Revoir un programme tv en replay et en streaming
  • Enquête exclusive en replay (44 vidéos)

    A propos de Enquête exclusive

    Créée en 2005 et présentée par Bernard de la Villardière, Enquête exclusive est un magazine d'investigation diffusé le dimanche en deuxième partie de soirée sur M6. Chaque émission propose un reportage unique, souvent centré sur une destination étrangère (Detroit, Buenos Aires, Londres ont notamment été abordées en 2012), et s'attache à révéler certaines pratiques et business exercés en ces lieux. Avec ce magazine, la polémique n'est jamais loin, et très souvent on accuse l'animateur de faire du racolage sur des sujets touchants la prostitution ou la drogue, alors que les statistiques donnent tort à cette hypothèse..

    • Magazine

      Enquête exclusive

      Pilotes de chasse : l'étoffe des héros

      bien (34 votes) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Aujourd'hui, la France compte 900 pilotes de chasse en activité. Ils sont l'élite de l'Armée de l'Air. Déployés au Sahel et au Moyen-Orient, ils font la guerre depuis le ciel aux commandes de leurs Rafales ou de leurs Mirages 2000. C'est notamment dans la prestigieuse École de l'Air de Salon-de-Provence que les pilotes de chasse de l'Armée de l'Air débutent leur formation, depuis 1935. Quentin et Thalia ont été recrutés après avoir passé les concours des grandes écoles d'ingénieurs. Originaire de l'Isère, Quentin, 20 ans, est le fils d'un ancien pilote de chasse. À 22 ans, Thalia, la Parisienne, vient de quitter les bancs de Sciences-Po pour s'engager. Elles ne sont qu'une quinzaine de femmes pilote de chasse et Thalia donnera le meilleur d'elle-même pour aller jusqu'au bout. Objectif de ces jeunes candidats : réussir la période de formation militaire pour accéder au rituel très secret de la Cérémonie des Poignards, qui les intronisera « officiers ». Mais devenir pilote de chasse est aussi possible avec un simple bac en poche. Jean-Charles, élève pilote depuis 18 mois, suit cette filière moins connue, mais toute aussi exigeante. Nous vivrons de l'intérieur son tout premier vol en Rafale, la Rolls des avions de chasse. Après 350 heures de vol, le Capitaine Richie termine son apprentissage sur Alphajet, l'avion de la Patrouille de France. Nous le suivrons dans la dernière phase de sa formation : l'art du combat aérien. Pour cela, il multiplie les vols en patrouille, en réel et au simulateur, et suit une préparation mentale très intense. Pour décrocher ses ailes de pilote, le Capitaine Richie devra affronter des situations de crise comme le crash de son avion en pleine mer. Nos caméras ont également pu filmer Pierre lors de sa première opération de guerre. Sa mission : lutter contre des groupes terroristes en Afrique subsaharienne. Pendant plusieurs mois, nous avons été exceptionnellement autorisés à suivre ces jeunes élèves pilotes de l'Armée de l'Air lors de leur apprentissage. Comment sont-ils sélectionnés, formés au pilotage et préparés techniquement et mentalement au combat ? Immersion dans la fabrique des chevaliers du ciel, ces pilotes de chasse qui ont l'étoffe des héros.

      Lire la suite Enquête exclusive (44 vidéos) 5 commentaires
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Aujourd'hui, la France compte 900 pilotes de chasse en activité. Ils sont l'élite de l'Armée de l'Air. Déployés au Sahel et au Moyen-Orient, ils font la guerre depuis le ciel aux commandes de leurs Rafales ou de leurs Mirages 2000. C'est notamment dans la prestigieuse École de l'Air de Salon-de-Provence que les pilotes de chasse de l'Armée de l'Air débutent leur formation, depuis 1935. Quentin et Thalia ont été recrutés après avoir passé les concours des grandes écoles d'ingénieurs. Originaire de l'Isère, Quentin, 20 ans, est le fils d'un ancien pilote de chasse. À 22 ans, Thalia, la Parisienne, vient de quitter les bancs de Sciences-Po pour s'engager. Elles ne sont qu'une quinzaine de femmes pilote de chasse et Thalia donnera le meilleur d'elle-même pour aller jusqu'au bout. Objectif de ces jeunes candidats : réussir la période de formation militaire pour accéder au rituel très secret de la Cérémonie des Poignards, qui les intronisera « officiers ». Mais devenir pilote de chasse est aussi possible avec un simple bac en poche. Jean-Charles, élève pilote depuis 18 mois, suit cette filière moins connue, mais toute aussi exigeante. Nous vivrons de l'intérieur son tout premier vol en Rafale, la Rolls des avions de chasse. Après 350 heures de vol, le Capitaine Richie termine son apprentissage sur Alphajet, l'avion de la Patrouille de France. Nous le suivrons dans la dernière phase de sa formation : l'art du combat aérien. Pour cela, il multiplie les vols en patrouille, en réel et au simulateur, et suit une préparation mentale très intense. Pour décrocher ses ailes de pilote, le Capitaine Richie devra affronter des situations de crise comme le crash de son avion en pleine mer. Nos caméras ont également pu filmer Pierre lors de sa première opération de guerre. Sa mission : lutter contre des groupes terroristes en Afrique subsaharienne. Pendant plusieurs mois, nous avons été exceptionnellement autorisés à suivre ces jeunes élèves pilotes de l'Armée de l'Air lors de leur apprentissage. Comment sont-ils sélectionnés, formés au pilotage et préparés techniquement et mentalement au combat ? Immersion dans la fabrique des chevaliers du ciel, ces pilotes de chasse qui ont l'étoffe des héros.
    • Magazine

      Enquête exclusive

      états-unis : la folie des armes à feu

      pas mal (12 votes) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Aux États-Unis, 30 000 personnes meurent par balles chaque année. Un record mondial ! C'est 10 fois le nombre de victimes des attentats du 11 septembre 2001. Le droit de posséder et de porter une arme est garanti depuis 1791 par le deuxième amendement de la Constitution américaine. Plus de deux siècles après, ce droit reste inaliénable pour la majeure partie de la population et les armes ne cessent de proliférer sur le territoire. On en compte aujourd'hui 300 millions, soit près d'une arme par habitant. Cette libre circulation des armes, notamment de fusils d'assaut et d'armes de guerre, facilite le passage à l'acte des déséquilibrés et des terroristes. Régulièrement, les tueries de masses traumatisent le pays. À Newtown dans le Connecticut, à Aurora et Columbine dans le Colorado, ou plus récemment à San Bernardino en Californie et à Roseburg, dans l'Oregon, ces drames relancent à chaque fois le débat et divisent de plus en plus l'Amérique. Ce sera l'un des thèmes majeurs de la campagne électorale. Entre pro-armes et anti-armes, la bataille fait rage. Du côté des antis, les familles de victimes se battent pour restreindre l'accès aux armes. Du côté des pros, les industriels de l'armement et le puissant lobby de la NRA bloquent toute tentative de réforme. Il faut dire que le business génère un chiffre d'affaires de 7 milliards de dollars par an. En attendant, il est toujours aussi facile de se procurer une arme. Aux États-Unis, il y a 50 000 armureries, des salons spécialisés et même une chaîne de télé achat (Gun TV). Normalement, il faut l'autorisation du FBI, obtenue après vérification des antécédents judiciaires et psychiatriques de l'acheteur, mais la moitié des transactions y échappent, notamment parce que les ventes d'armes entre particuliers ne nécessitent aucun papier. Nous avons fait le test et acheté, sans le moindre contrôle, un fusil d'assaut. Quant au profil des acheteurs, il ne cesse d'évoluer. Ce sont désormais les femmes qui se passionnent pour les armes. Une Américaine sur 10 possédait une arme il y a 10 ans. Aujourd'hui, c'est le double. Les clubs de tir uniquement réservés aux femmes se multiplient dans le pays.

