Revoir un programme tv en replay et en streaming
  • Les routes de l'impossible en replay (4 vidéos)

    • Documentaire

      Les routes de l'impossible

      Colombie, Venezuela, trafics sur la frontière

      bien (8 votes) Votre vote

      Dominée par la cordillère des Andes, la frontière entre la Colombie et le Venezuela est une zone de non-droit de 2200 kilomètres de long, le paradis du trafic d'essence. Le Venezuela est le pays de l'or noir, avec un quart des réserves mondiales. Mais depuis la chute du prix du pétrole, l'économie s'est effondrée. Les Vénézuéliens manquant de tout, ils se sont, pour certains, reconvertis dans le trafic d'essence, achetant le carburant au Venezuela pour le revendre trente fois plus cher en Colombie. Mais de l'autre côté de la frontière, les militaires n'hésitent pas à tirer sur ces contrebandiers d'un nouveau genre.

      Lire la suite Les routes de l'impossibl... (4 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur France 5
      Dominée par la cordillère des Andes, la frontière entre la Colombie et le Venezuela est une zone de non-droit de 2200 kilomètres de long, le paradis du trafic d'essence. Le Venezuela est le pays de l'or noir, avec un quart des réserves mondiales. Mais depuis la chute du prix du pétrole, l'économie s'est effondrée. Les Vénézuéliens manquant de tout, ils se sont, pour certains, reconvertis dans le trafic d'essence, achetant le carburant au Venezuela pour le revendre trente fois plus cher en Colombie. Mais de l'autre côté de la frontière, les militaires n'hésitent pas à tirer sur ces contrebandiers d'un nouveau genre.
    • Documentaire

      Les routes de l'impossible

      Bangladesh, les galériens du bambou

      excellent! (26 votes) Votre vote

      Ils se lancent à l'assaut des collines du nord du Bangladesh pour couper l'or vert du pays, les bambous qu'ils assemblent ensuite en un grand radeau flottant. Des convois hors normes se mettent alors en route pour acheminer la précieuse mais très encombrante cargaison jusqu'à Dacca, la capitale. Trois cents kilomètres de marais et de fleuves attendent ces travailleurs de l'extrême. Au milieu de paysages sensationnels, le périple, malaisé, dure près d'un mois. Six hommes, payés une misère, sont chargés de manoeuvrer ce monstre indomptable de 80 mètres de long et 40 de large.

      Lire la suite Les routes de l'impossibl... (4 vidéos) 1 commentaire
      Voir en replay sur France 5
      Ils se lancent à l'assaut des collines du nord du Bangladesh pour couper l'or vert du pays, les bambous qu'ils assemblent ensuite en un grand radeau flottant. Des convois hors normes se mettent alors en route pour acheminer la précieuse mais très encombrante cargaison jusqu'à Dacca, la capitale. Trois cents kilomètres de marais et de fleuves attendent ces travailleurs de l'extrême. Au milieu de paysages sensationnels, le périple, malaisé, dure près d'un mois. Six hommes, payés une misère, sont chargés de manoeuvrer ce monstre indomptable de 80 mètres de long et 40 de large.
    • Documentaire

      Les routes de l'impossible

      Afghanistan, dans le corridor du Wakhan

      excellent! (18 votes) Votre vote

      Situé à l'extrême Nord-Est de l'Afghanistan, le corridor du Wakhan, bordé par les pics de l'Indou Kouch, culmine à presque 5000 mètres d'altitude. Cette région oubliée est la seule à avoir été épargnée par la guerre qui ravage le pays depuis de nombreuses années. Aucun soldat américain ni taliban n'y a jamais pénétré. Ses habitants y vivent comme au Moyen-Age, sans eau courante ni électricité. L'unique route qui traverse le corridor est difficile d'accès, creusée à flanc de montagne, souvent ensevelie sous plusieurs mètres de neige. Quelques rares aventuriers au volant de vieux camions russes s'y risquent plusieurs fois par an pour ravitailler le corridor isolé et échangent des biens de première nécessité contre des moutons et des yacks.

      Lire la suite Les routes de l'impossibl... (4 vidéos) 1 commentaire
      Voir en replay sur France 5
      Situé à l'extrême Nord-Est de l'Afghanistan, le corridor du Wakhan, bordé par les pics de l'Indou Kouch, culmine à presque 5000 mètres d'altitude. Cette région oubliée est la seule à avoir été épargnée par la guerre qui ravage le pays depuis de nombreuses années. Aucun soldat américain ni taliban n'y a jamais pénétré. Ses habitants y vivent comme au Moyen-Age, sans eau courante ni électricité. L'unique route qui traverse le corridor est difficile d'accès, creusée à flanc de montagne, souvent ensevelie sous plusieurs mètres de neige. Quelques rares aventuriers au volant de vieux camions russes s'y risquent plusieurs fois par an pour ravitailler le corridor isolé et échangent des biens de première nécessité contre des moutons et des yacks.
    • Documentaire

      Les routes de l'impossible

      Sénégal, la tête hors de l'eau

      excellent! (33 votes) Votre vote

      Au Sénégal, tous les ans, à la saison des pluies, les eaux recouvrent des régions entières, villes comprises, provoquant un véritable exode climatique vers la Casamance. La route passe par la Gambie, petit pays enclavé traversé par le fleuve du même nom, qui se dresse telle une barrière au milieu du Sénégal, et dont l'une des principales ressources est le racket des voyageurs. Des exilés saisonniers sont empêtrés sur des pistes transformées en pièges de boue par les pluies. Des femmes effectuent un travail harassant dans les rizières et les pêcheurs à bord de leurs longues pirogues de bois bravent l'océan et ses dangers pour un salaire de misère. Garder la tête hors de l'eau devient un défi quotidien.

      Lire la suite Les routes de l'impossibl... (4 vidéos) 2 commentaires
      Voir en replay sur France 5
      Au Sénégal, tous les ans, à la saison des pluies, les eaux recouvrent des régions entières, villes comprises, provoquant un véritable exode climatique vers la Casamance. La route passe par la Gambie, petit pays enclavé traversé par le fleuve du même nom, qui se dresse telle une barrière au milieu du Sénégal, et dont l'une des principales ressources est le racket des voyageurs. Des exilés saisonniers sont empêtrés sur des pistes transformées en pièges de boue par les pluies. Des femmes effectuent un travail harassant dans les rizières et les pêcheurs à bord de leurs longues pirogues de bois bravent l'océan et ses dangers pour un salaire de misère. Garder la tête hors de l'eau devient un défi quotidien.

    Audiences replay du 19-01