Revoir un programme tv en replay et en streaming
Voir en replay sur Public Sénat
Public Sénat Diffusion Diffusé le 25-03-13 Durée : 2h29min
  • aucun (0 vote) Note : -/5 | 0 vue
    Votre avis :
    • Bof
    • Moyen
    • Pas mal
    • Bien
    • Excellent !

    Autres programmes :
    Résumé

    L'ancienne ministre française des Sports Marie-George Buffet a déclaré mercredi avoir subi "des pressions de toutes sortes" au sujet d'un contrôle antidopage mené sur les Bleus avant la Coupe du monde 1998 de football, ainsi que lors de la candidature de Paris pour les JO-2008. Mme Buffet s'exprimait mercredi sous serment dans le cadre des auditions menées par la commission d'enquête sénatoriale sur l'efficacité de la lutte contre le dopage. L'ancienne ministre a ainsi évoqué l'année 1998 et les pressions "de toutes sortes" qu'elle a subi après avoir ordonné un contrôle antidopage inopiné sur les joueurs de l'équipe de France alors en stage de préparation à Tignes. "Les médias me sont tombés dessus de manière très violente, il y a eu un déferlement où on m'accusait d'empêcher l'équipe de France de se préparer dans de bonnes conditions. Je me suis sentie isolée et j'ai flanché, j'ai presque été amenée à m'excuser", a confié l'ancienne ministre. Mme Buffet a toutefois réfuté que d'éventuelles directives ait été données par son ministère pour que les Bleus soient épargnés par les contrôles. "Ce que je peux dire, c'est que nous n'avons jamais donné de directive en ce sens. Ensuite, il faut se replacer dans l'époque. En 1998, il n'y a pas d'AFLD (ndlr: Agence française de lutte contre le dopage), nous n'avions pas les outils d'aujourd'hui, seulement les contrôleurs du ministère", a-t-elle commenté. Par ailleurs, l'ancienne ministre est également revenue sur des pressions subies dans le cadre de la candidature de la ville de Paris à l'organisation des jeux Olympiques de 2008. "La candidature était supervisée par M. Verbruggen, président de l'UCI et membre du CIO qui donc présidait la délégation (venue en France pour évaluer sa candidature). Les pressions se sont exercées par l'intermédiaire de M. Verbruggen mais aussi d'autres membres du CIO. M. Killy à l'époque et M.Drut s'en étaient entretenus auprès du Premier ministre en me demandant de faire une lettre précisant que la loi française ne s'appliquerait pas dans sa globalité au moment des Jeux", a-t-elle raconté. "Ca a été une pression extrêmement forte, on a remis la lettre à M. Verbruggen en haut de la Tour Eiffel, mais pendant l'audition de la délégation française à Moscou, Lionel Jospin a été interrogé à trois reprises, donc la pression s'est exercée sur la France jusqu'au bout", a-t-elle souligné.

