Revoir un programme tv en replay et en streaming

Capital en replay (36 vidéos)

A propos de Capital

Capital est une émission d'informations diffusée sur M6 depuis 1988, un dimanche sur deux en alternance avec Zone interdite. L'émission aborde chaque fois un grand reportage sur divers thèmes économiques. Après Emmanuel Chain et Guy Lagache, elle est présentée depuis 2011 par Thomas Sotto. Un dérivé de l'émission, mêlant économie et environnement a été créé en 2010 au nom de Capital Terre..

  • Magazine

    Capital

    Dépenses de l'Etat : à quand la fin du gaspillage ?

    bien (108 votes) Votre vote

    Seize milliards d'euros : c'est la somme que l'Etat compte économiser sur les dépenses publiques en 2016. Parmi les institutions souvent épinglées par la Cour des comptes figurent les Assemblées de la République : l'Assemblée nationale, le Sénat et le moins connu Conseil économique, social et environnemental. Cette dernière instance consultative coûte chaque année 38 millions d'euros, et ses déclinaisons régionales représentent un budget de 62 millions d'euros. Le plan d'économies ne se limite pas au sommet de la pyramide. L'Etat emploie plus de 20 % de la population active, soit près de 5,6 millions de salariés. Parmi eux, plus de 900 000 agents non titulaires. Des professeurs, des employés des ministères ou des mairies, reconnus «précaires» par le Sénat, qui ne bénéficient absolument pas des avantages liés à leur fonction.

    Lire la suite Capital (36 vidéos) 6 commentaires
    Voir en replay sur M6
    Seize milliards d'euros : c'est la somme que l'Etat compte économiser sur les dépenses publiques en 2016. Parmi les institutions souvent épinglées par la Cour des comptes figurent les Assemblées de la République : l'Assemblée nationale, le Sénat et le moins connu Conseil économique, social et environnemental. Cette dernière instance consultative coûte chaque année 38 millions d'euros, et ses déclinaisons régionales représentent un budget de 62 millions d'euros. Le plan d'économies ne se limite pas au sommet de la pyramide. L'Etat emploie plus de 20 % de la population active, soit près de 5,6 millions de salariés. Parmi eux, plus de 900 000 agents non titulaires. Des professeurs, des employés des ministères ou des mairies, reconnus «précaires» par le Sénat, qui ne bénéficient absolument pas des avantages liés à leur fonction.
  • Magazine

    Capital

    Les grands secrets des petits commerces

    pas mal (66 votes) Votre vote

    Les commerces de proximité font partie de notre décor quotidien, mais que savons-nous de leur santé économique ? Comment résistent-ils à la crise économique, conjuguée à la part grandissante des achats sur Internet ? Si certains mettent la clef sous la porte, d'autres prospèrent. C'est le cas par exemple de certaines pharmacies «nouvelle génération», qui utilisent le marketing et des techniques de vente performantes, loin de l'officine d'antan. Pour résister à la crise, certains commerçants peuvent être tentés de dissimuler une partie de leurs recettes, une fraude rendue possible grâce à l'argent liquide qu'ils manipulent. Autre exemple de réussite, les brasseries, appréciées des Français autant que des touristes.

    Lire la suite Capital (36 vidéos) 3 commentaires
    Voir en replay sur M6
    Les commerces de proximité font partie de notre décor quotidien, mais que savons-nous de leur santé économique ? Comment résistent-ils à la crise économique, conjuguée à la part grandissante des achats sur Internet ? Si certains mettent la clef sous la porte, d'autres prospèrent. C'est le cas par exemple de certaines pharmacies «nouvelle génération», qui utilisent le marketing et des techniques de vente performantes, loin de l'officine d'antan. Pour résister à la crise, certains commerçants peuvent être tentés de dissimuler une partie de leurs recettes, une fraude rendue possible grâce à l'argent liquide qu'ils manipulent. Autre exemple de réussite, les brasseries, appréciées des Français autant que des touristes.
  • Magazine

    Capital

    Les grandes marques ne meurent jamais

    pas mal (22 votes) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Elles font partie de notre quotidien, envahissent nos maisons, s'affichent sur nos écrans : les marques sont partout. Chaque jour en France, plus de 200 marques se créent et près de 70 disparaissent. Certaines ont réussi à traverser les générations et à créer un lien quasi affectif avec leurs consommateurs. Quels sont les secrets de la longévité des grandes marques ? Jusqu'où sont-elles prêtes à aller pour nous séduire et continuer à nous faire acheter ? Lego : des briques en or Chaque heure, il s'en vend plus de 7 millions. Des briques, des plaques, des figurines, rouges, blanches ou jaunes… toutes siglées Lego, la marque de jeu la plus connue au monde. Plus de 80 ans après sa création, cette marque est même plus forte que jamais, se hissant au rang de n°1 mondial. Car si le principe de base est resté le même - assembler des petites pièces de plastique - les univers ont radicalement changé : vaisseau spatial Star Wars, palais des glaces de la Reine des neiges ou voiture de Batman… ce sont tous les héros d'autres géants du loisir comme Disney, DC Comics ou Marvel qui se déclinent désormais en Lego. Une stratégie de licences qui a sauvé la firme danoise de la faillite il y a plus de 10 ans et qui lui permet d'étendre sa galaxie aux jeux vidéo, aux films ou aux séries TV. Du siège historique à Billund (Danemark), où se conçoivent les jeux inondant la planète, en passant par l'étonnante communauté de joueurs passionnés, jusqu'aux Lego Stores, redoutables usines à vendre, Capital vous propose de découvrir les coulisses de cet empire du fabriquant de jeu. Fille ou garçon, petit ou grand, quels sont les secrets de Lego pour nous faire tous jouer… et si possible, acheter sans compter ? Comment ce jeu basique est-il devenu un phénomène planétaire, au point d'être adopté par les artistes ou enseigné dans les écoles ? Ils ressuscitent les marques oubliées Elles ont bercé notre enfance, marqué des générations entières, fait les beaux jours des publicitaires puis ont progressivement quitté le devant de la scène ou se sont carrément éteintes. Mais depuis peu, certaines grandes marques font leur retour. Comment relance-t-on une marque endormie ou un produit démodé ? Certains ont choisi de renaitre à l'identique, de faire revivre le produit tel qu'il était à l'époque et de jouer à fond la carte de la nostalgie. Une équation gagnante pour le retour du célèbre jeu créatif des années 80, Mako moulages. Pour d'autres, il faut tout repenser ou presque. C'est le cas de Cacharel. Nouvelles boutiques, nouveaux stylistes, nouveau positionnement de prix. La maison de couture, qui a connu ses heures de gloire dans les années 70, s'est lancé un pari audacieux : séduire les nouvelles générations. Pour piloter ce grand retour, Jean Bousquet, 83 ans, le fondateur de la célèbre marque de vêtements. Kidzania : le parc d'attractions des marques C'est un parc d'attraction d'un nouveau genre : 7 000 mètres carrés nichés au cœur d'un centre commercial londonien. Une petite ville où les enfants découvrent le monde du travail. 60 métiers à exercer et à la clé des kidzos (une monnaie factice) à gagner. Une expérience ludique qui permet aux plus jeunes de jouer aux adultes, de se familiariser avec des professions mais aussi avec des marques. Une boutique de vêtements aux couleurs de H&M, des livreurs de colis DHL, des pilotes British Airways ou encore un garage Renault. Une manière pour les marques de créer, dès le plus jeune âge, un lien particulier avec ses futurs consommateurs…

