Revoir un programme tv en replay et en streaming
Voir en replay sur M6
M6 Diffusion 28-01-19 à 02:50 Durée :
  • pas mal (35 votes) Note : 3.4/5 | 2 659 vues
    Votre avis :
    • Bof
    • Moyen
    • Pas mal
    • Bien
    • Excellent !

    Autres programmes :
      Résumé

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Il y a à peine 5 ans, c'était encore l'une des principales puissances d'Amérique du Sud ; un pays à l'économie florissante, premier producteur mondial de pétrole. En quelques années, le Venezuela s'est littéralement effondré. Inflation jamais vue (+ de 1 000% en 2016), pénurie alimentaire, hôpitaux à l'abandon, émeutes quotidiennes, criminalité record... Une incroyable descente aux enfers. Pendant plusieurs mois, les équipes d'Enquête Exclusive ont sillonné un Venezuela au bord du chaos, où la principale préoccupation de millions d'habitants est de trouver à se nourrir. Devant les magasins, aux étals aux trois quart vides, les files d'attente sont interminables. L'armée doit même intervenir pour éviter les pillages et les émeutes. Pour le gouvernement actuel, dirigé par le président Nicolas Maduro, la raison principale de cette crise sans précédent est la chute du prix du pétrole. En réalité, le projet politique de son prédécesseur, Hugo Chavez, a vite montré ses limites : nationalisations aveugles, non modernisation de l'outil de production, dévaluation de la monnaie, dépenses sociales mal maîtrisées… sans compter une corruption galopante. Résultat, aujourd'hui les usines tournent à vide, l'agriculture ne produit plus rien, le pays manque de tout à commencer par les produits de première nécessité (nourriture, médicaments) et le bolivar (la monnaie locale) a perdu 99% de sa valeur. Pourtant, tous les Vénézuéliens ne sont pas logés à la même enseigne. Marché noir, contrebande, restaurants clandestins, nos caméras ont eu accès au Caracas des ultra-riches et des proches du pouvoir. Dans ce monde très fermé, on trouve de tout, à condition d'en payer le prix. Pour ces privilégiés, si les pénuries ne sont pas un problème, la sécurité reste leur préoccupation numéro un. Caracas est aujourd'hui la capitale la plus violente du monde. Les gangs armés se multiplient, les enlèvements contre rançon y sont monnaie courante et on peut tuer pour un sac de riz. « Violences, pillages, marché noir : panique au Venezuela », c'est une plongée sidérante et effrayante au cœur d'un grand pays (classé en 2 000 parmi les 30 puissances les plus riches de la planète) aujourd'hui au bord du gouffre.

      Enquête exclusive (104 vidéos)
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Il y a à peine 5 ans, c'était encore l'une des principales puissances d'Amérique du Sud ; un pays à l'économie florissante, premier producteur mondial de pétrole. En quelques années, le Venezuela s'est littéralement effondré. Inflation jamais vue (+ de 1 000% en 2016), pénurie alimentaire, hôpitaux à l'abandon, émeutes quotidiennes, criminalité record... Une incroyable descente aux enfers. Pendant plusieurs mois, les équipes d'Enquête Exclusive ont sillonné un Venezuela au bord du chaos, où la principale préoccupation de millions d'habitants est de trouver à se nourrir. Devant les magasins, aux étals aux trois quart vides, les files d'attente sont interminables. L'armée doit même intervenir pour éviter les pillages et les émeutes. Pour le gouvernement actuel, dirigé par le président Nicolas Maduro, la raison principale de cette crise sans précédent est la chute du prix du pétrole. En réalité, le projet politique de son prédécesseur, Hugo Chavez, a vite montré ses limites : nationalisations aveugles, non modernisation de l'outil de production, dévaluation de la monnaie, dépenses sociales mal maîtrisées… sans compter une corruption galopante. Résultat, aujourd'hui les usines tournent à vide, l'agriculture ne produit plus rien, le pays manque de tout à commencer par les produits de première nécessité (nourriture, médicaments) et le bolivar (la monnaie locale) a perdu 99% de sa valeur. Pourtant, tous les Vénézuéliens ne sont pas logés à la même enseigne. Marché noir, contrebande, restaurants clandestins, nos caméras ont eu accès au Caracas des ultra-riches et des proches du pouvoir. Dans ce monde très fermé, on trouve de tout, à condition d'en payer le prix. Pour ces privilégiés, si les pénuries ne sont pas un problème, la sécurité reste leur préoccupation numéro un. Caracas est aujourd'hui la capitale la plus violente du monde. Les gangs armés se multiplient, les enlèvements contre rançon y sont monnaie courante et on peut tuer pour un sac de riz. « Violences, pillages, marché noir : panique au Venezuela », c'est une plongée sidérante et effrayante au cœur d'un grand pays (classé en 2 000 parmi les 30 puissances les plus riches de la planète) aujourd'hui au bord du gouffre.

