Revoir un programme tv en replay et en streaming
Voir en replay sur M6
M6 Diffusion 22-10-18 à 00:50 Durée :
  • excellent! (1 vote) Note : 5.0/5 | 0 vue
    Votre avis :
    • Bof
    • Moyen
    • Pas mal
    • Bien
    • Excellent !

    Autres programmes :
      Résumé

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      La France est la championne d'Europe de consommation de cannabis : 50% des jeunes Français y ont déjà goûté, 10% en consomme régulièrement. Elle est aussi devenue l'un des principaux producteurs. Pour s'approvisionner, plus besoin de se fournir à l'étranger. Le cannabis se cultive aujourd'hui à la maison. Ces dernières années, le nombre de petits cultivateurs a explosé. Ils seraient 100 000 selon l'OFDT (Observatoire Français sur la Drogue et la Toxicomanie) à faire pousser du cannabis chez eux, dans leur jardin, leur garage ou leur cave. On les appelle les « cannabiculteurs ». Le phénomène a pris une telle ampleur que des jardineries spécialisées dans la culture « indoor » proposent désormais des kits clé en main du parfait petit planteur. Le matériel est acheté légalement dans des enseignes qui ont pignon sur rue. Les graines, elles, s'achètent sur Internet. Avec quatre à six récoltes par an, la production « domestique » progresse de façon spectaculaire (35 tonnes par an, +50% en dix ans). Vu les excellents rendements, de nombreux « cannabiculteurs » qui ne produisaient au début que pour leur consommation personnelle, se sont transformés en distributeurs et en dealers. Ils ont ainsi créé un marché parallèle, avec de nouvelles filières, qui est en train de révolutionner un business jusqu'alors tenu par le crime organisé. L'herbe produite aujourd'hui, qu'on appelle la weed, est aussi beaucoup plus concentrée en THC (Tetra Hydro Cannabinol), la molécule responsable des effets psychotropes et hallucinatoires du cannabis (deux à trois fois plus forte qu'il y a dix ans). Résultat, elle est dangereuse, a des effets durables sur la santé et peut même provoquer des arrêts cardiaques. Si les nouveaux businessmen du cannabis prospèrent en France, l'Europe n'est pas en reste. En Espagne, ces filières de l'or vert se sont développées à échelle quasi industrielle. Les saisies se comptent désormais en tonnes. Nous avons ainsi assisté, en exclusivité, au côté de la Guardia Civile, au démantèlement de l'une des plus grosses filières du pays. Un quartier entier, avec une quinzaine de maisons, entièrement dédié au cannabis. Une culture géante sur des centaines de mètres carrés, en étages, et dans d'immenses jardins intérieurs, invisibles depuis l'extérieur. Les policiers ont mis la main sur des dizaines de milliers de plans et une véritable forêt de cannabis. C'est la saisie record de l'année (évaluée à plusieurs dizaines de millions d'euros) ! Pour démanteler les cultures clandestines, les enquêteurs disposent d'une nouvelle arme. Car la plante a deux « défauts » : elle est très gourmande en eau et en électricité. Ainsi, aux Pays-Bas, la police vient de s'allier avec les fournisseurs d'électricité. Ceux-ci repèrent à distance les gros consommateurs d'énergie. Idéal pour débusquer et traquer ces nouveaux « cannabiculteurs »...

