Revoir un programme tv en replay et en streaming
  • Zone interdite en replay (53 vidéos)

    A propos de Zone interdite

    Zone interdite est une émission d'information programmée un dimanche sur deux en alternance avec Capital. Depuis Septembre 2012, Wendy Bouchard reprend la présentation de cette émission dont le concept est de faire un gros plan sur des sujets d'investigation ou d'actualité.

    • Magazine

      Zone interdite

      Mères porteuses : l'enquête qui dérange

      aucun (0 vote) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Chaque année, environ 250 bébés français naîtraient, à l'étranger, grâce à des mères porteuses. Illégal en France, le recours à la GPA, la Gestation pour Autrui, est toléré et encadré dans d'autres pays d'Europe et même légal aux États-Unis, dans certains états. En France, c'est un sujet brûlant : certaines associations familiales dénoncent une marchandisation du corps des femmes et craignent que l'enfant ne se transforme en bien de consommation, tandis que pour de nombreux couples la GPA représente l'ultime espoir de devenir parents. Notre enquête mettra aussi en lumière les dérives et les abus de la GPA : des parents soupçonnés d'abandon d'enfant handicapé, des gestatrices enchainant les grossesses, mais aussi des arnaques sordides montées par des mères porteuses. Ophélie Meunier et ses équipes ont pu suivre les itinéraires particuliers de ces couples qui ont recours à des mères porteuses. Fait rare, tous ont accepté de partager leur aventure à visage découvert. De la naissance du projet à celle de leurs enfants, nous suivrons ces nouvelles familles, devant des grands-parents souvent aussi émus qu'éberlués par la complexité du processus. Questionnement éthique et bagarre juridique pour les couples qui, en règle générale, ne parviennent pas à faire inscrire leurs enfants à l'état civil français. Sarah et Eric vivent à Paris, mais c'est aux États-Unis, le pays d'origine de Sarah que leurs 3 enfants sont nés de 3 mères porteuses différentes. L'une d'entre elles est la sœur de Sarah, les autres sont des amies avec lesquelles le couple entretient un lien très fort : rencontre avec une tribu soudée par la GPA. Nicolas et Tom ont la trentaine et sont pacsés depuis 6 ans. Nous les avons suivis depuis l'annonce de leur projet de paternité commune à leurs parents, jusqu'à la naissance de leurs jumeaux, une fille et un garçon, à Portland aux États-Unis. L'un des jumeaux est issu du sperme de Tom, l'autre de celui Nicolas. Le couple a eu recours à une mère porteuse et à une donneuse d'ovocytes. Aux États-Unis, la GPA est un projet très onéreux. Nicolas et Tom ont dû emprunter une partie des 100 000 euros nécessaires. Sur cette somme les mères porteuses reçoivent environ 30 000 euros, le reste sert à couvrir les frais médicaux et juridiques. En Europe, certains pays se lancent sur le créneau. À Kiev en Ukraine, une clinique au marketing commercial offensif propose des « packs GPA » entre 30 000 et 50 000 euros. Une formule « tout-compris » qui rassure les couples souvent éreintés par des années d'échecs et de fécondations in vitro (FIV) à répétition. Pour autant leur parcours reste semé d´embûches car si les États-Unis délivrent aux enfants nés par GPA un passeport américain en vertu du droit du sol, ce n'est pas le cas en Ukraine où ces enfants naissent en quelque sorte « sans-papiers ». Pour ramener leurs jumeaux en France, Virginie et Laurent vont devoir faire le siège de l'ambassade de France durant deux mois afin d'obtenir un simple laisser-passer. Une fois revenus sur le territoire, obtiendront-ils des papiers d'identité ? Pourront-ils inscrire leurs enfants à la sécurité sociale ? Sur leur livret de famille ? Cela dépendra du bon vouloir de leurs interlocuteurs… Au-delà du témoignage des parents, nous avons souhaité entendre aussi la voix d'enfants nés par GPA. En exclusivité, nous avons rencontré Valentina et Fiorella Mennesson. Âgées de 16 ans, ces pionnières sont parmi des premiers petits Français nés grâce à une mère porteuse. Mais leurs parents se battent encore aujourd'hui pour qu´elles soient inscrites à l'état civil.

      Lire la suite Zone interdite (54 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Chaque année, environ 250 bébés français naîtraient, à l'étranger, grâce à des mères porteuses. Illégal en France, le recours à la GPA, la Gestation pour Autrui, est toléré et encadré dans d'autres pays d'Europe et même légal aux États-Unis, dans certains états. En France, c'est un sujet brûlant : certaines associations familiales dénoncent une marchandisation du corps des femmes et craignent que l'enfant ne se transforme en bien de consommation, tandis que pour de nombreux couples la GPA représente l'ultime espoir de devenir parents. Notre enquête mettra aussi en lumière les dérives et les abus de la GPA : des parents soupçonnés d'abandon d'enfant handicapé, des gestatrices enchainant les grossesses, mais aussi des arnaques sordides montées par des mères porteuses. Ophélie Meunier et ses équipes ont pu suivre les itinéraires particuliers de ces couples qui ont recours à des mères porteuses. Fait rare, tous ont accepté de partager leur aventure à visage découvert. De la naissance du projet à celle de leurs enfants, nous suivrons ces nouvelles familles, devant des grands-parents souvent aussi émus qu'éberlués par la complexité du processus. Questionnement éthique et bagarre juridique pour les couples qui, en règle générale, ne parviennent pas à faire inscrire leurs enfants à l'état civil français. Sarah et Eric vivent à Paris, mais c'est aux États-Unis, le pays d'origine de Sarah que leurs 3 enfants sont nés de 3 mères porteuses différentes. L'une d'entre elles est la sœur de Sarah, les autres sont des amies avec lesquelles le couple entretient un lien très fort : rencontre avec une tribu soudée par la GPA. Nicolas et Tom ont la trentaine et sont pacsés depuis 6 ans. Nous les avons suivis depuis l'annonce de leur projet de paternité commune à leurs parents, jusqu'à la naissance de leurs jumeaux, une fille et un garçon, à Portland aux États-Unis. L'un des jumeaux est issu du sperme de Tom, l'autre de celui Nicolas. Le couple a eu recours à une mère porteuse et à une donneuse d'ovocytes. Aux États-Unis, la GPA est un projet très onéreux. Nicolas et Tom ont dû emprunter une partie des 100 000 euros nécessaires. Sur cette somme les mères porteuses reçoivent environ 30 000 euros, le reste sert à couvrir les frais médicaux et juridiques. En Europe, certains pays se lancent sur le créneau. À Kiev en Ukraine, une clinique au marketing commercial offensif propose des « packs GPA » entre 30 000 et 50 000 euros. Une formule « tout-compris » qui rassure les couples souvent éreintés par des années d'échecs et de fécondations in vitro (FIV) à répétition. Pour autant leur parcours reste semé d´embûches car si les États-Unis délivrent aux enfants nés par GPA un passeport américain en vertu du droit du sol, ce n'est pas le cas en Ukraine où ces enfants naissent en quelque sorte « sans-papiers ». Pour ramener leurs jumeaux en France, Virginie et Laurent vont devoir faire le siège de l'ambassade de France durant deux mois afin d'obtenir un simple laisser-passer. Une fois revenus sur le territoire, obtiendront-ils des papiers d'identité ? Pourront-ils inscrire leurs enfants à la sécurité sociale ? Sur leur livret de famille ? Cela dépendra du bon vouloir de leurs interlocuteurs… Au-delà du témoignage des parents, nous avons souhaité entendre aussi la voix d'enfants nés par GPA. En exclusivité, nous avons rencontré Valentina et Fiorella Mennesson. Âgées de 16 ans, ces pionnières sont parmi des premiers petits Français nés grâce à une mère porteuse. Mais leurs parents se battent encore aujourd'hui pour qu´elles soient inscrites à l'état civil.
    • Magazine

