Revoir un programme tv en replay et en streaming

economie en replay (1117 vidéos)

  • Magazine

    Capital

    Valse des étiquettes : pourquoi les prix sont-ils devenus fous ?

    aucun (0 vote) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Déstockeurs alimentaires : comment font-ils pour casser les prix ? Noz, Stokomani, Action, Frais Malin... ces noms vous disent quelque chose ? C'est normal ! Car vous êtes de plus en plus nombreux à faire vos courses dans l'un de ces 3 000 magasins de déstockage présents dans toute la France. Ces cinq dernières années, les principales enseignes ont vu leur chiffre d'affaires bondir de 60%. Ce sont les temples des bonnes affaires ! On y trouve toutes sortes de produits du quotidien vendus de 20 à 75% moins chers qu'en supermarché. Des produits d'hygiène, de beauté mais aussi des produits frais ! Viande, fruits, yaourts, jus de fruits… ils sont vendus jusqu'à quatre fois moins chers que dans les rayons de la grande distribution. Et pourtant, ce sont les mêmes produits, les mêmes marques ! Alors comment est-ce possible ? D'où viennent ces produits ? Et peut-on leur faire confiance ? Mais la grande distribution ne compte pas se laisser faire. Pour récupérer sa clientèle partie faire des bonnes affaires chez les déstockeurs, elle commence à faire elle aussi du déstockage, dans ses propres hypermarchés ; des linéaires entiers de produits affichés à prix minis, toute l'année. Cela suffira-t-il à retenir les clients de plus en plus tentés par les déstockeurs ? Coupons de réduction : les secrets bien cachés de ces promos « deux pour le prix d'un », « 30% de réduction », « satisfait ou remboursé » : impossible de faire le tour d'un supermarché sans se voir proposer des dizaines d'offres promotionnelles sur les produits. En 2017, le montant des remises n'a jamais été aussi élevé : 3,2 milliards d'euros soit, en moyenne, 115 euros redistribués par foyer. Parmi toutes ces promos, l'incontournable bon de réduction. Cette année, 3,5 milliards de coupons ont été édités. Un coût pour la marque mais une façon de vous faire découvrir ses nouveaux produits avec l'espoir de vous faire payer le prix fort le coup d'après. En moyenne, pour 1 euro investi, les marques récupèrent 2,96 euros de chiffre d'affaires supplémentaires. Mais depuis quelques années, votre smartphone s'y met aussi : il vous propose des coupons de réduction digitaux. Et pour vous proposer les bons coupons sur les bons produits, ceux qui vous intéressent, les marques utilisent des nouvelles technologies pour traquer toutes vos habitudes de consommations, même les plus intimes. Valse des étiquettes : êtes-vous sûr de payer le bon prix ? Ne pas payer le même prix du billet que votre voisin de fauteuil dans un avion ou un train, vous connaissiez… Mais désormais, chez le coiffeur aussi, c'est nouveau ! Et ce n'est qu'un petit aperçu : vous ne le savez pas forcément, mais aujourd'hui les prix des produits ou services que vous achetez varient sans cesse. Pourquoi et comment une telle valse ? Vous allez enfin comprendre pourquoi on n'y comprend plus rien aux prix ! La plupart de vos produits du quotidien - jambon, lessive ou eaux minérales - subissent des variations de jour en jour, parfois à la hausse, parfois à la baisse. Et sur Internet, c'est encore plus la folie : Amazon change ainsi ses prix deux millions de fois par jour et ses concurrents sont à l'affût pour réagir au plus vite. Quel intérêt et à qui cela profite-t-il ? Est-ce vraiment légal ? Avec quelles armes les experts du prix se battent-ils ? Et si vous vous sentez perdu dans cette jungle des prix, pas de panique : les « shoppers » - des internautes pros du web - scrutent en permanence les bonnes affaires pour vous aider à les saisir juste à temps.

