Revoir un programme tv en replay et en streaming

Enquêtes criminelles en replay (3 vidéos)

  • Magazine

    Enquêtes criminelles

    L'affaire yvette julien : héritage mortel ? / l'affaire tony meilhon : une jeune fille prise au piège

    bien (10 votes) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    L'affaire Yvette Julien : héritage mortel ? Douai-la-Fontaine, un village de 7 500 âmes dans le département du Maine et Loire. Il est environ 8 heures du matin quand les gendarmes reçoivent un appel alarmant. Une femme leur explique qu'une personne âgée, Yvette Julien, 90 ans, est entre la vie et la mort. Inconsciente, elle gît, chez elle, dans une mare de sang. La vieille dame, qui vivait seule, a visiblement été attaquée par surprise et rouée de coups. Très vite les enquêteurs écartent la thèse d'un cambriolage car aucun objet n'a disparu et de plus la porte d'entrée n'a pas été fracturée. L'auteur de l'agression possédait donc les clés... Dès lors, une question brûle toutes les lèvres. Qui dans l'entourage de cette vieille dame sans défense, a pu commettre l'agression avec une telle sauvagerie ? Et surtout, pourquoi ? Les enquêteurs s'intéressent alors aux proches d'Yvette Julien. Parmi eux, il y a Maurice Boiteux, le seul et unique parent d'Yvette, son neveu. Il habite à 800 km de là et appelle sa tante tous les jours. L'homme possède un jeu de clés mais est rapidement mis hors de cause car il a un solide alibi... L'affaire Tony Meilhon : une jeune fille prise au piège Qu'est-il arrivé à la jolie Laetitia Perrais, 19 ans, serveuse dans un hôtel de la Bernerie en Retz près de Pornic ? Ce 19 janvier 2011, au petit matin, Jessica, sa sœur jumelle, est folle d'inquiétude. Elle vient de retrouver son scooter abandonné juste à côté de leur maison. Les clefs sont encore sur le contact et, de part et d'autre du deux roues, on découvre les deux chaussures de Laetitia. Selon plusieurs témoins, la jeune femme a été vue la veille au soir, en compagnie d'un homme brun dans un bar le « Barbe Blues ». Laetitia aurait bu du champagne, fumé un peu de haschich et aurait même sniffé de la cocaïne. Un comportement jugé étrange par ses proches car Laetitia est décrite comme une jeune fille réservée et sérieuse. Les gendarmes s'interrogent : la jeune fille a-t-elle été victime d'un accident de la route ? Serait-elle morte sur le coup ? Le chauffard aurait-il dissimulé le corps ? Ou bien a-t-elle été victime d'un enlèvement ? La découverte de lettres testamentaires, indiquant clairement les intentions suicidaires de Laetitia, jette un peu plus le trouble. Seulement l'affaire n'est pas aussi simple qu'il n'y paraît... Émission déconseillée aux moins de 10 ans.

    Lire la suite Enquêtes criminelles (3 vidéos) Commenter
    Voir en replay sur W9
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    L'affaire Yvette Julien : héritage mortel ? Douai-la-Fontaine, un village de 7 500 âmes dans le département du Maine et Loire. Il est environ 8 heures du matin quand les gendarmes reçoivent un appel alarmant. Une femme leur explique qu'une personne âgée, Yvette Julien, 90 ans, est entre la vie et la mort. Inconsciente, elle gît, chez elle, dans une mare de sang. La vieille dame, qui vivait seule, a visiblement été attaquée par surprise et rouée de coups. Très vite les enquêteurs écartent la thèse d'un cambriolage car aucun objet n'a disparu et de plus la porte d'entrée n'a pas été fracturée. L'auteur de l'agression possédait donc les clés... Dès lors, une question brûle toutes les lèvres. Qui dans l'entourage de cette vieille dame sans défense, a pu commettre l'agression avec une telle sauvagerie ? Et surtout, pourquoi ? Les enquêteurs s'intéressent alors aux proches d'Yvette Julien. Parmi eux, il y a Maurice Boiteux, le seul et unique parent d'Yvette, son neveu. Il habite à 800 km de là et appelle sa tante tous les jours. L'homme possède un jeu de clés mais est rapidement mis hors de cause car il a un solide alibi... L'affaire Tony Meilhon : une jeune fille prise au piège Qu'est-il arrivé à la jolie Laetitia Perrais, 19 ans, serveuse dans un hôtel de la Bernerie en Retz près de Pornic ? Ce 19 janvier 2011, au petit matin, Jessica, sa sœur jumelle, est folle d'inquiétude. Elle vient de retrouver son scooter abandonné juste à côté de leur maison. Les clefs sont encore sur le contact et, de part et d'autre du deux roues, on découvre les deux chaussures de Laetitia. Selon plusieurs témoins, la jeune femme a été vue la veille au soir, en compagnie d'un homme brun dans un bar le « Barbe Blues ». Laetitia aurait bu du champagne, fumé un peu de haschich et aurait même sniffé de la cocaïne. Un comportement jugé étrange par ses proches car Laetitia est décrite comme une jeune fille réservée et sérieuse. Les gendarmes s'interrogent : la jeune fille a-t-elle été victime d'un accident de la route ? Serait-elle morte sur le coup ? Le chauffard aurait-il dissimulé le corps ? Ou bien a-t-elle été victime d'un enlèvement ? La découverte de lettres testamentaires, indiquant clairement les intentions suicidaires de Laetitia, jette un peu plus le trouble. Seulement l'affaire n'est pas aussi simple qu'il n'y paraît... Émission déconseillée aux moins de 10 ans.
  • Magazine

