Revoir un programme tv en replay et en streaming

Enquête exclusive en replay (34 vidéos)

A propos de Enquête exclusive

Créée en 2005 et présentée par Bernard de la Villardière, Enquête exclusive est un magazine d'investigation diffusé le dimanche en deuxième partie de soirée sur M6. Chaque émission propose un reportage unique, souvent centré sur une destination étrangère (Detroit, Buenos Aires, Londres ont notamment été abordées en 2012), et s'attache à révéler certaines pratiques et business exercés en ces lieux..

  • Magazine

    Enquête exclusive

    Foires des villes et foires des champs : les dessous d'un incroyable succès

    aucun (0 vote) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Chaque année au printemps, les foires attirent des centaines de milliers de visiteurs ! À l'heure d'Internet et du e-commerce, le succès de cette forme de commerce ancestrale paraît incroyable. À Marseille la cosmopolite et à Lessay la rurale, située en Normandie, ces rassemblements populaires sont de gigantesques évènements. Camelots, vendeurs de piscines ou de chevaux y réalisent des chiffres d'affaires impressionnants ! Quels sont leurs secrets pour attirer le chaland ? D'où viennent les produits qu'ils proposent ? Pour les acheteurs, les bonnes affaires sont-elles toujours au rendez-vous ? À Lessay, la foire est également un lieu de retrouvailles, rituel pour les gens du voyage. Plus de mille familles s'y donnent rendez-vous chaque année. Stands de fête foraine ou de vanneries, certains profitent de la foire pour travailler mais la plupart vient à Lessay pour faire la fête et célébrer les traditions de la communauté. Un afflux de population pas toujours très bien vu des habitants du village et redouté par les autorités locales. À Marseille, la sécurité est un enjeu de premier plan. Sur la foire, 650 000 visiteurs dépensent 250 euros en moyenne. En une semaine, des millions d'euros s'échangent, le plus souvent en liquide. Commissariat de police mobile, gendarmes : les forces de l'ordre se relaient jour et nuit pour que la foire se déroule sans incident.

    Lire la suite Enquête exclusive (35 vidéos) Commenter
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Chaque année au printemps, les foires attirent des centaines de milliers de visiteurs ! À l'heure d'Internet et du e-commerce, le succès de cette forme de commerce ancestrale paraît incroyable. À Marseille la cosmopolite et à Lessay la rurale, située en Normandie, ces rassemblements populaires sont de gigantesques évènements. Camelots, vendeurs de piscines ou de chevaux y réalisent des chiffres d'affaires impressionnants ! Quels sont leurs secrets pour attirer le chaland ? D'où viennent les produits qu'ils proposent ? Pour les acheteurs, les bonnes affaires sont-elles toujours au rendez-vous ? À Lessay, la foire est également un lieu de retrouvailles, rituel pour les gens du voyage. Plus de mille familles s'y donnent rendez-vous chaque année. Stands de fête foraine ou de vanneries, certains profitent de la foire pour travailler mais la plupart vient à Lessay pour faire la fête et célébrer les traditions de la communauté. Un afflux de population pas toujours très bien vu des habitants du village et redouté par les autorités locales. À Marseille, la sécurité est un enjeu de premier plan. Sur la foire, 650 000 visiteurs dépensent 250 euros en moyenne. En une semaine, des millions d'euros s'échangent, le plus souvent en liquide. Commissariat de police mobile, gendarmes : les forces de l'ordre se relaient jour et nuit pour que la foire se déroule sans incident.
  • Magazine

    Enquête exclusive

    Gitans contre mairies : une tension permanente

    pas mal (1 vote) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    En France, ils seraient 500 000. Gitans, tziganes, manouches, ce sont les gens du voyage. Depuis toujours, ils souffrent d'une mauvaise réputation. « Tous des voleurs », selon leurs détracteurs. Alors quand ils débarquent dans une ville, avec leurs caravanes, ils ne sont pas les bienvenus et n'ont souvent nulle part où s'installer. Pourtant, la loi oblige les communes de plus de 5 000 habitants à mettre à leur disposition des aires d'accueil. Face à la méfiance des riverains, certains maires préfèrent ne pas respecter la loi. Les gens du voyage n'ont alors pas d'autre choix que de s'installer, sans autorisation, sur un terrain vague, un parking ou une propriété privée. Des intrusions vécues comme des agressions, provoquant des conflits, des heurts et des bagarres. Dans certaines communes, on a même creusé des tranchées pour les repousser. À Pérols, près de Montpellier, 80 caravanes ont envahi sans préavis les parkings d'une zone commerciale, en pleine période de soldes. Leur présence a fait fuir les clients, et les commerçants ont vu leur chiffre d'affaire s'effondrer. Exaspérés, ces derniers sont prêts à tout pour chasser leurs nouveaux voisins indésirables. Dans l'Essonne, en région parisienne, la dizaine de caravanes de Rolando et sa famille a trouvé refuge aux abords d'une usine désaffectée. Pour nourrir les siens, le chef de famille se débrouille comme il peut : il fouille les poubelles des supermarchés du coin. Muni d'un ordre d'expulsion les gendarmes se préparent à intervenir. Gitan et fier de l'être, Henock Cortès ne supportait plus d'être chassé comme un pestiféré. Il a décidé de se sédentariser et a troqué sa caravane contre une petite maison où il vit avec sa famille. Mais cet ancien voyou devenu rappeur n'a pas abandonné la cause des gens du voyage. Armé de sa gouaille et de son physique impressionnant, Henock est entré en guerre contre les mairies qui ne respectent ni les gitans ni la loi. Enquête sur une communauté déracinée qui se bat et utilise tous les stratagèmes, légaux ou pas, pour conserver son mode de vie traditionnel.

    Lire la suite Enquête exclusive (35 vidéos) Commenter
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    En France, ils seraient 500 000. Gitans, tziganes, manouches, ce sont les gens du voyage. Depuis toujours, ils souffrent d'une mauvaise réputation. « Tous des voleurs », selon leurs détracteurs. Alors quand ils débarquent dans une ville, avec leurs caravanes, ils ne sont pas les bienvenus et n'ont souvent nulle part où s'installer. Pourtant, la loi oblige les communes de plus de 5 000 habitants à mettre à leur disposition des aires d'accueil. Face à la méfiance des riverains, certains maires préfèrent ne pas respecter la loi. Les gens du voyage n'ont alors pas d'autre choix que de s'installer, sans autorisation, sur un terrain vague, un parking ou une propriété privée. Des intrusions vécues comme des agressions, provoquant des conflits, des heurts et des bagarres. Dans certaines communes, on a même creusé des tranchées pour les repousser. À Pérols, près de Montpellier, 80 caravanes ont envahi sans préavis les parkings d'une zone commerciale, en pleine période de soldes. Leur présence a fait fuir les clients, et les commerçants ont vu leur chiffre d'affaire s'effondrer. Exaspérés, ces derniers sont prêts à tout pour chasser leurs nouveaux voisins indésirables. Dans l'Essonne, en région parisienne, la dizaine de caravanes de Rolando et sa famille a trouvé refuge aux abords d'une usine désaffectée. Pour nourrir les siens, le chef de famille se débrouille comme il peut : il fouille les poubelles des supermarchés du coin. Muni d'un ordre d'expulsion les gendarmes se préparent à intervenir. Gitan et fier de l'être, Henock Cortès ne supportait plus d'être chassé comme un pestiféré. Il a décidé de se sédentariser et a troqué sa caravane contre une petite maison où il vit avec sa famille. Mais cet ancien voyou devenu rappeur n'a pas abandonné la cause des gens du voyage. Armé de sa gouaille et de son physique impressionnant, Henock est entré en guerre contre les mairies qui ne respectent ni les gitans ni la loi. Enquête sur une communauté déracinée qui se bat et utilise tous les stratagèmes, légaux ou pas, pour conserver son mode de vie traditionnel.
  • Magazine

    Enquête exclusive

    Un été à monaco : dans les secrets de la principauté

    bien (5 votes) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Les mois d'été, Monaco affiche ses plus beaux atouts pour accueillir une riche clientèle internationale et distraire aussi bien la jet set que ses résidents anonymes. L'été 2015 sera à marquer d'une pierre blanche : festivités et mondanités prestigieuses, mariages hors du commun, évènements exceptionnels pour célébrer les dix ans de règne d'Albert entouré de sa famille au grand complet, toutes générations confondues, et de plus de 5 000 invités. Enquête Exclusive était dans les coulisses, au plus près de la famille princière, d'un événement clôturé par un concert privé de Robbie Williams. Également au programme de l'été monégasque, la visite exclusive du Palais en compagnie du chambellan, le colonel Soler ; le très huppé gala de la Croix Rouge mais aussi les vacances exubérantes des milliardaires de la Principauté et celles, plus modestes, d'une famille du nord de la France découvrant Monaco pour la première fois. Une enquête dans les coulisses de l'écrin le plus luxueux de la Côte d'Azur, qui permet aussi de découvrir un Monaco plus intime, plus méconnu, parfois bien différent des clichés habituels.

