Revoir un programme tv en replay et en streaming
  • Enquête exclusive en replay (41 vidéos)

    A propos de Enquête exclusive

    Créée en 2005 et présentée par Bernard de la Villardière, Enquête exclusive est un magazine d'investigation diffusé le dimanche en deuxième partie de soirée sur M6. Chaque émission propose un reportage unique, souvent centré sur une destination étrangère (Detroit, Buenos Aires, Londres ont notamment été abordées en 2012), et s'attache à révéler certaines pratiques et business exercés en ces lieux. Avec ce magazine, la polémique n'est jamais loin, et très souvent on accuse l'animateur de faire du racolage sur des sujets touchants la prostitution ou la drogue, alors que les statistiques donnent tort à cette hypothèse.

    • Magazine

      Enquête exclusive

      Gendarmerie scientifique : les experts face au crime

      excellent! (1 vote) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Vols et cambriolages en série, gangs de voleurs de véhicules, catastrophes aériennes ou routières… Ces affaires ultra-sensibles sont la plupart du temps confiées à une unité d'élite : l'IRCGN (l'Institut de Recherche Criminelle de la Gendarmerie Nationale). Ce sont les experts de la Gendarmerie scientifique, des spécialistes de la recherche d'empreintes, de la traque à l'ADN, de la balistique et des analyses médico-légales. Dotés d'outils technologiques de pointe, ils travaillent dans le plus grand secret. En exclusivité, nos caméras ont pu suivre, pendant un an, cette unité de 250 femmes et hommes dans leurs interventions les plus spectaculaires. Planques, filatures, investigations, analyses… Au programme : le démantèlement du plus vaste réseau de trafic de camping-cars de France. 300 véhicules volés et maquillés ; un business évalué à plus de 20 millions d'euros ! Les experts ont aussi été sur la piste d'un gang de cambrioleurs qui écument les campagnes normandes. Une enquête à rebondissements digne des plus grands thrillers cinématographiques. Cette unité d'élite est régulièrement appelée lors de catastrophes majeures, comme le crash d'Egypt Air qui a fait plus de 60 victimes, dont 15 Français, en mai 2016. Nous avons pu suivre la mise en place d'une cellule de crise au sein de l'IRCGN, chargée de l'identification des victimes. Nous étions aussi auprès des gendarmes scientifiques lors du plus important accident routier de 2016. En Vendée, peu avant Noël, 5 personnes sont décédées et de nombreuses autres ont été gravement blessées, après un carambolage gigantesque impliquant une quarantaine de véhicules. Nous avons découvert comment s'est déroulé, dans les moindres détails, ce terrible accident et quelles en ont été les véritables causes. Quelles sont les méthodes et les secrets de ces experts ? Comment la science se met-elle au service des enquêtes les plus complexes et les plus sensibles ? Immersion inédite au cœur de l'IRCGN, l'unité d'élite des gendarmes scientifiques.

      Lire la suite Enquête exclusive (41 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Vols et cambriolages en série, gangs de voleurs de véhicules, catastrophes aériennes ou routières… Ces affaires ultra-sensibles sont la plupart du temps confiées à une unité d'élite : l'IRCGN (l'Institut de Recherche Criminelle de la Gendarmerie Nationale). Ce sont les experts de la Gendarmerie scientifique, des spécialistes de la recherche d'empreintes, de la traque à l'ADN, de la balistique et des analyses médico-légales. Dotés d'outils technologiques de pointe, ils travaillent dans le plus grand secret. En exclusivité, nos caméras ont pu suivre, pendant un an, cette unité de 250 femmes et hommes dans leurs interventions les plus spectaculaires. Planques, filatures, investigations, analyses… Au programme : le démantèlement du plus vaste réseau de trafic de camping-cars de France. 300 véhicules volés et maquillés ; un business évalué à plus de 20 millions d'euros ! Les experts ont aussi été sur la piste d'un gang de cambrioleurs qui écument les campagnes normandes. Une enquête à rebondissements digne des plus grands thrillers cinématographiques. Cette unité d'élite est régulièrement appelée lors de catastrophes majeures, comme le crash d'Egypt Air qui a fait plus de 60 victimes, dont 15 Français, en mai 2016. Nous avons pu suivre la mise en place d'une cellule de crise au sein de l'IRCGN, chargée de l'identification des victimes. Nous étions aussi auprès des gendarmes scientifiques lors du plus important accident routier de 2016. En Vendée, peu avant Noël, 5 personnes sont décédées et de nombreuses autres ont été gravement blessées, après un carambolage gigantesque impliquant une quarantaine de véhicules. Nous avons découvert comment s'est déroulé, dans les moindres détails, ce terrible accident et quelles en ont été les véritables causes. Quelles sont les méthodes et les secrets de ces experts ? Comment la science se met-elle au service des enquêtes les plus complexes et les plus sensibles ? Immersion inédite au cœur de l'IRCGN, l'unité d'élite des gendarmes scientifiques.
    • Magazine

      Enquête exclusive

      Cascadeurs de l'extrême : l'adrénaline et la peur au quotidien

      pas mal (5 votes) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Cascadeurs, sportifs de l'extrême, « free-runners » (ou « explorateurs urbains ») : leurs exploits, de plus en plus dangereux et spectaculaires, sont vus des millions de fois sur Internet. Ils sont payés pour risquer leur vie et ils savent que la moindre erreur peut leur être fatale. Comment ces hommes et ces femmes gèrent-ils le stress et la peur au quotidien ? Comment se préparent-ils mentalement et physiquement ? Peuvent-ils avoir une vie normale ? Les caméras d'Enquête Exclusive ont suivi le quotidien de ces personnages hors-norme. Tiffany est une motarde d'exception. Tous les soirs, elle joue sa vie dans la célèbre « boule de la mort » du cirque Arlette Gruss. Une chorégraphie au millimètre près où une dizaine de motards tournoient à une cadence infernale à l'intérieur d'une boule métallique d'à peine quelques mètres de diamètre. Géraldine est surnommée « la femme volante ». Avec sa combinaison spéciale (wingsuit), elle saute du haut des falaises et des montagnes pour un incroyable vol plané dans le vide. Grâce à ses exploits, elle a de bons revenus, mais elle vit seule : son mari, amoureux des sports de l'extrême comme elle, est mort dans un tragique accident. Pourtant, elle continue… Simon, lui, escalade les toits de Paris avec ses copains « free-runners ». Leur participation à la publicité du jeu vidéo « Assassin's Creed » est connue dans le monde entier. Comment s'entraînent-ils ? Quels risques prennent-ils ? Leurs entraînements sur les toits de la capitale se font à chaque fois sans autorisation et sans filet ! Nous avons aussi suivi la famille Danglade, spécialisée dans les cascades automobiles. Sur les places des villages ou les parkings des villes, ils montent leur « truck show » et réalisent des exploits mécaniques encore jamais vus. La prise de risque est, là aussi, maximum mais les salaires sont loin d'être mirobolants. Plongée au cœur d'un univers méconnu et spectaculaire où la vie ne tient qu'à un fil.

      Lire la suite Enquête exclusive (41 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Cascadeurs, sportifs de l'extrême, « free-runners » (ou « explorateurs urbains ») : leurs exploits, de plus en plus dangereux et spectaculaires, sont vus des millions de fois sur Internet. Ils sont payés pour risquer leur vie et ils savent que la moindre erreur peut leur être fatale. Comment ces hommes et ces femmes gèrent-ils le stress et la peur au quotidien ? Comment se préparent-ils mentalement et physiquement ? Peuvent-ils avoir une vie normale ? Les caméras d'Enquête Exclusive ont suivi le quotidien de ces personnages hors-norme. Tiffany est une motarde d'exception. Tous les soirs, elle joue sa vie dans la célèbre « boule de la mort » du cirque Arlette Gruss. Une chorégraphie au millimètre près où une dizaine de motards tournoient à une cadence infernale à l'intérieur d'une boule métallique d'à peine quelques mètres de diamètre. Géraldine est surnommée « la femme volante ». Avec sa combinaison spéciale (wingsuit), elle saute du haut des falaises et des montagnes pour un incroyable vol plané dans le vide. Grâce à ses exploits, elle a de bons revenus, mais elle vit seule : son mari, amoureux des sports de l'extrême comme elle, est mort dans un tragique accident. Pourtant, elle continue… Simon, lui, escalade les toits de Paris avec ses copains « free-runners ». Leur participation à la publicité du jeu vidéo « Assassin's Creed » est connue dans le monde entier. Comment s'entraînent-ils ? Quels risques prennent-ils ? Leurs entraînements sur les toits de la capitale se font à chaque fois sans autorisation et sans filet ! Nous avons aussi suivi la famille Danglade, spécialisée dans les cascades automobiles. Sur les places des villages ou les parkings des villes, ils montent leur « truck show » et réalisent des exploits mécaniques encore jamais vus. La prise de risque est, là aussi, maximum mais les salaires sont loin d'être mirobolants. Plongée au cœur d'un univers méconnu et spectaculaire où la vie ne tient qu'à un fil.
    • Magazine

