Revoir un programme tv en replay et en streaming
Voir en replay sur M6
M6 Diffusion 19-06-17 à 00:50 Durée : 1h
  • pas mal (13 votes) Note : 3.2/5 | 4 183 vues
    Votre avis :
    • Bof
    • Moyen
    • Pas mal
    • Bien
    • Excellent !

    Autres programmes :
      Résumé

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      En France, ils seraient 500 000. Gitans, tziganes, manouches, ce sont les gens du voyage. Depuis toujours, ils souffrent d'une mauvaise réputation. « Tous des voleurs », selon leurs détracteurs. Alors quand ils débarquent dans une ville, avec leurs caravanes, ils ne sont pas les bienvenus et n'ont souvent nulle part où s'installer. Pourtant, la loi oblige les communes de plus de 5 000 habitants à mettre à leur disposition des aires d'accueil. Face à la méfiance des riverains, certains maires préfèrent ne pas respecter la loi. Les gens du voyage n'ont alors pas d'autre choix que de s'installer, sans autorisation, sur un terrain vague, un parking ou une propriété privée. Des intrusions vécues comme des agressions, provoquant des conflits, des heurts et des bagarres. Dans certaines communes, on a même creusé des tranchées pour les repousser. À Pérols, près de Montpellier, 80 caravanes ont envahi sans préavis les parkings d'une zone commerciale, en pleine période de soldes. Leur présence a fait fuir les clients, et les commerçants ont vu leur chiffre d'affaire s'effondrer. Exaspérés, ces derniers sont prêts à tout pour chasser leurs nouveaux voisins indésirables. Dans l'Essonne, en région parisienne, la dizaine de caravanes de Rolando et sa famille a trouvé refuge aux abords d'une usine désaffectée. Pour nourrir les siens, le chef de famille se débrouille comme il peut : il fouille les poubelles des supermarchés du coin. Muni d'un ordre d'expulsion les gendarmes se préparent à intervenir. Gitan et fier de l'être, Henock Cortès ne supportait plus d'être chassé comme un pestiféré. Il a décidé de se sédentariser et a troqué sa caravane contre une petite maison où il vit avec sa famille. Mais cet ancien voyou devenu rappeur n'a pas abandonné la cause des gens du voyage. Armé de sa gouaille et de son physique impressionnant, Henock est entré en guerre contre les mairies qui ne respectent ni les gitans ni la loi. Enquête sur une communauté déracinée qui se bat et utilise tous les stratagèmes, légaux ou pas, pour conserver son mode de vie traditionnel.

      Enquête exclusive (41 vidéos)
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      En France, ils seraient 500 000. Gitans, tziganes, manouches, ce sont les gens du voyage. Depuis toujours, ils souffrent d'une mauvaise réputation. « Tous des voleurs », selon leurs détracteurs. Alors quand ils débarquent dans une ville, avec leurs caravanes, ils ne sont pas les bienvenus et n'ont souvent nulle part où s'installer. Pourtant, la loi oblige les communes de plus de 5 000 habitants à mettre à leur disposition des aires d'accueil. Face à la méfiance des riverains, certains maires préfèrent ne pas respecter la loi. Les gens du voyage n'ont alors pas d'autre choix que de s'installer, sans autorisation, sur un terrain vague, un parking ou une propriété privée. Des intrusions vécues comme des agressions, provoquant des conflits, des heurts et des bagarres. Dans certaines communes, on a même creusé des tranchées pour les repousser. À Pérols, près de Montpellier, 80 caravanes ont envahi sans préavis les parkings d'une zone commerciale, en pleine période de soldes. Leur présence a fait fuir les clients, et les commerçants ont vu leur chiffre d'affaire s'effondrer. Exaspérés, ces derniers sont prêts à tout pour chasser leurs nouveaux voisins indésirables. Dans l'Essonne, en région parisienne, la dizaine de caravanes de Rolando et sa famille a trouvé refuge aux abords d'une usine désaffectée. Pour nourrir les siens, le chef de famille se débrouille comme il peut : il fouille les poubelles des supermarchés du coin. Muni d'un ordre d'expulsion les gendarmes se préparent à intervenir. Gitan et fier de l'être, Henock Cortès ne supportait plus d'être chassé comme un pestiféré. Il a décidé de se sédentariser et a troqué sa caravane contre une petite maison où il vit avec sa famille. Mais cet ancien voyou devenu rappeur n'a pas abandonné la cause des gens du voyage. Armé de sa gouaille et de son physique impressionnant, Henock est entré en guerre contre les mairies qui ne respectent ni les gitans ni la loi. Enquête sur une communauté déracinée qui se bat et utilise tous les stratagèmes, légaux ou pas, pour conserver son mode de vie traditionnel.