      Lire la suite Enquête exclusive (44 vidéos) 1 commentaire
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Aux États-Unis, 30 000 personnes meurent par balles chaque année. Un record mondial ! C'est 10 fois le nombre de victimes des attentats du 11 septembre 2001. Le droit de posséder et de porter une arme est garanti depuis 1791 par le deuxième amendement de la Constitution américaine. Plus de deux siècles après, ce droit reste inaliénable pour la majeure partie de la population et les armes ne cessent de proliférer sur le territoire. On en compte aujourd'hui 300 millions, soit près d'une arme par habitant. Cette libre circulation des armes, notamment de fusils d'assaut et d'armes de guerre, facilite le passage à l'acte des déséquilibrés et des terroristes. Régulièrement, les tueries de masses traumatisent le pays. À Newtown dans le Connecticut, à Aurora et Columbine dans le Colorado, ou plus récemment à San Bernardino en Californie et à Roseburg, dans l'Oregon, ces drames relancent à chaque fois le débat et divisent de plus en plus l'Amérique. Ce sera l'un des thèmes majeurs de la campagne électorale. Entre pro-armes et anti-armes, la bataille fait rage. Du côté des antis, les familles de victimes se battent pour restreindre l'accès aux armes. Du côté des pros, les industriels de l'armement et le puissant lobby de la NRA bloquent toute tentative de réforme. Il faut dire que le business génère un chiffre d'affaires de 7 milliards de dollars par an. En attendant, il est toujours aussi facile de se procurer une arme. Aux États-Unis, il y a 50 000 armureries, des salons spécialisés et même une chaîne de télé achat (Gun TV). Normalement, il faut l'autorisation du FBI, obtenue après vérification des antécédents judiciaires et psychiatriques de l'acheteur, mais la moitié des transactions y échappent, notamment parce que les ventes d'armes entre particuliers ne nécessitent aucun papier. Nous avons fait le test et acheté, sans le moindre contrôle, un fusil d'assaut. Quant au profil des acheteurs, il ne cesse d'évoluer. Ce sont désormais les femmes qui se passionnent pour les armes. Une Américaine sur 10 possédait une arme il y a 10 ans. Aujourd'hui, c'est le double. Les clubs de tir uniquement réservés aux femmes se multiplient dans le pays.
    • Magazine

      Enquête exclusive

      Ils ont voté Trump : immersion au cœur de l'Amérique profonde

      bien (14 votes) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      De l'Amérique, on croit avoir tout vu. Pourtant, il existe une communauté de 70 millions d'Américains, inconnue en Europe, au mode de vie étrange. Aux États-Unis, on les appelle les « Rednecks » (nuques rouges), car ils ont l'habitude de travailler en plein air et d'avoir le cou brûlé par le soleil. Ils sont blancs, pauvres, peu éduqués, parfois racistes. Ils vivent dans l'Amérique profonde, à la campagne et au cœur des forêts, loin des villes et des médias. Ils aiment la chasse, les armes, le rock'n'roll, les gros 4x4 et les combats de filles dénudées dans la boue. Ils sont considérés comme des « ploucs », des « bouseux » ou des « culs-terreux ». On se moque d'eux, même Hollywood les tourne en dérision. Mais c'est en écoutant ces millions de Rednecks, cette Amérique d'en bas, en entendant leur colère, que Donald Trump a remporté les élections. Le rassemblement emblématique de la communauté Redneck se tient une fois par an en Louisiane, au milieu de champs, encerclés par les bayous. C'est le « Mud Fest », un festival unique au monde qui attire en moyenne 200 000 Rednecks. Ici, les gros moteurs pétaradent, le son du rock perce les tympans, pendant que la bière coule à flot et les tonnes de poulets frits baignent dans l'huile. Au programme : traverser, au volant de son engin (4x4, camion, buggy), des étendues de boue en faisant le plus de bruit possible. Objectif : montrer aux autres que son moteur est le plus puissant et que ses roues sont les plus grosses. Les caméras d'Enquête Exclusive ont suivi Gordon, ancien tireur d'élite de l'armée américaine, aujourd'hui ferrailleur. Il vient au festival pour faire admirer son nouveau pick-up, décoré aux couleurs du drapeau américain, mais aussi pour s'autoriser toutes les transgressions. Alcool, drogue et filles… Au Mud Fest, les filles n'ont pas froid aux yeux. Nous avons aussi rencontré les Robertson, la famille Redneck la plus connue du pays. En France, personne ne les connaît. Aux États-Unis, ils sont plus célèbres que les Kardashian, grâce à leur show télé « Duck Dynasty ». Avec 12 millions de téléspectateurs chaque semaine, c'est l'une des émissions les plus regardées de l'histoire de la télévision américaine. « Duck Dynasty » raconte le quotidien de cette famille qui aime la chasse et la vie au grand air. Une famille devenue immensément riche grâce à la vente de leurs appeaux pour la chasse au canard, les meilleurs d'Amérique... Si les Rednecks sont vus comme une communauté à part, ils sont aussi croyants, très patriotes et incarnent une Amérique d'un autre âge ; une époque où le pays était coupé en deux : le Nord et le Sud. Leur symbole est le drapeau des Confédérés. Avec l'élection de Donald Trump, la parole raciste s'est libérée. Désormais, des groupuscules radicaux essaiment le sud du pays : les Northern White Knights, les Georgia Crusaders, les Rebel Brigade Knights ou Nordic Order Knights, des groupes nés de l'éclatement du Ku Klux Klan. Entre les Rednecks et les suprématistes blancs, la frontière est parfois ténue. Will Quigg, l'un des nouveaux leaders des Chevaliers Blancs, a permis exceptionnellement aux caméras d'Enquête Exclusive de le suivre au quotidien, pour notamment dévoiler ses méthodes de recrutement au sein de la communauté Redneck. Une communauté moquée, oubliée, qui se fait désormais entendre.