    Lire la suite Enquête exclusive (35 vidéos) Commenter
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Les mois d'été, Monaco affiche ses plus beaux atouts pour accueillir une riche clientèle internationale et distraire aussi bien la jet set que ses résidents anonymes. L'été 2015 sera à marquer d'une pierre blanche : festivités et mondanités prestigieuses, mariages hors du commun, évènements exceptionnels pour célébrer les dix ans de règne d'Albert entouré de sa famille au grand complet, toutes générations confondues, et de plus de 5 000 invités. Enquête Exclusive était dans les coulisses, au plus près de la famille princière, d'un événement clôturé par un concert privé de Robbie Williams. Également au programme de l'été monégasque, la visite exclusive du Palais en compagnie du chambellan, le colonel Soler ; le très huppé gala de la Croix Rouge mais aussi les vacances exubérantes des milliardaires de la Principauté et celles, plus modestes, d'une famille du nord de la France découvrant Monaco pour la première fois. Une enquête dans les coulisses de l'écrin le plus luxueux de la Côte d'Azur, qui permet aussi de découvrir un Monaco plus intime, plus méconnu, parfois bien différent des clichés habituels.
  • Magazine

    Enquête exclusive

    Gendarmerie : peloton d'élite pour missions sensibles

    bien (13 votes) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Grand banditisme, prises d'otages, arrestations de forcenés : c'est le quotidien du PI2G, le Peloton d´Intervention 2ème Génération, la toute nouvelle unité de choc de la gendarmerie nationale. 70 hommes surentraînés, installés dans plusieurs grandes villes de province, doivent être prêts à intervenir en moins de 30 minutes en ville comme dans les campagnes. C'est grâce à eux que sont finalisées des enquêtes au long cours. Repérages, filatures, assauts, interpellations : le PI2G prend le relais des gendarmes de terrain quand le risque est trop grand. Qu'il s'agisse de maîtriser un homme armé qui tire sur les passants dans un village isolé, d'appréhender une famille de dealers qui approvisionne toute une zone rurale ou d'escorter un prisonnier responsable d'une prise d'otage, ils doivent faire face à toute les situations. Nos équipes ont suivi ces gendarmes d'élite lors de leurs opérations les plus délicates mais aussi durant les épreuves de recrutement draconiennes de ce peloton. Tir de précision, combats au corps à corps et séries de pompes en pleine nuit dans les rivières glacées : les nerfs des aspirants sont mis à rude épreuve.

    Lire la suite Enquête exclusive (35 vidéos) 1 commentaire
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Grand banditisme, prises d'otages, arrestations de forcenés : c'est le quotidien du PI2G, le Peloton d´Intervention 2ème Génération, la toute nouvelle unité de choc de la gendarmerie nationale. 70 hommes surentraînés, installés dans plusieurs grandes villes de province, doivent être prêts à intervenir en moins de 30 minutes en ville comme dans les campagnes. C'est grâce à eux que sont finalisées des enquêtes au long cours. Repérages, filatures, assauts, interpellations : le PI2G prend le relais des gendarmes de terrain quand le risque est trop grand. Qu'il s'agisse de maîtriser un homme armé qui tire sur les passants dans un village isolé, d'appréhender une famille de dealers qui approvisionne toute une zone rurale ou d'escorter un prisonnier responsable d'une prise d'otage, ils doivent faire face à toute les situations. Nos équipes ont suivi ces gendarmes d'élite lors de leurs opérations les plus délicates mais aussi durant les épreuves de recrutement draconiennes de ce peloton. Tir de précision, combats au corps à corps et séries de pompes en pleine nuit dans les rivières glacées : les nerfs des aspirants sont mis à rude épreuve.
  • Magazine

    Enquête exclusive

    Bri : au cœur de la police d'élite

    bien (30 votes) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Avec le RAID et le GIGN, la BRI (Brigade de Recherche et d'Intervention) constitue l'élite des forces de l'ordre en France. Créée au milieu des années 60 pour lutter contre le grand banditisme, cette unité spéciale de la police judiciaire est réputée pour ses enquêtes au long cours et ses techniques de filature. L'une de ses forces premières : le flagrant délit. Interpeller les criminels au moment des faits, notamment lors de spectaculaires braquages à main armée, a valu à la BRI de nombreux succès. En situation de crise, ou en état d'urgence, les hommes de la BRI sont aussi appelés à intervenir, notamment en cas d'attaques terroristes. Lors de la prise d'otages de l'Hypercacher, c'est le blindé d'assaut de la BRI qui était en première ligne. Et dans le cadre de l'Euro (10 juin-10 juillet 2016), les hommes de la BRI sont d'ores et déjà mobilisés pour cet évènement sous haute tension. Composée de 360 policiers, répartis dans une quinzaine de brigades en France, la BRI a exceptionnellement ouvert ses portes à Enquête Exclusive. Qui sont ces policiers d'élite ? Comment sont-ils recrutés, sachant que seuls 30 policiers sont sélectionnés par concours chaque année pour rejoindre la brigade ? Pour la première fois, 3 BRI, celle de Nanterre, Versailles et Strasbourg, nous ont permis de suivre leur travail au quotidien, du début des enquêtes jusqu'aux interpellations en flagrant délit. Avec la BRI Versailles, c'est une affaire de vols avec violence en bande organisée qui va mobiliser l'unité. Avec eux, nous découvrirons que les criminels sont prêts à tout pour échapper aux forces de l'ordre. À Strasbourg, et avec le soutien des hommes de la BRI nationale, ce sont les vols par ruse qui occupent les enquêteurs. Leur objectif : démanteler un gang de braqueurs qui se faisait passer pour une unité de faux policiers. Enfin, nous découvrirons l'autre facette de leur mission, la lutte anti-terroriste. Car aujourd'hui, grâce à l'expérience de ses hommes, la BRI est avec le RAID et le GIGN l'une des trois forces d'interventions prêtes à faire face à tout attentat.

