Revoir un programme tv en replay et en streaming

Écrire un commentaire

En cliquant sur le bouton 'Publier', j'accepte la charte Télé 7 Jours Replay.

Les derniers programmes Scoop Public TV

Les derniers programmes Divertissement mis en ligne

  • Divertissement

    Questions pour un champion

    Émission du mardi 24 avril 2018

    Voir en replay sur France 3
    Un jeu de culture générale, présenté par Samuel Etienne.
  • Divertissement

    N'oubliez pas les paroles

    Émission du mardi 24 avril 2018

    Voir en replay sur France 2
    Les candidats chantent en karaoké accompagnés par un orchestre. Quand les mots s'effacent, seuls gagnent ceux qui se souviennent de toutes les paroles.
  • Divertissement

    C dans l'air

    Emission du mardi 24 avril 2018

    aucun (0 vote) Votre vote
    C dans l'air (5 vidéos) Commenter
    Voir en replay sur France 5
    Quel est le coût de la grève ? « C'est de l'ordre de 20 millions d'euros par jour » pour la SNCF. Ce calcul a été effectué par Guillaume Pépy, le patron de l’entreprise ferroviaire. Un calcul qui prendrait en compte les billets non vendus et ceux à rembourser, mais aussi les économies réalisées via les salaires non-versés aux grévistes.   Alors que les négociations avec le gouvernement sont au point mort et que la grève entre dans sa dixième journée ce mardi, la direction de l’entreprise publique a déjà commencé à faire ses comptes. Car au moment où les conséquences sur le pouvoir d’achat des cheminots commencent à se faire sentir et que les syndicats se réunissent pour débattre de la stratégie à adopter dans les prochains jours, la bataille passe également par les chiffres.   Chez Air France, le PDG Jean-Marc Janaillac a également sorti sa calculatrice et a estimé à 300 millions d’euros les pertes liées aux onze journées de grève en deux mois.   Au-delà de ces deux entreprises situées en première ligne, quel est l’impact de ces mouvements sociaux sur l’économie Française ? Si la grève qui se poursuit ce mardi à la SNCF affecte les particuliers, elle provoque également l'arrêt de nombreux trains destinés à transporter des marchandises. Des entreprises peinent à se faire livrer et sont pénalisées, en particulier dans l’automobile, la sidérurgie, ou encore le BTP et même les céréaliers. Les professionnels du tourisme de loisirs et d’affaires aussi font grise mine. Ils commencent à s’inquiéter pour les ponts du mois de mai et les réservations estivales, qui pourraient être affectées par ce double mouvement social.   Au-delà de ces quelques secteurs impactés, d’autres au contraire se frottent les mains. Ainsi plusieurs entreprises spécialisées dans le covoiturage, la location de voitures ou les voyages en car, surfent sur le mouvement et décuplent ces dernières semaines leurs chiffres d’affaires.   Invités :   - Pascal Perri, économiste et géographe   - Gilles Dansart, journaliste, directeur de «Mobilettre »   - Fanny Guinochet, journaliste en charge des questions économiques et sociales à « L’Opinion »   - Jérôme Fourquet, directeur du département Opinion de l’institut de sondages IFOP