Revoir un programme tv en replay et en streaming

Enquête exclusive en replay (51 vidéos)

A propos de Enquête exclusive

Créée en 2005 et présentée par Bernard de la Villardière, Enquête exclusive est un magazine d'investigation diffusé le dimanche en deuxième partie de soirée sur M6. Chaque émission propose un reportage unique, souvent centré sur une destination étrangère (Detroit, Buenos Aires, Londres ont notamment été abordées en 2012), et s'attache à révéler certaines pratiques et business exercés en ces lieux..

  • Magazine

    Enquête exclusive

    Tourisme et menace terroriste : le défi tunisien

    bien (25 votes) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Après l'attentat du musée du Bardo en mars dernier, le tourisme en Tunisie a du mal à se relever. Pilier de l'économie, le secteur était déjà à la peine depuis la Révolution du Jasmin en 2011 ; aujourd'hui, les réservations de vacances sont en baisse et certains Français craignent de retourner dans le pays. Pour rassurer les touristes, des mesures de sécurité drastiques ont été prises : barrages de police à l'entrée des stations balnéaires, fouilles systématiques des sacs et présence massive des forces de l'ordre à la sortie des boîtes de nuit… La Tunisie veut à tout prix faire revenir les vacanciers et notamment les Français. Pour rester compétitif, le pays mise sur une clientèle plus européenne (belge, allemande ou britannique). Il innove aussi en proposant par exemple les premiers séjours « 100% halal ». Au programme : activités séparées autour de la piscine pour les hommes et les femmes, prière 5 fois par jour et menus sans alcool et sans porc. À côté de cela, les hôtels-clubs de la côte continuent de proposer leur traditionnelle formule « all inclusive » avec cocktails à volonté. Une offre de vacances multiple à l´image d'une Tunisie toujours en plein bouleversement. Des boutiques de vêtements salafistes aux défilés de mode ultra tendance, des villages reculés aux bars et restaurants les plus chics, la Tunisie post-révolution oscille entre les extrêmes. Malgré la menace terroriste, les Tunisiens poursuivent leur apprentissage de la démocratie avec l'élection en décembre dernier d'un nouveau Président. La jeunesse, elle, reste bien décidée à s'amuser et à ne pas céder à la peur.

    Lire la suite Enquête exclusive (51 vidéos) Commenter
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Après l'attentat du musée du Bardo en mars dernier, le tourisme en Tunisie a du mal à se relever. Pilier de l'économie, le secteur était déjà à la peine depuis la Révolution du Jasmin en 2011 ; aujourd'hui, les réservations de vacances sont en baisse et certains Français craignent de retourner dans le pays. Pour rassurer les touristes, des mesures de sécurité drastiques ont été prises : barrages de police à l'entrée des stations balnéaires, fouilles systématiques des sacs et présence massive des forces de l'ordre à la sortie des boîtes de nuit… La Tunisie veut à tout prix faire revenir les vacanciers et notamment les Français. Pour rester compétitif, le pays mise sur une clientèle plus européenne (belge, allemande ou britannique). Il innove aussi en proposant par exemple les premiers séjours « 100% halal ». Au programme : activités séparées autour de la piscine pour les hommes et les femmes, prière 5 fois par jour et menus sans alcool et sans porc. À côté de cela, les hôtels-clubs de la côte continuent de proposer leur traditionnelle formule « all inclusive » avec cocktails à volonté. Une offre de vacances multiple à l´image d'une Tunisie toujours en plein bouleversement. Des boutiques de vêtements salafistes aux défilés de mode ultra tendance, des villages reculés aux bars et restaurants les plus chics, la Tunisie post-révolution oscille entre les extrêmes. Malgré la menace terroriste, les Tunisiens poursuivent leur apprentissage de la démocratie avec l'élection en décembre dernier d'un nouveau Président. La jeunesse, elle, reste bien décidée à s'amuser et à ne pas céder à la peur.
  • Magazine

    Enquête exclusive

    Molenbeek, la plaque tournante du terrorisme

    bien (127 votes) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    C'est l'une des communes de l'agglomération de Bruxelles, à quelques minutes seulement du centre historique. Molenbeek-Saint-Jean détient un triste record : celui de la ville d'Europe qui compte le plus de djihadistes impliqués dans les attentats meurtriers de ces derniers mois. Huit des treize terroristes du Bataclan et des terrasses parisiennes venaient de Molenbeek. C'est ici, dans la deuxième ville la plus pauvre de Belgique, qu'ont grandi Salah Abdeslam, son frère Brahim et Abdelhamid Abaoud, le coordinateur des attaques meurtrières du 13 novembre 2015. Plusieurs des auteurs des attentats qui ont frappé Bruxelles le 22 mars dernier avaient eux aussi grandi dans la capitale belge. Depuis le début de la guerre civile en Syrie, ce sont près de 70 candidats au djihad qui ont quitté Molenbeek pour rejoindre les rangs de Daesh. Comment expliquer que cette petite commune, apparemment sans histoire, soit ainsi devenue l'une des plaques tournantes du terrorisme international ? Comment la Belgique, petit royaume d'à peine 10 millions d'habitants, a-t-elle permis un tel développement du djihadisme sur son territoire et dans toute l'Europe ? Pendant un an, nous avons mené l'enquête, de Molenbeek à Anvers en passant par Verviers, autre commune belge qui a abrité des cellules terroristes. Nous avons pu pénétrer dans des mosquées où se tiennent des discours de haine. Nous avons aussi découvert que certains imams fondamentalistes appelant au djihad continuent d'opérer sur le sol belge en toute impunité. Notre enquête révèle qu'au début des années soixante-dix, le roi Baudouin a confié à l'Arabie Saoudite - avec un bail de 99 ans - le pavillon du parc du Cinquantenaire à Bruxelles, pour y construire une grande mosquée. Le salafisme s'est alors imposé en Belgique. Des groupes ultra-radicaux se sont multipliés dans tout le pays, comme « Sharia 4 Belgium » à Anvers. Nous avons approché son chef, Fouad Belkacem, délinquant multirécidiviste de 32 ans, considéré comme l'un des plus importants recruteurs du djihad en Europe. Pour contrer la radicalisation de ses jeunes et arrêter les départs en Syrie et en Irak, une poignée de parents a décidé de s'unir. Dans son association, Géraldine accompagne plus de 50 familles dont les enfants sont partis faire le djihad en Syrie. Beaucoup sont morts ou ne donnent plus signe de vie, mais pour ceux qui reviennent au pays, un autre combat commence...

