Revoir un programme tv en replay et en streaming
  • Enquêtes criminelles en replay (33 vidéos)

    A propos de Enquêtes criminelles

    • Magazine

      Enquêtes criminelles

      Affaire Lemaire : quand la perversion brise une famille

      aucun (0 vote) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Ce 10 novembre 2008, il est midi lorsque Isabelle Lemaire, 31 ans et mère de 5 enfants, vient signaler la disparition de son mari, Jean-Luc, 47 ans, à la gendarmerie de Choisy-au-Bac dans l'Oise. La mère de famille est bouleversée ; elle a peur que son époux ait mis fin à ses jours. Elle explique qu'ils sont surendettés et qu'à plusieurs reprises son compagnon a menacé d'en finir. Une enquête pour disparition inquiétante est ouverte. D'importantes recherches s'organisent. De son côté, Isabelle Lemaire contacte tous les médias locaux pour diffuser un avis de recherche. Pour autant, Jean-Luc reste introuvable et les gendarmes vont vite se rendre compte qu'il ne s'agit probablement pas d'un suicide. Car la 806 du disparu est finalement retrouvée au milieu d'une clairière, complètement carbonisée, sans aucune trace de présence humaine à l'intérieur. Pourquoi Jean-Luc aurait incendié sa voiture avant de se suicider ? Les gendarmes sont perplexes et ils ne sont pas au bout de leurs surprises. Ils découvrent que depuis le début, Isabelle, cette femme qui pleure son mari devant les caméras de télévision, cache bien son jeu. La mère de famille a une double vie et collectionne les amants. Les enquêteurs ne vont pas tarder à découvrir que Jean-Luc Lemaire a été en fait la victime d'un piège mortel...

      Lire la suite Enquêtes criminelles (32 vidéos) 4 commentaires
      Voir en replay sur W9
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Ce 10 novembre 2008, il est midi lorsque Isabelle Lemaire, 31 ans et mère de 5 enfants, vient signaler la disparition de son mari, Jean-Luc, 47 ans, à la gendarmerie de Choisy-au-Bac dans l'Oise. La mère de famille est bouleversée ; elle a peur que son époux ait mis fin à ses jours. Elle explique qu'ils sont surendettés et qu'à plusieurs reprises son compagnon a menacé d'en finir. Une enquête pour disparition inquiétante est ouverte. D'importantes recherches s'organisent. De son côté, Isabelle Lemaire contacte tous les médias locaux pour diffuser un avis de recherche. Pour autant, Jean-Luc reste introuvable et les gendarmes vont vite se rendre compte qu'il ne s'agit probablement pas d'un suicide. Car la 806 du disparu est finalement retrouvée au milieu d'une clairière, complètement carbonisée, sans aucune trace de présence humaine à l'intérieur. Pourquoi Jean-Luc aurait incendié sa voiture avant de se suicider ? Les gendarmes sont perplexes et ils ne sont pas au bout de leurs surprises. Ils découvrent que depuis le début, Isabelle, cette femme qui pleure son mari devant les caméras de télévision, cache bien son jeu. La mère de famille a une double vie et collectionne les amants. Les enquêteurs ne vont pas tarder à découvrir que Jean-Luc Lemaire a été en fait la victime d'un piège mortel...
    • Magazine

      Enquêtes criminelles

      Affaire Monique Lejeune : un trop lourd secret de famille

      aucun (0 vote) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Samedi 8 février 2003, Coulogne (Pas de calais). À 8h20, Monsieur Noblecourt, pousse le portail de Monique Lejeune, 53 ans, dont la famille est partie en week-end. Sur les dalles de l'allée, à quelques mètres du hall d'entrée, il aperçoit sa voisine gisant dans une mare de sang. On dénombre sur son corps 58 plaies au moins, par arme blanche. Très vite Béatrice Matis, la première femme du mari de Monique Lejeune, devient suspecte. D'elle-même, elle s'est présentée au commissariat pour signaler que le soir du drame, elle a rendu visite à la victime, pour lui parler d'un projet de réunion familiale. Cependant, elle jure n'être pour rien dans la mort de Monique. Or, sous les ongles de la victime, les policiers vont retrouver l'ADN de Béatrice Matis. Alors, les deux femmes en sont-elles venues aux mains ? Si oui, pour quelle raison ? Béatrice Matis a-t-elle tué Monique Lejeune ? Tout le laisse penser car un secret de famille empoisonne depuis des années cette famille recomposée...

      Lire la suite Enquêtes criminelles (30 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur W9
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Samedi 8 février 2003, Coulogne (Pas de calais). À 8h20, Monsieur Noblecourt, pousse le portail de Monique Lejeune, 53 ans, dont la famille est partie en week-end. Sur les dalles de l'allée, à quelques mètres du hall d'entrée, il aperçoit sa voisine gisant dans une mare de sang. On dénombre sur son corps 58 plaies au moins, par arme blanche. Très vite Béatrice Matis, la première femme du mari de Monique Lejeune, devient suspecte. D'elle-même, elle s'est présentée au commissariat pour signaler que le soir du drame, elle a rendu visite à la victime, pour lui parler d'un projet de réunion familiale. Cependant, elle jure n'être pour rien dans la mort de Monique. Or, sous les ongles de la victime, les policiers vont retrouver l'ADN de Béatrice Matis. Alors, les deux femmes en sont-elles venues aux mains ? Si oui, pour quelle raison ? Béatrice Matis a-t-elle tué Monique Lejeune ? Tout le laisse penser car un secret de famille empoisonne depuis des années cette famille recomposée...
    • Magazine

      Enquêtes criminelles

      Affaire Bruyas : la maison assassinée

      aucun (0 vote) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Le 30 mai 1995, en fin de journée, une colonne de fumée s'élève d'un lotissement de Saint-Andéol le Château dans le Rhône. La maison de la famille Bébien est en flamme. Dans le village tout le monde les connaît. Il y a Odette l'aide-soignante, Vincent le manutentionnaire et leurs 3 enfants. Ce sont les voisins, affolés, qui donnent l'alerte et qui préviennent immédiatement, Samantha, la fille aînée. Elle habite à deux pas de là avec son mari Éric Bruyas. Mais tous assistent impuissants au drame. Dans les décombres, les pompiers découvrent l'horreur : les parents de Samantha, ses 2 frères et sœurs, Vincent 21 ans et Aline 17 ans, sont tous carbonisés. Lorsqu'on lui annonce que toute sa famille a été retrouvée morte dans le sinistre, la jeune femme croit perdre la raison. D'autant que le médecin légiste va révéler qu'elle n'a pas péri dans l'incendie. Ses parents et ses deux frères et sœurs ont été exécutés. Quelqu'un les a attendu toute la journée et les a abattu avec un incroyable sang-froid, méthodiquement, l'un après l'autre avant de les laisser brûler dans l'incendie de leur maison. Qui pouvait leur vouer une telle haine ? Une chose est sûre, le meurtrier connaissait parfaitement les habitudes de la famille ! Commence alors une incroyable enquête qui va révéler que la clé de l'énigme se cache au cœur de la famille Bébien...