      Zone interdite

      Être fille ou garçon, le dilemme des transgenres

      aucun (0 vote) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Il y aurait près de 15 000 personnes transgenres en France. Parmi elles, de plus en plus d'enfants et d'adolescents qui expriment le besoin de changer de genre. De fille à garçon ou de garçon à fille. Aucun psychiatre ne peut à ce jour expliquer d'un point de vue scientifique la cause de ce mal-être, appelé aussi dysphorie de genre. Dans les médias, on ne compte plus les célébrités transgenres. Acteurs, politiques, mannequins font sensation dès qu'ils annoncent leur changement de genre. Aux États-Unis, le militaire Bradley Manning, lanceur d'alerte de Wikileaks, est devenu Chelsea en prison. Les frères Wachowski, réalisateurs de la trilogie « Matrix », sont devenus des sœurs : Lilly et Lana. Mais loin des projecteurs, que se passe-t-il vraiment dans la société française ? De Rennes (Îlle-et-Vilaine) à Coulommiers (Seine-et-Marne), de Bordeaux (Gironde) à Paris nous avons suivi des personnes transgenres tout au long des différentes étapes de leur métamorphose. Isaac a 14 ans. Il a commencé son année de 3e au collège en tant que fille ; il la termine en garçon. Depuis sa plus tendre enfance, il a la sensation de vivre dans un corps qui n'est pas le sien. Comment ses parents l'aident-ils dans ce parcours difficile ? Quels regard ses camarades et ses professeurs portent-ils sur lui ? À 24 ans, Laura fait une transition de garçon à fille. Depuis 18 mois, elle décrit chaque phase de sa transformation sur YouTube et donne des conseils à ceux qui se cherchent. Pour la communauté transgenre, Internet est une source d'information inépuisable. Ultra-féminine, Laura vit avec Maxime, son amoureux, et elle n'éprouve pas le besoin d'aller jusqu'à la vaginopastie, l'intervention chirurgicale ultime qui transforme un pénis en vagin. En revanche pour Iris, 21 ans, cette opération sera un soulagement : elle est prête à attendre plusieurs années, à être évaluée par des psychologues, à subir une intervention longue et douloureuse pour vivre enfin en harmonie avec son corps. Cédric, lui, souhaite prendre des hormones pour quitter son corps de fille et devenir un garçon, mais l'annonce de sa décision à ses parents va provoquer un choc terrible, une rupture. À 18 ans, à peine sorti de l'adolescence, comment parviendra-t-il à vivre seul et sans ressources pour assumer son choix ? Un choix si impératif que certains n'hésitent pas à se lancer sur le tard, comme Jackie, 60 ans, cadre bancaire à la retraite. C'était un homme marié, c'est aujourd'hui une femme divorcée. Qu'elles aient 14 ou 60 ans, nous avons suivi les parcours de ces personnes transgenres en pleine transition et qui ont décidé de partager avec nous leurs joies et leurs souffrances.

      Lire la suite Zone interdite (52 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Il y aurait près de 15 000 personnes transgenres en France. Parmi elles, de plus en plus d'enfants et d'adolescents qui expriment le besoin de changer de genre. De fille à garçon ou de garçon à fille. Aucun psychiatre ne peut à ce jour expliquer d'un point de vue scientifique la cause de ce mal-être, appelé aussi dysphorie de genre. Dans les médias, on ne compte plus les célébrités transgenres. Acteurs, politiques, mannequins font sensation dès qu'ils annoncent leur changement de genre. Aux États-Unis, le militaire Bradley Manning, lanceur d'alerte de Wikileaks, est devenu Chelsea en prison. Les frères Wachowski, réalisateurs de la trilogie « Matrix », sont devenus des sœurs : Lilly et Lana. Mais loin des projecteurs, que se passe-t-il vraiment dans la société française ? De Rennes (Îlle-et-Vilaine) à Coulommiers (Seine-et-Marne), de Bordeaux (Gironde) à Paris nous avons suivi des personnes transgenres tout au long des différentes étapes de leur métamorphose. Isaac a 14 ans. Il a commencé son année de 3e au collège en tant que fille ; il la termine en garçon. Depuis sa plus tendre enfance, il a la sensation de vivre dans un corps qui n'est pas le sien. Comment ses parents l'aident-ils dans ce parcours difficile ? Quels regard ses camarades et ses professeurs portent-ils sur lui ? À 24 ans, Laura fait une transition de garçon à fille. Depuis 18 mois, elle décrit chaque phase de sa transformation sur YouTube et donne des conseils à ceux qui se cherchent. Pour la communauté transgenre, Internet est une source d'information inépuisable. Ultra-féminine, Laura vit avec Maxime, son amoureux, et elle n'éprouve pas le besoin d'aller jusqu'à la vaginopastie, l'intervention chirurgicale ultime qui transforme un pénis en vagin. En revanche pour Iris, 21 ans, cette opération sera un soulagement : elle est prête à attendre plusieurs années, à être évaluée par des psychologues, à subir une intervention longue et douloureuse pour vivre enfin en harmonie avec son corps. Cédric, lui, souhaite prendre des hormones pour quitter son corps de fille et devenir un garçon, mais l'annonce de sa décision à ses parents va provoquer un choc terrible, une rupture. À 18 ans, à peine sorti de l'adolescence, comment parviendra-t-il à vivre seul et sans ressources pour assumer son choix ? Un choix si impératif que certains n'hésitent pas à se lancer sur le tard, comme Jackie, 60 ans, cadre bancaire à la retraite. C'était un homme marié, c'est aujourd'hui une femme divorcée. Qu'elles aient 14 ou 60 ans, nous avons suivi les parcours de ces personnes transgenres en pleine transition et qui ont décidé de partager avec nous leurs joies et leurs souffrances.
    • Magazine

      Zone interdite

      Greffe : cet inconnu qui m'a sauvé la vie

      aucun (0 vote) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      À chaque greffe, c'est une course contre la mort qui s'engage. Équipe médicale sur le pied de guerre, pilotes de jets privés et motards de la gendarmerie mobilisés : les moyens mis en œuvre sont considérables et l'organisation sans faille car sauver une vie n'a pas de prix. Pendant un an et demi, Zone Interdite a pu suivre les premiers pas de patients sur le chemin de leur renaissance, pour un document exceptionnel. L'occasion pour chacun de se poser, en famille, une question essentielle : et vous, qu'êtes-vous prêts à donner ? Alexia, 25 ans, a soif de vivre, mais cette ravissante jeune femme est en sursis. Sans une double greffe simultanée du cœur et des poumons elle n'a plus que quelques semaines devant elle. Sa survie dépend d'une prouesse médicale, il y a moins de dix opérations de ce type par an en France. Pour tenter de la sauver, les médecins l'ont inscrite sur une liste prioritaire : celle des super-urgences. Comment vaincre l'angoisse lorsque la greffe se fait attendre ? Quelles sont les peurs parfois irrationnelles à l'idée de vivre avec les organes d'un autre ? Notre équipe a suivi ce qu'Alexia appelle sa « re-naissance », dans les périodes de doutes jusqu'à l'incroyable : une dizaine de jours après la greffe, son premier footing dans les couloirs de l'hôpital. Un moment vertigineux : la maladie l'empêchait de courir depuis l'âge de 5 ans. Alexia fait partie des 5 000 personnes qui ont bénéficié d'un don d'organe l'an dernier. Mais aujourd'hui en France, 21 000 personnes sont en attente d'une greffe. La survie des uns passe souvent par la mort des autres. Même si nous sommes tous présumés donneurs, ce sont toujours les parents ou les proches qui prennent la décision ultime d'accepter, ou de refuser, que des organes soient prélevés. Dans l'urgence se pose alors pour les familles la douloureuse question du don. Dorothée a dû surmonter la pire épreuve qu'un parent puisse traverser : la perte d'un enfant. Lorsque les médecins lui annoncent que son fils Michel est en état de mort cérébrale, elle n'a que quelques heures pour se prononcer. Une décision difficile qu'elle prendra en pensant aux vies sauvées grâce aux organes de son fils. Aujourd'hui cinq personnes vivent grâce aux poumons au cœur et au foie de son fils. En France, la pénurie de greffons est telle que les malades attendent souvent un organe pendant des années. C'est le cas de David, 40 ans, papa d'un petit garçon et commercial dans une grande concession automobile. Il attend un cœur depuis 2 ans et son état se dégrade de jour en jour. Son portable est branché 24h sur 24, et toute la famille vit dans l'angoisse de la panne de batterie. Si l'hôpital appelle, David devra répondre sur le champ et être à moins de 2 heures de Paris. En attendant la greffe, lui et les siens sont condamnés à une vie entre parenthèses. Pour sauver toujours plus de patients et réduire les délais d'attente, la loi a évolué. Il est désormais possible de donner un foie ou un rein de son vivant à des membres de sa famille ou même à un ami. Virginie et Stéphane sont mariés depuis 23 ans et ont deux enfants. À 42 ans, Virginie est atteinte d'une polykystose, une maladie génétique qui détruit ses reins mois après mois. Son père et son grand-père en sont morts, faute de greffe. Pour sauver Virginie, son époux va lui offrir l'un de ses reins. Un acte d'amour mais aussi une décision mûrement réfléchie, et pour laquelle le couple va devoir passer devant un juge. La loi délimite strictement le don d'organe, qui doit être gratuit et librement consenti afin d´éviter tout trafic. Les greffes sauvent, mais parfois, elles permettent aussi de réparer les accidents de la vie. Jean-Michel est un cas unique : il est le seul patient en France à attendre de nouvelles mains. Une greffe exceptionnelle pour un patient hors du commun. Jean-Michel, atteint d'une affection rarissime, a perdu ses mains et ses jambes il y a cinq ans. Depuis, il bluffe le corps médical par sa détermination, et pose sans tabou les questions qui dérangent. Aurait-il pu être greffé si des familles avaient accepté que les mains soient prélevées sur leurs défunts ? La réponse est oui. Mais il est difficile pour les proches d'accepter le don des yeux, des mains ou du visage ; des parties du corps qui touchent à l'intime… Des réticences que Jean-Michel comprend. Alors il attend. Sa greffe est une prouesse médicale mondiale pour laquelle une équipe de 50 médecins est dans les starting-blocks.

