Revoir un programme tv en replay et en streaming

economie en replay (1097 vidéos)

  • Magazine

    Cash Investigation

    Affaire Sarkozy - Kadhafi : soupçons sur des millions

    aucun (0 vote) Votre vote

    Nicolas Sarkozy a récemment été mis en examen par trois juges du pôle financier pour «corruption passive, financement illégal de campagne électorale et recel de détournements de fonds publics libyens». Mouammar Kadhafi, l'ex-dictateur libyen, a-t-il financé la campagne du candidat de l'UMP en 2007 ? Scandale d'Etat ou «allégation folle», comme le déclare l'ancien résident de la République ? Pendant un an et demi, le journaliste Nicolas Vescovacci a enquêté sur ce dossier tentaculaire où se mêleraient raison d'Etat, intérêts personnels, petites mains et grosses valises d'argent liquide. Dans cette affaire, certains témoins parlent pour la première fois. L'un des plus proches collaborateurs de l'ex-chef d'Etat est soupçonné d'être au coeur d'un montage financier sophistiqué impliquant un fonds d'investissement libyen.

    Lire la suite Cash investigation (1 vidéo) 11 commentaires
    Voir en replay sur France 2
    Nicolas Sarkozy a récemment été mis en examen par trois juges du pôle financier pour «corruption passive, financement illégal de campagne électorale et recel de détournements de fonds publics libyens». Mouammar Kadhafi, l'ex-dictateur libyen, a-t-il financé la campagne du candidat de l'UMP en 2007 ? Scandale d'Etat ou «allégation folle», comme le déclare l'ancien résident de la République ? Pendant un an et demi, le journaliste Nicolas Vescovacci a enquêté sur ce dossier tentaculaire où se mêleraient raison d'Etat, intérêts personnels, petites mains et grosses valises d'argent liquide. Dans cette affaire, certains témoins parlent pour la première fois. L'un des plus proches collaborateurs de l'ex-chef d'Etat est soupçonné d'être au coeur d'un montage financier sophistiqué impliquant un fonds d'investissement libyen.
  • JT - Infos

    Le journal de l'économie

    Programme économique de l'Italie/Sony met la main sur EMI Music

    aucun (0 vote) Votre vote

    Au sommaire : - Italie, un programme économique qui inquiète Bruxelles - Sony met la main sur EMI Music pour 2 milliards d'euros En bref : Marks and Spencer va fermer une centaine de magasins au Royaume-Uni d'ici quatre ans, le couple Obama producteur pour Netflix... Présentation : Marian Naguszewski

    Lire la suite Le journal de l'économie (3 vidéos) Commenter
    Voir en replay sur TV5 Monde
    Au sommaire : - Italie, un programme économique qui inquiète Bruxelles - Sony met la main sur EMI Music pour 2 milliards d'euros En bref : Marks and Spencer va fermer une centaine de magasins au Royaume-Uni d'ici quatre ans, le couple Obama producteur pour Netflix... Présentation : Marian Naguszewski
  • Magazine

    Enquête exclusive

    Mega-yachts : enquête sur la nouvelle passion des milliardaires

    aucun (0 vote) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    C'est le signe extérieur de richesse ultime. Le mega-yacht privé… Émirs du Golfe, oligarques russes et milliardaires rivalisent pour posséder le plus beau, le plus grand et le plus cher du monde. C'est l'Azzam de l'Émir d'Abu Dhabi qui détient tous les records : 180 mètres de long, six ponts, un salon de 500 mètres carrés, une piscine à débordement et une piste d'hélicoptère pour un coût estimé à 600 millions de dollars. Juste derrière, l'Éclipse de Roman Abrahmovitch, qui mesure 164 mètres. Et il y en a aujourd'hui de plus en plus (déjà 35 méga-yachts de plus de 100 mètres de long). On les croise sur la côte d'Azur, au large d'Ibiza, de Monaco, aux Caraïbes, du côté de Saint-Barthélemy, en Floride et dans les fjords du Groenland. Ces palaces flottants, grands comme des paquebots de croisière, sont devenus le joujou préféré des ultra-riches. Entre eux, c'est désormais la course au gigantisme et à la démesure. Les chantiers navals spécialisés (Pays-Bas et Allemagne) croulent sous les commandes. Dessinés par les plus grands designers de la planète, certains de ces yachts disposent d'un terrain de basket, d'une clinique, d'une salle de cinéma, d'une discothèque, de cheminées à l'ancienne, d'un spa (avec sauna, hammam, jacuzzi, salon de massage et de coiffure) et même d'un sous-marin de poche pour explorer les fonds marins. L'industrie du yachting de luxe, ce sont des milliers d'emplois (dont les équipages, au minimum une cinquantaine de personnes par bateau) et un chiffre d'affaires de 25 milliards d'euros par an. Les propriétaires de méga- yachts, c'est aussi et surtout un club ultra fermé avec ses rites et ses secrets. Exceptionnellement, plusieurs milliardaires nous ont ouvert leurs portes et ont accepté de nous embarquer à bord de leurs palaces flottants pour des croisières d'anthologie. Nous avons aussi suivi, au quotidien, les nouveaux métiers (architectes navals, décorateurs, blogueurs) qui gravitent dans cet univers surprenant. Et nos caméras ont pu filmer, notamment au salon international des yachts à Dubaï, les coulisses de certaines transactions entre vendeurs et acheteurs. Des Émirats arabes à Miami en passant par le Groenland et la principauté de Monaco, enquête sur la nouvelle passion des milliardaires.