    Lire la suite Enquête exclusive (51 vidéos) 7 commentaires
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    C'est l'une des communes de l'agglomération de Bruxelles, à quelques minutes seulement du centre historique. Molenbeek-Saint-Jean détient un triste record : celui de la ville d'Europe qui compte le plus de djihadistes impliqués dans les attentats meurtriers de ces derniers mois. Huit des treize terroristes du Bataclan et des terrasses parisiennes venaient de Molenbeek. C'est ici, dans la deuxième ville la plus pauvre de Belgique, qu'ont grandi Salah Abdeslam, son frère Brahim et Abdelhamid Abaoud, le coordinateur des attaques meurtrières du 13 novembre 2015. Plusieurs des auteurs des attentats qui ont frappé Bruxelles le 22 mars dernier avaient eux aussi grandi dans la capitale belge. Depuis le début de la guerre civile en Syrie, ce sont près de 70 candidats au djihad qui ont quitté Molenbeek pour rejoindre les rangs de Daesh. Comment expliquer que cette petite commune, apparemment sans histoire, soit ainsi devenue l'une des plaques tournantes du terrorisme international ? Comment la Belgique, petit royaume d'à peine 10 millions d'habitants, a-t-elle permis un tel développement du djihadisme sur son territoire et dans toute l'Europe ? Pendant un an, nous avons mené l'enquête, de Molenbeek à Anvers en passant par Verviers, autre commune belge qui a abrité des cellules terroristes. Nous avons pu pénétrer dans des mosquées où se tiennent des discours de haine. Nous avons aussi découvert que certains imams fondamentalistes appelant au djihad continuent d'opérer sur le sol belge en toute impunité. Notre enquête révèle qu'au début des années soixante-dix, le roi Baudouin a confié à l'Arabie Saoudite - avec un bail de 99 ans - le pavillon du parc du Cinquantenaire à Bruxelles, pour y construire une grande mosquée. Le salafisme s'est alors imposé en Belgique. Des groupes ultra-radicaux se sont multipliés dans tout le pays, comme « Sharia 4 Belgium » à Anvers. Nous avons approché son chef, Fouad Belkacem, délinquant multirécidiviste de 32 ans, considéré comme l'un des plus importants recruteurs du djihad en Europe. Pour contrer la radicalisation de ses jeunes et arrêter les départs en Syrie et en Irak, une poignée de parents a décidé de s'unir. Dans son association, Géraldine accompagne plus de 50 familles dont les enfants sont partis faire le djihad en Syrie. Beaucoup sont morts ou ne donnent plus signe de vie, mais pour ceux qui reviennent au pays, un autre combat commence...
  • Magazine

    Enquête exclusive

    Sexe et amour en chine

    bien (10 votes) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Avec la libéralisation économique en Chine, une tradition ancestrale réapparaît : les concubines. Le plus souvent, ce sont de jeunes étudiantes attirées par l'argent et la vie facile que leur offre de riches protecteurs. Officiellement toujours interdites par la loi, ces « petites épouses » sont le cauchemar des épouses officielles. Pour confondre leurs maris volages, certaines font appel à des détectives privés. Mais la principale alliée de ces épouses bafouées, c'est Djang Yufen. Les médias chinois l'ont baptisée « la tueuse de concubines ». Nous l'avons suivie dans sa chasse aux infidèles. La Chine, c'est aussi des foires aux célibataires, des cours de séduction et des speed-datings… Depuis quelques années, on y découvre la drague à l'européenne. Car la politique de l'enfant unique, instaurée en 1980, a créé un déséquilibre entre les sexes. La Chine manque cruellement de femmes. D'ici 2020, 30 millions d'hommes ne trouveront pas à se marier. Et avec ses quelques 180 millions de célibataires, le marché chinois de l'amour est en plein boom. Dans les foires aux célibataires, la concurrence est rude : pas de place pour le romantisme, c'est la loi de l´offre et de la demande qui prime. Les CV des candidats au mariage passent de main en main. Les hommes doivent avoir une situation financière solide. Les femmes sont pressées par le temps : passé 27 ans, les hommes n'en veulent plus. On les appelle « les restantes ». Dans l'Empire du Milieu, les célibataires n'ont qu'un seul but : se marier. La tradition l'exige.

    Lire la suite Enquête exclusive (51 vidéos) Commenter
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Avec la libéralisation économique en Chine, une tradition ancestrale réapparaît : les concubines. Le plus souvent, ce sont de jeunes étudiantes attirées par l'argent et la vie facile que leur offre de riches protecteurs. Officiellement toujours interdites par la loi, ces « petites épouses » sont le cauchemar des épouses officielles. Pour confondre leurs maris volages, certaines font appel à des détectives privés. Mais la principale alliée de ces épouses bafouées, c'est Djang Yufen. Les médias chinois l'ont baptisée « la tueuse de concubines ». Nous l'avons suivie dans sa chasse aux infidèles. La Chine, c'est aussi des foires aux célibataires, des cours de séduction et des speed-datings… Depuis quelques années, on y découvre la drague à l'européenne. Car la politique de l'enfant unique, instaurée en 1980, a créé un déséquilibre entre les sexes. La Chine manque cruellement de femmes. D'ici 2020, 30 millions d'hommes ne trouveront pas à se marier. Et avec ses quelques 180 millions de célibataires, le marché chinois de l'amour est en plein boom. Dans les foires aux célibataires, la concurrence est rude : pas de place pour le romantisme, c'est la loi de l´offre et de la demande qui prime. Les CV des candidats au mariage passent de main en main. Les hommes doivent avoir une situation financière solide. Les femmes sont pressées par le temps : passé 27 ans, les hommes n'en veulent plus. On les appelle « les restantes ». Dans l'Empire du Milieu, les célibataires n'ont qu'un seul but : se marier. La tradition l'exige.
  • Magazine

    Enquête exclusive

    Colombie : les kamikazes du trafic de cocaine

    bien (9 votes) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Les douaniers les appellent : les mules. Des Colombiens pauvres mais aussi, de plus en plus souvent, des touristes occidentaux qui, pour gagner un peu d'argent, acceptent de transporter de la cocaïne, de Bogota jusqu'en Europe en prenant des risques insensés. Les trafiquants cachent en effet la drogue dans l'estomac des passeurs, leur faisant ingurgiter des dizaines de capsules en plastique contenant quelques grammes de poudre. Des capsules, hâtivement fabriquées qui peuvent s'ouvrir à tout moment dans le tube digestif et provoquer la mort immédiate des passeurs. Les équipes d'Enquête Exclusive ont remonté toute la filière de ce sinistre trafic, de la production de la drogue jusqu'au recrutement des mules pour mieux comprendre comment ce fléau envahit aujourd'hui l'Europe. Nous avons pu infiltrer un réseau, pénétrer dans un atelier de préparation des capsules de drogue et découvrir les risques insensés que les passeurs prennent en les avalant. Rayons X, chiens et même douaniers « renifleurs » : nous avons filmé les moyens spectaculaires mis en œuvre par les douaniers de Bogota pour appréhender ces passeurs comme ce jeune Français, Michel, âgé d'à peine 20 ans et qui pensait pouvoir transporter des kilos de cocaïne scotchés sur son corps. Il nous expliquera comment il a basculé dans cet enfer et nous découvrirons sa vie de prisonnier dans un pénitencier colombien. Enfin, nous serons au cœur des impressionnantes opérations commando menées dans la jungle par l'armée colombienne pour démanteler les laboratoires de fabrication de cocaïne. L'argent de la coca est au cœur d'une violente guerre civile car elle finance autant les grands barons de la drogue que les guérilleros des forces dites révolutionnaires, ceux-là mêmes qui organisent aussi les enlèvements comme celui d'Ingrid Betancourt.

