Revoir un programme tv en replay et en streaming
  • Enquête exclusive en replay (73 vidéos)

    A propos de Enquête exclusive

    Créée en 2005 et présentée par Bernard de la Villardière, Enquête exclusive est un magazine d'investigation diffusé le dimanche en deuxième partie de soirée sur M6. Chaque émission propose un reportage unique, souvent centré sur une destination étrangère (Detroit, Buenos Aires, Londres ont notamment été abordées en 2012), et s'attache à révéler certaines pratiques et business exercés en ces lieux. Avec ce magazine, la polémique n'est jamais loin, et très souvent on accuse l'animateur de faire du racolage sur des sujets touchants la prostitution ou la drogue, alors que les statistiques donnent tort à cette hypothèse.

    • Magazine

      Enquête exclusive

      Rock'n roll, drogues et nationalisme : au cœur des festivals d'Europe de l'Est

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Pour les amoureux de la fête, l'Europe de l'Est est la destination à la mode. Après des années de conflits ethniques et de guerres civiles, la Croatie, la Serbie et la Hongrie se sont émancipées et organisent, chaque été, les festivals les plus courus de la planète. Moins chers qu'Ibiza, plus extravagants et déjantés que partout ailleurs. Créé il y a 3 ans, sur l'île de Pag (Croatie), le festival techno Sonus rivalise avec les spring-breaks américains. Au programme : 10 000 jeunes survoltés, des boîtes de nuit gigantesques ouvertes 24 heures sur 24 et les meilleurs DJ du monde. En Hongrie se tient le plus grand festival d'Europe : le Sziget, un nouveau Woodstock. Des centaines de concerts pop et rock devant 500 000 fans déchaînés. Les amateurs de musique tzigane eux se retrouvent à Guca en Serbie, pour un festival unique en son genre. Tous ces festivals d'Europe de l'Est ont un point commun : la fête sans limite. Et pour les fêtards, tout est permis ! Sexe, alcool, drogue. Certains groupes d'ultra-nationalistes en profitent même pour venir afficher ouvertement leurs convictions au son des musiques techno, rock ou folkloriques. En été, ces nouveaux festivals attirent de plus en plus de monde, notamment de nombreux Français. Comme Benjamin et Anthony qui ont fait 18 heures de route depuis Toulouse (Haute-Garonne) pour passer une semaine au festival Sonus, sorte de rave party géante organisée sur une plage de rêve en Croatie. Baptiste et ses amis ont préféré jeter leur dévolu sur la Serbie, à Guca. Pendant 3 jours, la population de cette petite bourgade passe brusquement de 2 000 à... 60 000 personnes pour assister au plus grand festival international de musiques tziganes du monde. Joe Bel, une chanteuse française de 28 ans, a décidé de tenter sa chance sur l'une des scènes du Sziget, le célèbre festival hongrois, aux côtés de stars internationales comme Robbie Williams ou le groupe Interpol. C'est la première fois que Joe, encore étudiante l'année dernière, va se produire en concert devant autant de spectateurs.

      Lire la suite Enquête exclusive (74 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Pour les amoureux de la fête, l'Europe de l'Est est la destination à la mode. Après des années de conflits ethniques et de guerres civiles, la Croatie, la Serbie et la Hongrie se sont émancipées et organisent, chaque été, les festivals les plus courus de la planète. Moins chers qu'Ibiza, plus extravagants et déjantés que partout ailleurs. Créé il y a 3 ans, sur l'île de Pag (Croatie), le festival techno Sonus rivalise avec les spring-breaks américains. Au programme : 10 000 jeunes survoltés, des boîtes de nuit gigantesques ouvertes 24 heures sur 24 et les meilleurs DJ du monde. En Hongrie se tient le plus grand festival d'Europe : le Sziget, un nouveau Woodstock. Des centaines de concerts pop et rock devant 500 000 fans déchaînés. Les amateurs de musique tzigane eux se retrouvent à Guca en Serbie, pour un festival unique en son genre. Tous ces festivals d'Europe de l'Est ont un point commun : la fête sans limite. Et pour les fêtards, tout est permis ! Sexe, alcool, drogue. Certains groupes d'ultra-nationalistes en profitent même pour venir afficher ouvertement leurs convictions au son des musiques techno, rock ou folkloriques. En été, ces nouveaux festivals attirent de plus en plus de monde, notamment de nombreux Français. Comme Benjamin et Anthony qui ont fait 18 heures de route depuis Toulouse (Haute-Garonne) pour passer une semaine au festival Sonus, sorte de rave party géante organisée sur une plage de rêve en Croatie. Baptiste et ses amis ont préféré jeter leur dévolu sur la Serbie, à Guca. Pendant 3 jours, la population de cette petite bourgade passe brusquement de 2 000 à... 60 000 personnes pour assister au plus grand festival international de musiques tziganes du monde. Joe Bel, une chanteuse française de 28 ans, a décidé de tenter sa chance sur l'une des scènes du Sziget, le célèbre festival hongrois, aux côtés de stars internationales comme Robbie Williams ou le groupe Interpol. C'est la première fois que Joe, encore étudiante l'année dernière, va se produire en concert devant autant de spectateurs.
    • Magazine

      Enquête exclusive

      Pampelune : au cœur de la plus grande feria du monde

      aucun (0 vote) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Chaque été, la ville de Pampelune, située au cœur du Pays Basque espagnol, organise la plus grande feria du monde : les fêtes de San Fermin. Pendant neuf jours, du 6 au 14 juillet, près de deux millions d'aficionados se donnent rendez-vous dans les rues de Pampelune pour vivre une feria unique en son genre, mélange d'excès et de respect des traditions. Pour y participer, une obligation : porter l'uniforme. Tous les habitants et les visiteurs revêtent ainsi la tenue traditionnelle blanche, rehaussée d'un foulard et d'une ceinture rouge aux couleurs de la Navarre. La ville se transforme aussi en discothèque géante, où l'alcool coule à flot. Et des taureaux de combat sont lâchés dans les rues du centre historique. Depuis près d'un siècle, ces courses, appelées « Encierros », attirent des milliers de personnes. Ces courses font chaque année de nombreuses victimes. À 17 ans, Gaizka va participer pour la première fois à l'« Encierro », marchant ainsi sur les traces de son père qui n'a pas loupé une course depuis 20 ans (sans la moindre blessure, un exploit !). Le jeune Gaizka réussira-t-il cette épreuve initiatique sans se faire bousculer ou enfourcher par un taureau? Ces dernières années, les débordements se sont multipliés. Bagarres, accidents, comas éthyliques, agressions viennent parfois ternir les festivités. Des excès qui obligent pompiers et policiers à rester sur le qui-vive, 24 heures sur 24, pendant les neuf jours de la feria. Malgré les critiques, Pampelune reste l'un des plus grands et des plus beaux rassemblements festifs d'Europe. Comment cette ville est-elle devenue la capitale de la fête espagnole ? Entre taureaux, alcool et traditions, immersion dans la feria la plus spectaculaire, la plus colorée mais aussi, avec sa course de taureaux, l'une des plus dangereuses du monde.

      Lire la suite Enquête exclusive (74 vidéos) 1 commentaire
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Chaque été, la ville de Pampelune, située au cœur du Pays Basque espagnol, organise la plus grande feria du monde : les fêtes de San Fermin. Pendant neuf jours, du 6 au 14 juillet, près de deux millions d'aficionados se donnent rendez-vous dans les rues de Pampelune pour vivre une feria unique en son genre, mélange d'excès et de respect des traditions. Pour y participer, une obligation : porter l'uniforme. Tous les habitants et les visiteurs revêtent ainsi la tenue traditionnelle blanche, rehaussée d'un foulard et d'une ceinture rouge aux couleurs de la Navarre. La ville se transforme aussi en discothèque géante, où l'alcool coule à flot. Et des taureaux de combat sont lâchés dans les rues du centre historique. Depuis près d'un siècle, ces courses, appelées « Encierros », attirent des milliers de personnes. Ces courses font chaque année de nombreuses victimes. À 17 ans, Gaizka va participer pour la première fois à l'« Encierro », marchant ainsi sur les traces de son père qui n'a pas loupé une course depuis 20 ans (sans la moindre blessure, un exploit !). Le jeune Gaizka réussira-t-il cette épreuve initiatique sans se faire bousculer ou enfourcher par un taureau? Ces dernières années, les débordements se sont multipliés. Bagarres, accidents, comas éthyliques, agressions viennent parfois ternir les festivités. Des excès qui obligent pompiers et policiers à rester sur le qui-vive, 24 heures sur 24, pendant les neuf jours de la feria. Malgré les critiques, Pampelune reste l'un des plus grands et des plus beaux rassemblements festifs d'Europe. Comment cette ville est-elle devenue la capitale de la fête espagnole ? Entre taureaux, alcool et traditions, immersion dans la feria la plus spectaculaire, la plus colorée mais aussi, avec sa course de taureaux, l'une des plus dangereuses du monde.
    • Magazine

      Enquête exclusive

      Marbella : les secrets du saint-trop' espagnol

      pas mal (19 votes) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Dans le Sud de l'Espagne, sur la Costa del Sol, Marbella est l'une des destinations les plus courues d'Europe. Plages superbes, sable fin, ciel bleu azur… et surtout des clubs privés, des palaces grand luxe, des restaurants ultra branchés ! Depuis les années 60, la cité balnéaire attire la jet-set internationale, venue là pour s'éclater et flamber ! Les caméras d'Enquête Exclusive ont pu suivre une saison estivale dans les coulisses de Marbella, le Saint-Trop' espagnol, en compagnie des rois de la fête et de ceux qui font perdurer le mythe. Il y a d'abord Olivia, la reine française de la nuit. Dans son club, elle attire les célébrités du monde entier et doit gérer les caprices des stars. Paris Hilton a ainsi exigé un massage des pieds, une séance de coiffure et un maquillage spécial avant de se produire en tant que « dj ». Résultat : 3 heures de retard ! Javier, gérant du « Beach club » de Marbella, est aux petits soins pour une clientèle de fêtards très exigeants. Au programme : des shows très dénudés et des litres d'alcool facturés au prix fort. Pour profiter du spectacle, le matelas autour de la piscine se négocie jusqu'à 1 000 euros ! Il y a Carlos, le paparazzi, qui traque les stars américaines ou le prince Hubertus qui nous fait découvrir les coulisses et les secrets des plus grands hôtels, notamment cette suite facturée 30 000 euros la nuit…. Marbella « la flambeuse » souffre pourtant de la crise immobilière. Certaines villas se négocient aujourd'hui jusqu'à 40% en dessous du prix affiché ! De quoi aiguiser les appétits !