    Enquêtes criminelles

    L'improbable suicide d'un jeune français en californie / affaire monique lejeune : un trop lourd secret de famille

    bien (12 votes) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    L'improbable suicide d'un jeune Français en Californie Qu'est-il arrivé à Hugues de la Plaza, ce Français de 36 ans, vivant à San Francisco, et qui a été retrouvé mort le 2 juin 2007 dans son appartement ? La police de la ville va conclure au suicide car aucun élément ne vient étayer la thèse du crime. L'affaire est classée. Pourtant, deux personnes semblent persuadées qu'Hugues de la Plaza a été tué. Ce sont les parents du jeune homme. Pour eux, l'enquête est truffée d'incohérences. En effet, dans le rapport des autorités californiennes, il est indiqué qu'Hugues de la Plaza se serait poignardé à de multiples reprises puis aurait nettoyé le couteau avant de le jeter par la fenêtre alors qu'il agonisait ! Pour les parents de la victime, ce scénario est fantaisiste. Le père de la victime, François de la Plaza va tout tenter pour retrouver le meurtrier. Il va même offrir une prime de 100 000 dollars pour toute personne qui l'aidera. Il engage aussi un détective privé et demande que la police française mène sa propre enquête. Et c'est cette dernière qui va découvrir un nouvel élément. Sur la montre de la victime, les policiers relèvent des traces d'ADN appartenant à une personne non-identifiée. C'est un rebondissement énorme car il remet totalement en cause la thèse du suicide de la police américaine ! L'enquête est rouverte. Il faut maintenant trouver qui a tué Hugues de la Plaza... Affaire Monique Lejeune : un trop lourd secret de famille Samedi 8 février 2003, Coulogne (Pas de calais). À 8h20, Monsieur Noblecourt, pousse le portail de Monique Lejeune, 53 ans, dont la famille est partie en week-end. Sur les dalles de l'allée, à quelques mètres du hall d'entrée, il aperçoit sa voisine gisant dans une mare de sang. On dénombre sur son corps 58 plaies au moins, par arme blanche. Très vite Béatrice Matis, la première femme du mari de Monique Lejeune, devient suspecte. D'elle-même, elle s'est présentée au commissariat pour signaler que le soir du drame, elle a rendu visite à la victime, pour lui parler d'un projet de réunion familiale. Cependant, elle jure n'être pour rien dans la mort de Monique. Or, sous les ongles de la victime, les policiers vont retrouver l'ADN de Béatrice Matis. Alors, les deux femmes en sont-elles venues aux mains ? Si oui, pour quelle raison ? Béatrice Matis a-t-elle tué Monique Lejeune ? Tout le laisse penser car un secret de famille empoisonne depuis des années cette famille recomposée... Émission déconseillée aux moins de 10 ans.