    Lire la suite Enquête exclusive (35 vidéos) Commenter
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Avec le RAID et le GIGN, la BRI (Brigade de Recherche et d'Intervention) constitue l'élite des forces de l'ordre en France. Créée au milieu des années 60 pour lutter contre le grand banditisme, cette unité spéciale de la police judiciaire est réputée pour ses enquêtes au long cours et ses techniques de filature. L'une de ses forces premières : le flagrant délit. Interpeller les criminels au moment des faits, notamment lors de spectaculaires braquages à main armée, a valu à la BRI de nombreux succès. En situation de crise, ou en état d'urgence, les hommes de la BRI sont aussi appelés à intervenir, notamment en cas d'attaques terroristes. Lors de la prise d'otages de l'Hypercacher, c'est le blindé d'assaut de la BRI qui était en première ligne. Et dans le cadre de l'Euro (10 juin-10 juillet 2016), les hommes de la BRI sont d'ores et déjà mobilisés pour cet évènement sous haute tension. Composée de 360 policiers, répartis dans une quinzaine de brigades en France, la BRI a exceptionnellement ouvert ses portes à Enquête Exclusive. Qui sont ces policiers d'élite ? Comment sont-ils recrutés, sachant que seuls 30 policiers sont sélectionnés par concours chaque année pour rejoindre la brigade ? Pour la première fois, 3 BRI, celle de Nanterre, Versailles et Strasbourg, nous ont permis de suivre leur travail au quotidien, du début des enquêtes jusqu'aux interpellations en flagrant délit. Avec la BRI Versailles, c'est une affaire de vols avec violence en bande organisée qui va mobiliser l'unité. Avec eux, nous découvrirons que les criminels sont prêts à tout pour échapper aux forces de l'ordre. À Strasbourg, et avec le soutien des hommes de la BRI nationale, ce sont les vols par ruse qui occupent les enquêteurs. Leur objectif : démanteler un gang de braqueurs qui se faisait passer pour une unité de faux policiers. Enfin, nous découvrirons l'autre facette de leur mission, la lutte anti-terroriste. Car aujourd'hui, grâce à l'expérience de ses hommes, la BRI est avec le RAID et le GIGN l'une des trois forces d'interventions prêtes à faire face à tout attentat.
  • Magazine

    Enquête exclusive

    Bavures, corruption, dérapages : quand les flics enquêtent sur les flics

    bien (23 votes) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Corruption, violences illégitimes, « bavures » et incompétences : les policiers eux-mêmes ne sont pas au-dessus de tout soupçon. Lorsqu'ils dérapent, c'est l'affaire des « bœufs-carottes », le surnom donné à l'Inspection Générale de la Police Nationale. Pour la première fois, l'IGPN a accepté que des journalistes suivent ses investigations. Habituellement ces superflics enquêtent sur leurs collègues dans le plus grand secret, loin des caméras. Du simple blâme à l'exclusion définitive, chaque année, 3 000 fonctionnaires de police sont sanctionnés. La police des polices a à son actif des affaires retentissantes comme la chute de Michel Neyret, l'ancien numéro 2 de la PJ de Lyon ou celle des policiers ripoux de la BAC Nord de Marseille. Comment ces limiers chevronnés mènent-ils leurs recherches ? Comment parviennent-ils à faire craquer des collègues rompus aux techniques d'investigation et aux interrogatoires ? Pourquoi sont-ils détestés par leurs confrères ? Arrestation de policiers corrompus, gestion délicate des émeutes urbaines, et même contrôles surprises dans les commissariats : un document exceptionnel au cœur de la police des polices.

    Lire la suite Enquête exclusive (35 vidéos) Commenter
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Corruption, violences illégitimes, « bavures » et incompétences : les policiers eux-mêmes ne sont pas au-dessus de tout soupçon. Lorsqu'ils dérapent, c'est l'affaire des « bœufs-carottes », le surnom donné à l'Inspection Générale de la Police Nationale. Pour la première fois, l'IGPN a accepté que des journalistes suivent ses investigations. Habituellement ces superflics enquêtent sur leurs collègues dans le plus grand secret, loin des caméras. Du simple blâme à l'exclusion définitive, chaque année, 3 000 fonctionnaires de police sont sanctionnés. La police des polices a à son actif des affaires retentissantes comme la chute de Michel Neyret, l'ancien numéro 2 de la PJ de Lyon ou celle des policiers ripoux de la BAC Nord de Marseille. Comment ces limiers chevronnés mènent-ils leurs recherches ? Comment parviennent-ils à faire craquer des collègues rompus aux techniques d'investigation et aux interrogatoires ? Pourquoi sont-ils détestés par leurs confrères ? Arrestation de policiers corrompus, gestion délicate des émeutes urbaines, et même contrôles surprises dans les commissariats : un document exceptionnel au cœur de la police des polices.
  • Magazine

    Enquête exclusive

    Michel neyret : la chute d'un grand flic

    bien (56 votes) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Le 2 mai dernier s'est ouvert le procès de Michel Neyret ; l'ex numéro 2 de la PJ lyonnaise comparaît devant le tribunal correctionnel de Paris. Celui qui a longtemps été considéré comme l'un des meilleurs flics de sa génération est accusé de corruption, de trafic d'influence, de trafic de stupéfiants, d'association de malfaiteurs et de violation du secret professionnel. Avant son procès, Michel Neyret a accordé à « Enquête Exclusive » plusieurs entretiens exceptionnels. L'ancien commissaire, décoré de la légion d'honneur, répond point par point aux accusations portées contre lui. Il reconnaît une certaine négligence et même quelques fautes : les vacances offertes par des figures notoires du grand banditisme, une montre de luxe en guise de cadeau ou encore l'ouverture par ces mêmes voyous d'un compte en Suisse au nom de sa femme. Mais Michel Neyret justifie chacun de ses écarts de conduite par la nécessité de flirter avec le milieu pour mieux l'infiltrer et faire tomber ses têtes… Une excuse contredite par les écoutes téléphoniques dans lesquelles Nicole, sa femme, reproche notamment à un truand de donner de l'argent à son mari et de le transformer en « voyou plus voyou que les autres, obnubilé par le fric ». Outre les révélations exclusives de Michel Neyret, nous avons pu interviewer de nombreux témoins. Des relations, des collaborateurs et même des membres du milieu - certains sont sur le banc des accusés au procès - qui ont bien connu l'ex flic soupçonné d'être un ripou. Parmi eux : Gilbert Chickly, sous mandat d'arrêt international, réfugié en Israël, qui aurait acheté des informations à Neyret ; Cyril Astruc, surnommé le « prince du CO2 » grâce à son système d'arnaque à la taxe carbone, qui aurait, lui aussi, bénéficié de renseignements communiqués par Neyret sur les pays dans lesquels il risquait de se faire arrêter ; et David Metaxas, cet avocat du milieu lyonnais qui, grâce à Neyret, détiendrait des informations confidentielles sur ses clients voyous. Nous avons également recueilli le témoignage de Martine Monteil, ancienne directrice de la Police Judiciaire nationale, qui avait fait nommer Michel Neyret numéro 2 de la PJ de Lyon. En suivant pas à pas les découvertes de la police des polices et à travers des interviewes exclusives, ce document révèle comment le champion de l'antigang a peu à peu basculé de l'autre côté de la loi, jusqu'à franchir la ligne jaune. Toutes ses méthodes sont ici décryptées. Si l'enquête démontre les dérives d'un homme qui aimait trop l'argent et les jolies filles, elle met aussi le doigt sur les relations troubles qui ont toujours existé entre flics et voyous.