      Lire la suite Enquête exclusive (74 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Dans le Sud de l'Espagne, sur la Costa del Sol, Marbella est l'une des destinations les plus courues d'Europe. Plages superbes, sable fin, ciel bleu azur… et surtout des clubs privés, des palaces grand luxe, des restaurants ultra branchés ! Depuis les années 60, la cité balnéaire attire la jet-set internationale, venue là pour s'éclater et flamber ! Les caméras d'Enquête Exclusive ont pu suivre une saison estivale dans les coulisses de Marbella, le Saint-Trop' espagnol, en compagnie des rois de la fête et de ceux qui font perdurer le mythe. Il y a d'abord Olivia, la reine française de la nuit. Dans son club, elle attire les célébrités du monde entier et doit gérer les caprices des stars. Paris Hilton a ainsi exigé un massage des pieds, une séance de coiffure et un maquillage spécial avant de se produire en tant que « dj ». Résultat : 3 heures de retard ! Javier, gérant du « Beach club » de Marbella, est aux petits soins pour une clientèle de fêtards très exigeants. Au programme : des shows très dénudés et des litres d'alcool facturés au prix fort. Pour profiter du spectacle, le matelas autour de la piscine se négocie jusqu'à 1 000 euros ! Il y a Carlos, le paparazzi, qui traque les stars américaines ou le prince Hubertus qui nous fait découvrir les coulisses et les secrets des plus grands hôtels, notamment cette suite facturée 30 000 euros la nuit…. Marbella « la flambeuse » souffre pourtant de la crise immobilière. Certaines villas se négocient aujourd'hui jusqu'à 40% en dessous du prix affiché ! De quoi aiguiser les appétits !
    • Magazine

      Enquête exclusive

      Cancun: capitale mondiale du spring break

      aucun (0 vote) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Chaque année, à la même époque, les plages paradisiaques de Cancun, au Mexique, sont prises d´assaut par des vacanciers très particuliers : les spring breakers. Ce sont des étudiants américains, ils sont 30 000 et sont tous là pour faire la fête. Un rendez-vous rituel pour décompresser après leurs examens que ces jeunes, âgés entre 18 à 20 ans, ne manqueraient pour rien au monde. Pendant quatre semaines, la station balnéaire devient une discothèque géante à ciel ouvert. Et à Cancun, tout est permis. Alcool à volonté, musique, dance, concours de strip-tease, drogue, excès en tous genres... Pour l´industrie touristique mexicaine, le Spring Break, c´est avant tout une formidable machine à cash. Chaque spring breaker dépense en moyenne 1 200 euros lors de son séjour. Hôteliers et tours opérateurs se disputent un marché qui génère 40 millions d´euros, en un mois seulement. Les boîtes de nuit se livrent une guerre commerciale sans merci pour attirer le maximum de clients. Certaines font venir des DJ stars, d´autres misent sur des spectacles de haute voltige où les cascadeurs prennent chaque soir des risques insensés pour assurer le show. Temple mondial de la fête et de la démesure, Cancun est aussi devenue l´un des hauts lieux du crime organisé. Depuis quelques années, les narcotrafiquants mexicains ont pris la ville d´assaut. Et des fusillades ont déjà éclaté en plein cœur de la zone touristique. Pour protéger les fêtards, les autorités mexicaines ont placé l´événement sous haute surveillance. Armée, police fédérale et municipale, près de 500 hommes sont mobilisés dans la zone hôtelière. Les secouristes sont eux aussi sur le qui-vive. Comas éthyliques, bagarres, et traumatismes crâniens, ils interviennent plusieurs fois par nuit. Pendant ces quatre semaines de fête ininterrompue, les caméras d´Enquête Exclusive ont filmé les coulisses du Spring Break le plus déjanté du monde.

      Lire la suite Enquête exclusive (67 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Chaque année, à la même époque, les plages paradisiaques de Cancun, au Mexique, sont prises d´assaut par des vacanciers très particuliers : les spring breakers. Ce sont des étudiants américains, ils sont 30 000 et sont tous là pour faire la fête. Un rendez-vous rituel pour décompresser après leurs examens que ces jeunes, âgés entre 18 à 20 ans, ne manqueraient pour rien au monde. Pendant quatre semaines, la station balnéaire devient une discothèque géante à ciel ouvert. Et à Cancun, tout est permis. Alcool à volonté, musique, dance, concours de strip-tease, drogue, excès en tous genres... Pour l´industrie touristique mexicaine, le Spring Break, c´est avant tout une formidable machine à cash. Chaque spring breaker dépense en moyenne 1 200 euros lors de son séjour. Hôteliers et tours opérateurs se disputent un marché qui génère 40 millions d´euros, en un mois seulement. Les boîtes de nuit se livrent une guerre commerciale sans merci pour attirer le maximum de clients. Certaines font venir des DJ stars, d´autres misent sur des spectacles de haute voltige où les cascadeurs prennent chaque soir des risques insensés pour assurer le show. Temple mondial de la fête et de la démesure, Cancun est aussi devenue l´un des hauts lieux du crime organisé. Depuis quelques années, les narcotrafiquants mexicains ont pris la ville d´assaut. Et des fusillades ont déjà éclaté en plein cœur de la zone touristique. Pour protéger les fêtards, les autorités mexicaines ont placé l´événement sous haute surveillance. Armée, police fédérale et municipale, près de 500 hommes sont mobilisés dans la zone hôtelière. Les secouristes sont eux aussi sur le qui-vive. Comas éthyliques, bagarres, et traumatismes crâniens, ils interviennent plusieurs fois par nuit. Pendant ces quatre semaines de fête ininterrompue, les caméras d´Enquête Exclusive ont filmé les coulisses du Spring Break le plus déjanté du monde.
    • Magazine

      Enquête exclusive

      Panama, paradis tropical et... fiscal

      aucun (0 vote) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      C'est dans ce petit pays d'Amérique centrale que vient d'éclater le plus grand scandale financier international de ces dernières années, l'affaire dite des « Panama Papers ». Des centaines d'entreprises, des hommes politiques, des célébrités, des chefs d'État et de gouvernement, des têtes couronnées mais aussi des trafiquants de drogue avaient placé des millions de dollars dans des sociétés off-shore basées au Panama pour frauder le fisc ou blanchir de l'argent sale. Ces révélations ont fait l'effet d'une bombe planétaire. Reliant deux océans, entre Caraïbes et Pacifique, à travers son célèbre canal maritime, le Panama a des faux airs de Dubaï version latino, avec ses gratte-ciels, ses chantiers, ses magasins de luxe et ses voitures de sport. 4 millions d'habitants, une croissance de 10% par an, le dollar américain comme monnaie locale et une riche population étrangère. Investisseurs, jeunes diplômés et entrepreneurs y affluent du monde entier attirés par ses plages de rêve, sa douceur de vivre, son argent facile et sa législation très « attractive ». Nous avons également exploré l'autre côté du miroir, auprès des oubliés du miracle panaméen, dans les ghettos rongés par les trafics et la violence. Car au Panama, le capitalisme le plus clinquant côtoie la pauvreté la plus extrême. Ici, les jeunes des quartiers déshérités n'ont que leurs poings et leurs armes pour s'en sortir. Frontalier de la Colombie, le pays est aussi un carrefour du trafic de cocaïne. Chaque mois, la police procède à des saisies spectaculaires, parfois de plusieurs tonnes. Nous avons accompagné ses escadrons spécialisés dans leur lutte au quotidien contre les cartels de la drogue.