      Enquête exclusive

      Milliardaires du pétrole, bidonvilles et gratte-ciels : l'incroyable visage du Nigéria

      bien (5 votes) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Entre sa croissance fulgurante et la menace terroriste de la secte islamiste Boko Haram, le Nigéria, première puissance économique d'Afrique, est aujourd'hui à la croisée des chemins. Deux millions de barils sont extraits chaque jour par des entrepreneurs devenus milliardaires. Golf, marina, quartiers hyper protégés et une jeunesse dorée qui flambe dans de luxueuses boîtes de nuit. Le pays voit aussi émerger une nouvelle classe moyenne qui dépense sans compter dans les centres commerciaux. La consommation de champagne des Nigérians a explosé ! Mais 60% de la population vit encore avec moins de 1 euro par jour. Dans les rues de la capitale, Lagos, les quelques ghettos luxueux côtoient un océan de bidonvilles où règnent gangs armés et groupes mafieux qui rackettent les habitants. Absence d'eau courante, d'électricité et insalubrité : un habitat très précaire que les autorités aimeraient raser pour installer d'opulents complexes immobiliers. Car l'or noir profite seulement à une minorité. Paradoxe de ce pays, 11ème producteur mondial de pétrole, dans les stations-service c'est souvent la panne sèche. La population se fournit donc au marché noir. Une filière tenue par des groupes armés qui se servent directement dans les pipelines et raffinent le carburant clandestinement dans la forêt. Dans le nord, les habitants démunis vivent sous la menace permanente des terroristes de Boko Haram. Le groupe n'hésite pas à mener des raids sanglants dans les pays limitrophes, le Cameroun, le Niger et le Tchad où Bernard de La Villardière est parti à la rencontre des réfugiés et des forces armées françaises et tchadiennes.

      Lire la suite Enquête exclusive (41 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Entre sa croissance fulgurante et la menace terroriste de la secte islamiste Boko Haram, le Nigéria, première puissance économique d'Afrique, est aujourd'hui à la croisée des chemins. Deux millions de barils sont extraits chaque jour par des entrepreneurs devenus milliardaires. Golf, marina, quartiers hyper protégés et une jeunesse dorée qui flambe dans de luxueuses boîtes de nuit. Le pays voit aussi émerger une nouvelle classe moyenne qui dépense sans compter dans les centres commerciaux. La consommation de champagne des Nigérians a explosé ! Mais 60% de la population vit encore avec moins de 1 euro par jour. Dans les rues de la capitale, Lagos, les quelques ghettos luxueux côtoient un océan de bidonvilles où règnent gangs armés et groupes mafieux qui rackettent les habitants. Absence d'eau courante, d'électricité et insalubrité : un habitat très précaire que les autorités aimeraient raser pour installer d'opulents complexes immobiliers. Car l'or noir profite seulement à une minorité. Paradoxe de ce pays, 11ème producteur mondial de pétrole, dans les stations-service c'est souvent la panne sèche. La population se fournit donc au marché noir. Une filière tenue par des groupes armés qui se servent directement dans les pipelines et raffinent le carburant clandestinement dans la forêt. Dans le nord, les habitants démunis vivent sous la menace permanente des terroristes de Boko Haram. Le groupe n'hésite pas à mener des raids sanglants dans les pays limitrophes, le Cameroun, le Niger et le Tchad où Bernard de La Villardière est parti à la rencontre des réfugiés et des forces armées françaises et tchadiennes.
    • Magazine

      Enquête exclusive

      Black, chics et festifs : secrets et succès des Africains de Paris

      pas mal (24 votes) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Ils sont « blacks », fiers de leurs origines et de leur réussite. Ils aiment le luxe, la fête et les signes extérieurs de richesse. Bienvenue chez les Africains de Paris ; une communauté surprenante, décomplexée et parfaitement intégrée. Tous revendiquent leur double appartenance : française et noire-africaine. Et de ces deux cultures, ils ont fait une force ! Success stories, business en France, projets et investissements en Afrique, mode ethnique et branchée : la nouvelle génération franco-africaine est montrée en exemple. On la surnomme la « Blackgeoisie ». Une élite que Sekou Diawara connaît bien. Il a fondé les soirées « African money ». À 28 ans, ce Franco-Guinéen règne sur les nuits « blacks ». Ses soirées très chics et très privées ont lieu dans les clubs des Champs-Élysées mais aussi à Yaoundé (Cameroun), Libreville (Gabon) ou Abidjan (Côte d'Ivoire). Sekou y accueille les jeunes les plus aisés de la diaspora et les plus jolies filles de la communauté. Beaucoup de jeunes Français d'origine africaine rêvent aussi de réussir en Afrique. Pour Balbina d'Almeida, ce rêve est devenu réalité. Cette jeune Française a été élue Miss nationale au Togo, le pays de ses parents. Là-bas, son quotidien rime avec villa, chauffeur, voiture privée, soirées et robes haute couture. Une vie de princesse… mais ce qui compte avant tout pour elle, c'est de contribuer au développement de la terre de ses origines. Les Africains de France cultivent cet attachement à leurs racines. Reine est née et vit en France. Pourtant, avant même de se marier à la mairie, elle tient à perpétuer une tradition chère à ses parents : la célébration familiale du mariage coutumier congolais. Son fiancé, qui lui n'est pas africain, va-t-il se faire accepter par la famille de Reine ? Entre modernité et respect des traditions, rêve et réussite, plongée dans la vie de cette nouvelle bourgeoisie africaine réputée pour son ambition et son incroyable appétit de vivre.

      Lire la suite Enquête exclusive (41 vidéos) 4 commentaires
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Ils sont « blacks », fiers de leurs origines et de leur réussite. Ils aiment le luxe, la fête et les signes extérieurs de richesse. Bienvenue chez les Africains de Paris ; une communauté surprenante, décomplexée et parfaitement intégrée. Tous revendiquent leur double appartenance : française et noire-africaine. Et de ces deux cultures, ils ont fait une force ! Success stories, business en France, projets et investissements en Afrique, mode ethnique et branchée : la nouvelle génération franco-africaine est montrée en exemple. On la surnomme la « Blackgeoisie ». Une élite que Sekou Diawara connaît bien. Il a fondé les soirées « African money ». À 28 ans, ce Franco-Guinéen règne sur les nuits « blacks ». Ses soirées très chics et très privées ont lieu dans les clubs des Champs-Élysées mais aussi à Yaoundé (Cameroun), Libreville (Gabon) ou Abidjan (Côte d'Ivoire). Sekou y accueille les jeunes les plus aisés de la diaspora et les plus jolies filles de la communauté. Beaucoup de jeunes Français d'origine africaine rêvent aussi de réussir en Afrique. Pour Balbina d'Almeida, ce rêve est devenu réalité. Cette jeune Française a été élue Miss nationale au Togo, le pays de ses parents. Là-bas, son quotidien rime avec villa, chauffeur, voiture privée, soirées et robes haute couture. Une vie de princesse… mais ce qui compte avant tout pour elle, c'est de contribuer au développement de la terre de ses origines. Les Africains de France cultivent cet attachement à leurs racines. Reine est née et vit en France. Pourtant, avant même de se marier à la mairie, elle tient à perpétuer une tradition chère à ses parents : la célébration familiale du mariage coutumier congolais. Son fiancé, qui lui n'est pas africain, va-t-il se faire accepter par la famille de Reine ? Entre modernité et respect des traditions, rêve et réussite, plongée dans la vie de cette nouvelle bourgeoisie africaine réputée pour son ambition et son incroyable appétit de vivre.
    • Magazine