    Lire la suite Enquête exclusive (54 vidéos) Commenter
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    C'est le signe extérieur de richesse ultime. Le mega-yacht privé… Émirs du Golfe, oligarques russes et milliardaires rivalisent pour posséder le plus beau, le plus grand et le plus cher du monde. C'est l'Azzam de l'Émir d'Abu Dhabi qui détient tous les records : 180 mètres de long, six ponts, un salon de 500 mètres carrés, une piscine à débordement et une piste d'hélicoptère pour un coût estimé à 600 millions de dollars. Juste derrière, l'Éclipse de Roman Abrahmovitch, qui mesure 164 mètres. Et il y en a aujourd'hui de plus en plus (déjà 35 méga-yachts de plus de 100 mètres de long). On les croise sur la côte d'Azur, au large d'Ibiza, de Monaco, aux Caraïbes, du côté de Saint-Barthélemy, en Floride et dans les fjords du Groenland. Ces palaces flottants, grands comme des paquebots de croisière, sont devenus le joujou préféré des ultra-riches. Entre eux, c'est désormais la course au gigantisme et à la démesure. Les chantiers navals spécialisés (Pays-Bas et Allemagne) croulent sous les commandes. Dessinés par les plus grands designers de la planète, certains de ces yachts disposent d'un terrain de basket, d'une clinique, d'une salle de cinéma, d'une discothèque, de cheminées à l'ancienne, d'un spa (avec sauna, hammam, jacuzzi, salon de massage et de coiffure) et même d'un sous-marin de poche pour explorer les fonds marins. L'industrie du yachting de luxe, ce sont des milliers d'emplois (dont les équipages, au minimum une cinquantaine de personnes par bateau) et un chiffre d'affaires de 25 milliards d'euros par an. Les propriétaires de méga- yachts, c'est aussi et surtout un club ultra fermé avec ses rites et ses secrets. Exceptionnellement, plusieurs milliardaires nous ont ouvert leurs portes et ont accepté de nous embarquer à bord de leurs palaces flottants pour des croisières d'anthologie. Nous avons aussi suivi, au quotidien, les nouveaux métiers (architectes navals, décorateurs, blogueurs) qui gravitent dans cet univers surprenant. Et nos caméras ont pu filmer, notamment au salon international des yachts à Dubaï, les coulisses de certaines transactions entre vendeurs et acheteurs. Des Émirats arabes à Miami en passant par le Groenland et la principauté de Monaco, enquête sur la nouvelle passion des milliardaires.
  • Magazine

    Capital

    Maison, balcon, jardin : s'équiper tendance sans grosses dépenses ?

    aucun (0 vote) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Gazon naturel ou synthétique : ils vous déroulent le tapis vert ! C'est le rêve de tous ceux qui possèdent un jardin : une belle pelouse verte ! Un rêve jusque-là synonyme d'entretien non-stop. Aujourd'hui, de plus en plus de Français sont tentés par une nouvelle formule : la pelouse en rouleau. Simple et rapide à poser, prête à être arrosée, pour six euros le m² en moyenne. Aujourd'hui, le roi de ce gazon tout prêt s'appelle Arnaud Dugast. À la tête du leader français Cover Garden, il cultive 200 hectares de « gazonnière ». Une référence dans le sport : il fournit déjà les grands stades de football européens mais son nouveau pari c'est le marché des particuliers. Après Internet, il vient d'ouvrir sa première boutique, « 100% gazon », à Bordeaux. Le succès est tel qu'il souhaite le décliner en franchise. Comment compte-t-il convertir les Français à la pelouse impeccable des Anglo-saxons ? Nouveaux services d'entretien, garantie « evergreen », jusqu'où va se nicher la folie du gazon toujours vert ? Plus surprenant encore, le boom du gazon synthétique. Plus cher, 15 euros le m², il présente toutefois de sérieux atouts : vert douze mois par an, il ne nécessite aucun entretien et la ressemblance avec le gazon naturel est frappante. Rudy Cassenac, fondateur du numéro 1 français Exelgreen, en vend près d'1 million de m² par an. Que vaut cette nouvelle alternative très tendance ? Le gazon synthétique est-il l'avenir de nos jardins ? Les jeux de plein air à la conquête de votre jardin Pour éloigner les enfants de leurs écrans, rien ne vaut les jeux de plein air : toboggans, balançoires, trampolines ou maisonnettes… Avec le retour des beaux jours, les jeux de plein air envahissent nos jardins et les acteurs de ce marché se frottent les mains. Le secteur pèse aujourd'hui plus de 400 000 millions d'euros. Parmi les fabricants leaders, les historiques Soulet et Smoby, qui rivalisent d'imagination pour se réinventer. Les premiers ont créé « le Chambord », une gigantesque structure en bois qui mêle toboggan, cabane et balançoire, et coûte la bagatelle de… 3 000 euros ! Quant à Smoby, l'enseigne a inventé la fameuse « friends house », best-seller du marché, écoulée à 11 000 exemplaires l'an passé en France. Comment les mastodontes du jeu de plein air font-ils pour se démarquer et s'imposer dans cette course à l'innovation ? Alors que de grandes enseignes emblématiques (Toys'R'Us, La Grande Récré…) mettent la clé sous la porte face à l'assaut du e-commerce, de nouveaux venus émergent. C'est le cas notamment de Oogarden qui ambitionne de devenir le Decathlon des jardins en misant sur un rapport qualité/prix imbattable. Comment les fabricants se battent-ils pour être en bonne place dans les magasins de jouets ? Quels sont leurs arguments pour séduire les enfants et convaincre les parents ? Du vert en ville : le boom des jardineries urbaines S'offrir une bulle de verdure chez soi quand on habite en ville, aujourd'hui c'est possible. Sur leur balcon ou dans leur salon, près de 12 millions de foyers urbains jardinent ! De petites startup l'ont bien compris : à Paris, Bordeaux ou Lille, elles proposent des plantes lors de ventes flash à des prix dérisoires ! Cette tendance forte n'a pas échappé non plus au géant du secteur Truffaut. L'enseigne a ouvert deux « jardineries urbaines » depuis novembre, en centre-ville de Boulogne (Hauts-de-Seine) et de Toulouse (Haute-Garonne). Et une trentaine d'autres ouvertures sont prévues. Le concept : une surface quatre à six fois plus petite que celle des magasins de périphérie, et une offre spécifique. Parmi les meilleures ventes, les « carrés potagers » qui prennent les apprentis jardiniers par la main pour leur permettre de récolter leurs propres aromates ou mini-légumes. Cerise sur le gâteau, ces potagers déclenchent de nombreux achats d'accessoires et attirent une clientèle plus jeune qui découvre une nouvelle activité ludique pour les enfants. Ateliers d'initiation, produits innovants, mise en scène des magasins : avec quels arguments ces jardineries de centre-ville comptent-elles séduire les urbains ? Comment leurs fournisseurs s'y prennent-ils pour développer des produits adaptés ? Et comment la concurrence réagit-elle, à Toulouse par exemple où « Le parfait jardinier », jardinerie historique du centre, a vu Truffaut s'installer à quelques centaines de mètres ?