    Lire la suite Enquête exclusive (51 vidéos) Commenter
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Les douaniers les appellent : les mules. Des Colombiens pauvres mais aussi, de plus en plus souvent, des touristes occidentaux qui, pour gagner un peu d'argent, acceptent de transporter de la cocaïne, de Bogota jusqu'en Europe en prenant des risques insensés. Les trafiquants cachent en effet la drogue dans l'estomac des passeurs, leur faisant ingurgiter des dizaines de capsules en plastique contenant quelques grammes de poudre. Des capsules, hâtivement fabriquées qui peuvent s'ouvrir à tout moment dans le tube digestif et provoquer la mort immédiate des passeurs. Les équipes d'Enquête Exclusive ont remonté toute la filière de ce sinistre trafic, de la production de la drogue jusqu'au recrutement des mules pour mieux comprendre comment ce fléau envahit aujourd'hui l'Europe. Nous avons pu infiltrer un réseau, pénétrer dans un atelier de préparation des capsules de drogue et découvrir les risques insensés que les passeurs prennent en les avalant. Rayons X, chiens et même douaniers « renifleurs » : nous avons filmé les moyens spectaculaires mis en œuvre par les douaniers de Bogota pour appréhender ces passeurs comme ce jeune Français, Michel, âgé d'à peine 20 ans et qui pensait pouvoir transporter des kilos de cocaïne scotchés sur son corps. Il nous expliquera comment il a basculé dans cet enfer et nous découvrirons sa vie de prisonnier dans un pénitencier colombien. Enfin, nous serons au cœur des impressionnantes opérations commando menées dans la jungle par l'armée colombienne pour démanteler les laboratoires de fabrication de cocaïne. L'argent de la coca est au cœur d'une violente guerre civile car elle finance autant les grands barons de la drogue que les guérilleros des forces dites révolutionnaires, ceux-là mêmes qui organisent aussi les enlèvements comme celui d'Ingrid Betancourt.
  • Magazine

    Enquête exclusive

    Dictature, paranoïa, famine : bienvenue en corée du nord

    bien (16 votes) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    C'est le pays le plus fermé au monde, la dernière grande dictature communiste, paranoïaque et agressive. En Corée du Nord rien n'a changé ou presque depuis la création du pays par Kim Il-Sung en 1953. 23 millions de Coréens du Nord survivent dans une misère absolue, sans aucune liberté, prisonniers de frontières infranchissables. C'est dans cet univers angoissant qu'un groupe de Français a décidé de passer des vacances. 8 500 euros pour trois semaines, c'est aussi cher qu'un séjour aux Seychelles. Mais pour ce prix ils devront se contenter d'une nourriture rationnée, d'hôtels sans confort, d'autobus hors d'âge… sans compter la surveillance permanente de guides menaçants. Claude, Henri et Jacqueline vont découvrir des villes sans voitures, des magasins vides, des casinos sans argent. Ils devront se soumettre aux visites obligatoires, à la propagande et aux hommages forcés au président éternel de la Corée du Nord. Un voyage incroyable, au moment ou la Corée du Nord préparait l'arrivée au pouvoir de Kim Jong-Un, petit-fils du fondateur de la première dynastie communiste de l'Histoire.

    Lire la suite Enquête exclusive (51 vidéos) Commenter
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    C'est le pays le plus fermé au monde, la dernière grande dictature communiste, paranoïaque et agressive. En Corée du Nord rien n'a changé ou presque depuis la création du pays par Kim Il-Sung en 1953. 23 millions de Coréens du Nord survivent dans une misère absolue, sans aucune liberté, prisonniers de frontières infranchissables. C'est dans cet univers angoissant qu'un groupe de Français a décidé de passer des vacances. 8 500 euros pour trois semaines, c'est aussi cher qu'un séjour aux Seychelles. Mais pour ce prix ils devront se contenter d'une nourriture rationnée, d'hôtels sans confort, d'autobus hors d'âge… sans compter la surveillance permanente de guides menaçants. Claude, Henri et Jacqueline vont découvrir des villes sans voitures, des magasins vides, des casinos sans argent. Ils devront se soumettre aux visites obligatoires, à la propagande et aux hommages forcés au président éternel de la Corée du Nord. Un voyage incroyable, au moment ou la Corée du Nord préparait l'arrivée au pouvoir de Kim Jong-Un, petit-fils du fondateur de la première dynastie communiste de l'Histoire.
  • Magazine

    Enquête exclusive

    Spéciale 10 ans - du 11 septembre au bataclan : la déferlante terroriste

    bien (43 votes) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Charlie, l'Hypercacher et le 13 novembre : ces attentats qui ont laissé aux Français un traumatisme comparable à celui qu'avaient vécu les Américains le 11 septembre. Qui aurait pu penser que le sombre rêve d'Oussama Ben Laden d'un djihad mondial déboucherait, 15 ans plus tard, sur la création d'un état terroriste capable de frapper aux quatre coins de la planète, y compris au cœur de Paris ? Pourtant si l'on regarde en arrière, la naissance de l´état islamique, véritable usine à fabriquer des terroristes, semblait inéluctable. Des montagnes afghanes où les Américains ont traqué Ben Laden, aux chaos irakien et syrien, en passant par les routes du Djihad suivies par les kamikazes du 13 novembre, Enquête Exclusive a été le témoin, année après année, de cette mutation du terrorisme islamiste. Et surtout de son expansion incontrôlable. Le magazine a aussi été l'un des premiers à révéler les filières de recrutement des combattants, dont la plupart viennent de nos villes, de nos banlieues et même de nos campagnes. Les héritiers de Ben Laden sont aujourd'hui plus nombreux et plus déterminés que jamais. Et surtout, là où l'ancien ennemi public numéro 1 opérait dans la clandestinité, les djihadistes de Daesh agissent au grand jour à partir d'un territoire qu'ils contrôlent. Ce vaste territoire, sur lequel ils font régner la terreur, leur sert aussi de base pour mener leurs actions terroristes à travers le monde. Comment en est-on arrivé là ? L'occident aurait-il pu stopper cette mondialisation de la terreur ? Et existe-t-il, aujourd'hui, des moyens pour stopper cette déferlante terroriste ? Un document inédit, à partir des archives exceptionnelles de 10 années d'Enquête Exclusive, enrichi des témoignages des plus grands spécialistes mondiaux du terrorisme.

    Lire la suite Enquête exclusive (51 vidéos) 1 commentaire
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Charlie, l'Hypercacher et le 13 novembre : ces attentats qui ont laissé aux Français un traumatisme comparable à celui qu'avaient vécu les Américains le 11 septembre. Qui aurait pu penser que le sombre rêve d'Oussama Ben Laden d'un djihad mondial déboucherait, 15 ans plus tard, sur la création d'un état terroriste capable de frapper aux quatre coins de la planète, y compris au cœur de Paris ? Pourtant si l'on regarde en arrière, la naissance de l´état islamique, véritable usine à fabriquer des terroristes, semblait inéluctable. Des montagnes afghanes où les Américains ont traqué Ben Laden, aux chaos irakien et syrien, en passant par les routes du Djihad suivies par les kamikazes du 13 novembre, Enquête Exclusive a été le témoin, année après année, de cette mutation du terrorisme islamiste. Et surtout de son expansion incontrôlable. Le magazine a aussi été l'un des premiers à révéler les filières de recrutement des combattants, dont la plupart viennent de nos villes, de nos banlieues et même de nos campagnes. Les héritiers de Ben Laden sont aujourd'hui plus nombreux et plus déterminés que jamais. Et surtout, là où l'ancien ennemi public numéro 1 opérait dans la clandestinité, les djihadistes de Daesh agissent au grand jour à partir d'un territoire qu'ils contrôlent. Ce vaste territoire, sur lequel ils font régner la terreur, leur sert aussi de base pour mener leurs actions terroristes à travers le monde. Comment en est-on arrivé là ? L'occident aurait-il pu stopper cette mondialisation de la terreur ? Et existe-t-il, aujourd'hui, des moyens pour stopper cette déferlante terroriste ? Un document inédit, à partir des archives exceptionnelles de 10 années d'Enquête Exclusive, enrichi des témoignages des plus grands spécialistes mondiaux du terrorisme.
  • Magazine