      Écrire un commentaire

      En cliquant sur le bouton 'Publier', j'accepte la charte TV-replay.

      Les derniers programmes Enquête exclusive

      • Magazine

        Enquête exclusive

        Plages, soleil et fiesta : un été brûlant au Portugal

        Voir en replay sur M6
        (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
        Des kilomètres de plages vierges, des eaux émeraude et une nature encore préservée : avec 850 kilomètres de côtes, le Portugal est la destination qui monte en Europe. Moins chère que la France, l'Italie ou l'Espagne, la Riviera portugaise attire chaque été plus de 15 millions de touristes. À 2h30 de Paris en avion, le Portugal garantit plus de 300 jours de soleil par an et une offre de loisirs pléthorique. Accueil chaleureux, gastronomie, fêtes et bonnes affaires, les Français sont les premiers à en profiter. Avec la crise, les prix de l'immobilier au Portugal ont chuté, on peut désormais trouver facilement un deux pièces en bord de mer pour moins de 100 000 euros. Mais si le Portugal devient le nouvel eldorado des Français, c'est aussi grâce à l'énorme communauté portugaise de France. Partis sans rien, nombreux sont ceux qui ont fait fortune dans le bâtiment en France. On les appelle, les « migrantes », les immigrés. Aujourd'hui, certains reviennent au pays afficher leur réussite sans complexe. Ils se font construire de somptueuses villas et investissent dans les vignobles. Le Portugal attire aussi les jeunes de toute l'Europe. Sa côte Sud, l'Algarve, est un des meilleurs spots pour faire la fête au soleil. Quant aux surfeurs du monde entier, ils se donnent rendez-vous à Nazaré, au nord de Lisbonne. Les plus audacieux se risquent sur des montagnes d'eau de plus de 30 mètres, au péril de leur vie.
      • Magazine

        Enquête exclusive

        Rock'n roll, drogues et nationalisme : au cœur des festivals d'Europe de l'Est

        Voir en replay sur M6
        (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
        Pour les amoureux de la fête, l'Europe de l'Est est la destination à la mode. Après des années de conflits ethniques et de guerres civiles, la Croatie, la Serbie et la Hongrie se sont émancipées et organisent, chaque été, les festivals les plus courus de la planète. Moins chers qu'Ibiza, plus extravagants et déjantés que partout ailleurs. Créé il y a 3 ans, sur l'île de Pag (Croatie), le festival techno Sonus rivalise avec les spring-breaks américains. Au programme : 10 000 jeunes survoltés, des boîtes de nuit gigantesques ouvertes 24 heures sur 24 et les meilleurs DJ du monde. En Hongrie se tient le plus grand festival d'Europe : le Sziget, un nouveau Woodstock. Des centaines de concerts pop et rock devant 500 000 fans déchaînés. Les amateurs de musique tzigane eux se retrouvent à Guca en Serbie, pour un festival unique en son genre. Tous ces festivals d'Europe de l'Est ont un point commun : la fête sans limite. Et pour les fêtards, tout est permis ! Sexe, alcool, drogue. Certains groupes d'ultra-nationalistes en profitent même pour venir afficher ouvertement leurs convictions au son des musiques techno, rock ou folkloriques. En été, ces nouveaux festivals attirent de plus en plus de monde, notamment de nombreux Français. Comme Benjamin et Anthony qui ont fait 18 heures de route depuis Toulouse (Haute-Garonne) pour passer une semaine au festival Sonus, sorte de rave party géante organisée sur une plage de rêve en Croatie. Baptiste et ses amis ont préféré jeter leur dévolu sur la Serbie, à Guca. Pendant 3 jours, la population de cette petite bourgade passe brusquement de 2 000 à... 60 000 personnes pour assister au plus grand festival international de musiques tziganes du monde. Joe Bel, une chanteuse française de 28 ans, a décidé de tenter sa chance sur l'une des scènes du Sziget, le célèbre festival hongrois, aux côtés de stars internationales comme Robbie Williams ou le groupe Interpol. C'est la première fois que Joe, encore étudiante l'année dernière, va se produire en concert devant autant de spectateurs.

      Les derniers programmes Magazines mis en ligne