    Lire la suite Capital (56 vidéos) Commenter
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Déstockeurs alimentaires : comment font-ils pour casser les prix ? Noz, Stokomani, Action, Frais Malin... ces noms vous disent quelque chose ? C'est normal ! Car vous êtes de plus en plus nombreux à faire vos courses dans l'un de ces 3 000 magasins de déstockage présents dans toute la France. Ces cinq dernières années, les principales enseignes ont vu leur chiffre d'affaires bondir de 60%. Ce sont les temples des bonnes affaires ! On y trouve toutes sortes de produits du quotidien vendus de 20 à 75% moins chers qu'en supermarché. Des produits d'hygiène, de beauté mais aussi des produits frais ! Viande, fruits, yaourts, jus de fruits… ils sont vendus jusqu'à quatre fois moins chers que dans les rayons de la grande distribution. Et pourtant, ce sont les mêmes produits, les mêmes marques ! Alors comment est-ce possible ? D'où viennent ces produits ? Et peut-on leur faire confiance ? Mais la grande distribution ne compte pas se laisser faire. Pour récupérer sa clientèle partie faire des bonnes affaires chez les déstockeurs, elle commence à faire elle aussi du déstockage, dans ses propres hypermarchés ; des linéaires entiers de produits affichés à prix minis, toute l'année. Cela suffira-t-il à retenir les clients de plus en plus tentés par les déstockeurs ? Coupons de réduction : les secrets bien cachés de ces promos « deux pour le prix d'un », « 30% de réduction », « satisfait ou remboursé » : impossible de faire le tour d'un supermarché sans se voir proposer des dizaines d'offres promotionnelles sur les produits. En 2017, le montant des remises n'a jamais été aussi élevé : 3,2 milliards d'euros soit, en moyenne, 115 euros redistribués par foyer. Parmi toutes ces promos, l'incontournable bon de réduction. Cette année, 3,5 milliards de coupons ont été édités. Un coût pour la marque mais une façon de vous faire découvrir ses nouveaux produits avec l'espoir de vous faire payer le prix fort le coup d'après. En moyenne, pour 1 euro investi, les marques récupèrent 2,96 euros de chiffre d'affaires supplémentaires. Mais depuis quelques années, votre smartphone s'y met aussi : il vous propose des coupons de réduction digitaux. Et pour vous proposer les bons coupons sur les bons produits, ceux qui vous intéressent, les marques utilisent des nouvelles technologies pour traquer toutes vos habitudes de consommations, même les plus intimes. Valse des étiquettes : êtes-vous sûr de payer le bon prix ? Ne pas payer le même prix du billet que votre voisin de fauteuil dans un avion ou un train, vous connaissiez… Mais désormais, chez le coiffeur aussi, c'est nouveau ! Et ce n'est qu'un petit aperçu : vous ne le savez pas forcément, mais aujourd'hui les prix des produits ou services que vous achetez varient sans cesse. Pourquoi et comment une telle valse ? Vous allez enfin comprendre pourquoi on n'y comprend plus rien aux prix ! La plupart de vos produits du quotidien - jambon, lessive ou eaux minérales - subissent des variations de jour en jour, parfois à la hausse, parfois à la baisse. Et sur Internet, c'est encore plus la folie : Amazon change ainsi ses prix deux millions de fois par jour et ses concurrents sont à l'affût pour réagir au plus vite. Quel intérêt et à qui cela profite-t-il ? Est-ce vraiment légal ? Avec quelles armes les experts du prix se battent-ils ? Et si vous vous sentez perdu dans cette jungle des prix, pas de panique : les « shoppers » - des internautes pros du web - scrutent en permanence les bonnes affaires pour vous aider à les saisir juste à temps.
  • JT - Infos

    Le journal de l'économie

    EDITION DU 17/09/18

    aucun (0 vote) Votre vote

    Trois minutes pour analyser, décrypter et expliquer l'actualité économique. Présentation : Demet Korkmaz, Marian Naguszewski (en alternance) Le site : www.tv5monde.com/jteco

    Lire la suite Le journal de l'économie (3 vidéos) Commenter
    Voir en replay sur TV5 Monde
    Trois minutes pour analyser, décrypter et expliquer l'actualité économique. Présentation : Demet Korkmaz, Marian Naguszewski (en alternance) Le site : www.tv5monde.com/jteco
  • Magazine

    Cash Investigation

    Plastique, la grande intox

    aucun (0 vote) Votre vote

    En 2050, il y aura plus de plastique que de poissons dans la mer. Sur les dix tonnes produites dans le monde chaque seconde, une tonne finit sa route dans les océans. Le continent plastique n'en finit pas de grandir. Les grandes marques, qui ont rendu le consommateur dépendant de ce matériau, se dédouanent souvent. Une équipe a enquêté sur les stratégies secrètes d'un des géants mondiaux des sodas et ses promesses de recyclage. Certains plastiques sont contaminés par des substances chimiques dangereuses pour la santé. Lesquelles ?

    Lire la suite Cash investigation (1 vidéo) 21 commentaires
    Voir en replay sur France 2
    En 2050, il y aura plus de plastique que de poissons dans la mer. Sur les dix tonnes produites dans le monde chaque seconde, une tonne finit sa route dans les océans. Le continent plastique n'en finit pas de grandir. Les grandes marques, qui ont rendu le consommateur dépendant de ce matériau, se dédouanent souvent. Une équipe a enquêté sur les stratégies secrètes d'un des géants mondiaux des sodas et ses promesses de recyclage. Certains plastiques sont contaminés par des substances chimiques dangereuses pour la santé. Lesquelles ?
  • Magazine

    Tout compte fait

    Des particules de plastique dans l'eau en bouteille ?

    aucun (0 vote) Votre vote

    Pour échapper aux nitrates ou aux traces de médicament que l’on trouve parfois dans l’eau du robinet, nous sommes nombreux à privilégier l'eau en bouteille. Sur 10 verres d'eau consommés en France, 4 le sont de cette manière et cette tendance ne cesse de se renforcer. Il est vrai que la publicité nous vante les qualités de cette eau pure. Mais une étude américaine parue il y a quelques semaines a fait l'effet d'une bombe. Sur 250 bouteilles de marques, 93% contenaient des micro-particules de plastique. Ces particules viendraient du bouchon, du processus d'emboutissage mais aussi de la pollution de l’air ambiant. Emilie Lambin a enquêté sur cette nouvelle problématique, taboue chez les grandes marques. Alors buvons-nous de l'eau avec du plastique ?