    Enquête exclusive

    Spéciale 10 ans - du renseignement aux forces spéciales : comment la france se protège contre le terrorisme

    pas mal (56 votes) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Ils sont 2 300 répartis sur tout le territoire. Ce sont les policiers du Renseignement territorial, les nouveaux RG, l'un des services d'élite chargés de la lutte antiterroriste en France. Ils surveillent chaque jour plus de 2 000 « cibles », dont 300 sont jugées potentiellement très dangereuses. Exceptionnellement, les policiers du Renseignement territorial ont accepté de nous laisser filmer l'envers du décor, leurs gadgets de James Bond, mais aussi le quotidien de la lutte antiterroriste. Des heures de planque, derrière un individu radicalisé, à suivre ses faits et gestes, à évaluer sa dangerosité. But de ces policiers de l'ombre : éviter à tout prix qu'un jour l'un d'eux ne passe à l'acte. IIs sont aussi chargés de surveiller certaines mosquées et tout faire pour que les plus radicales d'entre elles ne tombent entre les mains des salafistes. Lors de cette enquête, nous avons découvert comment les jeunes se radicalisent sur Internet, parfois en un temps record. Daech utilise notamment les jeux vidéos les plus connus, comme Call of Duty ou Assassin creed, pour séduire les jeunes et leur expliquer, avec un réalisme stupéfiant, comment commettre des attentats. À Toulouse, Airbus nous a ouvert en exclusivité les portes de ses hangars. Comment prévenir un attentat en plein vol ? Le constructeur aérien emploie notamment une petite « armée » de hackers pour déjouer les tentatives des pirates informatiques de prendre le contrôle d'un avion. Sur le terrain militaire, en France comme à l'étranger, la mobilisation est générale. L'Opération Sentinelle a ainsi renforcé son contingent pour atteindre 10 000 hommes sur le territoire national, l'équivalent de la moitié de l'infanterie. Depuis les attentats de Charlie, de l'Hypercacher et du 13 novembre, l'armée croule sous les candidatures. Près de 2 000 par jour (contre à peine une centaine avant 2014). Qui sont ces jeunes qui s'engagent ? Dans le Sud-Ouest de la France, les forces spéciales s'adaptent et s'entraînent à balles réelles pour faire face à ces nouvelles menaces. À l'étranger, les soldats sont sur tous les fronts. Au Mali, au Tchad ou encore en Irak ; au total, plus de 7 000 militaires français sont engagés dans des opérations extérieures. Le porte-avions français, Charles de Gaulle, est lui aussi engagé dans la guerre en Syrie. Mais à partir de septembre 2016, il sera inutilisable pendant 18 mois à cause d'une révision. Ces 25 dernières années, le budget de la Défense a pourtant diminué de 20% en euros constants. Malgré la mobilisation, l'armée a-t-elle aujourd'hui tous les moyens de nous défendre ?

    Lire la suite Enquête exclusive (51 vidéos) 1 commentaire
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Ils sont 2 300 répartis sur tout le territoire. Ce sont les policiers du Renseignement territorial, les nouveaux RG, l'un des services d'élite chargés de la lutte antiterroriste en France. Ils surveillent chaque jour plus de 2 000 « cibles », dont 300 sont jugées potentiellement très dangereuses. Exceptionnellement, les policiers du Renseignement territorial ont accepté de nous laisser filmer l'envers du décor, leurs gadgets de James Bond, mais aussi le quotidien de la lutte antiterroriste. Des heures de planque, derrière un individu radicalisé, à suivre ses faits et gestes, à évaluer sa dangerosité. But de ces policiers de l'ombre : éviter à tout prix qu'un jour l'un d'eux ne passe à l'acte. IIs sont aussi chargés de surveiller certaines mosquées et tout faire pour que les plus radicales d'entre elles ne tombent entre les mains des salafistes. Lors de cette enquête, nous avons découvert comment les jeunes se radicalisent sur Internet, parfois en un temps record. Daech utilise notamment les jeux vidéos les plus connus, comme Call of Duty ou Assassin creed, pour séduire les jeunes et leur expliquer, avec un réalisme stupéfiant, comment commettre des attentats. À Toulouse, Airbus nous a ouvert en exclusivité les portes de ses hangars. Comment prévenir un attentat en plein vol ? Le constructeur aérien emploie notamment une petite « armée » de hackers pour déjouer les tentatives des pirates informatiques de prendre le contrôle d'un avion. Sur le terrain militaire, en France comme à l'étranger, la mobilisation est générale. L'Opération Sentinelle a ainsi renforcé son contingent pour atteindre 10 000 hommes sur le territoire national, l'équivalent de la moitié de l'infanterie. Depuis les attentats de Charlie, de l'Hypercacher et du 13 novembre, l'armée croule sous les candidatures. Près de 2 000 par jour (contre à peine une centaine avant 2014). Qui sont ces jeunes qui s'engagent ? Dans le Sud-Ouest de la France, les forces spéciales s'adaptent et s'entraînent à balles réelles pour faire face à ces nouvelles menaces. À l'étranger, les soldats sont sur tous les fronts. Au Mali, au Tchad ou encore en Irak ; au total, plus de 7 000 militaires français sont engagés dans des opérations extérieures. Le porte-avions français, Charles de Gaulle, est lui aussi engagé dans la guerre en Syrie. Mais à partir de septembre 2016, il sera inutilisable pendant 18 mois à cause d'une révision. Ces 25 dernières années, le budget de la Défense a pourtant diminué de 20% en euros constants. Malgré la mobilisation, l'armée a-t-elle aujourd'hui tous les moyens de nous défendre ?
  • Magazine