    Lire la suite Capital (27 vidéos) Commenter
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Gazon naturel ou synthétique : ils vous déroulent le tapis vert ! C'est le rêve de tous ceux qui possèdent un jardin : une belle pelouse verte ! Un rêve jusque-là synonyme d'entretien non-stop. Aujourd'hui, de plus en plus de Français sont tentés par une nouvelle formule : la pelouse en rouleau. Simple et rapide à poser, prête à être arrosée, pour six euros le m² en moyenne. Aujourd'hui, le roi de ce gazon tout prêt s'appelle Arnaud Dugast. À la tête du leader français Cover Garden, il cultive 200 hectares de « gazonnière ». Une référence dans le sport : il fournit déjà les grands stades de football européens mais son nouveau pari c'est le marché des particuliers. Après Internet, il vient d'ouvrir sa première boutique, « 100% gazon », à Bordeaux. Le succès est tel qu'il souhaite le décliner en franchise. Comment compte-t-il convertir les Français à la pelouse impeccable des Anglo-saxons ? Nouveaux services d'entretien, garantie « evergreen », jusqu'où va se nicher la folie du gazon toujours vert ? Plus surprenant encore, le boom du gazon synthétique. Plus cher, 15 euros le m², il présente toutefois de sérieux atouts : vert douze mois par an, il ne nécessite aucun entretien et la ressemblance avec le gazon naturel est frappante. Rudy Cassenac, fondateur du numéro 1 français Exelgreen, en vend près d'1 million de m² par an. Que vaut cette nouvelle alternative très tendance ? Le gazon synthétique est-il l'avenir de nos jardins ? Les jeux de plein air à la conquête de votre jardin Pour éloigner les enfants de leurs écrans, rien ne vaut les jeux de plein air : toboggans, balançoires, trampolines ou maisonnettes… Avec le retour des beaux jours, les jeux de plein air envahissent nos jardins et les acteurs de ce marché se frottent les mains. Le secteur pèse aujourd'hui plus de 400 000 millions d'euros. Parmi les fabricants leaders, les historiques Soulet et Smoby, qui rivalisent d'imagination pour se réinventer. Les premiers ont créé « le Chambord », une gigantesque structure en bois qui mêle toboggan, cabane et balançoire, et coûte la bagatelle de… 3 000 euros ! Quant à Smoby, l'enseigne a inventé la fameuse « friends house », best-seller du marché, écoulée à 11 000 exemplaires l'an passé en France. Comment les mastodontes du jeu de plein air font-ils pour se démarquer et s'imposer dans cette course à l'innovation ? Alors que de grandes enseignes emblématiques (Toys'R'Us, La Grande Récré…) mettent la clé sous la porte face à l'assaut du e-commerce, de nouveaux venus émergent. C'est le cas notamment de Oogarden qui ambitionne de devenir le Decathlon des jardins en misant sur un rapport qualité/prix imbattable. Comment les fabricants se battent-ils pour être en bonne place dans les magasins de jouets ? Quels sont leurs arguments pour séduire les enfants et convaincre les parents ? Du vert en ville : le boom des jardineries urbaines S'offrir une bulle de verdure chez soi quand on habite en ville, aujourd'hui c'est possible. Sur leur balcon ou dans leur salon, près de 12 millions de foyers urbains jardinent ! De petites startup l'ont bien compris : à Paris, Bordeaux ou Lille, elles proposent des plantes lors de ventes flash à des prix dérisoires ! Cette tendance forte n'a pas échappé non plus au géant du secteur Truffaut. L'enseigne a ouvert deux « jardineries urbaines » depuis novembre, en centre-ville de Boulogne (Hauts-de-Seine) et de Toulouse (Haute-Garonne). Et une trentaine d'autres ouvertures sont prévues. Le concept : une surface quatre à six fois plus petite que celle des magasins de périphérie, et une offre spécifique. Parmi les meilleures ventes, les « carrés potagers » qui prennent les apprentis jardiniers par la main pour leur permettre de récolter leurs propres aromates ou mini-légumes. Cerise sur le gâteau, ces potagers déclenchent de nombreux achats d'accessoires et attirent une clientèle plus jeune qui découvre une nouvelle activité ludique pour les enfants. Ateliers d'initiation, produits innovants, mise en scène des magasins : avec quels arguments ces jardineries de centre-ville comptent-elles séduire les urbains ? Comment leurs fournisseurs s'y prennent-ils pour développer des produits adaptés ? Et comment la concurrence réagit-elle, à Toulouse par exemple où « Le parfait jardinier », jardinerie historique du centre, a vu Truffaut s'installer à quelques centaines de mètres ?
  • JT - Infos

    Le journal de l'économie, entreprises

    Lactips

    aucun (0 vote) Votre vote

    Lactips est une jeune entreprise française qui pourrait révolutionner l'industrie mondiale du plastique en fabriquant un matériau à base de lait de vache biodégradable et hydrosoluble. Invitée : Marie-Hélène Gramatikoff, DG de Lactips Présentation : Marian Naguszewski

    Lire la suite Le journal de l'economie... (1 vidéo) Commenter
    Voir en replay sur TV5 Monde
    Lactips est une jeune entreprise française qui pourrait révolutionner l'industrie mondiale du plastique en fabriquant un matériau à base de lait de vache biodégradable et hydrosoluble. Invitée : Marie-Hélène Gramatikoff, DG de Lactips Présentation : Marian Naguszewski
  • Documentaire

    L'émission politique

    Macron, an 1 : le verdict

    aucun (0 vote) Votre vote

    Douze mois après l'élection d'Emmanuel Macron à la présidence de la République, les cinq dirigeants des principales formations politiques du pays, réunis pour la première fois sur un plateau, dresseront à tour de rôle le bilan de cette première année de quinquennat. Invités : Christophe Castaner, secrétaire d'État auprès du Premier ministre, chargé des Relations avec le Parlement, délégué général de La République en Marche ; Olivier Faure, premier secrétaire du Parti Socialiste ; Marine Le Pen, présidente du Front National ; Jean-Luc Mélenchon, président du groupe La France Insoumise ; Laurent Wauquiez, président des Républicains. Présentation : Léa Salamé. Avec la participation de François Lenglet, Nathalie Saint-Cricq, Jean-Baptiste Marteau, Brice Teinturier.