      Lire la suite Enquêtes criminelles (30 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur W9
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Le 30 mai 1995, en fin de journée, une colonne de fumée s'élève d'un lotissement de Saint-Andéol le Château dans le Rhône. La maison de la famille Bébien est en flamme. Dans le village tout le monde les connaît. Il y a Odette l'aide-soignante, Vincent le manutentionnaire et leurs 3 enfants. Ce sont les voisins, affolés, qui donnent l'alerte et qui préviennent immédiatement, Samantha, la fille aînée. Elle habite à deux pas de là avec son mari Éric Bruyas. Mais tous assistent impuissants au drame. Dans les décombres, les pompiers découvrent l'horreur : les parents de Samantha, ses 2 frères et sœurs, Vincent 21 ans et Aline 17 ans, sont tous carbonisés. Lorsqu'on lui annonce que toute sa famille a été retrouvée morte dans le sinistre, la jeune femme croit perdre la raison. D'autant que le médecin légiste va révéler qu'elle n'a pas péri dans l'incendie. Ses parents et ses deux frères et sœurs ont été exécutés. Quelqu'un les a attendu toute la journée et les a abattu avec un incroyable sang-froid, méthodiquement, l'un après l'autre avant de les laisser brûler dans l'incendie de leur maison. Qui pouvait leur vouer une telle haine ? Une chose est sûre, le meurtrier connaissait parfaitement les habitudes de la famille ! Commence alors une incroyable enquête qui va révéler que la clé de l'énigme se cache au cœur de la famille Bébien...
    • Magazine

      Enquêtes criminelles

      Affaire Nathalie Villermet : l'hôtel des 10 suspects

      aucun (0 vote) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Affaire Nathalie Villermet : l'hôtel des 10 suspects Vendredi 15 octobre 2010, Saint-Nom-la-Bretèche près de Paris. C'est sur un sentier de la forêt de Marly qu'un ramasseur de champignons va faire une horrible découverte. Dissimulé sous des branchages, gît le corps sans vie d'une femme, les mains liées dans le dos. Elle s'appelle Nathalie Villermet et avait 46 ans. Quand son mari aimant et ses deux grands enfants apprennent la terrible nouvelle, le choc est effroyable. Patronne de l'hôtel-restaurant « Le clos des Roses », la belle « quadra » avait le cœur sur la main et, auprès de ses amis et de ses clients, elle faisait l'unanimité. Pourtant, l'enquête va révéler que Nathalie a succombé à plusieurs coups de gourdin, portés avec une violence extrême. Qui pouvait en vouloir à cette femme au point de la tuer ? C'est le début d'une enquête digne d'un polar à la « Agatha Christie ». Au moment des faits, l'établissement que dirigeait la victime comptait une dizaine de chambres et affichait complet. Alors, le coupable se trouve-t-il parmi les clients de l'hôtel ? Il y a maintenant 10 suspects potentiels pour un meurtre. Une incroyable partie de « Cluedo » grandeur nature commence pour les enquêteurs...

      Lire la suite Enquêtes criminelles (30 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur W9
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Affaire Nathalie Villermet : l'hôtel des 10 suspects Vendredi 15 octobre 2010, Saint-Nom-la-Bretèche près de Paris. C'est sur un sentier de la forêt de Marly qu'un ramasseur de champignons va faire une horrible découverte. Dissimulé sous des branchages, gît le corps sans vie d'une femme, les mains liées dans le dos. Elle s'appelle Nathalie Villermet et avait 46 ans. Quand son mari aimant et ses deux grands enfants apprennent la terrible nouvelle, le choc est effroyable. Patronne de l'hôtel-restaurant « Le clos des Roses », la belle « quadra » avait le cœur sur la main et, auprès de ses amis et de ses clients, elle faisait l'unanimité. Pourtant, l'enquête va révéler que Nathalie a succombé à plusieurs coups de gourdin, portés avec une violence extrême. Qui pouvait en vouloir à cette femme au point de la tuer ? C'est le début d'une enquête digne d'un polar à la « Agatha Christie ». Au moment des faits, l'établissement que dirigeait la victime comptait une dizaine de chambres et affichait complet. Alors, le coupable se trouve-t-il parmi les clients de l'hôtel ? Il y a maintenant 10 suspects potentiels pour un meurtre. Une incroyable partie de « Cluedo » grandeur nature commence pour les enquêteurs...
    • Magazine

      Enquêtes criminelles

      L'assassin est-il dans la famille ? : l'affaire Annie Toinon

      aucun (0 vote) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Ce 15 juillet 2010, la petite commune de Saint-Galmier, dans la région de Saint-Etienne, est sous le choc : la ferme de La Veillère, à l'entrée du bourg, a été le théâtre d'un terrible crime ! Annie Toinon, 56 ans, mère de 4 enfants, a été sauvagement tuée à coup de barre de fer. L'assassin l'a surprise dans son sommeil, au petit matin... à l'heure où la maison était vide. Bernard, l'époux d'Annie, était déjà dans ses champs et Johan, le fils cadet, parti travailler. Mais Annie ne s'est pas laissée faire. Avant de succomber, elle s'est battue et, dans sa main droite, les gendarmes découvrent une touffe de cheveux blonds, peut-être ceux de son agresseur. Dans la grande maison dont la porte d'entrée n'est jamais verrouillée, aucune trace d'effraction ni de cambriolage. Seul le sac à main d'Annie avec la recette des ventes du marché de la veille a disparu. S'agit-il d'un crime de rôdeur ? Le vol suffit-il à expliquer ce crime ? Les gendarmes explorent toutes les pistes. Mais dans le village, les langues se délient peu à peu. Deux des enfants d'Annie, Johan et Aurélien, sont montrés du doigt ! Violents, leurs alibis ne sont pas si solides que ça. Et les enquêteurs vont découvrir un terrible secret de famille : l'histoire de l'adoption difficile des 4 enfants du couple d'agriculteurs. Annie et son mari, Bernard, ne pouvant avoir d'enfant, n'ont pas hésité à aller en Pologne adopter une fratrie. Mais, une autre piste se profile. Car les deux fils d'Annie ne seraient peut-être pas les seuls à avoir des problèmes avec la victime...