      Enquête exclusive

      Business, tourisme et top models : le nouveau visage de l'Éthiopie

      bien (19 votes) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Au sein du continent africain, l'Éthiopie fait figure d'eldorado ! Avec 10% de croissance par an, l'un des taux les plus forts au monde, ce nouveau « tigre de l'Afrique » vit un incroyable miracle économique, très loin des images de sécheresse, de famine et de guerres civiles qui ont longtemps collé à la peau du pays. Grands chantiers, buildings flambants neufs, quartiers d'affaires… l''Éthiopie se modernise à grande vitesse et le nombre de millionnaires a explosé ces dernières années. Nous avons suivi l'un des hommes les plus puissants du pays, Tadiwos Belete, un magnat de l'immobilier. Son prochain projet : acheter une île entière pour y bâtir le complexe hôtelier le plus luxueux d'Afrique. Mais le pays attire aussi les entreprises étrangères, notamment les Chinois qui y investissent massivement, séduits par des terrains à bas prix et une main d'œuvre très bon marché. Les caméras d'Enquête Exclusive ont été exceptionnellement autorisées à filmer chez le plus grand fabricant chinois de chaussures en Éthiopie. 5 000 ouvriers locaux, sous-payés et soumis à des cadences infernales, sont gérés à la baguette par des cadres dirigeants venus de Pékin. Les Français, eux, ont créé des vignobles sur les hauts plateaux. Objectif : attaquer le monopole du vin sud-africain. L'Éthiopie est aussi réputée pour ses top models, parmi les plus belles femmes d'Afrique. Addis-Abeba, la capitale, est devenue un vivier pour recruter les futurs mannequins appelés à défiler sur les podiums du monde entier. Quant aux touristes, ils sont 900 000 chaque année à tenter le voyage, attirés par des paysages à couper le souffle comme le désert du Danakil, l'endroit le plus chaud de la planète. Certains optent pour des voyages de l'extrême ! Au programme : randonnée sur un volcan en activité, photos du cratère en ébullition ou encore nourriture des hyènes sauvages à la main. L'Éthiopie a beau être l'un des pays les plus dynamiques d'Afrique, les inégalités et la pauvreté n'ont pas disparu, au contraire. Résultat : les oubliés du miracle économique crient leur révolte et les tensions se multiplient avec l'armée et les forces de l'ordre.

      Lire la suite Enquête exclusive (41 vidéos) 6 commentaires
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Au sein du continent africain, l'Éthiopie fait figure d'eldorado ! Avec 10% de croissance par an, l'un des taux les plus forts au monde, ce nouveau « tigre de l'Afrique » vit un incroyable miracle économique, très loin des images de sécheresse, de famine et de guerres civiles qui ont longtemps collé à la peau du pays. Grands chantiers, buildings flambants neufs, quartiers d'affaires… l''Éthiopie se modernise à grande vitesse et le nombre de millionnaires a explosé ces dernières années. Nous avons suivi l'un des hommes les plus puissants du pays, Tadiwos Belete, un magnat de l'immobilier. Son prochain projet : acheter une île entière pour y bâtir le complexe hôtelier le plus luxueux d'Afrique. Mais le pays attire aussi les entreprises étrangères, notamment les Chinois qui y investissent massivement, séduits par des terrains à bas prix et une main d'œuvre très bon marché. Les caméras d'Enquête Exclusive ont été exceptionnellement autorisées à filmer chez le plus grand fabricant chinois de chaussures en Éthiopie. 5 000 ouvriers locaux, sous-payés et soumis à des cadences infernales, sont gérés à la baguette par des cadres dirigeants venus de Pékin. Les Français, eux, ont créé des vignobles sur les hauts plateaux. Objectif : attaquer le monopole du vin sud-africain. L'Éthiopie est aussi réputée pour ses top models, parmi les plus belles femmes d'Afrique. Addis-Abeba, la capitale, est devenue un vivier pour recruter les futurs mannequins appelés à défiler sur les podiums du monde entier. Quant aux touristes, ils sont 900 000 chaque année à tenter le voyage, attirés par des paysages à couper le souffle comme le désert du Danakil, l'endroit le plus chaud de la planète. Certains optent pour des voyages de l'extrême ! Au programme : randonnée sur un volcan en activité, photos du cratère en ébullition ou encore nourriture des hyènes sauvages à la main. L'Éthiopie a beau être l'un des pays les plus dynamiques d'Afrique, les inégalités et la pauvreté n'ont pas disparu, au contraire. Résultat : les oubliés du miracle économique crient leur révolte et les tensions se multiplient avec l'armée et les forces de l'ordre.
    • Magazine

      Enquête exclusive

      Poids lourds : dangers sur la route

      pas mal (3 votes) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Salaires en baisse, cadences infernales, concurrence des pays de l'Est… Le métier de routier devient de plus en plus difficile. Et certains chauffeurs, épuisés ou trop stressés, se transforment en « bombes roulantes ». Résultat, les poids lourds sont impliqués dans 12% des accidents sur la route. En cause, l'usage de stupéfiants, d'alcool, l'endormissement du chauffeur ou l'excès de vitesse. Parmi les plus dangereux, il y a ceux que l'on appelle les « esclaves de la route ». Des routiers d'Europe de l'Est, payés 600 euros par mois et capables de parcourir près de 3 000 kilomètres sans dormir. Une concurrence intenable pour les Français. Certains, comme Stéphane, craquent et veulent raccrocher. D'autres, comme Denis, routier depuis 25 ans, continuent à exercer leur métier avec passion… à condition de ne pas passer par Calais. Aux portes de l'Angleterre, chaque jour, des centaines de clandestins prennent d'assaut les camions, et beaucoup parviennent à se cacher à l'intérieur. Parfois au péril de leur vie. Les chauffeurs-routiers doivent aussi faire face à un nouveau problème : le vol de marchandise. De plus en plus de camions sont aujourd'hui dévalisés. Une véritable organisation criminelle (avec de faux chauffeurs) qui sévit sur les routes de France et qui revend la cargaison volée dans toute l'Europe. Nous avons rencontré, en exclusivité, le chef présumé d'une mafia internationale de vol de fret. Malgré les difficultés, le métier fait toujours rêver. Surtout pour les amoureux de belles mécaniques. En France, des camionneurs roulent dans des véhicules aux chromes rutilants et aux looks ravageurs qui n'ont rien à envier aux « trucks » géants made in USA.

      Lire la suite Enquête exclusive (41 vidéos) 1 commentaire
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Salaires en baisse, cadences infernales, concurrence des pays de l'Est… Le métier de routier devient de plus en plus difficile. Et certains chauffeurs, épuisés ou trop stressés, se transforment en « bombes roulantes ». Résultat, les poids lourds sont impliqués dans 12% des accidents sur la route. En cause, l'usage de stupéfiants, d'alcool, l'endormissement du chauffeur ou l'excès de vitesse. Parmi les plus dangereux, il y a ceux que l'on appelle les « esclaves de la route ». Des routiers d'Europe de l'Est, payés 600 euros par mois et capables de parcourir près de 3 000 kilomètres sans dormir. Une concurrence intenable pour les Français. Certains, comme Stéphane, craquent et veulent raccrocher. D'autres, comme Denis, routier depuis 25 ans, continuent à exercer leur métier avec passion… à condition de ne pas passer par Calais. Aux portes de l'Angleterre, chaque jour, des centaines de clandestins prennent d'assaut les camions, et beaucoup parviennent à se cacher à l'intérieur. Parfois au péril de leur vie. Les chauffeurs-routiers doivent aussi faire face à un nouveau problème : le vol de marchandise. De plus en plus de camions sont aujourd'hui dévalisés. Une véritable organisation criminelle (avec de faux chauffeurs) qui sévit sur les routes de France et qui revend la cargaison volée dans toute l'Europe. Nous avons rencontré, en exclusivité, le chef présumé d'une mafia internationale de vol de fret. Malgré les difficultés, le métier fait toujours rêver. Surtout pour les amoureux de belles mécaniques. En France, des camionneurs roulent dans des véhicules aux chromes rutilants et aux looks ravageurs qui n'ont rien à envier aux « trucks » géants made in USA.
    • Magazine