    Lire la suite Tout compte fait (2 vidéos) Commenter
    Voir en replay sur France 2
    Pour échapper aux nitrates ou aux traces de médicament que l’on trouve parfois dans l’eau du robinet, nous sommes nombreux à privilégier l'eau en bouteille. Sur 10 verres d'eau consommés en France, 4 le sont de cette manière et cette tendance ne cesse de se renforcer. Il est vrai que la publicité nous vante les qualités de cette eau pure. Mais une étude américaine parue il y a quelques semaines a fait l'effet d'une bombe. Sur 250 bouteilles de marques, 93% contenaient des micro-particules de plastique. Ces particules viendraient du bouchon, du processus d'emboutissage mais aussi de la pollution de l’air ambiant. Emilie Lambin a enquêté sur cette nouvelle problématique, taboue chez les grandes marques. Alors buvons-nous de l'eau avec du plastique ?
  • Magazine

    Capital

    Du chic à bas prix : le low cost fait sa révolution

    aucun (0 vote) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Peut-on proposer de la qualité à bas prix ? Transport, habillement, équipement de la maison : tous les secteurs ont désormais leurs enseignes low cost. Mais depuis peu, une nouvelle tendance s'installe, celle du « smart cost ». Finis les points de vente sommaires et le choix restreint en rayon, place aux produits tendance et désirables. Une révolution qui pousse tous les acteurs à se réinventer. Lidl réinvente le hard discount Depuis son implantation en France il y a près de 30 ans, Lidl s'est imposé comme le leader sur le marché du hard discount avec ses 1 500 magasins. Mais face à la guerre des prix que se livrent les grandes enseignes de la distribution, la marque allemande doit revoir sa stratégie. Des magasins relookés de fond en comble, des boulangeries, des fleurs, des produits régionaux et même du bio. L'objectif : attirer un nouveau type de clientèle en proposant une offre plus qualitative. Et pour le faire savoir, le budget communication a été multiplié par 3. La marque s´est même offert les services d'une ambassadrice de charme, Malika Ménard, ex Miss France. Un changement de cap qui un coût : plus de 450 millions d'euros. Avec de tels investissements, Lidl est-il toujours capable de proposer les produits les moins chers du marché ? Comment l'enseigne peut-elle tenir sa promesse ? Dacia, l'outsider qui écrase tout Il y a un peu plus de 12 ans, Renault lançait la Logan, une voiture à 7 500 euros destinée initialement aux pays émergeants. Un pari osé, auquel personne ou presque ne croyait mais qui a pourtant remporté un vif succès en France. Depuis, sous la marque Dacia, le groupe a créé 6 modèles low cost qui ont inondé le marché. L'une de ses plus grosses ventes, le Duster, un SUV à 12 000 euros, aujourd'hui le véhicule le plus vendu de sa catégorie grâce à un tarif défiant toute concurrence. Le secret du groupe pour faire baisser les prix ? Produire autrement. Alors qu'une voiture classique compte jusqu'à 10 000 pièces, 6 000 suffisent à fabriquer le Duster. Pour réduire les coûts, les pièces sont également mutualisées avec les autres modèles de la gamme. Leur nouveau pari, la Kwid, une citadine commercialisée en Inde à 3 500 euros seulement. Beauté à prix cassés Ils s'appellent Kiko, Elf ou encore PB Cosmetics, ce sont les derniers nés sur le marché du maquillage. Des petits nouveaux qui révolutionnent le secteur… En quelques années, ils ont conquis les jeunes et les moins jeunes grâce à un argument de poids : leurs prix, jusqu'à 10 fois moins cher que les grandes marques. 3 euros pour un rouge à lèvres, 5 euros pour un fond de teint ou encore 1 euro pour un vernis… Des prix cassés et des collections renouvelées en permanence pour coller au plus près des tendances. Des techniques empruntées aux géants de la mode comme Zara. De quoi faire trembler les leaders du marché.

    Lire la suite Capital (55 vidéos) Commenter
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Peut-on proposer de la qualité à bas prix ? Transport, habillement, équipement de la maison : tous les secteurs ont désormais leurs enseignes low cost. Mais depuis peu, une nouvelle tendance s'installe, celle du « smart cost ». Finis les points de vente sommaires et le choix restreint en rayon, place aux produits tendance et désirables. Une révolution qui pousse tous les acteurs à se réinventer. Lidl réinvente le hard discount Depuis son implantation en France il y a près de 30 ans, Lidl s'est imposé comme le leader sur le marché du hard discount avec ses 1 500 magasins. Mais face à la guerre des prix que se livrent les grandes enseignes de la distribution, la marque allemande doit revoir sa stratégie. Des magasins relookés de fond en comble, des boulangeries, des fleurs, des produits régionaux et même du bio. L'objectif : attirer un nouveau type de clientèle en proposant une offre plus qualitative. Et pour le faire savoir, le budget communication a été multiplié par 3. La marque s´est même offert les services d'une ambassadrice de charme, Malika Ménard, ex Miss France. Un changement de cap qui un coût : plus de 450 millions d'euros. Avec de tels investissements, Lidl est-il toujours capable de proposer les produits les moins chers du marché ? Comment l'enseigne peut-elle tenir sa promesse ? Dacia, l'outsider qui écrase tout Il y a un peu plus de 12 ans, Renault lançait la Logan, une voiture à 7 500 euros destinée initialement aux pays émergeants. Un pari osé, auquel personne ou presque ne croyait mais qui a pourtant remporté un vif succès en France. Depuis, sous la marque Dacia, le groupe a créé 6 modèles low cost qui ont inondé le marché. L'une de ses plus grosses ventes, le Duster, un SUV à 12 000 euros, aujourd'hui le véhicule le plus vendu de sa catégorie grâce à un tarif défiant toute concurrence. Le secret du groupe pour faire baisser les prix ? Produire autrement. Alors qu'une voiture classique compte jusqu'à 10 000 pièces, 6 000 suffisent à fabriquer le Duster. Pour réduire les coûts, les pièces sont également mutualisées avec les autres modèles de la gamme. Leur nouveau pari, la Kwid, une citadine commercialisée en Inde à 3 500 euros seulement. Beauté à prix cassés Ils s'appellent Kiko, Elf ou encore PB Cosmetics, ce sont les derniers nés sur le marché du maquillage. Des petits nouveaux qui révolutionnent le secteur… En quelques années, ils ont conquis les jeunes et les moins jeunes grâce à un argument de poids : leurs prix, jusqu'à 10 fois moins cher que les grandes marques. 3 euros pour un rouge à lèvres, 5 euros pour un fond de teint ou encore 1 euro pour un vernis… Des prix cassés et des collections renouvelées en permanence pour coller au plus près des tendances. Des techniques empruntées aux géants de la mode comme Zara. De quoi faire trembler les leaders du marché.
  • Magazine