      Enquête exclusive (100 vidéos)
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      La France est la championne d'Europe de consommation de cannabis : 50% des jeunes Français y ont déjà goûté, 10% en consomme régulièrement. Elle est aussi devenue l'un des principaux producteurs. Pour s'approvisionner, plus besoin de se fournir à l'étranger. Le cannabis se cultive aujourd'hui à la maison. Ces dernières années, le nombre de petits cultivateurs a explosé. Ils seraient 100 000 selon l'OFDT (Observatoire Français sur la Drogue et la Toxicomanie) à faire pousser du cannabis chez eux, dans leur jardin, leur garage ou leur cave. On les appelle les « cannabiculteurs ». Le phénomène a pris une telle ampleur que des jardineries spécialisées dans la culture « indoor » proposent désormais des kits clé en main du parfait petit planteur. Le matériel est acheté légalement dans des enseignes qui ont pignon sur rue. Les graines, elles, s'achètent sur Internet. Avec quatre à six récoltes par an, la production « domestique » progresse de façon spectaculaire (35 tonnes par an, +50% en dix ans). Vu les excellents rendements, de nombreux « cannabiculteurs » qui ne produisaient au début que pour leur consommation personnelle, se sont transformés en distributeurs et en dealers. Ils ont ainsi créé un marché parallèle, avec de nouvelles filières, qui est en train de révolutionner un business jusqu'alors tenu par le crime organisé. L'herbe produite aujourd'hui, qu'on appelle la weed, est aussi beaucoup plus concentrée en THC (Tetra Hydro Cannabinol), la molécule responsable des effets psychotropes et hallucinatoires du cannabis (deux à trois fois plus forte qu'il y a dix ans). Résultat, elle est dangereuse, a des effets durables sur la santé et peut même provoquer des arrêts cardiaques. Si les nouveaux businessmen du cannabis prospèrent en France, l'Europe n'est pas en reste. En Espagne, ces filières de l'or vert se sont développées à échelle quasi industrielle. Les saisies se comptent désormais en tonnes. Nous avons ainsi assisté, en exclusivité, au côté de la Guardia Civile, au démantèlement de l'une des plus grosses filières du pays. Un quartier entier, avec une quinzaine de maisons, entièrement dédié au cannabis. Une culture géante sur des centaines de mètres carrés, en étages, et dans d'immenses jardins intérieurs, invisibles depuis l'extérieur. Les policiers ont mis la main sur des dizaines de milliers de plans et une véritable forêt de cannabis. C'est la saisie record de l'année (évaluée à plusieurs dizaines de millions d'euros) ! Pour démanteler les cultures clandestines, les enquêteurs disposent d'une nouvelle arme. Car la plante a deux « défauts » : elle est très gourmande en eau et en électricité. Ainsi, aux Pays-Bas, la police vient de s'allier avec les fournisseurs d'électricité. Ceux-ci repèrent à distance les gros consommateurs d'énergie. Idéal pour débusquer et traquer ces nouveaux « cannabiculteurs »...

      Écrire un commentaire

      En cliquant sur le bouton 'Publier', j'accepte la charte Télé 7 Jours Replay.
      • Par Murat Acar, le 22-10-2018

        Bonjour, Avez-vous besoin d'un prêt urgent pour résoudre vos besoins financiers? Nous offrons des prêts allant de 5 000,00 $ à 10 000 000,00 $. Nous sommes fiables, efficaces, rapides et dynamiques, avec une garantie de 100%. Nous accordons également des prêts en euros, en livres et en dollars. Le taux d'intérêt applicable à tous les prêts est de (2%) si vous êtes intéressé, contactez-nous. Email: (muratacarfinancialservice@gmail.com) Merci.