      Enquête exclusive

      Voitures volées : les nouvelles filières

      pas mal (15 votes) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      En France, les vols de voitures explosent. En 2015, 111 000 véhicules disparaissaient, soit 300 par jour ! Au palmarès, la Smart, la Ford Fiesta et la Peugeot 406 arrivent en tête, devant les luxueuses berlines allemandes (BMW, Mercedes, Audi). Un phénomène de plus en plus inquiétant… Désormais, trois véhicules sur quatre sont dérobés à la suite d'un piratage électronique. On appelle cela le « Mouse Jacking », le vol à la souris. Une véritable arme fatale, sous la forme d'un simple boîtier, disponible sur Internet, qui permet aux voleurs de contourner le système de sécurité des véhicules, même les plus sophistiqués. Résultat, le business du vol de voitures est devenu énorme. On l'estime à 450 milliards d'euros dans le monde et les mafias s'en sont emparées. Pendant plus d'un an, de la France à la Belgique en passant par l'Italie et l'Espagne, nos équipes ont suivi les plus fins limiers de la police ; des unités spécialisées dans le vol de voitures. Chaque année, ces experts enquêtent sur ces réseaux de criminalité organisée, qu'ils parviennent parfois à démanteler. Leurs investigations se font au long cours, à cheval sur plusieurs pays. Car pour le vol de véhicules à grande échelle, les mafias ont appris à se jouer des frontières. Elles volent dans un pays et revendent dans un autre. En Italie, le port de Gênes est devenu la plaque tournante du trafic de voitures en Europe. Ici, presque chaque jour, des dizaines de voitures de luxe volées sont interceptées par les policiers. La plupart du temps, elles sont remaquillées (souvent en Espagne où sévissent des as de la contrefaçon) et cachées dans des containers. Ces voitures partent ensuite dans les pays arabes et en Afrique. En Belgique, près de la frontière française, la plupart des véhicules volés se retrouvent sur des sites Internet d'occasion. La mafia recrute même des mères de famille au-dessus de tout soupçon pour les écouler à prix attractif. Et des acheteurs, croyant dénicher une bonne affaire, se retrouvent, sans le savoir, possesseurs d'une voiture volée. Chaque mois, les enquêteurs en saisissent des centaines. Qui sont ces nouveaux trafiquants ? Quelles sont leurs techniques ? Pourquoi visent-ils la France ? Et comment faire pour se protéger contre les vols ? Plongée au cœur de la nouvelle filière des voitures volées.

      Lire la suite Enquête exclusive (41 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      En France, les vols de voitures explosent. En 2015, 111 000 véhicules disparaissaient, soit 300 par jour ! Au palmarès, la Smart, la Ford Fiesta et la Peugeot 406 arrivent en tête, devant les luxueuses berlines allemandes (BMW, Mercedes, Audi). Un phénomène de plus en plus inquiétant… Désormais, trois véhicules sur quatre sont dérobés à la suite d'un piratage électronique. On appelle cela le « Mouse Jacking », le vol à la souris. Une véritable arme fatale, sous la forme d'un simple boîtier, disponible sur Internet, qui permet aux voleurs de contourner le système de sécurité des véhicules, même les plus sophistiqués. Résultat, le business du vol de voitures est devenu énorme. On l'estime à 450 milliards d'euros dans le monde et les mafias s'en sont emparées. Pendant plus d'un an, de la France à la Belgique en passant par l'Italie et l'Espagne, nos équipes ont suivi les plus fins limiers de la police ; des unités spécialisées dans le vol de voitures. Chaque année, ces experts enquêtent sur ces réseaux de criminalité organisée, qu'ils parviennent parfois à démanteler. Leurs investigations se font au long cours, à cheval sur plusieurs pays. Car pour le vol de véhicules à grande échelle, les mafias ont appris à se jouer des frontières. Elles volent dans un pays et revendent dans un autre. En Italie, le port de Gênes est devenu la plaque tournante du trafic de voitures en Europe. Ici, presque chaque jour, des dizaines de voitures de luxe volées sont interceptées par les policiers. La plupart du temps, elles sont remaquillées (souvent en Espagne où sévissent des as de la contrefaçon) et cachées dans des containers. Ces voitures partent ensuite dans les pays arabes et en Afrique. En Belgique, près de la frontière française, la plupart des véhicules volés se retrouvent sur des sites Internet d'occasion. La mafia recrute même des mères de famille au-dessus de tout soupçon pour les écouler à prix attractif. Et des acheteurs, croyant dénicher une bonne affaire, se retrouvent, sans le savoir, possesseurs d'une voiture volée. Chaque mois, les enquêteurs en saisissent des centaines. Qui sont ces nouveaux trafiquants ? Quelles sont leurs techniques ? Pourquoi visent-ils la France ? Et comment faire pour se protéger contre les vols ? Plongée au cœur de la nouvelle filière des voitures volées.
    • Magazine

      Enquête exclusive

      Flics d'élite et experts scientifiques : les secrets de leurs enquêtes

      bien (7 votes) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      600 000 euros de bijoux et lingots dérobés dans un appartement, 100 000 euros dans un autre : depuis plusieurs semaines, une équipe de cambrioleurs escalade les façades des immeubles chics de la capitale et repart sans laisser de trace avec des butins faramineux. Analyse du mode opératoire, recherche d'ADN, mais aussi filatures et écoutes téléphoniques : comment la police va-t-elle remonter la piste de ce gang qui écume les beaux quartiers ? À Paris, les hommes de la Police Judiciaire, la fameuse PJ, sont au cœur des affaires les plus sensibles. À leurs côtés, sur le terrain, d'autres limiers les épaulent : les experts de la Police Scientifique. Durant un an, nos équipes ont pu les suivre, là où les caméras ne sont généralement pas admises : lors des premières investigations, sur les scènes de crimes puis dans les laboratoires. Braquages, cambriolages en série : ces policiers d'élite doivent aussi faire face à des situations délicates lorsqu'en plein jour, à Paris, un homme armé s'introduit dans une banque et retient le personnel en otage ou quand une situation menace de dégénérer, dans un quartier sensible, à la suite d'un incendie mortel.

      Lire la suite Enquête exclusive (41 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      600 000 euros de bijoux et lingots dérobés dans un appartement, 100 000 euros dans un autre : depuis plusieurs semaines, une équipe de cambrioleurs escalade les façades des immeubles chics de la capitale et repart sans laisser de trace avec des butins faramineux. Analyse du mode opératoire, recherche d'ADN, mais aussi filatures et écoutes téléphoniques : comment la police va-t-elle remonter la piste de ce gang qui écume les beaux quartiers ? À Paris, les hommes de la Police Judiciaire, la fameuse PJ, sont au cœur des affaires les plus sensibles. À leurs côtés, sur le terrain, d'autres limiers les épaulent : les experts de la Police Scientifique. Durant un an, nos équipes ont pu les suivre, là où les caméras ne sont généralement pas admises : lors des premières investigations, sur les scènes de crimes puis dans les laboratoires. Braquages, cambriolages en série : ces policiers d'élite doivent aussi faire face à des situations délicates lorsqu'en plein jour, à Paris, un homme armé s'introduit dans une banque et retient le personnel en otage ou quand une situation menace de dégénérer, dans un quartier sensible, à la suite d'un incendie mortel.
    • Magazine

      Enquête exclusive

      Gendarmerie scientifique : les experts face au crime

      bien (7 votes) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Vols et cambriolages en série, gangs de voleurs de véhicules, catastrophes aériennes ou routières… Ces affaires ultra-sensibles sont la plupart du temps confiées à une unité d'élite : l'IRCGN (l'Institut de Recherche Criminelle de la Gendarmerie Nationale). Ce sont les experts de la Gendarmerie scientifique, des spécialistes de la recherche d'empreintes, de la traque à l'ADN, de la balistique et des analyses médico-légales. Dotés d'outils technologiques de pointe, ils travaillent dans le plus grand secret. En exclusivité, nos caméras ont pu suivre, pendant un an, cette unité de 250 femmes et hommes dans leurs interventions les plus spectaculaires. Planques, filatures, investigations, analyses… Au programme : le démantèlement du plus vaste réseau de trafic de camping-cars de France. 300 véhicules volés et maquillés ; un business évalué à plus de 20 millions d'euros ! Les experts ont aussi été sur la piste d'un gang de cambrioleurs qui écument les campagnes normandes. Une enquête à rebondissements digne des plus grands thrillers cinématographiques. Cette unité d'élite est régulièrement appelée lors de catastrophes majeures, comme le crash d'Egypt Air qui a fait plus de 60 victimes, dont 15 Français, en mai 2016. Nous avons pu suivre la mise en place d'une cellule de crise au sein de l'IRCGN, chargée de l'identification des victimes. Nous étions aussi auprès des gendarmes scientifiques lors du plus important accident routier de 2016. En Vendée, peu avant Noël, 5 personnes sont décédées et de nombreuses autres ont été gravement blessées, après un carambolage gigantesque impliquant une quarantaine de véhicules. Nous avons découvert comment s'est déroulé, dans les moindres détails, ce terrible accident et quelles en ont été les véritables causes. Quelles sont les méthodes et les secrets de ces experts ? Comment la science se met-elle au service des enquêtes les plus complexes et les plus sensibles ? Immersion inédite au cœur de l'IRCGN, l'unité d'élite des gendarmes scientifiques.

