Revoir un programme tv en replay et en streaming
Voir en replay sur Public Sénat
Public Sénat Diffusion Diffusé le 29-10-13 Durée : 2h29min
  • excellent! (1 vote) Note : 5.0/5 | 0 vue
    Votre avis :
    • Bof
    • Moyen
    • Pas mal
    • Bien
    • Excellent !

    Autres programmes :
    Résumé

    "En séance" diffuse et décode les moments forts de l'examen des textes dans l'hémicycle et des auditions d'experts et de personnalités politiques entendus par les commissions. Un habillage dynamique rappelle en direct le contexte et les enjeux de la discussion en séance.

    Séance (1107 vidéos)
    "En séance" diffuse et décode les moments forts de l'examen des textes dans l'hémicycle et des auditions d'experts et de personnalités politiques entendus par les commissions. Un habillage dynamique rappelle en direct le contexte et les enjeux de la discussion en séance.

    Écrire un commentaire

    En cliquant sur le bouton 'Publier', j'accepte la charte Télé 7 Jours Replay.

    Les derniers programmes Séance

    Les derniers programmes Magazines mis en ligne

    • Magazine

      Enquête exclusive

      Tourisme de luxe et narcotrafic : le nouveau visage de l'Amazonie

      aucun (0 vote) Votre vote
      Enquête exclusive (94 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      C'est l'un des derniers territoires sauvages de la planète : une forêt vierge de sept millions de km², soit dix fois la surface de la France. Un immense océan vert qui s'étend aux confins du Brésil, de la Colombie et du Pérou. Exotique, fascinante et peu explorée, l'Amazonie se transforme aujourd'hui en nouveau terrain de jeu pour les touristes les plus riches. Des yachts de grand luxe, aménagés en hôtels flottants, voguent sur les endroits les plus inaccessibles de l'Amazone, accessibles uniquement en hydravion. Destination désormais tendance, l'Amazonie reste une terre hostile et dangereuse, avec des zones de non-droit où tout est permis. Dernier phénomène à la mode : le tourisme chamanique. Au milieu de la jungle péruvienne, des touristes en quête de sensations fortes viennent boire de l'ayahuasca, une plante hallucinogène (inscrite en France au registre des stupéfiants), héritée du savoir des tribus indigènes. Une boisson qui provoque des visions et des transes incroyablement intenses, à tel point que certains n'en reviennent pas. Une dizaine de jeunes étrangers en sont morts depuis 2010, dont plusieurs Français. Ce narco-tourisme, sans contrôle, souvent illégal, explose alors que les autorités de la région sont débordées par le trafic de drogue. L'Amazonie est en effet au cœur des nouvelles routes du trafic de la drogue en Amérique du Sud, à destination des États-Unis et de l'Europe. Au Brésil, les flics des Stup' patrouillent sur les fleuves et enchaînent les saisies de drogue records (dix tonnes en 2017). Mais les frontières poreuses sont impossibles à surveiller. Pour la première fois, nous avons pu suivre ces policiers d'élite en intervention. Face à eux, les gangs sont prêts à tout pour s'emparer de ce juteux trafic amazonien, estimé à plusieurs milliards d'euros par an. C'est la guerre totale. Même en prison, où des règlements de compte sanglants se multiplient entre détenus. Nous avons été autorisés à filmer dans la prison la plus violente de Manaus (Brésil). La guerre entre gangs y a fait plus de soixante morts en janvier dernier. Exceptionnellement, nous avons pu aussi suivre l'un des chefs de la « Famille du Nord », le gang de trafiquants qui contrôle les fleuves de la région. Il nous a ouvert les portes de son business. Piscine, barbecue et cocaïne, ce baron de la drogue mène grand train dans sa favela. Enquête sur une Amazonie aux multiples visages, sauvage et méconnue, pour le meilleur et pour le pire.
    • Magazine