      Les derniers programmes Enquête exclusive

      • Magazine

        Enquête exclusive

        Afghanistan : voyage au cœur de la terreur

        aucun (0 vote) Votre vote
        Enquête exclusive (100 vidéos) Commenter
        Voir en replay sur M6
        (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
        L'Afghanistan est au bord du chaos. Les élections législatives du 20 et 21 octobre derniers se sont déroulées dans un climat de tension extrême. Plus de 400 attaques et attentats menés par les Talibans sur tout le territoire, des dizaines de morts et des centaines de blessés. Un véritable bain de sang. Les bombes ont même frappé au cœur de Kaboul. La capitale afghane est aujourd'hui en état de siège. Et l'Afghanistan est devenu l'un des pays les plus dangereux du monde. Déjà éprouvé par l'invasion soviétique (1979-1989) et des années de guerre civile, l'Afghanistan s'est enlisé, depuis 2001, dans un conflit interminable contre les Talibans. Après 100 000 morts et plus de 100 milliards de dollars investis par la communauté internationale, rien n'est réglé. Les Talibans, enrichis par le trafic d'héroïne, principale source de revenus des combattants islamistes, sont plus forts et déterminés que jamais. Aujourd'hui, ils contrôlent près de la moitié du territoire et font régner la terreur, partout dans le pays. Dans les régions reculées, comme à Kapisa (est du pays), la police locale, formée par les soldats français, doit repousser chaque nuit les assauts des Talibans. Sous-équipés et abandonnés par leur hiérarchie, les policiers savent qu'ils ne tiendront plus longtemps. Une situation éprouvante qui se généralise dans le tout le pays. D'autant que Daech s'est aussi implanté dans certaines régions (nord et zones frontalières avec le Pakistan) ; l'organisation terroriste comptant faire de l'Afghanistan sa nouvelle base arrière. Prise entre deux feux, la population vit dans une peur permanente. Les actes terroristes se multiplient. Chaque semaine, soldats et policiers tombent sous les bombes et les balles. Les civils tués s'accumulent. Les ONG fuient le pays. Les rares occidentaux encore sur place vivent cloitrés chez eux. La plupart se déplace uniquement sous escorte et en véhicule blindé. Et les derniers diplomates restants, comme l'ambassadeur de France, vivent sous très haute sécurité. Les Afghans tentent malgré tout de retrouver une vie normale et se passionnent pour le sport national, le buzkashi. Un sport où tous les coups sont permis. Pendant plusieurs mois, les équipes d'Enquête Exclusive se sont immergées dans le bourbier afghan. Un document rare sur un pays longtemps réputé pour ses paysages somptueux et ses traditions millénaires, aujourd'hui déchiré après plus de 40 ans de guerres ininterrompues.
      • Magazine

        Enquête exclusive

        Nouvelle-Calédonie : enquête sur la France des antipodes

        Voir en replay sur M6
        (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
        On la surnomme « l'île la plus proche du paradis ». Des paysages à couper le souffle, des plages de sable blanc, une eau bleue turquoise, le plus grand lagon du monde… Située dans l'Océan Pacifique, la Nouvelle-Calédonie attire chaque année 100 000 touristes. Ses gisements exceptionnels de nickel en font aussi le territoire français d'outre-mer le plus riche. Mais ce paradis a une face beaucoup plus sombre. Inégalités sociales, tensions raciales, décrochage scolaire, taux de chômage record, délinquance... 30 ans après les événements tragiques de la grotte d'Ouvéa et des accords de Matignon, le fosse' entre Caldoches, communauté issue des premiers colons français, et Kanaks, la communauté autochtone mélanésienne, a toujours du mal à se combler. Et « le caillou » détient de tristes records, comme celui de la consommation de cannabis. En effet, 60% des jeunes fument avant l'âge de 17 ans, c'est deux fois plus qu'en métropole. À la sortie des écoles, la police multiplie les descentes avec chien renifleur pour traquer les dealers et les consommateurs ! Mais ce n'est rien par rapport au fléau local : la consommation excessive d'alcool, surtout le week-end. Un phénomène qui touche tout le monde, blancs, noirs, jeunes, vieux, riches, pauvres... Résultat, dans les commissariats, les cellules de dégrisement sont bourrées à craquer. Accidents de la route, violences, incivilités : huit fois sur dix, c'est l'alcool qui est responsable. Le phénomène est tel que les autorités ont recours à des méthodes radicales. Couvre-feu à partir de 4 heures du matin, ventes d'alcool interdites sur tout le territoire pendant le week-end, patrouilles incessantes des forces de l'ordre… En Nouvelle-Calédonie, des Kanaks, descendants des premiers habitants mélanésiens, tentent de sauver la terre de leurs ancêtres d'un autre mal : la pollution causée par certains grands groupes industriels. Pour protéger leur patrimoine et son exceptionnelle nature sauvage, ils n'hésitent à monter de véritables opérations commando. Le jour-même du référendum historique qui décidera de l'avenir de l'archipel, immersion inédite dans ce petit bout de France des antipodes.

      Les derniers programmes Magazines mis en ligne

      //Google Tag Manager