      Lire la suite Enquête exclusive (67 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      C'est dans ce petit pays d'Amérique centrale que vient d'éclater le plus grand scandale financier international de ces dernières années, l'affaire dite des « Panama Papers ». Des centaines d'entreprises, des hommes politiques, des célébrités, des chefs d'État et de gouvernement, des têtes couronnées mais aussi des trafiquants de drogue avaient placé des millions de dollars dans des sociétés off-shore basées au Panama pour frauder le fisc ou blanchir de l'argent sale. Ces révélations ont fait l'effet d'une bombe planétaire. Reliant deux océans, entre Caraïbes et Pacifique, à travers son célèbre canal maritime, le Panama a des faux airs de Dubaï version latino, avec ses gratte-ciels, ses chantiers, ses magasins de luxe et ses voitures de sport. 4 millions d'habitants, une croissance de 10% par an, le dollar américain comme monnaie locale et une riche population étrangère. Investisseurs, jeunes diplômés et entrepreneurs y affluent du monde entier attirés par ses plages de rêve, sa douceur de vivre, son argent facile et sa législation très « attractive ». Nous avons également exploré l'autre côté du miroir, auprès des oubliés du miracle panaméen, dans les ghettos rongés par les trafics et la violence. Car au Panama, le capitalisme le plus clinquant côtoie la pauvreté la plus extrême. Ici, les jeunes des quartiers déshérités n'ont que leurs poings et leurs armes pour s'en sortir. Frontalier de la Colombie, le pays est aussi un carrefour du trafic de cocaïne. Chaque mois, la police procède à des saisies spectaculaires, parfois de plusieurs tonnes. Nous avons accompagné ses escadrons spécialisés dans leur lutte au quotidien contre les cartels de la drogue.
    • Magazine

      Enquête exclusive

      Un été brûlant à Odessa

      aucun (0 vote) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Située sur les rives de la mer noire, la célèbre ville ukrainienne est une destination balnéaire à la mode. On la surnomme « l'Ibiza des pays de l'Est ». Soleil, plages de rêve, hôtels de luxe, fêtes délirantes et surtout (très) jolies filles : Odessa, c'est la ville de tous les plaisirs. Depuis trois ans, pourtant, le pays est au bord de la guerre civile. Entre pro-Ukrainiens et pro-Russes, la tension est à son comble, les affrontements parfois sanglants, comme ceux du 2 mai 2014 en plein cœur de la ville (48 morts, 175 blessés). En ce début d'été, la situation, toujours instable, pourrait vite dégénérer à nouveau. Étonnant paradoxe de voir des touristes affluer sur les plages pendant que les milices ukrainiennes sillonnent les rues pour chasser les militants russes et que les coups de feu résonnent dans la ville. Nous avons suivi leur chef, Mark Gordienko, déjà en première ligne lors des violents combats de 2014, aujourd'hui chef de la police parallèle d'Odessa. Nous l'avons filmé dans son camp d'entrainement paramilitaire, puis lors d'actions spécifiques. Avec ses hommes, il a notamment envahi la luxueuse villa d'un milliardaire proche de Poutine, 100% corrompu selon lui. À Odessa, les milices font la loi. Alors pour rassurer les touristes et les habitants, le gouvernement a dû créer une nouvelle unité de police. Les recrues, castées comme à Hollywood, ont été formées par le Los Angeles Police Department. Mais la ville a une autre particularité : la concentration de beautés locales est ici l'une des plus élevées au monde. La beauté, en Ukraine, c'est un bon moyen de gagner sa vie et de s'élever sur l'échelle sociale. Comme Tania et Irina, gogo danseuses dans une boîte de nuit en vogue, ou Christina et Zvetlana, deux blondes pulpeuses et dociles à la recherche du (riche) prince charmant étranger. À Odessa, le business des agences matrimoniales est florissant. Et tous les moyens sont bons pour attirer les candidats au mariage, surtout s'ils sont généreux. Entre beautés ukrainiennes prêtes à tout pour se marier, milices privées, tensions communautaires et riches touristes, voyage inédit à Odessa, une ville en ébullition permanente.

      Lire la suite Enquête exclusive (75 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Située sur les rives de la mer noire, la célèbre ville ukrainienne est une destination balnéaire à la mode. On la surnomme « l'Ibiza des pays de l'Est ». Soleil, plages de rêve, hôtels de luxe, fêtes délirantes et surtout (très) jolies filles : Odessa, c'est la ville de tous les plaisirs. Depuis trois ans, pourtant, le pays est au bord de la guerre civile. Entre pro-Ukrainiens et pro-Russes, la tension est à son comble, les affrontements parfois sanglants, comme ceux du 2 mai 2014 en plein cœur de la ville (48 morts, 175 blessés). En ce début d'été, la situation, toujours instable, pourrait vite dégénérer à nouveau. Étonnant paradoxe de voir des touristes affluer sur les plages pendant que les milices ukrainiennes sillonnent les rues pour chasser les militants russes et que les coups de feu résonnent dans la ville. Nous avons suivi leur chef, Mark Gordienko, déjà en première ligne lors des violents combats de 2014, aujourd'hui chef de la police parallèle d'Odessa. Nous l'avons filmé dans son camp d'entrainement paramilitaire, puis lors d'actions spécifiques. Avec ses hommes, il a notamment envahi la luxueuse villa d'un milliardaire proche de Poutine, 100% corrompu selon lui. À Odessa, les milices font la loi. Alors pour rassurer les touristes et les habitants, le gouvernement a dû créer une nouvelle unité de police. Les recrues, castées comme à Hollywood, ont été formées par le Los Angeles Police Department. Mais la ville a une autre particularité : la concentration de beautés locales est ici l'une des plus élevées au monde. La beauté, en Ukraine, c'est un bon moyen de gagner sa vie et de s'élever sur l'échelle sociale. Comme Tania et Irina, gogo danseuses dans une boîte de nuit en vogue, ou Christina et Zvetlana, deux blondes pulpeuses et dociles à la recherche du (riche) prince charmant étranger. À Odessa, le business des agences matrimoniales est florissant. Et tous les moyens sont bons pour attirer les candidats au mariage, surtout s'ils sont généreux. Entre beautés ukrainiennes prêtes à tout pour se marier, milices privées, tensions communautaires et riches touristes, voyage inédit à Odessa, une ville en ébullition permanente.
    • Magazine

      Enquête exclusive

      Saint Barth, l'île secrète des millionnaires

      aucun (0 vote) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      À 6 500 kilomètres de la Métropole, Saint-Barth, cette île des Antilles françaises, minuscule rocher de 25 km², a acquis une réputation internationale. Avant les années 60, les 2 000 habitants de l'île, tous descendants de colons bretons ou normands, survivaient grâce à la pêche ou l'artisanat. En 1957, le milliardaire américain David Rockefeller, séduit par l'extraordinaire beauté des lieux, achète un terrain et s'y fait construire une somptueuse villa. Depuis, les stars internationales et les plus grandes fortunes de la planète l'ont suivi, et l'île est devenue le repère du luxe dans les Caraïbes. En haute saison, les plus gros yachts de la planète envahissent la baie et les immenses villas se louent jusqu'à 200 000 euros la semaine. Les hôtels 5 étoiles affichent complet. Cette année, 2 nouveaux palaces ont ouvert leurs portes. Nous avons suivi les coulisses de l'ouverture de l'un d'entre eux, la Villa Marie, et l'arrivée des premiers clients, tous fortunés. Pour faire tourner l'industrie du tourisme de l'ultra-luxe et construire sans cesse plus de villas d'exception, Saint-Barth peut compter sur des milliers de petites mains. Ils sont environ 3 000 à être venus du Portugal pour tenter leur chance et travailler au paradis. D'autres profitent aussi des moyens illimités de ces riches vacanciers pas comme les autres. Comme Éric, à la tête d'une épicerie fine. Il y propose les meilleurs produits de la planète pour satisfaire sa clientèle particulièrement exigeante. Ici, les ventes de caviar et de truffes du Périgord font exploser son chiffre d'affaires. Ou Loïc, Toulousain de 29 ans devenu le coach des célébrités et des grandes fortunes. Arrivé sur l'île il y a 5 ans, il a aujourd'hui un agenda de ministre. Tout le monde se l'arrache. En exclusivité, nos caméras ont pu partager, en coulisses, le quotidien de nombreux touristes millionnaires pour qui Saint-Barth est devenue, plus qu'un paradis exotique, l'île du luxe absolu.

      Lire la suite Enquête exclusive (75 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      À 6 500 kilomètres de la Métropole, Saint-Barth, cette île des Antilles françaises, minuscule rocher de 25 km², a acquis une réputation internationale. Avant les années 60, les 2 000 habitants de l'île, tous descendants de colons bretons ou normands, survivaient grâce à la pêche ou l'artisanat. En 1957, le milliardaire américain David Rockefeller, séduit par l'extraordinaire beauté des lieux, achète un terrain et s'y fait construire une somptueuse villa. Depuis, les stars internationales et les plus grandes fortunes de la planète l'ont suivi, et l'île est devenue le repère du luxe dans les Caraïbes. En haute saison, les plus gros yachts de la planète envahissent la baie et les immenses villas se louent jusqu'à 200 000 euros la semaine. Les hôtels 5 étoiles affichent complet. Cette année, 2 nouveaux palaces ont ouvert leurs portes. Nous avons suivi les coulisses de l'ouverture de l'un d'entre eux, la Villa Marie, et l'arrivée des premiers clients, tous fortunés. Pour faire tourner l'industrie du tourisme de l'ultra-luxe et construire sans cesse plus de villas d'exception, Saint-Barth peut compter sur des milliers de petites mains. Ils sont environ 3 000 à être venus du Portugal pour tenter leur chance et travailler au paradis. D'autres profitent aussi des moyens illimités de ces riches vacanciers pas comme les autres. Comme Éric, à la tête d'une épicerie fine. Il y propose les meilleurs produits de la planète pour satisfaire sa clientèle particulièrement exigeante. Ici, les ventes de caviar et de truffes du Périgord font exploser son chiffre d'affaires. Ou Loïc, Toulousain de 29 ans devenu le coach des célébrités et des grandes fortunes. Arrivé sur l'île il y a 5 ans, il a aujourd'hui un agenda de ministre. Tout le monde se l'arrache. En exclusivité, nos caméras ont pu partager, en coulisses, le quotidien de nombreux touristes millionnaires pour qui Saint-Barth est devenue, plus qu'un paradis exotique, l'île du luxe absolu.
    • Magazine