    Lire la suite Enquêtes criminelles (3 vidéos) 1 commentaire
    Voir en replay sur W9
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    L'improbable suicide d'un jeune Français en Californie Qu'est-il arrivé à Hugues de la Plaza, ce Français de 36 ans, vivant à San Francisco, et qui a été retrouvé mort le 2 juin 2007 dans son appartement ? La police de la ville va conclure au suicide car aucun élément ne vient étayer la thèse du crime. L'affaire est classée. Pourtant, deux personnes semblent persuadées qu'Hugues de la Plaza a été tué. Ce sont les parents du jeune homme. Pour eux, l'enquête est truffée d'incohérences. En effet, dans le rapport des autorités californiennes, il est indiqué qu'Hugues de la Plaza se serait poignardé à de multiples reprises puis aurait nettoyé le couteau avant de le jeter par la fenêtre alors qu'il agonisait ! Pour les parents de la victime, ce scénario est fantaisiste. Le père de la victime, François de la Plaza va tout tenter pour retrouver le meurtrier. Il va même offrir une prime de 100 000 dollars pour toute personne qui l'aidera. Il engage aussi un détective privé et demande que la police française mène sa propre enquête. Et c'est cette dernière qui va découvrir un nouvel élément. Sur la montre de la victime, les policiers relèvent des traces d'ADN appartenant à une personne non-identifiée. C'est un rebondissement énorme car il remet totalement en cause la thèse du suicide de la police américaine ! L'enquête est rouverte. Il faut maintenant trouver qui a tué Hugues de la Plaza... Affaire Monique Lejeune : un trop lourd secret de famille Samedi 8 février 2003, Coulogne (Pas de calais). À 8h20, Monsieur Noblecourt, pousse le portail de Monique Lejeune, 53 ans, dont la famille est partie en week-end. Sur les dalles de l'allée, à quelques mètres du hall d'entrée, il aperçoit sa voisine gisant dans une mare de sang. On dénombre sur son corps 58 plaies au moins, par arme blanche. Très vite Béatrice Matis, la première femme du mari de Monique Lejeune, devient suspecte. D'elle-même, elle s'est présentée au commissariat pour signaler que le soir du drame, elle a rendu visite à la victime, pour lui parler d'un projet de réunion familiale. Cependant, elle jure n'être pour rien dans la mort de Monique. Or, sous les ongles de la victime, les policiers vont retrouver l'ADN de Béatrice Matis. Alors, les deux femmes en sont-elles venues aux mains ? Si oui, pour quelle raison ? Béatrice Matis a-t-elle tué Monique Lejeune ? Tout le laisse penser car un secret de famille empoisonne depuis des années cette famille recomposée... Émission déconseillée aux moins de 10 ans.
  • Magazine

    Enquêtes criminelles

    Affaire gisèle loquet : remariage fatal ? / affaire ghys : « ménage à trois mortel »

    bien (4 votes) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Affaire Gisèle Loquet : remariage fatal ? C'est une incroyable scène que découvrent les policiers de Caen, le 18 novembre 1998, en pénétrant dans le salon de la grande ferme, à Colombages, de Gisèle Loquet. La retraitée de 67 ans gît dans son fauteuil, devant l'âtre de sa cheminée, intégralement calcinée. Un bien étrange incendie, car le feu n'a brûlé que Gisèle et son fauteuil, le reste de la pièce est intact. Gisèle qui vient de perdre Bernard, son époux, un mois plus tôt, s'est-elle immolée par le feu ? Impossible, aucune trace de combustible n'est retrouvée, et sa voisine est formelle : la veille, elles ont dîné ensemble. Huîtres et champagne au menu. Gisèle était en pleine forme malgré son veuvage ! Vengeance ? Cambriolage ? Possible, d'autant que la maison semble avoir été fouillée et que 40 000 francs ont disparus. Mais l'enquête n'aboutit pas. Jusqu'à ce que, rongée par le remord, Guislaine Loquet, la belle-fille de Gisèle, convoque les policiers au cimetière du village pour leur faire des aveux ! Elle affirme avoir frappé Gisèle à coups de bûche car cette dernière la maltraitait depuis son enfance. Mais elle est catégorique : Gisèle Loquet n'était pas morte quand elle a quitté la ferme, et elle ignore qui a pu l'achever et mettre le feu à son cadavre. Au fil d'une enquête longue de plus de 10 ans, les policiers vont découvrir un incroyable complot familial. Dans lequel les deux belles-filles de Gisèle auraient passé un véritable pacte pour se venger de celle que tout le monde dépeint comme une terrible marâtre... Affaire Ghys : « ménage à trois mortel » Vendredi 9 juillet 2010, vers 22h30, Arnaud Ghys, un jeune père de famille de 28 ans, quitte sa maison de L'Aigle, dans le département de l'Orne, laissant Mélanie, sa compagne de 25 ans, enceinte, et ses deux enfants. Il doit rejoindre des amis pour boire un verre. Seulement, il ne rentrera jamais... Une semaine plus tard, son corps est découvert dans un chemin forestier. Une mort qui ressemble à une exécution : la victime a été tuée d'une volée de plombs de chasse dans le dos. Mélanie semble rongée par le chagrin et ses témoignages d'amour à l'égard de son défunt mari émeuvent alors toute la France. Mais l'image de la veuve parfaite ne va pas faire long feu. L'enquête met à jour une histoire d'amour interdit, qui daterait de quelques mois, entre un jeune homme âgé de 19 ans, ami du couple, et la mère de famille éplorée. Un certain Damien, tout juste sorti de l'adolescence, qui est sous la coupe de sa maîtresse... Un ménage à trois mortels, pour l'amant, le mari et la femme ! Émission déconseillée aux moins de 10 ans.