    Lire la suite L'émission politique (3 vidéos) Commenter
    Voir en replay sur TV5 Monde
    Douze mois après l'élection d'Emmanuel Macron à la présidence de la République, les cinq dirigeants des principales formations politiques du pays, réunis pour la première fois sur un plateau, dresseront à tour de rôle le bilan de cette première année de quinquennat. Invités : Christophe Castaner, secrétaire d'État auprès du Premier ministre, chargé des Relations avec le Parlement, délégué général de La République en Marche ; Olivier Faure, premier secrétaire du Parti Socialiste ; Marine Le Pen, présidente du Front National ; Jean-Luc Mélenchon, président du groupe La France Insoumise ; Laurent Wauquiez, président des Républicains. Présentation : Léa Salamé. Avec la participation de François Lenglet, Nathalie Saint-Cricq, Jean-Baptiste Marteau, Brice Teinturier.
  • Documentaire

    Amazon : Le défi logistique

    Documentaire français (2016).

    bien (11 votes) Votre vote

    Découvrez l´envers du décor du géant de la distribution: Amazon. Cette société américaine, qui référence 200 millions de produits pour ses 300 millions de comptes clients actifs et possède 32 sites logistiques est d´ordinaire... secrète. Rares sont les caméras autorisées à s'approcher. Secrets industriels et savoir-faire sont jalousement gardés. Exceptionnellement, des caméras ont pu filmer le fonctionnement des sites logistiques d´Amazon... en se rendant sur le plus grand de ces sites, celui de Lille, sur le plus grand dressing d'Europe, près de Chalon sur Saône, puis sur le site en Angleterre, particulièrement High-Tech... Ce dernier est le site logistique du futur. Ce documentaire part à la découverte de la « la ruche » Amazon, pendant les fêtes de Noël. L´entreprise est alors au maximum de ses capacités et tente de battre le record d´expédition atteint le lundi 21 décembre 2015 avec 1,44 millions de colis. Grâce aux interviews de managers, qui gère la logistique, aux interviews de ceux qui reçoivent, trient et expédient, ce documentaire présente les enjeux et les défis énorme de ce leader de la vente en ligne durant la période des fêtes de Noël.

    Lire la suite Amazon : Le défi logistiq... (1 vidéo) 7 commentaires
    Voir en replay sur RMC Découverte
    Découvrez l´envers du décor du géant de la distribution: Amazon. Cette société américaine, qui référence 200 millions de produits pour ses 300 millions de comptes clients actifs et possède 32 sites logistiques est d´ordinaire... secrète. Rares sont les caméras autorisées à s'approcher. Secrets industriels et savoir-faire sont jalousement gardés. Exceptionnellement, des caméras ont pu filmer le fonctionnement des sites logistiques d´Amazon... en se rendant sur le plus grand de ces sites, celui de Lille, sur le plus grand dressing d'Europe, près de Chalon sur Saône, puis sur le site en Angleterre, particulièrement High-Tech... Ce dernier est le site logistique du futur. Ce documentaire part à la découverte de la « la ruche » Amazon, pendant les fêtes de Noël. L´entreprise est alors au maximum de ses capacités et tente de battre le record d´expédition atteint le lundi 21 décembre 2015 avec 1,44 millions de colis. Grâce aux interviews de managers, qui gère la logistique, aux interviews de ceux qui reçoivent, trient et expédient, ce documentaire présente les enjeux et les défis énorme de ce leader de la vente en ligne durant la période des fêtes de Noël.
  • Documentaire

    L'émission politique, la suite

    17 mai 2018

    aucun (0 vote) Votre vote

    En deuxième partie de soirée, dans la suite de «L'Emission politique», Léa Salamé reçoit des acteurs de la société civile -philosophes, économistes, représentants de la nouvelle génération d'élus - afin de débattre des questions abordées au cours de la première partie de ce rendez-vous. C'est aussi l'occasion d'aborder deux thèmes qui ont marqué le mois. Dans ce qui s'apparente à un grand moment de bilan, où tous les avis sont bienvenus, Léa Salamé est entourée de Nathalie Saint-Cricq et François Lenglet.

    Lire la suite L'émission politique (3 vidéos) 2 commentaires
    Voir en replay sur France 2
    En deuxième partie de soirée, dans la suite de «L'Emission politique», Léa Salamé reçoit des acteurs de la société civile -philosophes, économistes, représentants de la nouvelle génération d'élus - afin de débattre des questions abordées au cours de la première partie de ce rendez-vous. C'est aussi l'occasion d'aborder deux thèmes qui ont marqué le mois. Dans ce qui s'apparente à un grand moment de bilan, où tous les avis sont bienvenus, Léa Salamé est entourée de Nathalie Saint-Cricq et François Lenglet.
  • Documentaire

    L'Émission politique

    Saison 2

    aucun (0 vote) Votre vote

    Sur Twitter via #LEmissionPolitique. Douze mois après l'élection d'Emmanuel Macron à la présidence de la République, les cinq dirigeants des principales formations politiques du pays, réunis pour la première fois sur un plateau, dressent à tour de rôle le bilan de cette première année de quinquennat. Christophe Castaner (La République en Marche), Olivier Faure (Parti Socialiste), Marine Le Pen (Front National), Jean-Luc Mélenchon (La France Insoumise) et Laurent Wauquiez (Les Républicains) répondent aux questions de Léa Salamé.

    Lire la suite L'émission politique (3 vidéos) 3 commentaires
    Voir en replay sur France 2
    Sur Twitter via #LEmissionPolitique. Douze mois après l'élection d'Emmanuel Macron à la présidence de la République, les cinq dirigeants des principales formations politiques du pays, réunis pour la première fois sur un plateau, dressent à tour de rôle le bilan de cette première année de quinquennat. Christophe Castaner (La République en Marche), Olivier Faure (Parti Socialiste), Marine Le Pen (Front National), Jean-Luc Mélenchon (La France Insoumise) et Laurent Wauquiez (Les Républicains) répondent aux questions de Léa Salamé.
  • Magazine

    Tout compte fait

    Déco : la révolution de la brocante en ligne

    aucun (0 vote) Votre vote

    Alors que la saison des brocantes bat son plein dans toute la France, il n’est plus forcément nécessaire de se lever aux aurores pour saisir les bonnes affaires. Ce secteur qui brasserait 2,5 milliards d’euros par an et qui passionne 15 millions de chineurs est en pleine mutation avec le développement à grande vitesse de la brocante en ligne. Même Emmaüs a ouvert une grande boutique sur internet il y a quelques mois. Et un site commercial fait beaucoup parler de lui : Selency by brocante. Créé par une jeune trentenaire passionnée de déco, il met en contact les brocanteurs de toute la France avec les particuliers. Alors est-ce plus facile et moins cher de trouver des chaises années 50 ou un canapé design chez ces nouveaux marchands ? Quel est leur modèle économique ? Et ces sites où l’achat se fait à distance réservent-ils de mauvaises surprises ? Charlotte Riesi a mené l’enquête.