      Lire la suite Enquête exclusive (44 vidéos) 4 commentaires
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      De l'Amérique, on croit avoir tout vu. Pourtant, il existe une communauté de 70 millions d'Américains, inconnue en Europe, au mode de vie étrange. Aux États-Unis, on les appelle les « Rednecks » (nuques rouges), car ils ont l'habitude de travailler en plein air et d'avoir le cou brûlé par le soleil. Ils sont blancs, pauvres, peu éduqués, parfois racistes. Ils vivent dans l'Amérique profonde, à la campagne et au cœur des forêts, loin des villes et des médias. Ils aiment la chasse, les armes, le rock'n'roll, les gros 4x4 et les combats de filles dénudées dans la boue. Ils sont considérés comme des « ploucs », des « bouseux » ou des « culs-terreux ». On se moque d'eux, même Hollywood les tourne en dérision. Mais c'est en écoutant ces millions de Rednecks, cette Amérique d'en bas, en entendant leur colère, que Donald Trump a remporté les élections. Le rassemblement emblématique de la communauté Redneck se tient une fois par an en Louisiane, au milieu de champs, encerclés par les bayous. C'est le « Mud Fest », un festival unique au monde qui attire en moyenne 200 000 Rednecks. Ici, les gros moteurs pétaradent, le son du rock perce les tympans, pendant que la bière coule à flot et les tonnes de poulets frits baignent dans l'huile. Au programme : traverser, au volant de son engin (4x4, camion, buggy), des étendues de boue en faisant le plus de bruit possible. Objectif : montrer aux autres que son moteur est le plus puissant et que ses roues sont les plus grosses. Les caméras d'Enquête Exclusive ont suivi Gordon, ancien tireur d'élite de l'armée américaine, aujourd'hui ferrailleur. Il vient au festival pour faire admirer son nouveau pick-up, décoré aux couleurs du drapeau américain, mais aussi pour s'autoriser toutes les transgressions. Alcool, drogue et filles… Au Mud Fest, les filles n'ont pas froid aux yeux. Nous avons aussi rencontré les Robertson, la famille Redneck la plus connue du pays. En France, personne ne les connaît. Aux États-Unis, ils sont plus célèbres que les Kardashian, grâce à leur show télé « Duck Dynasty ». Avec 12 millions de téléspectateurs chaque semaine, c'est l'une des émissions les plus regardées de l'histoire de la télévision américaine. « Duck Dynasty » raconte le quotidien de cette famille qui aime la chasse et la vie au grand air. Une famille devenue immensément riche grâce à la vente de leurs appeaux pour la chasse au canard, les meilleurs d'Amérique... Si les Rednecks sont vus comme une communauté à part, ils sont aussi croyants, très patriotes et incarnent une Amérique d'un autre âge ; une époque où le pays était coupé en deux : le Nord et le Sud. Leur symbole est le drapeau des Confédérés. Avec l'élection de Donald Trump, la parole raciste s'est libérée. Désormais, des groupuscules radicaux essaiment le sud du pays : les Northern White Knights, les Georgia Crusaders, les Rebel Brigade Knights ou Nordic Order Knights, des groupes nés de l'éclatement du Ku Klux Klan. Entre les Rednecks et les suprématistes blancs, la frontière est parfois ténue. Will Quigg, l'un des nouveaux leaders des Chevaliers Blancs, a permis exceptionnellement aux caméras d'Enquête Exclusive de le suivre au quotidien, pour notamment dévoiler ses méthodes de recrutement au sein de la communauté Redneck. Une communauté moquée, oubliée, qui se fait désormais entendre.
    • Magazine

      Enquête exclusive

      états-unis : la folie des centres commerciaux xxl

      pas mal (8 votes) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Cela peut paraître incroyable : le lieu plus visité des États-Unis n'est ni la Statue de la Liberté ni Disneyworld mais le « Mall of America ». Ce gigantesque centre commercial accueille 42 millions de touristes par an. Niché au milieu des Rocheuses, près de Minneapolis, ce temple de la consommation joue la carte de la démesure ! 12 000 employés, 530 boutiques, 50 hôtels, 8 discothèques sans oublier un parc d'attraction aquatique avec dauphins, raies Mantas et piscine à vagues. Le centre commercial abrite également un zoo et une « Chapel of Love » où pas moins de 7 000 couples se sont mariés. Les tour-opérateurs chinois, japonais mais aussi européens y organisent des séjours « tout- inclus ». Le concept est simple : plus le client s'amuse et passe de temps dans le mall, plus il achète. Aux États-Unis cela porte un nom : le « shoptainment », la fusion du commerce et du divertissement. Les propriétaires, les Ghermezian une riche famille d'origine iranienne organisent des happenings permanents avec des stars comme Arnold Schwarzenegger et étendent leur empire en ouvrant des magasins toujours plus gigantesques. Chiffre d'affaire de leur vaisseau amiral : 1 milliard de dollars par an. Mais cette machine à cash est considérée par le FBI comme une cible à très haut risque. La police fédérale craint les braquages, bien sûr, mais surtout les attentats…

      Lire la suite Enquête exclusive (46 vidéos) 1 commentaire
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Cela peut paraître incroyable : le lieu plus visité des États-Unis n'est ni la Statue de la Liberté ni Disneyworld mais le « Mall of America ». Ce gigantesque centre commercial accueille 42 millions de touristes par an. Niché au milieu des Rocheuses, près de Minneapolis, ce temple de la consommation joue la carte de la démesure ! 12 000 employés, 530 boutiques, 50 hôtels, 8 discothèques sans oublier un parc d'attraction aquatique avec dauphins, raies Mantas et piscine à vagues. Le centre commercial abrite également un zoo et une « Chapel of Love » où pas moins de 7 000 couples se sont mariés. Les tour-opérateurs chinois, japonais mais aussi européens y organisent des séjours « tout- inclus ». Le concept est simple : plus le client s'amuse et passe de temps dans le mall, plus il achète. Aux États-Unis cela porte un nom : le « shoptainment », la fusion du commerce et du divertissement. Les propriétaires, les Ghermezian une riche famille d'origine iranienne organisent des happenings permanents avec des stars comme Arnold Schwarzenegger et étendent leur empire en ouvrant des magasins toujours plus gigantesques. Chiffre d'affaire de leur vaisseau amiral : 1 milliard de dollars par an. Mais cette machine à cash est considérée par le FBI comme une cible à très haut risque. La police fédérale craint les braquages, bien sûr, mais surtout les attentats…
    • Magazine

      Enquête exclusive

      États-Unis : enquête sur les multimillionnaires du loto

      pas mal (11 votes) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Devenir multimillionnaire en quelques secondes, c'est possible… en Amérique. Aux États-Unis, 25% de la population joue aux jeux d'argent. Le pays compte 46 loteries télévisées et les sommes à gagner atteignent des records : plus d'un milliard de dollars selon les cagnottes ! Une véritable institution qui déchaîne les passions ! Mais que deviennent les gagnants du loto ? Que font-ils de ces millions de dollars ? Comment leur vie s'est-elle subitement transformée ? Et pourquoi certains Américains sont-ils partis en croisade contre la loterie ? Pendant plusieurs mois, les équipes d'Enquête Exclusive ont tenté de percer le mystère de cette étonnante addiction américaine. Nos caméras ont suivi, au quotidien, certains de ces gagnants, devenus tout à coup immensément riches. Anciens travailleurs sociaux, vivant avec un petit salaire, les Morrison ont empoché 170 millions de dollars à la loterie. Depuis, ils ont pris goût à la démesure : manoir de luxe, piscines, voitures de courses, shopping chez les plus grands couturiers et champagne à gogo dès le petit déjeuner. D'autres, comme Denis « le biker », ont choisi de s'acheter une liberté absolue. Quant à Kirton et Billy, grâce à leur pactole, ils ont décidé de s'offrir une éternelle lune de miel. Ces destins font évidemment rêver tous les Américains. Exceptionnellement, les caméras d'Enquête Exclusive ont été autorisées à tourner dans les coulisses de la plus grosse loterie du monde, le Power Ball, qui propose un gros lot allant jusqu'à 1,6 milliards de dollars ! Tous les regards sont alors braqués sur les gagnants qui récupèrent fièrement leurs billets en direct à la télévision. Mais cette passion nationale ne plaît pas à tout le monde. Au pays du billet vert, les défenseurs des valeurs chrétiennes ont décidé de s´attaquer aux loteries. Et certains états, comme le Mississipi et l'Utah, ont même réussi à les faire interdire. Une enquête fascinante sur les nouveaux multimillionnaires du loto et une plongée profonde dans l'univers des jeux d'argent.