      Lire la suite Enquête exclusive (39 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Vols et cambriolages en série, gangs de voleurs de véhicules, catastrophes aériennes ou routières… Ces affaires ultra-sensibles sont la plupart du temps confiées à une unité d'élite : l'IRCGN (l'Institut de Recherche Criminelle de la Gendarmerie Nationale). Ce sont les experts de la Gendarmerie scientifique, des spécialistes de la recherche d'empreintes, de la traque à l'ADN, de la balistique et des analyses médico-légales. Dotés d'outils technologiques de pointe, ils travaillent dans le plus grand secret. En exclusivité, nos caméras ont pu suivre, pendant un an, cette unité de 250 femmes et hommes dans leurs interventions les plus spectaculaires. Planques, filatures, investigations, analyses… Au programme : le démantèlement du plus vaste réseau de trafic de camping-cars de France. 300 véhicules volés et maquillés ; un business évalué à plus de 20 millions d'euros ! Les experts ont aussi été sur la piste d'un gang de cambrioleurs qui écument les campagnes normandes. Une enquête à rebondissements digne des plus grands thrillers cinématographiques. Cette unité d'élite est régulièrement appelée lors de catastrophes majeures, comme le crash d'Egypt Air qui a fait plus de 60 victimes, dont 15 Français, en mai 2016. Nous avons pu suivre la mise en place d'une cellule de crise au sein de l'IRCGN, chargée de l'identification des victimes. Nous étions aussi auprès des gendarmes scientifiques lors du plus important accident routier de 2016. En Vendée, peu avant Noël, 5 personnes sont décédées et de nombreuses autres ont été gravement blessées, après un carambolage gigantesque impliquant une quarantaine de véhicules. Nous avons découvert comment s'est déroulé, dans les moindres détails, ce terrible accident et quelles en ont été les véritables causes. Quelles sont les méthodes et les secrets de ces experts ? Comment la science se met-elle au service des enquêtes les plus complexes et les plus sensibles ? Immersion inédite au cœur de l'IRCGN, l'unité d'élite des gendarmes scientifiques.
    • Magazine

      Enquête exclusive

      Iran : voyage interdit au pays des ayatollahs

      pas mal (3 votes) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      En République Islamique d'Iran, tout est interdit, ou presque : porter une cravate, écouter de la musique, danser, avoir un chien, jouer aux cartes, boire de l'alcool, fêter la Saint-Valentin, prendre des photos et même jouer à la poupée Barbie… Les femmes n'ont pas le droit de chanter en public ou faire du vélo. Et, bien sûr, elles ne peuvent sortir que voilées. Comment vivre dans un pays où la religion dicte toutes les règles ? Les caméras d'Enquête Exclusive ont réussi à échapper à la surveillance des ayatollahs. En totale clandestinité, nous nous sommes immergés dans ce pays mystérieux, ultra-sécuritaire, et avons partagé le quotidien de la nouvelle génération de Téhéran. Alors que la consommation d'alcool est punie de 40 coups de fouet et peut même conduire à la peine de mort en cas de récidive, la jeunesse iranienne n'hésite pas à braver tous les interdits. Soirée électro, production d'alcool, réseaux de drogue, tenues affriolantes et sexy…. Derrière la charia, nous avons découvert un pays prêt à tout pour s'émanciper. Si la police des mœurs est omniprésente, si la répression est impitoyable, si les condamnations arbitraires se multiplient, cela n'impressionne plus les jeunes Iraniens. Plus que jamais, ils ont soif de liberté. Spécialistes de la combine, ils détournent, aménagent, transgressent… souvent au péril de leur vie. En 2016, 900 personnes ont été exécutées, dont 5 mineurs. L'Iran détient le record mondial du nombre d'exécutions par rapport au nombre d'habitants. Avec la récente levée des sanctions internationales, l'Iran s'ouvre petit à petit sur le monde et devient une nouvelle destination à la mode. Certains Iraniens, les plus débrouillards, ont désormais accès aux réseaux sociaux. À Téhéran, alors que la censure est partout, on fait du shopping dans des malls, on se nourrit dans des fast-foods et on profite de l'influence du « Grand Satan », le nom donné par le régime des ayatollahs aux États-Unis. Enquête clandestine en Iran, l'une des dictatures religieuses les plus répressives au monde.

      Lire la suite Enquête exclusive (41 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      En République Islamique d'Iran, tout est interdit, ou presque : porter une cravate, écouter de la musique, danser, avoir un chien, jouer aux cartes, boire de l'alcool, fêter la Saint-Valentin, prendre des photos et même jouer à la poupée Barbie… Les femmes n'ont pas le droit de chanter en public ou faire du vélo. Et, bien sûr, elles ne peuvent sortir que voilées. Comment vivre dans un pays où la religion dicte toutes les règles ? Les caméras d'Enquête Exclusive ont réussi à échapper à la surveillance des ayatollahs. En totale clandestinité, nous nous sommes immergés dans ce pays mystérieux, ultra-sécuritaire, et avons partagé le quotidien de la nouvelle génération de Téhéran. Alors que la consommation d'alcool est punie de 40 coups de fouet et peut même conduire à la peine de mort en cas de récidive, la jeunesse iranienne n'hésite pas à braver tous les interdits. Soirée électro, production d'alcool, réseaux de drogue, tenues affriolantes et sexy…. Derrière la charia, nous avons découvert un pays prêt à tout pour s'émanciper. Si la police des mœurs est omniprésente, si la répression est impitoyable, si les condamnations arbitraires se multiplient, cela n'impressionne plus les jeunes Iraniens. Plus que jamais, ils ont soif de liberté. Spécialistes de la combine, ils détournent, aménagent, transgressent… souvent au péril de leur vie. En 2016, 900 personnes ont été exécutées, dont 5 mineurs. L'Iran détient le record mondial du nombre d'exécutions par rapport au nombre d'habitants. Avec la récente levée des sanctions internationales, l'Iran s'ouvre petit à petit sur le monde et devient une nouvelle destination à la mode. Certains Iraniens, les plus débrouillards, ont désormais accès aux réseaux sociaux. À Téhéran, alors que la censure est partout, on fait du shopping dans des malls, on se nourrit dans des fast-foods et on profite de l'influence du « Grand Satan », le nom donné par le régime des ayatollahs aux États-Unis. Enquête clandestine en Iran, l'une des dictatures religieuses les plus répressives au monde.
    • Magazine

      Enquête exclusive

      Iran : voyage interdit au pays des ayatollahs

      bien (15 votes) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      En République Islamique d'Iran, tout est interdit, ou presque : porter une cravate, écouter de la musique, danser, avoir un chien, jouer aux cartes, boire de l'alcool, fêter la Saint-Valentin, prendre des photos et même jouer à la poupée Barbie… Les femmes n'ont pas le droit de chanter en public ou faire du vélo. Et, bien sûr, elles ne peuvent sortir que voilées. Comment vivre dans un pays où la religion dicte toutes les règles ? Les caméras d'Enquête Exclusive ont réussi à échapper à la surveillance des ayatollahs. En totale clandestinité, nous nous sommes immergés dans ce pays mystérieux, ultra-sécuritaire, et avons partagé le quotidien de la nouvelle génération de Téhéran. Alors que la consommation d'alcool est punie de 40 coups de fouet et peut même conduire à la peine de mort en cas de récidive, la jeunesse iranienne n'hésite pas à braver tous les interdits. Soirée électro, production d'alcool, réseaux de drogue, tenues affriolantes et sexy…. Derrière la charia, nous avons découvert un pays prêt à tout pour s'émanciper. Si la police des mœurs est omniprésente, si la répression est impitoyable, si les condamnations arbitraires se multiplient, cela n'impressionne plus les jeunes Iraniens. Plus que jamais, ils ont soif de liberté. Spécialistes de la combine, ils détournent, aménagent, transgressent… souvent au péril de leur vie. En 2016, 900 personnes ont été exécutées, dont 5 mineurs. L'Iran détient le record mondial du nombre d'exécutions par rapport au nombre d'habitants. Avec la récente levée des sanctions internationales, l'Iran s'ouvre petit à petit sur le monde et devient une nouvelle destination à la mode. Certains Iraniens, les plus débrouillards, ont désormais accès aux réseaux sociaux. À Téhéran, alors que la censure est partout, on fait du shopping dans des malls, on se nourrit dans des fast-foods et on profite de l'influence du « Grand Satan », le nom donné par le régime des ayatollahs aux États-Unis. Enquête clandestine en Iran, l'une des dictatures religieuses les plus répressives au monde.