    Capital

    Carrefour bio : des aliments sains accessibles à tous ?

    aucun (0 vote) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    « Le bio accessible à tous » ! Un slogan très fort : il est signé Carrefour Bio, la nouvelle enseigne du géant de la distribution. Après en avoir été le pionnier dans les rayons des hypermarchés, il ouvre maintenant des supérettes avec une offre 100% bio. Sa cible : tous les Français désireux de consommer plus sainement, mais freinés jusque-là par les prix et les contraintes du bio traditionnel. Comment s'y prend le distributeur pour fournir en grande quantité, en toute saison et moins cher des produits bio, à la différence des autres ? Du producteur au consommateur, chacun s'y retrouve-t-il avec un tel système ?

    Lire la suite Capital (55 vidéos) Commenter
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    « Le bio accessible à tous » ! Un slogan très fort : il est signé Carrefour Bio, la nouvelle enseigne du géant de la distribution. Après en avoir été le pionnier dans les rayons des hypermarchés, il ouvre maintenant des supérettes avec une offre 100% bio. Sa cible : tous les Français désireux de consommer plus sainement, mais freinés jusque-là par les prix et les contraintes du bio traditionnel. Comment s'y prend le distributeur pour fournir en grande quantité, en toute saison et moins cher des produits bio, à la différence des autres ? Du producteur au consommateur, chacun s'y retrouve-t-il avec un tel système ?
  • Magazine

    Capital

    Piscine hors sol : le rêve abordable ?

    aucun (0 vote) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Au rythme actuel des ventes, la France devrait compter d'ici la fin de l'année deux millions de piscines privées ; un record en Europe ! Et si ce rêve devient plus accessible, on le doit à un certain type de piscine : la piscine hors sol, moins chère qu'un bassin enterré, moins basique qu'un modèle gonflable. Avec des premiers prix qui démarrent dès 100 euros, que peut-on espérer comme produit ? Grâce à quelles inventions ou méthodes commerciales les fabricants parviennent-ils à se démarquer et faire grimper la note ? Plongée au cœur d'un marché en plein remous !

    Lire la suite Capital (55 vidéos) Commenter
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Au rythme actuel des ventes, la France devrait compter d'ici la fin de l'année deux millions de piscines privées ; un record en Europe ! Et si ce rêve devient plus accessible, on le doit à un certain type de piscine : la piscine hors sol, moins chère qu'un bassin enterré, moins basique qu'un modèle gonflable. Avec des premiers prix qui démarrent dès 100 euros, que peut-on espérer comme produit ? Grâce à quelles inventions ou méthodes commerciales les fabricants parviennent-ils à se démarquer et faire grimper la note ? Plongée au cœur d'un marché en plein remous !
  • Magazine

    Capital

    Vacances gratuites : et si c'était possible ?

    aucun (0 vote) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Bientôt les vacances et vous hésitez encore : est-il bien raisonnable de dépenser des centaines d'euros pour quelques jours de repos ? Vous avez cherché tous les bons plans et, décidément, il va falloir se serrer la ceinture. Eh bien non ! Dans ce numéro exceptionnel, Capital a mené l'enquête avec un objectif : vous faire découvrir comment s'offrir des vacances gratuites… ou presque, sans rien se refuser ! Séjourner dans des villas de rêve, faire une croisière sur un voilier, survoler les paysages français dans un avion privé, louer une voiture, découvrir le paddle ou visiter une ville en ne touchant quasiment pas à son porte-monnaie, c'est possible ! Logement, transport, loisir, la plupart des bons plans se dénichent sur Internet, où foisonnent des sites, des applications, des plateformes d´échange. En coulisses, ce sont des entrepreneurs qui se battent pour faire exister leurs nouveaux business très malins. Qui sont ceux qui sont en train d'inventer cette nouvelle façon de prendre du bon temps sans dépenser ? Comment parviennent-ils à gagner de l'argent tout en proposant des prestations gratuites aux vacanciers ? Comment ont-ils eu ces idées qui révolutionnent notre façon de profiter de notre temps libre ? Quels sont les vrais bons plans et les pièges à éviter ? François- Xavier Ménage a sillonné la France à la rencontre des créateurs de cette nouvelle économie du gratuit qui va bouleverser nos vacances dans les années à venir. Rien ne lui a échappé ! Découvrez, vous aussi, comment partir gratuitement en vacances.