    Lire la suite Enquête exclusive (35 vidéos) 6 commentaires
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Le 2 mai dernier s'est ouvert le procès de Michel Neyret ; l'ex numéro 2 de la PJ lyonnaise comparaît devant le tribunal correctionnel de Paris. Celui qui a longtemps été considéré comme l'un des meilleurs flics de sa génération est accusé de corruption, de trafic d'influence, de trafic de stupéfiants, d'association de malfaiteurs et de violation du secret professionnel. Avant son procès, Michel Neyret a accordé à « Enquête Exclusive » plusieurs entretiens exceptionnels. L'ancien commissaire, décoré de la légion d'honneur, répond point par point aux accusations portées contre lui. Il reconnaît une certaine négligence et même quelques fautes : les vacances offertes par des figures notoires du grand banditisme, une montre de luxe en guise de cadeau ou encore l'ouverture par ces mêmes voyous d'un compte en Suisse au nom de sa femme. Mais Michel Neyret justifie chacun de ses écarts de conduite par la nécessité de flirter avec le milieu pour mieux l'infiltrer et faire tomber ses têtes… Une excuse contredite par les écoutes téléphoniques dans lesquelles Nicole, sa femme, reproche notamment à un truand de donner de l'argent à son mari et de le transformer en « voyou plus voyou que les autres, obnubilé par le fric ». Outre les révélations exclusives de Michel Neyret, nous avons pu interviewer de nombreux témoins. Des relations, des collaborateurs et même des membres du milieu - certains sont sur le banc des accusés au procès - qui ont bien connu l'ex flic soupçonné d'être un ripou. Parmi eux : Gilbert Chickly, sous mandat d'arrêt international, réfugié en Israël, qui aurait acheté des informations à Neyret ; Cyril Astruc, surnommé le « prince du CO2 » grâce à son système d'arnaque à la taxe carbone, qui aurait, lui aussi, bénéficié de renseignements communiqués par Neyret sur les pays dans lesquels il risquait de se faire arrêter ; et David Metaxas, cet avocat du milieu lyonnais qui, grâce à Neyret, détiendrait des informations confidentielles sur ses clients voyous. Nous avons également recueilli le témoignage de Martine Monteil, ancienne directrice de la Police Judiciaire nationale, qui avait fait nommer Michel Neyret numéro 2 de la PJ de Lyon. En suivant pas à pas les découvertes de la police des polices et à travers des interviewes exclusives, ce document révèle comment le champion de l'antigang a peu à peu basculé de l'autre côté de la loi, jusqu'à franchir la ligne jaune. Toutes ses méthodes sont ici décryptées. Si l'enquête démontre les dérives d'un homme qui aimait trop l'argent et les jolies filles, elle met aussi le doigt sur les relations troubles qui ont toujours existé entre flics et voyous.
  • Magazine

    Enquête exclusive

    Soleil, plage, cocaïne : les français en république dominicaine

    bien (20 votes) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Eaux turquoise à 30 degrés, soleil toute l'année : la République Dominicaine est la destination long courrier préférée des Français. La clé de ce succès : des hôtel-clubs qui proposent des séjours tout compris dans un cadre luxueux et à des prix défiant toute concurrence. Un climat de rêve, une fiscalité attractive et une main d'œuvre peu chère, 6 000 Français se sont installés à plein temps dans ce pays. Ils sont 3 000 à vivre à Las Terrenas, au Nord-Est de l'île : pétanque, supermarchés, boulangerie, un petit village gaulois sous les palmiers. Revers de la médaille, les belles villas des étrangers sont devenues une cible de choix pour les cambrioleurs. Car la République Dominicaine a du mal à faire vivre son peuple. Un habitant sur deux vit sous le seuil de pauvreté. Alors certaines jeunes femmes font un choix radical. Pour nourrir leurs familles elles se font embaucher dans des « sex-resorts ». Des clubs de vacances sordides qui incluent le service de prostituées. Autre fléau de la République Dominicaine : le trafic de cocaïne. En 2013, 10 tonnes de stupéfiants ont été saisies, surtout dans des zones où transitent les vacanciers. Nous avons découvert d'incroyables filières : recrutées dans des banlieues françaises, des mères de famille dans le besoin acceptent de jouer les mules pour quelques milliers d'euros. Parfois le piège se referme sur des touristes qui clament leur innocence : nous avons pu rencontrer en exclusivité Liana Guillon dans sa geôle de Saint-Domingue. Partie en lune de miel avec son mari et ses enfants, de la drogue aurait été introduite à son insu dans son bagage. Arrêtée à l'aéroport la jeune femme est en prison depuis bientôt 3 ans.

    Lire la suite Enquête exclusive (34 vidéos) 2 commentaires
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Eaux turquoise à 30 degrés, soleil toute l'année : la République Dominicaine est la destination long courrier préférée des Français. La clé de ce succès : des hôtel-clubs qui proposent des séjours tout compris dans un cadre luxueux et à des prix défiant toute concurrence. Un climat de rêve, une fiscalité attractive et une main d'œuvre peu chère, 6 000 Français se sont installés à plein temps dans ce pays. Ils sont 3 000 à vivre à Las Terrenas, au Nord-Est de l'île : pétanque, supermarchés, boulangerie, un petit village gaulois sous les palmiers. Revers de la médaille, les belles villas des étrangers sont devenues une cible de choix pour les cambrioleurs. Car la République Dominicaine a du mal à faire vivre son peuple. Un habitant sur deux vit sous le seuil de pauvreté. Alors certaines jeunes femmes font un choix radical. Pour nourrir leurs familles elles se font embaucher dans des « sex-resorts ». Des clubs de vacances sordides qui incluent le service de prostituées. Autre fléau de la République Dominicaine : le trafic de cocaïne. En 2013, 10 tonnes de stupéfiants ont été saisies, surtout dans des zones où transitent les vacanciers. Nous avons découvert d'incroyables filières : recrutées dans des banlieues françaises, des mères de famille dans le besoin acceptent de jouer les mules pour quelques milliers d'euros. Parfois le piège se referme sur des touristes qui clament leur innocence : nous avons pu rencontrer en exclusivité Liana Guillon dans sa geôle de Saint-Domingue. Partie en lune de miel avec son mari et ses enfants, de la drogue aurait été introduite à son insu dans son bagage. Arrêtée à l'aéroport la jeune femme est en prison depuis bientôt 3 ans.
  • Magazine

    Enquête exclusive

    Cuba : ouverture ou dictature ?

    bien (51 votes) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Après 57 ans de dictature communiste, Cuba serait-elle sur la voie de l'ouverture ? Depuis le voyage historique du président américain Barak Obama sur l'île, les 20 et 21 mars derniers après un demi-siècle de rupture des relations diplomatiques entre les deux pays, Cuba s'apprête à vivre une nouvelle révolution. Non pas une révolution politique - c'est toujours le régime castriste qui détient le pouvoir - mais une révolution économique et touristique. Bientôt, ce sera le retour des échanges commerciaux avec les États-Unis, après l'embargo, et les touristes américains arrivent déjà en masse (300 000 prévus en 2016, le double par rapport à 2015). Les vacanciers viennent désormais du monde entier. Avec ses vieilles voitures américaines, ses rues chargées d'histoire, ses plages de sable blanc, ses jolies filles et son célèbre mojito, Cuba est devenue la destination à la mode. Aux côtés d'un groupe de Français passionnés de salsa, nous avons exploré les trésors de l'île. Une nature sublime, une culture d'exception, des festivités jour et nuit, un peuple accueillant et, depuis peu, une infrastructure hôtelière haut de gamme et à tous les prix. Pour les étrangers, Cuba a des allures de paradis, mais pour les Cubains rien n'a changé. Ici, la vie quotidienne est toujours aussi dure. Le salaire moyen s'élève à 15 dollars par mois. Soumis au rationnement, les Cubains ont juste de quoi s'acheter les denrées alimentaires de base. Pour survivre, pas d'autre choix que les combines et la débrouille. C'est le cas de Rosemary, une institutrice. Payée 12 euros par mois par son école, elle est obligée de vendre des cigarettes sur le marché noir et de se prostituer la nuit pour nourrir son fils de 3 ans. Si l'ouverture est synonyme de rentrée d'argent pour le pays, cela ne bénéficie pas à tous. L'argent du tourisme ne profite qu'à une minorité (proches du pouvoir, militaires). Quant aux restaurants, hôtels, discothèques, compagnies de bus, de taxi, presque tout appartient à l'État ! À Cuba, flotte toujours un parfum de dictature. La police est omniprésente, la surveillance permanente. La liberté d'expression et les droits de l'homme ne sont pas à l'ordre du jour. Et gare à ceux qui osent critiquer le régime. El Sexto, un jeune grapheur qui dénonce les abus de pouvoir des Castro, est emprisonné depuis plusieurs mois. Nous avons suivi ses amis et sa famille qui cherchent à le faire libérer. Certains dissidents politiques engagés contre les Castro auraient même payé leur engagement de leur vie. Nous avons notamment recueilli des témoignages inédits qui remettent en cause la version officielle de la disparition d'Oswaldo Paya (l'un des principaux opposants au régime castriste) : soi-disant un simple accident de la route ! Entre boom touristique et oppression, ouverture et dictature, nous avons enquêté sur l'une des dernières dictatures communistes de la planète.