      Lire la suite Enquêtes criminelles (32 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur W9
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Ce 15 juillet 2010, la petite commune de Saint-Galmier, dans la région de Saint-Etienne, est sous le choc : la ferme de La Veillère, à l'entrée du bourg, a été le théâtre d'un terrible crime ! Annie Toinon, 56 ans, mère de 4 enfants, a été sauvagement tuée à coup de barre de fer. L'assassin l'a surprise dans son sommeil, au petit matin... à l'heure où la maison était vide. Bernard, l'époux d'Annie, était déjà dans ses champs et Johan, le fils cadet, parti travailler. Mais Annie ne s'est pas laissée faire. Avant de succomber, elle s'est battue et, dans sa main droite, les gendarmes découvrent une touffe de cheveux blonds, peut-être ceux de son agresseur. Dans la grande maison dont la porte d'entrée n'est jamais verrouillée, aucune trace d'effraction ni de cambriolage. Seul le sac à main d'Annie avec la recette des ventes du marché de la veille a disparu. S'agit-il d'un crime de rôdeur ? Le vol suffit-il à expliquer ce crime ? Les gendarmes explorent toutes les pistes. Mais dans le village, les langues se délient peu à peu. Deux des enfants d'Annie, Johan et Aurélien, sont montrés du doigt ! Violents, leurs alibis ne sont pas si solides que ça. Et les enquêteurs vont découvrir un terrible secret de famille : l'histoire de l'adoption difficile des 4 enfants du couple d'agriculteurs. Annie et son mari, Bernard, ne pouvant avoir d'enfant, n'ont pas hésité à aller en Pologne adopter une fratrie. Mais, une autre piste se profile. Car les deux fils d'Annie ne seraient peut-être pas les seuls à avoir des problèmes avec la victime...
    • Magazine

      Enquêtes criminelles

      Affaire Lionel Véronèse : crime dans la haute bourgeoisie / Affaire Sylvain Schrutt : le lourd poids du mensonge

      aucun (0 vote) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Affaire Lionel Véronèse : crime dans la haute bourgeoisie Le 29 avril 2012, sur l'autoroute du Sud de la France, Philippe Perrier, un riche viticulteur, file au volant de sa luxueuse berline en direction de Marseille. À 4 heures du matin, sa voiture s'arrête sur une aire d'autoroute. L'homme fait le plein d'essence. Il n'y prête pas attention mais des caméras de surveillance le filment. Rien de surprenant car toutes les stations services en sont équipées. Le lendemain matin à 8 heures, la PJ de Marseille découvre le corps d'un homme dans la garrigue de Carry-le-Rouet, à moitié carbonisé et roulé dans une bâche en plastique. Il a été exécuté d'une balle en pleine tête. Il s'appelle Lionel Véronèse, a 39 ans et habite à 300 km de là. Célibataire et sportif accompli, il collectionne les conquêtes et, récemment, c'est avec une femme mariée, Nathalie Perrier, l'épouse de Philippe Perrier, le riche viticulteur, qu'il entretenait une relation. L'héritier de la dynastie Perrier aurait-il découvert l'infidélité de sa femme et décidé d'éliminer son rival ? C'est grâce à la vidéo surveillance de la station-service que les policiers vont finalement réussir à révéler l'extraordinaire scénario du crime. Un guet-apens tendu à Lionel Véronèse et qui impliquerait non seulement Philippe Perrier, le mari jaloux, mais également Nathalie Perrier, la femme volage et un homme de main, Mickaël Bœuf. 3 personnes pour un crime qui se rejettent la responsabilité... Affaire Sylvain Schrutt : le lourd poids du mensonge Voslesvres, en Bourgogne, le 29 août 2010. Depuis quelques jours, Ghislaine Leclerc, mère de trois filles, ne donne plus de signe de vie. Inquiètes, Céline, l'aînée, et Émeline, la benjamine, décident de se rendre chez leur mère. Dans la chambre, elles découvrent Ghislaine gisant dans une mare de sang. La scène de crime ne laisse pas de doute : la quinquagénaire a été assassinée de 4 balles dans la tête tirées à bout portant. Quelqu'un a visiblement exécuté Ghislaine, mais qui et surtout pourquoi ? C'est le début d'une incroyable enquête. Pendant 4 ans, les fausses pistes vont se multiplier et plonger les enquêteurs au cœur d'un extraordinaire imbroglio familial. Ghislaine Leclerc avait une vie intime mouvementée. La liste des ex-maris est impressionnante. L'un a 25 ans de moins qu'elle, il vient de divorcer et était en conflit avec elle. Un autre a déjà été condamné pour meurtre... Et puis, il y a aussi ce gendre au comportement étrange, le dernier à avoir vu la victime vivante. Un homme qui cache un lourd secret bien difficile à garder. De mensonges en trahisons familiales, les coups de théâtre sont nombreux. Plusieurs suspects pour un crime : les enquêteurs doivent démêler cet incroyable écheveau... Émission déconseillée aux moins de 10 ans.

      Lire la suite Enquêtes criminelles (32 vidéos) 1 commentaire
      Voir en replay sur W9
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Affaire Lionel Véronèse : crime dans la haute bourgeoisie Le 29 avril 2012, sur l'autoroute du Sud de la France, Philippe Perrier, un riche viticulteur, file au volant de sa luxueuse berline en direction de Marseille. À 4 heures du matin, sa voiture s'arrête sur une aire d'autoroute. L'homme fait le plein d'essence. Il n'y prête pas attention mais des caméras de surveillance le filment. Rien de surprenant car toutes les stations services en sont équipées. Le lendemain matin à 8 heures, la PJ de Marseille découvre le corps d'un homme dans la garrigue de Carry-le-Rouet, à moitié carbonisé et roulé dans une bâche en plastique. Il a été exécuté d'une balle en pleine tête. Il s'appelle Lionel Véronèse, a 39 ans et habite à 300 km de là. Célibataire et sportif accompli, il collectionne les conquêtes et, récemment, c'est avec une femme mariée, Nathalie Perrier, l'épouse de Philippe Perrier, le riche viticulteur, qu'il entretenait une relation. L'héritier de la dynastie Perrier aurait-il découvert l'infidélité de sa femme et décidé d'éliminer son rival ? C'est grâce à la vidéo surveillance de la station-service que les policiers vont finalement réussir à révéler l'extraordinaire scénario du crime. Un guet-apens tendu à Lionel Véronèse et qui impliquerait non seulement Philippe Perrier, le mari jaloux, mais également Nathalie Perrier, la femme volage et un homme de main, Mickaël Bœuf. 3 personnes pour un crime qui se rejettent la responsabilité... Affaire Sylvain Schrutt : le lourd poids du mensonge Voslesvres, en Bourgogne, le 29 août 2010. Depuis quelques jours, Ghislaine Leclerc, mère de trois filles, ne donne plus de signe de vie. Inquiètes, Céline, l'aînée, et Émeline, la benjamine, décident de se rendre chez leur mère. Dans la chambre, elles découvrent Ghislaine gisant dans une mare de sang. La scène de crime ne laisse pas de doute : la quinquagénaire a été assassinée de 4 balles dans la tête tirées à bout portant. Quelqu'un a visiblement exécuté Ghislaine, mais qui et surtout pourquoi ? C'est le début d'une incroyable enquête. Pendant 4 ans, les fausses pistes vont se multiplier et plonger les enquêteurs au cœur d'un extraordinaire imbroglio familial. Ghislaine Leclerc avait une vie intime mouvementée. La liste des ex-maris est impressionnante. L'un a 25 ans de moins qu'elle, il vient de divorcer et était en conflit avec elle. Un autre a déjà été condamné pour meurtre... Et puis, il y a aussi ce gendre au comportement étrange, le dernier à avoir vu la victime vivante. Un homme qui cache un lourd secret bien difficile à garder. De mensonges en trahisons familiales, les coups de théâtre sont nombreux. Plusieurs suspects pour un crime : les enquêteurs doivent démêler cet incroyable écheveau... Émission déconseillée aux moins de 10 ans.
    • Magazine