      Écrire un commentaire

      En cliquant sur le bouton 'Publier', j'accepte la charte Télé 7 Jours Replay.
      • Par Mendonça, le 04-02-2019

        Enfin, le monde ouvre ses yeux sur les souffrances du peuple vénézuélien

      • Par Nadine, le 31-01-2019

        Reportage toujours très bien fait et intéressant ! Je suis fan. Bravo continuer.

      • Par dekli, le 28-01-2019

        très bon reportage

      • Par regnier, le 12-02-2018

        tres bon reportage

      • Par de gazeau, le 29-01-2018

        Reportage passionnant.

      • Par pignol, le 20-04-2017

        good

      • Par Nicole, le 10-02-2017

        Excellent reportage....vivant au Venezuela depuis 30 ans, je suis satisfaite de constater que la situation tragique et inimaginable de ce pays est enfin decrite dans les medias francais. En France on a admiré Castro le mentor de Chavez et de Maduro. Voyez le resultat de cette pretendue revolution du XXI siecle!pilotée par les cubains

      • Par neglokpe adjevi leopold, le 04-02-2017

        une chouette émission

      • Par Gauthé Patrick, le 02-02-2017

        Je n'arrive pas à voir l'émission en replay, j'ai un écran figé noir.

      • Par LLAURO MARIANA, le 01-02-2017

        Nous souhaitons pouvoir partager cette émission sur Facebook afin que nos compatriotes vénézuéliens constaté que la France commence à s'intéresser à eux et se sentent moins abandonnés est ce possible? Si oui comment faire s'il vous plait? merci

      • Par LLAURO MARIANA, le 01-02-2017

        Au nom de la communauté Franco vénézuélienne de Perpignan nous vous remercions d'avoir enfin montré la réalité, le chaos que vivent les vénézuéliens aujourd'hui cela fait plude de deux ans que nous essayons de faire parler de cette catastrophe mais nous n'y arrivons pas. Une fois de plus merci M6, merci enquête exclusive, merci Bernard.