    Lire la suite Capital (36 vidéos) 2 commentaires
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Elles font partie de notre quotidien, envahissent nos maisons, s'affichent sur nos écrans : les marques sont partout. Chaque jour en France, plus de 200 marques se créent et près de 70 disparaissent. Certaines ont réussi à traverser les générations et à créer un lien quasi affectif avec leurs consommateurs. Quels sont les secrets de la longévité des grandes marques ? Jusqu'où sont-elles prêtes à aller pour nous séduire et continuer à nous faire acheter ? Lego : des briques en or Chaque heure, il s'en vend plus de 7 millions. Des briques, des plaques, des figurines, rouges, blanches ou jaunes… toutes siglées Lego, la marque de jeu la plus connue au monde. Plus de 80 ans après sa création, cette marque est même plus forte que jamais, se hissant au rang de n°1 mondial. Car si le principe de base est resté le même - assembler des petites pièces de plastique - les univers ont radicalement changé : vaisseau spatial Star Wars, palais des glaces de la Reine des neiges ou voiture de Batman… ce sont tous les héros d'autres géants du loisir comme Disney, DC Comics ou Marvel qui se déclinent désormais en Lego. Une stratégie de licences qui a sauvé la firme danoise de la faillite il y a plus de 10 ans et qui lui permet d'étendre sa galaxie aux jeux vidéo, aux films ou aux séries TV. Du siège historique à Billund (Danemark), où se conçoivent les jeux inondant la planète, en passant par l'étonnante communauté de joueurs passionnés, jusqu'aux Lego Stores, redoutables usines à vendre, Capital vous propose de découvrir les coulisses de cet empire du fabriquant de jeu. Fille ou garçon, petit ou grand, quels sont les secrets de Lego pour nous faire tous jouer… et si possible, acheter sans compter ? Comment ce jeu basique est-il devenu un phénomène planétaire, au point d'être adopté par les artistes ou enseigné dans les écoles ? Ils ressuscitent les marques oubliées Elles ont bercé notre enfance, marqué des générations entières, fait les beaux jours des publicitaires puis ont progressivement quitté le devant de la scène ou se sont carrément éteintes. Mais depuis peu, certaines grandes marques font leur retour. Comment relance-t-on une marque endormie ou un produit démodé ? Certains ont choisi de renaitre à l'identique, de faire revivre le produit tel qu'il était à l'époque et de jouer à fond la carte de la nostalgie. Une équation gagnante pour le retour du célèbre jeu créatif des années 80, Mako moulages. Pour d'autres, il faut tout repenser ou presque. C'est le cas de Cacharel. Nouvelles boutiques, nouveaux stylistes, nouveau positionnement de prix. La maison de couture, qui a connu ses heures de gloire dans les années 70, s'est lancé un pari audacieux : séduire les nouvelles générations. Pour piloter ce grand retour, Jean Bousquet, 83 ans, le fondateur de la célèbre marque de vêtements. Kidzania : le parc d'attractions des marques C'est un parc d'attraction d'un nouveau genre : 7 000 mètres carrés nichés au cœur d'un centre commercial londonien. Une petite ville où les enfants découvrent le monde du travail. 60 métiers à exercer et à la clé des kidzos (une monnaie factice) à gagner. Une expérience ludique qui permet aux plus jeunes de jouer aux adultes, de se familiariser avec des professions mais aussi avec des marques. Une boutique de vêtements aux couleurs de H&M, des livreurs de colis DHL, des pilotes British Airways ou encore un garage Renault. Une manière pour les marques de créer, dès le plus jeune âge, un lien particulier avec ses futurs consommateurs…
  • Magazine

    Capital

    Les grandes marques ne meurent jamais

    pas mal (42 votes) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Elles font partie de notre quotidien, envahissent nos maisons, s'affichent sur nos écrans : les marques sont partout. Chaque jour en France, plus de 200 marques se créent et près de 70 disparaissent. Certaines ont réussi à traverser les générations et à créer un lien quasi affectif avec leurs consommateurs. Quels sont les secrets de la longévité des grandes marques ? Jusqu'où sont-elles prêtes à aller pour nous séduire et continuer à nous faire acheter ? Lego : des briques en or Chaque heure, il s'en vend plus de 7 millions. Des briques, des plaques, des figurines, rouges, blanches ou jaunes… toutes siglées Lego, la marque de jeu la plus connue au monde. Plus de 80 ans après sa création, cette marque est même plus forte que jamais, se hissant au rang de n°1 mondial. Car si le principe de base est resté le même - assembler des petites pièces de plastique - les univers ont radicalement changé : vaisseau spatial Star Wars, palais des glaces de la Reine des neiges ou voiture de Batman… ce sont tous les héros d'autres géants du loisir comme Disney, DC Comics ou Marvel qui se déclinent désormais en Lego. Une stratégie de licences qui a sauvé la firme danoise de la faillite il y a plus de 10 ans et qui lui permet d'étendre sa galaxie aux jeux vidéo, aux films ou aux séries TV. Du siège historique à Billund (Danemark), où se conçoivent les jeux inondant la planète, en passant par l'étonnante communauté de joueurs passionnés, jusqu'aux Lego Stores, redoutables usines à vendre, Capital vous propose de découvrir les coulisses de cet empire du fabriquant de jeu. Fille ou garçon, petit ou grand, quels sont les secrets de Lego pour nous faire tous jouer… et si possible, acheter sans compter ? Comment ce jeu basique est-il devenu un phénomène planétaire, au point d'être adopté par les artistes ou enseigné dans les écoles ? Ils ressuscitent les marques oubliées Elles ont bercé notre enfance, marqué des générations entières, fait les beaux jours des publicitaires puis ont progressivement quitté le devant de la scène ou se sont carrément éteintes. Mais depuis peu, certaines grandes marques font leur retour. Comment relance-t-on une marque endormie ou un produit démodé ? Certains ont choisi de renaitre à l'identique, de faire revivre le produit tel qu'il était à l'époque et de jouer à fond la carte de la nostalgie. Une équation gagnante pour le retour du célèbre jeu créatif des années 80, Mako moulages. Pour d'autres, il faut tout repenser ou presque. C'est le cas de Cacharel. Nouvelles boutiques, nouveaux stylistes, nouveau positionnement de prix. La maison de couture, qui a connu ses heures de gloire dans les années 70, s'est lancé un pari audacieux : séduire les nouvelles générations. Pour piloter ce grand retour, Jean Bousquet, 83 ans, le fondateur de la célèbre marque de vêtements. Kidzania : le parc d'attractions des marques C'est un parc d'attraction d'un nouveau genre : 7 000 mètres carrés nichés au cœur d'un centre commercial londonien. Une petite ville où les enfants découvrent le monde du travail. 60 métiers à exercer et à la clé des kidzos (une monnaie factice) à gagner. Une expérience ludique qui permet aux plus jeunes de jouer aux adultes, de se familiariser avec des professions mais aussi avec des marques. Une boutique de vêtements aux couleurs de H&M, des livreurs de colis DHL, des pilotes British Airways ou encore un garage Renault. Une manière pour les marques de créer, dès le plus jeune âge, un lien particulier avec ses futurs consommateurs…