    Lire la suite Tout compte fait (10 vidéos) Commenter
    Voir en replay sur France 2
    Alors que la saison des brocantes bat son plein dans toute la France, il n’est plus forcément nécessaire de se lever aux aurores pour saisir les bonnes affaires. Ce secteur qui brasserait 2,5 milliards d’euros par an et qui passionne 15 millions de chineurs est en pleine mutation avec le développement à grande vitesse de la brocante en ligne. Même Emmaüs a ouvert une grande boutique sur internet il y a quelques mois. Et un site commercial fait beaucoup parler de lui : Selency by brocante. Créé par une jeune trentenaire passionnée de déco, il met en contact les brocanteurs de toute la France avec les particuliers. Alors est-ce plus facile et moins cher de trouver des chaises années 50 ou un canapé design chez ces nouveaux marchands ? Quel est leur modèle économique ? Et ces sites où l’achat se fait à distance réservent-ils de mauvaises surprises ? Charlotte Riesi a mené l’enquête.
  • Magazine

    Capital

    Week-ends prolongés : évasion et détente à tous prix

    aucun (0 vote) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Plage, soleil et farniente : le rêve à 300 euros L'offre est à peine croyable. Une semaine de farniente sous le soleil tunisien pour 300 euros tout compris ! De quoi susciter des envies de séjours balnéaires… et redonner un coup de fouet à l'économie moribonde de la Tunisie. Car depuis le printemps arabe et les attentats de 2015, le tourisme en Tunisie a connu un sérieux coup d'arrêt. Alors qu'elle était auparavant la destination préférée des Français, ils n'étaient plus que 500 000 à fréquenter ses plages l'an dernier, trois fois moins qu'en 2010. Or le tourisme est toujours un pilier de l'économie tunisienne, puisqu'il pèse près de 8% du PIB ! Alors pour relancer la machine, le pays met en avant soleil, mer... et sécurité. Les militaires font désormais partie intégrante de la carte postale. L'objectif de cette année : accueillir 8 millions de vacanciers, un quart de plus que l'an passé. Comment le gouvernement met-il tout en œuvre pour faire revenir les touristes ? Après avoir déserté Djerba, les tours opérateurs reviennent peu à peu et se livrent une bataille sans merci pour décrocher les hôtels les plus réputés. Comment négocient-ils avec les hôteliers locaux pour proposer des promotions fracassantes ? Derrière les promesses de vacances tout compris à prix cassé, à combien s'élève l'addition une fois sur place ? Plus de plaisir, moins d'effort : le vélo fait sa révolution ! Loin devant le foot ou le camping, le vélo est le loisir préféré de près de la moitié des Français ! Et aujourd'hui, tout est fait pour que ce loisir rime avec plaisir, sans le moindre effort ! Autrefois réservée aux plus motivés, la randonnée à vélo est devenue une activité très en vogue, grâce à des tours opérateurs qui proposent des séjours clés en main. Itinéraires, réservations d'hôtels et restaurants, et même livraison des bagages à chaque étape, tout est pris en charge ! Autre option, moins coûteuse : les locations de vélo à la journée. Entre les loueurs, la concurrence bat son plein. Comme à Porquerolles (Var), un joyau national aux eaux turquoises et plages de rêve qui ne se visite qu'à vélo… désormais en mode électrique. Une option qui fait toute la différence dans la concurrence que se font les loueurs de vélo. Une assistance électrique qui démultiplie votre effort, mais aussi votre budget : comptez 40 euros la journée soit 2,5 fois plus cher qu'un VTT classique. Ce pari est-il gagnant ? De nombreux touristes craquent aussi à leur retour pour ce joujou révolutionnaire : l'an dernier, il s'est vendu près de 150 000 vélos à assistance électrique (VAE), un marché qui explose avec une croissance supérieure à 30% par an ! Avec des prix qui varient de 600 à 6 000 euros, comment vendeurs et fabricants se battent-ils pour vous s'imposer ? Dans la foulée de Décathlon, comment Intersport a-t-il décidé de défier son grand rival, en misant à fond sur ce créneau ? Yoga : zen le business ! Autrefois réservé à quelques initiés, le yoga est devenu un véritable phénomène de société. 300 millions d'adeptes dans le monde, dont 3 millions rien qu'en France, soit 5% de la population. C'est deux fois plus qu'il y a dix ans ! À l'école, à l'hôpital, en entreprise et même en prison, le yoga se pratique partout et se décline à toutes les sauces. Applications payantes, marques de vêtements, stages détox, le business yoga semble inépuisable. Même des marques comme Ikea ou Chanel ont lancé leurs accessoires yoga ! Aujourd'hui, les cours de yoga fleurissent un peu partout dans les salles de sport, avec de nouvelles plateformes low-cost pour réserver des séances à 14 euros seulement ! La clientèle plus aisée peut s'orienter vers les cours très select de Hélène Duval, devenue une véritable star de la discipline. Créatrice de la marque YUJ, elle est aujourd'hui une businesswoman aguerrie. Combien gagnent les stars du yoga pour vous détendre ? Comment profiter de la concurrence qui fait rage entre les centres de cette discipline ?