      Enquêtes criminelles

      Affaire Fauviaux : insomnies coupables / Affaire Bruyas : la maison assassinée

      Voir en replay sur W9
      Au sommaire :-
      -
    • Magazine

      Enquêtes criminelles

      Affaire Marc Féral : pour le meilleur et pour le pire

      aucun (0 vote) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Le mercredi 18 août 2010, en fin de matinée, Jean-Paul Chardenoux, garagiste, a rendez-vous avec Marc Féral qui doit venir récupérer sa voiture. Et alors que le garagiste se dirige vers lui, Marc Féral braque un fusil et tire. Au premier coup de feu, Jean-Paul Chardenoux s'effondre. Sa femme, témoin du drame, se précipite mais il est déjà trop tard, Jean-Paul gît dans une mare de sang. Pourquoi Marc Féral a-t-il abattu Jean-Paul Chardenoux comme du gibier ? L'épouse de la victime est abasourdie, d'autant que Jean-Paul et Marc étaient les meilleurs amis. L'enquête qui commence s'oriente rapidement vers le drame passionnel. En effet, depuis quelques mois, les deux copains étaient devenus des rivaux. Au cœur de cette rivalité, une femme. Elle s'appelle Martine Cayron. Elle était la maîtresse de Jean-Paul, la victime, mais aussi l'ex-compagne de Marc, l'auteur du coup de feu. Ce dernier ne supportait pas l'idée que son ex, fréquente son meilleur ami. D'ailleurs, l'enquête va démontrer que Marc Féral voulait coûte que coûte reconquérir celle qui l'avait quitté. Seulement si cette affaire démarre comme un vaudeville, son dénouement tragique va révéler aux enquêteurs bien plus qu'une simple histoire de jalousie. En effet, Marc Féral va créer la surprise. Il va nier toute intention de tuer et il va même aller beaucoup plus loin. Selon lui c'est Martine Cayron qui l'aurait poussé au crime. Alors Marc Féral a-t-il agit seul ou est-il le bras armé de son ex-compagne ? Imbroglio sentimental, lettres anonymes et révélations fracassantes, tels sont les ingrédients de cette affaire peu banale qui va connaître encore de nombreux rebondissements.

      Lire la suite Enquêtes criminelles (28 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur W9
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Le mercredi 18 août 2010, en fin de matinée, Jean-Paul Chardenoux, garagiste, a rendez-vous avec Marc Féral qui doit venir récupérer sa voiture. Et alors que le garagiste se dirige vers lui, Marc Féral braque un fusil et tire. Au premier coup de feu, Jean-Paul Chardenoux s'effondre. Sa femme, témoin du drame, se précipite mais il est déjà trop tard, Jean-Paul gît dans une mare de sang. Pourquoi Marc Féral a-t-il abattu Jean-Paul Chardenoux comme du gibier ? L'épouse de la victime est abasourdie, d'autant que Jean-Paul et Marc étaient les meilleurs amis. L'enquête qui commence s'oriente rapidement vers le drame passionnel. En effet, depuis quelques mois, les deux copains étaient devenus des rivaux. Au cœur de cette rivalité, une femme. Elle s'appelle Martine Cayron. Elle était la maîtresse de Jean-Paul, la victime, mais aussi l'ex-compagne de Marc, l'auteur du coup de feu. Ce dernier ne supportait pas l'idée que son ex, fréquente son meilleur ami. D'ailleurs, l'enquête va démontrer que Marc Féral voulait coûte que coûte reconquérir celle qui l'avait quitté. Seulement si cette affaire démarre comme un vaudeville, son dénouement tragique va révéler aux enquêteurs bien plus qu'une simple histoire de jalousie. En effet, Marc Féral va créer la surprise. Il va nier toute intention de tuer et il va même aller beaucoup plus loin. Selon lui c'est Martine Cayron qui l'aurait poussé au crime. Alors Marc Féral a-t-il agit seul ou est-il le bras armé de son ex-compagne ? Imbroglio sentimental, lettres anonymes et révélations fracassantes, tels sont les ingrédients de cette affaire peu banale qui va connaître encore de nombreux rebondissements.
    • Magazine

      Enquêtes criminelles

      Affaire Fauviaux : insomnies coupables

      aucun (0 vote) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Pendant plus 20 ans, le meurtre de Stéphanie Fauviaux est resté une énigme, jusqu'à ce que les progrès de la science permettent de révéler l'identité du meurtrier : un homme au-dessus de tout soupçon qui est parvenu à duper tout le monde... Il est 17h30 en cette veille de Pentecôte 1995 lorsque le corps sans vie de Stéphanie Fauviaux est découvert par sa colocataire Karine et deux de ses amis étudiants. La jeune fille de 18 ans est immergée dans la baignoire de son studio, noyée, étranglée et brûlée au visage. Le tueur n'a pas fait preuve de prudence. Il a peut-être même signé son crime : un poil pubien est retrouvé dans le nombril de la jeune femme. Reste à savoir à qui il appartient. Des analyses ADN vont être effectuées mais, en 1995, la police scientifique n'en est qu'à ses balbutiements. Pendant des années, les fausses pistes vont s'accumuler et, en 2012, l'enquête va connaître un extraordinaire rebondissement. Grâce aux progrès de la science, un autre ADN va être isolé. Un ADN, localisé sur le peignoir de la victime, qui va enfin parler. Il s'agit de celui de Lylian Legrand, 42 ans, père de deux enfants et, chose incroyable, l'homme est un gradé de la gendarmerie de Nice. Mais il y a plus extraordinaire : il n'est autre que l'un des trois étudiants qui avaient découvert le corps en 1995...