    Lire la suite Capital (36 vidéos) 2 commentaires
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Elles font partie de notre quotidien, envahissent nos maisons, s'affichent sur nos écrans : les marques sont partout. Chaque jour en France, plus de 200 marques se créent et près de 70 disparaissent. Certaines ont réussi à traverser les générations et à créer un lien quasi affectif avec leurs consommateurs. Quels sont les secrets de la longévité des grandes marques ? Jusqu'où sont-elles prêtes à aller pour nous séduire et continuer à nous faire acheter ? Lego : des briques en or Chaque heure, il s'en vend plus de 7 millions. Des briques, des plaques, des figurines, rouges, blanches ou jaunes… toutes siglées Lego, la marque de jeu la plus connue au monde. Plus de 80 ans après sa création, cette marque est même plus forte que jamais, se hissant au rang de n°1 mondial. Car si le principe de base est resté le même - assembler des petites pièces de plastique - les univers ont radicalement changé : vaisseau spatial Star Wars, palais des glaces de la Reine des neiges ou voiture de Batman… ce sont tous les héros d'autres géants du loisir comme Disney, DC Comics ou Marvel qui se déclinent désormais en Lego. Une stratégie de licences qui a sauvé la firme danoise de la faillite il y a plus de 10 ans et qui lui permet d'étendre sa galaxie aux jeux vidéo, aux films ou aux séries TV. Du siège historique à Billund (Danemark), où se conçoivent les jeux inondant la planète, en passant par l'étonnante communauté de joueurs passionnés, jusqu'aux Lego Stores, redoutables usines à vendre, Capital vous propose de découvrir les coulisses de cet empire du fabriquant de jeu. Fille ou garçon, petit ou grand, quels sont les secrets de Lego pour nous faire tous jouer… et si possible, acheter sans compter ? Comment ce jeu basique est-il devenu un phénomène planétaire, au point d'être adopté par les artistes ou enseigné dans les écoles ? Ils ressuscitent les marques oubliées Elles ont bercé notre enfance, marqué des générations entières, fait les beaux jours des publicitaires puis ont progressivement quitté le devant de la scène ou se sont carrément éteintes. Mais depuis peu, certaines grandes marques font leur retour. Comment relance-t-on une marque endormie ou un produit démodé ? Certains ont choisi de renaitre à l'identique, de faire revivre le produit tel qu'il était à l'époque et de jouer à fond la carte de la nostalgie. Une équation gagnante pour le retour du célèbre jeu créatif des années 80, Mako moulages. Pour d'autres, il faut tout repenser ou presque. C'est le cas de Cacharel. Nouvelles boutiques, nouveaux stylistes, nouveau positionnement de prix. La maison de couture, qui a connu ses heures de gloire dans les années 70, s'est lancé un pari audacieux : séduire les nouvelles générations. Pour piloter ce grand retour, Jean Bousquet, 83 ans, le fondateur de la célèbre marque de vêtements. Kidzania : le parc d'attractions des marques C'est un parc d'attraction d'un nouveau genre : 7 000 mètres carrés nichés au cœur d'un centre commercial londonien. Une petite ville où les enfants découvrent le monde du travail. 60 métiers à exercer et à la clé des kidzos (une monnaie factice) à gagner. Une expérience ludique qui permet aux plus jeunes de jouer aux adultes, de se familiariser avec des professions mais aussi avec des marques. Une boutique de vêtements aux couleurs de H&M, des livreurs de colis DHL, des pilotes British Airways ou encore un garage Renault. Une manière pour les marques de créer, dès le plus jeune âge, un lien particulier avec ses futurs consommateurs…
  • Magazine

    Capital

    Les grandes marques ne meurent jamais

    aucun (0 vote) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Elles font partie de notre quotidien, envahissent nos maisons, s'affichent sur nos écrans : les marques sont partout. Chaque jour en France, plus de 200 marques se créent et près de 70 disparaissent. Certaines ont réussi à traverser les générations et à créer un lien quasi affectif avec leurs consommateurs. Quels sont les secrets de la longévité des grandes marques ? Jusqu'où sont-elles prêtes à aller pour nous séduire et continuer à nous faire acheter ? Lego : des briques en or Chaque heure, il s'en vend plus de 7 millions. Des briques, des plaques, des figurines, rouges, blanches ou jaunes… toutes siglées Lego, la marque de jeu la plus connue au monde. Plus de 80 ans après sa création, cette marque est même plus forte que jamais, se hissant au rang de n°1 mondial. Car si le principe de base est resté le même - assembler des petites pièces de plastique - les univers ont radicalement changé : vaisseau spatial Star Wars, palais des glaces de la Reine des neiges ou voiture de Batman… ce sont tous les héros d'autres géants du loisir comme Disney, DC Comics ou Marvel qui se déclinent désormais en Lego. Une stratégie de licences qui a sauvé la firme danoise de la faillite il y a plus de 10 ans et qui lui permet d'étendre sa galaxie aux jeux vidéo, aux films ou aux séries TV. Du siège historique à Billund (Danemark), où se conçoivent les jeux inondant la planète, en passant par l'étonnante communauté de joueurs passionnés, jusqu'aux Lego Stores, redoutables usines à vendre, Capital vous propose de découvrir les coulisses de cet empire du fabriquant de jeu. Fille ou garçon, petit ou grand, quels sont les secrets de Lego pour nous faire tous jouer… et si possible, acheter sans compter ? Comment ce jeu basique est-il devenu un phénomène planétaire, au point d'être adopté par les artistes ou enseigné dans les écoles ? Ils ressuscitent les marques oubliées Elles ont bercé notre enfance, marqué des générations entières, fait les beaux jours des publicitaires puis ont progressivement quitté le devant de la scène ou se sont carrément éteintes. Mais depuis peu, certaines grandes marques font leur retour. Comment relance-t-on une marque endormie ou un produit démodé ? Certains ont choisi de renaitre à l'identique, de faire revivre le produit tel qu'il était à l'époque et de jouer à fond la carte de la nostalgie. Une équation gagnante pour le retour du célèbre jeu créatif des années 80, Mako moulages. Pour d'autres, il faut tout repenser ou presque. C'est le cas de Cacharel. Nouvelles boutiques, nouveaux stylistes, nouveau positionnement de prix. La maison de couture, qui a connu ses heures de gloire dans les années 70, s'est lancé un pari audacieux : séduire les nouvelles générations. Pour piloter ce grand retour, Jean Bousquet, 83 ans, le fondateur de la célèbre marque de vêtements. Kidzania : le parc d'attractions des marques C'est un parc d'attraction d'un nouveau genre : 7 000 mètres carrés nichés au cœur d'un centre commercial londonien. Une petite ville où les enfants découvrent le monde du travail. 60 métiers à exercer et à la clé des kidzos (une monnaie factice) à gagner. Une expérience ludique qui permet aux plus jeunes de jouer aux adultes, de se familiariser avec des professions mais aussi avec des marques. Une boutique de vêtements aux couleurs de H&M, des livreurs de colis DHL, des pilotes British Airways ou encore un garage Renault. Une manière pour les marques de créer, dès le plus jeune âge, un lien particulier avec ses futurs consommateurs…