    Lire la suite Capital (55 vidéos) Commenter
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Bientôt les vacances et vous hésitez encore : est-il bien raisonnable de dépenser des centaines d'euros pour quelques jours de repos ? Vous avez cherché tous les bons plans et, décidément, il va falloir se serrer la ceinture. Eh bien non ! Dans ce numéro exceptionnel, Capital a mené l'enquête avec un objectif : vous faire découvrir comment s'offrir des vacances gratuites… ou presque, sans rien se refuser ! Séjourner dans des villas de rêve, faire une croisière sur un voilier, survoler les paysages français dans un avion privé, louer une voiture, découvrir le paddle ou visiter une ville en ne touchant quasiment pas à son porte-monnaie, c'est possible ! Logement, transport, loisir, la plupart des bons plans se dénichent sur Internet, où foisonnent des sites, des applications, des plateformes d´échange. En coulisses, ce sont des entrepreneurs qui se battent pour faire exister leurs nouveaux business très malins. Qui sont ceux qui sont en train d'inventer cette nouvelle façon de prendre du bon temps sans dépenser ? Comment parviennent-ils à gagner de l'argent tout en proposant des prestations gratuites aux vacanciers ? Comment ont-ils eu ces idées qui révolutionnent notre façon de profiter de notre temps libre ? Quels sont les vrais bons plans et les pièges à éviter ? François- Xavier Ménage a sillonné la France à la rencontre des créateurs de cette nouvelle économie du gratuit qui va bouleverser nos vacances dans les années à venir. Rien ne lui a échappé ! Découvrez, vous aussi, comment partir gratuitement en vacances.
  • Magazine

    Capital

    Bijoux discount : les trublions du luxe !

    aucun (0 vote) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Une bague sertie de diamants à 495 euros, soit près de 30% moins cher que dans une bijouterie et qui s'affiche en publicité... il fallait oser ! Dans l'univers feutré de la joaillerie, aux codes chics et aux prix souvent astronomiques, c'est peu dire que les méthodes d'Alain Nemarq, le patron de Mauboussin, détonnent. Pour sauver de la faillite cette illustre marque de la place Vendôme, cet ancien professeur a tout revu : design, qualité, mode de fabrication... Aujourd'hui, d'autres discounters, Gemmyo en tête, tentent une percée aussi révolutionnaire en vous vendant des bijoux uniquement par Internet. Et certains s'intéressent déjà au diamant synthétique, qui ferait encore baisser les prix. Enquête auprès de ces trublions du luxe qui promettent de rendre la joaillerie plus accessible.

    Lire la suite Capital (55 vidéos) Commenter
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Une bague sertie de diamants à 495 euros, soit près de 30% moins cher que dans une bijouterie et qui s'affiche en publicité... il fallait oser ! Dans l'univers feutré de la joaillerie, aux codes chics et aux prix souvent astronomiques, c'est peu dire que les méthodes d'Alain Nemarq, le patron de Mauboussin, détonnent. Pour sauver de la faillite cette illustre marque de la place Vendôme, cet ancien professeur a tout revu : design, qualité, mode de fabrication... Aujourd'hui, d'autres discounters, Gemmyo en tête, tentent une percée aussi révolutionnaire en vous vendant des bijoux uniquement par Internet. Et certains s'intéressent déjà au diamant synthétique, qui ferait encore baisser les prix. Enquête auprès de ces trublions du luxe qui promettent de rendre la joaillerie plus accessible.
  • Magazine

    Capital

    Déménagement : des gros bras à petits prix ?

    aucun (0 vote) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    C'est une vraie migration : 10 % des foyers français déménagent chaque année ! Du stress pour tous et surtout un dilemme : se débrouiller par soi-même ou faire un appel à l'aide... option éco ou confort. Pour trois quarts des familles, la question est vite tranchée, faute de budget. Et pour-tant, une alternative se développe : des dizaines de sociétés proposent des déménagements à prix cassés. Particuliers qui donnent un coup de main ou services de professionnels à la carte, que valent ces offres à bas prix ? Quelles économies en espérer, mais aussi quels risques encourus ? Comment les géants du secteur réagissent-ils ?

    Lire la suite Capital (55 vidéos) Commenter
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    C'est une vraie migration : 10 % des foyers français déménagent chaque année ! Du stress pour tous et surtout un dilemme : se débrouiller par soi-même ou faire un appel à l'aide... option éco ou confort. Pour trois quarts des familles, la question est vite tranchée, faute de budget. Et pour-tant, une alternative se développe : des dizaines de sociétés proposent des déménagements à prix cassés. Particuliers qui donnent un coup de main ou services de professionnels à la carte, que valent ces offres à bas prix ? Quelles économies en espérer, mais aussi quels risques encourus ? Comment les géants du secteur réagissent-ils ?
  • Magazine

    Capital

    Mobilier de jardin : la bataille du 1er prix !

    aucun (0 vote) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Une table, deux chaises, un canapé... et voilà votre terrasse transformée en salon d'extérieur ! Plus d'un Français sur deux a déjà craqué et, chaque année, c'est encore le best-seller annoncé en grande surface. Mais parmi tous les modèles existants, seule une matière réussit le tour de force d'être à la fois tendance, résistante et bon marché : la résine tressée, une imitation synthétique du rotin. À 150 euros le salon, comment un tel ensemble est-il conçu et où est-il fabriqué ? Comment les magasins qui les vendent au triple de ce prix justifient-ils un tel écart ?