      Lire la suite Enquêtes criminelles (28 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur W9
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Pendant plus 20 ans, le meurtre de Stéphanie Fauviaux est resté une énigme, jusqu'à ce que les progrès de la science permettent de révéler l'identité du meurtrier : un homme au-dessus de tout soupçon qui est parvenu à duper tout le monde... Il est 17h30 en cette veille de Pentecôte 1995 lorsque le corps sans vie de Stéphanie Fauviaux est découvert par sa colocataire Karine et deux de ses amis étudiants. La jeune fille de 18 ans est immergée dans la baignoire de son studio, noyée, étranglée et brûlée au visage. Le tueur n'a pas fait preuve de prudence. Il a peut-être même signé son crime : un poil pubien est retrouvé dans le nombril de la jeune femme. Reste à savoir à qui il appartient. Des analyses ADN vont être effectuées mais, en 1995, la police scientifique n'en est qu'à ses balbutiements. Pendant des années, les fausses pistes vont s'accumuler et, en 2012, l'enquête va connaître un extraordinaire rebondissement. Grâce aux progrès de la science, un autre ADN va être isolé. Un ADN, localisé sur le peignoir de la victime, qui va enfin parler. Il s'agit de celui de Lylian Legrand, 42 ans, père de deux enfants et, chose incroyable, l'homme est un gradé de la gendarmerie de Nice. Mais il y a plus extraordinaire : il n'est autre que l'un des trois étudiants qui avaient découvert le corps en 1995...
    • Magazine

      Enquêtes criminelles

      Affaire Yolande Moustrou : l'ensorceleuse de Narbonne / Affaire Maillerey : le corbeau est-il le meurtrier ?

      aucun (0 vote) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Affaire Yolande Moustrou : l'ensorceleuse de Narbonne Dimanche 19 juin 2005 dans l'Aude, Didier Berthomieu est retrouvé mort dans sa voiture, un pistolet à la main. Tout laisse à penser que le maçon de 46 ans s'est suicidé en se tirant une balle en pleine tête. Seulement pour ses proches c'est impensable : l'homme devait se marier le samedi suivant, avec une certaine Yolande Moustrou, 42 ans, rencontrée par le biais d'une agence matrimoniale. Anéantie par la nouvelle, la future épouse livre pourtant une explication. Didier déprimait et il voulait en finir. La cause ? Il n'aurait jamais accepté la mort tragique de son petit frère dans un accident de la route. De plus, les constatations des experts sur le lieu du drame tendent à prouver que la victime aurait bien mis fin à ses jours. L'affaire aurait pu en rester là. Cinq mois plus tard, coup de théâtre ! Le corps de Jean-Pierre Garcia est découvert, pendu dans un hangar à Narbonne à une vingtaine de kilomètres de là. Et chose stupéfiante, Jean-Pierre Garcia s'apprêtait lui aussi à se marier… avec, là encore, Yolande Moustrou. Deux promesses de mariages avec la même femme et deux suicides ; pour les enquêteurs, cela ne peut pas être une simple coïncidence. Et la suite de l'enquête va réserver aux gendarmes bien des surprises… Yolande Moustrou aurait vidé les comptes en banque des deux victimes. Yolande Moustrou serait-elle une « veuve noire » qui aurait mis au point un plan machiavélique pour dépouiller des hommes fragiles avant de les pousser au suicide ? C'est en fouillant sa vie privée que les gendarmes vont faire une incroyable découverte... Affaire Maillery : le corbeau est-il le meurtrier ? Pendant près de 30 ans, Marie Pichon, la mère de Christelle Maillery, a mené l'un des combats les plus durs : tout faire pour retrouver l'assassin de sa fille de 16 ans, un matin de décembre 1986, dans le local à vélo d'une HLM au Creusot. Cette jeune lycéenne a été retrouvée poignardée à 31 reprises. Au départ, les policiers en charge de l'affaire ne disposent que de bien maigres indices : le facteur se souvient seulement d'avoir été bousculé près du local à vélo par un jeune homme habillé en noir. Rapidement, la clef de ce crime se révèle être dans le huis-clos de cette petite cité où tout le monde se connaît. Car Christelle n'aurait jamais suivi un inconnu dans cette cave. Et puis son corps ne présente aucune trace de lutte. L'assassin est donc probablement un voisin ou peut-être même un proche. Est-ce son petit ami Michel, 18 ans, avec lequel Christelle s'était violemment disputée peu de temps avant sa mort ? À moins que ce ne soit une certaine Maryline, la nouvelle amie de Christelle avec laquelle elle séchait l'école et buvait des bières… Ou encore David, un voisin qui courtisait Christelle. La jeune fille aurait refusé ses avances et, un soir de beuverie, le lycéen se serait vanté de l'avoir tuée. Autant de pistes qui, pourtant, ne vont pas aboutir. Il faudra attendre 18 ans pour que l'affaire connaisse un incroyable rebondissement. Et c'est Michel, le petit ami de la victime, qui va soulager sa conscience et faire éclater la vérité... Émission déconseillée aux moins de 10 ans.