      Lire la suite Enquête exclusive (41 vidéos) 2 commentaires
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      En République Islamique d'Iran, tout est interdit, ou presque : porter une cravate, écouter de la musique, danser, avoir un chien, jouer aux cartes, boire de l'alcool, fêter la Saint-Valentin, prendre des photos et même jouer à la poupée Barbie… Les femmes n'ont pas le droit de chanter en public ou faire du vélo. Et, bien sûr, elles ne peuvent sortir que voilées. Comment vivre dans un pays où la religion dicte toutes les règles ? Les caméras d'Enquête Exclusive ont réussi à échapper à la surveillance des ayatollahs. En totale clandestinité, nous nous sommes immergés dans ce pays mystérieux, ultra-sécuritaire, et avons partagé le quotidien de la nouvelle génération de Téhéran. Alors que la consommation d'alcool est punie de 40 coups de fouet et peut même conduire à la peine de mort en cas de récidive, la jeunesse iranienne n'hésite pas à braver tous les interdits. Soirée électro, production d'alcool, réseaux de drogue, tenues affriolantes et sexy…. Derrière la charia, nous avons découvert un pays prêt à tout pour s'émanciper. Si la police des mœurs est omniprésente, si la répression est impitoyable, si les condamnations arbitraires se multiplient, cela n'impressionne plus les jeunes Iraniens. Plus que jamais, ils ont soif de liberté. Spécialistes de la combine, ils détournent, aménagent, transgressent… souvent au péril de leur vie. En 2016, 900 personnes ont été exécutées, dont 5 mineurs. L'Iran détient le record mondial du nombre d'exécutions par rapport au nombre d'habitants. Avec la récente levée des sanctions internationales, l'Iran s'ouvre petit à petit sur le monde et devient une nouvelle destination à la mode. Certains Iraniens, les plus débrouillards, ont désormais accès aux réseaux sociaux. À Téhéran, alors que la censure est partout, on fait du shopping dans des malls, on se nourrit dans des fast-foods et on profite de l'influence du « Grand Satan », le nom donné par le régime des ayatollahs aux États-Unis. Enquête clandestine en Iran, l'une des dictatures religieuses les plus répressives au monde.
    • Magazine

      Enquête exclusive

      Déchets : petites et grosses combines d'un business en or

      bien (7 votes) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      En France, nous produisons près d'un milliard de tonnes d'ordures chaque année, l'équivalent de 28 tonnes par seconde ! Une source de profit considérable pour les industriels chargés de nous en débarrasser : collecte, tri, recyclage… Le marché des déchets est estimé à 10 milliards d'euros. Mais que deviennent nos déchets une fois jetés à la poubelle ? On l'ignore souvent mais certains de ces déchets valent de l'or, à l'image des équipements électriques et électroniques hors d'usage (téléphones portables, ordinateurs, frigos, etc.). En Belgique, nous avons pu tourner en exclusivité dans les coulisses d'une étonnante société qui parvient, grâce à un procédé technologique révolutionnaire, à transformer nos vieux ordinateurs et nos téléphones portables en lingots d'or ! Nous nous sommes également intéressés aux filières de recyclage de ces déchets, notamment ceux de l'électroménager. Certains d'entre eux, extrêmement nocifs pour l'environnement, doivent impérativement être dépollués. Par appât du gain, nous avons découvert que des trafiquants n'hésitent pas à contourner la loi pour revendre ces déchets à bas prix, sans les avoir traités, cela au mépris de toutes les règles de santé publique. À l'autre bout de la chaîne, nous avons suivi Bizza. Depuis 10 ans, ce Roumain d'origine gagne sa vie en récupérant nos encombrants ; ces déchets que nous abandonnons sur le trottoir (appareils électroménagers, mobilier, objets de ferraille) et qu'il revend au poids. Nous l'avons suivi pendant ces tournées nocturnes, qui se transforment parfois en combat de rue. Vu les profits réalisés, des bandes rivales n'hésitent pas à jouer des coudes pour s'approprier ces déchets. Si certains déchets ont de la valeur, il y en a d'autres dont personne ne veut, comme ceux du BTP. Pour les professionnels, chaque tonne à la déchetterie coûte environ 90 euros. Pour s'en débarrasser, des entrepreneurs ont recours à des pratiques illégales. Contre de grosses sommes d'argent liquide, de plus en plus d'agriculteurs transforment leur champ en décharge à ciel ouvert. Au milieu de vignes classées, nous avons même découvert des déchets de la Marine Nationale ! Enfin, nous avons suivi les agents de l'OCLAESP (Office Central de Lutte contre les Atteintes à l'Environnement et à la Santé Publique). Ce sont des gendarmes, spécialisés dans la lutte contre ces décharges illégales. Missions en hélicoptère, enquêtes, perquisitions… Nous avons remonté, à leurs côtés, la piste de réseaux criminels où l'argent sale coule à flot. Une enquête dans les coulisses pas très propres du business très juteux des déchets.

      Lire la suite Enquête exclusive (41 vidéos) 1 commentaire
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      En France, nous produisons près d'un milliard de tonnes d'ordures chaque année, l'équivalent de 28 tonnes par seconde ! Une source de profit considérable pour les industriels chargés de nous en débarrasser : collecte, tri, recyclage… Le marché des déchets est estimé à 10 milliards d'euros. Mais que deviennent nos déchets une fois jetés à la poubelle ? On l'ignore souvent mais certains de ces déchets valent de l'or, à l'image des équipements électriques et électroniques hors d'usage (téléphones portables, ordinateurs, frigos, etc.). En Belgique, nous avons pu tourner en exclusivité dans les coulisses d'une étonnante société qui parvient, grâce à un procédé technologique révolutionnaire, à transformer nos vieux ordinateurs et nos téléphones portables en lingots d'or ! Nous nous sommes également intéressés aux filières de recyclage de ces déchets, notamment ceux de l'électroménager. Certains d'entre eux, extrêmement nocifs pour l'environnement, doivent impérativement être dépollués. Par appât du gain, nous avons découvert que des trafiquants n'hésitent pas à contourner la loi pour revendre ces déchets à bas prix, sans les avoir traités, cela au mépris de toutes les règles de santé publique. À l'autre bout de la chaîne, nous avons suivi Bizza. Depuis 10 ans, ce Roumain d'origine gagne sa vie en récupérant nos encombrants ; ces déchets que nous abandonnons sur le trottoir (appareils électroménagers, mobilier, objets de ferraille) et qu'il revend au poids. Nous l'avons suivi pendant ces tournées nocturnes, qui se transforment parfois en combat de rue. Vu les profits réalisés, des bandes rivales n'hésitent pas à jouer des coudes pour s'approprier ces déchets. Si certains déchets ont de la valeur, il y en a d'autres dont personne ne veut, comme ceux du BTP. Pour les professionnels, chaque tonne à la déchetterie coûte environ 90 euros. Pour s'en débarrasser, des entrepreneurs ont recours à des pratiques illégales. Contre de grosses sommes d'argent liquide, de plus en plus d'agriculteurs transforment leur champ en décharge à ciel ouvert. Au milieu de vignes classées, nous avons même découvert des déchets de la Marine Nationale ! Enfin, nous avons suivi les agents de l'OCLAESP (Office Central de Lutte contre les Atteintes à l'Environnement et à la Santé Publique). Ce sont des gendarmes, spécialisés dans la lutte contre ces décharges illégales. Missions en hélicoptère, enquêtes, perquisitions… Nous avons remonté, à leurs côtés, la piste de réseaux criminels où l'argent sale coule à flot. Une enquête dans les coulisses pas très propres du business très juteux des déchets.
    • Magazine

      Enquête exclusive

      Femmes et enfants esclaves : dans l'enfer de l'État Islamique

      pas mal (13 votes) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Chaque jour, des femmes et des enfants trouvent refuge au Kurdistan après avoir vécu l'enfer de l'État Islamique en Syrie et en Irak. Beaucoup font partie des migrants qui prennent ensuite la route vers l'Europe. Parmi eux, des jeunes femmes, vendues à bas prix pour devenir esclaves sexuelles, et des garçons de 9 à 14 ans entraînés militairement à devenir ceux qu'on appelle les « lionceaux du califat ». Pour qu'ils retrouvent la liberté, les Kurdes ont dû, la plupart du temps, verser des rançons à Daech. D'autres ont réussi à fuir. Pendant 6 mois, nous avons enquêté sur le sort de ces femmes et de ces enfants esclaves, victimes de l'État Islamique. Nous avons également rencontré ceux qui négocient avec les terroristes, parfois pour plusieurs milliers de dollars, leur libération. Nisserine a 24 ans. Pendant 9 mois, elle a été battue et violée par les djihadistes après avoir été convertie de force à l'islam. Nous la suivrons lors de ses retrouvailles avec sa famille. Après avoir traversé les mêmes épreuves, Ikhlas, 16 ans, a été prise en charge par une ONG allemande. Elle a pu quitter le camp de réfugiés qui l'avait recueillie au Kurdistan et commence aujourd'hui une nouvelle vie à Stuttgart. Ragheb, 13 ans, faisait partie d'une brigade spéciale composée uniquement d'enfants. Il a été entraîné à se battre, à kidnapper, et à tuer. Parmi les « lionceaux de Daech », certains sont destinés à devenir Kamikazes. Son petit frère de 11 ans était l'esclave de l'émir d'Alep, Abou Aziz, un haut dignitaire de l'État Islamique. Au moment de sa fuite, il a réussi à dérober la carte mémoire de l'appareil photo de l'émir. Des images inédites et surprenantes. Nous retrouverons ensuite Bernard de La Villardière en Jordanie, à la frontière de la Syrie. Le pays accueille plus de migrants que tout le continent européen : plus d'1 million. Parmi eux, des chrétiens qui fuient Daech, mais aussi des réfugiés torturés dans les prisons de Damas par le régime de Bachar El Assad.