      Lire la suite Zone interdite (51 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      À chaque greffe, c'est une course contre la mort qui s'engage. Équipe médicale sur le pied de guerre, pilotes de jets privés et motards de la gendarmerie mobilisés : les moyens mis en œuvre sont considérables et l'organisation sans faille car sauver une vie n'a pas de prix. Pendant un an et demi, Zone Interdite a pu suivre les premiers pas de patients sur le chemin de leur renaissance, pour un document exceptionnel. L'occasion pour chacun de se poser, en famille, une question essentielle : et vous, qu'êtes-vous prêts à donner ? Alexia, 25 ans, a soif de vivre, mais cette ravissante jeune femme est en sursis. Sans une double greffe simultanée du cœur et des poumons elle n'a plus que quelques semaines devant elle. Sa survie dépend d'une prouesse médicale, il y a moins de dix opérations de ce type par an en France. Pour tenter de la sauver, les médecins l'ont inscrite sur une liste prioritaire : celle des super-urgences. Comment vaincre l'angoisse lorsque la greffe se fait attendre ? Quelles sont les peurs parfois irrationnelles à l'idée de vivre avec les organes d'un autre ? Notre équipe a suivi ce qu'Alexia appelle sa « re-naissance », dans les périodes de doutes jusqu'à l'incroyable : une dizaine de jours après la greffe, son premier footing dans les couloirs de l'hôpital. Un moment vertigineux : la maladie l'empêchait de courir depuis l'âge de 5 ans. Alexia fait partie des 5 000 personnes qui ont bénéficié d'un don d'organe l'an dernier. Mais aujourd'hui en France, 21 000 personnes sont en attente d'une greffe. La survie des uns passe souvent par la mort des autres. Même si nous sommes tous présumés donneurs, ce sont toujours les parents ou les proches qui prennent la décision ultime d'accepter, ou de refuser, que des organes soient prélevés. Dans l'urgence se pose alors pour les familles la douloureuse question du don. Dorothée a dû surmonter la pire épreuve qu'un parent puisse traverser : la perte d'un enfant. Lorsque les médecins lui annoncent que son fils Michel est en état de mort cérébrale, elle n'a que quelques heures pour se prononcer. Une décision difficile qu'elle prendra en pensant aux vies sauvées grâce aux organes de son fils. Aujourd'hui cinq personnes vivent grâce aux poumons au cœur et au foie de son fils. En France, la pénurie de greffons est telle que les malades attendent souvent un organe pendant des années. C'est le cas de David, 40 ans, papa d'un petit garçon et commercial dans une grande concession automobile. Il attend un cœur depuis 2 ans et son état se dégrade de jour en jour. Son portable est branché 24h sur 24, et toute la famille vit dans l'angoisse de la panne de batterie. Si l'hôpital appelle, David devra répondre sur le champ et être à moins de 2 heures de Paris. En attendant la greffe, lui et les siens sont condamnés à une vie entre parenthèses. Pour sauver toujours plus de patients et réduire les délais d'attente, la loi a évolué. Il est désormais possible de donner un foie ou un rein de son vivant à des membres de sa famille ou même à un ami. Virginie et Stéphane sont mariés depuis 23 ans et ont deux enfants. À 42 ans, Virginie est atteinte d'une polykystose, une maladie génétique qui détruit ses reins mois après mois. Son père et son grand-père en sont morts, faute de greffe. Pour sauver Virginie, son époux va lui offrir l'un de ses reins. Un acte d'amour mais aussi une décision mûrement réfléchie, et pour laquelle le couple va devoir passer devant un juge. La loi délimite strictement le don d'organe, qui doit être gratuit et librement consenti afin d´éviter tout trafic. Les greffes sauvent, mais parfois, elles permettent aussi de réparer les accidents de la vie. Jean-Michel est un cas unique : il est le seul patient en France à attendre de nouvelles mains. Une greffe exceptionnelle pour un patient hors du commun. Jean-Michel, atteint d'une affection rarissime, a perdu ses mains et ses jambes il y a cinq ans. Depuis, il bluffe le corps médical par sa détermination, et pose sans tabou les questions qui dérangent. Aurait-il pu être greffé si des familles avaient accepté que les mains soient prélevées sur leurs défunts ? La réponse est oui. Mais il est difficile pour les proches d'accepter le don des yeux, des mains ou du visage ; des parties du corps qui touchent à l'intime… Des réticences que Jean-Michel comprend. Alors il attend. Sa greffe est une prouesse médicale mondiale pour laquelle une équipe de 50 médecins est dans les starting-blocks.
    • Magazine

      Zone interdite

      Au coeur de quatre mariages pas comme les autres

      aucun (0 vote) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Magazine d'actualité, Zone Interdite se compose de divers reportages et de plateaux où sont accueillis des invités ayant un rapport direct avec les thèmes abordés dans les reportages.

      Lire la suite Zone interdite (47 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Magazine d'actualité, Zone Interdite se compose de divers reportages et de plateaux où sont accueillis des invités ayant un rapport direct avec les thèmes abordés dans les reportages.
    • Magazine

      Zone interdite

      Enfants de gitans une vie de roi

      aucun (0 vote) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Magazine d'actualité, Zone Interdite se compose de divers reportages et de plateaux où sont accueillis des invités ayant un rapport direct avec les thèmes abordés dans les reportages.

      Lire la suite Zone interdite (47 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Magazine d'actualité, Zone Interdite se compose de divers reportages et de plateaux où sont accueillis des invités ayant un rapport direct avec les thèmes abordés dans les reportages.
    • Magazine

      Zone interdite

      Secrets et coulisses du plais de l'elysée

      aucun (0 vote) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Magazine d'actualité, Zone Interdite se compose de divers reportages et de plateaux où sont accueillis des invités ayant un rapport direct avec les thèmes abordés dans les reportages.

      Lire la suite Zone interdite (47 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Magazine d'actualité, Zone Interdite se compose de divers reportages et de plateaux où sont accueillis des invités ayant un rapport direct avec les thèmes abordés dans les reportages.
    • Magazine

      Zone interdite

      Un an dans les secrets du Palais princier de Monaco

      aucun (0 vote) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Magazine d'actualité, Zone Interdite se compose de divers reportages et de plateaux où sont accueillis des invités ayant un rapport direct avec les thèmes abordés dans les reportages.