    Enquête exclusive

    Enfants migrants : prêts à tout pour vivre le rêve américain

    bien (24 votes) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Chaque année, ils sont des dizaines de milliers de migrants à tenter de franchir clandestinement la frontière entre le Mexique et les États-Unis. Parmi eux, de plus en plus d'enfants seuls, qui fuient l'ultra-violence des gangs d'Amérique centrale (Honduras et Salvador notamment), pour entreprendre ce périple à très haut risque. 130 000 mineurs ont été interpellés en deux ans par les polices des frontières. Un exode massif et un phénomène de société d'une ampleur inégalée. Les Américains les ont surnommés les « Dreamers », les « Rêveurs »... Tout a commencé avec la loi « Dream Act », adoptée en 2012 pour régulariser 600 000 mineurs clandestins vivant sur le sol américain. Depuis, les États-Unis sont submergés par l'arrivée de ces jeunes clandestins. Ils savent que ce voyage peut leur coûter la vie, mais ils sont prêts à prendre tous les risques, à braver tous les dangers pour aller au bout de leur rêve : s'installer aux États-Unis. C'est leur histoire que nous allons vous raconter : celle de Joao et Antony, 15 ans, originaires du Honduras. Ils ont décidé de sauter à bord du train de marchandises qui traverse le Mexique, jusqu'à la frontière avec les États Unis. Après le train, il y a le mur qui sépare les deux pays. Et le désert à traverser. Juan et Jésus, 16 ans, ont payé un passeur pour les guider. De l'autre côté de la frontière, sur le sol américain, des milices privées, lourdement armées, chassent les migrants qui ont réussi à franchir le mur. Et quand ils ne sont pas tués ou arrêtés, les jeunes dreamers risquent de se perdre et de mourir de soif dans le désert. Et beaucoup (plusieurs milliers par an) disparaissent sur la route du rêve américain. Quant aux jeunes filles, beaucoup deviennent la proie des cartels mexicains, qui les forcent à se prostituer. Ceux qui parviennent, malgré les dangers et les embûches, à rejoindre l'eldorado américain ne sont pas encore au bout de leurs peines. Clandestins, ils doivent alors entreprendre un véritable parcours du combattant afin de faire régulariser leur situation... sans se faire expulser...

    Lire la suite Enquête exclusive (51 vidéos) 2 commentaires
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Chaque année, ils sont des dizaines de milliers de migrants à tenter de franchir clandestinement la frontière entre le Mexique et les États-Unis. Parmi eux, de plus en plus d'enfants seuls, qui fuient l'ultra-violence des gangs d'Amérique centrale (Honduras et Salvador notamment), pour entreprendre ce périple à très haut risque. 130 000 mineurs ont été interpellés en deux ans par les polices des frontières. Un exode massif et un phénomène de société d'une ampleur inégalée. Les Américains les ont surnommés les « Dreamers », les « Rêveurs »... Tout a commencé avec la loi « Dream Act », adoptée en 2012 pour régulariser 600 000 mineurs clandestins vivant sur le sol américain. Depuis, les États-Unis sont submergés par l'arrivée de ces jeunes clandestins. Ils savent que ce voyage peut leur coûter la vie, mais ils sont prêts à prendre tous les risques, à braver tous les dangers pour aller au bout de leur rêve : s'installer aux États-Unis. C'est leur histoire que nous allons vous raconter : celle de Joao et Antony, 15 ans, originaires du Honduras. Ils ont décidé de sauter à bord du train de marchandises qui traverse le Mexique, jusqu'à la frontière avec les États Unis. Après le train, il y a le mur qui sépare les deux pays. Et le désert à traverser. Juan et Jésus, 16 ans, ont payé un passeur pour les guider. De l'autre côté de la frontière, sur le sol américain, des milices privées, lourdement armées, chassent les migrants qui ont réussi à franchir le mur. Et quand ils ne sont pas tués ou arrêtés, les jeunes dreamers risquent de se perdre et de mourir de soif dans le désert. Et beaucoup (plusieurs milliers par an) disparaissent sur la route du rêve américain. Quant aux jeunes filles, beaucoup deviennent la proie des cartels mexicains, qui les forcent à se prostituer. Ceux qui parviennent, malgré les dangers et les embûches, à rejoindre l'eldorado américain ne sont pas encore au bout de leurs peines. Clandestins, ils doivent alors entreprendre un véritable parcours du combattant afin de faire régulariser leur situation... sans se faire expulser...
  • Magazine

    Enquête exclusive

    Milliardaires, mafias et révolution : hong kong, l'eldorado chinois

    bien (27 votes) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    À quelques encablures de la Chine communiste, l'île de Hong Kong, ancienne colonie britannique, est un eldorado libéral qui compte pas moins de 50 milliardaires et un habitant sur dix est millionnaire. Alors des entrepreneurs du monde entier, des Français notamment, viennent y faire fortune en un temps record. Hong Kong est devenue la ville de tous les possibles où misère et opulence se côtoient au quotidien. Des domestiques philippines ou indonésiennes, en quête d'un avenir meilleur, échouent dans des bidonvilles installés au sommet des gratte-ciels et font souvent face à la violence de leurs patrons fortunés. La nuit, dans les quartiers chauds de la ville, ce sont les triades qui font régner leur loi. Ces organisations mafieuses tiennent des quartiers entiers sous leurs coupes grâce au racket. Elles ont la mainmise sur les trafics, la prostitution et, plus étonnant, le cinéma. Mais cet éden asiatique si particulier est aujourd'hui menacé. Les Hongkongais craignent que Pékin ne restreigne les libertés en imposant ses dirigeants lors des élections de 2017. Face à cette menace, les étudiants ont lancé la révolte des parapluies. Des milliers d'habitants et de manifestants pro-démocratie sont descendus dans les rues pour manifester, parfois dans la violence.

    Lire la suite Enquête exclusive (51 vidéos) 1 commentaire
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    À quelques encablures de la Chine communiste, l'île de Hong Kong, ancienne colonie britannique, est un eldorado libéral qui compte pas moins de 50 milliardaires et un habitant sur dix est millionnaire. Alors des entrepreneurs du monde entier, des Français notamment, viennent y faire fortune en un temps record. Hong Kong est devenue la ville de tous les possibles où misère et opulence se côtoient au quotidien. Des domestiques philippines ou indonésiennes, en quête d'un avenir meilleur, échouent dans des bidonvilles installés au sommet des gratte-ciels et font souvent face à la violence de leurs patrons fortunés. La nuit, dans les quartiers chauds de la ville, ce sont les triades qui font régner leur loi. Ces organisations mafieuses tiennent des quartiers entiers sous leurs coupes grâce au racket. Elles ont la mainmise sur les trafics, la prostitution et, plus étonnant, le cinéma. Mais cet éden asiatique si particulier est aujourd'hui menacé. Les Hongkongais craignent que Pékin ne restreigne les libertés en imposant ses dirigeants lors des élections de 2017. Face à cette menace, les étudiants ont lancé la révolte des parapluies. Des milliers d'habitants et de manifestants pro-démocratie sont descendus dans les rues pour manifester, parfois dans la violence.
  • Magazine