      Lire la suite Enquête exclusive (44 vidéos) 1 commentaire
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Devenir multimillionnaire en quelques secondes, c'est possible… en Amérique. Aux États-Unis, 25% de la population joue aux jeux d'argent. Le pays compte 46 loteries télévisées et les sommes à gagner atteignent des records : plus d'un milliard de dollars selon les cagnottes ! Une véritable institution qui déchaîne les passions ! Mais que deviennent les gagnants du loto ? Que font-ils de ces millions de dollars ? Comment leur vie s'est-elle subitement transformée ? Et pourquoi certains Américains sont-ils partis en croisade contre la loterie ? Pendant plusieurs mois, les équipes d'Enquête Exclusive ont tenté de percer le mystère de cette étonnante addiction américaine. Nos caméras ont suivi, au quotidien, certains de ces gagnants, devenus tout à coup immensément riches. Anciens travailleurs sociaux, vivant avec un petit salaire, les Morrison ont empoché 170 millions de dollars à la loterie. Depuis, ils ont pris goût à la démesure : manoir de luxe, piscines, voitures de courses, shopping chez les plus grands couturiers et champagne à gogo dès le petit déjeuner. D'autres, comme Denis « le biker », ont choisi de s'acheter une liberté absolue. Quant à Kirton et Billy, grâce à leur pactole, ils ont décidé de s'offrir une éternelle lune de miel. Ces destins font évidemment rêver tous les Américains. Exceptionnellement, les caméras d'Enquête Exclusive ont été autorisées à tourner dans les coulisses de la plus grosse loterie du monde, le Power Ball, qui propose un gros lot allant jusqu'à 1,6 milliards de dollars ! Tous les regards sont alors braqués sur les gagnants qui récupèrent fièrement leurs billets en direct à la télévision. Mais cette passion nationale ne plaît pas à tout le monde. Au pays du billet vert, les défenseurs des valeurs chrétiennes ont décidé de s´attaquer aux loteries. Et certains états, comme le Mississipi et l'Utah, ont même réussi à les faire interdire. Une enquête fascinante sur les nouveaux multimillionnaires du loto et une plongée profonde dans l'univers des jeux d'argent.
    • Magazine

      Enquête exclusive

      Brésil : la guerre des Miss

      bien (6 votes) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Au Brésil, la beauté est élevée au rang de religion. Au même titre que le football et la samba. C'est aussi le pays où l'on compte le plus grand nombre de concours de miss à travers le monde : Miss Bumbum (jolies fesses), Miss Favelas, Miss Prison, Miss Carnaval et bien sûr Miss Brésil. Depuis 1954, année de lancement du concours, l'élection de la plus belle fille du pays est un immense évènement. À la télévision, la cérémonie fait autant d'audience que la coupe de monde de football. Être élue « Miss Brésil », c'est plus qu'une consécration, c'est la garantie de devenir une star internationale et d'accéder au monde de la mode et du cinéma. Plus de 600 candidates, sélectionnées dans les différents états du Brésil, s'affrontent dans tout le pays pour la couronne suprême. Pour obtenir le titre, les candidates et leur staff (agent, maquilleur, coiffeur, styliste, etc.) sont prêts à tout. Stages de beauté, chirurgie esthétique, relooking extrême et même… tentatives de corruption. Plusieurs candidates viennent de porter plainte pour faire annuler l'élection de Miss Brésil 2015. Une partie des votes aurait été achetée. Miss Amazonie, la grande favorite, reléguée dauphine lors de l'édition 2015, a même créé un scandale national en arrachant, lors de la cérémonie de remise des prix, la couronne de la gagnante. Durant six mois, les équipes d'Enquête Exclusive ont suivi, dans les coulisses et sur fond de polémiques, tous les préparatifs de l'édition 2016, dont l'élection a eu lieu le 18 novembre à Sao Paulo. Parmi les candidates, Vanessa, d'origine allemande, une grande blonde qui vit dans le village où a grandi Gisèle Bündchen, la top model la mieux payée du monde. Et Carolina, une ravissante métisse du nord du pays, descendante d'une famille d'esclaves. Malgré sa beauté, Carolina a-t-elle une chance sachant que les métisses noires, qui représentent pourtant 50% de la population au Brésil, n'accèdent que très rarement aux premières places du podium ? Lors de notre enquête, nous avons aussi découvert l'école de Dilson Stein. Ce riche homme d'affaires, qui a lancé la carrière de Gisèle Bündchen (le père de la mannequin-star étant d'ailleurs l'un de ses associés), propose aux futures Miss des stages intensifs pour mettre en valeur leur beauté et leur apprendre les secrets de la réussite. Un business particulièrement rentable à 800 euros le stage, au pays des reines des beautés.

      Lire la suite Enquête exclusive (46 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Au Brésil, la beauté est élevée au rang de religion. Au même titre que le football et la samba. C'est aussi le pays où l'on compte le plus grand nombre de concours de miss à travers le monde : Miss Bumbum (jolies fesses), Miss Favelas, Miss Prison, Miss Carnaval et bien sûr Miss Brésil. Depuis 1954, année de lancement du concours, l'élection de la plus belle fille du pays est un immense évènement. À la télévision, la cérémonie fait autant d'audience que la coupe de monde de football. Être élue « Miss Brésil », c'est plus qu'une consécration, c'est la garantie de devenir une star internationale et d'accéder au monde de la mode et du cinéma. Plus de 600 candidates, sélectionnées dans les différents états du Brésil, s'affrontent dans tout le pays pour la couronne suprême. Pour obtenir le titre, les candidates et leur staff (agent, maquilleur, coiffeur, styliste, etc.) sont prêts à tout. Stages de beauté, chirurgie esthétique, relooking extrême et même… tentatives de corruption. Plusieurs candidates viennent de porter plainte pour faire annuler l'élection de Miss Brésil 2015. Une partie des votes aurait été achetée. Miss Amazonie, la grande favorite, reléguée dauphine lors de l'édition 2015, a même créé un scandale national en arrachant, lors de la cérémonie de remise des prix, la couronne de la gagnante. Durant six mois, les équipes d'Enquête Exclusive ont suivi, dans les coulisses et sur fond de polémiques, tous les préparatifs de l'édition 2016, dont l'élection a eu lieu le 18 novembre à Sao Paulo. Parmi les candidates, Vanessa, d'origine allemande, une grande blonde qui vit dans le village où a grandi Gisèle Bündchen, la top model la mieux payée du monde. Et Carolina, une ravissante métisse du nord du pays, descendante d'une famille d'esclaves. Malgré sa beauté, Carolina a-t-elle une chance sachant que les métisses noires, qui représentent pourtant 50% de la population au Brésil, n'accèdent que très rarement aux premières places du podium ? Lors de notre enquête, nous avons aussi découvert l'école de Dilson Stein. Ce riche homme d'affaires, qui a lancé la carrière de Gisèle Bündchen (le père de la mannequin-star étant d'ailleurs l'un de ses associés), propose aux futures Miss des stages intensifs pour mettre en valeur leur beauté et leur apprendre les secrets de la réussite. Un business particulièrement rentable à 800 euros le stage, au pays des reines des beautés.
    • Magazine