      • Par dabbabi, le 30-01-2017

        c triste

      Les derniers programmes Enquête exclusive

      • Magazine

        Enquête exclusive

        Maras : au cœur du gang le plus violent de la planète

        aucun (0 vote) Votre vote
        Enquête exclusive (104 vidéos) Commenter
        Voir en replay sur M6
        (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
        Petit pays d'Amérique centrale, le Guatemala est l'un des états les plus dangereux de la planète. En 2018, près de 4 500 meurtres y ont été recensés. Proportionnellement, c'est 20 fois plus qu'en France. Derrière cette hécatombe, des gangs de rue, que l'on appelle les Maras. Partout dans le pays, ils gèrent le trafic de drogue, la prostitution et le racket. Dans ce monde ultra-violent fait de rituels, de tatouages et de guerres de territoires, l'espérance de vie dépasse à peine les 25 ans. Les jeunes membres des Maras tirent sans états d'âme sur leurs rivaux ou les simples citoyens qui refusent de se soumettre à la loi du gang. Leur objectif : semer la terreur partout où ils passent. Après de longs mois de négociation, nous avons réussi à infiltrer certains de ces gangs. Dans la favela de Vilanueva, Pedro est à la tête du Barrio 18, l'une des Maras les plus puissantes du Guatemala. Il extorque la population et les commerçants en les menaçant de les tuer. Personne n'ose s'élever contre le joug de Pedro et de ses hommes. Le chef de gang est connu pour être un « sicario », un tueur impitoyable. Pour faire face à ces gangs, la police guatémaltèque est sous-équipée. L'inspecteur Carlos et ses 54 hommes veillent comme ils peuvent sur la sécurité de 45 000 habitants d'une zone défavorisée de la capitale. Chaque jour, ils sont confrontés à la barbarie des gangs. Récemment, ils ont découvert une maison que la presse a surnommée « la maison de l'horreur » : des dizaines de corps démembrés dans des sacs plastiques et des messages de terreur inscrits en lettres de sang sur les murs. La violence des gangs peut frapper n'importe où. Au Guatemala, le simple fait de conduire un bus peut être très dangereux. L'année dernière, 250 chauffeurs sont tombés sous les balles. Ces assassinats servent de moyen de pression aux gangs pour racketter les entreprises de transport. Nous avons rencontré Oscar ; ce conducteur a toujours les yeux rivés sur ses rétroviseurs, guettant le moindre danger. Oscar est un miraculé, il a déjà reçu onze balles dans le corps. Face à cette criminalité et à l'impuissance de la police, certains habitants ont choisi de s'organiser. Dans le quartier de Barcenas, les voisins se sont regroupés pour former une milice citoyenne. Chaque nuit, ils patrouillent dans les rues pour chasser les Maras. Certains sont équipés d'armes à feu, d'autres de sabres ou de battes de base-ball. Au cœur des favelas les plus dangereuses du Guatemala, portrait d'une société qui subit chaque jour la loi des gangs.
      • Magazine

        Enquête exclusive

        USA : être pauvre dans le pays le plus riche du monde

        Voir en replay sur M6
        (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
        C'est le grand paradoxe américain. Le pays le plus riche du monde est aussi celui où la pauvreté progresse le plus. 43 millions d'Américains vivent aujourd'hui en dessous du seuil de pauvreté, c'est deux fois plus qu'il y a cinquante ans. Et l'on compte 1,5 million d'enfants sans domicile fixe, soit trois fois plus que lors de la Grande Dépression. Chaque jour, alors que la croissance économique augmente, de nouveaux déclassés se retrouvent à la rue. Ce sont les « working poors ». Ils ont un emploi, mais n'arrivent plus à payer leur loyer ou rembourser leurs crédits. La plupart n'ont d'autre solution que de dormir dans leur voiture, dans des foyers ou dans des motels bas de gamme... Des familles entières, ballotées d'un endroit à l'autre, ayant à peine de quoi survivre. Dans certains États ou Comtés, cette nouvelle misère a atteint un pic spectaculaire. À Richmond, capitale de la Virginie, il y a proportionnellement vingt-cinq fois plus d'expulsions qu'à Paris. Chaque jour, les recouvreurs de dettes et les policiers mettent des centaines de familles à la rue. On peut même se retrouver en prison pour une simple traite de crédit impayé. Dans la région minière des Appalaches, une région historiquement pauvre, l'arrivée de Donald Trump au pouvoir n'a rien changé. Pour se nourrir, les habitants comptent sur les « food stamps », des coupons d'aide alimentaire fédérale. Une aide que le président américain menace de réduire. Pour se soigner, les plus pauvres se rendent dans un hôpital de campagne. Tous les soins sont assurés gratuitement par des médecins bénévoles. Mais face à l'afflux de demandes, difficile de soigner tout le monde. À Los Angeles, le nombre de SDF a explosé (55 000 en 2018 contre 32 000 en 2012, soit une hausse de 75%). La situation est telle que le maire de la ville parle désormais de « crise humanitaire ». Résultat, les « tent cities » se multiplient dans les quartiers et quelques associations charitables offrent des petits cabanons en bois à ceux qui n'ont plus de toit. Mais les autorités et les riverains font tout pour les faire expulser de la ville. Les pauvres ont-il encore un espoir aux États-Unis ? Comment survivent-ils au quotidien ? Qui sont ceux qui les traquent et qui les chassent ? Une enquête édifiante sur la face sombre de l'Amérique.
      • Magazine