    Enquête exclusive

    New york, capitale du monde

    bien (52 votes) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Après plusieurs années de crise, New York, « la ville qui ne dort jamais », est redevenue la capitale du monde. L'activité économique est en plein boom, l'argent coule à flot. À Wall Street, les grandes fortunes sont de retour (95 milliardaires rien qu'à Manhattan, +28% par rapport à 2013) et le tourisme explose avec plus de 50 millions de visiteurs par an. New York, c'est aussi la ville qui compte le plus grand nombre de gratte-ciels au kilomètre carré. Pour rester la ville la plus attractive, New York multiplie les projets immobiliers spectaculaires : des tours de verre et d'acier ultra-luxueuses, aussi hautes que l'Empire State Building, avec vue imprenable sur le Skyline et Central Park. Certains appartements s'y négocient jusqu'à 150 millions de dollars. Si les milliardaires vivent au sommet des buildings, à l'autre extrémité, les plus pauvres se retrouvent dans les entrailles et les bas-fonds de la ville. Car New York détient un autre record : celle d'une des villes les plus inégalitaires au monde. Chassés par les autorités, qui veulent faire de New York une ville « propre », certains sans-abris ont ainsi trouvé refuge dans des galeries souterraines, près des rails du métro. D'autres vivent dans des hôtels de misère, situés au cœur de Manhattan, dans des conditions d'insalubrité totale. Comment imaginer que de tels établissements, semblables à ceux du quart-monde, puissent exister dans l'une des villes les plus riches de la planète ? Pour cette enquête inédite sur le Manhattan des riches et celui des pauvres, nous avons partagé le quotidien de nombreux new-yorkais. Robert Couturier, le décorateur des milliardaires. Arrivé il y a 30 ans, cet architecte français nous fait découvrir l'univers très secret des milliardaires new-yorkais et nous ouvre exceptionnellement les portes de leurs appartements extravagants (700 mètres carrés en moyenne). Monique est une riche héritière. Le quotidien de cette jolie jeune femme de 30 ans n'est qu'une suite ininterrompue de plaisirs, entre shopping, soins de beauté, cocktails mondains et galas de charité. Avec Miguel, le « rat » des souterrains, nous découvrons la face cachée de New York ; celle que les autorités interdisent de filmer, 30 mètres sous terre. En pleine nuit, nous pénétrons dans un monde parallèle. Celui des souterrains qui parcourent les 1 000 km de voies ferrées, dans les entrailles de la ville. Zu, lui, vit dans 4 mètres carrés, au 10e étage d'un hôtel sordide. Pour accéder à son logement, un escalier secret qui mène à l'un des lieux les plus incroyables de Manhattan. Xénia, une jeune Française, se bat chaque jour pour s'imposer à New York. En attendant, elle a dû s'installer dans un squat à Brooklyn, un ex-quartier dangereux qui est en train de devenir le quartier le plus branché de New York. En 10 ans, le prix de l'immobilier y a triplé !

    Lire la suite Enquête exclusive (51 vidéos) 2 commentaires
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Après plusieurs années de crise, New York, « la ville qui ne dort jamais », est redevenue la capitale du monde. L'activité économique est en plein boom, l'argent coule à flot. À Wall Street, les grandes fortunes sont de retour (95 milliardaires rien qu'à Manhattan, +28% par rapport à 2013) et le tourisme explose avec plus de 50 millions de visiteurs par an. New York, c'est aussi la ville qui compte le plus grand nombre de gratte-ciels au kilomètre carré. Pour rester la ville la plus attractive, New York multiplie les projets immobiliers spectaculaires : des tours de verre et d'acier ultra-luxueuses, aussi hautes que l'Empire State Building, avec vue imprenable sur le Skyline et Central Park. Certains appartements s'y négocient jusqu'à 150 millions de dollars. Si les milliardaires vivent au sommet des buildings, à l'autre extrémité, les plus pauvres se retrouvent dans les entrailles et les bas-fonds de la ville. Car New York détient un autre record : celle d'une des villes les plus inégalitaires au monde. Chassés par les autorités, qui veulent faire de New York une ville « propre », certains sans-abris ont ainsi trouvé refuge dans des galeries souterraines, près des rails du métro. D'autres vivent dans des hôtels de misère, situés au cœur de Manhattan, dans des conditions d'insalubrité totale. Comment imaginer que de tels établissements, semblables à ceux du quart-monde, puissent exister dans l'une des villes les plus riches de la planète ? Pour cette enquête inédite sur le Manhattan des riches et celui des pauvres, nous avons partagé le quotidien de nombreux new-yorkais. Robert Couturier, le décorateur des milliardaires. Arrivé il y a 30 ans, cet architecte français nous fait découvrir l'univers très secret des milliardaires new-yorkais et nous ouvre exceptionnellement les portes de leurs appartements extravagants (700 mètres carrés en moyenne). Monique est une riche héritière. Le quotidien de cette jolie jeune femme de 30 ans n'est qu'une suite ininterrompue de plaisirs, entre shopping, soins de beauté, cocktails mondains et galas de charité. Avec Miguel, le « rat » des souterrains, nous découvrons la face cachée de New York ; celle que les autorités interdisent de filmer, 30 mètres sous terre. En pleine nuit, nous pénétrons dans un monde parallèle. Celui des souterrains qui parcourent les 1 000 km de voies ferrées, dans les entrailles de la ville. Zu, lui, vit dans 4 mètres carrés, au 10e étage d'un hôtel sordide. Pour accéder à son logement, un escalier secret qui mène à l'un des lieux les plus incroyables de Manhattan. Xénia, une jeune Française, se bat chaque jour pour s'imposer à New York. En attendant, elle a dû s'installer dans un squat à Brooklyn, un ex-quartier dangereux qui est en train de devenir le quartier le plus branché de New York. En 10 ans, le prix de l'immobilier y a triplé !
  • Magazine

    Enquête exclusive

    France - espagne : l'autoroute de tous les trafics

    bien (26 votes) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Malgré la présence massive des forces de l'ordre, la frontière franco-espagnole reste une plaque tournante de la criminalité. Trafic de stupéfiants, de cigarettes, d'alcool, prostitution… L'année dernière, les saisies de drogue ont été multipliées par trois. Et pour convoyer leurs marchandises, les trafiquants sont prêts à prendre tous les risques. On connaissait les « go-fast », leur dernière invention, ce sont les « go-slow » : des camping-cars entièrement trafiqués et capables de transporter d'énormes quantités de drogue. Au péage du Perthus, sur l'autoroute A9 ou sur les petites routes de campagne, policiers et douaniers sont constamment mobilisés pour déjouer les ruses des trafiquants. Nous les avons suivis dans leurs missions périlleuses où les courses-poursuites sont quotidiennes. Mais le trafic ne s'arrête pas qu'aux stupéfiants. À Andorre, ce sont Monsieur et Madame Tout-le-Monde qui tentent de passer à travers les mailles du filet en rapportant des quantités de cigarette ou d'alcool bien plus importantes qu'autorisées. Les coups de filet sont nombreux et les amendes, salées. L'année dernière, 2 tonnes de cigarettes de contrebande ont ainsi été saisies.