      Enquête exclusive

      Marbella : les secrets du Saint-Trop' espagnol

      aucun (0 vote) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Dans le Sud de l'Espagne, sur la Costa del Sol, Marbella est l'une des destinations les plus courues d'Europe. Plages superbes, sable fin, ciel bleu azur... et surtout des clubs privés, des palaces grand luxe, des restaurants ultra branchés ! Depuis les années 60, la cité balnéaire attire la jet-set internationale, venue là pour s'éclater et flamber ! Les caméras d'Enquête Exclusive ont pu suivre une saison estivale dans les coulisses de Marbella, le Saint-Trop' espagnol, en compagnie des rois de la fête et de ceux qui font perdurer le mythe. Il y a d'abord Olivia, la reine française de la nuit. Dans son club, elle attire les célébrités du monde entier et doit gérer les caprices des stars. Paris Hilton a ainsi exigé un massage des pieds, une séance de coiffure et un maquillage spécial avant de se produire en tant que « dj ». Résultat : 3 heures de retard ! Javier, gérant du « Beach club » de Marbella, est aux petits soins pour une clientèle de fêtards très exigeants. Au programme : des shows très dénudés et des litres d'alcool facturés au prix fort. Pour profiter du spectacle, le matelas autour de la piscine se négocie jusqu'à 1 000 euros ! Il y a Carlos, le paparazzi, qui traque les stars américaines ou le prince Hubertus qui nous fait découvrir les coulisses et les secrets des plus grands hôtels, notamment cette suite facturée 30 000 euros la nuit.... Marbella « la flambeuse » souffre pourtant de la crise immobilière. Certaines villas se négocient aujourd'hui jusqu'à 40% en dessous du prix affiché ! De quoi aiguiser les appétits !

      Lire la suite Enquête exclusive (74 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Dans le Sud de l'Espagne, sur la Costa del Sol, Marbella est l'une des destinations les plus courues d'Europe. Plages superbes, sable fin, ciel bleu azur... et surtout des clubs privés, des palaces grand luxe, des restaurants ultra branchés ! Depuis les années 60, la cité balnéaire attire la jet-set internationale, venue là pour s'éclater et flamber ! Les caméras d'Enquête Exclusive ont pu suivre une saison estivale dans les coulisses de Marbella, le Saint-Trop' espagnol, en compagnie des rois de la fête et de ceux qui font perdurer le mythe. Il y a d'abord Olivia, la reine française de la nuit. Dans son club, elle attire les célébrités du monde entier et doit gérer les caprices des stars. Paris Hilton a ainsi exigé un massage des pieds, une séance de coiffure et un maquillage spécial avant de se produire en tant que « dj ». Résultat : 3 heures de retard ! Javier, gérant du « Beach club » de Marbella, est aux petits soins pour une clientèle de fêtards très exigeants. Au programme : des shows très dénudés et des litres d'alcool facturés au prix fort. Pour profiter du spectacle, le matelas autour de la piscine se négocie jusqu'à 1 000 euros ! Il y a Carlos, le paparazzi, qui traque les stars américaines ou le prince Hubertus qui nous fait découvrir les coulisses et les secrets des plus grands hôtels, notamment cette suite facturée 30 000 euros la nuit.... Marbella « la flambeuse » souffre pourtant de la crise immobilière. Certaines villas se négocient aujourd'hui jusqu'à 40% en dessous du prix affiché ! De quoi aiguiser les appétits !
    • Magazine

      Enquête exclusive

      Touristes aux Baléares : la grande invasion

      aucun (0 vote) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Perle des Baléares (Espagne), l´île de Majorque apparaît tel un balcon sur la Méditerranée, bordé d'oliviers, d'orangers, de criques turquoises, et surplombé de villages pittoresques. Classée au patrimoine mondial de l´humanité, l´île est un paradis qui attire de plus en plus de visiteurs. 14 millions durant la saison estivale ! Un véritable raz-de-marée touristique pour une île qui ne compte que 900 000 habitants durant l´année. Résultat, les hôtels et les campings sont bondés, les plages noires de monde, les routes et parkings saturés. Pour les Majorquins, ce tourisme XXL est vécu comme une invasion. Ils le crient haut et fort (« Tourists go home ») et utilisent désormais tous les moyens pour faire fuir les « envahisseurs ». Ces tensions n´ont pas empêché Sylvain, le Strasbourgeois, de venir passer ses vacances à Majorque avec sa femme et ses deux enfants. La famille a choisi un séjour dans un grand hôtel 4 étoiles (avec piscines, terrains de tennis et centre d´équitation) pour un prix imbattable : 2 600 euros pour quinze jours, pension complète et vols compris. Mais à ce tarif-là, il faut bien faire quelques sacrifices. Dès 7 heures du matin, c´est la ruée vers les transats de la piscine pour avoir le meilleur emplacement. Dans les restaurants et les snacks de l´hôtel, c´est la cohue. Sur les plages, tout le monde s´entasse. Et pour les activités nautiques (plongée, ski, scooter des mers), il faut parfois patienter des heures, voire plusieurs jours, pour y avoir accès. À Palma de Majorque, la ville principale, les rues sont inondées de touristes 24 heures sur 24. Beaucoup se pressent à Magaluf, le quartier de tous les excès, avec ses centaines de bars aux néons criards où l´alcool coule à flot. Ici, le niveau de criminalité est trois fois plus élevé que dans le reste du pays. Le soir, agressions, bagarres et vols se multiplient. À la sortie des discothèques, des bandes de jeunes filles dépouillent les touristes les plus alcoolisés. Une unité spéciale de la police de Majorque, les « UDYCO », a dû être créée pour enrayer cette violence et combattre le trafic de drogues qui s´étend de façon spectaculaire dans certains quartiers de la ville et aux abords des grands hôtels. À Majorque, derrière le tourisme de masse, il y a un tourisme beaucoup plus élitiste réservé aux stars et aux milliardaires. Catherine Zeta-Jones, Angelina Jolie, Claudia Schiffer y ont une résidence secondaire, à l´écart des yeux et loin de la foule. Pour la première fois, Sir Richard Branson, le charismatique patron de Virgin, nous ouvre les portes de sa villa au bord de l´eau. Une propriété de rêve de 700 hectares qu´il loue 30 000 euros la semaine.

      Lire la suite Enquête exclusive (74 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Perle des Baléares (Espagne), l´île de Majorque apparaît tel un balcon sur la Méditerranée, bordé d'oliviers, d'orangers, de criques turquoises, et surplombé de villages pittoresques. Classée au patrimoine mondial de l´humanité, l´île est un paradis qui attire de plus en plus de visiteurs. 14 millions durant la saison estivale ! Un véritable raz-de-marée touristique pour une île qui ne compte que 900 000 habitants durant l´année. Résultat, les hôtels et les campings sont bondés, les plages noires de monde, les routes et parkings saturés. Pour les Majorquins, ce tourisme XXL est vécu comme une invasion. Ils le crient haut et fort (« Tourists go home ») et utilisent désormais tous les moyens pour faire fuir les « envahisseurs ». Ces tensions n´ont pas empêché Sylvain, le Strasbourgeois, de venir passer ses vacances à Majorque avec sa femme et ses deux enfants. La famille a choisi un séjour dans un grand hôtel 4 étoiles (avec piscines, terrains de tennis et centre d´équitation) pour un prix imbattable : 2 600 euros pour quinze jours, pension complète et vols compris. Mais à ce tarif-là, il faut bien faire quelques sacrifices. Dès 7 heures du matin, c´est la ruée vers les transats de la piscine pour avoir le meilleur emplacement. Dans les restaurants et les snacks de l´hôtel, c´est la cohue. Sur les plages, tout le monde s´entasse. Et pour les activités nautiques (plongée, ski, scooter des mers), il faut parfois patienter des heures, voire plusieurs jours, pour y avoir accès. À Palma de Majorque, la ville principale, les rues sont inondées de touristes 24 heures sur 24. Beaucoup se pressent à Magaluf, le quartier de tous les excès, avec ses centaines de bars aux néons criards où l´alcool coule à flot. Ici, le niveau de criminalité est trois fois plus élevé que dans le reste du pays. Le soir, agressions, bagarres et vols se multiplient. À la sortie des discothèques, des bandes de jeunes filles dépouillent les touristes les plus alcoolisés. Une unité spéciale de la police de Majorque, les « UDYCO », a dû être créée pour enrayer cette violence et combattre le trafic de drogues qui s´étend de façon spectaculaire dans certains quartiers de la ville et aux abords des grands hôtels. À Majorque, derrière le tourisme de masse, il y a un tourisme beaucoup plus élitiste réservé aux stars et aux milliardaires. Catherine Zeta-Jones, Angelina Jolie, Claudia Schiffer y ont une résidence secondaire, à l´écart des yeux et loin de la foule. Pour la première fois, Sir Richard Branson, le charismatique patron de Virgin, nous ouvre les portes de sa villa au bord de l´eau. Une propriété de rêve de 700 hectares qu´il loue 30 000 euros la semaine.
    • Magazine