    Lire la suite Capital (55 vidéos) Commenter
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Une table, deux chaises, un canapé... et voilà votre terrasse transformée en salon d'extérieur ! Plus d'un Français sur deux a déjà craqué et, chaque année, c'est encore le best-seller annoncé en grande surface. Mais parmi tous les modèles existants, seule une matière réussit le tour de force d'être à la fois tendance, résistante et bon marché : la résine tressée, une imitation synthétique du rotin. À 150 euros le salon, comment un tel ensemble est-il conçu et où est-il fabriqué ? Comment les magasins qui les vendent au triple de ce prix justifient-ils un tel écart ?
  • Magazine

    Capital

    Toujours moins chers ! Comment font les nouveaux rois du low cost ?

    aucun (0 vote) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Dans le domaine du low cost, on croyait avoir tout vu... eh bien non ! Aujourd'hui, il existe un nouveau discount qui se veut fun, pas forcément de moindre qualité et surtout avec des prix qui paraissent, du coup, imbattables ! Qui sont ces nouveaux agitateurs qui s'amusent à tout chambouler avec leurs prix cassés ? Ces nouvelles enseignes low cost qui investissent les centres villes ! Hema, Flying Tiger, Sostrene Grene... ces drôles de noms ne sont peut-être pas encore familiers à tous les Français, et pourtant ces enseignes du Nord de l'Europe ont fait une entrée en force depuis quatre ans en France. Leur créneau : du bazar en boutique de centre-ville. On y trouve de tout : vaisselle, bougies, papeterie. Bref, des petits objets du quotidien, utiles ou futiles. Tous ont un point commun : être joli et pas cher à la fois. Comment ces magasins réinventent-ils le bazar discount, jusque-là plutôt cantonné aux solderies, en plus fun et design ? Dans le sillage d'Hema, déjà au top 20 des enseignes préférées des Français, jusqu'où ces marques comptent-elles s'imposer ? Plats chauds et prix choc, ces nouveaux restos à un euro ! Manger moins cher qu'au fast-food ou même qu'à la cantine, c'est la promesse à peine croyable d'une nouvelle race de restaurants. Des spaghettis bolognaise à 1 euro, du rôti de porc aux champignons à 2 euros : voilà les prix délirants affichés par le géant Nostrum. Après déjà 150 restaurants en Espagne, il débarque en France avec un très gros appétit : ouvrir 50 restaurants en cinq ans ! Oups, le Français a, lui, une offre encore plus choc : le resto où tout est à 1 euro, sandwich ou boisson ! Mais à ces prix-là, que mange-t-on exactement ? La qualité et le goût peuvent-ils encore être au rendez-vous ? Ingrédients, recettes : quels sont leurs petits secrets pour rester rentables ? Vols long courrier : partez plus loin, payez moins cher ! Un vol Paris-Miami à partir de 149 euros ou un Paris-Los Angeles à 199 euros : ce sont les offres « canon » proposées par de nouvelles compagnies. Du jamais-vu dans les tarifs aériens. Et pour cause, les vols long courrier étaient le dernier bastion qui résistait encore au low cost. French Blue, Wow ou surtout Norwegian : ces nouveaux casseurs de prix osent défier les compagnies historiques sur leur chasse-gardée. Sécurité, service à bord, sur quels postes ont-ils encore économisé ? Qui sont ces aventuriers du ciel et comment les géants comme Air France comptent-ils réagir ?