    Lire la suite Enquête exclusive (51 vidéos) Commenter
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Malgré la présence massive des forces de l'ordre, la frontière franco-espagnole reste une plaque tournante de la criminalité. Trafic de stupéfiants, de cigarettes, d'alcool, prostitution… L'année dernière, les saisies de drogue ont été multipliées par trois. Et pour convoyer leurs marchandises, les trafiquants sont prêts à prendre tous les risques. On connaissait les « go-fast », leur dernière invention, ce sont les « go-slow » : des camping-cars entièrement trafiqués et capables de transporter d'énormes quantités de drogue. Au péage du Perthus, sur l'autoroute A9 ou sur les petites routes de campagne, policiers et douaniers sont constamment mobilisés pour déjouer les ruses des trafiquants. Nous les avons suivis dans leurs missions périlleuses où les courses-poursuites sont quotidiennes. Mais le trafic ne s'arrête pas qu'aux stupéfiants. À Andorre, ce sont Monsieur et Madame Tout-le-Monde qui tentent de passer à travers les mailles du filet en rapportant des quantités de cigarette ou d'alcool bien plus importantes qu'autorisées. Les coups de filet sont nombreux et les amendes, salées. L'année dernière, 2 tonnes de cigarettes de contrebande ont ainsi été saisies.
  • Magazine

    Enquête exclusive

    Béziers, une ville sous haute surveillance

    pas mal (90 votes) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Il y a tout juste deux ans (mars 2014), Béziers devenait la plus grande municipalité de France gérée par l'extrême droite. Depuis l'élection de Robert Ménard à la tête de la mairie, grâce au soutien du Front National, la ville, réputée pour son vignoble, son équipe de rugby et sa féria, a radicalement changé de visage. Sécurité renforcée, nettoyage des quartiers, réhabilitation du centre-ville, immigration plus contrôlée, retour des traditions locales… Un véritable séisme politique qui a eu de fortes conséquences sur la vie quotidienne des Biterrois et qui a divisé la ville en deux camps opposés : les pro-Ménard et les anti-Ménard ! Parfois, cette opposition va jusqu'à l'affrontement… Comment Robert Ménard, catholique pratiquant issu d'une famille de pied-noir d'Algérie mais aussi co-fondateur de Reporters sans Frontières, a-t-il transformé sa ville ? Et pourquoi est-il devenu le maire le plus controversé de France ? Pendant six mois, les équipes d'Enquête Exclusive se sont installées à Béziers. Robert Ménard nous a permis de le suivre sur le terrain, jour après jour, de la mairie jusqu'aux quartiers difficiles, et il n'a rien caché de ses motivations et de ses intentions. Nous avons aussi rencontré de nombreux Biterrois, très attachés à leur ville. Entrepreneur en bâtiment, Sylvain a été chargé de rénover une partie du centre-ville qui était jusqu'alors en ruines, presque à l'abandon. Pierre, lui, incarne le nouveau Béziers grâce à son bistrot chic qui fait courir toute la région. Propriétaire d'un prestigieux château, Jean se bat pour que Béziers retrouve son rang de grand producteur viticole. Mais à Béziers, d'autres se battent d´abord pour survivre. Comme ces communautés d'origine maghrébine, gitane ou syrienne en exil, qui se sentent les mal-aimées et les exclues du système Ménard. Pour les aider, quelques élus de l'opposition et Linda, une assistante d'éducation prête à tout, même aux coups de force en plein conseil municipal pour faire entendre la voix des immigrés et des plus démunis.

    Lire la suite Enquête exclusive (51 vidéos) 3 commentaires
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Il y a tout juste deux ans (mars 2014), Béziers devenait la plus grande municipalité de France gérée par l'extrême droite. Depuis l'élection de Robert Ménard à la tête de la mairie, grâce au soutien du Front National, la ville, réputée pour son vignoble, son équipe de rugby et sa féria, a radicalement changé de visage. Sécurité renforcée, nettoyage des quartiers, réhabilitation du centre-ville, immigration plus contrôlée, retour des traditions locales… Un véritable séisme politique qui a eu de fortes conséquences sur la vie quotidienne des Biterrois et qui a divisé la ville en deux camps opposés : les pro-Ménard et les anti-Ménard ! Parfois, cette opposition va jusqu'à l'affrontement… Comment Robert Ménard, catholique pratiquant issu d'une famille de pied-noir d'Algérie mais aussi co-fondateur de Reporters sans Frontières, a-t-il transformé sa ville ? Et pourquoi est-il devenu le maire le plus controversé de France ? Pendant six mois, les équipes d'Enquête Exclusive se sont installées à Béziers. Robert Ménard nous a permis de le suivre sur le terrain, jour après jour, de la mairie jusqu'aux quartiers difficiles, et il n'a rien caché de ses motivations et de ses intentions. Nous avons aussi rencontré de nombreux Biterrois, très attachés à leur ville. Entrepreneur en bâtiment, Sylvain a été chargé de rénover une partie du centre-ville qui était jusqu'alors en ruines, presque à l'abandon. Pierre, lui, incarne le nouveau Béziers grâce à son bistrot chic qui fait courir toute la région. Propriétaire d'un prestigieux château, Jean se bat pour que Béziers retrouve son rang de grand producteur viticole. Mais à Béziers, d'autres se battent d´abord pour survivre. Comme ces communautés d'origine maghrébine, gitane ou syrienne en exil, qui se sentent les mal-aimées et les exclues du système Ménard. Pour les aider, quelques élus de l'opposition et Linda, une assistante d'éducation prête à tout, même aux coups de force en plein conseil municipal pour faire entendre la voix des immigrés et des plus démunis.
  • Magazine

    Enquête exclusive

    Clandestins : ils traversent l'enfer pour venir vivre en france

    bien (29 votes) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    C'est en cherchant à atteindre ce qu'ils s'imaginent être l'Eldorado européen que de nombreux migrants perdent la vie. Ils sont chaque semaine de plus en plus nombreux à risquer leur vie ainsi, en traversant la Méditerranée. Tous fuient la misère, la guerre ou le désespoir et rêvent d'un monde meilleur, plus juste, où leurs enfants pourront grandir en toute sécurité. Pendant de longs mois, nos caméras ont suivi ces hommes et ces femmes. A pied, en camion, en voiture, en bateau, ils s'épuisent et meurent parfois sous le regard impitoyable des passeurs. Avec eux, nous sommes allés aux limites du possible. Ce documentaire exceptionnel retrace l'histoire incroyable de deux groupes de clandestins en chemin vers la France. Avec 260 migrants africains, nous avons affronté la peur, le froid, la violence en traversant la Méditerranée à bord d'une chaloupe de fortune. Nous avons aussi suivi le parcours d'Afghans qui ont quitté Kaboul pour une odyssée de 7 000 km à pied ou dans des conditions de transport inhumaines. Pour atteindre la France, au péril de leur vie, ils ont dû franchir les frontières interdites du Pakistan et de l'Iran. Qui sont ces hommes et ces femmes qui viennent cogner aux portes de l'Europe ? Comment travaillent les filières de passeurs, tenues par des mafias sans scrupules ?

    Lire la suite Enquête exclusive (51 vidéos) 1 commentaire
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    C'est en cherchant à atteindre ce qu'ils s'imaginent être l'Eldorado européen que de nombreux migrants perdent la vie. Ils sont chaque semaine de plus en plus nombreux à risquer leur vie ainsi, en traversant la Méditerranée. Tous fuient la misère, la guerre ou le désespoir et rêvent d'un monde meilleur, plus juste, où leurs enfants pourront grandir en toute sécurité. Pendant de longs mois, nos caméras ont suivi ces hommes et ces femmes. A pied, en camion, en voiture, en bateau, ils s'épuisent et meurent parfois sous le regard impitoyable des passeurs. Avec eux, nous sommes allés aux limites du possible. Ce documentaire exceptionnel retrace l'histoire incroyable de deux groupes de clandestins en chemin vers la France. Avec 260 migrants africains, nous avons affronté la peur, le froid, la violence en traversant la Méditerranée à bord d'une chaloupe de fortune. Nous avons aussi suivi le parcours d'Afghans qui ont quitté Kaboul pour une odyssée de 7 000 km à pied ou dans des conditions de transport inhumaines. Pour atteindre la France, au péril de leur vie, ils ont dû franchir les frontières interdites du Pakistan et de l'Iran. Qui sont ces hommes et ces femmes qui viennent cogner aux portes de l'Europe ? Comment travaillent les filières de passeurs, tenues par des mafias sans scrupules ?
  • Magazine