      Enquête exclusive

      Violences, pillages, marché noir : panique au Venezuela

      bien (38 votes) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Il y a à peine 5 ans, c'était encore l'une des principales puissances d'Amérique du Sud ; un pays à l'économie florissante, premier producteur mondial de pétrole. En quelques années, le Venezuela s'est littéralement effondré. Inflation jamais vue (+ de 1 000% en 2016), pénurie alimentaire, hôpitaux à l'abandon, émeutes quotidiennes, criminalité record... Une incroyable descente aux enfers. Pendant plusieurs mois, les équipes d'Enquête Exclusive ont sillonné un Venezuela au bord du chaos, où la principale préoccupation de millions d'habitants est de trouver à se nourrir. Devant les magasins, aux étals aux trois quart vides, les files d'attente sont interminables. L'armée doit même intervenir pour éviter les pillages et les émeutes. Pour le gouvernement actuel, dirigé par le président Nicolas Maduro, la raison principale de cette crise sans précédent est la chute du prix du pétrole. En réalité, le projet politique de son prédécesseur, Hugo Chavez, a vite montré ses limites : nationalisations aveugles, non modernisation de l'outil de production, dévaluation de la monnaie, dépenses sociales mal maîtrisées… sans compter une corruption galopante. Résultat, aujourd'hui les usines tournent à vide, l'agriculture ne produit plus rien, le pays manque de tout à commencer par les produits de première nécessité (nourriture, médicaments) et le bolivar (la monnaie locale) a perdu 99% de sa valeur. Pourtant, tous les Vénézuéliens ne sont pas logés à la même enseigne. Marché noir, contrebande, restaurants clandestins, nos caméras ont eu accès au Caracas des ultra-riches et des proches du pouvoir. Dans ce monde très fermé, on trouve de tout, à condition d'en payer le prix. Pour ces privilégiés, si les pénuries ne sont pas un problème, la sécurité reste leur préoccupation numéro un. Caracas est aujourd'hui la capitale la plus violente du monde. Les gangs armés se multiplient, les enlèvements contre rançon y sont monnaie courante et on peut tuer pour un sac de riz. « Violences, pillages, marché noir : panique au Venezuela », c'est une plongée sidérante et effrayante au cœur d'un grand pays (classé en 2 000 parmi les 30 puissances les plus riches de la planète) aujourd'hui au bord du gouffre.

      Lire la suite Enquête exclusive (46 vidéos) 6 commentaires
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Il y a à peine 5 ans, c'était encore l'une des principales puissances d'Amérique du Sud ; un pays à l'économie florissante, premier producteur mondial de pétrole. En quelques années, le Venezuela s'est littéralement effondré. Inflation jamais vue (+ de 1 000% en 2016), pénurie alimentaire, hôpitaux à l'abandon, émeutes quotidiennes, criminalité record... Une incroyable descente aux enfers. Pendant plusieurs mois, les équipes d'Enquête Exclusive ont sillonné un Venezuela au bord du chaos, où la principale préoccupation de millions d'habitants est de trouver à se nourrir. Devant les magasins, aux étals aux trois quart vides, les files d'attente sont interminables. L'armée doit même intervenir pour éviter les pillages et les émeutes. Pour le gouvernement actuel, dirigé par le président Nicolas Maduro, la raison principale de cette crise sans précédent est la chute du prix du pétrole. En réalité, le projet politique de son prédécesseur, Hugo Chavez, a vite montré ses limites : nationalisations aveugles, non modernisation de l'outil de production, dévaluation de la monnaie, dépenses sociales mal maîtrisées… sans compter une corruption galopante. Résultat, aujourd'hui les usines tournent à vide, l'agriculture ne produit plus rien, le pays manque de tout à commencer par les produits de première nécessité (nourriture, médicaments) et le bolivar (la monnaie locale) a perdu 99% de sa valeur. Pourtant, tous les Vénézuéliens ne sont pas logés à la même enseigne. Marché noir, contrebande, restaurants clandestins, nos caméras ont eu accès au Caracas des ultra-riches et des proches du pouvoir. Dans ce monde très fermé, on trouve de tout, à condition d'en payer le prix. Pour ces privilégiés, si les pénuries ne sont pas un problème, la sécurité reste leur préoccupation numéro un. Caracas est aujourd'hui la capitale la plus violente du monde. Les gangs armés se multiplient, les enlèvements contre rançon y sont monnaie courante et on peut tuer pour un sac de riz. « Violences, pillages, marché noir : panique au Venezuela », c'est une plongée sidérante et effrayante au cœur d'un grand pays (classé en 2 000 parmi les 30 puissances les plus riches de la planète) aujourd'hui au bord du gouffre.
    • Magazine

      Enquête exclusive

      Rome : tourisme, arnaques et racket

      excellent! (2 votes) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Avec 10 millions de visiteurs par an, Rome est la troisième ville la plus visitée en Europe après Paris et Londres. Visiter la Cité éternelle, c'est remonter le temps... Le Colisée pour l'Empire romain, la Villa Borghèse et ses joyaux de la Renaissance ou encore le Vatican et la célèbre place Saint-Pierre où tant de papes et de pèlerins ont défilé. Ce patrimoine culturel exceptionnel, associé à un art de vivre unique, a fait de Rome la capitale mondiale de la « dolce vita ». Mais aujourd'hui, la ville et ses splendeurs sont en danger. Rome doit faire face à l'emprise de la mafia, omniprésente. L'an dernier, le conseil municipal jugé corrompu, a même été dissout. Le nouveau maire a décidé de faire le ménage. Il vient de nommer un juge anti-mafia, Alfonso Sabella, pour remettre de l'ordre dans la capitale. L'une de ses missions : s'attaquer aux groupes criminels qui se sont illégalement appropriés la plage publique d'Ostie, la station balnéaire de Rome, et faire détruire bars et restaurants édifiés sans permis de construire. Dans le centre historique, les autorités regagnent aussi du terrain face à des hôteliers, des restaurateurs et des vendeurs ambulants sans scrupule, prêts à tout pour faire de l'argent aux mépris des règles d'urbanisme, de voirie et d'hygiène. Il y aussi le problème des faux guides touristiques, employés par de véritables agences et qui arnaquent les vacanciers. Nous avons infiltré l'une des plus grandes d'entre elles. Autre problème combattu par la nouvelle mairie, le hooliganisme et les nostalgiques du fascisme… Nous avons pu pénétrer l'univers des Ultras de la Lazio de Rome, l'un des deux clubs de football mythiques de la capitale. À la veille d'un grand match, ils vont s'allier avec les terrifiants hooligans polonais pour mettre la ville à feu et à sang ! Néo-fascistes, mafieux et arnaqueurs, bienvenue à Rome à l'heure du grand nettoyage.

      Lire la suite Enquête exclusive (46 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Avec 10 millions de visiteurs par an, Rome est la troisième ville la plus visitée en Europe après Paris et Londres. Visiter la Cité éternelle, c'est remonter le temps... Le Colisée pour l'Empire romain, la Villa Borghèse et ses joyaux de la Renaissance ou encore le Vatican et la célèbre place Saint-Pierre où tant de papes et de pèlerins ont défilé. Ce patrimoine culturel exceptionnel, associé à un art de vivre unique, a fait de Rome la capitale mondiale de la « dolce vita ». Mais aujourd'hui, la ville et ses splendeurs sont en danger. Rome doit faire face à l'emprise de la mafia, omniprésente. L'an dernier, le conseil municipal jugé corrompu, a même été dissout. Le nouveau maire a décidé de faire le ménage. Il vient de nommer un juge anti-mafia, Alfonso Sabella, pour remettre de l'ordre dans la capitale. L'une de ses missions : s'attaquer aux groupes criminels qui se sont illégalement appropriés la plage publique d'Ostie, la station balnéaire de Rome, et faire détruire bars et restaurants édifiés sans permis de construire. Dans le centre historique, les autorités regagnent aussi du terrain face à des hôteliers, des restaurateurs et des vendeurs ambulants sans scrupule, prêts à tout pour faire de l'argent aux mépris des règles d'urbanisme, de voirie et d'hygiène. Il y aussi le problème des faux guides touristiques, employés par de véritables agences et qui arnaquent les vacanciers. Nous avons infiltré l'une des plus grandes d'entre elles. Autre problème combattu par la nouvelle mairie, le hooliganisme et les nostalgiques du fascisme… Nous avons pu pénétrer l'univers des Ultras de la Lazio de Rome, l'un des deux clubs de football mythiques de la capitale. À la veille d'un grand match, ils vont s'allier avec les terrifiants hooligans polonais pour mettre la ville à feu et à sang ! Néo-fascistes, mafieux et arnaqueurs, bienvenue à Rome à l'heure du grand nettoyage.
    • Magazine