      Lire la suite Zone interdite (47 vidéos) 1 commentaire
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Magazine d'actualité, Zone Interdite se compose de divers reportages et de plateaux où sont accueillis des invités ayant un rapport direct avec les thèmes abordés dans les reportages.
    • Magazine

      Zone interdite

      Adolescentes et déjà mamans : le choix d'une vie

      aucun (0 vote) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      En France, 30 000 adolescentes sont enceintes chaque année et un tiers d'entre elles mènent leur grossesse à terme. Chelsea est en terminale, dans un lycée du sud de la France. En sortant de l'école, pendant que d'autres révisent, Chelsea doit s'occuper d'Ilann, son petit garçon de 8 mois. L'adolescente n'a manqué ses cours que durant 15 jours après son accouchement. Concilier sa vie de maman et de lycéenne est une bataille de tous les instants. Soutenue par sa mère et par Richard, son petit ami, la toute jeune maman réussira-t-elle à passer son bac ? Célia, 18 ans, vit encore chez ses parents, en Vendée. Après un premier avortement traumatisant à 16 ans, la jeune femme a décidé cette fois-ci de garder le bébé qu'elle attend. Dans quelques mois, avec Jordan, son petit ami depuis 3 ans, ils s'apprêtent à accueillir leur premier enfant. Mais cette grossesse surprise va les faire grandir bien plus vite qu'ils ne l'avaient imaginé. Accouchement, déménagement, vie à trois : comment ce tout jeune couple va-t-il faire face à ses responsabilités ? Diana, 17 ans, est la mère de Réliane. L'adolescente n'a découvert qu'elle était enceinte qu'à 4 mois et demi de grossesse, alors qu'elle était déjà séparée du père de son enfant. Diana a connu une enfance difficile et vit désormais dans un foyer pour mères isolées dans la banlieue de Lille. Jour après jour, elle tente de se reconstruire avec son petit garçon d'un an, et Rémi, son nouveau petit ami qui, du haut de ses 16 ans, s'occupe de Réliane comme si c'était son propre fils. Mais comment Diana peut-elle apprendre à être mère sans aucun repère ? Qu'est-ce qui pousse ces jeunes filles à devenir mères aujourd'hui ? Sont-elles en mesure d'assumer un enfant alors qu'elles sortent à peine de l'enfance ? Durant un an, Ophélie Meunier et les équipes de Zone Interdite ont suivi le quotidien hors norme de ces adolescentes que la maternité propulse dans une vie d'adulte.

      Lire la suite Zone interdite (53 vidéos) 1 commentaire
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      En France, 30 000 adolescentes sont enceintes chaque année et un tiers d'entre elles mènent leur grossesse à terme. Chelsea est en terminale, dans un lycée du sud de la France. En sortant de l'école, pendant que d'autres révisent, Chelsea doit s'occuper d'Ilann, son petit garçon de 8 mois. L'adolescente n'a manqué ses cours que durant 15 jours après son accouchement. Concilier sa vie de maman et de lycéenne est une bataille de tous les instants. Soutenue par sa mère et par Richard, son petit ami, la toute jeune maman réussira-t-elle à passer son bac ? Célia, 18 ans, vit encore chez ses parents, en Vendée. Après un premier avortement traumatisant à 16 ans, la jeune femme a décidé cette fois-ci de garder le bébé qu'elle attend. Dans quelques mois, avec Jordan, son petit ami depuis 3 ans, ils s'apprêtent à accueillir leur premier enfant. Mais cette grossesse surprise va les faire grandir bien plus vite qu'ils ne l'avaient imaginé. Accouchement, déménagement, vie à trois : comment ce tout jeune couple va-t-il faire face à ses responsabilités ? Diana, 17 ans, est la mère de Réliane. L'adolescente n'a découvert qu'elle était enceinte qu'à 4 mois et demi de grossesse, alors qu'elle était déjà séparée du père de son enfant. Diana a connu une enfance difficile et vit désormais dans un foyer pour mères isolées dans la banlieue de Lille. Jour après jour, elle tente de se reconstruire avec son petit garçon d'un an, et Rémi, son nouveau petit ami qui, du haut de ses 16 ans, s'occupe de Réliane comme si c'était son propre fils. Mais comment Diana peut-elle apprendre à être mère sans aucun repère ? Qu'est-ce qui pousse ces jeunes filles à devenir mères aujourd'hui ? Sont-elles en mesure d'assumer un enfant alors qu'elles sortent à peine de l'enfance ? Durant un an, Ophélie Meunier et les équipes de Zone Interdite ont suivi le quotidien hors norme de ces adolescentes que la maternité propulse dans une vie d'adulte.
    • Magazine

      Zone interdite

      Locaux contre touristes : chaque été c'est la guerre !

      aucun (0 vote) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Pendant l'été, certaines stations balnéaires voient leur population multipliée par dix et cela ne va pas sans provoquer quelques étincelles. Les locaux, bien tranquilles le reste de l'année, doivent faire face à l'afflux massif de touristes pendant deux mois et, bien souvent, à leurs nuisances. Incivilités, tapages nocturnes, surpopulation, pollution : les habitants se retrouvent pris en otage dans leur propre ville et vivent un quotidien infernal. Les municipalités, elles, se trouvent face à un dilemme : préserver la manne financière générée par le tourisme tout en protégeant les riverains qui sont leurs électeurs. À la Grande-Motte (Hérault), 200 habitants sont ulcérés par les paillotes qui transforment les plages en boîte de nuit géante chaque week-end. Certains d'entre eux ont déboursé plus de 20 000 euros pour faire insonoriser leur appartement ! Les victimes ont formé un collectif et sont bien décidées à s'attaquer à ce business très lucratif, quitte à affronter la mairie et les propriétaires des paillottes. Le littoral français, quant à lui, est bien souvent le théâtre d'une bétonisation massive. Hôtels et résidences secondaires y fleurissent en nombres, parfois même en toute illégalité, au grand dam des résidents. Le château Diter dans le Var en est la parfaite illustration. Philippe Diter a acheté un domaine de sept hectares dans une zone protégée sur les hauteurs boisées de Grasse avec un mas provençal de 200 m² sur la propriété. Il s'est affranchi des permis de construire et a transformé ce mas en un palace de 1 600 m² avec deux héliports et trois piscines. Toute l'année, il y organise des mariages de luxe, des soirées privées et des séminaires d'entreprises. Et là encore, les riverains sont au bord de la crise de nerf. Mais l'été, la hantise de certaines communes porte un nom : le teknival. Un festival organisé sans aucune autorisation, dont le lieu est choisi au dernier moment et qui rassemble des dizaines de milliers de jeunes chaque été. La commune de Pernay (Indre-et-Loire) est toujours sous le choc : 60 000 festivaliers en quatre jours. En pleine zone naturelle protégée, la mairie a été contrainte de mobiliser, au pied levé, 300 gendarmes et pompiers. En plus des nuisances sonores, les locaux dénoncent la présence de dealers venus alimenter les festivaliers, sans parler des embouteillages monstres et des montagnes de déchets abandonnés après le départ des fêtards. Des hébergements sauvages en passant par les soirées qui dégénèrent, jusqu'aux problèmes environnementaux, Zone Interdite a enquêté sur cette guerre qui oppose chaque été touristes et locaux.