    Lire la suite Enquête exclusive (33 vidéos) 4 commentaires
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Après 57 ans de dictature communiste, Cuba serait-elle sur la voie de l'ouverture ? Depuis le voyage historique du président américain Barak Obama sur l'île, les 20 et 21 mars derniers après un demi-siècle de rupture des relations diplomatiques entre les deux pays, Cuba s'apprête à vivre une nouvelle révolution. Non pas une révolution politique - c'est toujours le régime castriste qui détient le pouvoir - mais une révolution économique et touristique. Bientôt, ce sera le retour des échanges commerciaux avec les États-Unis, après l'embargo, et les touristes américains arrivent déjà en masse (300 000 prévus en 2016, le double par rapport à 2015). Les vacanciers viennent désormais du monde entier. Avec ses vieilles voitures américaines, ses rues chargées d'histoire, ses plages de sable blanc, ses jolies filles et son célèbre mojito, Cuba est devenue la destination à la mode. Aux côtés d'un groupe de Français passionnés de salsa, nous avons exploré les trésors de l'île. Une nature sublime, une culture d'exception, des festivités jour et nuit, un peuple accueillant et, depuis peu, une infrastructure hôtelière haut de gamme et à tous les prix. Pour les étrangers, Cuba a des allures de paradis, mais pour les Cubains rien n'a changé. Ici, la vie quotidienne est toujours aussi dure. Le salaire moyen s'élève à 15 dollars par mois. Soumis au rationnement, les Cubains ont juste de quoi s'acheter les denrées alimentaires de base. Pour survivre, pas d'autre choix que les combines et la débrouille. C'est le cas de Rosemary, une institutrice. Payée 12 euros par mois par son école, elle est obligée de vendre des cigarettes sur le marché noir et de se prostituer la nuit pour nourrir son fils de 3 ans. Si l'ouverture est synonyme de rentrée d'argent pour le pays, cela ne bénéficie pas à tous. L'argent du tourisme ne profite qu'à une minorité (proches du pouvoir, militaires). Quant aux restaurants, hôtels, discothèques, compagnies de bus, de taxi, presque tout appartient à l'État ! À Cuba, flotte toujours un parfum de dictature. La police est omniprésente, la surveillance permanente. La liberté d'expression et les droits de l'homme ne sont pas à l'ordre du jour. Et gare à ceux qui osent critiquer le régime. El Sexto, un jeune grapheur qui dénonce les abus de pouvoir des Castro, est emprisonné depuis plusieurs mois. Nous avons suivi ses amis et sa famille qui cherchent à le faire libérer. Certains dissidents politiques engagés contre les Castro auraient même payé leur engagement de leur vie. Nous avons notamment recueilli des témoignages inédits qui remettent en cause la version officielle de la disparition d'Oswaldo Paya (l'un des principaux opposants au régime castriste) : soi-disant un simple accident de la route ! Entre boom touristique et oppression, ouverture et dictature, nous avons enquêté sur l'une des dernières dictatures communistes de la planète.
  • Magazine

    Enquête exclusive

    Boko haram, la secte terroriste

    bien (39 votes) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    La plus sanglante organisation terroriste de la planète a un nom : Boko Haram. Son objectif : instaurer un califat et appliquer la charia, la loi islamique, au cœur de l'Afrique. Depuis 2009, ce mouvement, qualifié de secte, aurait déjà fait 20 000 victimes civiles - plus que Daech en Syrie - et provoqué l'exode de 2,5 millions de personnes. Massacres, exactions, attentats kamikazes et même enlèvements à sensation comme en avril 2014, quand Boko Haram a pris en otages 276 lycéennes, âgées de 12 à 17 ans, dans un village au nord-est du Nigéria. Malgré une mobilisation internationale et l'appel lancé par Michelle Obama et la mobilisation de stars internationales (« Bring back our girls »), ces jeunes filles sont toujours détenues par la secte terroriste. Selon une récente vidéo postée par les islamistes, certaines d'entre elles seraient encore miraculeusement en vie. Né au nord du Nigeria, dans l'une région les plus pauvres d'Afrique, Boko Haram prône un djihad extrême, appelant au meurtre de tous les chrétiens et même des musulmans modérés, en bref tous ceux qui ne se rallient pas à sa cause. Sa barbarie est sans limite. Pour l'ICSR (Centre International d'Études sur la Radicalisation Politique), « c'est le groupe islamiste le plus féroce du monde ». Aujourd'hui, Boko Haram, devenu la branche ouest-africaine de l'État Islamique, cherche à conquérir de nouveaux territoires au Nigeria, au Cameroun et au Tchad. Pour cela, le mouvement s'appuie sur près de 30 000 combattants fanatiques. Leur leader et commandant en chef, Aboubakar Shekau, est une sorte de gourou illuminé, adepte de la sorcellerie et qui aime se mettre en scène lors d'étonnantes vidéos de propagande. L'homme, qui se déclare invincible, multiplie les provocations et n'hésite pas à déclarer la guerre au monde entier au nom du Coran. Face à la folie destructrice de Aboubakar Shekau et à la progression inquiétante de son mouvement dans cette région de l'Afrique, les armées de tous les pays concernés sont en première ligne. Depuis peu, elles bénéficient du soutien de soldats d'élite français et américains. Pendant six mois, nous sommes partis sur les traces de Boko Haram et avons enquêté sur le terrain, des sables du Niger à la brousse du Cameroun, en passant par le Tchad et le Nigeria, avec des militaires, des victimes, des rescapés (notamment le roi Seini Boukar, enlevé par Boko Harma avec sa famille) et des réfugiés, au plus près des massacres et des combats.

    Lire la suite Enquête exclusive (35 vidéos) 2 commentaires
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    La plus sanglante organisation terroriste de la planète a un nom : Boko Haram. Son objectif : instaurer un califat et appliquer la charia, la loi islamique, au cœur de l'Afrique. Depuis 2009, ce mouvement, qualifié de secte, aurait déjà fait 20 000 victimes civiles - plus que Daech en Syrie - et provoqué l'exode de 2,5 millions de personnes. Massacres, exactions, attentats kamikazes et même enlèvements à sensation comme en avril 2014, quand Boko Haram a pris en otages 276 lycéennes, âgées de 12 à 17 ans, dans un village au nord-est du Nigéria. Malgré une mobilisation internationale et l'appel lancé par Michelle Obama et la mobilisation de stars internationales (« Bring back our girls »), ces jeunes filles sont toujours détenues par la secte terroriste. Selon une récente vidéo postée par les islamistes, certaines d'entre elles seraient encore miraculeusement en vie. Né au nord du Nigeria, dans l'une région les plus pauvres d'Afrique, Boko Haram prône un djihad extrême, appelant au meurtre de tous les chrétiens et même des musulmans modérés, en bref tous ceux qui ne se rallient pas à sa cause. Sa barbarie est sans limite. Pour l'ICSR (Centre International d'Études sur la Radicalisation Politique), « c'est le groupe islamiste le plus féroce du monde ». Aujourd'hui, Boko Haram, devenu la branche ouest-africaine de l'État Islamique, cherche à conquérir de nouveaux territoires au Nigeria, au Cameroun et au Tchad. Pour cela, le mouvement s'appuie sur près de 30 000 combattants fanatiques. Leur leader et commandant en chef, Aboubakar Shekau, est une sorte de gourou illuminé, adepte de la sorcellerie et qui aime se mettre en scène lors d'étonnantes vidéos de propagande. L'homme, qui se déclare invincible, multiplie les provocations et n'hésite pas à déclarer la guerre au monde entier au nom du Coran. Face à la folie destructrice de Aboubakar Shekau et à la progression inquiétante de son mouvement dans cette région de l'Afrique, les armées de tous les pays concernés sont en première ligne. Depuis peu, elles bénéficient du soutien de soldats d'élite français et américains. Pendant six mois, nous sommes partis sur les traces de Boko Haram et avons enquêté sur le terrain, des sables du Niger à la brousse du Cameroun, en passant par le Tchad et le Nigeria, avec des militaires, des victimes, des rescapés (notamment le roi Seini Boukar, enlevé par Boko Harma avec sa famille) et des réfugiés, au plus près des massacres et des combats.
  • Magazine