    Lire la suite Capital (26 vidéos) 5 commentaires
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Plage, soleil et farniente : le rêve à 300 euros L'offre est à peine croyable. Une semaine de farniente sous le soleil tunisien pour 300 euros tout compris ! De quoi susciter des envies de séjours balnéaires… et redonner un coup de fouet à l'économie moribonde de la Tunisie. Car depuis le printemps arabe et les attentats de 2015, le tourisme en Tunisie a connu un sérieux coup d'arrêt. Alors qu'elle était auparavant la destination préférée des Français, ils n'étaient plus que 500 000 à fréquenter ses plages l'an dernier, trois fois moins qu'en 2010. Or le tourisme est toujours un pilier de l'économie tunisienne, puisqu'il pèse près de 8% du PIB ! Alors pour relancer la machine, le pays met en avant soleil, mer... et sécurité. Les militaires font désormais partie intégrante de la carte postale. L'objectif de cette année : accueillir 8 millions de vacanciers, un quart de plus que l'an passé. Comment le gouvernement met-il tout en œuvre pour faire revenir les touristes ? Après avoir déserté Djerba, les tours opérateurs reviennent peu à peu et se livrent une bataille sans merci pour décrocher les hôtels les plus réputés. Comment négocient-ils avec les hôteliers locaux pour proposer des promotions fracassantes ? Derrière les promesses de vacances tout compris à prix cassé, à combien s'élève l'addition une fois sur place ? Plus de plaisir, moins d'effort : le vélo fait sa révolution ! Loin devant le foot ou le camping, le vélo est le loisir préféré de près de la moitié des Français ! Et aujourd'hui, tout est fait pour que ce loisir rime avec plaisir, sans le moindre effort ! Autrefois réservée aux plus motivés, la randonnée à vélo est devenue une activité très en vogue, grâce à des tours opérateurs qui proposent des séjours clés en main. Itinéraires, réservations d'hôtels et restaurants, et même livraison des bagages à chaque étape, tout est pris en charge ! Autre option, moins coûteuse : les locations de vélo à la journée. Entre les loueurs, la concurrence bat son plein. Comme à Porquerolles (Var), un joyau national aux eaux turquoises et plages de rêve qui ne se visite qu'à vélo… désormais en mode électrique. Une option qui fait toute la différence dans la concurrence que se font les loueurs de vélo. Une assistance électrique qui démultiplie votre effort, mais aussi votre budget : comptez 40 euros la journée soit 2,5 fois plus cher qu'un VTT classique. Ce pari est-il gagnant ? De nombreux touristes craquent aussi à leur retour pour ce joujou révolutionnaire : l'an dernier, il s'est vendu près de 150 000 vélos à assistance électrique (VAE), un marché qui explose avec une croissance supérieure à 30% par an ! Avec des prix qui varient de 600 à 6 000 euros, comment vendeurs et fabricants se battent-ils pour vous s'imposer ? Dans la foulée de Décathlon, comment Intersport a-t-il décidé de défier son grand rival, en misant à fond sur ce créneau ? Yoga : zen le business ! Autrefois réservé à quelques initiés, le yoga est devenu un véritable phénomène de société. 300 millions d'adeptes dans le monde, dont 3 millions rien qu'en France, soit 5% de la population. C'est deux fois plus qu'il y a dix ans ! À l'école, à l'hôpital, en entreprise et même en prison, le yoga se pratique partout et se décline à toutes les sauces. Applications payantes, marques de vêtements, stages détox, le business yoga semble inépuisable. Même des marques comme Ikea ou Chanel ont lancé leurs accessoires yoga ! Aujourd'hui, les cours de yoga fleurissent un peu partout dans les salles de sport, avec de nouvelles plateformes low-cost pour réserver des séances à 14 euros seulement ! La clientèle plus aisée peut s'orienter vers les cours très select de Hélène Duval, devenue une véritable star de la discipline. Créatrice de la marque YUJ, elle est aujourd'hui une businesswoman aguerrie. Combien gagnent les stars du yoga pour vous détendre ? Comment profiter de la concurrence qui fait rage entre les centres de cette discipline ?
  • Magazine

    Tout compte fait

    Une nuit au zoo

    aucun (0 vote) Votre vote

    Dormir au plus près des animaux sauvages… C’est la nouvelle offre touristique insolite d’une dizaine de zoos en France. Une aventure extraordinaire devenue en quelques années une manne pour les parcs animaliers : une simple nuit pour une famille de 4 peut coûter jusqu’à 500 euros. À ce prix-là, cela vaut-il le coup de tenter l’expérience ? Un reportage de Jessica Bertaux.

    Lire la suite Tout compte fait (10 vidéos) Commenter
    Voir en replay sur France 2
    Dormir au plus près des animaux sauvages… C’est la nouvelle offre touristique insolite d’une dizaine de zoos en France. Une aventure extraordinaire devenue en quelques années une manne pour les parcs animaliers : une simple nuit pour une famille de 4 peut coûter jusqu’à 500 euros. À ce prix-là, cela vaut-il le coup de tenter l’expérience ? Un reportage de Jessica Bertaux.
  • Magazine

    Tout compte fait

    Week-ends de rêve à moins de 200 euros : est-ce possible ?

    aucun (0 vote) Votre vote

    Partir à Prague pour un week-end en amoureux et ne débourser que 400 euros vols compris pour deux personnes. Depuis quelque temps, de nouvelles offres très ludiques et à petits prix ont fait leur apparition pour s’évader le week-end. Flykub créée par de jeunes entrepreneurs à Barcelone, la capitale des « city breaks », propose de découvrir sa destination seulement deux jours avant le départ. Hélène Mangiardi a enquêté sur la qualité de ces nouvelles offres.

    Lire la suite Tout compte fait (9 vidéos) Commenter
    Voir en replay sur France 2
    Partir à Prague pour un week-end en amoureux et ne débourser que 400 euros vols compris pour deux personnes. Depuis quelque temps, de nouvelles offres très ludiques et à petits prix ont fait leur apparition pour s’évader le week-end. Flykub créée par de jeunes entrepreneurs à Barcelone, la capitale des « city breaks », propose de découvrir sa destination seulement deux jours avant le départ. Hélène Mangiardi a enquêté sur la qualité de ces nouvelles offres.
  • Magazine

    In Situ

    Le prix d'un sourire parfait

    aucun (0 vote) Votre vote

    Marie-Sophie Lacarrau enquête sur le business florissant du secteur dentaire et donne tous les secrets pour retrouver le sourire. Au sommaire :

    Lire la suite In situ (2 vidéos) 1 commentaire
    Voir en replay sur France 3
    Marie-Sophie Lacarrau enquête sur le business florissant du secteur dentaire et donne tous les secrets pour retrouver le sourire. Au sommaire :
  • Magazine

    Capital

    Fraudes et abus : enquête sur la France qui triche !