    Lire la suite Capital (36 vidéos) Commenter
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Elles font partie de notre quotidien, envahissent nos maisons, s'affichent sur nos écrans : les marques sont partout. Chaque jour en France, plus de 200 marques se créent et près de 70 disparaissent. Certaines ont réussi à traverser les générations et à créer un lien quasi affectif avec leurs consommateurs. Quels sont les secrets de la longévité des grandes marques ? Jusqu'où sont-elles prêtes à aller pour nous séduire et continuer à nous faire acheter ? Lego : des briques en or Chaque heure, il s'en vend plus de 7 millions. Des briques, des plaques, des figurines, rouges, blanches ou jaunes… toutes siglées Lego, la marque de jeu la plus connue au monde. Plus de 80 ans après sa création, cette marque est même plus forte que jamais, se hissant au rang de n°1 mondial. Car si le principe de base est resté le même - assembler des petites pièces de plastique - les univers ont radicalement changé : vaisseau spatial Star Wars, palais des glaces de la Reine des neiges ou voiture de Batman… ce sont tous les héros d'autres géants du loisir comme Disney, DC Comics ou Marvel qui se déclinent désormais en Lego. Une stratégie de licences qui a sauvé la firme danoise de la faillite il y a plus de 10 ans et qui lui permet d'étendre sa galaxie aux jeux vidéo, aux films ou aux séries TV. Du siège historique à Billund (Danemark), où se conçoivent les jeux inondant la planète, en passant par l'étonnante communauté de joueurs passionnés, jusqu'aux Lego Stores, redoutables usines à vendre, Capital vous propose de découvrir les coulisses de cet empire du fabriquant de jeu. Fille ou garçon, petit ou grand, quels sont les secrets de Lego pour nous faire tous jouer… et si possible, acheter sans compter ? Comment ce jeu basique est-il devenu un phénomène planétaire, au point d'être adopté par les artistes ou enseigné dans les écoles ? Ils ressuscitent les marques oubliées Elles ont bercé notre enfance, marqué des générations entières, fait les beaux jours des publicitaires puis ont progressivement quitté le devant de la scène ou se sont carrément éteintes. Mais depuis peu, certaines grandes marques font leur retour. Comment relance-t-on une marque endormie ou un produit démodé ? Certains ont choisi de renaitre à l'identique, de faire revivre le produit tel qu'il était à l'époque et de jouer à fond la carte de la nostalgie. Une équation gagnante pour le retour du célèbre jeu créatif des années 80, Mako moulages. Pour d'autres, il faut tout repenser ou presque. C'est le cas de Cacharel. Nouvelles boutiques, nouveaux stylistes, nouveau positionnement de prix. La maison de couture, qui a connu ses heures de gloire dans les années 70, s'est lancé un pari audacieux : séduire les nouvelles générations. Pour piloter ce grand retour, Jean Bousquet, 83 ans, le fondateur de la célèbre marque de vêtements. Kidzania : le parc d'attractions des marques C'est un parc d'attraction d'un nouveau genre : 7 000 mètres carrés nichés au cœur d'un centre commercial londonien. Une petite ville où les enfants découvrent le monde du travail. 60 métiers à exercer et à la clé des kidzos (une monnaie factice) à gagner. Une expérience ludique qui permet aux plus jeunes de jouer aux adultes, de se familiariser avec des professions mais aussi avec des marques. Une boutique de vêtements aux couleurs de H&M, des livreurs de colis DHL, des pilotes British Airways ou encore un garage Renault. Une manière pour les marques de créer, dès le plus jeune âge, un lien particulier avec ses futurs consommateurs…
  • Magazine

    Capital

    Les grandes marques ne meurent jamais

    aucun (0 vote) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Elles font partie de notre quotidien, envahissent nos maisons, s'affichent sur nos écrans : les marques sont partout. Chaque jour en France, plus de 200 marques se créent et près de 70 disparaissent. Certaines ont réussi à traverser les générations et à créer un lien quasi affectif avec leurs consommateurs. Quels sont les secrets de la longévité des grandes marques ? Jusqu'où sont-elles prêtes à aller pour nous séduire et continuer à nous faire acheter ? Lego : des briques en or Chaque heure, il s'en vend plus de 7 millions. Des briques, des plaques, des figurines, rouges, blanches ou jaunes… toutes siglées Lego, la marque de jeu la plus connue au monde. Plus de 80 ans après sa création, cette marque est même plus forte que jamais, se hissant au rang de n°1 mondial. Car si le principe de base est resté le même - assembler des petites pièces de plastique - les univers ont radicalement changé : vaisseau spatial Star Wars, palais des glaces de la Reine des neiges ou voiture de Batman… ce sont tous les héros d'autres géants du loisir comme Disney, DC Comics ou Marvel qui se déclinent désormais en Lego. Une stratégie de licences qui a sauvé la firme danoise de la faillite il y a plus de 10 ans et qui lui permet d'étendre sa galaxie aux jeux vidéo, aux films ou aux séries TV. Du siège historique à Billund (Danemark), où se conçoivent les jeux inondant la planète, en passant par l'étonnante communauté de joueurs passionnés, jusqu'aux Lego Stores, redoutables usines à vendre, Capital vous propose de découvrir les coulisses de cet empire du fabriquant de jeu. Fille ou garçon, petit ou grand, quels sont les secrets de Lego pour nous faire tous jouer… et si possible, acheter sans compter ? Comment ce jeu basique est-il devenu un phénomène planétaire, au point d'être adopté par les artistes ou enseigné dans les écoles ? Ils ressuscitent les marques oubliées Elles ont bercé notre enfance, marqué des générations entières, fait les beaux jours des publicitaires puis ont progressivement quitté le devant de la scène ou se sont carrément éteintes. Mais depuis peu, certaines grandes marques font leur retour. Comment relance-t-on une marque endormie ou un produit démodé ? Certains ont choisi de renaitre à l'identique, de faire revivre le produit tel qu'il était à l'époque et de jouer à fond la carte de la nostalgie. Une équation gagnante pour le retour du célèbre jeu créatif des années 80, Mako moulages. Pour d'autres, il faut tout repenser ou presque. C'est le cas de Cacharel. Nouvelles boutiques, nouveaux stylistes, nouveau positionnement de prix. La maison de couture, qui a connu ses heures de gloire dans les années 70, s'est lancé un pari audacieux : séduire les nouvelles générations. Pour piloter ce grand retour, Jean Bousquet, 83 ans, le fondateur de la célèbre marque de vêtements. Kidzania : le parc d'attractions des marques C'est un parc d'attraction d'un nouveau genre : 7 000 mètres carrés nichés au cœur d'un centre commercial londonien. Une petite ville où les enfants découvrent le monde du travail. 60 métiers à exercer et à la clé des kidzos (une monnaie factice) à gagner. Une expérience ludique qui permet aux plus jeunes de jouer aux adultes, de se familiariser avec des professions mais aussi avec des marques. Une boutique de vêtements aux couleurs de H&M, des livreurs de colis DHL, des pilotes British Airways ou encore un garage Renault. Une manière pour les marques de créer, dès le plus jeune âge, un lien particulier avec ses futurs consommateurs…