    Lire la suite Enquêtes criminelles (3 vidéos) 1 commentaire
    Voir en replay sur W9
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Affaire Gisèle Loquet : remariage fatal ? C'est une incroyable scène que découvrent les policiers de Caen, le 18 novembre 1998, en pénétrant dans le salon de la grande ferme, à Colombages, de Gisèle Loquet. La retraitée de 67 ans gît dans son fauteuil, devant l'âtre de sa cheminée, intégralement calcinée. Un bien étrange incendie, car le feu n'a brûlé que Gisèle et son fauteuil, le reste de la pièce est intact. Gisèle qui vient de perdre Bernard, son époux, un mois plus tôt, s'est-elle immolée par le feu ? Impossible, aucune trace de combustible n'est retrouvée, et sa voisine est formelle : la veille, elles ont dîné ensemble. Huîtres et champagne au menu. Gisèle était en pleine forme malgré son veuvage ! Vengeance ? Cambriolage ? Possible, d'autant que la maison semble avoir été fouillée et que 40 000 francs ont disparus. Mais l'enquête n'aboutit pas. Jusqu'à ce que, rongée par le remord, Guislaine Loquet, la belle-fille de Gisèle, convoque les policiers au cimetière du village pour leur faire des aveux ! Elle affirme avoir frappé Gisèle à coups de bûche car cette dernière la maltraitait depuis son enfance. Mais elle est catégorique : Gisèle Loquet n'était pas morte quand elle a quitté la ferme, et elle ignore qui a pu l'achever et mettre le feu à son cadavre. Au fil d'une enquête longue de plus de 10 ans, les policiers vont découvrir un incroyable complot familial. Dans lequel les deux belles-filles de Gisèle auraient passé un véritable pacte pour se venger de celle que tout le monde dépeint comme une terrible marâtre... Affaire Ghys : « ménage à trois mortel » Vendredi 9 juillet 2010, vers 22h30, Arnaud Ghys, un jeune père de famille de 28 ans, quitte sa maison de L'Aigle, dans le département de l'Orne, laissant Mélanie, sa compagne de 25 ans, enceinte, et ses deux enfants. Il doit rejoindre des amis pour boire un verre. Seulement, il ne rentrera jamais... Une semaine plus tard, son corps est découvert dans un chemin forestier. Une mort qui ressemble à une exécution : la victime a été tuée d'une volée de plombs de chasse dans le dos. Mélanie semble rongée par le chagrin et ses témoignages d'amour à l'égard de son défunt mari émeuvent alors toute la France. Mais l'image de la veuve parfaite ne va pas faire long feu. L'enquête met à jour une histoire d'amour interdit, qui daterait de quelques mois, entre un jeune homme âgé de 19 ans, ami du couple, et la mère de famille éplorée. Un certain Damien, tout juste sorti de l'adolescence, qui est sous la coupe de sa maîtresse... Un ménage à trois mortels, pour l'amant, le mari et la femme ! Émission déconseillée aux moins de 10 ans.

Audiences replay du 01-05