      Enquête exclusive

      Porto Cervo : le nouveau joyau de la Méditerranée

      aucun (0 vote) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      En Sardaigne, sur la côte d'émeraude, Porto Cervo est l'une des stations balnéaires les plus prisées et les plus secrètes des vacanciers huppés. On y trouve, comme à Saint-Tropez, Monaco ou Marbella, d'immenses yachts, notamment le Dilbar, propriété de l'oligarque russe Alicher Ousmanov, long de 156 mètres. Certains sont si grands qu'ils ne peuvent pas entrer dans le port. Ils doivent alors mouiller au large, et leurs propriétaireas, tous milliardaires, empruntent leur hélicoptère privé pour rejoindre les boutiques de luxe de la ville. La famille Corda habite sur les hauteurs de Porto Cervo. Son business : transformer une partie de son jardin en héliport. Les grandes fortunes et les stars de la planète se posent donc chez eux ! Renato, lui, fournit les vacanciers fortunés en produits d'exception : caviar, champagne ou truffe. Il est aussi concierge de luxe et monte à bord de ces paquebots des mers pour offrir à ses clients privilégiés ce qu'il y a de mieux. Alejandro, un Mexicain qui séjourne à bord de son yacht, d'ordinaire ancré à Miami, a fait appel à ses services pour découvrir les plus beaux sites de la côte d'émeraude. En juillet et en août, les joailliers les plus prestigieux ouvrent des boutiques, à quelques mètres à peine de la Marina. Porto Cervo devient alors, le temps d'un été, un centre commercial d'ultra-luxe. Certains bijoux se vendent au-delà du million d'euros. De célèbres marques de voitures, comme Rolls Royce ou Maserati, sont aussi présentes. Certains vacanciers profitent ainsi de leur séjour à Porto Cervo pour s'offrir un nouveau bolide qu'ils vont préalablement tester sur les petites routes de l'arrière-pays. À Porto Cervo, se tiennent aussi de somptueuses fêtes, données au bord de la Méditerranée, où les invités sont triés sur le volet. Nos caméras ont été exceptionnellement autorisées à y pénétrer. Les feux d'artifices y sont notamment plus spectaculaires que nulle part ailleurs. Et des stars internationales, comme Gloria Gaynor, y donnent de mémorables concerts. Mais l'été, en Sardaigne, est aussi marqué par une fête traditionnelle. Au cœur des terres, loin des yachts, ils sont des milliers de Sardes à se réunir à l'occasion de l'Ardia de Sedilo, une fête religieuse au cours de laquelle a lieu une course effrénée de chevaux pour commémorer la conversion au christianisme de l'empereur Constantin.

      Lire la suite Enquête exclusive (73 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      En Sardaigne, sur la côte d'émeraude, Porto Cervo est l'une des stations balnéaires les plus prisées et les plus secrètes des vacanciers huppés. On y trouve, comme à Saint-Tropez, Monaco ou Marbella, d'immenses yachts, notamment le Dilbar, propriété de l'oligarque russe Alicher Ousmanov, long de 156 mètres. Certains sont si grands qu'ils ne peuvent pas entrer dans le port. Ils doivent alors mouiller au large, et leurs propriétaireas, tous milliardaires, empruntent leur hélicoptère privé pour rejoindre les boutiques de luxe de la ville. La famille Corda habite sur les hauteurs de Porto Cervo. Son business : transformer une partie de son jardin en héliport. Les grandes fortunes et les stars de la planète se posent donc chez eux ! Renato, lui, fournit les vacanciers fortunés en produits d'exception : caviar, champagne ou truffe. Il est aussi concierge de luxe et monte à bord de ces paquebots des mers pour offrir à ses clients privilégiés ce qu'il y a de mieux. Alejandro, un Mexicain qui séjourne à bord de son yacht, d'ordinaire ancré à Miami, a fait appel à ses services pour découvrir les plus beaux sites de la côte d'émeraude. En juillet et en août, les joailliers les plus prestigieux ouvrent des boutiques, à quelques mètres à peine de la Marina. Porto Cervo devient alors, le temps d'un été, un centre commercial d'ultra-luxe. Certains bijoux se vendent au-delà du million d'euros. De célèbres marques de voitures, comme Rolls Royce ou Maserati, sont aussi présentes. Certains vacanciers profitent ainsi de leur séjour à Porto Cervo pour s'offrir un nouveau bolide qu'ils vont préalablement tester sur les petites routes de l'arrière-pays. À Porto Cervo, se tiennent aussi de somptueuses fêtes, données au bord de la Méditerranée, où les invités sont triés sur le volet. Nos caméras ont été exceptionnellement autorisées à y pénétrer. Les feux d'artifices y sont notamment plus spectaculaires que nulle part ailleurs. Et des stars internationales, comme Gloria Gaynor, y donnent de mémorables concerts. Mais l'été, en Sardaigne, est aussi marqué par une fête traditionnelle. Au cœur des terres, loin des yachts, ils sont des milliers de Sardes à se réunir à l'occasion de l'Ardia de Sedilo, une fête religieuse au cours de laquelle a lieu une course effrénée de chevaux pour commémorer la conversion au christianisme de l'empereur Constantin.
    • Magazine

      Enquête exclusive

      Vacances au bout du monde : sos Français en détresse

      excellent! (2 votes) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      À l'étranger, les Français ne sont jamais seuls en cas de problème. N'importe où dans le monde, lorsqu'un ressortissant français (touriste ou en déplacement professionnel) perd ou se fait voler ses papiers, est victime d'un accident, d'une agression, d'une catastrophe naturelle, lorsqu'il doit se faire hospitaliser ou même emprisonner, il peut compter sur les agents du ministère des Affaires étrangères. La France détient le troisième réseau diplomatique au monde. Aux quatre coins de la planète, il y a 163 ambassades et, surtout, plus de 500 consuls qui, sur le terrain, servent tour à tour de référent administratif, d'assistant social, de conseiller et aussi de psychologue. À New Delhi (Inde), nous avons suivi le consul Dimitri Demianenko, un diplomate chevronné de 45 ans. Délivrance de passeports en urgence, aide aux touristes victimes d'arnaques et visites à l'hôpital de Français atteints du « syndrome de l'Inde » (hallucinations, crises d'angoisse et de panique), le consul met tout en œuvre pour secourir ses compatriotes en détresse. Il a même créé un service d'aide sociale unique en son genre, qui reçoit notamment les femmes françaises confrontées à un mari indien violent. À Rio de Janeiro (Brésil), Sebastien Jandeau, le chef de chancellerie du consulat vole au secours de jeunes Français arrivés au Brésil sans argent et sans contact. Complètement perdus, ils deviennent des proies faciles. Sébastien Jandeau va même jusqu'à rendre visite aux Français jetés en prison par les autorités brésiliennes. Sa mission : leur trouver un avocat et s'assurer qu'ils sont en bonne santé et ne manquent de rien. Plus de deux millions de Français résident hors de France. Pour veilleur sur eux, le ministère des Affaires étrangères se repose sur un important réseau de bénévoles. Aux Îles Canaries (Espagne), c'est un chef d'entreprise espagnol, amoureux de la France, qui vient en aide aux résidents français en difficulté. En France, au quai d'Orsay à Paris, il y a aussi une cellule de crise chargée de gérer et coordonner les problèmes des Français en déplacement à l'étranger. Elle compte 72 agents, tous des spécialistes de la logistique, de l'aide médicale d'urgence et de la recherche de victimes. Pour la première fois, le quai d'Orsay a accepté d'ouvrir ses portes à une équipe de télévision afin de pouvoir filmer, au quotidien, ces consuls qui viennent au secours des Français au bout du monde.

      Lire la suite Enquête exclusive (66 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      À l'étranger, les Français ne sont jamais seuls en cas de problème. N'importe où dans le monde, lorsqu'un ressortissant français (touriste ou en déplacement professionnel) perd ou se fait voler ses papiers, est victime d'un accident, d'une agression, d'une catastrophe naturelle, lorsqu'il doit se faire hospitaliser ou même emprisonner, il peut compter sur les agents du ministère des Affaires étrangères. La France détient le troisième réseau diplomatique au monde. Aux quatre coins de la planète, il y a 163 ambassades et, surtout, plus de 500 consuls qui, sur le terrain, servent tour à tour de référent administratif, d'assistant social, de conseiller et aussi de psychologue. À New Delhi (Inde), nous avons suivi le consul Dimitri Demianenko, un diplomate chevronné de 45 ans. Délivrance de passeports en urgence, aide aux touristes victimes d'arnaques et visites à l'hôpital de Français atteints du « syndrome de l'Inde » (hallucinations, crises d'angoisse et de panique), le consul met tout en œuvre pour secourir ses compatriotes en détresse. Il a même créé un service d'aide sociale unique en son genre, qui reçoit notamment les femmes françaises confrontées à un mari indien violent. À Rio de Janeiro (Brésil), Sebastien Jandeau, le chef de chancellerie du consulat vole au secours de jeunes Français arrivés au Brésil sans argent et sans contact. Complètement perdus, ils deviennent des proies faciles. Sébastien Jandeau va même jusqu'à rendre visite aux Français jetés en prison par les autorités brésiliennes. Sa mission : leur trouver un avocat et s'assurer qu'ils sont en bonne santé et ne manquent de rien. Plus de deux millions de Français résident hors de France. Pour veilleur sur eux, le ministère des Affaires étrangères se repose sur un important réseau de bénévoles. Aux Îles Canaries (Espagne), c'est un chef d'entreprise espagnol, amoureux de la France, qui vient en aide aux résidents français en difficulté. En France, au quai d'Orsay à Paris, il y a aussi une cellule de crise chargée de gérer et coordonner les problèmes des Français en déplacement à l'étranger. Elle compte 72 agents, tous des spécialistes de la logistique, de l'aide médicale d'urgence et de la recherche de victimes. Pour la première fois, le quai d'Orsay a accepté d'ouvrir ses portes à une équipe de télévision afin de pouvoir filmer, au quotidien, ces consuls qui viennent au secours des Français au bout du monde.
    • Magazine