      Lire la suite Enquête exclusive (41 vidéos) 1 commentaire
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Chaque jour, des femmes et des enfants trouvent refuge au Kurdistan après avoir vécu l'enfer de l'État Islamique en Syrie et en Irak. Beaucoup font partie des migrants qui prennent ensuite la route vers l'Europe. Parmi eux, des jeunes femmes, vendues à bas prix pour devenir esclaves sexuelles, et des garçons de 9 à 14 ans entraînés militairement à devenir ceux qu'on appelle les « lionceaux du califat ». Pour qu'ils retrouvent la liberté, les Kurdes ont dû, la plupart du temps, verser des rançons à Daech. D'autres ont réussi à fuir. Pendant 6 mois, nous avons enquêté sur le sort de ces femmes et de ces enfants esclaves, victimes de l'État Islamique. Nous avons également rencontré ceux qui négocient avec les terroristes, parfois pour plusieurs milliers de dollars, leur libération. Nisserine a 24 ans. Pendant 9 mois, elle a été battue et violée par les djihadistes après avoir été convertie de force à l'islam. Nous la suivrons lors de ses retrouvailles avec sa famille. Après avoir traversé les mêmes épreuves, Ikhlas, 16 ans, a été prise en charge par une ONG allemande. Elle a pu quitter le camp de réfugiés qui l'avait recueillie au Kurdistan et commence aujourd'hui une nouvelle vie à Stuttgart. Ragheb, 13 ans, faisait partie d'une brigade spéciale composée uniquement d'enfants. Il a été entraîné à se battre, à kidnapper, et à tuer. Parmi les « lionceaux de Daech », certains sont destinés à devenir Kamikazes. Son petit frère de 11 ans était l'esclave de l'émir d'Alep, Abou Aziz, un haut dignitaire de l'État Islamique. Au moment de sa fuite, il a réussi à dérober la carte mémoire de l'appareil photo de l'émir. Des images inédites et surprenantes. Nous retrouverons ensuite Bernard de La Villardière en Jordanie, à la frontière de la Syrie. Le pays accueille plus de migrants que tout le continent européen : plus d'1 million. Parmi eux, des chrétiens qui fuient Daech, mais aussi des réfugiés torturés dans les prisons de Damas par le régime de Bachar El Assad.
    • Magazine

      Enquête exclusive

      Al-Baghdadi : sur les traces de l'homme le plus recherché du monde

      pas mal (18 votes) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      À la tête de Daech, l'organisation de l'État Islamique, il y a un homme : Abou Bakr al-Baghdadi. Avec son armée, composée d'environ 50 000 djihadistes, il fait régner la terreur et le chaos sur un territoire sur lequel vivent plusieurs millions d'habitants, à cheval entre la Syrie et l'Irak. Il a aussi des combattants en Libye et en Afghanistan, et organise (ou revendique), à travers ses cellules terroristes présentes partout dans le monde, de nombreux attentats meurtriers, dont ceux du 13 novembre 2015 à Paris. C'est aujourd'hui l'homme le plus recherché au monde. Sa tête est mise à prix 25 millions de dollars. Celui que l'on considère comme le nouveau Bel Laden s'est auto-proclamé Calife, chef de tous les Musulmans. L'homme, pourtant, est mystérieux : il n'existe que quelques rares photos de lui et une seule vidéo de propagande, à Mossoul (Irak), lors de la prise de la ville par l'organisation de l'État Islamique, en juillet 2014. Il ne sort que cagoulé. Personne n'est autorisé à filmer son visage, à tel point que ses lieutenants l'ont surnommé « le fantôme ». C'est l'ennemi public numéro 1, et on ne sait presque rien de lui. Qui est Abou Bakr al-Baghdadi ? Pendant six mois, les équipes d'Enquête Exclusive ont suivi les traces du terroriste le plus sanguinaire de l'histoire. Dans sa ville d'enfance, dans la prison (camp Bucca, Irak) où il s'est formé idéologiquement, ou encore à Mossoul, l'ancienne « capitale » de l'État Islamique. Nous avons pu recueillir des témoignages exceptionnels de ses proches : ses amis d'enfance, ses « camarades » de djihad ou encore son ancienne femme Saja, avec qui il a eu une fille aujourd'hui âgée de 9 ans. Nous avons également pu filmer, en exclusivité, le quotidien de la brigade des Faucons, l'unité d'élite des renseignements irakiens, qui traque Abou Bakr al-Baghdadi 24 heures sur 24. Enfin, nous avons pu récupérer des documents secrets, notamment des photos encore jamais diffusées du chef de Daech. « Al-Baghdadi : sur les traces de l'homme le plus recherché du monde », un documentaire inédit sur le parcours de l'homme le plus recherché au monde.

      Lire la suite Enquête exclusive (41 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      À la tête de Daech, l'organisation de l'État Islamique, il y a un homme : Abou Bakr al-Baghdadi. Avec son armée, composée d'environ 50 000 djihadistes, il fait régner la terreur et le chaos sur un territoire sur lequel vivent plusieurs millions d'habitants, à cheval entre la Syrie et l'Irak. Il a aussi des combattants en Libye et en Afghanistan, et organise (ou revendique), à travers ses cellules terroristes présentes partout dans le monde, de nombreux attentats meurtriers, dont ceux du 13 novembre 2015 à Paris. C'est aujourd'hui l'homme le plus recherché au monde. Sa tête est mise à prix 25 millions de dollars. Celui que l'on considère comme le nouveau Bel Laden s'est auto-proclamé Calife, chef de tous les Musulmans. L'homme, pourtant, est mystérieux : il n'existe que quelques rares photos de lui et une seule vidéo de propagande, à Mossoul (Irak), lors de la prise de la ville par l'organisation de l'État Islamique, en juillet 2014. Il ne sort que cagoulé. Personne n'est autorisé à filmer son visage, à tel point que ses lieutenants l'ont surnommé « le fantôme ». C'est l'ennemi public numéro 1, et on ne sait presque rien de lui. Qui est Abou Bakr al-Baghdadi ? Pendant six mois, les équipes d'Enquête Exclusive ont suivi les traces du terroriste le plus sanguinaire de l'histoire. Dans sa ville d'enfance, dans la prison (camp Bucca, Irak) où il s'est formé idéologiquement, ou encore à Mossoul, l'ancienne « capitale » de l'État Islamique. Nous avons pu recueillir des témoignages exceptionnels de ses proches : ses amis d'enfance, ses « camarades » de djihad ou encore son ancienne femme Saja, avec qui il a eu une fille aujourd'hui âgée de 9 ans. Nous avons également pu filmer, en exclusivité, le quotidien de la brigade des Faucons, l'unité d'élite des renseignements irakiens, qui traque Abou Bakr al-Baghdadi 24 heures sur 24. Enfin, nous avons pu récupérer des documents secrets, notamment des photos encore jamais diffusées du chef de Daech. « Al-Baghdadi : sur les traces de l'homme le plus recherché du monde », un documentaire inédit sur le parcours de l'homme le plus recherché au monde.
    • Magazine