      Enquête exclusive

      Tourisme et dictature : bienvenue au tibet

      pas mal (7 votes) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Présence militaire permanente, arrestations de moines et répression de la population : le Tibet vit sous la domination chinoise depuis plus de cinquante ans. Mais ces dernières années, le « toit du monde » est aussi devenu un enjeu économique pour La Chine. Nouvel eldorado touristique, la région est désormais accessible en train pour des millions de Chinois, touristes et migrants. Temples reconstruits comme des décors de théâtre, cérémonies sacrées transformées en spectacles : les Tibétains perdent peu à peu leur culture pour devenir une attraction touristique vivante. Si le Dalaï Lama, leader en exil, est la figure la plus connue de la résistance à l'oppression chinoise, des milliers de Tibétains cherchent comme lui à fuir leur propre pays par tous les moyens. Certains s'évadent en franchissant des cols à plus de 4 000 mètres d'altitude, au risque de mourir sous les balles des militaires chinois. D'autres choisissent de s'immoler par le feu pour dénoncer la perte de leur identité. Très difficilement accessible aux touristes étrangers, le Tibet est totalement fermé aux journalistes. Aucun reportage n'a pu y être tourné depuis plus de 2 ans. Nos caméras ont pourtant réussi à s'introduire dans cette région surveillée en permanence par l'armée. Nous avons pu recueillir les confidences et la révolte des moines bouddhistes et des Tibétains qui témoignent malgré le danger.

      Lire la suite Enquête exclusive (44 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur 6Play Bruce
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Présence militaire permanente, arrestations de moines et répression de la population : le Tibet vit sous la domination chinoise depuis plus de cinquante ans. Mais ces dernières années, le « toit du monde » est aussi devenu un enjeu économique pour La Chine. Nouvel eldorado touristique, la région est désormais accessible en train pour des millions de Chinois, touristes et migrants. Temples reconstruits comme des décors de théâtre, cérémonies sacrées transformées en spectacles : les Tibétains perdent peu à peu leur culture pour devenir une attraction touristique vivante. Si le Dalaï Lama, leader en exil, est la figure la plus connue de la résistance à l'oppression chinoise, des milliers de Tibétains cherchent comme lui à fuir leur propre pays par tous les moyens. Certains s'évadent en franchissant des cols à plus de 4 000 mètres d'altitude, au risque de mourir sous les balles des militaires chinois. D'autres choisissent de s'immoler par le feu pour dénoncer la perte de leur identité. Très difficilement accessible aux touristes étrangers, le Tibet est totalement fermé aux journalistes. Aucun reportage n'a pu y être tourné depuis plus de 2 ans. Nos caméras ont pourtant réussi à s'introduire dans cette région surveillée en permanence par l'armée. Nous avons pu recueillir les confidences et la révolte des moines bouddhistes et des Tibétains qui témoignent malgré le danger.
    • Magazine

      Enquête exclusive

      Soleil, plage, cocaïne : les français en république dominicaine

      pas mal (28 votes) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Eaux turquoise à 30 degrés, soleil toute l'année : la République Dominicaine est la destination long courrier préférée des Français. La clé de ce succès : des hôtel-clubs qui proposent des séjours tout compris dans un cadre luxueux et à des prix défiant toute concurrence. Un climat de rêve, une fiscalité attractive et une main d'œuvre peu chère, 6 000 Français se sont installés à plein temps dans ce pays. Ils sont 3 000 à vivre à Las Terrenas, au Nord-Est de l'île : pétanque, supermarchés, boulangerie, un petit village gaulois sous les palmiers. Revers de la médaille, les belles villas des étrangers sont devenues une cible de choix pour les cambrioleurs. Car la République Dominicaine a du mal à faire vivre son peuple. Un habitant sur deux vit sous le seuil de pauvreté. Alors certaines jeunes femmes font un choix radical. Pour nourrir leurs familles elles se font embaucher dans des « sex-resorts ». Des clubs de vacances sordides qui incluent le service de prostituées. Autre fléau de la République Dominicaine : le trafic de cocaïne. En 2013, 10 tonnes de stupéfiants ont été saisies, surtout dans des zones où transitent les vacanciers. Nous avons découvert d'incroyables filières : recrutées dans des banlieues françaises, des mères de famille dans le besoin acceptent de jouer les mules pour quelques milliers d'euros. Parfois le piège se referme sur des touristes qui clament leur innocence : nous avons pu rencontrer en exclusivité Liana Guillon dans sa geôle de Saint-Domingue. Partie en lune de miel avec son mari et ses enfants, de la drogue aurait été introduite à son insu dans son bagage. Arrêtée à l'aéroport la jeune femme est en prison depuis bientôt 3 ans.

      Lire la suite Enquête exclusive (44 vidéos) 2 commentaires
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Eaux turquoise à 30 degrés, soleil toute l'année : la République Dominicaine est la destination long courrier préférée des Français. La clé de ce succès : des hôtel-clubs qui proposent des séjours tout compris dans un cadre luxueux et à des prix défiant toute concurrence. Un climat de rêve, une fiscalité attractive et une main d'œuvre peu chère, 6 000 Français se sont installés à plein temps dans ce pays. Ils sont 3 000 à vivre à Las Terrenas, au Nord-Est de l'île : pétanque, supermarchés, boulangerie, un petit village gaulois sous les palmiers. Revers de la médaille, les belles villas des étrangers sont devenues une cible de choix pour les cambrioleurs. Car la République Dominicaine a du mal à faire vivre son peuple. Un habitant sur deux vit sous le seuil de pauvreté. Alors certaines jeunes femmes font un choix radical. Pour nourrir leurs familles elles se font embaucher dans des « sex-resorts ». Des clubs de vacances sordides qui incluent le service de prostituées. Autre fléau de la République Dominicaine : le trafic de cocaïne. En 2013, 10 tonnes de stupéfiants ont été saisies, surtout dans des zones où transitent les vacanciers. Nous avons découvert d'incroyables filières : recrutées dans des banlieues françaises, des mères de famille dans le besoin acceptent de jouer les mules pour quelques milliers d'euros. Parfois le piège se referme sur des touristes qui clament leur innocence : nous avons pu rencontrer en exclusivité Liana Guillon dans sa geôle de Saint-Domingue. Partie en lune de miel avec son mari et ses enfants, de la drogue aurait été introduite à son insu dans son bagage. Arrêtée à l'aéroport la jeune femme est en prison depuis bientôt 3 ans.
    • Magazine