    Enquête exclusive

    Panama, paradis tropical et… fiscal

    bien (16 votes) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    C'est dans ce petit pays d'Amérique centrale que vient d'éclater le plus grand scandale financier international de ces dernières années, l'affaire dite des « Panama Papers ». Des centaines d'entreprises, des hommes politiques, des célébrités, des chefs d'État et de gouvernement, des têtes couronnées mais aussi des trafiquants de drogue avaient placé des millions de dollars dans des sociétés off-shore basées au Panama pour frauder le fisc ou blanchir de l'argent sale. Ces révélations ont fait l'effet d'une bombe planétaire. Reliant deux océans, entre Caraïbes et Pacifique, à travers son célèbre canal maritime, le Panama a des faux airs de Dubaï version latino, avec ses gratte-ciels, ses chantiers, ses magasins de luxe et ses voitures de sport. 4 millions d'habitants, une croissance de 10% par an, le dollar américain comme monnaie locale et une riche population étrangère. Investisseurs, jeunes diplômés et entrepreneurs y affluent du monde entier attirés par ses plages de rêve, sa douceur de vivre, son argent facile et sa législation très « attractive ». Nous avons également exploré l'autre côté du miroir, auprès des oubliés du miracle panaméen, dans les ghettos rongés par les trafics et la violence. Car au Panama, le capitalisme le plus clinquant côtoie la pauvreté la plus extrême. Ici, les jeunes des quartiers déshérités n'ont que leurs poings et leurs armes pour s'en sortir. Frontalier de la Colombie, le pays est aussi un carrefour du trafic de cocaïne. Chaque mois, la police procède à des saisies spectaculaires, parfois de plusieurs tonnes. Nous avons accompagné ses escadrons spécialisés dans leur lutte au quotidien contre les cartels de la drogue.

    Lire la suite Enquête exclusive (33 vidéos) 3 commentaires
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    C'est dans ce petit pays d'Amérique centrale que vient d'éclater le plus grand scandale financier international de ces dernières années, l'affaire dite des « Panama Papers ». Des centaines d'entreprises, des hommes politiques, des célébrités, des chefs d'État et de gouvernement, des têtes couronnées mais aussi des trafiquants de drogue avaient placé des millions de dollars dans des sociétés off-shore basées au Panama pour frauder le fisc ou blanchir de l'argent sale. Ces révélations ont fait l'effet d'une bombe planétaire. Reliant deux océans, entre Caraïbes et Pacifique, à travers son célèbre canal maritime, le Panama a des faux airs de Dubaï version latino, avec ses gratte-ciels, ses chantiers, ses magasins de luxe et ses voitures de sport. 4 millions d'habitants, une croissance de 10% par an, le dollar américain comme monnaie locale et une riche population étrangère. Investisseurs, jeunes diplômés et entrepreneurs y affluent du monde entier attirés par ses plages de rêve, sa douceur de vivre, son argent facile et sa législation très « attractive ». Nous avons également exploré l'autre côté du miroir, auprès des oubliés du miracle panaméen, dans les ghettos rongés par les trafics et la violence. Car au Panama, le capitalisme le plus clinquant côtoie la pauvreté la plus extrême. Ici, les jeunes des quartiers déshérités n'ont que leurs poings et leurs armes pour s'en sortir. Frontalier de la Colombie, le pays est aussi un carrefour du trafic de cocaïne. Chaque mois, la police procède à des saisies spectaculaires, parfois de plusieurs tonnes. Nous avons accompagné ses escadrons spécialisés dans leur lutte au quotidien contre les cartels de la drogue.
  • Magazine

    Enquête exclusive

    Tourisme et menace terroriste : le défi tunisien

    bien (28 votes) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Après l'attentat du musée du Bardo en mars dernier, le tourisme en Tunisie a du mal à se relever. Pilier de l'économie, le secteur était déjà à la peine depuis la Révolution du Jasmin en 2011 ; aujourd'hui, les réservations de vacances sont en baisse et certains Français craignent de retourner dans le pays. Pour rassurer les touristes, des mesures de sécurité drastiques ont été prises : barrages de police à l'entrée des stations balnéaires, fouilles systématiques des sacs et présence massive des forces de l'ordre à la sortie des boîtes de nuit… La Tunisie veut à tout prix faire revenir les vacanciers et notamment les Français. Pour rester compétitif, le pays mise sur une clientèle plus européenne (belge, allemande ou britannique). Il innove aussi en proposant par exemple les premiers séjours « 100% halal ». Au programme : activités séparées autour de la piscine pour les hommes et les femmes, prière 5 fois par jour et menus sans alcool et sans porc. À côté de cela, les hôtels-clubs de la côte continuent de proposer leur traditionnelle formule « all inclusive » avec cocktails à volonté. Une offre de vacances multiple à l´image d'une Tunisie toujours en plein bouleversement. Des boutiques de vêtements salafistes aux défilés de mode ultra tendance, des villages reculés aux bars et restaurants les plus chics, la Tunisie post-révolution oscille entre les extrêmes. Malgré la menace terroriste, les Tunisiens poursuivent leur apprentissage de la démocratie avec l'élection en décembre dernier d'un nouveau Président. La jeunesse, elle, reste bien décidée à s'amuser et à ne pas céder à la peur.

    Lire la suite Enquête exclusive (33 vidéos) Commenter
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Après l'attentat du musée du Bardo en mars dernier, le tourisme en Tunisie a du mal à se relever. Pilier de l'économie, le secteur était déjà à la peine depuis la Révolution du Jasmin en 2011 ; aujourd'hui, les réservations de vacances sont en baisse et certains Français craignent de retourner dans le pays. Pour rassurer les touristes, des mesures de sécurité drastiques ont été prises : barrages de police à l'entrée des stations balnéaires, fouilles systématiques des sacs et présence massive des forces de l'ordre à la sortie des boîtes de nuit… La Tunisie veut à tout prix faire revenir les vacanciers et notamment les Français. Pour rester compétitif, le pays mise sur une clientèle plus européenne (belge, allemande ou britannique). Il innove aussi en proposant par exemple les premiers séjours « 100% halal ». Au programme : activités séparées autour de la piscine pour les hommes et les femmes, prière 5 fois par jour et menus sans alcool et sans porc. À côté de cela, les hôtels-clubs de la côte continuent de proposer leur traditionnelle formule « all inclusive » avec cocktails à volonté. Une offre de vacances multiple à l´image d'une Tunisie toujours en plein bouleversement. Des boutiques de vêtements salafistes aux défilés de mode ultra tendance, des villages reculés aux bars et restaurants les plus chics, la Tunisie post-révolution oscille entre les extrêmes. Malgré la menace terroriste, les Tunisiens poursuivent leur apprentissage de la démocratie avec l'élection en décembre dernier d'un nouveau Président. La jeunesse, elle, reste bien décidée à s'amuser et à ne pas céder à la peur.
  • Magazine