      Lire la suite Zone interdite (51 vidéos) 4 commentaires
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Pendant l'été, certaines stations balnéaires voient leur population multipliée par dix et cela ne va pas sans provoquer quelques étincelles. Les locaux, bien tranquilles le reste de l'année, doivent faire face à l'afflux massif de touristes pendant deux mois et, bien souvent, à leurs nuisances. Incivilités, tapages nocturnes, surpopulation, pollution : les habitants se retrouvent pris en otage dans leur propre ville et vivent un quotidien infernal. Les municipalités, elles, se trouvent face à un dilemme : préserver la manne financière générée par le tourisme tout en protégeant les riverains qui sont leurs électeurs. À la Grande-Motte (Hérault), 200 habitants sont ulcérés par les paillotes qui transforment les plages en boîte de nuit géante chaque week-end. Certains d'entre eux ont déboursé plus de 20 000 euros pour faire insonoriser leur appartement ! Les victimes ont formé un collectif et sont bien décidées à s'attaquer à ce business très lucratif, quitte à affronter la mairie et les propriétaires des paillottes. Le littoral français, quant à lui, est bien souvent le théâtre d'une bétonisation massive. Hôtels et résidences secondaires y fleurissent en nombres, parfois même en toute illégalité, au grand dam des résidents. Le château Diter dans le Var en est la parfaite illustration. Philippe Diter a acheté un domaine de sept hectares dans une zone protégée sur les hauteurs boisées de Grasse avec un mas provençal de 200 m² sur la propriété. Il s'est affranchi des permis de construire et a transformé ce mas en un palace de 1 600 m² avec deux héliports et trois piscines. Toute l'année, il y organise des mariages de luxe, des soirées privées et des séminaires d'entreprises. Et là encore, les riverains sont au bord de la crise de nerf. Mais l'été, la hantise de certaines communes porte un nom : le teknival. Un festival organisé sans aucune autorisation, dont le lieu est choisi au dernier moment et qui rassemble des dizaines de milliers de jeunes chaque été. La commune de Pernay (Indre-et-Loire) est toujours sous le choc : 60 000 festivaliers en quatre jours. En pleine zone naturelle protégée, la mairie a été contrainte de mobiliser, au pied levé, 300 gendarmes et pompiers. En plus des nuisances sonores, les locaux dénoncent la présence de dealers venus alimenter les festivaliers, sans parler des embouteillages monstres et des montagnes de déchets abandonnés après le départ des fêtards. Des hébergements sauvages en passant par les soirées qui dégénèrent, jusqu'aux problèmes environnementaux, Zone Interdite a enquêté sur cette guerre qui oppose chaque été touristes et locaux.
    • Magazine

      Zone interdite

      Un été pour refaire ma maison

      aucun (0 vote) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      L'été, c'est la saison préférée des Français pour se mettre au bricolage ! L'occasion d'aménager de nouvelles pièces, de repenser sa déco ou de construire sa maison. Ludovic et sa femme ont décidé de s'agrandir pour l'arrivée de leur premier enfant. Ils viennent d'acheter une vieille bâtisse que Ludovic va devoir rénover du sol au plafond. Le jeune homme veut tout faire tout seul. Question de budget et d'envie. Mais un bébé ne va pas tarder à pointer le bout de son nez et la maison n'est toujours pas prête. Comment le jeune homme va-t-il réussir à accueillir sa famille ? Avec cinq frères et un papa charpentier, Sophie, elle, manie la perceuse depuis son plus jeune âge. Elle s'est lancée un pari : construire, en six mois, une tiny house, une petite maison mobile sur roue, sans permis de construire, permettant de partir sur les routes en toute liberté. Venu des États-Unis, ce phénomène est de plus en plus tendance. Mais une tiny house, ça se construit de A à Z : de la pose de la première roue, à celle du toit, en passant par l'enduit et la plomberie. Sophie veut être prête pour son anniversaire, pour commencer ensuite une nouvelle vie. Mais quand on n'a aucune notion de bricolage, ce n'est pas évident de faire les bons choix de matériaux ! Muriel vient de s'acheter un appartement en banlieue parisienne. Aidée de ses amies, elle a décidé de le réaménager. La jeune femme n'a jamais bricolé, et encore moins tenu de marteau en main. Alors casser des cloisons ou poser du parquet va s'avérer bien plus qu'une simple aventure pour elle ! Enfin, pour les bricoleurs de la campagne, trop loin des grandes surfaces, la famille Chaminas vient à eux ! Depuis trois générations, elle est à la tête d'une flotte de dix camions-magasins qui sillonnent toute l'année les routes du sud de la France. À leur bord, des centaines d'outils ou de matériaux. Et pour les vendre, Éric, un chauffeur-vendeur au bagout inépuisable et à la galéjade facile. Chaque mois, les habitants de petits villages perdus dans la Provence attendent avec impatience la visite de leur camelot préféré ! Grands travaux, petits coups de peinture, crises de nerf, mais aussi satisfaction du travail accompli... Zone interdite vous fait vivre les grands moments des bricoleurs de l'été.

      Lire la suite Zone interdite (53 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      L'été, c'est la saison préférée des Français pour se mettre au bricolage ! L'occasion d'aménager de nouvelles pièces, de repenser sa déco ou de construire sa maison. Ludovic et sa femme ont décidé de s'agrandir pour l'arrivée de leur premier enfant. Ils viennent d'acheter une vieille bâtisse que Ludovic va devoir rénover du sol au plafond. Le jeune homme veut tout faire tout seul. Question de budget et d'envie. Mais un bébé ne va pas tarder à pointer le bout de son nez et la maison n'est toujours pas prête. Comment le jeune homme va-t-il réussir à accueillir sa famille ? Avec cinq frères et un papa charpentier, Sophie, elle, manie la perceuse depuis son plus jeune âge. Elle s'est lancée un pari : construire, en six mois, une tiny house, une petite maison mobile sur roue, sans permis de construire, permettant de partir sur les routes en toute liberté. Venu des États-Unis, ce phénomène est de plus en plus tendance. Mais une tiny house, ça se construit de A à Z : de la pose de la première roue, à celle du toit, en passant par l'enduit et la plomberie. Sophie veut être prête pour son anniversaire, pour commencer ensuite une nouvelle vie. Mais quand on n'a aucune notion de bricolage, ce n'est pas évident de faire les bons choix de matériaux ! Muriel vient de s'acheter un appartement en banlieue parisienne. Aidée de ses amies, elle a décidé de le réaménager. La jeune femme n'a jamais bricolé, et encore moins tenu de marteau en main. Alors casser des cloisons ou poser du parquet va s'avérer bien plus qu'une simple aventure pour elle ! Enfin, pour les bricoleurs de la campagne, trop loin des grandes surfaces, la famille Chaminas vient à eux ! Depuis trois générations, elle est à la tête d'une flotte de dix camions-magasins qui sillonnent toute l'année les routes du sud de la France. À leur bord, des centaines d'outils ou de matériaux. Et pour les vendre, Éric, un chauffeur-vendeur au bagout inépuisable et à la galéjade facile. Chaque mois, les habitants de petits villages perdus dans la Provence attendent avec impatience la visite de leur camelot préféré ! Grands travaux, petits coups de peinture, crises de nerf, mais aussi satisfaction du travail accompli... Zone interdite vous fait vivre les grands moments des bricoleurs de l'été.
    • Magazine

      Zone interdite

      Passion et bons plans pour la maison : dans les coulisses d'un géant du bricolage et de la déco

      aucun (0 vote) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Aménager sa chambre, son salon ou sa cuisine, re-décorer sa salle de bain, retaper de fond en comble sa maison ou même en bâtir soi-même les fondations… le bricolage est devenu la passion n°1 des Français ! Premier poste de dépenses avant l'habillement et l'ameublement, la demande est de plus en plus forte pour les enseignes de bricolage. Ophélie Meunier et les caméras de Zone Interdite vous emmènent découvrir les coulisses d'un géant du bricolage et de la décoration. Pour satisfaire ses clients et en attirer encore davantage, il s'entoure de vendeurs professionnels et motivés. Tous vivent de la même passion et ont à cœur de la partager ! Fanny a tout quitté pour venir travailler dans ce temple du bricolage. Sans aucune expérience dans le domaine, cette petite blonde profite de chaque formation offerte par l'entreprise pour apprendre et progresser. Que va lui réserver cette nouvelle vie professionnelle ? Antoni est vendeur au rayon menuiserie. Depuis tout petit, il n'a qu'un rêve : construire lui-même sa maison en bois. Avec peu de temps personnel et peu de moyens financiers, comment va-t-il s'organiser pour réussir son pari ? Angela est la responsable décoration du magasin de Mantes-la-Jolie (Yvelines). Cette jeune femme charismatique est la « miss Damidot » de son secteur. Quand un client a besoin d'aide, elle jubile et court dans tous les rayons à la recherche du produit idéal. Elle veut partager ses idées et propose même à sa direction un nouveau projet d'accompagnement pour ses clients… Des clients comme Sophie et Emmanuel, en couple depuis peu, qui ont déjà un projet de vie ambitieux… Ils ont racheté une maison de charme qu'ils doivent rénover en entier. Ni l'un ni l'autre ne sait manier le marteau mais avec beaucoup d'humour, d'autodérision et de patience, ils n'hésitent pas à se retrousser les manches !