      Enquête exclusive

      Héroïne : l'overdose américaine

      aucun (0 vote) Votre vote
      Enquête exclusive (94 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      L'héroïne, la drogue « vedette » des années 80, fait un retour fracassant aux États-Unis. Plus de 500 000 Américains en seraient dépendants, soit une augmentation de 150% depuis 2010. Si l'Amérique est tombée dans l'héroïne, c'est en grande partie à cause de médicaments contre la douleur (à base d'opium), trop facilement prescrits par certains médecins (souvent peu scrupuleux) et très addictifs. Devenus accrocs à cette substance, de nombreux patients se tournent désormais vers l'héroïne pour assouvir leur addiction. À 10 dollars (environ 9 euros) la dose, sa consommation a explosé. Résultat, il y a aujourd'hui plus de morts par overdose d'opiacés (stupéfiants ou médicaments) que par accidents de la route. C'est quatre fois plus qu'il y a dix ans. Un tiers de l'héroïne qui circule aux États-Unis provient du Mexique, qui a doublé sa production d'opium l'année dernière. Une fois passée la frontière, c'est à New York qu'elle est coupée, mise en sachet et redistribuée dans tout le pays. On la trouve partout : même dans des petites villes, elle est peu chère, très accessible et toutes les classes sociales sont concernées. Les hôpitaux et les centres d'urgence sont débordés. L'héroïne est devenue un enjeu de santé publique aux États-Unis et provoque déjà un débat passionné chez les candidats à la Maison Blanche. En septembre dernier, Hillary Clinton a même proposé de mettre en place un plan de 10 milliards de dollars pour endiguer cette effroyable épidémie.
    • Magazine

      Enquête exclusive

      Petits planteurs, nouveaux dealers : la France championne d'Europe du cannabis

      aucun (0 vote) Votre vote
      Enquête exclusive (94 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      La France est la championne d'Europe de consommation de cannabis : 50% des jeunes Français y ont déjà goûté, 10% en consomme régulièrement. Elle est aussi devenue l'un des principaux producteurs. Pour s'approvisionner, plus besoin de se fournir à l'étranger. Le cannabis se cultive aujourd'hui à la maison. Ces dernières années, le nombre de petits cultivateurs a explosé. Ils seraient 100 000 selon l'OFDT (Observatoire Français sur la Drogue et la Toxicomanie) à faire pousser du cannabis chez eux, dans leur jardin, leur garage ou leur cave. On les appelle les « cannabiculteurs ». Le phénomène a pris une telle ampleur que des jardineries spécialisées dans la culture « indoor » proposent désormais des kits clé en main du parfait petit planteur. Le matériel est acheté légalement dans des enseignes qui ont pignon sur rue. Les graines, elles, s'achètent sur Internet. Avec quatre à six récoltes par an, la production « domestique » progresse de façon spectaculaire (35 tonnes par an, +50% en dix ans). Vu les excellents rendements, de nombreux « cannabiculteurs » qui ne produisaient au début que pour leur consommation personnelle, se sont transformés en distributeurs et en dealers. Ils ont ainsi créé un marché parallèle, avec de nouvelles filières, qui est en train de révolutionner un business jusqu'alors tenu par le crime organisé. L'herbe produite aujourd'hui, qu'on appelle la weed, est aussi beaucoup plus concentrée en THC (Tetra Hydro Cannabinol), la molécule responsable des effets psychotropes et hallucinatoires du cannabis (deux à trois fois plus forte qu'il y a dix ans). Résultat, elle est dangereuse, a des effets durables sur la santé et peut même provoquer des arrêts cardiaques. Si les nouveaux businessmen du cannabis prospèrent en France, l'Europe n'est pas en reste. En Espagne, ces filières de l'or vert se sont développées à échelle quasi industrielle. Les saisies se comptent désormais en tonnes. Nous avons ainsi assisté, en exclusivité, au côté de la Guardia Civile, au démantèlement de l'une des plus grosses filières du pays. Un quartier entier, avec une quinzaine de maisons, entièrement dédié au cannabis. Une culture géante sur des centaines de mètres carrés, en étages, et dans d'immenses jardins intérieurs, invisibles depuis l'extérieur. Les policiers ont mis la main sur des dizaines de milliers de plans et une véritable forêt de cannabis. C'est la saisie record de l'année (évaluée à plusieurs dizaines de millions d'euros) ! Pour démanteler les cultures clandestines, les enquêteurs disposent d'une nouvelle arme. Car la plante a deux « défauts » : elle est très gourmande en eau et en électricité. Ainsi, aux Pays-Bas, la police vient de s'allier avec les fournisseurs d'électricité. Ceux-ci repèrent à distance les gros consommateurs d'énergie. Idéal pour débusquer et traquer ces nouveaux « cannabiculteurs »...
    //Google Tag Manager