    Lire la suite Capital (36 vidéos) Commenter
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Elles font partie de notre quotidien, envahissent nos maisons, s'affichent sur nos écrans : les marques sont partout. Chaque jour en France, plus de 200 marques se créent et près de 70 disparaissent. Certaines ont réussi à traverser les générations et à créer un lien quasi affectif avec leurs consommateurs. Quels sont les secrets de la longévité des grandes marques ? Jusqu'où sont-elles prêtes à aller pour nous séduire et continuer à nous faire acheter ? Lego : des briques en or Chaque heure, il s'en vend plus de 7 millions. Des briques, des plaques, des figurines, rouges, blanches ou jaunes… toutes siglées Lego, la marque de jeu la plus connue au monde. Plus de 80 ans après sa création, cette marque est même plus forte que jamais, se hissant au rang de n°1 mondial. Car si le principe de base est resté le même - assembler des petites pièces de plastique - les univers ont radicalement changé : vaisseau spatial Star Wars, palais des glaces de la Reine des neiges ou voiture de Batman… ce sont tous les héros d'autres géants du loisir comme Disney, DC Comics ou Marvel qui se déclinent désormais en Lego. Une stratégie de licences qui a sauvé la firme danoise de la faillite il y a plus de 10 ans et qui lui permet d'étendre sa galaxie aux jeux vidéo, aux films ou aux séries TV. Du siège historique à Billund (Danemark), où se conçoivent les jeux inondant la planète, en passant par l'étonnante communauté de joueurs passionnés, jusqu'aux Lego Stores, redoutables usines à vendre, Capital vous propose de découvrir les coulisses de cet empire du fabriquant de jeu. Fille ou garçon, petit ou grand, quels sont les secrets de Lego pour nous faire tous jouer… et si possible, acheter sans compter ? Comment ce jeu basique est-il devenu un phénomène planétaire, au point d'être adopté par les artistes ou enseigné dans les écoles ? Ils ressuscitent les marques oubliées Elles ont bercé notre enfance, marqué des générations entières, fait les beaux jours des publicitaires puis ont progressivement quitté le devant de la scène ou se sont carrément éteintes. Mais depuis peu, certaines grandes marques font leur retour. Comment relance-t-on une marque endormie ou un produit démodé ? Certains ont choisi de renaitre à l'identique, de faire revivre le produit tel qu'il était à l'époque et de jouer à fond la carte de la nostalgie. Une équation gagnante pour le retour du célèbre jeu créatif des années 80, Mako moulages. Pour d'autres, il faut tout repenser ou presque. C'est le cas de Cacharel. Nouvelles boutiques, nouveaux stylistes, nouveau positionnement de prix. La maison de couture, qui a connu ses heures de gloire dans les années 70, s'est lancé un pari audacieux : séduire les nouvelles générations. Pour piloter ce grand retour, Jean Bousquet, 83 ans, le fondateur de la célèbre marque de vêtements. Kidzania : le parc d'attractions des marques C'est un parc d'attraction d'un nouveau genre : 7 000 mètres carrés nichés au cœur d'un centre commercial londonien. Une petite ville où les enfants découvrent le monde du travail. 60 métiers à exercer et à la clé des kidzos (une monnaie factice) à gagner. Une expérience ludique qui permet aux plus jeunes de jouer aux adultes, de se familiariser avec des professions mais aussi avec des marques. Une boutique de vêtements aux couleurs de H&M, des livreurs de colis DHL, des pilotes British Airways ou encore un garage Renault. Une manière pour les marques de créer, dès le plus jeune âge, un lien particulier avec ses futurs consommateurs…
  • Magazine

    Capital

    Temps de travail, salaires, hiérarchie : faut-il tout casser ?

    aucun (0 vote) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    38% des salariés français affirment que leur motivation au travail est en baisse. Ce qui classe les Français parmi les travailleurs les plus démotivés d'Europe ! Des salaires trop bas pour certains, pas assez de temps libre, trop de pression de la hiérarchie pour d'autres, un code du travail trop contraignant... La liste des blocages à l'épanouissement est longue. Salariés, patrons, entrepreneurs : comment trouver le juste équilibre au travail ? Qui sont ceux qui tentent de réinventer de nouveaux modèles ? À quoi ressemble le bureau du bonheur ? Je monte ma boîte : parcours du combattant ? C'est le rêve d'un Français sur 3 : devenir son propre patron pour ne plus subir le quotidien des simples salariés. Chaque année en France, plus de 500 000 entreprises se créent. Et contrairement à ce que l'on croit souvent, au départ ce n'est pas si compliqué. Aides à la création d'entreprise, formalités administratives simplifiées et même possibilité de continuer à toucher les allocations chômage dans les premiers mois : la France serait même un des pays européens les plus généreux avec ses apprentis patrons. Mais c'est souvent après que ça se corse. Pour passer le cap fatidique des 5 ans qui voit 1 entreprise sur 2 disparaître, il faut savoir surmonter les refus de financements, les charges qui s'accumulent, et la paperasserie qui n'en finit plus… Certains finissent même par jeter l'éponge pour aller tenter l'aventure de l'autre côté de nos frontières. Les 35 heures : le sujet qui divise les Français Permettre aux salariés français d'avoir plus de temps libre tout en réduisant le chômage : c'était la promesse des 35 heures. Mais s'agissait-il d'une « fausse bonne idée » ? Aujourd'hui beaucoup de voix s'élèvent pour dénoncer cette spécificité française. Pour bon nombre de patrons, les 35 heures couteraient cher aux entreprises françaises et auraient permis de créer trop peu d'emplois. Et côté salariés, les 35 heures divisent de plus en plus. Si certains restent attachés à leur temps libre coûte que coûte, d'autres considèrent qu'il faudrait pouvoir travailler plus… Le cas des salariés de Smart qui ont voté majoritairement pour l'augmentation de leur temps de travail, malgré le blocage des syndicats. Alors à quoi ressemble le rythme de travail de millions de Français ? Les salariés sont-ils vraiment prêts à rogner sur leurs avantages et à travailler plus ? Cela leur permettrait-il vraiment de gagner plus ? Libérez mon entreprise ! C'est une petite révolution dans le monde du travail. L'entreprise de demain sera libérée ! Plus de pointeuse, plus de chefs de service… Mieux encore plus de patron. Les maîtres-mots sont confiance et autonomie. À priori, le rêve de tous les salariés. Ce nouveau mode d'organisation boosterait même les performances des entreprises. Ce concept séduit aujourd'hui de plus en plus de PME mais aussi des grands groupes comme Kiabi, Auchan ou Michelin. L'entreprise libérée est même devenue une marque, synonyme de bien-être pour tous. Mais derrière la belle vitrine ne serait-ce pas que de la poudre aux yeux, juste un argument marketing dont l'objectif serait d'éliminer les postes clés pour réduire la masse salariale et les coûts ?