      Enquête exclusive

      Roissy CDG : un aéroport sous très haute surveillance

      aucun (0 vote) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      C'est le plus grand aéroport de France : 65 millions de passagers par an, 315 destinations à travers le monde, 500 000 mouvements d'avions en 2016. Plateforme aérienne et commerciale, Roissy-Charles de Gaulle abrite plus de 700 entreprises, qui emploient 85 000 salariés, et voit circuler chaque jour des centaines de milliers de tonnes de marchandises. Synonyme de rêve et de voyage, l'aéroport est aussi un endroit propice aux arnaques, aux vols et aux trafics en tout genre. Pour y faire face, de nombreuses unités spécialisées. Parmi elles, la Police aux Frontières (PAF, 1 600 hommes) qui s'occupe notamment des vols de bagages (3 000 affaires enregistrées en 2016). En civil, ils traquent les pickpockets avec l'objectif de les interpeller en flagrant délit. Ces derniers temps, ils ont repéré des escrocs d'un nouveau genre, qui détroussent ouvertement les voyageurs grâce à un ingénieux scénario... Les hommes de la PAF sont aussi chargés d'enrayer les filières d'immigration clandestines et de pister les personnes interdites de territoire. Ils passent à la loupe chaque arrivée d'avion. Usurpation d'identité, faux documents, voyages déguisés : à Roissy, l'année dernière, 7 000 personnes se sont vues refuser l'entrée sur le sol français. À Roissy, il y a aussi le très important service des Douanes. Sa mission principale : déceler les importations de produits illégaux. Contrefaçons, produits de consommation interdits, passeurs de drogue, importations illégales d'œuvres d'art ou d'animaux exotiques protégés… Nous avons suivi les agents des douanes de Roissy qui, chaque jour, repèrent des passeurs de drogue dans le flot des milliers de voyageurs. Leur spécialité : la cocaïne qui atterrit à l'aéroport, en provenance directe des pays producteurs. Les passeurs, ou mules, utilisent des techniques de plus en plus sophistiquées pour cacher la drogue. Malgré cela, depuis le début de l'année, la douane a déjà saisi 350 kilos de cocaïne pour une valeur marchande de cinq millions d'euros. L'aéroport, c'est également la porte d'entrée du courrier international sur notre territoire. Les douaniers du tri postal sont confrontés à un nouveau phénomène : l'explosion de la vente en ligne de produits stupéfiants. Grâce à une technique de reconnaissance imparable, ils ont réussi, l'année dernière, à mettre la main sur 400 kilos de drogue (cocaïne, herbe, MDMA, LSD, amphétamines diverses…) pour une valeur de 4 millions d'euros. Embarquement immédiat dans les coulisses de l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle.

      Lire la suite Enquête exclusive (67 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      C'est le plus grand aéroport de France : 65 millions de passagers par an, 315 destinations à travers le monde, 500 000 mouvements d'avions en 2016. Plateforme aérienne et commerciale, Roissy-Charles de Gaulle abrite plus de 700 entreprises, qui emploient 85 000 salariés, et voit circuler chaque jour des centaines de milliers de tonnes de marchandises. Synonyme de rêve et de voyage, l'aéroport est aussi un endroit propice aux arnaques, aux vols et aux trafics en tout genre. Pour y faire face, de nombreuses unités spécialisées. Parmi elles, la Police aux Frontières (PAF, 1 600 hommes) qui s'occupe notamment des vols de bagages (3 000 affaires enregistrées en 2016). En civil, ils traquent les pickpockets avec l'objectif de les interpeller en flagrant délit. Ces derniers temps, ils ont repéré des escrocs d'un nouveau genre, qui détroussent ouvertement les voyageurs grâce à un ingénieux scénario... Les hommes de la PAF sont aussi chargés d'enrayer les filières d'immigration clandestines et de pister les personnes interdites de territoire. Ils passent à la loupe chaque arrivée d'avion. Usurpation d'identité, faux documents, voyages déguisés : à Roissy, l'année dernière, 7 000 personnes se sont vues refuser l'entrée sur le sol français. À Roissy, il y a aussi le très important service des Douanes. Sa mission principale : déceler les importations de produits illégaux. Contrefaçons, produits de consommation interdits, passeurs de drogue, importations illégales d'œuvres d'art ou d'animaux exotiques protégés… Nous avons suivi les agents des douanes de Roissy qui, chaque jour, repèrent des passeurs de drogue dans le flot des milliers de voyageurs. Leur spécialité : la cocaïne qui atterrit à l'aéroport, en provenance directe des pays producteurs. Les passeurs, ou mules, utilisent des techniques de plus en plus sophistiquées pour cacher la drogue. Malgré cela, depuis le début de l'année, la douane a déjà saisi 350 kilos de cocaïne pour une valeur marchande de cinq millions d'euros. L'aéroport, c'est également la porte d'entrée du courrier international sur notre territoire. Les douaniers du tri postal sont confrontés à un nouveau phénomène : l'explosion de la vente en ligne de produits stupéfiants. Grâce à une technique de reconnaissance imparable, ils ont réussi, l'année dernière, à mettre la main sur 400 kilos de drogue (cocaïne, herbe, MDMA, LSD, amphétamines diverses…) pour une valeur de 4 millions d'euros. Embarquement immédiat dans les coulisses de l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle.
    • Magazine

      Enquête exclusive

      New york, capitale du monde

      bien (76 votes) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Après plusieurs années de crise, New York, « la ville qui ne dort jamais », est redevenue la capitale du monde. L'activité économique est en plein boom, l'argent coule à flot. À Wall Street, les grandes fortunes sont de retour (95 milliardaires rien qu'à Manhattan, +28% par rapport à 2013) et le tourisme explose avec plus de 50 millions de visiteurs par an. New York, c'est aussi la ville qui compte le plus grand nombre de gratte-ciels au kilomètre carré. Pour rester la ville la plus attractive, New York multiplie les projets immobiliers spectaculaires : des tours de verre et d'acier ultra-luxueuses, aussi hautes que l'Empire State Building, avec vue imprenable sur le Skyline et Central Park. Certains appartements s'y négocient jusqu'à 150 millions de dollars. Si les milliardaires vivent au sommet des buildings, à l'autre extrémité, les plus pauvres se retrouvent dans les entrailles et les bas-fonds de la ville. Car New York détient un autre record : celle d'une des villes les plus inégalitaires au monde. Chassés par les autorités, qui veulent faire de New York une ville « propre », certains sans-abris ont ainsi trouvé refuge dans des galeries souterraines, près des rails du métro. D'autres vivent dans des hôtels de misère, situés au cœur de Manhattan, dans des conditions d'insalubrité totale. Comment imaginer que de tels établissements, semblables à ceux du quart-monde, puissent exister dans l'une des villes les plus riches de la planète ? Pour cette enquête inédite sur le Manhattan des riches et celui des pauvres, nous avons partagé le quotidien de nombreux new-yorkais. Robert Couturier, le décorateur des milliardaires. Arrivé il y a 30 ans, cet architecte français nous fait découvrir l'univers très secret des milliardaires new-yorkais et nous ouvre exceptionnellement les portes de leurs appartements extravagants (700 mètres carrés en moyenne). Monique est une riche héritière. Le quotidien de cette jolie jeune femme de 30 ans n'est qu'une suite ininterrompue de plaisirs, entre shopping, soins de beauté, cocktails mondains et galas de charité. Avec Miguel, le « rat » des souterrains, nous découvrons la face cachée de New York ; celle que les autorités interdisent de filmer, 30 mètres sous terre. En pleine nuit, nous pénétrons dans un monde parallèle. Celui des souterrains qui parcourent les 1 000 km de voies ferrées, dans les entrailles de la ville. Zu, lui, vit dans 4 mètres carrés, au 10e étage d'un hôtel sordide. Pour accéder à son logement, un escalier secret qui mène à l'un des lieux les plus incroyables de Manhattan. Xénia, une jeune Française, se bat chaque jour pour s'imposer à New York. En attendant, elle a dû s'installer dans un squat à Brooklyn, un ex-quartier dangereux qui est en train de devenir le quartier le plus branché de New York. En 10 ans, le prix de l'immobilier y a triplé !