    Enquête exclusive

    Calais, immersion dans une poudrière

    bien (56 votes) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Des réfugiés prêts à prendre tous les risques pour traverser la Manche, des réseaux clandestins de passeurs qui profitent de leur détresse, des habitants qui ne supportent plus la proximité avec ces communautés immigrées… À Calais, la crise des migrants a transformé la ville en poudrière. Ils n'étaient que quelques centaines l'année dernière, ils sont plus de 4 000 aujourd'hui, surtout depuis l'afflux massif de populations entières venues de Syrie, au printemps dernier. Tous ces réfugiés s'entassent dans le plus grand bidonville d'Europe, que l'on appelle la « jungle ». Pendant 6 mois, nous avons enquêté sur cette « jungle », située aux portes de Calais. Regroupés par communautés (Syriens mais aussi Soudanais, Afghans, Erythréens), ces réfugiés se sont recréés un espace de vie, avec des baraquements de fortune (tentes, cabanes en bois, containers), des petits commerces, des cafés-restaurants, une école, une mosquée, etc., le tout dans des conditions d'insalubrité totale. Pour les Calaisiens, qui vivent juste à côté de la « jungle », la cohabitation est devenue intenable. Tensions, insultes, agressions se multiplient. Chaque jour, chaque nuit, des groupes de migrants prennent d'assaut des camions pour monter à leur bord et tenter de rejoindre l'Angleterre. Les clôtures barbelées érigées un peu partout, notamment autour du port, sont régulièrement arrachées. Et malgré la présence de 2 000 policiers, CRS et gendarmes, ce qui fait de Calais la ville la plus sécurisée de France (en termes d'effectifs), malgré aussi le démantèlement du bidonville, la situation est plus explosive que jamais. Comment vivent les migrants et que sont-ils prêts à risquer pour passer en Angleterre ? Comment la police ou la gendarmerie luttent-elles contre les filières de trafic d'êtres humains ? Quelles conséquences pour les habitants de Calais, qui se sentent abandonnés par les pouvoirs publics ? Peut-on encore gérer aujourd'hui une situation chaque jour plus chaotique, plus explosive ? Enquête dans une ville et une jungle sous très haute tension.

    Lire la suite Enquête exclusive (51 vidéos) 3 commentaires
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Des réfugiés prêts à prendre tous les risques pour traverser la Manche, des réseaux clandestins de passeurs qui profitent de leur détresse, des habitants qui ne supportent plus la proximité avec ces communautés immigrées… À Calais, la crise des migrants a transformé la ville en poudrière. Ils n'étaient que quelques centaines l'année dernière, ils sont plus de 4 000 aujourd'hui, surtout depuis l'afflux massif de populations entières venues de Syrie, au printemps dernier. Tous ces réfugiés s'entassent dans le plus grand bidonville d'Europe, que l'on appelle la « jungle ». Pendant 6 mois, nous avons enquêté sur cette « jungle », située aux portes de Calais. Regroupés par communautés (Syriens mais aussi Soudanais, Afghans, Erythréens), ces réfugiés se sont recréés un espace de vie, avec des baraquements de fortune (tentes, cabanes en bois, containers), des petits commerces, des cafés-restaurants, une école, une mosquée, etc., le tout dans des conditions d'insalubrité totale. Pour les Calaisiens, qui vivent juste à côté de la « jungle », la cohabitation est devenue intenable. Tensions, insultes, agressions se multiplient. Chaque jour, chaque nuit, des groupes de migrants prennent d'assaut des camions pour monter à leur bord et tenter de rejoindre l'Angleterre. Les clôtures barbelées érigées un peu partout, notamment autour du port, sont régulièrement arrachées. Et malgré la présence de 2 000 policiers, CRS et gendarmes, ce qui fait de Calais la ville la plus sécurisée de France (en termes d'effectifs), malgré aussi le démantèlement du bidonville, la situation est plus explosive que jamais. Comment vivent les migrants et que sont-ils prêts à risquer pour passer en Angleterre ? Comment la police ou la gendarmerie luttent-elles contre les filières de trafic d'êtres humains ? Quelles conséquences pour les habitants de Calais, qui se sentent abandonnés par les pouvoirs publics ? Peut-on encore gérer aujourd'hui une situation chaque jour plus chaotique, plus explosive ? Enquête dans une ville et une jungle sous très haute tension.
  • Magazine

    Enquête exclusive

    Rebelles ou exclus : enquête sur ces américains qui vivent en dehors du système

    bien (24 votes) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Aux États-Unis, on les appelle les « off the grid », en français « les débranchés », parce qu'ils ont un jour décidé de se passer d'électricité et de tourner le dos au système pour vivre autrement. Des hommes, des femmes, des familles entières même : ils seraient près d'un million à avoir renoncé à l'« american way of life », le traditionnel mode de vie américain. Certains, jusqu'ici totalement insérés, quittent leur job et leur appartement confortables pour s'installer dans les bois. Ils vivent de chasse et de pêche et se retrouvent lors de festivals totalement déjantés. Willa, jeune new-yorkaise de 19 ans, veut sauter le pas mais résistera-t-elle au stage de 10 mois durant lequel elle va apprendre à survivre en forêt, totalement coupée du monde ? Des modes de vie extrêmes que certains choisissent mais que d'autres, victimes de la crise, subissent. L'Amérique hors-système, c'est également une réalité sans pitié à laquelle sont confrontées des milliers de familles, jetées à la rue par la crise. Le nombre de saisies immobilières a explosé. De nombreux Américains se retrouvent sans toit et sont obligés de vivre dans leur voiture. En Californie, comment ces nouvelles communautés s'organisent-elles sur les parkings qui les hébergent ?

    Lire la suite Enquête exclusive (51 vidéos) Commenter
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Aux États-Unis, on les appelle les « off the grid », en français « les débranchés », parce qu'ils ont un jour décidé de se passer d'électricité et de tourner le dos au système pour vivre autrement. Des hommes, des femmes, des familles entières même : ils seraient près d'un million à avoir renoncé à l'« american way of life », le traditionnel mode de vie américain. Certains, jusqu'ici totalement insérés, quittent leur job et leur appartement confortables pour s'installer dans les bois. Ils vivent de chasse et de pêche et se retrouvent lors de festivals totalement déjantés. Willa, jeune new-yorkaise de 19 ans, veut sauter le pas mais résistera-t-elle au stage de 10 mois durant lequel elle va apprendre à survivre en forêt, totalement coupée du monde ? Des modes de vie extrêmes que certains choisissent mais que d'autres, victimes de la crise, subissent. L'Amérique hors-système, c'est également une réalité sans pitié à laquelle sont confrontées des milliers de familles, jetées à la rue par la crise. Le nombre de saisies immobilières a explosé. De nombreux Américains se retrouvent sans toit et sont obligés de vivre dans leur voiture. En Californie, comment ces nouvelles communautés s'organisent-elles sur les parkings qui les hébergent ?

Audiences replay du 30-04