    Lire la suite Capital (36 vidéos) Commenter
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    38% des salariés français affirment que leur motivation au travail est en baisse. Ce qui classe les Français parmi les travailleurs les plus démotivés d'Europe ! Des salaires trop bas pour certains, pas assez de temps libre, trop de pression de la hiérarchie pour d'autres, un code du travail trop contraignant... La liste des blocages à l'épanouissement est longue. Salariés, patrons, entrepreneurs : comment trouver le juste équilibre au travail ? Qui sont ceux qui tentent de réinventer de nouveaux modèles ? À quoi ressemble le bureau du bonheur ? Je monte ma boîte : parcours du combattant ? C'est le rêve d'un Français sur 3 : devenir son propre patron pour ne plus subir le quotidien des simples salariés. Chaque année en France, plus de 500 000 entreprises se créent. Et contrairement à ce que l'on croit souvent, au départ ce n'est pas si compliqué. Aides à la création d'entreprise, formalités administratives simplifiées et même possibilité de continuer à toucher les allocations chômage dans les premiers mois : la France serait même un des pays européens les plus généreux avec ses apprentis patrons. Mais c'est souvent après que ça se corse. Pour passer le cap fatidique des 5 ans qui voit 1 entreprise sur 2 disparaître, il faut savoir surmonter les refus de financements, les charges qui s'accumulent, et la paperasserie qui n'en finit plus… Certains finissent même par jeter l'éponge pour aller tenter l'aventure de l'autre côté de nos frontières. Les 35 heures : le sujet qui divise les Français Permettre aux salariés français d'avoir plus de temps libre tout en réduisant le chômage : c'était la promesse des 35 heures. Mais s'agissait-il d'une « fausse bonne idée » ? Aujourd'hui beaucoup de voix s'élèvent pour dénoncer cette spécificité française. Pour bon nombre de patrons, les 35 heures couteraient cher aux entreprises françaises et auraient permis de créer trop peu d'emplois. Et côté salariés, les 35 heures divisent de plus en plus. Si certains restent attachés à leur temps libre coûte que coûte, d'autres considèrent qu'il faudrait pouvoir travailler plus… Le cas des salariés de Smart qui ont voté majoritairement pour l'augmentation de leur temps de travail, malgré le blocage des syndicats. Alors à quoi ressemble le rythme de travail de millions de Français ? Les salariés sont-ils vraiment prêts à rogner sur leurs avantages et à travailler plus ? Cela leur permettrait-il vraiment de gagner plus ? Libérez mon entreprise ! C'est une petite révolution dans le monde du travail. L'entreprise de demain sera libérée ! Plus de pointeuse, plus de chefs de service… Mieux encore plus de patron. Les maîtres-mots sont confiance et autonomie. À priori, le rêve de tous les salariés. Ce nouveau mode d'organisation boosterait même les performances des entreprises. Ce concept séduit aujourd'hui de plus en plus de PME mais aussi des grands groupes comme Kiabi, Auchan ou Michelin. L'entreprise libérée est même devenue une marque, synonyme de bien-être pour tous. Mais derrière la belle vitrine ne serait-ce pas que de la poudre aux yeux, juste un argument marketing dont l'objectif serait d'éliminer les postes clés pour réduire la masse salariale et les coûts ?
  • Magazine

    Capital

    Temps de travail, salaires, hiérarchie : faut-il tout casser ?

    aucun (0 vote) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    38% des salariés français affirment que leur motivation au travail est en baisse. Ce qui classe les Français parmi les travailleurs les plus démotivés d'Europe ! Des salaires trop bas pour certains, pas assez de temps libre, trop de pression de la hiérarchie pour d'autres, un code du travail trop contraignant... La liste des blocages à l'épanouissement est longue. Salariés, patrons, entrepreneurs : comment trouver le juste équilibre au travail ? Qui sont ceux qui tentent de réinventer de nouveaux modèles ? À quoi ressemble le bureau du bonheur ? Je monte ma boîte : parcours du combattant ? C'est le rêve d'un Français sur 3 : devenir son propre patron pour ne plus subir le quotidien des simples salariés. Chaque année en France, plus de 500 000 entreprises se créent. Et contrairement à ce que l'on croit souvent, au départ ce n'est pas si compliqué. Aides à la création d'entreprise, formalités administratives simplifiées et même possibilité de continuer à toucher les allocations chômage dans les premiers mois : la France serait même un des pays européens les plus généreux avec ses apprentis patrons. Mais c'est souvent après que ça se corse. Pour passer le cap fatidique des 5 ans qui voit 1 entreprise sur 2 disparaître, il faut savoir surmonter les refus de financements, les charges qui s'accumulent, et la paperasserie qui n'en finit plus… Certains finissent même par jeter l'éponge pour aller tenter l'aventure de l'autre côté de nos frontières. Les 35 heures : le sujet qui divise les Français Permettre aux salariés français d'avoir plus de temps libre tout en réduisant le chômage : c'était la promesse des 35 heures. Mais s'agissait-il d'une « fausse bonne idée » ? Aujourd'hui beaucoup de voix s'élèvent pour dénoncer cette spécificité française. Pour bon nombre de patrons, les 35 heures couteraient cher aux entreprises françaises et auraient permis de créer trop peu d'emplois. Et côté salariés, les 35 heures divisent de plus en plus. Si certains restent attachés à leur temps libre coûte que coûte, d'autres considèrent qu'il faudrait pouvoir travailler plus… Le cas des salariés de Smart qui ont voté majoritairement pour l'augmentation de leur temps de travail, malgré le blocage des syndicats. Alors à quoi ressemble le rythme de travail de millions de Français ? Les salariés sont-ils vraiment prêts à rogner sur leurs avantages et à travailler plus ? Cela leur permettrait-il vraiment de gagner plus ? Libérez mon entreprise ! C'est une petite révolution dans le monde du travail. L'entreprise de demain sera libérée ! Plus de pointeuse, plus de chefs de service… Mieux encore plus de patron. Les maîtres-mots sont confiance et autonomie. À priori, le rêve de tous les salariés. Ce nouveau mode d'organisation boosterait même les performances des entreprises. Ce concept séduit aujourd'hui de plus en plus de PME mais aussi des grands groupes comme Kiabi, Auchan ou Michelin. L'entreprise libérée est même devenue une marque, synonyme de bien-être pour tous. Mais derrière la belle vitrine ne serait-ce pas que de la poudre aux yeux, juste un argument marketing dont l'objectif serait d'éliminer les postes clés pour réduire la masse salariale et les coûts ?

    Lire la suite Capital (36 vidéos) Commenter
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    38% des salariés français affirment que leur motivation au travail est en baisse. Ce qui classe les Français parmi les travailleurs les plus démotivés d'Europe ! Des salaires trop bas pour certains, pas assez de temps libre, trop de pression de la hiérarchie pour d'autres, un code du travail trop contraignant... La liste des blocages à l'épanouissement est longue. Salariés, patrons, entrepreneurs : comment trouver le juste équilibre au travail ? Qui sont ceux qui tentent de réinventer de nouveaux modèles ? À quoi ressemble le bureau du bonheur ? Je monte ma boîte : parcours du combattant ? C'est le rêve d'un Français sur 3 : devenir son propre patron pour ne plus subir le quotidien des simples salariés. Chaque année en France, plus de 500 000 entreprises se créent. Et contrairement à ce que l'on croit souvent, au départ ce n'est pas si compliqué. Aides à la création d'entreprise, formalités administratives simplifiées et même possibilité de continuer à toucher les allocations chômage dans les premiers mois : la France serait même un des pays européens les plus généreux avec ses apprentis patrons. Mais c'est souvent après que ça se corse. Pour passer le cap fatidique des 5 ans qui voit 1 entreprise sur 2 disparaître, il faut savoir surmonter les refus de financements, les charges qui s'accumulent, et la paperasserie qui n'en finit plus… Certains finissent même par jeter l'éponge pour aller tenter l'aventure de l'autre côté de nos frontières. Les 35 heures : le sujet qui divise les Français Permettre aux salariés français d'avoir plus de temps libre tout en réduisant le chômage : c'était la promesse des 35 heures. Mais s'agissait-il d'une « fausse bonne idée » ? Aujourd'hui beaucoup de voix s'élèvent pour dénoncer cette spécificité française. Pour bon nombre de patrons, les 35 heures couteraient cher aux entreprises françaises et auraient permis de créer trop peu d'emplois. Et côté salariés, les 35 heures divisent de plus en plus. Si certains restent attachés à leur temps libre coûte que coûte, d'autres considèrent qu'il faudrait pouvoir travailler plus… Le cas des salariés de Smart qui ont voté majoritairement pour l'augmentation de leur temps de travail, malgré le blocage des syndicats. Alors à quoi ressemble le rythme de travail de millions de Français ? Les salariés sont-ils vraiment prêts à rogner sur leurs avantages et à travailler plus ? Cela leur permettrait-il vraiment de gagner plus ? Libérez mon entreprise ! C'est une petite révolution dans le monde du travail. L'entreprise de demain sera libérée ! Plus de pointeuse, plus de chefs de service… Mieux encore plus de patron. Les maîtres-mots sont confiance et autonomie. À priori, le rêve de tous les salariés. Ce nouveau mode d'organisation boosterait même les performances des entreprises. Ce concept séduit aujourd'hui de plus en plus de PME mais aussi des grands groupes comme Kiabi, Auchan ou Michelin. L'entreprise libérée est même devenue une marque, synonyme de bien-être pour tous. Mais derrière la belle vitrine ne serait-ce pas que de la poudre aux yeux, juste un argument marketing dont l'objectif serait d'éliminer les postes clés pour réduire la masse salariale et les coûts ?
  • Magazine