    Enquête exclusive

    Voyage dans l'amérique traumatisée

    bien (22 votes) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Plus de 3 000 morts, des dizaines de milliers de blessés, souvent très gravement, des rescapés psychologiquement traumatisés, des familles brisées qui se sentent trahies, des drames conjugaux au retour des soldats, des « vétérans » incapables de reprendre leur place dans la société : voilà le terrible bilan humain de l'intervention militaire en Irak pour les Américains. Comment, aujourd'hui, l'Amérique vit-elle tant de souffrances, tant d'horreurs, tant de sacrifices ? Pour la première fois et malgré les difficultés et les pressions, des soldats et leurs familles brisent la loi du silence pour raconter ce qu'est leur vie, bouleversée par cette guerre particulièrement meurtrière. Pour ce numéro, notre équipe a beaucoup voyagé, notamment aux États-Unis, où nous avons rencontré de nombreux soldats et leurs familles, victimes oubliées ou abandonnées de cette guerre qui ne ressemble à aucune autre. Ryan, 21 ans, a perdu sa jambe sur une mine : « Pour l'armée, je suis seulement handicapé à 10%… ». Steve a servi douze mois en Irak. De retour chez lui, ce n'est plus le même homme : « Je n'ose plus sortir de chez moi, je suis incapable de retravailler, j'ai des crises de panique aiguë, je vois des snippers partout, la nuit j'entends le bruit des bombes... ». Steve est atteint d'une maladie mentale très grave (PTSD) qui touche aujourd'hui un soldat sur trois rentrés d'Irak. Nadia a perdu son fils unique, Patrick. Il s'était engagé dans une unité n'intervenant que dans le cadre de catastrophes naturelles. « Il n'avait rien à faire en Irak. Mais comme l'armée manquait d'effectifs, les militaires ont violé le règlement et envoyé Patrick sur le front contre son gré. Il n'est jamais revenu ». Becky est sénatrice. Elle est l'une des seule élues à avoir perdu un enfant en Irak : « Ce ne sont jamais les fils des hommes politiques qui se battent sur le front. Mon fils, lui, il voulait juste être pilote d'hélicoptère ». Eddie, tétraplégique, ne survit que grâce au soutien de ses parents. Angie, sa mère, a dû arrêter de travailler, car l'armée ne donne pas suffisamment d'indemnités aux handicapés. En Irak, nous avons suivi le quotidien de l'Unité Stryker (32e brigade), en plein cœur de Bagdad, au milieu de l'enfer. Quel est le moral des soldats sur le terrain ? Comment font-ils pour ne pas craquer ? Une unité de soins psychologique a été créée, des concours de karaoké sont organisés. Et pourtant, les soldats souffrant de troubles mentaux n'ont jamais été aussi nombreux. Chaque jour, on déplore deux nouveaux morts et 25 blessés dans les rangs américains. Notre équipe était présente lorsque l'unité Stryker a perdu l'un des siens. Il s'appelait Freeman et avait 26 ans. Nous avons pu assister à ses funérailles aux États-Unis et rencontré sa famille. Des images très rares car l'armée américaine refuse de montrer ses morts et ses blessés depuis le début de son intervention en Irak. Histoires bouleversantes, témoignages, révélations étonnantes : des images au service d'une enquête de plusieurs mois sur les dessous de la guerre en Irak.

    Lire la suite Enquête exclusive (33 vidéos) Commenter
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Plus de 3 000 morts, des dizaines de milliers de blessés, souvent très gravement, des rescapés psychologiquement traumatisés, des familles brisées qui se sentent trahies, des drames conjugaux au retour des soldats, des « vétérans » incapables de reprendre leur place dans la société : voilà le terrible bilan humain de l'intervention militaire en Irak pour les Américains. Comment, aujourd'hui, l'Amérique vit-elle tant de souffrances, tant d'horreurs, tant de sacrifices ? Pour la première fois et malgré les difficultés et les pressions, des soldats et leurs familles brisent la loi du silence pour raconter ce qu'est leur vie, bouleversée par cette guerre particulièrement meurtrière. Pour ce numéro, notre équipe a beaucoup voyagé, notamment aux États-Unis, où nous avons rencontré de nombreux soldats et leurs familles, victimes oubliées ou abandonnées de cette guerre qui ne ressemble à aucune autre. Ryan, 21 ans, a perdu sa jambe sur une mine : « Pour l'armée, je suis seulement handicapé à 10%… ». Steve a servi douze mois en Irak. De retour chez lui, ce n'est plus le même homme : « Je n'ose plus sortir de chez moi, je suis incapable de retravailler, j'ai des crises de panique aiguë, je vois des snippers partout, la nuit j'entends le bruit des bombes... ». Steve est atteint d'une maladie mentale très grave (PTSD) qui touche aujourd'hui un soldat sur trois rentrés d'Irak. Nadia a perdu son fils unique, Patrick. Il s'était engagé dans une unité n'intervenant que dans le cadre de catastrophes naturelles. « Il n'avait rien à faire en Irak. Mais comme l'armée manquait d'effectifs, les militaires ont violé le règlement et envoyé Patrick sur le front contre son gré. Il n'est jamais revenu ». Becky est sénatrice. Elle est l'une des seule élues à avoir perdu un enfant en Irak : « Ce ne sont jamais les fils des hommes politiques qui se battent sur le front. Mon fils, lui, il voulait juste être pilote d'hélicoptère ». Eddie, tétraplégique, ne survit que grâce au soutien de ses parents. Angie, sa mère, a dû arrêter de travailler, car l'armée ne donne pas suffisamment d'indemnités aux handicapés. En Irak, nous avons suivi le quotidien de l'Unité Stryker (32e brigade), en plein cœur de Bagdad, au milieu de l'enfer. Quel est le moral des soldats sur le terrain ? Comment font-ils pour ne pas craquer ? Une unité de soins psychologique a été créée, des concours de karaoké sont organisés. Et pourtant, les soldats souffrant de troubles mentaux n'ont jamais été aussi nombreux. Chaque jour, on déplore deux nouveaux morts et 25 blessés dans les rangs américains. Notre équipe était présente lorsque l'unité Stryker a perdu l'un des siens. Il s'appelait Freeman et avait 26 ans. Nous avons pu assister à ses funérailles aux États-Unis et rencontré sa famille. Des images très rares car l'armée américaine refuse de montrer ses morts et ses blessés depuis le début de son intervention en Irak. Histoires bouleversantes, témoignages, révélations étonnantes : des images au service d'une enquête de plusieurs mois sur les dessous de la guerre en Irak.
  • Magazine

    Enquête exclusive

    Sexe et amour en chine

    bien (18 votes) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Avec la libéralisation économique en Chine, une tradition ancestrale réapparaît : les concubines. Le plus souvent, ce sont de jeunes étudiantes attirées par l'argent et la vie facile que leur offre de riches protecteurs. Officiellement toujours interdites par la loi, ces « petites épouses » sont le cauchemar des épouses officielles. Pour confondre leurs maris volages, certaines font appel à des détectives privés. Mais la principale alliée de ces épouses bafouées, c'est Djang Yufen. Les médias chinois l'ont baptisée « la tueuse de concubines ». Nous l'avons suivie dans sa chasse aux infidèles. La Chine, c'est aussi des foires aux célibataires, des cours de séduction et des speed-datings… Depuis quelques années, on y découvre la drague à l'européenne. Car la politique de l'enfant unique, instaurée en 1980, a créé un déséquilibre entre les sexes. La Chine manque cruellement de femmes. D'ici 2020, 30 millions d'hommes ne trouveront pas à se marier. Et avec ses quelques 180 millions de célibataires, le marché chinois de l'amour est en plein boom. Dans les foires aux célibataires, la concurrence est rude : pas de place pour le romantisme, c'est la loi de l´offre et de la demande qui prime. Les CV des candidats au mariage passent de main en main. Les hommes doivent avoir une situation financière solide. Les femmes sont pressées par le temps : passé 27 ans, les hommes n'en veulent plus. On les appelle « les restantes ». Dans l'Empire du Milieu, les célibataires n'ont qu'un seul but : se marier. La tradition l'exige.