    Lire la suite Capital (55 vidéos) Commenter
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Dans le domaine du low cost, on croyait avoir tout vu... eh bien non ! Aujourd'hui, il existe un nouveau discount qui se veut fun, pas forcément de moindre qualité et surtout avec des prix qui paraissent, du coup, imbattables ! Qui sont ces nouveaux agitateurs qui s'amusent à tout chambouler avec leurs prix cassés ? Ces nouvelles enseignes low cost qui investissent les centres villes ! Hema, Flying Tiger, Sostrene Grene... ces drôles de noms ne sont peut-être pas encore familiers à tous les Français, et pourtant ces enseignes du Nord de l'Europe ont fait une entrée en force depuis quatre ans en France. Leur créneau : du bazar en boutique de centre-ville. On y trouve de tout : vaisselle, bougies, papeterie. Bref, des petits objets du quotidien, utiles ou futiles. Tous ont un point commun : être joli et pas cher à la fois. Comment ces magasins réinventent-ils le bazar discount, jusque-là plutôt cantonné aux solderies, en plus fun et design ? Dans le sillage d'Hema, déjà au top 20 des enseignes préférées des Français, jusqu'où ces marques comptent-elles s'imposer ? Plats chauds et prix choc, ces nouveaux restos à un euro ! Manger moins cher qu'au fast-food ou même qu'à la cantine, c'est la promesse à peine croyable d'une nouvelle race de restaurants. Des spaghettis bolognaise à 1 euro, du rôti de porc aux champignons à 2 euros : voilà les prix délirants affichés par le géant Nostrum. Après déjà 150 restaurants en Espagne, il débarque en France avec un très gros appétit : ouvrir 50 restaurants en cinq ans ! Oups, le Français a, lui, une offre encore plus choc : le resto où tout est à 1 euro, sandwich ou boisson ! Mais à ces prix-là, que mange-t-on exactement ? La qualité et le goût peuvent-ils encore être au rendez-vous ? Ingrédients, recettes : quels sont leurs petits secrets pour rester rentables ? Vols long courrier : partez plus loin, payez moins cher ! Un vol Paris-Miami à partir de 149 euros ou un Paris-Los Angeles à 199 euros : ce sont les offres « canon » proposées par de nouvelles compagnies. Du jamais-vu dans les tarifs aériens. Et pour cause, les vols long courrier étaient le dernier bastion qui résistait encore au low cost. French Blue, Wow ou surtout Norwegian : ces nouveaux casseurs de prix osent défier les compagnies historiques sur leur chasse-gardée. Sécurité, service à bord, sur quels postes ont-ils encore économisé ? Qui sont ces aventuriers du ciel et comment les géants comme Air France comptent-ils réagir ?
  • Magazine

    Capital

    Économies, bons plans, remboursements : et si vos vacances vous rapportaient de l'argent ?

    aucun (0 vote) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Ça y est, vous les avez attendues toute l'année : les vacances d'été sont enfin là ! Mais avec elles, le budget familial en prend un coup car pendant l'été, on aime se faire plaisir. Et si, pour une fois, vos vacances vous rapportaient de l'argent au lieu de vous en coûter ! Capital vous promet jusqu'à plusieurs milliers d'euros de gains à la fin de l'émission ! Car les équipes du magazine ont mené l'enquête avec un triple objectif : des bons plans pour économiser, des astuces pour rentabiliser, des techniques pour vous faire rembourser ! Réserver une semaine au Maroc pour 93 euros seulement au lieu de 410 ; s'offrir un bon diner pour toute la famille pour 50% du prix normal ; prendre des clichés de vos vacances qui, en plus d'être de bons souvenirs, vous permettent d'empocher plusieurs centaines d'euros par an, ou encore, connaitre les vols susceptibles de vous rapporter de l'argent. En coulisses de ces promesses alléchantes, de nouvelles startups ont trouvé la formule pour être rentables tout en améliorant votre pouvoir d'achat estival. Vous verrez aussi comment ces nouveaux « robins des bois du web » se sont faits une spécialité de râler à votre place afin de récupérer les sommes que les entreprises vous doivent quand votre trajet en avion s'est mal déroulé. Certains se sont même spécialisés dans la contestation de vos PV routiers en un clic de souris. Transport, nourriture, hébergement : Bastien Cadeac a pris la route pour vous offrir des vacances à prix défiant toute concurrence, et qui pourront même vous rapporter gros...

    Lire la suite Capital (56 vidéos) 2 commentaires
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Ça y est, vous les avez attendues toute l'année : les vacances d'été sont enfin là ! Mais avec elles, le budget familial en prend un coup car pendant l'été, on aime se faire plaisir. Et si, pour une fois, vos vacances vous rapportaient de l'argent au lieu de vous en coûter ! Capital vous promet jusqu'à plusieurs milliers d'euros de gains à la fin de l'émission ! Car les équipes du magazine ont mené l'enquête avec un triple objectif : des bons plans pour économiser, des astuces pour rentabiliser, des techniques pour vous faire rembourser ! Réserver une semaine au Maroc pour 93 euros seulement au lieu de 410 ; s'offrir un bon diner pour toute la famille pour 50% du prix normal ; prendre des clichés de vos vacances qui, en plus d'être de bons souvenirs, vous permettent d'empocher plusieurs centaines d'euros par an, ou encore, connaitre les vols susceptibles de vous rapporter de l'argent. En coulisses de ces promesses alléchantes, de nouvelles startups ont trouvé la formule pour être rentables tout en améliorant votre pouvoir d'achat estival. Vous verrez aussi comment ces nouveaux « robins des bois du web » se sont faits une spécialité de râler à votre place afin de récupérer les sommes que les entreprises vous doivent quand votre trajet en avion s'est mal déroulé. Certains se sont même spécialisés dans la contestation de vos PV routiers en un clic de souris. Transport, nourriture, hébergement : Bastien Cadeac a pris la route pour vous offrir des vacances à prix défiant toute concurrence, et qui pourront même vous rapporter gros...
  • Magazine