      Enquête exclusive

      Héroïne : l'overdose américaine

      bien (69 votes) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      L'héroïne, la drogue « vedette » des années 80, fait un retour fracassant aux États-Unis. Plus de 500 000 Américains en seraient dépendants, soit une augmentation de 150% depuis 2010. Si l'Amérique est tombée dans l'héroïne, c'est en grande partie à cause de médicaments contre la douleur (à base d'opium), trop facilement prescrits par certains médecins (souvent peu scrupuleux) et très addictifs. Devenus accrocs à cette substance, de nombreux patients se tournent désormais vers l'héroïne pour assouvir leur addiction. À 10 dollars (environ 9 euros) la dose, sa consommation a explosé. Résultat, il y a aujourd'hui plus de morts par overdose d'opiacés (stupéfiants ou médicaments) que par accidents de la route. C'est quatre fois plus qu'il y a dix ans. Un tiers de l'héroïne qui circule aux États-Unis provient du Mexique, qui a doublé sa production d'opium l'année dernière. Une fois passée la frontière, c'est à New York qu'elle est coupée, mise en sachet et redistribuée dans tout le pays. On la trouve partout : même dans des petites villes, elle est peu chère, très accessible et toutes les classes sociales sont concernées. Les hôpitaux et les centres d'urgence sont débordés. L'héroïne est devenue un enjeu de santé publique aux États-Unis et provoque déjà un débat passionné chez les candidats à la Maison Blanche. En septembre dernier, Hillary Clinton a même proposé de mettre en place un plan de 10 milliards de dollars pour endiguer cette effroyable épidémie.

      Lire la suite Enquête exclusive (44 vidéos) 3 commentaires
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      L'héroïne, la drogue « vedette » des années 80, fait un retour fracassant aux États-Unis. Plus de 500 000 Américains en seraient dépendants, soit une augmentation de 150% depuis 2010. Si l'Amérique est tombée dans l'héroïne, c'est en grande partie à cause de médicaments contre la douleur (à base d'opium), trop facilement prescrits par certains médecins (souvent peu scrupuleux) et très addictifs. Devenus accrocs à cette substance, de nombreux patients se tournent désormais vers l'héroïne pour assouvir leur addiction. À 10 dollars (environ 9 euros) la dose, sa consommation a explosé. Résultat, il y a aujourd'hui plus de morts par overdose d'opiacés (stupéfiants ou médicaments) que par accidents de la route. C'est quatre fois plus qu'il y a dix ans. Un tiers de l'héroïne qui circule aux États-Unis provient du Mexique, qui a doublé sa production d'opium l'année dernière. Une fois passée la frontière, c'est à New York qu'elle est coupée, mise en sachet et redistribuée dans tout le pays. On la trouve partout : même dans des petites villes, elle est peu chère, très accessible et toutes les classes sociales sont concernées. Les hôpitaux et les centres d'urgence sont débordés. L'héroïne est devenue un enjeu de santé publique aux États-Unis et provoque déjà un débat passionné chez les candidats à la Maison Blanche. En septembre dernier, Hillary Clinton a même proposé de mettre en place un plan de 10 milliards de dollars pour endiguer cette effroyable épidémie.
    • Magazine

      Enquête exclusive

      Jérusalem : quand la ville sainte se déchire

      bof (1 vote) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      C'est la ville la plus explosive de la planète : Jérusalem. Depuis l'année dernière, la ville sainte connaît un regain de violences entre Juifs et Musulmans. « L'intifada des couteaux » a déjà fait plus de 30 morts côté israélien, 200 côté palestinien. Et dans les deux camps, les extrémistes gagnent chaque jour du terrain. Le haut lieu des tensions religieuses, c'est l'Esplanade des Mosquées, appelée aussi Mont du Temple par les Juifs. Ce site sacré est géré par les Musulmans. Les Juifs n'ont pas le droit d'y prier, mais certains radicaux refusent de se plier aux règles. Le rabbin Yehuda Glick multiplie les provocations en organisant des visites sur le site musulman et la situation peut dégénérer à tout moment. Dès qu'un Juif met les pieds sur l'Esplanade, il est pris à parti par des Musulmans, notamment un groupe de femmes extrémistes appelé « les Morabitat » (« guerrières » en arabe). Agressions au couteau, assassinats en pleine rue, provocations systématiques… La ville sainte est au bord du chaos. Pour éviter de vivre la peur au ventre, certains Juifs ont décidé d'apprendre à se défendre. Les cours de « krav maga » ou self-défense sont légion à Jérusalem. D'autres préfèrent s'armer, comme Sarah et son mari, professeur de pensée juive. Ces colons sont installés dans un quartier arabe de la ville. Ils vivent en vase clos dans une résidence ultra-sécurisée. Malgré l'hostilité de leurs voisins, pour eux, pas question de déménager. On compte désormais 125 colonies israéliennes sur le territoire palestinien. Ces installations juives inquiètent les Palestiniens installés dans les villes voisines, comme à Silwan où des recherches archéologiques juives ont détruit les fondations de leurs maisons et les ont obligés à quitter les lieux. Pourtant, malgré les condamnations de la communauté internationale, les colonies juives en terre palestinienne continuent de s'implanter.

      Lire la suite Enquête exclusive (44 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      C'est la ville la plus explosive de la planète : Jérusalem. Depuis l'année dernière, la ville sainte connaît un regain de violences entre Juifs et Musulmans. « L'intifada des couteaux » a déjà fait plus de 30 morts côté israélien, 200 côté palestinien. Et dans les deux camps, les extrémistes gagnent chaque jour du terrain. Le haut lieu des tensions religieuses, c'est l'Esplanade des Mosquées, appelée aussi Mont du Temple par les Juifs. Ce site sacré est géré par les Musulmans. Les Juifs n'ont pas le droit d'y prier, mais certains radicaux refusent de se plier aux règles. Le rabbin Yehuda Glick multiplie les provocations en organisant des visites sur le site musulman et la situation peut dégénérer à tout moment. Dès qu'un Juif met les pieds sur l'Esplanade, il est pris à parti par des Musulmans, notamment un groupe de femmes extrémistes appelé « les Morabitat » (« guerrières » en arabe). Agressions au couteau, assassinats en pleine rue, provocations systématiques… La ville sainte est au bord du chaos. Pour éviter de vivre la peur au ventre, certains Juifs ont décidé d'apprendre à se défendre. Les cours de « krav maga » ou self-défense sont légion à Jérusalem. D'autres préfèrent s'armer, comme Sarah et son mari, professeur de pensée juive. Ces colons sont installés dans un quartier arabe de la ville. Ils vivent en vase clos dans une résidence ultra-sécurisée. Malgré l'hostilité de leurs voisins, pour eux, pas question de déménager. On compte désormais 125 colonies israéliennes sur le territoire palestinien. Ces installations juives inquiètent les Palestiniens installés dans les villes voisines, comme à Silwan où des recherches archéologiques juives ont détruit les fondations de leurs maisons et les ont obligés à quitter les lieux. Pourtant, malgré les condamnations de la communauté internationale, les colonies juives en terre palestinienne continuent de s'implanter.
    • Magazine

      Enquête exclusive

      San Francisco : police des mineurs

      moyen (9 votes) Votre vote

      Située dans la banlieue de San Francisco, Oakland, plus pauvre, est réputée pour être la capitale américaine de la prostitution adolescente. Pendant plusieurs mois, la brigade de protection des mineurs de la ville a été suivie dans son quotidien par des journalistes, donnant à voir une immersion sans concession dans les pires bas-fonds de l'Amérique. Katy et Jenine travaillent sous couverture et sont passées maîtres dans l'art de piéger les proxénètes. Mise sur le trottoir à 8 ans, Monica a enduré deux années de calvaire avant de trouver refuge aux «Enfants de la nuit», un foyer de Los Angeles.