      Lire la suite Zone interdite (53 vidéos) Commenter
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Aménager sa chambre, son salon ou sa cuisine, re-décorer sa salle de bain, retaper de fond en comble sa maison ou même en bâtir soi-même les fondations… le bricolage est devenu la passion n°1 des Français ! Premier poste de dépenses avant l'habillement et l'ameublement, la demande est de plus en plus forte pour les enseignes de bricolage. Ophélie Meunier et les caméras de Zone Interdite vous emmènent découvrir les coulisses d'un géant du bricolage et de la décoration. Pour satisfaire ses clients et en attirer encore davantage, il s'entoure de vendeurs professionnels et motivés. Tous vivent de la même passion et ont à cœur de la partager ! Fanny a tout quitté pour venir travailler dans ce temple du bricolage. Sans aucune expérience dans le domaine, cette petite blonde profite de chaque formation offerte par l'entreprise pour apprendre et progresser. Que va lui réserver cette nouvelle vie professionnelle ? Antoni est vendeur au rayon menuiserie. Depuis tout petit, il n'a qu'un rêve : construire lui-même sa maison en bois. Avec peu de temps personnel et peu de moyens financiers, comment va-t-il s'organiser pour réussir son pari ? Angela est la responsable décoration du magasin de Mantes-la-Jolie (Yvelines). Cette jeune femme charismatique est la « miss Damidot » de son secteur. Quand un client a besoin d'aide, elle jubile et court dans tous les rayons à la recherche du produit idéal. Elle veut partager ses idées et propose même à sa direction un nouveau projet d'accompagnement pour ses clients… Des clients comme Sophie et Emmanuel, en couple depuis peu, qui ont déjà un projet de vie ambitieux… Ils ont racheté une maison de charme qu'ils doivent rénover en entier. Ni l'un ni l'autre ne sait manier le marteau mais avec beaucoup d'humour, d'autodérision et de patience, ils n'hésitent pas à se retrousser les manches !
    • Magazine

      Zone interdite

      Quais de Seine : un été de fête au cœur de Paris

      aucun (0 vote) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      La Seine irrigue la capitale depuis ses origines. Et depuis quelques mois, le célèbre fleuve devient « the place to be », le nouveau territoire de la fête pour les Parisiens et pour les huit millions de touristes qui la fréquentent chaque année. Vacanciers, exposants, restaurateurs, organisateurs, participants, nous suivrons ces personnages riches en couleurs dans les plus grandes et dans les plus pittoresques foires d'été. Vous découvrirez ainsi les coulisses de ces guinguettes d'un nouveau genre qui, au pied de la Tour Eiffel, attirent des milliers de Parisiens et touristes pour une soirée de délices au bord de l'eau. Il y aussi les danseurs du soir qui vont de valses en tango jusqu'au bout de la nuit. Depuis leur bateau spectacle, ces couples d'amoureux les verront peut-être ; eux qui réalisent enfin leur rêve : célébrer leur amour au fil de l'eau dans un décor à couper le souffle, celui d'un Paris nocturne qui se dévoile sous un nouveau genre. Sur l'eau, eux ne sont pas là pour rêver ou s'amuser. Ce sont les hommes de la Fluviale, les policiers du fleuve qui assurent la sécurité de celles et ceux qui s'approchent de l'eau. Des interventions étonnantes, comme lorsque ces policiers se lancent à l'abordage d'une péniche touristique où des manifestants sont en train de terroriser les touristes présents. Mais sur la Seine, tous ne font pas que passer, certains ont choisi d'y vivre en permanence comme à bord de ces majestueuses péniches amarrées sur les quais ou un peu plus en hauteur, dans de magnifiques appartements, avec la vue directe sur le fleuve qui séduisent de plus en plus d'acheteurs fortunés. Mais vivre au bord de la Seine, est-ce vraiment le paradis ?

      Lire la suite Zone interdite (50 vidéos) 2 commentaires
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      La Seine irrigue la capitale depuis ses origines. Et depuis quelques mois, le célèbre fleuve devient « the place to be », le nouveau territoire de la fête pour les Parisiens et pour les huit millions de touristes qui la fréquentent chaque année. Vacanciers, exposants, restaurateurs, organisateurs, participants, nous suivrons ces personnages riches en couleurs dans les plus grandes et dans les plus pittoresques foires d'été. Vous découvrirez ainsi les coulisses de ces guinguettes d'un nouveau genre qui, au pied de la Tour Eiffel, attirent des milliers de Parisiens et touristes pour une soirée de délices au bord de l'eau. Il y aussi les danseurs du soir qui vont de valses en tango jusqu'au bout de la nuit. Depuis leur bateau spectacle, ces couples d'amoureux les verront peut-être ; eux qui réalisent enfin leur rêve : célébrer leur amour au fil de l'eau dans un décor à couper le souffle, celui d'un Paris nocturne qui se dévoile sous un nouveau genre. Sur l'eau, eux ne sont pas là pour rêver ou s'amuser. Ce sont les hommes de la Fluviale, les policiers du fleuve qui assurent la sécurité de celles et ceux qui s'approchent de l'eau. Des interventions étonnantes, comme lorsque ces policiers se lancent à l'abordage d'une péniche touristique où des manifestants sont en train de terroriser les touristes présents. Mais sur la Seine, tous ne font pas que passer, certains ont choisi d'y vivre en permanence comme à bord de ces majestueuses péniches amarrées sur les quais ou un peu plus en hauteur, dans de magnifiques appartements, avec la vue directe sur le fleuve qui séduisent de plus en plus d'acheteurs fortunés. Mais vivre au bord de la Seine, est-ce vraiment le paradis ?
    • Magazine

      Zone interdite

      Populaire, chic et branché : l'incroyable été du Bois de Boulogne

      aucun (0 vote) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Véritable institution parisienne, Le Bois de Boulogne, l'un des deux poumons verts de la capitale, vit une véritable renaissance. Chaque été, dix millions de Parisiens en mal de nature viennent profiter de ce lieu de détente à la fois chic et populaire, sur lequel veillent par tous les temps des centaines d'agents de la ville de Paris. Offert au public en 1853 par Napoléon 3, le Bois de Boulogne couvre aujourd'hui une superficie de plus de 800 hectares, deux fois plus grand que Central Park à New York, et même trois fois plus grand que le célèbre Hyde Park londonien. Une forêt aux portes de Paris qui recèle plus d'un secret. Restaurants gastronomiques, clubs de sport huppés et fondations d'art prestigieuses attirent une clientèle select en rivalisant de luxe. Dans ce documentaire, nous découvrirons les coulisses d'un lieu emblématique du Bois : le restaurant étoilé du Pré-Catelan, où officie le chef Frédéric Anton. Nouvelle carte, nouvelle décoration, le chef trois étoiles remportera-t-il son pari et continuer à faire briller ce joyau de la gastronomie française ? Non loin de là, un autre lieu emblématique de l'ouest parisien fait également peau neuve. Afin de rester au niveau, le Jardin d'acclimatation a entrepris une campagne de travaux inédite, qui a amené à déplacer la centaine d'animaux du parc d'attraction, avant sa réouverture au printemps dernier. Mais le Bois de Boulogne n'est pas qu'un lieu de passage pour promeneurs et gourmets. Certains y vivent à l'année, comme cette famille d'agents immobiliers spécialisés dans les biens de prestiges. Avec eux, nous allons pouvoir découvrir ces habitations hors normes qui ont fleuri à l'orée du bois et où l'on ne pénètre que très rarement.