      Lire la suite Enquêtes criminelles (28 vidéos) 3 commentaires
      Voir en replay sur W9
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Affaire Yolande Moustrou : l'ensorceleuse de Narbonne Dimanche 19 juin 2005 dans l'Aude, Didier Berthomieu est retrouvé mort dans sa voiture, un pistolet à la main. Tout laisse à penser que le maçon de 46 ans s'est suicidé en se tirant une balle en pleine tête. Seulement pour ses proches c'est impensable : l'homme devait se marier le samedi suivant, avec une certaine Yolande Moustrou, 42 ans, rencontrée par le biais d'une agence matrimoniale. Anéantie par la nouvelle, la future épouse livre pourtant une explication. Didier déprimait et il voulait en finir. La cause ? Il n'aurait jamais accepté la mort tragique de son petit frère dans un accident de la route. De plus, les constatations des experts sur le lieu du drame tendent à prouver que la victime aurait bien mis fin à ses jours. L'affaire aurait pu en rester là. Cinq mois plus tard, coup de théâtre ! Le corps de Jean-Pierre Garcia est découvert, pendu dans un hangar à Narbonne à une vingtaine de kilomètres de là. Et chose stupéfiante, Jean-Pierre Garcia s'apprêtait lui aussi à se marier… avec, là encore, Yolande Moustrou. Deux promesses de mariages avec la même femme et deux suicides ; pour les enquêteurs, cela ne peut pas être une simple coïncidence. Et la suite de l'enquête va réserver aux gendarmes bien des surprises… Yolande Moustrou aurait vidé les comptes en banque des deux victimes. Yolande Moustrou serait-elle une « veuve noire » qui aurait mis au point un plan machiavélique pour dépouiller des hommes fragiles avant de les pousser au suicide ? C'est en fouillant sa vie privée que les gendarmes vont faire une incroyable découverte... Affaire Maillery : le corbeau est-il le meurtrier ? Pendant près de 30 ans, Marie Pichon, la mère de Christelle Maillery, a mené l'un des combats les plus durs : tout faire pour retrouver l'assassin de sa fille de 16 ans, un matin de décembre 1986, dans le local à vélo d'une HLM au Creusot. Cette jeune lycéenne a été retrouvée poignardée à 31 reprises. Au départ, les policiers en charge de l'affaire ne disposent que de bien maigres indices : le facteur se souvient seulement d'avoir été bousculé près du local à vélo par un jeune homme habillé en noir. Rapidement, la clef de ce crime se révèle être dans le huis-clos de cette petite cité où tout le monde se connaît. Car Christelle n'aurait jamais suivi un inconnu dans cette cave. Et puis son corps ne présente aucune trace de lutte. L'assassin est donc probablement un voisin ou peut-être même un proche. Est-ce son petit ami Michel, 18 ans, avec lequel Christelle s'était violemment disputée peu de temps avant sa mort ? À moins que ce ne soit une certaine Maryline, la nouvelle amie de Christelle avec laquelle elle séchait l'école et buvait des bières… Ou encore David, un voisin qui courtisait Christelle. La jeune fille aurait refusé ses avances et, un soir de beuverie, le lycéen se serait vanté de l'avoir tuée. Autant de pistes qui, pourtant, ne vont pas aboutir. Il faudra attendre 18 ans pour que l'affaire connaisse un incroyable rebondissement. Et c'est Michel, le petit ami de la victime, qui va soulager sa conscience et faire éclater la vérité... Émission déconseillée aux moins de 10 ans.
    • Magazine

      Enquêtes criminelles

      L'hôtel des 10 suspects : affaire Nathalie Villermet / Affaire Combier : la fiancée n'a pas dit son dernier mot !

      aucun (0 vote) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      L'hôtel des 10 suspects : affaire Nathalie Villermet Vendredi 15 octobre 2010, Saint-Nom-la-Bretèche près de Paris. C'est sur un sentier de la forêt de Marly, qu'un ramasseur de champignons, va faire une horrible découverte. Dissimulé sous des branchages, gît le corps sans vie d'une femme, les mains liées dans le dos. Elle s'appelle Nathalie Villermet, elle avait 46 ans. Quand son mari aimant et ses deux grands enfants apprennent la terrible nouvelle, le choc est effroyable. Patronne de l'hôtel-restaurant « Le clos des Roses », la belle « quadra » avait le cœur sur la main, et auprès de ses amis et de ses clients, elle faisait l'unanimité. Pourtant l'enquête va révéler que Nathalie a succombé à plusieurs coups de gourdin, portés avec une violence extrême. Qui pouvait en vouloir à cette femme au point de la tuer ? C'est le début d'une enquête digne d'un polar à la « Agatha Christie ». Au moment des faits, l'établissement que dirigeait la victime comptait une dizaine de chambres et affichait complet. Alors, le coupable se trouve-t-il parmi les clients de l'hôtel ? Il y a maintenant 10 suspects potentiels pour un meurtre. Une incroyable partie de « Cluedo » grandeur nature commence pour les enquêteurs ! Affaire Combier : la fiancée n'a pas dit son dernier mot ! C'est une histoire à faire pâlir d'envie les plus grands scénaristes hollywoodiens. Une histoire qui mêle l'amour, le sang et la jalousie. Tout commence à Valence, le 28 février 2011. Un entrepreneur vient signaler aux policiers la disparition d'un de ses chefs de chantier, Maël Combier. Le jeune homme a 22 ans, il est marié et son épouse attend un enfant. Alors comment expliquer que depuis 2 jours, ce futur père de famille ait disparu ? Fait troublant, au même moment, Samira Ben Saad, une jeune fille de 20 ans, est elle aussi portée disparue depuis 48 heures ; sa mère est très inquiète. Hasard ou coïncidence ? Très vite les gendarmes apprennent que les deux jeunes gens se connaissent et pour cause, depuis quelques mois, Samira est la maîtresse de Maël. Ils imaginent alors que les deux amants coulent des jours heureux et qu'il n'y a donc aucune raison de s'inquiéter. Mais quelques jours plus tard, ils sont avertis par leurs homologues italiens que le corps de Samira vient d'être découvert près d'une décharge, dans la région d'Imperia, au nord de l'Italie, à plus de 500 km de Valence. La jeune femme a reçu une balle dans la nuque. Miraculeusement, Samira est toujours vivante et son meurtrier a de quoi s'inquiéter car elle va bientôt parler... Émission déconseillée aux moins de 10 ans.

      Lire la suite Enquêtes criminelles (28 vidéos) 1 commentaire
      Voir en replay sur W9
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      L'hôtel des 10 suspects : affaire Nathalie Villermet Vendredi 15 octobre 2010, Saint-Nom-la-Bretèche près de Paris. C'est sur un sentier de la forêt de Marly, qu'un ramasseur de champignons, va faire une horrible découverte. Dissimulé sous des branchages, gît le corps sans vie d'une femme, les mains liées dans le dos. Elle s'appelle Nathalie Villermet, elle avait 46 ans. Quand son mari aimant et ses deux grands enfants apprennent la terrible nouvelle, le choc est effroyable. Patronne de l'hôtel-restaurant « Le clos des Roses », la belle « quadra » avait le cœur sur la main, et auprès de ses amis et de ses clients, elle faisait l'unanimité. Pourtant l'enquête va révéler que Nathalie a succombé à plusieurs coups de gourdin, portés avec une violence extrême. Qui pouvait en vouloir à cette femme au point de la tuer ? C'est le début d'une enquête digne d'un polar à la « Agatha Christie ». Au moment des faits, l'établissement que dirigeait la victime comptait une dizaine de chambres et affichait complet. Alors, le coupable se trouve-t-il parmi les clients de l'hôtel ? Il y a maintenant 10 suspects potentiels pour un meurtre. Une incroyable partie de « Cluedo » grandeur nature commence pour les enquêteurs ! Affaire Combier : la fiancée n'a pas dit son dernier mot ! C'est une histoire à faire pâlir d'envie les plus grands scénaristes hollywoodiens. Une histoire qui mêle l'amour, le sang et la jalousie. Tout commence à Valence, le 28 février 2011. Un entrepreneur vient signaler aux policiers la disparition d'un de ses chefs de chantier, Maël Combier. Le jeune homme a 22 ans, il est marié et son épouse attend un enfant. Alors comment expliquer que depuis 2 jours, ce futur père de famille ait disparu ? Fait troublant, au même moment, Samira Ben Saad, une jeune fille de 20 ans, est elle aussi portée disparue depuis 48 heures ; sa mère est très inquiète. Hasard ou coïncidence ? Très vite les gendarmes apprennent que les deux jeunes gens se connaissent et pour cause, depuis quelques mois, Samira est la maîtresse de Maël. Ils imaginent alors que les deux amants coulent des jours heureux et qu'il n'y a donc aucune raison de s'inquiéter. Mais quelques jours plus tard, ils sont avertis par leurs homologues italiens que le corps de Samira vient d'être découvert près d'une décharge, dans la région d'Imperia, au nord de l'Italie, à plus de 500 km de Valence. La jeune femme a reçu une balle dans la nuque. Miraculeusement, Samira est toujours vivante et son meurtrier a de quoi s'inquiéter car elle va bientôt parler... Émission déconseillée aux moins de 10 ans.
    • Magazine