      Lire la suite Enquête exclusive (64 vidéos) 4 commentaires
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Après plusieurs années de crise, New York, « la ville qui ne dort jamais », est redevenue la capitale du monde. L'activité économique est en plein boom, l'argent coule à flot. À Wall Street, les grandes fortunes sont de retour (95 milliardaires rien qu'à Manhattan, +28% par rapport à 2013) et le tourisme explose avec plus de 50 millions de visiteurs par an. New York, c'est aussi la ville qui compte le plus grand nombre de gratte-ciels au kilomètre carré. Pour rester la ville la plus attractive, New York multiplie les projets immobiliers spectaculaires : des tours de verre et d'acier ultra-luxueuses, aussi hautes que l'Empire State Building, avec vue imprenable sur le Skyline et Central Park. Certains appartements s'y négocient jusqu'à 150 millions de dollars. Si les milliardaires vivent au sommet des buildings, à l'autre extrémité, les plus pauvres se retrouvent dans les entrailles et les bas-fonds de la ville. Car New York détient un autre record : celle d'une des villes les plus inégalitaires au monde. Chassés par les autorités, qui veulent faire de New York une ville « propre », certains sans-abris ont ainsi trouvé refuge dans des galeries souterraines, près des rails du métro. D'autres vivent dans des hôtels de misère, situés au cœur de Manhattan, dans des conditions d'insalubrité totale. Comment imaginer que de tels établissements, semblables à ceux du quart-monde, puissent exister dans l'une des villes les plus riches de la planète ? Pour cette enquête inédite sur le Manhattan des riches et celui des pauvres, nous avons partagé le quotidien de nombreux new-yorkais. Robert Couturier, le décorateur des milliardaires. Arrivé il y a 30 ans, cet architecte français nous fait découvrir l'univers très secret des milliardaires new-yorkais et nous ouvre exceptionnellement les portes de leurs appartements extravagants (700 mètres carrés en moyenne). Monique est une riche héritière. Le quotidien de cette jolie jeune femme de 30 ans n'est qu'une suite ininterrompue de plaisirs, entre shopping, soins de beauté, cocktails mondains et galas de charité. Avec Miguel, le « rat » des souterrains, nous découvrons la face cachée de New York ; celle que les autorités interdisent de filmer, 30 mètres sous terre. En pleine nuit, nous pénétrons dans un monde parallèle. Celui des souterrains qui parcourent les 1 000 km de voies ferrées, dans les entrailles de la ville. Zu, lui, vit dans 4 mètres carrés, au 10e étage d'un hôtel sordide. Pour accéder à son logement, un escalier secret qui mène à l'un des lieux les plus incroyables de Manhattan. Xénia, une jeune Française, se bat chaque jour pour s'imposer à New York. En attendant, elle a dû s'installer dans un squat à Brooklyn, un ex-quartier dangereux qui est en train de devenir le quartier le plus branché de New York. En 10 ans, le prix de l'immobilier y a triplé !
    • Magazine

      Enquête exclusive

      Techno et rodéo : un été survolté à Montréal

      aucun (0 vote) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      À Montréal (Canada, province du Québec), le thermomètre peut descendre jusqu'à -30° l'hiver et remonter à +30° en été. C'est l'un des écarts de température les plus élevés au monde. Dans cette ville « aux deux saisons », située au bord du fleuve Saint-Laurent, les Montréalais sont passés maîtres dans l'art de profiter des beaux jours. Dès l'arrivée de l'été, les festivals en plein air se multiplient. Rien que sur la période de juillet-août, on en compte quarante. Parmi eux, le « Beach club », l'une des messes technos les plus déjantées du Canada, créée par Olivier. Ce jeune Montréalais de 31 ans a racheté un vieux club de vacances au bord d'un lac pour le transformer en une discothèque géante, digne des plus prestigieux dance floors de Miami ou d'Ibiza. Météo oblige, il n'a que deux mois pour réaliser son chiffre d'affaires de l'année. Pour faire le plein de fêtards, il fait venir les plus grands DJ de la planète. Et c'est un énorme succès ! 5 000 personnes s'y bousculent tous les week-ends dans une ambiance survoltée. Ceux qui préfèrent l'authenticité et les traditions du grand Ouest vont à Sainte Tite, un petit village à deux heures de Montréal. Chaque été, pendant 10 jours, s'y tient le plus grand festival country-western d'Amérique du Nord. 600 000 visiteurs, des spectacles, des concerts, des barbecues géants et 15 000 caravanes (de véritables maisons sur roues). Jean-Pierre et Catherine, deux Français passionnés de culture western, ont fait le voyage de Bourgogne et ne manquent aucune des compétitions de rodéos. Pour Jessica, une jeune championne québécoise de rodéo, le festival est l'événement le plus important de l'année. Sa discipline : la course de barils, une course de vitesse à cheval chronométrée dont elle est la grande favorite. À côté des grands festivals, à Montréal et dans tout le Québec, il y a une date incontournable : le 1er juillet. Un déménagement géant ! 250 000 ménages changent de domicile simultanément, la plupart des baux locatifs se terminant le même jour. Dans les rues, c'est un immense défilé de camions. Une aubaine pour les déménageurs qui doublent, voire qui triplent leurs tarifs ce jour-là. Sur une seule journée, Frédéric, patron d'une société de déménagement, réalise un chiffre d'affaires de 50 000 euros ! Outre les touristes, Montréal, deuxième ville francophone la plus peuplée d'Amérique du Nord (1 800 000 habitants), attire aussi les travailleurs étrangers. Un engouement dû au taux de chômage très bas, à peine 5%. La ville séduit de nombreux Français comme Bastien, 33 ans. Originaire de Bretagne, il a posé ses valises au pays de l'érable il y a 10 ans. Ce jeune entrepreneur a devancé les Québécois avec une idée originale : créer des sodas au… sirop d'érable. Bastien profite des festivals de l'été pour les faire connaitre.

      Lire la suite Enquête exclusive (65 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      À Montréal (Canada, province du Québec), le thermomètre peut descendre jusqu'à -30° l'hiver et remonter à +30° en été. C'est l'un des écarts de température les plus élevés au monde. Dans cette ville « aux deux saisons », située au bord du fleuve Saint-Laurent, les Montréalais sont passés maîtres dans l'art de profiter des beaux jours. Dès l'arrivée de l'été, les festivals en plein air se multiplient. Rien que sur la période de juillet-août, on en compte quarante. Parmi eux, le « Beach club », l'une des messes technos les plus déjantées du Canada, créée par Olivier. Ce jeune Montréalais de 31 ans a racheté un vieux club de vacances au bord d'un lac pour le transformer en une discothèque géante, digne des plus prestigieux dance floors de Miami ou d'Ibiza. Météo oblige, il n'a que deux mois pour réaliser son chiffre d'affaires de l'année. Pour faire le plein de fêtards, il fait venir les plus grands DJ de la planète. Et c'est un énorme succès ! 5 000 personnes s'y bousculent tous les week-ends dans une ambiance survoltée. Ceux qui préfèrent l'authenticité et les traditions du grand Ouest vont à Sainte Tite, un petit village à deux heures de Montréal. Chaque été, pendant 10 jours, s'y tient le plus grand festival country-western d'Amérique du Nord. 600 000 visiteurs, des spectacles, des concerts, des barbecues géants et 15 000 caravanes (de véritables maisons sur roues). Jean-Pierre et Catherine, deux Français passionnés de culture western, ont fait le voyage de Bourgogne et ne manquent aucune des compétitions de rodéos. Pour Jessica, une jeune championne québécoise de rodéo, le festival est l'événement le plus important de l'année. Sa discipline : la course de barils, une course de vitesse à cheval chronométrée dont elle est la grande favorite. À côté des grands festivals, à Montréal et dans tout le Québec, il y a une date incontournable : le 1er juillet. Un déménagement géant ! 250 000 ménages changent de domicile simultanément, la plupart des baux locatifs se terminant le même jour. Dans les rues, c'est un immense défilé de camions. Une aubaine pour les déménageurs qui doublent, voire qui triplent leurs tarifs ce jour-là. Sur une seule journée, Frédéric, patron d'une société de déménagement, réalise un chiffre d'affaires de 50 000 euros ! Outre les touristes, Montréal, deuxième ville francophone la plus peuplée d'Amérique du Nord (1 800 000 habitants), attire aussi les travailleurs étrangers. Un engouement dû au taux de chômage très bas, à peine 5%. La ville séduit de nombreux Français comme Bastien, 33 ans. Originaire de Bretagne, il a posé ses valises au pays de l'érable il y a 10 ans. Ce jeune entrepreneur a devancé les Québécois avec une idée originale : créer des sodas au… sirop d'érable. Bastien profite des festivals de l'été pour les faire connaitre.
    • Magazine