      Enquête exclusive

      Saint-Barth, l'île secrète des millionnaires

      pas mal (30 votes) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      À 6 500 kilomètres de la Métropole, Saint-Barth, cette île des Antilles françaises, minuscule rocher de 25 km², a acquis une réputation internationale. Avant les années 60, les 2 000 habitants de l'île, tous descendants de colons bretons ou normands, survivaient grâce à la pêche ou l'artisanat. En 1957, le milliardaire américain David Rockefeller, séduit par l'extraordinaire beauté des lieux, achète un terrain et s'y fait construire une somptueuse villa. Depuis, les stars internationales et les plus grandes fortunes de la planète l'ont suivi, et l'île est devenue le repère du luxe dans les Caraïbes. En haute saison, les plus gros yachts de la planète envahissent la baie et les immenses villas se louent jusqu'à 200 000 euros la semaine. Les hôtels 5 étoiles affichent complet. Cette année, 2 nouveaux palaces ont ouvert leurs portes. Nous avons suivi les coulisses de l'ouverture de l'un d'entre eux, la Villa Marie, et l'arrivée des premiers clients, tous fortunés. Pour faire tourner l'industrie du tourisme de l'ultra-luxe et construire sans cesse plus de villas d'exception, Saint-Barth peut compter sur des milliers de petites mains. Ils sont environ 3 000 à être venus du Portugal pour tenter leur chance et travailler au paradis. D'autres profitent aussi des moyens illimités de ces riches vacanciers pas comme les autres. Comme Éric, à la tête d'une épicerie fine. Il y propose les meilleurs produits de la planète pour satisfaire sa clientèle particulièrement exigeante. Ici, les ventes de caviar et de truffes du Périgord font exploser son chiffre d'affaires. Ou Loïc, Toulousain de 29 ans devenu le coach des célébrités et des grandes fortunes. Arrivé sur l'île il y a 5 ans, il a aujourd'hui un agenda de ministre. Tout le monde se l'arrache. En exclusivité, nos caméras ont pu partager, en coulisses, le quotidien de nombreux touristes millionnaires pour qui Saint-Barth est devenue, plus qu'un paradis exotique, l'île du luxe absolu.

      Lire la suite Enquête exclusive (41 vidéos) 3 commentaires
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      À 6 500 kilomètres de la Métropole, Saint-Barth, cette île des Antilles françaises, minuscule rocher de 25 km², a acquis une réputation internationale. Avant les années 60, les 2 000 habitants de l'île, tous descendants de colons bretons ou normands, survivaient grâce à la pêche ou l'artisanat. En 1957, le milliardaire américain David Rockefeller, séduit par l'extraordinaire beauté des lieux, achète un terrain et s'y fait construire une somptueuse villa. Depuis, les stars internationales et les plus grandes fortunes de la planète l'ont suivi, et l'île est devenue le repère du luxe dans les Caraïbes. En haute saison, les plus gros yachts de la planète envahissent la baie et les immenses villas se louent jusqu'à 200 000 euros la semaine. Les hôtels 5 étoiles affichent complet. Cette année, 2 nouveaux palaces ont ouvert leurs portes. Nous avons suivi les coulisses de l'ouverture de l'un d'entre eux, la Villa Marie, et l'arrivée des premiers clients, tous fortunés. Pour faire tourner l'industrie du tourisme de l'ultra-luxe et construire sans cesse plus de villas d'exception, Saint-Barth peut compter sur des milliers de petites mains. Ils sont environ 3 000 à être venus du Portugal pour tenter leur chance et travailler au paradis. D'autres profitent aussi des moyens illimités de ces riches vacanciers pas comme les autres. Comme Éric, à la tête d'une épicerie fine. Il y propose les meilleurs produits de la planète pour satisfaire sa clientèle particulièrement exigeante. Ici, les ventes de caviar et de truffes du Périgord font exploser son chiffre d'affaires. Ou Loïc, Toulousain de 29 ans devenu le coach des célébrités et des grandes fortunes. Arrivé sur l'île il y a 5 ans, il a aujourd'hui un agenda de ministre. Tout le monde se l'arrache. En exclusivité, nos caméras ont pu partager, en coulisses, le quotidien de nombreux touristes millionnaires pour qui Saint-Barth est devenue, plus qu'un paradis exotique, l'île du luxe absolu.
    • Magazine

      Enquête exclusive

      Survivre ou mourir : la tragédie des chrétiens d'Orient

      bien (13 votes) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Au début du XXe siècle, un quart des habitants du Moyen-Orient étaient chrétiens. Ils sont à peine 3% aujourd'hui (10 millions de chrétiens pour 320 millions de musulmans). Une disparition programmée, presque une condamnation à mort, pour cette communauté pourtant présente depuis l'origine du christianisme. Ces dernières années, avec les guerres en Irak et en Syrie, leur situation s'est encore aggravée. Menacés de mort par les extrémistes, à moins qu'ils ne se convertissent à l'Islam, exclus du débat politique, ils sont en danger permanent. Alors que faire ? Partir ou rester ? Dans le nord de l'Irak, 150 000 chrétiens (soit un sur trois !) ont choisi de fuir avant l'arrivée de Daech. Beaucoup se retrouvent dans les camps de réfugiés au Kurdistan irakien, à l'abri des bombes et des exactions, priant chaque jour pour rentrer chez eux. D'autres ne reviendront jamais. Maher et sa famille sont originaires de Mossoul (Irak). Ils ont obtenu des visas pour la France, pour refaire leur vie et exercer leur foi en toute sécurité. Ils seront bientôt accueillis à Versailles, par des chrétiens français. Notre équipe les a accompagnés, le long de leur douloureux périple. D'autres chrétiens n'envisagent pas d'abandonner leur terre. Certains ont même pris les armes. Avec les premières défaites de Daech, ils reviennent dans leurs villages et découvrent leurs églises détruites, leurs cimetières profanés, leurs livres sacrés brûlés... Sur son passage, Daech détruit tout ce qui ne correspond à sa vision de la religion. Le père Najeeb protège et restaure, dans un lieu tenu secret, des milliers de vieux manuscrits et une bible du XIIIe siècle, qu'il a réussi à sauver de la folie destructrice des islamistes. De l'autre côté de la frontière, en Syrie, les chrétiens d'Alep sont pris en étau au milieu des combats entre rebelles et forces gouvernementales. Les plus vieux édifices chrétiens, de magnifiques œuvres d'art, sont en ruines. Criant leur colère, les fidèles continuent malgré tout à pratiquer leur culte. Nos caméras les ont suivis au moment de célébrer Noël dans une cathédrale éventrée par les obus. « Survivre ou mourir, la tragédie des chrétiens d'Orient », c'est un document rare et très fort sur l'une des plus vieilles communautés de l'humanité en danger immédiat d'extinction.

      Lire la suite Enquête exclusive (41 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Au début du XXe siècle, un quart des habitants du Moyen-Orient étaient chrétiens. Ils sont à peine 3% aujourd'hui (10 millions de chrétiens pour 320 millions de musulmans). Une disparition programmée, presque une condamnation à mort, pour cette communauté pourtant présente depuis l'origine du christianisme. Ces dernières années, avec les guerres en Irak et en Syrie, leur situation s'est encore aggravée. Menacés de mort par les extrémistes, à moins qu'ils ne se convertissent à l'Islam, exclus du débat politique, ils sont en danger permanent. Alors que faire ? Partir ou rester ? Dans le nord de l'Irak, 150 000 chrétiens (soit un sur trois !) ont choisi de fuir avant l'arrivée de Daech. Beaucoup se retrouvent dans les camps de réfugiés au Kurdistan irakien, à l'abri des bombes et des exactions, priant chaque jour pour rentrer chez eux. D'autres ne reviendront jamais. Maher et sa famille sont originaires de Mossoul (Irak). Ils ont obtenu des visas pour la France, pour refaire leur vie et exercer leur foi en toute sécurité. Ils seront bientôt accueillis à Versailles, par des chrétiens français. Notre équipe les a accompagnés, le long de leur douloureux périple. D'autres chrétiens n'envisagent pas d'abandonner leur terre. Certains ont même pris les armes. Avec les premières défaites de Daech, ils reviennent dans leurs villages et découvrent leurs églises détruites, leurs cimetières profanés, leurs livres sacrés brûlés... Sur son passage, Daech détruit tout ce qui ne correspond à sa vision de la religion. Le père Najeeb protège et restaure, dans un lieu tenu secret, des milliers de vieux manuscrits et une bible du XIIIe siècle, qu'il a réussi à sauver de la folie destructrice des islamistes. De l'autre côté de la frontière, en Syrie, les chrétiens d'Alep sont pris en étau au milieu des combats entre rebelles et forces gouvernementales. Les plus vieux édifices chrétiens, de magnifiques œuvres d'art, sont en ruines. Criant leur colère, les fidèles continuent malgré tout à pratiquer leur culte. Nos caméras les ont suivis au moment de célébrer Noël dans une cathédrale éventrée par les obus. « Survivre ou mourir, la tragédie des chrétiens d'Orient », c'est un document rare et très fort sur l'une des plus vieilles communautés de l'humanité en danger immédiat d'extinction.

    Audiences replay du 24-05