      Lire la suite Zone interdite (50 vidéos) 2 commentaires
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Véritable institution parisienne, Le Bois de Boulogne, l'un des deux poumons verts de la capitale, vit une véritable renaissance. Chaque été, dix millions de Parisiens en mal de nature viennent profiter de ce lieu de détente à la fois chic et populaire, sur lequel veillent par tous les temps des centaines d'agents de la ville de Paris. Offert au public en 1853 par Napoléon 3, le Bois de Boulogne couvre aujourd'hui une superficie de plus de 800 hectares, deux fois plus grand que Central Park à New York, et même trois fois plus grand que le célèbre Hyde Park londonien. Une forêt aux portes de Paris qui recèle plus d'un secret. Restaurants gastronomiques, clubs de sport huppés et fondations d'art prestigieuses attirent une clientèle select en rivalisant de luxe. Dans ce documentaire, nous découvrirons les coulisses d'un lieu emblématique du Bois : le restaurant étoilé du Pré-Catelan, où officie le chef Frédéric Anton. Nouvelle carte, nouvelle décoration, le chef trois étoiles remportera-t-il son pari et continuer à faire briller ce joyau de la gastronomie française ? Non loin de là, un autre lieu emblématique de l'ouest parisien fait également peau neuve. Afin de rester au niveau, le Jardin d'acclimatation a entrepris une campagne de travaux inédite, qui a amené à déplacer la centaine d'animaux du parc d'attraction, avant sa réouverture au printemps dernier. Mais le Bois de Boulogne n'est pas qu'un lieu de passage pour promeneurs et gourmets. Certains y vivent à l'année, comme cette famille d'agents immobiliers spécialisés dans les biens de prestiges. Avec eux, nous allons pouvoir découvrir ces habitations hors normes qui ont fleuri à l'orée du bois et où l'on ne pénètre que très rarement.
    • Magazine

      Zone interdite

      Foire de Paris 2018 : révolution dans nos maisons !

      aucun (0 vote) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Révolutionner la maison, c'est la promesse de l'édition 2018 de la Foire de Paris. Et cette année, les 600 000 visiteurs vont en prendre plein les yeux ! De nombreux Français ont une furieuse envie d'agrandir leur maison ou leur appartement. Mais comment gagner une pièce en plus, sans se ruiner ? La solution : une véranda. Lumineuses, high-tech ou rétractables, elles seront vendues entre 15 000 et 50 000 euros sur la foire. Une dizaine de fabricants vont se livrer une concurrence sans merci. Le leader, une entreprise familiale, compte sur une innovation pour faire la différence : l'abri de terrasse rétractable. D'un simple geste, cette véranda se déplie pour offrir une terrasse au soleil. Les vingt-cinq vendeurs recrutés spécialement pour la foire séduiront-ils les acheteurs ? En douze jours, ils ont des objectifs de vente considérables. Révolutionner sa maison, cela passe aussi par des décorations d'intérieur d'un nouveau genre. Alban, jeune inventeur, mise tout sur des panneaux muraux qui se clipsent et transforment instantanément l'atmosphère d'une maison ou d'un appartement. Murs végétaux, couleur brique, ou anthracite… avec Alban, tout est possible. Première fan, sa femme, qui l'accompagne dans cette aventure. Son invention va-t-elle attirer les visiteurs ? Lors du Grand Concours de l'Innovation, une vingtaine de concurrents s'affrontent pour décrocher la Palme du meilleur produit d'électro-ménager de l'année. Parmi eux, Thierry, vendeur hors pair, présente cette année « l'aspirateur-serpillière à langue de chien » ! Il espère décrocher un prix mais devra surtout développer des trésors d'inventivité pour vendre un maximum d'aspirateurs à 600 euros pièce. À la foire, pas besoin de casser sa tirelire pour révolutionner son intérieur. Benoît et Tristan ont inventé un étonnant crayon comestible. Vendu 10 euros pièce, parfum piment-ail ou encore basilic, il suffit de tailler le crayon au-dessus de votre plat pour l'assaisonner ! Pour leur première foire, ces jeunes inventeurs parviendront-ils à amortir les 5 000 euros investis pour leur stand ? Ces débutants sauront-ils rivaliser avec le bagout inimitable des camelots, les rois de la foire ?

      Lire la suite Zone interdite (50 vidéos) 1 commentaire
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Révolutionner la maison, c'est la promesse de l'édition 2018 de la Foire de Paris. Et cette année, les 600 000 visiteurs vont en prendre plein les yeux ! De nombreux Français ont une furieuse envie d'agrandir leur maison ou leur appartement. Mais comment gagner une pièce en plus, sans se ruiner ? La solution : une véranda. Lumineuses, high-tech ou rétractables, elles seront vendues entre 15 000 et 50 000 euros sur la foire. Une dizaine de fabricants vont se livrer une concurrence sans merci. Le leader, une entreprise familiale, compte sur une innovation pour faire la différence : l'abri de terrasse rétractable. D'un simple geste, cette véranda se déplie pour offrir une terrasse au soleil. Les vingt-cinq vendeurs recrutés spécialement pour la foire séduiront-ils les acheteurs ? En douze jours, ils ont des objectifs de vente considérables. Révolutionner sa maison, cela passe aussi par des décorations d'intérieur d'un nouveau genre. Alban, jeune inventeur, mise tout sur des panneaux muraux qui se clipsent et transforment instantanément l'atmosphère d'une maison ou d'un appartement. Murs végétaux, couleur brique, ou anthracite… avec Alban, tout est possible. Première fan, sa femme, qui l'accompagne dans cette aventure. Son invention va-t-elle attirer les visiteurs ? Lors du Grand Concours de l'Innovation, une vingtaine de concurrents s'affrontent pour décrocher la Palme du meilleur produit d'électro-ménager de l'année. Parmi eux, Thierry, vendeur hors pair, présente cette année « l'aspirateur-serpillière à langue de chien » ! Il espère décrocher un prix mais devra surtout développer des trésors d'inventivité pour vendre un maximum d'aspirateurs à 600 euros pièce. À la foire, pas besoin de casser sa tirelire pour révolutionner son intérieur. Benoît et Tristan ont inventé un étonnant crayon comestible. Vendu 10 euros pièce, parfum piment-ail ou encore basilic, il suffit de tailler le crayon au-dessus de votre plat pour l'assaisonner ! Pour leur première foire, ces jeunes inventeurs parviendront-ils à amortir les 5 000 euros investis pour leur stand ? Ces débutants sauront-ils rivaliser avec le bagout inimitable des camelots, les rois de la foire ?
    • Magazine

      Zone interdite

      Une maison à la mer ou à la campagne : grands bonheurs et petites galères

      aucun (0 vote) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Villa familiale, petite maison à la campagne, appartement vue sur mer… Avec 3,3 millions de maisons de vacances, la France est championne du monde de la résidence secondaire. Et 70% des Français rêvent d'en posséder une ! Nicolas, Sandrine et leurs deux enfants habitent un petit village au cœur de l'Auvergne. Leur rêve : acquérir une résidence secondaire sur la Côte des Légendes en Bretagne. Cette année, le projet est sur le point de se concrétiser. La famille a trouvé la maison idéale mais, faute de budget, ils vont devoir faire les travaux eux-mêmes ! Le défi est de taille, il faut que la maison soit terminée cet été. À Sens, en Bourgogne, Mélanie et Fernando rêvent d'offrir à leurs deux enfants une maison de vacances avec piscine au Portugal. Ils ont ciblé le sud du pays, la région d'Albufeira. C'est La destination à la mode depuis quelques années. Ici, il y a 300 jours de soleil par an et le coût de la vie est 30% moins cher qu'en France. Le couple s'est fixé un week-end pour enchaîner les visites et trouver leur résidence secondaire. Pour y arriver, ils ont fait appel à Marc, leur ami chasseur d'appart'. Solen, Pierre et leurs trois enfants habitent à Montreuil, près de Paris. Dans leur vie, le couple accorde une place importante à ses amis. Pour garder le lien avec cette deuxième famille, ils ont fait le choix d'acheter une résidence secondaire à treize. Il y a deux ans, ils ont mis chacun 13 000 euros pour acquérir « la chevrette », une grande maison de campagne à cent kilomètres de Paris, près de Chartres. Mais comment s'organise la vie en collectivité avec treize adultes et douze enfants pendant les vacances ? À 47 ans, Virginie, rêve de casser sa routine. Divorcée depuis trois ans, elle mène pour l'instant une vie effrénée à Paris où elle est psychologue. Aujourd'hui, elle veut pouvoir se ressourcer en pleine nature et écrire un livre. Pour cela, la jeune femme compte s'offrir une « Tiny house », une mini-maison sur roues. Elle souhaite installer sa petite résidence secondaire sur le terrain d'un couple d'amis dans le Perche. De la construction à l'installation, nous avons suivi ses aventures pendant neuf mois. Frédéric Ivanovich fréquente la jet-set de Saint-Tropez (Var). Grâce à son bagout, ce Franco-Russe a su se faire un nom dans ce milieu. Il est devenu l'intermédiaire d'une clientèle haut de gamme pour vendre des résidences secondaires. Aujourd'hui, il doit vendre la célèbre villa Rafale, construite par Serge Dassault. Alors, entre bons plans et grosses galères, nous serons avec ceux qui se lancent dans l'incroyable aventure de la résidence secondaire.