    Capital

    Temps de travail, salaires, hiérarchie : faut-il tout casser ?

    pas mal (5 votes) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    38% des salariés français affirment que leur motivation au travail est en baisse. Ce qui classe les Français parmi les travailleurs les plus démotivés d'Europe ! Des salaires trop bas pour certains, pas assez de temps libre, trop de pression de la hiérarchie pour d'autres, un code du travail trop contraignant... La liste des blocages à l'épanouissement est longue. Salariés, patrons, entrepreneurs : comment trouver le juste équilibre au travail ? Qui sont ceux qui tentent de réinventer de nouveaux modèles ? À quoi ressemble le bureau du bonheur ? Je monte ma boîte : parcours du combattant ? C'est le rêve d'un Français sur 3 : devenir son propre patron pour ne plus subir le quotidien des simples salariés. Chaque année en France, plus de 500 000 entreprises se créent. Et contrairement à ce que l'on croit souvent, au départ ce n'est pas si compliqué. Aides à la création d'entreprise, formalités administratives simplifiées et même possibilité de continuer à toucher les allocations chômage dans les premiers mois : la France serait même un des pays européens les plus généreux avec ses apprentis patrons. Mais c'est souvent après que ça se corse. Pour passer le cap fatidique des 5 ans qui voit 1 entreprise sur 2 disparaître, il faut savoir surmonter les refus de financements, les charges qui s'accumulent, et la paperasserie qui n'en finit plus… Certains finissent même par jeter l'éponge pour aller tenter l'aventure de l'autre côté de nos frontières. Les 35 heures : le sujet qui divise les Français Permettre aux salariés français d'avoir plus de temps libre tout en réduisant le chômage : c'était la promesse des 35 heures. Mais s'agissait-il d'une « fausse bonne idée » ? Aujourd'hui beaucoup de voix s'élèvent pour dénoncer cette spécificité française. Pour bon nombre de patrons, les 35 heures couteraient cher aux entreprises françaises et auraient permis de créer trop peu d'emplois. Et côté salariés, les 35 heures divisent de plus en plus. Si certains restent attachés à leur temps libre coûte que coûte, d'autres considèrent qu'il faudrait pouvoir travailler plus… Le cas des salariés de Smart qui ont voté majoritairement pour l'augmentation de leur temps de travail, malgré le blocage des syndicats. Alors à quoi ressemble le rythme de travail de millions de Français ? Les salariés sont-ils vraiment prêts à rogner sur leurs avantages et à travailler plus ? Cela leur permettrait-il vraiment de gagner plus ? Libérez mon entreprise ! C'est une petite révolution dans le monde du travail. L'entreprise de demain sera libérée ! Plus de pointeuse, plus de chefs de service… Mieux encore plus de patron. Les maîtres-mots sont confiance et autonomie. À priori, le rêve de tous les salariés. Ce nouveau mode d'organisation boosterait même les performances des entreprises. Ce concept séduit aujourd'hui de plus en plus de PME mais aussi des grands groupes comme Kiabi, Auchan ou Michelin. L'entreprise libérée est même devenue une marque, synonyme de bien-être pour tous. Mais derrière la belle vitrine ne serait-ce pas que de la poudre aux yeux, juste un argument marketing dont l'objectif serait d'éliminer les postes clés pour réduire la masse salariale et les coûts ?

    Lire la suite Capital (36 vidéos) Commenter
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    38% des salariés français affirment que leur motivation au travail est en baisse. Ce qui classe les Français parmi les travailleurs les plus démotivés d'Europe ! Des salaires trop bas pour certains, pas assez de temps libre, trop de pression de la hiérarchie pour d'autres, un code du travail trop contraignant... La liste des blocages à l'épanouissement est longue. Salariés, patrons, entrepreneurs : comment trouver le juste équilibre au travail ? Qui sont ceux qui tentent de réinventer de nouveaux modèles ? À quoi ressemble le bureau du bonheur ? Je monte ma boîte : parcours du combattant ? C'est le rêve d'un Français sur 3 : devenir son propre patron pour ne plus subir le quotidien des simples salariés. Chaque année en France, plus de 500 000 entreprises se créent. Et contrairement à ce que l'on croit souvent, au départ ce n'est pas si compliqué. Aides à la création d'entreprise, formalités administratives simplifiées et même possibilité de continuer à toucher les allocations chômage dans les premiers mois : la France serait même un des pays européens les plus généreux avec ses apprentis patrons. Mais c'est souvent après que ça se corse. Pour passer le cap fatidique des 5 ans qui voit 1 entreprise sur 2 disparaître, il faut savoir surmonter les refus de financements, les charges qui s'accumulent, et la paperasserie qui n'en finit plus… Certains finissent même par jeter l'éponge pour aller tenter l'aventure de l'autre côté de nos frontières. Les 35 heures : le sujet qui divise les Français Permettre aux salariés français d'avoir plus de temps libre tout en réduisant le chômage : c'était la promesse des 35 heures. Mais s'agissait-il d'une « fausse bonne idée » ? Aujourd'hui beaucoup de voix s'élèvent pour dénoncer cette spécificité française. Pour bon nombre de patrons, les 35 heures couteraient cher aux entreprises françaises et auraient permis de créer trop peu d'emplois. Et côté salariés, les 35 heures divisent de plus en plus. Si certains restent attachés à leur temps libre coûte que coûte, d'autres considèrent qu'il faudrait pouvoir travailler plus… Le cas des salariés de Smart qui ont voté majoritairement pour l'augmentation de leur temps de travail, malgré le blocage des syndicats. Alors à quoi ressemble le rythme de travail de millions de Français ? Les salariés sont-ils vraiment prêts à rogner sur leurs avantages et à travailler plus ? Cela leur permettrait-il vraiment de gagner plus ? Libérez mon entreprise ! C'est une petite révolution dans le monde du travail. L'entreprise de demain sera libérée ! Plus de pointeuse, plus de chefs de service… Mieux encore plus de patron. Les maîtres-mots sont confiance et autonomie. À priori, le rêve de tous les salariés. Ce nouveau mode d'organisation boosterait même les performances des entreprises. Ce concept séduit aujourd'hui de plus en plus de PME mais aussi des grands groupes comme Kiabi, Auchan ou Michelin. L'entreprise libérée est même devenue une marque, synonyme de bien-être pour tous. Mais derrière la belle vitrine ne serait-ce pas que de la poudre aux yeux, juste un argument marketing dont l'objectif serait d'éliminer les postes clés pour réduire la masse salariale et les coûts ?
  • Magazine

    Capital

    Temps de travail, salaires, hiérarchie : faut-il tout casser ?