    Capital

    Hypermarchés : branle-bas de combat pour la rentrée

    aucun (0 vote) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Les 150 salariés sont sur le pont. Pour l'Intermarché de Lunel (Hérault), dans le sud de la France, les vacances sont interdites... car la rentrée constitue le deuxième temps fort de la saison, juste après la période de Noël. Cartables, fournitures scolaires, vêtements, ameublement, déco : en à peine deux mois, cet hypermarché situé entre Nîmes et Montpellier espère réaliser plus de la moitié de son chiffre d'affaires annuel. Et cette année, le patron et son équipe ont encore plus la pression. Car pas moins de cinq millions d'euros ont été investis pour moderniser l'hypermarché. Pour faire en sorte qu'il ne ressemble plus vraiment à un supermarché. Pain fait maison, pizzaiolo au beau milieu du magasin, service comme chez le traiteur, les clients vont-ils adhérer à ce nouveau concept ? Mais la rentrée c'est aussi la période propice aux déménagements. Premier appartement, nouveau job ou tout simplement envie de s'agrandir ; c'est le moment d'équiper sa maison en électro-ménager. Une enseigne promet d'équiper un studio entier en appareils électroménager pour moins de 650 euros ! Depuis quelques années, ces magasins jaune et noir, qui ressemblent à des entrepôts, ouvrent partout en France. Ses immenses rayons, dans lesquels les clients se servent tout seul, détonnent. Et encore plus surprenant, les noms sous lesquels sont commercialisés la plupart des appareils : Valberg, Bellavita, Edenwood, Be You. Qu'est-ce qui se cache derrière ces marques totalement inconnues ? Où cet électroménager « low cost » est-il fabriqué ? Pas cher rime-t-il toujours avec pas fiable ? Enquête sur le grand rush de la rentrée.

    Lire la suite Capital (55 vidéos) 2 commentaires
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Les 150 salariés sont sur le pont. Pour l'Intermarché de Lunel (Hérault), dans le sud de la France, les vacances sont interdites... car la rentrée constitue le deuxième temps fort de la saison, juste après la période de Noël. Cartables, fournitures scolaires, vêtements, ameublement, déco : en à peine deux mois, cet hypermarché situé entre Nîmes et Montpellier espère réaliser plus de la moitié de son chiffre d'affaires annuel. Et cette année, le patron et son équipe ont encore plus la pression. Car pas moins de cinq millions d'euros ont été investis pour moderniser l'hypermarché. Pour faire en sorte qu'il ne ressemble plus vraiment à un supermarché. Pain fait maison, pizzaiolo au beau milieu du magasin, service comme chez le traiteur, les clients vont-ils adhérer à ce nouveau concept ? Mais la rentrée c'est aussi la période propice aux déménagements. Premier appartement, nouveau job ou tout simplement envie de s'agrandir ; c'est le moment d'équiper sa maison en électro-ménager. Une enseigne promet d'équiper un studio entier en appareils électroménager pour moins de 650 euros ! Depuis quelques années, ces magasins jaune et noir, qui ressemblent à des entrepôts, ouvrent partout en France. Ses immenses rayons, dans lesquels les clients se servent tout seul, détonnent. Et encore plus surprenant, les noms sous lesquels sont commercialisés la plupart des appareils : Valberg, Bellavita, Edenwood, Be You. Qu'est-ce qui se cache derrière ces marques totalement inconnues ? Où cet électroménager « low cost » est-il fabriqué ? Pas cher rime-t-il toujours avec pas fiable ? Enquête sur le grand rush de la rentrée.
  • Magazine

    Capital

    Apparts de luxe en soldes !

    aucun (0 vote) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Rendre l'économie accessible au grand public, tel est le défi relevé par Bastien Cadeac en nous présentant son magazine Capital.

    Lire la suite Capital (55 vidéos) 1 commentaire
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Rendre l'économie accessible au grand public, tel est le défi relevé par Bastien Cadeac en nous présentant son magazine Capital.
  • Magazine

    Capital

    Les champions de la maison individuelle

    aucun (0 vote) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Les champions de la maison individuelle Cette baisse des prix est un argument de plus pour le champion français de la construction de maisons individuelles : Maisons France Confort. Cette entreprise familiale et centenaire basée à Alençon bâtit chaque année 5 000 maisons vendues entre 150 000 et 300 000 euros. La famille Vandromme au fil de plusieurs générations a mis au point une efficace technique de vente. 800 commerciaux quadrillent le pays mais pour contacter le maximum de clients, l'entreprise s'associe aussi avec les agents immobiliers qui commercialisent des terrains à bâtir. Mais la force de Maisons France Confort ce sont ses quarante modèles de bâtisses qui permettent aux clients de choisir sur catalogue la maison dont ils rêvaient. En revanche pour la construction la société s'appuie sur des artisans indépendants. Et une petite minorité de clients se plaint de malfaçons.

    Lire la suite Capital (55 vidéos) 2 commentaires
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Les champions de la maison individuelle Cette baisse des prix est un argument de plus pour le champion français de la construction de maisons individuelles : Maisons France Confort. Cette entreprise familiale et centenaire basée à Alençon bâtit chaque année 5 000 maisons vendues entre 150 000 et 300 000 euros. La famille Vandromme au fil de plusieurs générations a mis au point une efficace technique de vente. 800 commerciaux quadrillent le pays mais pour contacter le maximum de clients, l'entreprise s'associe aussi avec les agents immobiliers qui commercialisent des terrains à bâtir. Mais la force de Maisons France Confort ce sont ses quarante modèles de bâtisses qui permettent aux clients de choisir sur catalogue la maison dont ils rêvaient. En revanche pour la construction la société s'appuie sur des artisans indépendants. Et une petite minorité de clients se plaint de malfaçons.

Audiences replay du 23-09

//Google Tag Manager