        Enquête exclusive

        Sécurité privée : la France sous haute surveillance

        aucun (0 vote) Votre vote
        Enquête exclusive (104 vidéos) Commenter
        Voir en replay sur M6
        (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
        Depuis les attaques terroristes de 2015, le marché de la sécurité privée a explosé en France. Notre pays compte aujourd'hui plus d'agents de sécurité privé (180 000) que de policiers (144 000). Ils surveillent les gares, les aéroports, les banques, les stades, mais aussi les commerces, les chantiers et la plupart des sièges d'entreprise. Ils sont entrés dans notre vie quotidienne et sont désormais partout. Sur les sites réputés sensibles, certains agents pourront même porter une arme dès cette année. Cette révolution sécuritaire a toutefois ses effets pervers. Dans ce secteur qui pèse près de dix milliards d'euros, la guerre des prix fait rage et la qualité des prestations laisse parfois à désirer. Salaires trop bas, formation bâclée, entreprises qui ne respectent pas le droit du travail, travail au noir, pressions et même rackets pour obtenir des contrats… Alors qui sont ces hommes et ces femmes en noir qui fouillent nos sacs à l'entrée des grands magasins, qui nous contrôlent à l'entrée des boîtes de nuit ou des bâtiments publics ? Comment sont-ils formés ? Quels sont ceux dotés d'un port d'arme ? Leurs contrôles sont-ils réellement efficaces ou seulement dissuasifs ? Quelles sont les sociétés qui les emploient ? Enfin, l'arrivée de nouvelles technologies de surveillance va-t-elle changer le visage du métier ? Enquête dans une France sous haute surveillance.

      Les derniers programmes Magazines mis en ligne

      • Magazine

        E=m6

        Emission du 24 mars

        aucun (0 vote) Votre vote
        E=M6 (2 vidéos) Commenter
        Voir en replay sur M6
        (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
        Apprendre en s'amusant, se laisser surprendre par la science, tester ses connaissances, tels sont les objectifs d'E=M6, le magazine scientifique présenté par Mac Lesggy.
      • Magazine

        Le Grand Frisson

        Us - Gentlemen cambrioleurs - The unthinkable - Companeros

        aucun (0 vote) Votre vote
        Le Grand Frisson (93 vidéos) Commenter
        Voir en replay sur Canal+
        Le Grand Frisson traite de toute l'actualité du cinéma de genre. Un rendez-vous proposé par Julien Dupuy et son équipe sur Ciné+ frisson. Une émission également disponible A la demande sur myCANAL
      • Magazine

        Maghreb-orient express

        Naïssam Jalal, Antoine Agoudjian, Caroline Hick

        Voir en replay sur TV5 Monde
        Née à Paris, d'origine syrienne, Naïssam Jalal est compositrice et flûtiste. À 19 ans, elle part à Damas étudier le nay, la flûte orientale. En 2011, l'année de la révolution en Syrie, elle forme l'ensemble Rhythms of Resistance qui allie le jazz et la musique traditionnelle. Plusieurs de ses compositions font écho à la souffrance de la population syrienne. Elle vient de sortir un double album « Quest of the Invisible ». Avec son trio, elle est le 28 mars 2019 au Café de la danse à Paris, avant d'entamer une tournée en France. Le photographe Antoine Agoudjian est Français d'origine arménienne et auteur du livre « Le Cri du silence » (éditions Flammarion), consacré à la mémoire arménienne marquée par le génocide de 1915. Il revient de Syrie et s'est arrêté à Baghouz, un village proche de la frontière irakienne où les derniers djihadistes de Daech se sont repliés et subissent les assauts des Forces démocratiques syriennes, la coalition arabo-kurde. Parmi les réfugiés fuyant cette ultime bataille, des femmes, des enfants, des islamistes. Un reportage photographique publié dans le « Figaro magazine ». « Connexion » au coeur de l'hôpital d'Hassaké, au Kurdistan syrien, où arrivent de nombreux blessés de la bataille de Baghouz. Un reportage de la RTBF signé Caroline Hick, Garry Wantiez et Ariane Dufrane. « Atmosphère » avec les coups de coeur culturels de nos invités. Invités : Naïssam Jalal, compositrice et flûtiste franco-syrienne ; Antoine Agoudjian, photographe français ; Caroline Hick, journaliste à la RTBF. Présentation : Mohamed Kaci. www.tv5monde.com/MOE
      //Google Tag Manager