      Lire la suite Enquête exclusive (46 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur M6
      Située dans la banlieue de San Francisco, Oakland, plus pauvre, est réputée pour être la capitale américaine de la prostitution adolescente. Pendant plusieurs mois, la brigade de protection des mineurs de la ville a été suivie dans son quotidien par des journalistes, donnant à voir une immersion sans concession dans les pires bas-fonds de l'Amérique. Katy et Jenine travaillent sous couverture et sont passées maîtres dans l'art de piéger les proxénètes. Mise sur le trottoir à 8 ans, Monica a enduré deux années de calvaire avant de trouver refuge aux «Enfants de la nuit», un foyer de Los Angeles.
    • Magazine

      Enquête exclusive

      Grenoble police criminelle

      bien (2 votes) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Nichée aux pieds des Alpes, Grenoble apparaît comme l'une des villes françaises les plus agréables à vivre. Mais en réalité, cette agglomération enregistre l'un des taux les plus élevés de délinquance et de criminalité en France. Vols à l'arraché, cambriolages, grand banditisme et crimes de plus en plus violents : la ville est sous tension permanente. 30 morts à l'arme lourde en moins de trois ans, un record inquiétant ! Depuis quelques années, c'est la délinquance juvénile qui inquiète le plus les policiers : des virées entre étudiants qui tournent mal jusqu'aux affaires les plus graves. Julien, 16 ans, a été torturé pendant cinq heures à coups de couteau et de matraque par quatre jeunes de son âge pour une simple histoire de racket. Et les crimes de ce genre se sont multipliés ces dernières années. Pour combattre cette violence, souvent incontrôlable, le GEC (Groupe d'Enquête Criminelle) travaille sur le terrain au quotidien. Ces hommes chevronnés et triés sur le volet sont spécialisés dans les affaires les plus complexes et les interventions à haut risque. Et ils sont quotidiennement en alerte. À Grenoble, la violence va souvent de pair avec la drogue. Un véritable distributeur de stupéfiants, alimenté via un réseau de caves, s'est même installé sous la ville. Une organisation criminelle réglée à la « perfection ». Pour les dealers, un gain de six à huit mille euros par jour. Comment les hommes du GEC ont-ils mené l'enquête pour découvrir cet incroyable système mafieux et démanteler le réseau ?

      Lire la suite Enquête exclusive (46 vidéos) 1 commentaire
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Nichée aux pieds des Alpes, Grenoble apparaît comme l'une des villes françaises les plus agréables à vivre. Mais en réalité, cette agglomération enregistre l'un des taux les plus élevés de délinquance et de criminalité en France. Vols à l'arraché, cambriolages, grand banditisme et crimes de plus en plus violents : la ville est sous tension permanente. 30 morts à l'arme lourde en moins de trois ans, un record inquiétant ! Depuis quelques années, c'est la délinquance juvénile qui inquiète le plus les policiers : des virées entre étudiants qui tournent mal jusqu'aux affaires les plus graves. Julien, 16 ans, a été torturé pendant cinq heures à coups de couteau et de matraque par quatre jeunes de son âge pour une simple histoire de racket. Et les crimes de ce genre se sont multipliés ces dernières années. Pour combattre cette violence, souvent incontrôlable, le GEC (Groupe d'Enquête Criminelle) travaille sur le terrain au quotidien. Ces hommes chevronnés et triés sur le volet sont spécialisés dans les affaires les plus complexes et les interventions à haut risque. Et ils sont quotidiennement en alerte. À Grenoble, la violence va souvent de pair avec la drogue. Un véritable distributeur de stupéfiants, alimenté via un réseau de caves, s'est même installé sous la ville. Une organisation criminelle réglée à la « perfection ». Pour les dealers, un gain de six à huit mille euros par jour. Comment les hommes du GEC ont-ils mené l'enquête pour découvrir cet incroyable système mafieux et démanteler le réseau ?
    • Magazine

      Enquête exclusive

      De l'autre côté du périph' : Saint-Denis, la ville aux deux visages.

      pas mal (35 votes) Votre vote

      Située aux portes de Paris, de l'autre côté du périphérique, Saint-Denis souffre d'une réputation sulfureuse : chômage, misère, violence, trafic de drogue, tensions communautaires, repaire de terroristes. Mais aujourd'hui, la ville se bat pour redorer son image. Séduits par les prix bas de l'immobilier, de nouvelles familles s'y installent, les investisseurs accourent et un quartier d'affaires flambant neuf vient de voir le jour. Résultat, Saint-Denis offre un autre visage mais reste coupée en deux. Une partie des nouveaux habitants, ceux des immeubles neufs et des lofts rénovés, vivent reclus, bénéficient de garages sécurisés pour leur voiture et évitent de se mélanger au reste de la population.

      Lire la suite Enquête exclusive (44 vidéos) 2 commentaires
      Voir en replay sur M6
      Située aux portes de Paris, de l'autre côté du périphérique, Saint-Denis souffre d'une réputation sulfureuse : chômage, misère, violence, trafic de drogue, tensions communautaires, repaire de terroristes. Mais aujourd'hui, la ville se bat pour redorer son image. Séduits par les prix bas de l'immobilier, de nouvelles familles s'y installent, les investisseurs accourent et un quartier d'affaires flambant neuf vient de voir le jour. Résultat, Saint-Denis offre un autre visage mais reste coupée en deux. Une partie des nouveaux habitants, ceux des immeubles neufs et des lofts rénovés, vivent reclus, bénéficient de garages sécurisés pour leur voiture et évitent de se mélanger au reste de la population.
    • Magazine

      Enquête exclusive

      Les Seychelles, un paradis en eaux troubles.

      bien (29 votes) Votre vote

      Chaque année, près de 300 000 touristes posent leurs valises aux Seychelles pour un séjour de rêve. Le must absolu, c'est l'expérience Robinson Crusoé, mais en version ultra luxe, sur une île-hôtel. La dernière nouveauté se trouve sur l'île de Félicité où trente villas se cachent dans la forêt tropicale. Mais tout n'est pas rose au jardin d'Éden. Pour les grands hôtels étoilés, les grossistes importent poissons et fruits de mers de Rungis, à part quelques espèces exotiques. Une partie du littoral vient aussi d'être privatisée par de riches familles du Golfe. Ces émirs multimilliardaires ont réussi à s'approprier des terrains et des plages, souvent en toute illégalité, pour s'assurer leur tranquillité. Parmi les investisseurs du pays se cachent également des fugitifs, comme Sakher El Materi, gendre du dictateur tunisien Ben Ali.

      Lire la suite Enquête exclusive (46 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur M6
      Chaque année, près de 300 000 touristes posent leurs valises aux Seychelles pour un séjour de rêve. Le must absolu, c'est l'expérience Robinson Crusoé, mais en version ultra luxe, sur une île-hôtel. La dernière nouveauté se trouve sur l'île de Félicité où trente villas se cachent dans la forêt tropicale. Mais tout n'est pas rose au jardin d'Éden. Pour les grands hôtels étoilés, les grossistes importent poissons et fruits de mers de Rungis, à part quelques espèces exotiques. Une partie du littoral vient aussi d'être privatisée par de riches familles du Golfe. Ces émirs multimilliardaires ont réussi à s'approprier des terrains et des plages, souvent en toute illégalité, pour s'assurer leur tranquillité. Parmi les investisseurs du pays se cachent également des fugitifs, comme Sakher El Materi, gendre du dictateur tunisien Ben Ali.

    Audiences replay du 24-02