      Enquêtes criminelles

      Affaire Magali Delavaud : sortie de route mortelle

      aucun (0 vote) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Enquêtes criminelles poursuit son travail d'investigation dans les méandres du passé, avec toujours plus de faits divers marquants et d'enquêtes inédites.

      Lire la suite Enquêtes criminelles (32 vidéos) 1 commentaire
      Voir en replay sur W9
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Enquêtes criminelles poursuit son travail d'investigation dans les méandres du passé, avec toujours plus de faits divers marquants et d'enquêtes inédites.
    • Magazine

      Enquêtes criminelles

      Affaire Cindy Senocq : la femme qui cachait bien son jeu

      aucun (0 vote) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      28 mai 2009, deux pêcheurs découvrent le corps sans vie de Serge Martz, 44 ans, flottant dans un étang à Woippy, une commune aux environs de Metz. Cela ressemble à un suicide, mais très vite l'examen du corps montre des traces de strangulation. Alors qui pouvait bien en vouloir à ce paisible père d'une famille recomposée, remarié à une jolie jeune fille de 25 ans, Cindy Senocq ? Une épouse qui, à l'annonce de la mort de son mari, s'écroule dans le bureau des policiers...

      Lire la suite Enquêtes criminelles (28 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur W9
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      28 mai 2009, deux pêcheurs découvrent le corps sans vie de Serge Martz, 44 ans, flottant dans un étang à Woippy, une commune aux environs de Metz. Cela ressemble à un suicide, mais très vite l'examen du corps montre des traces de strangulation. Alors qui pouvait bien en vouloir à ce paisible père d'une famille recomposée, remarié à une jolie jeune fille de 25 ans, Cindy Senocq ? Une épouse qui, à l'annonce de la mort de son mari, s'écroule dans le bureau des policiers...
    • Magazine

      Enquêtes criminelles

      Affaire Gisèle Loquet : remariage fatal ?

      aucun (0 vote) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      C'est une incroyable scène que découvrent les policiers de Caen, le 18 novembre 1998, en pénétrant dans le salon de la grande ferme, à Colombages, de Gisèle Loquet. La retraitée de 67 ans gît dans son fauteuil, devant l'âtre de sa cheminée, intégralement calcinée. Un bien étrange incendie, car le feu n'a brûlé que Gisèle et son fauteuil, le reste de la pièce est intact. Gisèle qui vient de perdre Bernard, son époux, un mois plus tôt, s'est-elle immolée par le feu ?

      Lire la suite Enquêtes criminelles (28 vidéos) 1 commentaire
      Voir en replay sur W9
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      C'est une incroyable scène que découvrent les policiers de Caen, le 18 novembre 1998, en pénétrant dans le salon de la grande ferme, à Colombages, de Gisèle Loquet. La retraitée de 67 ans gît dans son fauteuil, devant l'âtre de sa cheminée, intégralement calcinée. Un bien étrange incendie, car le feu n'a brûlé que Gisèle et son fauteuil, le reste de la pièce est intact. Gisèle qui vient de perdre Bernard, son époux, un mois plus tôt, s'est-elle immolée par le feu ?
    • Magazine

      Enquêtes criminelles

      Affaire Weber : vengeance à coups de marteau

      aucun (0 vote) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Sarreguemines dans le département de la Moselle, dans la nuit du 4 décembre 2013 la vie de Déborah Houpin, 23 ans, va basculer. La jeune femme est enceinte et ne se sent pas bien. Elle a des contractions. Inquiète, elle essaie de joindre Carmelo, son compagnon, mais en vain. Le jeune homme travaille dans la principale entreprise de la région. Il doit quitter son poste vers 22 heures et d'habitude il n'est jamais en retard. C'est alors que l'homme lui envoie un SMS : « J'arrive mon cœur, je t'aime fort ». Mais à mesure que les heures passent, l'inquiétude de Déborah va se transformer en descente aux enfers... car en cette nuit de décembre, son compagnon qui, le matin même, la couvrait de mots d'amour, ne rentre toujours pas et il va même lui adresser des SMS de plus en plus étranges : « Il faut qu'on parle », puis « Je ne suis pas prêt pour ça, j'ai bien réfléchi, je pars dans une autre région, j'ai trouvé un travail. » Déborah en est sûre, Carmelo ne peut pas être l'auteur de ces textos, il a dû lui arriver quelque chose de grave. Et 4 jours plus tard, sur une aire de stationnement, un promeneur découvre le corps de Carmelo. Rapidement, l'enquête va désigner un suspect, un collègue de travail de Carmelo qui se trouve être l'ex-compagnon de Déborah...