    Lire la suite Enquête exclusive (33 vidéos) Commenter
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Avec la libéralisation économique en Chine, une tradition ancestrale réapparaît : les concubines. Le plus souvent, ce sont de jeunes étudiantes attirées par l'argent et la vie facile que leur offre de riches protecteurs. Officiellement toujours interdites par la loi, ces « petites épouses » sont le cauchemar des épouses officielles. Pour confondre leurs maris volages, certaines font appel à des détectives privés. Mais la principale alliée de ces épouses bafouées, c'est Djang Yufen. Les médias chinois l'ont baptisée « la tueuse de concubines ». Nous l'avons suivie dans sa chasse aux infidèles. La Chine, c'est aussi des foires aux célibataires, des cours de séduction et des speed-datings… Depuis quelques années, on y découvre la drague à l'européenne. Car la politique de l'enfant unique, instaurée en 1980, a créé un déséquilibre entre les sexes. La Chine manque cruellement de femmes. D'ici 2020, 30 millions d'hommes ne trouveront pas à se marier. Et avec ses quelques 180 millions de célibataires, le marché chinois de l'amour est en plein boom. Dans les foires aux célibataires, la concurrence est rude : pas de place pour le romantisme, c'est la loi de l´offre et de la demande qui prime. Les CV des candidats au mariage passent de main en main. Les hommes doivent avoir une situation financière solide. Les femmes sont pressées par le temps : passé 27 ans, les hommes n'en veulent plus. On les appelle « les restantes ». Dans l'Empire du Milieu, les célibataires n'ont qu'un seul but : se marier. La tradition l'exige.
  • Magazine

    Enquête exclusive

    Colombie : les kamikazes du trafic de cocaine

    bien (14 votes) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Les douaniers les appellent : les mules. Des Colombiens pauvres mais aussi, de plus en plus souvent, des touristes occidentaux qui, pour gagner un peu d'argent, acceptent de transporter de la cocaïne, de Bogota jusqu'en Europe en prenant des risques insensés. Les trafiquants cachent en effet la drogue dans l'estomac des passeurs, leur faisant ingurgiter des dizaines de capsules en plastique contenant quelques grammes de poudre. Des capsules, hâtivement fabriquées qui peuvent s'ouvrir à tout moment dans le tube digestif et provoquer la mort immédiate des passeurs. Les équipes d'Enquête Exclusive ont remonté toute la filière de ce sinistre trafic, de la production de la drogue jusqu'au recrutement des mules pour mieux comprendre comment ce fléau envahit aujourd'hui l'Europe. Nous avons pu infiltrer un réseau, pénétrer dans un atelier de préparation des capsules de drogue et découvrir les risques insensés que les passeurs prennent en les avalant. Rayons X, chiens et même douaniers « renifleurs » : nous avons filmé les moyens spectaculaires mis en œuvre par les douaniers de Bogota pour appréhender ces passeurs comme ce jeune Français, Michel, âgé d'à peine 20 ans et qui pensait pouvoir transporter des kilos de cocaïne scotchés sur son corps. Il nous expliquera comment il a basculé dans cet enfer et nous découvrirons sa vie de prisonnier dans un pénitencier colombien. Enfin, nous serons au cœur des impressionnantes opérations commando menées dans la jungle par l'armée colombienne pour démanteler les laboratoires de fabrication de cocaïne. L'argent de la coca est au cœur d'une violente guerre civile car elle finance autant les grands barons de la drogue que les guérilleros des forces dites révolutionnaires, ceux-là mêmes qui organisent aussi les enlèvements comme celui d'Ingrid Betancourt.

    Lire la suite Enquête exclusive (33 vidéos) Commenter
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Les douaniers les appellent : les mules. Des Colombiens pauvres mais aussi, de plus en plus souvent, des touristes occidentaux qui, pour gagner un peu d'argent, acceptent de transporter de la cocaïne, de Bogota jusqu'en Europe en prenant des risques insensés. Les trafiquants cachent en effet la drogue dans l'estomac des passeurs, leur faisant ingurgiter des dizaines de capsules en plastique contenant quelques grammes de poudre. Des capsules, hâtivement fabriquées qui peuvent s'ouvrir à tout moment dans le tube digestif et provoquer la mort immédiate des passeurs. Les équipes d'Enquête Exclusive ont remonté toute la filière de ce sinistre trafic, de la production de la drogue jusqu'au recrutement des mules pour mieux comprendre comment ce fléau envahit aujourd'hui l'Europe. Nous avons pu infiltrer un réseau, pénétrer dans un atelier de préparation des capsules de drogue et découvrir les risques insensés que les passeurs prennent en les avalant. Rayons X, chiens et même douaniers « renifleurs » : nous avons filmé les moyens spectaculaires mis en œuvre par les douaniers de Bogota pour appréhender ces passeurs comme ce jeune Français, Michel, âgé d'à peine 20 ans et qui pensait pouvoir transporter des kilos de cocaïne scotchés sur son corps. Il nous expliquera comment il a basculé dans cet enfer et nous découvrirons sa vie de prisonnier dans un pénitencier colombien. Enfin, nous serons au cœur des impressionnantes opérations commando menées dans la jungle par l'armée colombienne pour démanteler les laboratoires de fabrication de cocaïne. L'argent de la coca est au cœur d'une violente guerre civile car elle finance autant les grands barons de la drogue que les guérilleros des forces dites révolutionnaires, ceux-là mêmes qui organisent aussi les enlèvements comme celui d'Ingrid Betancourt.
  • Magazine

    Enquête exclusive

    Dictature, paranoïa, famine : bienvenue en corée du nord

    bien (17 votes) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    C'est le pays le plus fermé au monde, la dernière grande dictature communiste, paranoïaque et agressive. En Corée du Nord rien n'a changé ou presque depuis la création du pays par Kim Il-Sung en 1953. 23 millions de Coréens du Nord survivent dans une misère absolue, sans aucune liberté, prisonniers de frontières infranchissables. C'est dans cet univers angoissant qu'un groupe de Français a décidé de passer des vacances. 8 500 euros pour trois semaines, c'est aussi cher qu'un séjour aux Seychelles. Mais pour ce prix ils devront se contenter d'une nourriture rationnée, d'hôtels sans confort, d'autobus hors d'âge… sans compter la surveillance permanente de guides menaçants. Claude, Henri et Jacqueline vont découvrir des villes sans voitures, des magasins vides, des casinos sans argent. Ils devront se soumettre aux visites obligatoires, à la propagande et aux hommages forcés au président éternel de la Corée du Nord. Un voyage incroyable, au moment ou la Corée du Nord préparait l'arrivée au pouvoir de Kim Jong-Un, petit-fils du fondateur de la première dynastie communiste de l'Histoire.

    Lire la suite Enquête exclusive (34 vidéos) Commenter
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    C'est le pays le plus fermé au monde, la dernière grande dictature communiste, paranoïaque et agressive. En Corée du Nord rien n'a changé ou presque depuis la création du pays par Kim Il-Sung en 1953. 23 millions de Coréens du Nord survivent dans une misère absolue, sans aucune liberté, prisonniers de frontières infranchissables. C'est dans cet univers angoissant qu'un groupe de Français a décidé de passer des vacances. 8 500 euros pour trois semaines, c'est aussi cher qu'un séjour aux Seychelles. Mais pour ce prix ils devront se contenter d'une nourriture rationnée, d'hôtels sans confort, d'autobus hors d'âge… sans compter la surveillance permanente de guides menaçants. Claude, Henri et Jacqueline vont découvrir des villes sans voitures, des magasins vides, des casinos sans argent. Ils devront se soumettre aux visites obligatoires, à la propagande et aux hommages forcés au président éternel de la Corée du Nord. Un voyage incroyable, au moment ou la Corée du Nord préparait l'arrivée au pouvoir de Kim Jong-Un, petit-fils du fondateur de la première dynastie communiste de l'Histoire.

Euro 2016

Football – Euro 2016 Football – Euro 2016 Diffusé le 27-06-2016 sur Bein Sport
Football – Euro 2016 Football – Euro 2016 Diffusé le 27-06-2016 sur Bein Sport
Football – Euro 2016 Football – Euro 2016 Diffusé le 27-06-2016 sur Bein Sport
Football – Euro 2016 Football – Euro 2016 Diffusé le 27-06-2016 sur Bein Sport

Audiences replay du 26-06