    aucun (0 vote) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Travail au noir : les milliards dissimulés ! Qui n'a jamais été tenté de payer son plombier, sa nounou ou sa femme de ménage en espèces pour payer moins cher ? Ce geste, qui paraît anodin, coûte pourtant très cher à la France. Selon la Cour des comptes, le travail au noir représenterait pour l'État une perte estimée à 20 milliards d'euros par an ! Sanctions accrues, contrôles plus ciblés, l'État déploie pourtant les grands moyens pour lutter contre les fraudeurs. En 2016, les redressements ont atteint un demi-milliard d'euros. Un record ! Mais le plus dur reste à faire car les fraudeurs ont toujours un coup d'avance et « l'uberisation » de l'économie favorise le travail dissimulé. Si la construction reste le secteur le plus touché (elle représente plus de la moitié des redressements), les services à la personne sont aussi souvent concernés et particulièrement difficiles à contrôler (près de 40% des prestations sont réglées en argent liquide) et les travailleurs détachés demeurent un obstacle de taille. Les réformes impulsées par Emmanuel Macron peuvent-elles changer la donne ? Comment les travailleurs au noir s'adaptent-ils pour passer toujours entre les mailles du filet ? La lutte serait-elle perdue d'avance pour l'État ? Arrêts de travail abusifs : malades imaginaires, mais vraies dépenses ! C'est une médaille dont la France se passerait bien : avec 16,6 jours en moyenne d'absence par salarié, nous sommes vice-champions d'Europe de l'absentéisme derrière l'Italie. Et la situation ne fait qu'empirer : en 2017, l'Assurance maladie a dû verser 10,5 milliards d'euros, 5% de plus qu'en 2016 ! S'il y a bien sûr des explications liées aux conditions de travail et au vieillissement de la population active, quelle part en revient à la fraude ? C'est l'une des priorités de la Ministre de la santé, et c'est surtout un vrai casse-tête pour les entreprises ! Comment font-elles pour distinguer les arrêts légitimes de ceux abusifs et jusqu'où vont les contrôles pour confondre les malades imaginaires ? Quel rôle jouent les médecins dans cette affaire ? L'État aussi a durci le ton : depuis 1er janvier, le jour de carence a été rétabli pour les fonctionnaires. Ne plus indemniser ce 1er jour d'arrêt a-t-il un impact sur leur absentéisme ? Transports en commun : combien nous coûte la fraude ? Un Français sur deux a déjà fraudé dans les transports en commun. Une pratique massive, très française : Paris est très loin devant la plupart des capitales mondiales, alors que le prix du ticket unitaire est parmi les plus bas d'Europe ! Ces fraudes sont très coûteuses : 600 millions d'euros d'argent public partent ainsi en fumée chaque année. Pour s'en sortir, les collectivités tentent depuis un an d'imposer un nouvel arsenal de mesures antifraudes. Certaines sont très à la pointe : traqueur d'identité, billets par SMS, bouton de signalement des fraudeurs sur le tableau de bord des bus, contrôles en civil… Mais les fraudeurs rivalisent d'imagination et de technologies pour contourner la loi. Des petits malins se sont ainsi lancés dans des applications « Waze du contrôleur », d'autres se sont spécialisés sur Snapchat pour faire échouer les contrôles, certains encore créent des « mutuelles du fraudeur », des pots communs pour financer les amendes des uns et des autres ! À combien se chiffre ce jeu du chat et de la souris ? Autorités, fraudeurs ou entreprises qui en ont fait leur business : qui tire profit de la fraude aux transports ?

    Lire la suite Capital (28 vidéos) 5 commentaires
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Travail au noir : les milliards dissimulés ! Qui n'a jamais été tenté de payer son plombier, sa nounou ou sa femme de ménage en espèces pour payer moins cher ? Ce geste, qui paraît anodin, coûte pourtant très cher à la France. Selon la Cour des comptes, le travail au noir représenterait pour l'État une perte estimée à 20 milliards d'euros par an ! Sanctions accrues, contrôles plus ciblés, l'État déploie pourtant les grands moyens pour lutter contre les fraudeurs. En 2016, les redressements ont atteint un demi-milliard d'euros. Un record ! Mais le plus dur reste à faire car les fraudeurs ont toujours un coup d'avance et « l'uberisation » de l'économie favorise le travail dissimulé. Si la construction reste le secteur le plus touché (elle représente plus de la moitié des redressements), les services à la personne sont aussi souvent concernés et particulièrement difficiles à contrôler (près de 40% des prestations sont réglées en argent liquide) et les travailleurs détachés demeurent un obstacle de taille. Les réformes impulsées par Emmanuel Macron peuvent-elles changer la donne ? Comment les travailleurs au noir s'adaptent-ils pour passer toujours entre les mailles du filet ? La lutte serait-elle perdue d'avance pour l'État ? Arrêts de travail abusifs : malades imaginaires, mais vraies dépenses ! C'est une médaille dont la France se passerait bien : avec 16,6 jours en moyenne d'absence par salarié, nous sommes vice-champions d'Europe de l'absentéisme derrière l'Italie. Et la situation ne fait qu'empirer : en 2017, l'Assurance maladie a dû verser 10,5 milliards d'euros, 5% de plus qu'en 2016 ! S'il y a bien sûr des explications liées aux conditions de travail et au vieillissement de la population active, quelle part en revient à la fraude ? C'est l'une des priorités de la Ministre de la santé, et c'est surtout un vrai casse-tête pour les entreprises ! Comment font-elles pour distinguer les arrêts légitimes de ceux abusifs et jusqu'où vont les contrôles pour confondre les malades imaginaires ? Quel rôle jouent les médecins dans cette affaire ? L'État aussi a durci le ton : depuis 1er janvier, le jour de carence a été rétabli pour les fonctionnaires. Ne plus indemniser ce 1er jour d'arrêt a-t-il un impact sur leur absentéisme ? Transports en commun : combien nous coûte la fraude ? Un Français sur deux a déjà fraudé dans les transports en commun. Une pratique massive, très française : Paris est très loin devant la plupart des capitales mondiales, alors que le prix du ticket unitaire est parmi les plus bas d'Europe ! Ces fraudes sont très coûteuses : 600 millions d'euros d'argent public partent ainsi en fumée chaque année. Pour s'en sortir, les collectivités tentent depuis un an d'imposer un nouvel arsenal de mesures antifraudes. Certaines sont très à la pointe : traqueur d'identité, billets par SMS, bouton de signalement des fraudeurs sur le tableau de bord des bus, contrôles en civil… Mais les fraudeurs rivalisent d'imagination et de technologies pour contourner la loi. Des petits malins se sont ainsi lancés dans des applications « Waze du contrôleur », d'autres se sont spécialisés sur Snapchat pour faire échouer les contrôles, certains encore créent des « mutuelles du fraudeur », des pots communs pour financer les amendes des uns et des autres ! À combien se chiffre ce jeu du chat et de la souris ? Autorités, fraudeurs ou entreprises qui en ont fait leur business : qui tire profit de la fraude aux transports ?
  • Magazine