    Audition (305 vidéos)
    L'ancienne ministre française des Sports Marie-George Buffet a déclaré mercredi avoir subi "des pressions de toutes sortes" au sujet d'un contrôle antidopage mené sur les Bleus avant la Coupe du monde 1998 de football, ainsi que lors de la candidature de Paris pour les JO-2008. Mme Buffet s'exprimait mercredi sous serment dans le cadre des auditions menées par la commission d'enquête sénatoriale sur l'efficacité de la lutte contre le dopage. L'ancienne ministre a ainsi évoqué l'année 1998 et les pressions "de toutes sortes" qu'elle a subi après avoir ordonné un contrôle antidopage inopiné sur les joueurs de l'équipe de France alors en stage de préparation à Tignes. "Les médias me sont tombés dessus de manière très violente, il y a eu un déferlement où on m'accusait d'empêcher l'équipe de France de se préparer dans de bonnes conditions. Je me suis sentie isolée et j'ai flanché, j'ai presque été amenée à m'excuser", a confié l'ancienne ministre. Mme Buffet a toutefois réfuté que d'éventuelles directives ait été données par son ministère pour que les Bleus soient épargnés par les contrôles. "Ce que je peux dire, c'est que nous n'avons jamais donné de directive en ce sens. Ensuite, il faut se replacer dans l'époque. En 1998, il n'y a pas d'AFLD (ndlr: Agence française de lutte contre le dopage), nous n'avions pas les outils d'aujourd'hui, seulement les contrôleurs du ministère", a-t-elle commenté. Par ailleurs, l'ancienne ministre est également revenue sur des pressions subies dans le cadre de la candidature de la ville de Paris à l'organisation des jeux Olympiques de 2008. "La candidature était supervisée par M. Verbruggen, président de l'UCI et membre du CIO qui donc présidait la délégation (venue en France pour évaluer sa candidature). Les pressions se sont exercées par l'intermédiaire de M. Verbruggen mais aussi d'autres membres du CIO. M. Killy à l'époque et M.Drut s'en étaient entretenus auprès du Premier ministre en me demandant de faire une lettre précisant que la loi française ne s'appliquerait pas dans sa globalité au moment des Jeux", a-t-elle raconté. "Ca a été une pression extrêmement forte, on a remis la lettre à M. Verbruggen en haut de la Tour Eiffel, mais pendant l'audition de la délégation française à Moscou, Lionel Jospin a été interrogé à trois reprises, donc la pression s'est exercée sur la France jusqu'au bout", a-t-elle souligné.

    Écrire un commentaire

    En cliquant sur le bouton 'Publier', j'accepte la charte TV-replay.

    Les derniers programmes Audition

    Les derniers programmes Magazines mis en ligne

    • Magazine

      Sos ma famille a besoin d'aide

      Sos de boris, natasha et philippe

      Voir en replay sur NRJ 12
      Philippe 16 ans est la bête noire de toute sa famille. 3ème d'une fratrie de 4 garçons, l'adolescent tente de se différencier de ses frères en endossant le rôle du caïd de la famille. Le jeune homme qui ne s'est jamais senti apprécié à sa juste valeur par ses proches, est bien décidé à les faire payer. Sa stratégie ? L'acharnement à l'excès ! Entre provocation, insultes et violence, son entourage vit au rythme de ses lubies. Philippe ne veut qu'une chose : être l'homme de la maison, même si pour cela il doit écraser tout le monde et en particulier son grand frère Boris. En effet, au domicile familial, il ne se passe pas un jour sans que les disputes entre les deux frères ne dégénèrent en bagarres. La cause principale ? Boris est sorti avec l'ex-petite amie de Philippe. Depuis, le cadet vit cet événement comme le pire des affronts et il veut lui faire payer !Cette situation a des conséquences lourdes sur toute la famille : son père Thierry a du rejoindre une maison de repos ; quant à Natacha, sa mère, sa santé déjà fragile s'est dégradée.Pour la première fois, Pascal va être confronté à un enjeu aussi périlleux que vital.L'objectif sera de sauver cette famille en réconciliant " les deux frères ennemis " Philippe et Boris avant qu'il ne soit trop tard.Lors des différents exercices proposés par le célèbre éducateur, des non-dits vont faire surface et des règlements de compte vont avoir lieu. Comment réagir face à cette situation sans issue d'autant que Philippe se croit insubmersible et ne semble pas disposé à coopérer ?
    • Magazine

      Les Haut-Parleurs

      Quand la qualité de l'air se dégrade sérieusement ! - Par « Toi président » en France

      aucun (0 vote) Votre vote
      Les Haut-Parleurs (2 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur TV5 Monde
      #PLANETE On parle souvent de pollution de l'air mais qu'est-ce que ça veut dire ? Nous avons demandé à Suzanne Crumeyrolle, enseignante-chercheuse sur les particules fines au Laboratoire d'Optique Atmosphérique de l'université de Lille, de nous éclairer sur la situation. Crédits : Lou Momège, Clément Pravaz, Emeline Voisin