      Enquête exclusive

      Ils ont voté Trump : immersion au cœur de l'Amérique profonde

      bien (17 votes) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      De l'Amérique, on croit avoir tout vu. Pourtant, il existe une communauté de 70 millions d'Américains, inconnue en Europe, au mode de vie étrange. Aux États-Unis, on les appelle les « Rednecks » (nuques rouges), car ils ont l'habitude de travailler en plein air et d'avoir le cou brûlé par le soleil. Ils sont blancs, pauvres, peu éduqués, parfois racistes. Ils vivent dans l'Amérique profonde, à la campagne et au cœur des forêts, loin des villes et des médias. Ils aiment la chasse, les armes, le rock'n'roll, les gros 4x4 et les combats de filles dénudées dans la boue. Ils sont considérés comme des « ploucs », des « bouseux » ou des « culs-terreux ». On se moque d'eux, même Hollywood les tourne en dérision. Mais c'est en écoutant ces millions de Rednecks, cette Amérique d'en bas, en entendant leur colère, que Donald Trump a remporté les élections. Le rassemblement emblématique de la communauté Redneck se tient une fois par an en Louisiane, au milieu de champs, encerclés par les bayous. C'est le « Mud Fest », un festival unique au monde qui attire en moyenne 200 000 Rednecks. Ici, les gros moteurs pétaradent, le son du rock perce les tympans, pendant que la bière coule à flot et les tonnes de poulets frits baignent dans l'huile. Au programme : traverser, au volant de son engin (4x4, camion, buggy), des étendues de boue en faisant le plus de bruit possible. Objectif : montrer aux autres que son moteur est le plus puissant et que ses roues sont les plus grosses. Les caméras d'Enquête Exclusive ont suivi Gordon, ancien tireur d'élite de l'armée américaine, aujourd'hui ferrailleur. Il vient au festival pour faire admirer son nouveau pick-up, décoré aux couleurs du drapeau américain, mais aussi pour s'autoriser toutes les transgressions. Alcool, drogue et filles… Au Mud Fest, les filles n'ont pas froid aux yeux. Nous avons aussi rencontré les Robertson, la famille Redneck la plus connue du pays. En France, personne ne les connaît. Aux États-Unis, ils sont plus célèbres que les Kardashian, grâce à leur show télé « Duck Dynasty ». Avec 12 millions de téléspectateurs chaque semaine, c'est l'une des émissions les plus regardées de l'histoire de la télévision américaine. « Duck Dynasty » raconte le quotidien de cette famille qui aime la chasse et la vie au grand air. Une famille devenue immensément riche grâce à la vente de leurs appeaux pour la chasse au canard, les meilleurs d'Amérique... Si les Rednecks sont vus comme une communauté à part, ils sont aussi croyants, très patriotes et incarnent une Amérique d'un autre âge ; une époque où le pays était coupé en deux : le Nord et le Sud. Leur symbole est le drapeau des Confédérés. Avec l'élection de Donald Trump, la parole raciste s'est libérée. Désormais, des groupuscules radicaux essaiment le sud du pays : les Northern White Knights, les Georgia Crusaders, les Rebel Brigade Knights ou Nordic Order Knights, des groupes nés de l'éclatement du Ku Klux Klan. Entre les Rednecks et les suprématistes blancs, la frontière est parfois ténue. Will Quigg, l'un des nouveaux leaders des Chevaliers Blancs, a permis exceptionnellement aux caméras d'Enquête Exclusive de le suivre au quotidien, pour notamment dévoiler ses méthodes de recrutement au sein de la communauté Redneck. Une communauté moquée, oubliée, qui se fait désormais entendre.

      Lire la suite Enquête exclusive (63 vidéos) 5 commentaires
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      De l'Amérique, on croit avoir tout vu. Pourtant, il existe une communauté de 70 millions d'Américains, inconnue en Europe, au mode de vie étrange. Aux États-Unis, on les appelle les « Rednecks » (nuques rouges), car ils ont l'habitude de travailler en plein air et d'avoir le cou brûlé par le soleil. Ils sont blancs, pauvres, peu éduqués, parfois racistes. Ils vivent dans l'Amérique profonde, à la campagne et au cœur des forêts, loin des villes et des médias. Ils aiment la chasse, les armes, le rock'n'roll, les gros 4x4 et les combats de filles dénudées dans la boue. Ils sont considérés comme des « ploucs », des « bouseux » ou des « culs-terreux ». On se moque d'eux, même Hollywood les tourne en dérision. Mais c'est en écoutant ces millions de Rednecks, cette Amérique d'en bas, en entendant leur colère, que Donald Trump a remporté les élections. Le rassemblement emblématique de la communauté Redneck se tient une fois par an en Louisiane, au milieu de champs, encerclés par les bayous. C'est le « Mud Fest », un festival unique au monde qui attire en moyenne 200 000 Rednecks. Ici, les gros moteurs pétaradent, le son du rock perce les tympans, pendant que la bière coule à flot et les tonnes de poulets frits baignent dans l'huile. Au programme : traverser, au volant de son engin (4x4, camion, buggy), des étendues de boue en faisant le plus de bruit possible. Objectif : montrer aux autres que son moteur est le plus puissant et que ses roues sont les plus grosses. Les caméras d'Enquête Exclusive ont suivi Gordon, ancien tireur d'élite de l'armée américaine, aujourd'hui ferrailleur. Il vient au festival pour faire admirer son nouveau pick-up, décoré aux couleurs du drapeau américain, mais aussi pour s'autoriser toutes les transgressions. Alcool, drogue et filles… Au Mud Fest, les filles n'ont pas froid aux yeux. Nous avons aussi rencontré les Robertson, la famille Redneck la plus connue du pays. En France, personne ne les connaît. Aux États-Unis, ils sont plus célèbres que les Kardashian, grâce à leur show télé « Duck Dynasty ». Avec 12 millions de téléspectateurs chaque semaine, c'est l'une des émissions les plus regardées de l'histoire de la télévision américaine. « Duck Dynasty » raconte le quotidien de cette famille qui aime la chasse et la vie au grand air. Une famille devenue immensément riche grâce à la vente de leurs appeaux pour la chasse au canard, les meilleurs d'Amérique... Si les Rednecks sont vus comme une communauté à part, ils sont aussi croyants, très patriotes et incarnent une Amérique d'un autre âge ; une époque où le pays était coupé en deux : le Nord et le Sud. Leur symbole est le drapeau des Confédérés. Avec l'élection de Donald Trump, la parole raciste s'est libérée. Désormais, des groupuscules radicaux essaiment le sud du pays : les Northern White Knights, les Georgia Crusaders, les Rebel Brigade Knights ou Nordic Order Knights, des groupes nés de l'éclatement du Ku Klux Klan. Entre les Rednecks et les suprématistes blancs, la frontière est parfois ténue. Will Quigg, l'un des nouveaux leaders des Chevaliers Blancs, a permis exceptionnellement aux caméras d'Enquête Exclusive de le suivre au quotidien, pour notamment dévoiler ses méthodes de recrutement au sein de la communauté Redneck. Une communauté moquée, oubliée, qui se fait désormais entendre.
    • Magazine

      Enquête exclusive

      Corée du Nord - USA : le bras de fer de tous les dangers

      aucun (0 vote) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      C'est l'une des rencontres les plus importantes et les plus inattendues de l'histoire contemporaine. Le 12 juin prochain, à Singapour, Kim Jong Un, le leader nord-coréen, et Donald Trump, le président américain, ont décidé de se rencontrer pour une poignée de mains historique. Après s'être insultés et provoqués par communiqués interposés jusqu'à la menace d'une guerre nucléaire, les deux hommes jouent désormais la carte de l'apaisement, se donnant même l'image de nouveaux défenseurs de la paix dans le monde. Comment expliquer un tel revirement de situation ? Comment cette rencontre a-t-elle été organisée en coulisses ? Et qu'en attendent secrètement Kim Jong Un et Donald Trump ? Le magazine Enquête Exclusive a déjà diffusé trois documentaires qui ont fait date sur la Corée du Nord (2006, 2010, 2017). À travers nos archives, enrichies de nouvelles informations sur les coulisses de cet évènement, nous vous proposons un retour sur les grands moments de l'histoire de la Corée du Nord, le pays le plus fermé du monde, depuis sa création par Kim Il-Sung en 1953 jusqu'à l'accession au pouvoir de Kim Jong-Un, le petit-fils du fondateur de cette dynastie communiste, en 2011. Comment les 23 millions de Nord-Coréens, privés de liberté et de droits d'expression, vivent-ils au quotidien dans cette étonnante tyrannie d'un autre âge ? Quel régime de terreur Kim Il Sung, Kim Jong Il et Kim Jong Un, dictateurs de père en fils, ont-ils installé dans le pays pour se maintenir au pouvoir et asservir leur peuple ?

      Lire la suite Enquête exclusive (64 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      C'est l'une des rencontres les plus importantes et les plus inattendues de l'histoire contemporaine. Le 12 juin prochain, à Singapour, Kim Jong Un, le leader nord-coréen, et Donald Trump, le président américain, ont décidé de se rencontrer pour une poignée de mains historique. Après s'être insultés et provoqués par communiqués interposés jusqu'à la menace d'une guerre nucléaire, les deux hommes jouent désormais la carte de l'apaisement, se donnant même l'image de nouveaux défenseurs de la paix dans le monde. Comment expliquer un tel revirement de situation ? Comment cette rencontre a-t-elle été organisée en coulisses ? Et qu'en attendent secrètement Kim Jong Un et Donald Trump ? Le magazine Enquête Exclusive a déjà diffusé trois documentaires qui ont fait date sur la Corée du Nord (2006, 2010, 2017). À travers nos archives, enrichies de nouvelles informations sur les coulisses de cet évènement, nous vous proposons un retour sur les grands moments de l'histoire de la Corée du Nord, le pays le plus fermé du monde, depuis sa création par Kim Il-Sung en 1953 jusqu'à l'accession au pouvoir de Kim Jong-Un, le petit-fils du fondateur de cette dynastie communiste, en 2011. Comment les 23 millions de Nord-Coréens, privés de liberté et de droits d'expression, vivent-ils au quotidien dans cette étonnante tyrannie d'un autre âge ? Quel régime de terreur Kim Il Sung, Kim Jong Il et Kim Jong Un, dictateurs de père en fils, ont-ils installé dans le pays pour se maintenir au pouvoir et asservir leur peuple ?

    Audiences replay du 16-07