    Capital

    Équiper sa maison : enquête sur les nouvelles enseignes à bas coût

    aucun (0 vote) Votre vote

    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Cuisines : comment se faire plaisir sans se ruiner ? Et si vous achetiez votre cuisine directement sur Internet ? Impensable ? Pourtant de nouveaux acteurs inondent le web d'offres à prix fracassés : moins de 300 euros pour une cuisine équipée hors électroménager ! Quelles sont les filières de ces entrepreneurs malins ? Y a-t-il des pièges ? Cette nouvelle concurrence capte de plus en plus la clientèle habituelle des marques scandinaves, pourtant positionnées avec des prix déjà très attractifs comme Kvik. Comment ripostent-elles ? Sur ce marché où tout le monde rivalise d'imagination, de nouveaux vendeurs vous téléportent même dans votre future cuisine pour mieux vous la vendre. Mobilier design : comment font-ils pour casser les prix ? Canapés à 299 euros, tables à 49 euros, du mobilier pas cher, et pourtant design ! C'est le style plébiscité par tous aujourd'hui. Et tous les acteurs de cet univers sont sur les rangs pour exploiter ce filon, chacun avec ses armes. Dans la foulée d'Ikea, But, Conforama ou Fly s'y sont convertis, en jouant à fond la carte des petits prix. Mais comment ces enseignes traditionnelles font-elles pour innover en la matière ? Et jusqu'où vont-elles pour serrer les prix ? Face à ces géants, de nouveaux acteurs déboulent en bousculant les règles du jeu : changer de canapé comme de chemise, cela paraît fou, et pourtant c'est la promesse des Made.com ou Miliboo, tous apparus sur Internet. À l'image de la mode, les collections sont renouvelées sans cesse, les codes du prêt-à-porter sont appliqués au prêt-à-meubler : après la « fast fashion », voici le « fast design » ! Comment une telle créativité est-elle stimulée ? Et d'ailleurs s'agit-il toujours bien de réelles nouveautés ? Au milieu de ce champ de bataille, des opportunistes tentent même leur chance, en proposant du mobilier design à prix bradés. Derrière leurs offres en apparence alléchantes, à quoi faut-il s'attendre ? Petits électroménagers : la guerre des robots est déclarée ! Le Thermomix, le Companion, le Cooking Chef, ce sont les nouvelles stars de nos cuisines. Ils coupent, ils râpent, ils moulinent et ils font même cuire nos aliments, tout cela dans un même appareil. Les prix de ces robots multifonctions peuvent parfois dépasser les 1 000 euros pour un appareil hyper sophistiqué, capable de réaliser des plats élaborés en un clin d'œil. Et pourtant le marché a explosé : plus 20% l'an dernier ! Quels atouts mettent en avant les fabricants pour attirer le plus grand nombre ? Comment certains arrivent-ils à proposer un prix quatre fois moins cher que le leader ?

    Lire la suite Capital (27 vidéos) 18 commentaires
    Voir en replay sur M6
    (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
    Cuisines : comment se faire plaisir sans se ruiner ? Et si vous achetiez votre cuisine directement sur Internet ? Impensable ? Pourtant de nouveaux acteurs inondent le web d'offres à prix fracassés : moins de 300 euros pour une cuisine équipée hors électroménager ! Quelles sont les filières de ces entrepreneurs malins ? Y a-t-il des pièges ? Cette nouvelle concurrence capte de plus en plus la clientèle habituelle des marques scandinaves, pourtant positionnées avec des prix déjà très attractifs comme Kvik. Comment ripostent-elles ? Sur ce marché où tout le monde rivalise d'imagination, de nouveaux vendeurs vous téléportent même dans votre future cuisine pour mieux vous la vendre. Mobilier design : comment font-ils pour casser les prix ? Canapés à 299 euros, tables à 49 euros, du mobilier pas cher, et pourtant design ! C'est le style plébiscité par tous aujourd'hui. Et tous les acteurs de cet univers sont sur les rangs pour exploiter ce filon, chacun avec ses armes. Dans la foulée d'Ikea, But, Conforama ou Fly s'y sont convertis, en jouant à fond la carte des petits prix. Mais comment ces enseignes traditionnelles font-elles pour innover en la matière ? Et jusqu'où vont-elles pour serrer les prix ? Face à ces géants, de nouveaux acteurs déboulent en bousculant les règles du jeu : changer de canapé comme de chemise, cela paraît fou, et pourtant c'est la promesse des Made.com ou Miliboo, tous apparus sur Internet. À l'image de la mode, les collections sont renouvelées sans cesse, les codes du prêt-à-porter sont appliqués au prêt-à-meubler : après la « fast fashion », voici le « fast design » ! Comment une telle créativité est-elle stimulée ? Et d'ailleurs s'agit-il toujours bien de réelles nouveautés ? Au milieu de ce champ de bataille, des opportunistes tentent même leur chance, en proposant du mobilier design à prix bradés. Derrière leurs offres en apparence alléchantes, à quoi faut-il s'attendre ? Petits électroménagers : la guerre des robots est déclarée ! Le Thermomix, le Companion, le Cooking Chef, ce sont les nouvelles stars de nos cuisines. Ils coupent, ils râpent, ils moulinent et ils font même cuire nos aliments, tout cela dans un même appareil. Les prix de ces robots multifonctions peuvent parfois dépasser les 1 000 euros pour un appareil hyper sophistiqué, capable de réaliser des plats élaborés en un clin d'œil. Et pourtant le marché a explosé : plus 20% l'an dernier ! Quels atouts mettent en avant les fabricants pour attirer le plus grand nombre ? Comment certains arrivent-ils à proposer un prix quatre fois moins cher que le leader ?

Audiences replay du 23-05