    pas mal (36 votes) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    38% des salariés français affirment que leur motivation au travail est en baisse. Ce qui classe les Français parmi les travailleurs les plus démotivés d'Europe ! Des salaires trop bas pour certains, pas assez de temps libre, trop de pression de la hiérarchie pour d'autres, un code du travail trop contraignant... La liste des blocages à l'épanouissement est longue. Salariés, patrons, entrepreneurs : comment trouver le juste équilibre au travail ? Qui sont ceux qui tentent de réinventer de nouveaux modèles ? À quoi ressemble le bureau du bonheur ? Je monte ma boîte : parcours du combattant ? C'est le rêve d'un Français sur 3 : devenir son propre patron pour ne plus subir le quotidien des simples salariés. Chaque année en France, plus de 500 000 entreprises se créent. Et contrairement à ce que l'on croit souvent, au départ ce n'est pas si compliqué. Aides à la création d'entreprise, formalités administratives simplifiées et même possibilité de continuer à toucher les allocations chômage dans les premiers mois : la France serait même un des pays européens les plus généreux avec ses apprentis patrons. Mais c'est souvent après que ça se corse. Pour passer le cap fatidique des 5 ans qui voit 1 entreprise sur 2 disparaître, il faut savoir surmonter les refus de financements, les charges qui s'accumulent, et la paperasserie qui n'en finit plus… Certains finissent même par jeter l'éponge pour aller tenter l'aventure de l'autre côté de nos frontières. Les 35 heures : le sujet qui divise les Français Permettre aux salariés français d'avoir plus de temps libre tout en réduisant le chômage : c'était la promesse des 35 heures. Mais s'agissait-il d'une « fausse bonne idée » ? Aujourd'hui beaucoup de voix s'élèvent pour dénoncer cette spécificité française. Pour bon nombre de patrons, les 35 heures couteraient cher aux entreprises françaises et auraient permis de créer trop peu d'emplois. Et côté salariés, les 35 heures divisent de plus en plus. Si certains restent attachés à leur temps libre coûte que coûte, d'autres considèrent qu'il faudrait pouvoir travailler plus… Le cas des salariés de Smart qui ont voté majoritairement pour l'augmentation de leur temps de travail, malgré le blocage des syndicats. Alors à quoi ressemble le rythme de travail de millions de Français ? Les salariés sont-ils vraiment prêts à rogner sur leurs avantages et à travailler plus ? Cela leur permettrait-il vraiment de gagner plus ? Libérez mon entreprise ! C'est une petite révolution dans le monde du travail. L'entreprise de demain sera libérée ! Plus de pointeuse, plus de chefs de service… Mieux encore plus de patron. Les maîtres-mots sont confiance et autonomie. À priori, le rêve de tous les salariés. Ce nouveau mode d'organisation boosterait même les performances des entreprises. Ce concept séduit aujourd'hui de plus en plus de PME mais aussi des grands groupes comme Kiabi, Auchan ou Michelin. L'entreprise libérée est même devenue une marque, synonyme de bien-être pour tous. Mais derrière la belle vitrine ne serait-ce pas que de la poudre aux yeux, juste un argument marketing dont l'objectif serait d'éliminer les postes clés pour réduire la masse salariale et les coûts ?

    Lire la suite Capital (36 vidéos) 1 commentaire
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    38% des salariés français affirment que leur motivation au travail est en baisse. Ce qui classe les Français parmi les travailleurs les plus démotivés d'Europe ! Des salaires trop bas pour certains, pas assez de temps libre, trop de pression de la hiérarchie pour d'autres, un code du travail trop contraignant... La liste des blocages à l'épanouissement est longue. Salariés, patrons, entrepreneurs : comment trouver le juste équilibre au travail ? Qui sont ceux qui tentent de réinventer de nouveaux modèles ? À quoi ressemble le bureau du bonheur ? Je monte ma boîte : parcours du combattant ? C'est le rêve d'un Français sur 3 : devenir son propre patron pour ne plus subir le quotidien des simples salariés. Chaque année en France, plus de 500 000 entreprises se créent. Et contrairement à ce que l'on croit souvent, au départ ce n'est pas si compliqué. Aides à la création d'entreprise, formalités administratives simplifiées et même possibilité de continuer à toucher les allocations chômage dans les premiers mois : la France serait même un des pays européens les plus généreux avec ses apprentis patrons. Mais c'est souvent après que ça se corse. Pour passer le cap fatidique des 5 ans qui voit 1 entreprise sur 2 disparaître, il faut savoir surmonter les refus de financements, les charges qui s'accumulent, et la paperasserie qui n'en finit plus… Certains finissent même par jeter l'éponge pour aller tenter l'aventure de l'autre côté de nos frontières. Les 35 heures : le sujet qui divise les Français Permettre aux salariés français d'avoir plus de temps libre tout en réduisant le chômage : c'était la promesse des 35 heures. Mais s'agissait-il d'une « fausse bonne idée » ? Aujourd'hui beaucoup de voix s'élèvent pour dénoncer cette spécificité française. Pour bon nombre de patrons, les 35 heures couteraient cher aux entreprises françaises et auraient permis de créer trop peu d'emplois. Et côté salariés, les 35 heures divisent de plus en plus. Si certains restent attachés à leur temps libre coûte que coûte, d'autres considèrent qu'il faudrait pouvoir travailler plus… Le cas des salariés de Smart qui ont voté majoritairement pour l'augmentation de leur temps de travail, malgré le blocage des syndicats. Alors à quoi ressemble le rythme de travail de millions de Français ? Les salariés sont-ils vraiment prêts à rogner sur leurs avantages et à travailler plus ? Cela leur permettrait-il vraiment de gagner plus ? Libérez mon entreprise ! C'est une petite révolution dans le monde du travail. L'entreprise de demain sera libérée ! Plus de pointeuse, plus de chefs de service… Mieux encore plus de patron. Les maîtres-mots sont confiance et autonomie. À priori, le rêve de tous les salariés. Ce nouveau mode d'organisation boosterait même les performances des entreprises. Ce concept séduit aujourd'hui de plus en plus de PME mais aussi des grands groupes comme Kiabi, Auchan ou Michelin. L'entreprise libérée est même devenue une marque, synonyme de bien-être pour tous. Mais derrière la belle vitrine ne serait-ce pas que de la poudre aux yeux, juste un argument marketing dont l'objectif serait d'éliminer les postes clés pour réduire la masse salariale et les coûts ?
  • Magazine

    Capital

    Guerre des marques : elles se battent pour équiper votre maison

    aucun (0 vote) Votre vote

    Au sommaire :

    Lire la suite Capital (36 vidéos) Commenter
    Voir en replay sur M6
    Au sommaire :
  • Magazine

    Capital

    Guerre des marques : elles se battent pour équiper votre maison

    aucun (0 vote) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Au sommaire :

    Lire la suite Capital (36 vidéos) Commenter
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Au sommaire :
  • Magazine

    Capital

    Guerre des marques : elles se battent pour équiper votre maison

    bien (1 vote) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Au sommaire :

    Lire la suite Capital (36 vidéos) Commenter
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Au sommaire :

Tournoi des VI nations

France / Italie France / Italie Diffusé le 06-02-2016 sur france2-pluzz
Rugby magazine Rugby magazine Diffusé le 06-02-2016 sur france3-pluzz
Rencontres à XV Rencontres à XV Diffusé le 07-02-2016 sur france2-pluzz
Rugby - Canal Rugby Club Rugby - Canal Rugby Club Diffusé le 07-02-2016 sur canalplus

Audiences replay du 12-02