compagnie de CRS dont l'un a été brûlé à la jambe. - Avec: Anna Cabana, rédactrice en chef au JDD. Ruth Elkrief, notre éditorialiste politique. Et Thierry Arnaud, notre chef du service politique. - 20H 2017, du jeudi 15 septembre 2016, présenté par Alain Marschall, sur BFMTV.

      Lire la suite 20h 2017 (39 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur BFMTV
      La dernière journée de mobilisation contre la loi Travail, qui s'est tenue ce jeudi, a réuni sur l'ensemble du pays 170 000 personnes selon les organisateurs, contre 78 000 d'après les autorités. À Paris, entre 12 500 et 13 500 manifestants, d'après la police, 40 000 selon les syndicats, ont battu le pavé. Partout en France, les défilés ont été émaillés d'incidents et se sont soldés par des interpellations. Officiellement, 62 personnes ont été interpellées et 32 placées en garde à vue sur tout le territoire national. Une sécurité renforcée, avec le déploiement de 1 200 policiers, n'a donc pas empêché les débordements. Dans la capitale, des cocktails Molotov ont été lancés sur une compagnie de CRS dont l'un a été brûlé à la jambe. - Avec: Anna Cabana, rédactrice en chef au JDD. Ruth Elkrief, notre éditorialiste politique. Et Thierry Arnaud, notre chef du service politique. - 20H 2017, du jeudi 15 septembre 2016, présenté par Alain Marschall, sur BFMTV.
    • JT - Infos

      20h 2017

      Fermeture d'Alstom à Belfort: Arnaud Montebourg affirme que "le gouvernement savait tout"

      aucun (0 vote) Votre vote

      Alain Marschall et ses invités ont débattu de l'accusation d'Arnaud Montebourg en l'encontre du gouvernement, dans le cadre de l'annonce de la fermeture programmée du site de Belfort. L'ancien ministre du Redressement productif s'est rendu sur le lieu, ce mercredi, pour discuter avec les salariés de l'usine, quelques jours après la confirmation de l'arrêt de la production. D'après l'ex-ministre, aujourd'hui candidat à la primaire à gauche, le gouvernement a été "dûment informé" des menaces qui pesaient sur le site d'Alstom à Belfort. Cependant, le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, a assuré que l'exécutif n'était pas au courant de la décision du groupe quant à l'avenir de son site belfortain. Alors, qui dit vrai dans ce dossier ? - Décryptage avec: Ruth Elkrief, notre éditorialiste politique. Bernard Sananès, président de l'institut Elabe. Et Thierry Arnaud, notre chef du service politique. - 20H 2017, du mercredi 14 septembre 2016, sur BFMTV.

      Lire la suite 20h 2017 (39 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur BFMTV
      Alain Marschall et ses invités ont débattu de l'accusation d'Arnaud Montebourg en l'encontre du gouvernement, dans le cadre de l'annonce de la fermeture programmée du site de Belfort. L'ancien ministre du Redressement productif s'est rendu sur le lieu, ce mercredi, pour discuter avec les salariés de l'usine, quelques jours après la confirmation de l'arrêt de la production. D'après l'ex-ministre, aujourd'hui candidat à la primaire à gauche, le gouvernement a été "dûment informé" des menaces qui pesaient sur le site d'Alstom à Belfort. Cependant, le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, a assuré que l'exécutif n'était pas au courant de la décision du groupe quant à l'avenir de son site belfortain. Alors, qui dit vrai dans ce dossier ? - Décryptage avec: Ruth Elkrief, notre éditorialiste politique. Bernard Sananès, président de l'institut Elabe. Et Thierry Arnaud, notre chef du service politique. - 20H 2017, du mercredi 14 septembre 2016, sur BFMTV.
    • JT - Infos

      20h 2017

      Alstom: François Hollande est-il rattrapé par les réalités économiques et européennes ?

      aucun (0 vote) Votre vote

      Alain Marschall et ses invités ont débattu du bras de fer entre le gouvernement et la direction d'Alstom sur le sauvetage du site de Belfort. D'après une lettre de la direction du groupe adressée aux salariés ce mardi, ledit site va bel et bien fermer la porte et être transféré du côté de Reichshoffen, dans le Bas-Rhin. Faute de carnet de commandes, le déplacement de l'activité ferroviaire se fera d'ici 2018. De son côté, le Président François Hollande était en déplacement en Roumanie ce mardi, pour aider les entreprises françaises à trouver des marchés. Toutefois, le président de la République a fait savoir "qu'il n'est pas chef d'entreprise". Comment expliquer la différence d'appréciation entre le pouvoir public et la direction de l'entreprise. - Décryptage avec: nos éditorialistes politiques Ruth Elkrief et Éric Brunet. Ainsi que Thierry Arnaud, notre chef du service politique. - 20H 2017, du mardi 13 septembre 2016, sur BFMTV.