      Lire la suite Zone interdite (50 vidéos) 4 commentaires
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Villa familiale, petite maison à la campagne, appartement vue sur mer… Avec 3,3 millions de maisons de vacances, la France est championne du monde de la résidence secondaire. Et 70% des Français rêvent d'en posséder une ! Nicolas, Sandrine et leurs deux enfants habitent un petit village au cœur de l'Auvergne. Leur rêve : acquérir une résidence secondaire sur la Côte des Légendes en Bretagne. Cette année, le projet est sur le point de se concrétiser. La famille a trouvé la maison idéale mais, faute de budget, ils vont devoir faire les travaux eux-mêmes ! Le défi est de taille, il faut que la maison soit terminée cet été. À Sens, en Bourgogne, Mélanie et Fernando rêvent d'offrir à leurs deux enfants une maison de vacances avec piscine au Portugal. Ils ont ciblé le sud du pays, la région d'Albufeira. C'est La destination à la mode depuis quelques années. Ici, il y a 300 jours de soleil par an et le coût de la vie est 30% moins cher qu'en France. Le couple s'est fixé un week-end pour enchaîner les visites et trouver leur résidence secondaire. Pour y arriver, ils ont fait appel à Marc, leur ami chasseur d'appart'. Solen, Pierre et leurs trois enfants habitent à Montreuil, près de Paris. Dans leur vie, le couple accorde une place importante à ses amis. Pour garder le lien avec cette deuxième famille, ils ont fait le choix d'acheter une résidence secondaire à treize. Il y a deux ans, ils ont mis chacun 13 000 euros pour acquérir « la chevrette », une grande maison de campagne à cent kilomètres de Paris, près de Chartres. Mais comment s'organise la vie en collectivité avec treize adultes et douze enfants pendant les vacances ? À 47 ans, Virginie, rêve de casser sa routine. Divorcée depuis trois ans, elle mène pour l'instant une vie effrénée à Paris où elle est psychologue. Aujourd'hui, elle veut pouvoir se ressourcer en pleine nature et écrire un livre. Pour cela, la jeune femme compte s'offrir une « Tiny house », une mini-maison sur roues. Elle souhaite installer sa petite résidence secondaire sur le terrain d'un couple d'amis dans le Perche. De la construction à l'installation, nous avons suivi ses aventures pendant neuf mois. Frédéric Ivanovich fréquente la jet-set de Saint-Tropez (Var). Grâce à son bagout, ce Franco-Russe a su se faire un nom dans ce milieu. Il est devenu l'intermédiaire d'une clientèle haut de gamme pour vendre des résidences secondaires. Aujourd'hui, il doit vendre la célèbre villa Rafale, construite par Serge Dassault. Alors, entre bons plans et grosses galères, nous serons avec ceux qui se lancent dans l'incroyable aventure de la résidence secondaire.
    • Magazine

      Zone interdite

      Vacances en camping-car : l'aventure sur la route

      aucun (0 vote) Votre vote

      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Camping-cars, caravanes et combis, les Français sont de plus en plus nombreux à passer leurs vacances dans ces drôles de maisons roulantes, symbole de liberté : plus de cinq millions chaque année ! Partir à l'aventure en famille ou entre amis, vivre au plus près de la nature sans dépenser trop, découvrir des paysages sans cesse différents… Pour beaucoup, c'est un rêve et pour le vivre, le choix des formules ne manque pas. Les équipes de Zone Interdite ont suivi Éric et sa famille qui viennent d'acheter une caravane miniature dernier cri, construite sur mesure et assortie à la couleur de leur voiture ! Un attelage chic et design. Mais comment va-t-il faire rentrer à l'intérieur de cette minuscule coquille sa femme Ségolène, ses trois enfants et… son chien ? Michel et Patricia, eux, ont choisi l'option luxe et grand confort. Ils se sont offert un palace roulant à près de 400 000 euros qui leur permet de garer leur petite voiture à l'intérieur de leur camping-car. Feront-ils sensation au grand rassemblement, en Allemagne, des camping-cars les plus luxueux d'Europe ? À 40 ans, Michaël, banquier dans la finance, n'a plus fait de camping depuis bien longtemps. Mais pour son anniversaire, sa bande de copains lui a préparé une virée surprise en combi Volkswagen, ces minibus des années 60 transformables en chambre à coucher. Il ne sait rien de ce qui l'attend. Une chose est sûre : fiestas à toutes les étapes et souvenirs mémorables sont au rendez-vous. Et nous suivrons aussi Audrey, Yannick et leurs deux filles qui partent en camping-car pour la première fois, direction l'Italie. Mais la petite famille est loin de se douter que la vie en camping-car ne ressemble pas toujours à la dolce vita. Rouler avec ces mastodontes peut révéler bien des surprises.

      Lire la suite Zone interdite (49 vidéos) 1 commentaire
      Voir en replay sur M6
      (Attention, l’accès à ce programme nécessite d’avoir un compte (gratuit) sur 6Play)
      Camping-cars, caravanes et combis, les Français sont de plus en plus nombreux à passer leurs vacances dans ces drôles de maisons roulantes, symbole de liberté : plus de cinq millions chaque année ! Partir à l'aventure en famille ou entre amis, vivre au plus près de la nature sans dépenser trop, découvrir des paysages sans cesse différents… Pour beaucoup, c'est un rêve et pour le vivre, le choix des formules ne manque pas. Les équipes de Zone Interdite ont suivi Éric et sa famille qui viennent d'acheter une caravane miniature dernier cri, construite sur mesure et assortie à la couleur de leur voiture ! Un attelage chic et design. Mais comment va-t-il faire rentrer à l'intérieur de cette minuscule coquille sa femme Ségolène, ses trois enfants et… son chien ? Michel et Patricia, eux, ont choisi l'option luxe et grand confort. Ils se sont offert un palace roulant à près de 400 000 euros qui leur permet de garer leur petite voiture à l'intérieur de leur camping-car. Feront-ils sensation au grand rassemblement, en Allemagne, des camping-cars les plus luxueux d'Europe ? À 40 ans, Michaël, banquier dans la finance, n'a plus fait de camping depuis bien longtemps. Mais pour son anniversaire, sa bande de copains lui a préparé une virée surprise en combi Volkswagen, ces minibus des années 60 transformables en chambre à coucher. Il ne sait rien de ce qui l'attend. Une chose est sûre : fiestas à toutes les étapes et souvenirs mémorables sont au rendez-vous. Et nous suivrons aussi Audrey, Yannick et leurs deux filles qui partent en camping-car pour la première fois, direction l'Italie. Mais la petite famille est loin de se douter que la vie en camping-car ne ressemble pas toujours à la dolce vita. Rouler avec ces mastodontes peut révéler bien des surprises.

    Audiences replay du 24-09

    //Google Tag Manager