      Lire la suite Enquêtes criminelles (28 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur W9
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Sarreguemines dans le département de la Moselle, dans la nuit du 4 décembre 2013 la vie de Déborah Houpin, 23 ans, va basculer. La jeune femme est enceinte et ne se sent pas bien. Elle a des contractions. Inquiète, elle essaie de joindre Carmelo, son compagnon, mais en vain. Le jeune homme travaille dans la principale entreprise de la région. Il doit quitter son poste vers 22 heures et d'habitude il n'est jamais en retard. C'est alors que l'homme lui envoie un SMS : « J'arrive mon cœur, je t'aime fort ». Mais à mesure que les heures passent, l'inquiétude de Déborah va se transformer en descente aux enfers... car en cette nuit de décembre, son compagnon qui, le matin même, la couvrait de mots d'amour, ne rentre toujours pas et il va même lui adresser des SMS de plus en plus étranges : « Il faut qu'on parle », puis « Je ne suis pas prêt pour ça, j'ai bien réfléchi, je pars dans une autre région, j'ai trouvé un travail. » Déborah en est sûre, Carmelo ne peut pas être l'auteur de ces textos, il a dû lui arriver quelque chose de grave. Et 4 jours plus tard, sur une aire de stationnement, un promeneur découvre le corps de Carmelo. Rapidement, l'enquête va désigner un suspect, un collègue de travail de Carmelo qui se trouve être l'ex-compagnon de Déborah...
    • Magazine

      Enquêtes criminelles

      Affaire Delecluse : un coup en plein cœur / Affaire Rousselet : mais qui a tué le psychologue ?

      aucun (0 vote) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Affaire Delecluse : un coup en plein cœur Mardi 4 septembre 2014, Carine et Aurélie Mayer signalent à la gendarmerie la disparition de Laëtitia Delecluse, une mère de famille de 38 ans. Interrogé, son mari Daniel Rudenko explique que Laëtitia est partie délibérément du domicile familial, la veille. Il venait de porter plainte contre elle à cause des maltraitances qu'elle faisait subir à leurs deux filles, Élona, 9 ans et Oriane, 6 ans. Daniel Rudenko montre aux gendarmes les sms que sa compagne lui a envoyés : « Je dois partir. Débrouilles-toi avec les gamines ! Je n'ai pas envie d'aller en prison. Dis-leur que je les aime très fort malgré tout ce que je leur ai fait ! » Laëtitia Delecluse aurait-elle disparu volontairement ? Pour tous ses proches, l'histoire racontée par son mari est insensée. Jamais la mère de famille attentionnée n'aurait fait du mal à ses enfants et jamais elle ne serait partie sans ses filles. La famille et les amis de Laëtitia vont alors se mobiliser pour retrouver la jeune femme. Des battues sont organisées dans tout le village mais Laëtitia Delecluse reste introuvable. Le mari se trouve alors dans le collimateur des gendarmes. Seulement, ils ont beau fouiller le petit pavillon bleu du couple, ils ne constatent rien d'anormal. Quant au suspect, il clame à qui veut l'entendre, même dans la presse, avec une sincérité désarmante qu'il n'a rien à se reprocher... jusqu'à ce qu'un petit détail vienne faire basculer l'enquête... Affaire Rousselet : mais qui a tué le psychologue ? Nuit du 17 août 2001, à Béziers, dans l'Hérault. Alors que la feria bat son plein, les pompiers sont appelés pour éteindre un incendie qui ravage l'appartement d'un immeuble cossu du centre-ville. En arrivant sur les lieux, les soldats du feu découvrent un corps carbonisé, celui du propriétaire des lieux : Alain Michelet, un psychologue respecté de 50 ans. Son corps est lacéré et il a le crâne fracassé. L'homme est marié mais sa femme, Natalia, une jolie Russe de 30 ans, n'est pas là. Et d'emblée c'est sur elle que les soupçons vont se porter car la jeune femme n'a pas le comportement d'une veuve éplorée, bien au contraire. Interrogée par la police, elle explique qu'elle détestait son mari et qu'elle réclamait le divorce depuis un an. Mais quelques jours après la découverte du corps du psychologue, un étrange témoin se présente au commissariat de Béziers. Francis Rousselet, un maçon de 40 ans, prétend avoir été enlevé la nuit du meurtre. Il aurait été séquestré et battu par un homme avant de se réveiller 24h plus tard dans une rue de la ville, couvert de plaies et de sang ! Rousselet affirme que son agresseur n'est autre que l'assassin du psychologue. Pour la police, commence alors une incroyable partie de Cluedo ! Émission déconseillée aux moins de 10 ans.

      Lire la suite Enquêtes criminelles (28 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur W9
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Affaire Delecluse : un coup en plein cœur Mardi 4 septembre 2014, Carine et Aurélie Mayer signalent à la gendarmerie la disparition de Laëtitia Delecluse, une mère de famille de 38 ans. Interrogé, son mari Daniel Rudenko explique que Laëtitia est partie délibérément du domicile familial, la veille. Il venait de porter plainte contre elle à cause des maltraitances qu'elle faisait subir à leurs deux filles, Élona, 9 ans et Oriane, 6 ans. Daniel Rudenko montre aux gendarmes les sms que sa compagne lui a envoyés : « Je dois partir. Débrouilles-toi avec les gamines ! Je n'ai pas envie d'aller en prison. Dis-leur que je les aime très fort malgré tout ce que je leur ai fait ! » Laëtitia Delecluse aurait-elle disparu volontairement ? Pour tous ses proches, l'histoire racontée par son mari est insensée. Jamais la mère de famille attentionnée n'aurait fait du mal à ses enfants et jamais elle ne serait partie sans ses filles. La famille et les amis de Laëtitia vont alors se mobiliser pour retrouver la jeune femme. Des battues sont organisées dans tout le village mais Laëtitia Delecluse reste introuvable. Le mari se trouve alors dans le collimateur des gendarmes. Seulement, ils ont beau fouiller le petit pavillon bleu du couple, ils ne constatent rien d'anormal. Quant au suspect, il clame à qui veut l'entendre, même dans la presse, avec une sincérité désarmante qu'il n'a rien à se reprocher... jusqu'à ce qu'un petit détail vienne faire basculer l'enquête... Affaire Rousselet : mais qui a tué le psychologue ? Nuit du 17 août 2001, à Béziers, dans l'Hérault. Alors que la feria bat son plein, les pompiers sont appelés pour éteindre un incendie qui ravage l'appartement d'un immeuble cossu du centre-ville. En arrivant sur les lieux, les soldats du feu découvrent un corps carbonisé, celui du propriétaire des lieux : Alain Michelet, un psychologue respecté de 50 ans. Son corps est lacéré et il a le crâne fracassé. L'homme est marié mais sa femme, Natalia, une jolie Russe de 30 ans, n'est pas là. Et d'emblée c'est sur elle que les soupçons vont se porter car la jeune femme n'a pas le comportement d'une veuve éplorée, bien au contraire. Interrogée par la police, elle explique qu'elle détestait son mari et qu'elle réclamait le divorce depuis un an. Mais quelques jours après la découverte du corps du psychologue, un étrange témoin se présente au commissariat de Béziers. Francis Rousselet, un maçon de 40 ans, prétend avoir été enlevé la nuit du meurtre. Il aurait été séquestré et battu par un homme avant de se réveiller 24h plus tard dans une rue de la ville, couvert de plaies et de sang ! Rousselet affirme que son agresseur n'est autre que l'assassin du psychologue. Pour la police, commence alors une incroyable partie de Cluedo ! Émission déconseillée aux moins de 10 ans.

    Audiences replay du 17-06