      Lire la suite 20h 2017 (39 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur BFMTV
      Alain Marschall et ses invités ont débattu du bras de fer entre le gouvernement et la direction d'Alstom sur le sauvetage du site de Belfort. D'après une lettre de la direction du groupe adressée aux salariés ce mardi, ledit site va bel et bien fermer la porte et être transféré du côté de Reichshoffen, dans le Bas-Rhin. Faute de carnet de commandes, le déplacement de l'activité ferroviaire se fera d'ici 2018. De son côté, le Président François Hollande était en déplacement en Roumanie ce mardi, pour aider les entreprises françaises à trouver des marchés. Toutefois, le président de la République a fait savoir "qu'il n'est pas chef d'entreprise". Comment expliquer la différence d'appréciation entre le pouvoir public et la direction de l'entreprise. - Décryptage avec: nos éditorialistes politiques Ruth Elkrief et Éric Brunet. Ainsi que Thierry Arnaud, notre chef du service politique. - 20H 2017, du mardi 13 septembre 2016, sur BFMTV.
    • JT - Infos

      20h 2017

      Alstom: François Hollande veut chasser le spectre de Florange

      aucun (0 vote) Votre vote

      Une réunion interministérielle se tenait ce lundi à l'Élysée après l'annonce par Alstom de l'arrêt de la production de trains à Belfort d'ici 2018. François Hollande tente de reprendre la main pour sauver les 400 emplois. Il veut tout faire pour éloigner le spectre de Florange, qui a terni l’image de son quinquennat. En effet, la fermeture des hauts fourneaux d’Arcelor Mittal en 2013 avait été vécue par les salariés comme une "trahison". Dans l’après-midi, le chef de l'État a appeler à "se mobiliser pour défendre notre industrie". "Nous devons apporter des commandes" à Alstom. Alors, peut-il sauver l'usine ? - Décryptage avec nos éditorialistes politiques Ruth Elkrief et Laurent Neumann. Ainsi que Thierry Arnaud, chef du service politique de BFMTV. - 20H 2017, du lundi 12 septembre 2016, présenté par Alain Marschall, sur BFMTV.

      Lire la suite 20h 2017 (39 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur BFMTV
      Une réunion interministérielle se tenait ce lundi à l'Élysée après l'annonce par Alstom de l'arrêt de la production de trains à Belfort d'ici 2018. François Hollande tente de reprendre la main pour sauver les 400 emplois. Il veut tout faire pour éloigner le spectre de Florange, qui a terni l’image de son quinquennat. En effet, la fermeture des hauts fourneaux d’Arcelor Mittal en 2013 avait été vécue par les salariés comme une "trahison". Dans l’après-midi, le chef de l'État a appeler à "se mobiliser pour défendre notre industrie". "Nous devons apporter des commandes" à Alstom. Alors, peut-il sauver l'usine ? - Décryptage avec nos éditorialistes politiques Ruth Elkrief et Laurent Neumann. Ainsi que Thierry Arnaud, chef du service politique de BFMTV. - 20H 2017, du lundi 12 septembre 2016, présenté par Alain Marschall, sur BFMTV.
    • JT - Infos

      20h 2017

      2017: François Hollande est-il déjà candidat ?

      aucun (0 vote) Votre vote

      Si François Hollande n'a pas annoncé clairement sa candidature à la présidentielle de 2017 lors de son discours sur le terrorisme à la salle Wagram ce jeudi, les indices sont limpides. Tout d'abord, un discours qui ressemble davantage à un meeting électoral qu'à un discours de colloque. Ensuite, une salle acquise au chef de l'État. D'autres indices, une prestation tweetée à partir de son compte personnel, @fhollande, non pas de celui de l'Élysée. Sans oublier les multiples attaques contre la droite. Le président de la République a aussi évoqué l'avenir et les futures réformes institutionnelles nécessaires comme la limitation du cumul des mandats dans le temps. Alors, François Hollande est-il toujours Président ou déjà candidat ? - Décryptage avec: Thierry Arnaud, chef du service politique de BFMTV. Ruth Elkrief, notre éditorialiste politique. Et Anna Cabana, rédactrice en chef au JDD. - 20H 2017, du jeudi 8 septembre 2016, présenté par Alain Marschall, sur BFMTV.

      Lire la suite 20h 2017 (39 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur BFMTV
      Si François Hollande n'a pas annoncé clairement sa candidature à la présidentielle de 2017 lors de son discours sur le terrorisme à la salle Wagram ce jeudi, les indices sont limpides. Tout d'abord, un discours qui ressemble davantage à un meeting électoral qu'à un discours de colloque. Ensuite, une salle acquise au chef de l'État. D'autres indices, une prestation tweetée à partir de son compte personnel, @fhollande, non pas de celui de l'Élysée. Sans oublier les multiples attaques contre la droite. Le président de la République a aussi évoqué l'avenir et les futures réformes institutionnelles nécessaires comme la limitation du cumul des mandats dans le temps. Alors, François Hollande est-il toujours Président ou déjà candidat ? - Décryptage avec: Thierry Arnaud, chef du service politique de BFMTV. Ruth Elkrief, notre éditorialiste politique. Et Anna Cabana, rédactrice en chef au JDD. - 20H 2017, du jeudi 8 septembre 2016, présenté par Alain Marschall, sur BFMTV.

    Audiences replay du 10-12